Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Présentation

1

Présentation

Introduction
Bertrand Verine
Édité par Bertrand Verine
p. 7-16

Texte intégral

1Les sept contributions réunies sous ce titre entendent faire interagir deux des catégories fondamentales qui structurent l’analyse de la production-réception des discours : le positionnement de diverses voix énonciatrices et les opérations consistant à décrire, expliquer, narrer ou argumenter. S’agissant de phénomènes multidimensionnels en eux-mêmes formant deux constellations des plus protéiformes, il serait assurément vain d’ambitionner l’inventaire systématique de leur combinatoire. En pointant quelques lieux cruciaux de leur interaction, nous visons donc le surcroît de sens produit, au plan théorique, par le croisement des deux objets d’étude et, dans les corpus, par la mise en facteur des deux catégories. À ce titre, nous avons choisi dans chacun des champs un échelon d’entrée intermédiaire : les marqueurs d’hétérogénéité énonciative montrée d’une part, quatre types de séquentialité d’autre part.

2(i) La présence de voix autres dans le discours relève de la problématique englobante du dialogisme ou de la polyphonie, pour le balisage desquels nous renvoyons à Jacques Bres et al. (2005 : 10-11 notamment). Sur le fond toujours à l’œuvre, mais inconnaissable en tant que tel, de l’hétérogénéité constitutive, l’hétérogénéité énonciative (plus ou moins) montrée, telle que l’a définie Jacqueline Authier-Revuz (en particulier 1992-1993), permet de restreindre la diversité des formes considérées au discours rapporté, aux modalisations autonymiques sur l’expression et aux modalisations en discours second sur le contenu. L’analyse d’échanges (oraux ou instrumentés par Internet) conduit à y inclure certaines reprises échos non marquées, et les travaux d’Alain Rabatel (en particulier 2003) à y adjoindre les marqueurs les plus explicites de point de vue.

3(ii) La typisation des discours a donné lieu à d’importantes variations terminologiques et taxinomiques dont témoigne, entre autres, le n° 87 de Langage et société (Sonia Branca-Rosof éd., 1999) :

4— Au plan terminologique, nous nous conformerons ici à l’usage commun aux Termes et concepts pour l’analyse du discours (Détrie, Siblot et Verine éd., 2001 — désormais TCAD) et au Dictionnaire d’analyse du discours (Charaudeau et Maingueneau dir., 2002 — désormais DAD). Les deux ouvrages définissent les genres du discours comme des archiformes déterminant globalement la macro-structure des énoncés en fonction du secteur de l’activité humaine duquel/auquel ils participent, et les types de texte ou de séquence textuelle comme des modes d’organisation déterminant plus localement la structuration de segments d’énoncés selon la tâche cognitive et langagière qu’ils visent à réaliser.

5— Au plan taxinomique, le nombre élevé et non-fini des genres du discours, ainsi que des paramètres nécessaires à leur définition, rend leur champ indélimitable. Nous leur avons donc préféré les types de séquence, dont le caractère transversal permet un quadrillage plus économe et relativement précis de la problématique. À cette même fin, nous retiendrons un nombre moyen de types. On sait que Jean-Michel Adam (1987 : 59) posait sept sortes (au moins) de séquentialités, alors qu’Eddy Roulet, Laurent Filliettaz et Anne Grobet (2001 : 315-322) les restreignent à trois (narrative, descriptive et délibérative). Jean-Paul Bronckart et al. (1985 : 43-53) en distinguaient quatre (discours en situation, récit en situation, discours théorique et narration). Bronckart (1996 : 220-234) s’arrête aux cinq types qu’Adam rappelle dans le DAD et dans ses ouvrages de synthèse (1992-1997, 1999 et 2005) : séquence dialogale, descriptive, explicative, narrative et argumentative. Ce sont elles qui constitueront le fil conducteur de notre réflexion.

6Cette nomenclature fait apparaître un premier croisement problématique entre situation d’énonciation et séquentialité : le dialogue constitue-t-il, comme le posent Adam et Bronckart, un type de séquence de même rang que les quatre autres avec lesquels il alterne selon une relation enchâssante (interaction vive) ou enchâssée (dialogue représenté) ? Ou est-il un paramètre fondamental de la situation de communication prédéterminant une série de genres du discours susceptibles d’induire des variantes dans la réalisation des séquences de type descriptif, explicatif, narratif ou argumentatif ? La seconde option est celle de la praxématique, qui pose un hypergenre des interactions verbales et des textes d’ordre dialogal ou monologal (TCAD : 129 et 371). C’est également celle de Roulet, Filliettaz et Grobet (2001 : 324) :  

les structures d’échanges renvoient à des principes fondamentaux qui relèvent d’une dimension élémentaire de l’organisation du discours, la dimension hiérarchique. Quant aux dialogues représentés, très fréquents aussi bien à l’oral (Vincent et Perrin 2001) qu’à l’écrit, ils produisent clairement un efet d’hétérogénéité au plan énonciatif, ce dont rend compte l’organisation polyphonique du discours [...]
Au plan compositionnel cependant, ils nous paraissent consubstantiellement assimilés aux discours narratif, descriptif ou délibératif qui les supportent, si bien qu’ils ne peuvent être étudiés pour euxmêmes que dans une démarche abstraite d’extraction [...], justifiable par les besoins de l’analyse, mais qui ne légitime pas pour autant la prise en compte d’une catégorie typologique supplémentaire.  

7Nous ne prétendons ici ni problématiser en tant que telles les raisons et les implications de cette divergence de formalisation, ni même étudier systématiquement les différences de réalisation de chaque type de séquence selon qu’il s’inscrit dans un contexte monologal ou dialogal. Nous espérons fournir quelques arguments au débat en centrant la problématique sur certains lieux textuels encore peu balisés où l’hétérogénéité énonciative montrée et l’organisation séquentielle interagissent de manière nodale.

8De fait, si le principe dialogique ou polyphonique s’avère (plus ou moins) pris en compte très en amont de toutes les modélisations, ses marqueurs les plus explicites y apparaissent, presque toujours, très en aval et/ou indépendamment de la séquentialité. Bronckart et al. font ainsi intervenir le dialogisme dans la négociation des plans de texte à tendance polygérée (1985 : 50-54), tandis que les formes de discours rapporté rendent compte des emboîtements de séquences dans les planifications à tendance monogérée (op. cit. : 43-47). Dans son ouvrage ultérieur, Bronckart pose le dialogisme à deux niveaux très englobants, celui de la « remise en circulation » de représentations déjà dialogiques (1996 : 320), et celui du statut dialogique des séquences inhérent à la situation d’interaction langagière (op. cit. : 235-241) ; mais il cantonne les marqueurs d’hétérogénéité montrée à la dernière des trois strates du feuilleté textuel, visant (seulement) à clarifier les responsabilités énonciatives et à formuler les évaluations de certains aspects du contenu thématique (op. cit. : 130 et 323-327). De même, si pour l’application de ses schémas séquentiels aux situations orales, Adam mentionne des zones discursives de transition autour de la narration, voire une dialogisation de la procédure descriptive (2005 : 173), il réserve les marqueurs d’hétérogénéité au degré de prise en charge énonciative (op. cit. : 73).

9Le DAD (194-195) pose cependant que « la manière dont une parole est attribuée à une autre source énonciative est solidaire des caractéristiques de l’ensemble du discours citant » : plus précisément, que « les modes de représentation de discours autres [...] sont une des dimensions du positionnement ou du genre de discours ». Pourquoi ne seraient-ils pas une des dimensions de la séquentialité textuelle ou, à tout le moins, de certaines réalisations, aussi bien dialogales que monologales, des types de séquence ? C’est, par exemple, ce que suggère Patricia von Münchow, quoique de manière limitée, compte tenu du genre qu’elle étudie, le journal télévisé : « dans certains cas, il est également important de vérifier dans quel type de séquence s’intègre une occurrence de discours rapporté » (2004 : 102, voir aussi 127).

  • 1  Pour éviter toute confusion terminologique, Verine (2005 : 190-191, in Bres et al.) a proposé de c (...)

10Roulet, Filliettaz et Grobet développent les catégories nécessaires à l’articulation des deux champs : on retrouve, certes, dans leur présentation l’espacement entre un module interactionnel premier et une organisation énonciative et polyphonique intervenant quasiment en bout de course (2001 : 46 vs 277-306) ; mais le module interactionnel inclut dès l’origine les discours représentés, dont l’organisation polyphonique doit, in fine, traiter les fonctions. Pour ce faire, ils reprennent la distinction opérée dès Roulet et al. (1985) entre discours représentés selon le statut de leur source énonciative dans l’interaction en cours : fragments autophoniques que le je enchâssant s’impute à lui-même, diaphoniques s’il les prête à son interlocuteur, et polyphoniques1 s’il les attribue à un tiers.

11Quelle que soit la modélisation adoptée par ailleurs, ces trois catégories nous paraissent permettre d’appréhender finement la contribution de l’hétérogénéité énonciative montrée aux séquences, voire à leur structuration interne et à leur combinaison externe, et ce aussi bien dans les textes monologaux que dans les interventions d’un dialogue. En particulier, la prise en compte, au titre du discours représenté diaphonique, des reprises échos et des reformulations des dires précédents de l’interlocuteur (ce dont tu parlais, comme tu as dit, contrairement à toi, etc.), relie la séquence en cours au reste de l’interaction. Nous y ajouterons, avec Mikhaïl Bakhtine (1935-1978 : 103), le dialogisme interlocutif, anticipant et s’efforçant d’orienter la réaction du destinataire, qui peut prendre la forme de discours représentés sur le mode tu me diras… ou ne me dis pas... Certains discours représentés autophoniques peuvent aussi avoir un rôle structurant, à commencer par les types je viens de dire... ou je dirai tout à l’heure... Enfin, selon des configurations qui restent souvent à déterminer, toutes les séquences textuelles orchestrent des fragments plus ou moins nombreux de l’interdiscours, provenant d’autres interactions, quelles qu’en soient les sources énonciatives.

  • 2  Les travaux récents prenant plus ou moins en compte les deux champs (notamment dans López Muñoz, M (...)

12C’est à scruter ces trois derniers niveaux que s’attacheront les travaux réunis ici, selon les deux questionnements suivants : de quelles manières, en dehors du récit de paroles, les marqueurs d’hétérogénéité montrée articulent-ils les propositions ou les séquences textuelles à leur amont, à leur aval ou à leur ailleurs ? et de quelles manières le type des séquences hôtes influe-t-il, non sur le choix des marqueurs d’hétérogénéité montrée2, mais sur leur fonction dans le discours ? Afin de répondre avec plus de précision à cette seconde interrogation, plusieurs des contributeurs prendront en compte non seulement la visée déterminant l’organisation séquentielle proprement dite, mais aussi la dimension (ou fonction descriptive, explicative, narrative ou argumentative) qui peut orienter certains choix propositionnels ou lexicaux, comme l’a notamment montré Ruth Amossy (2000) pour l’argumentation.

13Robert Vion passe en revue différents concepts et marqueurs nécessaires pour appréhender dans leur instabilité, leur relative autonomie et leur influence mutuelle les tâches interactionnelles permettant la co-conduite des échanges et les tâches cognitives permettant la co-construction des types de séquence. Le caractère multidimensionnel et compositionnellement hétérogène des discours en train de se faire l’amène à redéfinir la séquentialité par la combinaison et l’enchaînement graduel de micro-activités.

14De fait, les schémas de la séquence explicative et de la séquence descriptive prototypiques ne prennent fondamentalement en compte ni l’interlocution ni l’interdiscours. Alain Rabatel et Solveig Lepoire mettent en évidence les rôles des marqueurs de discordance énonciative dans la production de la concordance cognitive et interactionnelle propre aux séquences explicatives orales dans le cadre d’une classe. En particulier, l’enseignant adopte tantôt une position de surénonciateur tirant abusivement la parole des élèves du côté du savoir, tantôt une posture de sous-énonciateur amenant les élèves à rectifier eux-mêmes ce qui est erroné dans le discours qu’il leur impute.

15Constatant l’abondance des discours rapportés, voire des descriptions de paroles dans les portraits de presse, Jean-Marc Sarale propose d’ajouter au prototype de la séquence descriptive une opération de mise en relation dialogique qui se greffe souvent sur celles d’aspectualisation par qualification ou de reformulation du thème, et recoupe fréquemment les mises en relation spatio-temporelle et analogique. Il indique par quelles procédures syntaxiques, sémantiques ou inférentielles une phrase en dire peut devenir l’équivalent d’une phrase en être.

16La narration et l’argumentation sont, depuis plusieurs décennies, conçues comme énonciativement hétérogènes, mais selon des lignes souvent très générales qui sont loin d’épuiser toutes les configurations à l’œuvre dans les discours attestés. Laurence Rosier le prouve en mettant au jour une nouvelle classe d’observables, les circulèmes, par lesquels un même énoncé se trouve successivement inscrit dans plus de deux espaces énonciatifs. Elle en scrute ici la forme la plus explicite, du type A dit que B dit que, dont elle pointe les fonctions narratives particulières — ancrer le dit dans une généalogie vs en saper ironiquement la crédibilité — ou la dimension argumentative, spécifique aux genres du discours judiciaire. C’est à une forme limite d’argumentativité que s’attache Catherine Détrie sous les espèces des chroniques de Fottorino. Consistant à mettre en représentation un pan de l’interdiscours ambiant, ces textes en insécurisent les sources et les contenus, selon un régime énonciatif paradoxal entre les postures de sous- et de surénonciateur. Il est ainsi montré comment, sous cette apparence déstabilisatrice, les chroniques confortent le contrat de lecture journalistique en le doublant d’une relation de connivence et d’empathie.

17Juan Manuel López Muñoz étudie la contribution du marqueur je répète à des séquences argumentatives ou explicatives dans l’environnement particulier d’Internet, où la technologie permet au locuteur une répétition à l’identique des énoncés, et à l’interlocuteur une consultation du discours source. À partir des nombreuses occurrences dans lesquelles, tout en assertant qu’il répète, le locuteur reformule un énoncé, voire le met en circulation pour la première fois, il identifie les trois fonctionnalités de ce marqueur : articuler entre elles les énonciations, construire l’autorité discursive du locuteur, persuader l’interlocuteur par un coup de force interactionnel. On retrouve, mutatis mutandis, ces mêmes fonctionnalités dans les emplois d’ajouter ou de souligner que Bertrand Verine dénomme spécificateurs de relation interdiscursive. S’interrogeant sur le type séquentiel des énoncés enchâssés et sur le type des séquences hôtes où ceux-ci s’insèrent, il montre que de tels marqueurs sont souvent préférés aux catégorisants explicites que constituent argumenter, décrire, raconter ou certains emplois d’expliquer — ce qui ouvre la voie aux phénomènes de pseudo-enchaînement énonciatif et de réorientation séquentielle.

18Que soient ici chaleureusement remerciés tous les contributeurs, en particulier Jean-Marc Sarale, dont les remarques et les questionnements ont catalysé la problématique de ce numéro.  

Haut de page

Bibliographie

Adam J. M., 1987, « Types de séquences textuelles élémentaires », Pratiques 56, 54-79.

Adam J. M., 1992-1997, Les Textes : types et prototypes, Paris : Nathan.

Adam J. M., 1999, Linguistique textuelle. Des genres du discours aux textes, Paris : Nathan.

Adam J. M., 2005, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris : Armand Colin.

Amossy R., 2000, L’Argumentation dans le discours, Paris : Nathan.

Authier-Revuz J., 1992-1993, « Repères dans le champ du discours rapporté (I et II) », L’information grammaticale n° 55, 3842, et n° 56, 10-15.

Bakhtine M. 1935-1978, « Du discours romanesque », in Esthétique et théorie du roman, Paris : Gallimard, 83-233.

Branca-Rosof S. (éd.), 1999, Langage et société 87, « Types, modes et genres de discours ».  

Bres J. et al. (éd.), 2005, Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques, Louvain-la-Neuve : De Boeck/Duculot.

Bronckart J. P. et al., 1985, Le Fonctionnement des discours. Un modèle psychologique et une méthode d’analyse, Neuchâtel, Paris : Delachaux et Niestlé.

Bronckart J. P., 1996, Activité langagière, textes et discours, Lausanne, Paris : Delachaux et Niestlé.

Charaudeau P. & D. Maingueneau (dir.), 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris : Seuil.

Détrie C., P. Siblot & B. Verine (éd.), 2001, Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris : Champion.

López Muñoz J. M., S. Marnette & L. Rosier (éd.), 2006, Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté, Cadix : S.P. Universidad.

Rabatel A., 2003, « L’effacement énonciatif dans les discours représentés et ses effets pragmatiques de sous- et de surénonciation », in López Muñoz J. M., S. Marnette et L. Rosier (éd.), Estudios de filología francesa 14, Cadix : S.P. Universidad, 33-61.

Roulet E. et al., 1985, L’Articulation du discours en français contemporain, Berne, Francfort : Peter Lang.

Roulet E., L. Filliettaz & A. Grobet, 2001, Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Berne : Peter Lang.

Vincent D. & L. Perrin, 2001, « Raconter sa journée : des histoires de conversation dans la conversation », Revue québécoise de linguistique 29-1, 179-201.

Von Münchow P., 2004, Les Journaux télévisés en France et en Allemagne, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.  

Haut de page

Notes

1  Pour éviter toute confusion terminologique, Verine (2005 : 190-191, in Bres et al.) a proposé de caractériser comme hétérophoniques les fragments attribués à un tiers.

2  Les travaux récents prenant plus ou moins en compte les deux champs (notamment dans López Muñoz, Marnette et Rosier éd. 2006) s’accordent sur le fait qu’il n’existe pas de spécification prédictible d’un type de séquence par la sollicitation de tel ou tel marqueur d’hétérogénéité ni, réciproquement, du choix de ces marqueurs selon leur insertion dans tel ou tel type de séquence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Verine, « Présentation »Cahiers de praxématique, 45 | 2005, 7-16.

Référence électronique

Bertrand Verine, « Présentation »Cahiers de praxématique [En ligne], 45 | 2005, document 1, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/105 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.105

Haut de page

Auteur

Bertrand Verine

Praxiling, ICAR, U.M.R. 5191 CNRS — Université Montpellier 3bertrand.verine@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Éditeur scientifique

Bertrand Verine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search