Navigation – Plan du site
Corpus, données, modèles (54)
11

L’information ethnographique en analyse de conversation : le cas de la data session1

Ethnographical Data in Conversation Analysis : the Data Session Case Summary
Alexandra Caria
p. 189-208

Résumés

Pratique académique témoignant de la « mentalité analytique » particulière propre à l’Analyse de Conversation d’inspiration ethnométhodologique, la data session (DS) est un exercice, collectivement accompli et multisémiotiquement construit par les conversationnalistes. Elle se caractérise par la projection répétée de données audiovisuelles, permettant à chaque participant de proposer une analyse. Or, soucieux de ne pas influencer l’interprétation de leurs pairs, certains chercheurs ne mobilisent pas les informations recueillies sur le terrain pour introduire leurs données. Devant tant de précautions nous nous demandons si informer le regard des pairs permet une plus grande mise en observabilité du corpus et/ou si cela entraîne des effets configurant l’interprétation. L’analyse du déroulement d’une DS nous permet, au plan conversationnel, d’identifier trois effets configurants. Partant d’un problème pratique de définition, les informations ethnographiques se manifestent et participent de l’interprétation, depuis le formatage du tour jusqu’à la catégorisation du phénomène dans le détail immédiat des interactions : une fois les informations révélées, ces dernières constituent ainsi un nouveau document dont usent les chercheurs pour produire des interprétations jusqu’alors impossibles à avancer. Au-delà, le lien établi entre les informations ethnographiques et le raisonnement collectif mené reste fidèle à la procédure ethnométhodologique d’indifférence en ce sens que l’objet même qui a constitué le problème pratique est à l’origine endogène au groupe. Dans cette circonstance particulière, les effets configurants de l’information ethnographique contribuent à affiner pertinemment l’interprétation des participants jusqu’à leur permettre d’en donner une compréhension partagée sans qu’ils se départissent de leur naïveté épistémologique et méthodologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  A. Caria est Lauréate 2009 de la Fondation Médéric Alzheimer
  • 2  Pour une définition détaillée de la « mentalité analytique », voir notamment Psathas (1990).

1La partageabilité des données et la pratique de data session (désormais DS) qui lui est associée constituent l’une des caractéristiques qui confèrent à l’Analyse de Conversation d’inspiration ethnométhodologique (AC) une « mentalité analytique » particulière2. Pratique académique devenue régulière dans cette discipline, la DS est un exercice collectivement accompli et multisémiotiquement construit par les conversationnalistes. Elle se caractérise par la projection répétée de données audiovisuelles qui permettent à chaque participant de la DS de proposer une analyse (Sacks, 1992). Préalablement à cette activité, il est parfois demandé au chercheur responsable de la DS de transmettre des informations ethnographiques recueillies sur le terrain qui n’apparaitraient pas de manière évidente sur la vidéo et qui sont liées notamment aux connaissances dites « de membres ». Les conversationnalistes expriment souvent des réticences à communiquer leurs informations de terrain, craignant de toucher au parti pris d’indifférence ethnométhodologique (Garfinkel et Sacks, 1970, p. 441). En effet, soucieux de ne pas influencer l’interprétation de leurs pairs, certains utilisent peu, voire pas du tout, les informations dont ils disposent pour introduire leurs données. Devant tant de précautions, la manipulation des informations ethnographiques en vient à représenter un enjeu analytique de premier ordre et l’on peut se demander quel rôle leur accorder. Informer le regard des pairs permet-il une plus grande mise en observabilité du corpus ou, au contraire, cela entraîne-t-il des effets qui configurent l’interprétation ? Analyser le déroulement d’une DS que nous avons menée nous permettra d’identifier les enjeux que soulève un regard informé et d’en décliner les effets configurants pour l’analyse.

1. Une démarche empirico-inductive

La « mentalité analytique » particulière de l’Analyse de Conversation

  • 3  L’AC reprend l’analogie étique/émique de l’anthropologue K. Pike (1967) où « émique » renvoie à l’ (...)
  • 4  Permettant aux conversationnalistes de construire des collections d’extraits qui documentent un mê (...)

2L’AC pose la question de savoir comment les membres d’une situation observée identifient et résolvent de manière locale et endogène des problèmes pratiques à travers l’organisation des interactions par la mobilisation entre autres de ressources verbales et multimodales. Il s’agit donc pour le chercheur de rendre compte des méthodes interactionnelles et linguistiques mobilisées par ces membres dans l’accomplissement de leurs activités. L’analyse ethnométhodologique tend alors à rendre visibles les règles et les normes qui émergent dans l’action où la conversation devient un moyen d’accéder à la manière dont l’ordre social s’accomplit d’un point de vue émique3 tout en se donnant à voir comme quelque chose de systématique, et de descriptible4 (Garfinkel, 1967/2007).

  • 5  Il s’agit de « se pencher sur la manière dont les participants créent, assemblent, produisent et r (...)
  • 6  Sur la dimension épistémologique et théorique des pratiques de transcription cf. Ochs (1979).

3Pour y parvenir, et dans une approche naturaliste (Schegloff et Sacks, 1973), les conversationnalistes entendent mettre entre parenthèses leurs présupposés (bracketing) en optant pour une unmotivated examination5 qui renvoie à une « mentalité analytique » particulière propre à l’AC. Plus précisément, le chercheur s’attache à saisir les détails seen but unnoticed d’une situation, c’est-à-dire les « propriétés d’arrière-plan des scènes quotidiennes en tant qu’elles sont attendues, standardisées et standardisantes, “vues sans qu’on y prête attention” » (Garfinkel, 2007, p. 99). Cette posture épistémologique est rendue possible par l’analyse d’événements enregistrés dans leur contexte naturel de production, où il ne s’agit pas d’imaginer les procédures interactionnelles mais de les découvrir, selon la tradition empirico-inductive (Schegloff, 1987 ; Sacks, 1992). Dans ce cadre, les données une fois recueillies sont soumises à des transcriptions extrêmement détaillées dans, et par lesquelles, des objets d’analyse et des hypothèses peuvent émerger et s’imposer au chercheur6.

Un aspect du travail du conversationnaliste : participer à une data session

  • 7  La description des différentes étapes est ici produite à toutes-fins-pratiques. Nous considérons, (...)

4Lieu d’explorations collectives où les points de vue émergent, la DS réunit autour du visionnage de séquences des chercheurs qui procèdent souvent de la manière suivante7 :

  • 1. projection des données : le responsable de la DS projette à l’attention du groupe un cas singulier ou une petite collection d’extraits audiovisuels dont la transcription est distribuée au préalable. Le visionnage est répété autant de fois que les participants le désirent

  • 2. réflexion personnelle : chaque participant, hormis le responsable, prend quelques minutes pour rassembler ses idées, annoter la transcription, etc.

  • 3. expression des points de vue : à tour de rôle, les participants sont invités à formuler leurs observations, manifester leur intérêt pour un phénomène particulier, aborder une question méthodo-logique, discuter un point théorique

  • 4. construction d’une compréhension partagée : une fois le tour de table effectué, chacun peut réagir, offrir des interprétations alter natives, émettre des doutes quant aux observations exprimées, etc.

5La DS impose un certain nombre de contraintes et en premier lieu que les interprétations se construisent à partir des données audio visuelles présentées. Cette activité nécessite aussi de mobiliser en un temps rapide des connaissances fondées sur la littérature existante (Jordan et Henderson, 1995). Enfin, il n’est pas attendu du responsable de la séance qu’il dirige les échanges ou qu’il défende une interprétation : le plus souvent, le propriétaire des données en DS prend en note les interventions de ses pairs. Ce déroulement, qui peut paraître singulier, rend visible le type de pratique sociale que les participants sont en train d’accomplir dans la gestion des points de vue émis au cours de l’interaction, et notamment de la partageabilité des données dont les participants se saisissent le temps de la DS.

  • 8  Privilégier l’étude de la constitution d’une réalité socio-interactionnelle implique pour Scheglof (...)
  • 9  « A key component in the training and progressive competence of new CA workers is the developing c (...)

6Ces derniers sont ainsi amenés à faire preuve d’une naïveté épistémologique et méthodologique8 (Schegloff, 1997), et à proscrire, voire sanctionner tout jugement moral ou personnel ; de ce fait, ils peuvent s’orienter vers la production d’échanges normativement dépassionnés dans cette activité principalement descriptive qui vise à reconstruire collectivement les méthodes produites à partir du point de vue des membres en situation d’interaction (Antaki, Biazzi, Nissen et Wagner, 20089). La partageabilité des données devient alors une condition de possibilité pratique de la posture épistémologique développée en AC.

Le statut des informations ethnographiques en Analyse de Conversation

  • 10  Pour une mise en perspective de l’anthropologie linguistique et de l’AC voir Duranti (1997).

7Travailler sur des données empiriques implique pour les conversationnalistes d’« aller sur le terrain » et par là-même d’accéder à certaines informations sur les participants, le contexte, etc. qui auront par la suite une valeur ethnographique pour le chercheur10.

8Plus largement, convoquer des informations ethnographiques pose la question de la contextualisation des phénomènes étudiés et du contexte même. Dans ce sens, Maynard (2003) parle d’un utterance’s context ; il renvoie ainsi au contexte formé par l’organisation séquentielle des tours de parole. Concédant que les informations ethnographiques constituent des ressources inéluctables, Maynard défend à la suite de Schegloff (1991), que c’est à travers la séquentialité de l’action que l’on saisit la pertinence des catégories mobilisées par les membres et de leur point de vue. Ainsi, il est possible de repérer, dans le déroulement temporel des actions, leur orientation vers certaines identités et activités.

  • 11  À ce sujet, Greco (2002) propose une « ethnographie polyphonique » qui renvoie à « une multitude d (...)

9Dans cette perspective, les informations ethnographiques peuvent constituer des comptes-rendus post hoc (Maynard, ibid.11). En effet, il est à craindre pour le conversationnaliste qu’entamer son analyse à la lumière d’informations ethnographiques n’absorbe les détails de la parole considérés dès lors comme allant de soi (Schegloff, 1991). L’une des façons d’éviter cela consiste alors à suspendre le recours aux informations ethnographiques dans une certaine phase de la recherche (c’est le cas en DS) pour laisser le champ libre aux interprétations des participants de la DS.

  • 12  Mondada (2006 b) désigne par « pertinentisation », les procédures mises en œuvre par et pour les a (...)

10Comme le montrent les nombreuses productions scientifiques au sujet de l’enregistrement vidéo en tant qu’accomplissement pratique et situé (voir entre autres Lynch, 1988 ; Mondada, 2006 a), ou encore les travaux concernant les enjeux théoriques, épistémologiques et catégoriels des pratiques de transcription (cf. Ochs, 1979 ; Mondada, 2000, 2008), le recueil et le traitement des données sont des pratiques qui relèvent d’une sélection opérée par le chercheur. Dans cette perspective, si l’AC se fonde sur la volonté de répondre à la question de la « pertinentisation12 » des catégories sélectionnées (Mondada, 2006 b) à partir du point de vue des membres en contexte, il reste difficile dans la pratique même d’analyse de s’affranchir du travail de terrain que le chercheur est amené à réaliser et qui influence inéluctablement son regard. Le traitement d’un corpus selon une approche praxéologique et réflexive nous amène alors à réfléchir à la manière dont nous « fabriquons » (Mondada, 2008) et présentons notre objet d’analyse. Est-ce que traiter les données lors de DS sans informer nos pairs des éléments ethnographiques est réellement pertinent ? Ce principe répond-il aux exigences de naïveté épistémologique et méthodologique ? Conserve-t-on ce parti pris d’indifférence ethnométhodologique ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire d’étudier précisément le déroulement d’une DS et de déterminer si l’information ethnographique engendre des effets configurants sur l’interprétation des participants à ce moment précis du cheminement scientifique. Autrement dit, et dans une démarche praxéologique réflexive, il s’agit pour nous de questionner notre pratique par la pratique.

2. Une data session ethnographiquement non informée vs informée

Le partage des informations ethnographiques comme méthode de travail

11Nous proposons d’analyser en détail une séance de 70 minutes enregistrée en audio dont nous avions la responsabilité et qui regroupait 16 participants (responsable incluse) relevant de disciplines linguistiques très différentes (conversationnalistes, analystes du discours, phonéticiens…).

12Des informations ethnographiques ont été divulguées à deux moments différents de la DS que nous distinguerons de la façon suivante :

celles transmises par les participants pendant la première période (cinquante premières minutes) :

- informations provenant de certains participants (non conversationnalistes) de la DS et concernant la maladie d’Alzheimer, les différents stades de la pathologie, la formation des aidants, les pratiques de suivi gériatrique,

- informations relatives à la patiente (état d’avancement dans la maladie, existence ou non d’une filiation avec les autres sujets) que nous avons dû transmettre pour contextualiser a minima l’événement et à la demande de certains participants (non conversationnalistes),

  • 13  En tant que conversationnaliste, nous nous étions préparée à transmettre des informations ethnogra (...)

celles que nous avons divulguées aux participants durant la seconde période13 (20 dernières minutes) : la séquence réunissait une patiente atteinte de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé, accompagnée de sa fille et tutrice légale et de son gendre — les deux accompagnants n’ont donc pas le même statut au plan de la filiation et de la loi. La patiente vit chez eux et, pendant que ses enfants (aidants informels) travaillent, est prise en charge par des aides à domicile (aidants formels) — elle peut cependant rester seule chez elle quelques heures. La patiente s’exprime peu mais n’est pas mutique. Les trois participants font face au gériatre qui suit la patiente depuis plusieurs années en consultation de jour.

13À noter enfin que la séquence, dans sa totalité ou en partie, a été projetée près d’une dizaine de fois dans la première période mais à aucun moment durant la seconde.

Le problème pratique rencontré par les participants de la DS

14Nous avons retenu plus précisément une question qui a émergé au cours de la séance. L'extrait présentait une discussion entre le médecin et les enfants de la patiente sur ses pratiques alimentaires. Au cours de la séquence, le médecin pose la question suivante : « mais on lui donne la becquée ? » L'occurrence « on » a entraîné de multiples négociations quant à sa référence sous-jacente. Rendue visible dans l'accomplissement de l'interaction, la problématisation du pronom « on » est formulée par l'un des participants (PAR8) puis apparemment résolue collectivement au terme de l'extrait suivant :

Extrait 1 : DS (00 : 53 : 32 — 00 : 54 : 07)

Extrait 1 : DS (00 : 53 : 32 — 00 : 54 : 07)

15Au plan séquentiel, PAR8, dans une longue prise de parole, s’interroge sur le statut du pronom « on » : « il est étrange », « c’est bizarre en fait » et propose des pistes, « c’est une sorte d’hétérosélection sans sélectionner », « c’est une sorte de on : °un truc de majesté », n’apportant pour autant pas de réponse définitive « ’fin heu j’ai rien à en dire hein mais heu », « ’fin:: j’sais pas trop:: .h comment l’interpréter ce truc° ». On voit ici l’hésitation de PAR8 quant à la catégorisation du pronom avec un formatage du tour — comprenant longues pauses, allongements syllabiques, diminution du volume de la voix — qui en ralentit l’accomplissement et offre de multiples occasions de complétion ou de reprises de tour. L’hésitation ratifiée par les continuateurs en chevauchement, produits par les autres participants, renforce l’argument d’un problème pratique partagé auquel ils se confrontent. Une proposition est cependant avancée par PAR10 (l. 16) « non moi c’était plutôt p- que’que chose d’un peu générique ». Le « non » vient s’opposer aux hypothèses formulées par PAR8, nuancé par la troncature et l’emploi des adverbes « plutôt », « un peu » marquant le caractère encore hypothétique de cette affirmation. Les ratifications positives en chevauchement (l. 1820) manifestent une affiliation des autres participants au point de vue de PAR10 et semblent indiquer que le problème est résolu.

3. Trois effets configurants de l’information ethnographique

16Une fois les informations ethnographiques dévoilées, les participants opèrent un retour sur l’interprétation du pronom « on » qui s’en trouve modifiée et ce, à trois niveaux.

Le formatage du tour de parole

17Il semble qu’avoir connaissance d’informations ethnographiques peut produire un effet tout d’abord sur le formatage du tour des participants à la DS :

Extrait 2 : DS (00 : 56 : 2700 : 58 : 17)

Extrait 2 : DS (00 : 56 : 27 — 00 : 58 : 17)

18À la ligne 1, PAR13 recycle le tour précédent « donc c’est le mari de l’accompagnante » et ratifie l’information transmise. La locution « mais » après une longue pause constitue ici un change-of-state token qui indique un changement d’état du locuteur par rapport aux informations dont il dispose. Ce changement est rendu visible par PAR13 qui veut « retourner sur ce on ». L’usage d’adverbes, tels que « alors », « du coup », « justement » exhibe la relation de causalité entre les informations nouvellement acquises et actualisent la question du pronom. La construction du point de vue en elle-même se donne à voir dans la production du tour long (l. 618 ; 2024 ; 2628) avec de multiples pauses, que les participants ne saisissent pas comme des occasions pour prendre la parole, et très peu de chevauchements — en général des continuateurs — sur le tour de PAR13. Cette absence de prise de tour indique l’orientation des participants vers l’accomplissement du point de vue de PAR13. Par ailleurs, l’emploi répété des « heu », ainsi que les allongements syllabiques courts ralentissent tout en pro jetant une suite à ce tour. Au plan discursif, la prosodie de PAR13 est très pédagogique avec les nombreuses pauses et un rythme ralenti dans la prononciation. De plus, l’expression « tu vois » qui s’adresse alors au responsable de la séance rend compte de la production d’une visualisation que le participant souhaite voir partagée. La construction du point de vue prend ici une forme d’argumentation où les montées intonatives suivies d’une pause indiquent un contour prosodique en forme de liste (Lerner, 1994) qui renforce l’idée d’accomplissement d’un point de vue. À ce moment de l’activité, le pronom ne trouve pas de définition arrêtée. L’emploi d’expressions telles que « c’est un peu comme si », « y a quelque chose de ce genre là », « ça me rappelle beaucoup » manifeste le caractère online de la définition toujours en cours et imprécise. Nous voyons ici que l’acquisition d’informations ethnographiques modifie le statut épistémique des participants vis-à-vis du problème pratique auquel ils sont confrontés et que l’analyse du format du tour rend observable.

L’organisation des tours de parole

19Il semble que l’effet produit par les informations ethnographiques sur l’interprétation des participants se donne aussi à voir au sein de l’enchaînement des tours de parole dans l’accomplissement d’un point de vue intersubjectif partagé :

Extrait 3 : DS (01 : 03 : 1901 : 04 : 18)

Extrait 3 : DS (01 : 03 : 19 — 01 : 04 : 18)

20Cette séquence se caractérise tout d’abord par la multiplicité des participants qui occupent l’espace interactionnel. Cette multiplicité entraîne des enchaînements de tours de parole rapides : on le voit notamment avec les nombreux tours en latching et les fréquents chevauchements sur le tour de PAR14 ; du reste, il s’agit généralement de ratifications positives. Comme le manifeste la continuité syntaxique, prosodique et thématique dont son tour fait preuve, PAR14 est celui qui construit un point de vue. L’accomplissement du point de vue prend la forme d’une argumentation rendue visible rétrospectivement et prospectivement par le recyclage du tour de PAR13 « comme disait:::: paolo » et de celui de PAR2 « tu disais dans quarante-neuf ». PAR14 les intègre progressivement dans le cours de l’action en les faisant siennes « je pense », « je crois ». On remarque enfin que la définition online du pronom « on » s’affine avec un champ lexical expert propre à l’AC renvoyant aux dispositifs de catégorisation (Dc) développés par Sacks (1992) « d’autres dispositifs qui peuvent jouer comme adulte enfant », « d’un dispositif de type famille », « il y a un dispositif de type plutôt aidant aidé ». Cette définition se précise également lorsque PAR14 insère la question du pronom dans une réflexion élargie à l’intégralité de la séquence visionnée « cela fait une cohérence à la fois catégorielle et thématique », « ces dispositifs sont évoqués ou on réfère et cetera dans le revêtement : ». Ici, la successivité des unités de construction de tour participe de la réalisation du point de vue précisant l’hypothèse esquissée sans permettre pour autant de parvenir encore à une interprétation. Dès lors que certaines informations ethnographiques ont été portées à la connaissance des participants de la DS, on constate une orientation conjointe de leur part vers la construction d’une compréhension partagée du pronom que l’organisation des tours de parole permet de révéler.

La catégorisation du phénomène

21Le dernier extrait nous semble un bon exemple de l’exploitation des différentes propositions formulées par les participants, à partir du moment où les informations ethnographiques ont été révélées jusqu’à l’aboutissement d’une compréhension partagée de ce pronom « on » :

Extrait 4 : DS (1 : 07 : 0801 : 09 : 02)

Extrait 4 : DS (1 : 07 : 08 — 01 : 09 : 02)

22Ce long tour de parole fait régulièrement l’objet de ratifications positives en chevauchements lui conférant une dimension partagée — les confirmatifs rendent visible l’affiliation des participants au propos de PAR13 — et montre l’orientation des participants envers la construction online du point de vue ; de fait là encore les longues pauses qui jalonnent la démonstration de PAR13 ne sont pas saisies comme des places pertinentes transitionnelles. Ce dernier recycle les tours précédents de PAR14 « je voudrais rebondir sur à la fois ce que disait guido » et de PAR9 « mais aussi sur ce que disait patricia » pour en donner une interprétation. Ajoutant un dernier Dc — celui de l’âge — qu’il met en relation avec un autre précédemment déterminé (Dc aidant-aidé), PAR13 réfute la proposition de PAR9 et propose une catégorisation du pronom « on » : « c’est moins un désaccord/ (0.5) qu’un non-alignement catégoriel ». Toutefois, sa proposition est modalisée par l’emploi du conditionnel qui lui donne un caractère hypothétique (l. 13). La pause qui suit n’entraîne pas de ratification qui viendrait infirmer ou confirmer la proposition de PAR13. Cela l’amène à reformuler sa position affirmativement cette fois « ce qui se joue ici […] c’est un désalignement au niveau catégoriel » et à rendre accountable son raisonnement (l. 1536) permettant une intelligibilité et une partageabilité de sa compréhension du pronom. Les multiples références produites à partir de ce qui a été mentionné précédemment exhibent le caractère augmentatif et configurant des informations ethnographiques contribuant de manière manifeste au raisonnement collectif qui aboutira à la résolution du problème pratique par la catégorisation du phénomène.

4. Partage des données et effets configurants pour l’interprétation

23Le débat autour de l’ethnographie et de l’analyse séquentielle est tangible dans chaque DS. Un lien entre ces différents accès au terrain, est souvent établi et rendu visible dans la manière dont les participants de la DS traitent les informations ethnographiques. Ces premiers résultats fondés sur l’analyse d’un cas singulier gagneraient à être éprouvés en étant intégrés dans un corpus plus important. De plus, il nous semble que procéder à l’étude de deux DS distinctes effectuées sur la base de mêmes données, l’une informée ethnographiquement, l’autre pas, auraient permis de monter en généralité et de confirmer ces résultats encore liminaires. Bien que nous n’ayons pu opérer de la sorte, il nous semble néanmoins, au plan conversationnel, avoir identifié trois effets résultant de la connaissance des informations ethnographiques et qui configurent l’interprétation que les participants ont produite au cours des 20 dernières minutes de la DS. Partant d’un problème pratique de définition, nous avons montré, en effet, que les informations ethnographiques se donnaient à voir et participaient de l’interprétation du pronom, depuis le formatage du tour jusqu’à la catégorisation du phénomène dans le détail immédiat des interactions. En effet, une fois les informations révélées, ces dernières configurent l’interprétation des conversationnalistes, en ce sens qu’elles constituent un nouveau document dont usent les chercheurs pour produire des interprétations jusqu’alors impossibles à avancer. Les questions qui nous ont guidée au cours de cet article nous amenaient finalement à nous demander si les informations ethnographiques étaient incompatibles avec la « mentalité analytique » particulière de l’AC. Au contraire, le lien établi, selon nous, entre les informations ethnographiques et le raisonnement collectif mené reste fidèle à la procédure ethnométhodologique d’indifférence (Garfinkel et Sacks, 1970, p. 442) en ce sens que l’objet même qui a constitué le problème pratique était à l’origine endogène au groupe. Dans cette circonstance particulière, l’information ethnographique a participé à l’interprétation du pronom dont les effets configurants ont contribué à affiner pertinemment l’interprétation des participants jusqu’à leur permettre d’en donner une compréhension partagée sans pour autant qu’ils se départissent de leur naïveté épistémologique et méthodologique.

24Deux pistes en particulier méritent selon nous d’être soulevées à ce stade de notre analyse. D’une part, il nous semble important de revenir sur le fait qu’il n’est pas anodin que certains participants, de la DS, non conversationnalistes, aient éprouvé la nécessité de convoquer des informations ethnographiques durant la première période — une fois les informations ethnographiques transmises, nous n’avons d’ailleurs pas été sollicitée pour rejouer les extraits dans la seconde période. Ce déroulement rend visible ici la posture épistémologique particulière dans laquelle s’inscrivent les conversationnalistes et qui constitue selon nous un argument en faveur de l’attribution d’une valeur explicative à ces informations, encore à préciser. Le caractère éminemment temporel de l’enquête collective menée par les participants de la DS représente un second élément à examiner. On a ainsi pu rendre compte de l’accomplissement d’une démarche d’analyse progressive qui a permis de résoudre une épreuve collaborativement. Nous avons en effet documenté le processus de résolution, online et interactionnelle en cours dans l’accomplissement d’une définition collective, autrement dit un savoir en train de se dire (Mondada, 1995). Ici, la propriété émergente du raisonnement scientifique des chercheurs qui se nourrissent des informations portées à leur connaissance a donné à voir un processus cumulatif et comparatif, notamment avec la transmission après coup des informations ethnographiques, permettant une analyse plus approfondie encore à mener.

Haut de page

Bibliographie

Antaki C., Biazzi M., Nissen A. & Wagner J., 2008, « Accounting for Moral Judgments in Academic Talk : The Case of a Conversation Analysis Data Session », Text and Talk 28 (1), 1-30.

Duranti A., 1997, Linguistic Anthropology, Cambridge, UK, Cam bridge University Press.

Garfinkel H., 2007, Recherches en ethnométhodologie (Barthélémy, Dupret, de Queiroz et Quéré, trad. [1967] Studies in Ethnomethdology, Englewood, NJ, Prentice-Hall), Paris, PUF.

Garfinkel H. & Sacks H., 1970, « On Formal Structures of Practical Action », in McKinney J. C. & Tiryakian E. A. (dir.), Theoretical Sociology, New York, NY, Appleton-Century-Crofts, 338-366.

Greco L., 2002, Pratiques de description et de catégorisation de la douleur dans les appels au 115, Thèse de doctorat, Paris, E.H.E.S.S. (non publiée).

Heritage J., 1992, « L’ethnométhodologie : une approche procédurale de l’action et de la communication », Réseaux 50, 89-131.

Jordan B. & Henderson A., 1995, « Interaction Analysis : Foundations and Practice », Journal of Learning Sciences 4 (1), 39-103.

Lerner G., 1994, « Responsive List Construction : A Conversational Resource for Accomplishing Multifaced Social Action », Journal of Language and Social Psychology 13 (1), 20-33.

Lynch M., 1988, « The Externalized Retina : Selection and Mathematization in the Visual Documentation of Objects in the Life Science », Human Studies 11, 201-234.

Maynard D., 2003, Bad News, Good News : Conversational Order in Everyday Talk and Clinical Settings, Chicago, University of Chicago Press.

Mondada L., 2008, « La transcription dans la perspective de la linguistique interactionnelle », in Bilger M. (dir.), Données orales, les enjeux de la transcription, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 78-109.

Mondada L., 2006 a, « Video Recording as the Reflexive Preservation of Fundamental Features for Analysis », in H. Knoblauch, J. Raab, H. G. Soeffner & B. Schnettler (dir.), Video Analysis, Bern, Lang, 51-68.

Mondada L., 2006b, « La question du contexte en ethnométhodologie et en analyse conversationnelle », Verbum 28 (2-3), 1-49.

Mondada L., 2000, « Les effets théoriques des pratiques de transcription », LINX 42, 131-150.

Mondada L., 1995, « La construction discursive des objets de savoir dans l’écriture de la science », Réseaux 71, 55-77.

Ochs E., 1979, « Transcription as Theory », in Ochs E. & Schieffelin B. (dir.), Developmental Pragmatics, New York, NY, Academic Press, 43-72.

Pike K., 1967, « Etic and Emic Standpoints for the Description of Behavior », in Hildum D. (dir.), Language and Thought : an Enduring Problem in Psychology, Princeton, NJ, D. Van Norstrand Company, 32-39.

Psathas G., 1990, « Introduction : Methodological Issues and Recent Developments in the Study of Naturally Occurring Interaction », in Psathas G. (dir.), Interactional Competence, Washington, WA, University Press of America, 1-30.

Sacks H., 1992, Lectures on Conversation (vol. 1), Oxford, UK, Backwell.

Schegloff E. A., 1999, « Naiveté vs. Sophistication or Discipline vs. Self Indulgence : Rejoinder to Billig », Discourse and Society 10, 577-582.

Schegloff E. A., 1997, « Whose text ? Whose context ? », Discourse and Society 8, 165-187.

Schegloff E. A., 1991, « Reflections on Talk and Social Structure », in Boden D. & Zimmerman D. (dir.), Talk and Social Structure, Cambridge, UK, Polity Press, 44-70.

Schegloff E. A., 1987, « Analyzing Single Episodes of Interaction : An Exer cise in Conversation Analysis », Social Psychology Quar terly 50 (2), 101-114.

Schegloff E. A. & Sacks H., 1973, « Opening Up Closings », Semiotica 8 (4), 289-327.

Vigouroux C., 2009, « The Making of a Scription : a Case Study on Authority and Authorship », Text and Talk 29 (5), 615-637.

Haut de page

Notes

1  A. Caria est Lauréate 2009 de la Fondation Médéric Alzheimer

2  Pour une définition détaillée de la « mentalité analytique », voir notamment Psathas (1990).

3  L’AC reprend l’analogie étique/émique de l’anthropologue K. Pike (1967) où « émique » renvoie à l’analyse de phénomènes à partir du point de vue des membres de la communauté étudiée et « étique » relève du point de vue du chercheur qui interprète ses données à la lumière de catégories d’analyse qu’il a préalablement construites.

4  Permettant aux conversationnalistes de construire des collections d’extraits qui documentent un même phénomène observé dans plusieurs situations.

5  Il s’agit de « se pencher sur la manière dont les participants créent, assemblent, produisent et reproduisent les structures sociales en fonction desquelles ils s’orientent » (Heritage, 1992, p. 96).

6  Sur la dimension épistémologique et théorique des pratiques de transcription cf. Ochs (1979).

7  La description des différentes étapes est ici produite à toutes-fins-pratiques. Nous considérons, en effet, cette procédure comme émergente et contingente à chaque DS, qui, selon la perspective wittgensteinienne de la règle, fait donc l’objet d’ajustements constants, partagés et situés.

8  Privilégier l’étude de la constitution d’une réalité socio-interactionnelle implique pour Schegloff (1997) de décrire les orientations, interprétations, compréhensions, raisonnements endogènes manifestés dans le cours d’un événement par les participants. Dans cette perspective, la naïveté n’est pas une construction fabriquée de manière ad hoc ; si le chercheur met en pratique un cadre épistémologique, des connaissances théoriques et une procédure analytique qui constituent le background du conversationnaliste, ce dernier n’en demeure pas moins naïf au regard de sa méconnaissance des données qui lui sont présentées en DS.

9  « A key component in the training and progressive competence of new CA workers is the developing capacity to make unmotivated observations, and to articulate them — even in the absence of any compelling upshot at that moment » (Schegloff, 1999, cité par Antaki et al. 2008, p. 4).

10  Pour une mise en perspective de l’anthropologie linguistique et de l’AC voir Duranti (1997).

11  À ce sujet, Greco (2002) propose une « ethnographie polyphonique » qui renvoie à « une multitude de voix — celles de l’informateur et de l’ethnographe d’une part, et celles des acteurs sans la médiation du chercheur, d’autre part — [qui] émergent et donnent forme à l’analyse » (p. 45).

12  Mondada (2006 b) désigne par « pertinentisation », les procédures mises en œuvre par et pour les acteurs pour sélectionner les catégories pertinentes en fonction des contingences locales de la situation.

13  En tant que conversationnaliste, nous nous étions préparée à transmettre des informations ethnographiques relevant du contexte et des identités, à expliquer si nécessaire des termes, des phrases ou cours d’action non familiers et expliciter certains patterns séquentiels curieux (limited affinity chez Maynard, 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait 1 : DS (00 : 53 : 32 — 00 : 54 : 07)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1220/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Extrait 2 : DS (00 : 56 : 27 — 00 : 58 : 17)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1220/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Titre Extrait 3 : DS (01 : 03 : 19 — 01 : 04 : 18)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1220/img-3.png
Fichier image/png, 185k
Titre Extrait 4 : DS (1 : 07 : 08 — 01 : 09 : 02)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1220/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1220/img-5.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caria, A. (2010) L’information ethnographique en analyse de conversation : le cas de la data session. Cahiers de praxématique 54-55. Montpellier : Pulm. 189-208

Référence électronique

Alexandra Caria, « L’information ethnographique en analyse de conversation : le cas de la data session »Cahiers de praxématique [En ligne], 54-55 | 2010, document 11, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 31 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/1220

Haut de page

Auteur

Alexandra Caria

Centre de Linguistique Anthropologique et Sociolinguistique Institut Marcel Mauss U.M.R. 8178 (E.H.E.S.S. — C.N.R.S.)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals