Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23dossier thématiqueL’éloquence des silences

dossier thématique

L’éloquence des silences

D’une absence de nomination comme déni de réalité
Eloquence of silence
Paul Siblot
p. 13-36

Résumés

Son objet d’étude semble condamner le linguiste à la matérialité formelle nécessaire d’une parole ou d’un écrit. De sorte que l’indicible, l’inexprimé ou l’ineffable paraissent échapper à sa compétence. C’est pourtant d’un non-dit dont il est ici question, à propos d’un discours du roi Baudoin au Congo. Une analyse textuelle révèle, sous l’apparente cohérence argumentative, un tissu de contradictions internes. Celles-ci s’avèrent l’effet de la censure d’un mot qu’un report au contexte historique permet de comprendre comme refus d’admettre la réalité.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude présentée est extraite d’une réflexion plus large sur l’objet paradoxal que constitue pour le linguiste le sens produit par le non-dit. On cherche ici à serrer au plus près, dans un discours particulier, les conditions de production d’un sens par défaut.

1. Un texte-repère

1.1. 

  • 1 Nous prions Yves Winkin et Jean Beaufays de l’Université de Liège, à l’amabilité desquels nous dev (...)

2L’exemple retenu est un discours officiel du roi Baudouin 1er de Belgique, prononcé à Léopoldville le 17 mai 19551. Il marque pour les historiens une année décisive qui fut à la fois celle de « l’apogée de la colonisation belge » (article Zaïre, Encyclopædia Universalis) et celle d’une tentative pour instaurer une nouvelle politique communautaire au Congo. La fonction de date-repère dans l’histoire du Congo belge reconnue à ce discours motive sans doute l’étude que lui ont consacrée B. Kadima-Tshimanga et K.B. Tolo de l’Université de Bukavu (Zaïre). L’objectif des auteurs était de dénoncer « le trafic verbal d’un discours filandreux » et l’idéologie coloniale « d’un homme qui se contemple le nombril » (1984 : 116, 119). Ce projet critique et son registre polémique ne seront pas les nôtres, ni la méthode d’analyse, ni même le texte. Celui repris par ces auteurs de La Voix du Congolais (Léopoldville, 112, juillet 1955, 579-581) s’avère en effet comporter deux coupures et une coquille en regard des éditions du 18 mai 1955 du Soir et de La Libre Belgique (Bruxelles). D’autre part, après avoir prononcé en flamand puis en français son discours, le Roi adresse une brève allocution en lingalais qu’il convient d’intégrer au corpus.

3Pour saisir au mieux la production de sens et ses implicites, il nous faudra également nous reporter à l’homélie du Vicaire apostolique et à l’hommage du Gouverneur Général, auxquels le roi répond. Outre les intertextualités associant les trois déclarations, l’extension du corpus au-delà du discours royal se justifie de ce que ces discours permettent de caractériser la même formation discursive qui régit communément le sens. Il nous faudra également faire référence aux connaissances qui inscrivent le texte dans la continuité de la politique de la dynastie belge et dans les contextes politiques local et international.

2. Une clôturation et une cohésion extrêmes

2.1.

4Les tensions liées aux thèmes abordés, les enjeux économiques et politiques, l’importance d’une intervention directe du monarque sur ces questions, justifient la très forte cohésion d’un texte où s’affiche le souci d’une exacte pondération de l’expression. L’insistance des marques formelles de clôture livre un premier indice de cet étroit balisage du sens. La déclaration, ouverte par les vocatifs de l’allocution initiale, s’achève sur l’optatif d’un vœu ultime de « bonheur et prospérité » : celui qu’Aristote donnait pour fins dernières du genre délibératif. On voit mal en effet ce qui pourrait être ajouté à une formule conclusive consacrée et confiant ce souhait à la volonté divine. Ce bornage conventionnel reçoit le renfort, en début et en fin de texte, d’une désignation métalinguistique des actes de paroles de l’orateur :

5La fonction des déclaratifs est ici de faire mention explicite d’actes de paroles qui normalement ne demandent pas à être nommés, puisque réalisés sous forme d’évidence par simple actualisation. Ce sont donc des mises en scène délibérées de l’énonciation dans l’énoncé, où la redondance de la glose apparaît comme procédé d’emphase visant à conférer une certaine solennité à l’acte représenté. Leur répartition aux limites du texte en conforte la clôture et affiche une distribution des rôles posant, au niveau métalinguistique, cette fois des pôles de la communication, une autre délimitation de l’espace de circulation du sens.

2.2.

6Les appellatifs liminaires circonscrivent les allocutaires : le Roi des Belges s’adresse au Gouverneur en charge de la puissance publique et à ses « compatriotes ». De cette catégorisation, examinée plus loin, on retiendra qu’elle institue d’emblée un échange restreint à la communauté belge, ainsi que le confirme la récusation ultérieure de toute ingérence étrangère. L’ensemble de ces traits dessine un cadre déjà fermement délimité. Une plus forte contrainte encore résulte de l’orientation unilatérale du texte. Nulle hésitation mais d’inébranlables convictions ; nulle interrogation, même rhétorique, mais d’entières affirmations posées comme autant de vérités indiscutables s’imposant à tous. On relève au plan argumentatif le caractère fortement injonctif du discours, manifesté à la fois par le champ lexical de l’obligation (a) ; et par le choix grammatical fréquent de l’impératif (b) :

7Ce registre jussif n’est possible que d’une autorité fondée à édicter le devoir national. D’où l’invocation récurrente de la dynastie (« Léopold, le roi Léopold II, le roi Albert mon grand-père, mon père le roi Léopold II, le roi Léopold ») qui, en vertu d’une royauté héréditaire, légitime l’orateur dans sa prérogative d’une voix « sans partage » : par essence monologique. La parole du roi Baudouin se veut, s’affiche foncièrement souveraine pour parler d’une seule voix au nom de la Nation. Cette exclusion de principe d’éventuelles hétérogénéités institue une clôturation supplémentaire et décisive du discours, sans toutefois en constituer le facteur de cohésion prépondérant.

2.3. 

8Celui-ci apparaît dans l’extrême récurrence d’une thématique formulant de façon explicite ou posant par inférence une symbiose entre la Belgique et le Congo :

9Parler en outre de « la grande œuvre /…/ sur cette terre d’Afrique », évoquer les « missionnaires au cœur du continent noir » ayant « transformé ces vastes régions de l’Afrique centrale », enjoindre de « prendre contact » , de « rencontrer l’indigène »… constituent autant de reprises particulières de la même idée générale. Et sur les vingt cinq phrases du discours (hormis les formules allocutives), deux seulement ne manifestent pas d’occurrence, explicite ou inférée, d’une expression au moins de l’union pérenne du Congo à la Belgique. Cette insistance systématique conduit à s’interroger sur les motifs d’une réitération obsessionnelle de ce qui, dans le même temps, est paradoxalement donné pour la première des évidences. Les causes en sont bien sûr à rechercher dans le contexte historique et politique, mais une analyse de l’argumentaire en lui-même permet de repérer certaines de ces raisons.

3. L’innommable, ou d’une rhétorique impossible

3.1. 

10La clôture déjà relevée du texte est réitérée par un exorde et une péroraison qui, en bonne rhétorique, enserrent le développement. L’introduction souscrit au rituel obligé, en contexte colonial, de tout discours officiel tenu de rendre hommage à l’héritage des générations antérieures. Ces commémorations constituent la captatio benevolentiae d’un auditoire partageant les valeurs célébrées ou qui, dans le cas d’éventuelles réserves, se voit rappeler les présupposés impartis à l’entreprise coloniale. Dès la première phrase, la dénomination « nos territoires d’Outre-mer » et son déterminant possessif posent le principe fondateur de toute colonie : le droit de la Belgique sur ses possessions africaines. Et la référence au roi Léopold II, initiateur des conquêtes territoriales, y ajoute opportunément ceux, historiques, de la dynastie.

11Le schéma canonique de la sémiotique greimassienne suffit à un premier repérage de la distribution des actants. Le sujet collectif de l’action, « tous les artisans » de « la grande œuvre », est longuement honoré dans l’énumération hiérarchique des corps constitués : armée, forces de l’ordre, administration, magistrature puis hommes de science et entrepreneurs ; une mention distincte est réservée au clergé dont la charge n’est plus celle des contingences terrestres mais des âmes. L’objet assigné à la (con)quête coloniale, « l’œuvre civilisatrice de la Belgique », se justifie des « bienfaits de la civilisation chrétienne » apportés avec « la transformation matérielle et morale des vastes régions de l’Afrique ». Cette mission traditionnelle des puissances coloniales implique logiquement l’existence d’espaces vierges, incultes, d’un univers dans un pur état de nature sinon de sauvagerie, où « sévissait » l’opposant « maladie, insécurité, misère », parmi des « difficultés sans nombre » qui expliquent, sans plus de précision, « les pionniers des heures difficiles tombés dans l’accomplissement de leur tâche ». On note à ce stade l’incomplétude d’un schéma actanciel qui ne désigne ni le mandateur, ni l’adjuvant, ni le destinataire. C’est une tâche déléguée au développement qui, après l’exorde, ajoute aux opposants « l’étranger », rival dans les « compétitions économiques du monde moderne ». Qui désigne le destinataire en précisant avec insistance la nécessité de mettre au rang de la grande œuvre « l’accroissement du bien-être de la population autochtone », le « progrès social », « la prospérité et le bonheur des populations », « le relèvement matériel et moral de l’indigène », la solution des « problèmes sociaux et politiques ». Qui voit dans « une politique de large compréhension mutuelle fondée sur le respect de la personne humaine » le moyen de parvenir aux objectifs fixés ; indiquant par là l’adjuvant. Qui enfin, par ces propos très précisément, installe l’orateur dans son mandat de souverain prescrivant la voie de la nation, et dans un statut de porte-parole des principes moraux supérieurs. De sorte que le schéma actanciel qui sous-tend le discours du roi Baudouin se présente sous la forme suivante :

MANDATEUR

BENEFICIAIRE

« notre conscience et nos devoirs »

« le Souverain »

« l’indigène »

SUJET

« la Belgique »

––––––––––>

« l’œuvre civilisatrice »

OBJET

« les Belges »

« une politique de large compréhension mutuelle et de respect de la personne humaine »

« l’étranger »

« des difficultés sans nombre »

ADJUVANT

OPPOSANT

3.2.

12La configuration actancielle que résume ce schéma ne présente pas d’originalité. On la retrouve dans les autres discours officiels et les commentaires journalistiques, sans autre variation notable qu’une plus grande insistance sur tel motif moral, ou l’ajout de tel facteur économique. Ainsi le Vicaire apostolique exalte-t-il « le relèvement moral des populations congolaises » « progressant de plus en plus sur la voie de la civilisation ». Et le Gouverneur Général tresse un long panégyrique à la gloire de l’œuvre civilisatrice grâce à laquelle « les autochtones qui se dégagent de leurs anciennes disciplines prennent conscience de l’éminence de la personne humaine » (La Libre Belgique, 18 mars 1955).

13La célébration de « l’œuvre civilisatrice » dont l’exorde royal offre une brève récapitulation reprend en fait un lieu commun obligé de tout discours officiel en contexte colonial. Elle constitue une clause de style qui participe des contraintes d’un type de formation discursive ayant fait l’objet d’analyses systématiques. La première de ces études est parue en 1957 sous l’intitulé Portrait du colonisateur, suivi de celui du colonisé. Dans cet essai reçu comme provocation avant que le cours de l’histoire n’en vienne attester le bien-fondé, A. Memmi montre notamment l’obligation pour tout colonial d’être colonialiste, et l’impossibilité d’un « colonisateur de bonne volonté ». Car la situation coloniale réclame, avant toute chose, de légitimer la présence « usurpatrice » qui la fonde, et cela avec l’inégalité des statuts qui la régit. Par delà l’altruisme et l’abnégation évoqués se révèlent des motifs moins élevés que le Gouverneur Général exprime sans ambage : « C’est dans la mesure où (la Belgique) réalisera le bonheur des indigènes qu’elle assurera l’avenir de son œuvre de haute civilisation. Son intérêt le mieux compris se confond avec son devoir le plus impérieux pour lui dicter une politique d’humanité et de progrès » (La Libre Belgique, 18 mai 1955). On comprend ici la finalité de ces discours qui visent tous, ainsi que le préconisait en 1933 déjà le roi Léopold, à faire « se confondre les intérêts » du colon et de l’indigène, à « affirmer leurs solidarités ». Car c’est cela, et cela seul qui peut réellement fonder « l’union de la Belgique et du Congo ».

14A cette phase de nos réflexions, il paraîtrait normal de comparer la réalité des faits à la mise en scène optimiste qu’en offre le schéma actanciel. Le linguiste, et d’autant plus s’il est praxématicien, ne saurait en effet ignorer le référent. Le principe de la praxématique postulant une étroite relation entre praxis sociale et pratiques langagières conduit à poser l’hypothèse que le décalage entre la réalité des motifs et le masque de leur mise en discours ne peut pas ne pas entraîner de contradictions au sein même du texte. C’est ce que nous allons nous appliquer à montrer, en veillant à rester dans un champ d’étude proprement linguistique, et en recourant à des outils d’investigation de la narrativité, plus affinés que ceux du schéma actanciel canonique.

3.3.

15Ces moyens de l’analyse narrative ont été présentés et mis à l’épreuve dans des travaux praxématiques auxquels on renverra (cf. Lafont 1978 et 1983, Bres 1994) pour se limiter ici aux résultats de l’application de la grille des modalités des phrases en Faire et en Etre.

  • – Faire 4 (pleine réalisation des instances de l’actancialité). « A Léopold II, le bâtisseur, incombe la tâche gigantesque de créer les conditions initiales à la vie même et aux progrès ultérieurs du pays » (Gouverneur Général) : les artisans de l’œuvre civilisatrice, la Belgique bâtit, crée le Congo.

  • – Faire 3 (acte verbal modalisé par un pouvoir et un vouloir du ressort de l’actant principal). « Le roi Albert /…/ a maintes fois souligné les obligations qui s’imposent à nous » ; « ce principe commande au souverain… », « ces prescriptions… » : la Belgique se doit au bonheur et à la prospérité du Congo.

  • – Faire 2 (l’acte est régi par des modalisations similaires, mais émanant d’un tiers qui exerce de la sorte un contrôle sur l’acte). « Nous n’avons à nous inspirer que de notre conscience et de nos devoirs. Ceux-ci ne peuvent nous être dictés que par nous-mêmes » : la Belgique ne doit qu’à elle même de décider souverainement du Congo.

  • – Faire 1 (pouvoir de l’actant premier sur l’actant second). « Léopold II a, sur cette œuvre immense qu’il a menée à son terme, c’est-à-dire à l’annexion par la Belgique, le droit incontestable de l’inventeur » (Gouverneur Général) : la Belgique a le Congo.

  • – Etre 5 (être à , en tant qu’avoir en puissance). « Les territoires d’Outre-mer donnés à la Souveraineté Belge par le génie de Léopold II ». Le Congo est à la Belgique.

  • – Etre 4 (assujetti au contrôle d’une instance autre. Le sujet semble, paraît, sans être pleinement). Aucune contestation de la belgicité du Congo n’est mentionnée.

  • – Etre 3 (position ascendante d’un être en devenir, advenant à lui-même). « Le Congo connaît une évolution profonde, comme tout organisme en rapide croissance. La présence belge marque cette terre d’une empreinte chaque jour plus nette. Elle est devenue définitivement belge… ». (Gouverneur Général) Le Congo devient belge.

  • – Etre 2. Le Congo est belge, n’apparaît pas, ni même le Congo belge, qui est pourtant l’appellation officielle du territoire. Car dans le temps même où elle énonce la belgicité du Congo, la phrase en être 2 est tenue de le faire en posant comme distincts les existants qu’elle pose comme fondamentalement liés. Ces existants demeurent différenciés et la contradiction s’accroît lorsqu’on passe de la construction attributive à celle d’épithète par élision de la copule : le Congo belge. L’assimilation entre le Congo et la belgicité est alors plus avancée ; n’étant plus soumise à la temporalité, celle-ci devient inhérente au nom propre. La tradition grammaticale parle d’épithète de nature pour signifier que le sens pris en charge par l’adjectif est tenu pour partie intégrante de la catégorisation réalisée par le nom. Ici, cependant, les deux existants demeurent identifiés sous deux dénominations qui maintiennent dans le syntagme dénominatif la cohabitation problématique d’une belgicité posée face à une congoléité potentielle. Et l’épithète n’est pas de nature mais discriminante ; en effet, de 1897 à 1904 a existé un Congo français qui devint ensuite Afrique Equatoriale Française puis République du Congo. L’unicité affirmée du Congo et de la Belgique se trouve donc contredite par l’irréductible dualité d’une dénomination où deux praxèmes toponymiques enregistrent la réalité d’espaces distincts au plan de la géographie, et profondément différenciés quant à l’environnement naturel, aux sociétés, à leur histoire, leurs cultures…

3.4. 

16L’impossibilité de surmonter cette binarité provoque un véritable affolement dénominatif dans lequel les désignations avancées s’avèrent pour diverses raisons incompatibles avec l’affirmation de l’unicité de la Belgique et du Congo.

  • – nos territoires d’Outre-mer : cette description définie reprise du vocabulaire administratif établit inévitablement une distinction avec le territoire proprement « national ». De plus, l’actualisation renvoie comme on l’a vu au Même belge, alors que le toponyme complément de nom signale explicitement la dissociation et l’éloignement spatial.

  • – la Belgique d’Afrique et la Belgique d’Europe : outre le rapprochement des dénominations dans un parallèle formel, la symétrie vise à poser une unique entité, la Belgique, qui connaîtrait son application référentielle sur deux continents (cas de la Turquie, et cas analogues des pays, des territoires discontinus ou comportant des îles). Le parallélisme cependant est ici subverti par les savoirs inscrits dans les toponymes. Alors que Belgique d’Europe est ressenti comme pléonastique, Belgique d’Afrique apparaît comme un oxymore en raison de l’européanité intégrée au nom propre. La contradiction sémantique là encore resurgit.

  • – l’Afrique belge est assimilable au cas vu plus haut de Congo belge et maintient la dualité.

  • – Belgique et Congo ne forment qu’une nation ; le Congo et le Ruanda Urundi si intimement associés à la Belgique.

17Le rapprochement des deux formulations suffit à invalider la première puisque toute association présuppose l’existence distincte des entités réunies. On note de surcroît une asymétrie entre éléments associés que l’interversion des termes rend perceptible : *« la Belgique si intimement associée au Congo et au Ruanda Urundi ». L’anomalie tient à ce que le sémantisme d’associer oriente l’agrégation de l’élément jugé second vers l’élément de référence.

18Ainsi toutes les tentatives de nomination de l’union de la Belgique et du Congo se heurtent à l’impossibilité de dire leur unicité autrement qu’en signalant leur dualité : ne pouvant former une seule notion, Belgique et Congo rendent problématique la nation qu’ils sont censés constituer.

3.5.

19Les contradictions que le discours rencontre et les contournements qu’il doit en conséquence effectuer tant au plan du déploiement discursif qu’à celui de la nomination peuvent se repérer en un schéma global :

(le Congo « est à » la Belgique)

Etre 5

<--------------

Faire 1

la Belgique a le Congo

Etre 4

récusation de toute ingérence extérieure

Faire 2

le Congo devient belge

Etre 3

Faire 3

la Belgique décide souverainement du Congo

le Congo est belge

Etre 2

Faire 4

la Belgique a fait le Congo

le Congo Belge

Etre 1

Faire 5

20On peut maintenant comprendre comment la structuration actancielle et narrative est assujettie à une stratégie discursive. Le discours royal part du constat du fait colonial retraçant la fondation de la colonie et légitimant sa possession dans une série de phrases allant du Faire 4 au Faire 1. Poursuivant un mouvement inverse de celui ordinaire de la narration, lequel fait passer l’objet de la quête du statut d’être destiné (Etre 5) à celui d’être possédé (Faire 1), le propos effectue une remontée vers une position de phrase en Etre où Belgique et Congo effectivement ne « feraient qu’un ». Butant déjà en Etre 2 sur la dénomination de Congo belge où se maintient la dualité déniée, le discours ne peut atteindre son objectif : celui du constat de l’être au monde, de l’existence d’une « nation une et indivisible » réunissant en une même entité Congo et Belgique. Existence que viendrait sanctionner une dénomination affichant en Etre 1 cette unicité. Le renversement, par rapport à l’ordre habituel, du déroulement narratif passant des phrases en Faire aux phrases en Etre livre ici sa raison en même temps que celle de l’échec de la visée discursive. Le discours ne parvient pas à passer du droit établi par le Faire, le constat de la conquête coloniale, à un « droit de nature » reconnu dans une belgicité consubstantielle au Congo. Le réalisme foncier du langage, sa relation profonde à la praxis font obstacle à l’inscription de ce programme de sens dans le praxème Congo, tout comme ils bloquent l’apparition d’un néologisme qui établirait une catégorie nouvelle où se fondraient les deux composantes. Démentant ce qu’il affirme, le discours ne réussit pas à poser un Congo qui serait belge par essence. L’échec de la fable d’essentialisation identitaire corrobore au plan linguistique les observations de Memmi et donne à interpréter l’extrême effort de cohésion textuelle déjà relevé comme le moyen de brider au mieux une incohérence fondamentale au regard du réel ; ce que l’on repère en d’autres lieux.

4. Le travail des contradictions

4.1.

21L’ordonnancement méthodique du texte entraîne une distribution des marques de personnes qui suit la composition classique du texte en exorde (1), développement (2) et péroraison (3) :

je

nous

vous

mes chers compatriotes

nos territoires

devant vous

je prends la parole

je suis heureux

1

je rends hommage

j’adresse une pensée

vous avez, Monsieur

j’y suis très sensible

nous entendons nous maintenir

mon grand-père

nous devons ne pas nous laisser

s’imposent à nous

nous avons le devoir

notre attention

2

mes chers compatriotes

nous avons à nous inspirer

notre conscience

nos devoirs

nous être dictés par nous-mêmes

nous savons

mon père m’a

nous impose notre souveraineté

« prenons cherchons

rencontrons inspirons

nos solidarités

nos intérêts »

je n’hésite pas à

nous connaissons

ayez vos qualités

m’adressant… je tiens à

nous rendons hommage

votre énergie vos capacités votre dévouement votre attachement

3

me tournant… je leur dis

conservez votre ardeur

je demande

votre volonté vos responsabilités

gardez votre fidélité

vous demande

22Les marques de la première personne du singulier sont, de façon nette, concentrées dans l’exorde et la péroraison. L’orateur joue d’abord le rôle d’officiant dans la cérémonie protocolaire de l’hommage. Puis il se met en retrait durant le développement, s’effaçant derrière un propos référé aux représentants précédents de la dynastie. Ce n’est que dans la péroraison que, investi par ce rappel de toute l’autorité royale, il s’adresse directement à ses interlocuteurs avec une force illocutoire soutenue et s’engage dans des interpellations adressées à l’auditoire.

23Les marques de la première personne du pluriel présentent une distribution exactement inverse, tout aussi concentrée. Mais elles ont la particularité de recouvrir de notables ambiguïtés. L’occurrence de la première phrase, nos territoires d’Outre-mer, renvoie logiquement à la communauté des « Belges d’Europe », seuls détenteurs logiques et réels de possessions « Outre-mer ». Ainsi apparaît aussitôt la contradiction déjà repérée entre le contenu de l’énoncé et les formes de son énonciation. On attendrait que compatriotes soit adressé à l’ensemble des Belges et des Congolais qui composent l’auditoire, auxquels il est dit qu’ils appartiennent à la même nation et à la même patrie. Or la restriction de sens de compatriotes, par son application aux seuls « Belges d’Europe », et un nous d’emblée discriminant installent une antilogie poursuivie tout au long du discours. Dans l’occurrence (« nous entendons nous maintenir dans le cadre de ces sages conceptions »), qui fait suite à un éloge de la lucidité anticipatrice de Léopold II, le pronom peut aussi être compris comme un nous de majesté ; même si le premier référent réapparaît aussitôt dans la reprise de nos territoires d’Outre-mer. Ce dernier réglage prévaut ensuite pour le reste du texte. Parler de notre souveraineté ne peut renvoyer qu’à celle de la Belgique d’Europe et dans la phrase « nous qui connaissons à fond les territoires de l’Afrique belge et leurs habitants » se trouve nettement posé, face au Même belge, un Autre, objet de son savoir, renvoyé en non-personne. Deux occurrences seulement échappent à ce réglage exclusif : celles de la citation de Léopold III où, dans nos solidarités et nos intérêts, sont simultanément convoqués le colonial et l’indigène. Ces marques de première personne manifestent donc l’effet de la contradiction déjà repérée au plan de la dénomination. Alors qu’il prône « une politique de large compréhension mutuelle fondée sur le respect de la personne humaine », le Roi Baudouin n’actualise lui-même aucun nous inclusif dans lequel seraient simultanément rassemblées les deux communautés, belge et africaine, qu’il appelle à s’unir.

4.2. 

24Il en va de même pour les désignations nominales. Si l’appellatif de compatriotes peut, dans les interpellations isolées, s’entendre comme adressé à l’ensemble de l’auditoire, la péroraison lève toute hésitation éventuelle. Elle sépare explicitement les « populations autochtones du Congo » des « Belges d’Europe » dans l’instant même où il est demandé « à tous » de « rester unis » ! Le propos bute sur une réalité coloniale, on ne peut plus immédiate, que relatent les reportages journalistiques :

25Aussi, lorsque le roi dit « se tourner ensuite vers les Belges d’Europe », faut-il ne pas entendre seulement un sens figuré ; mais la contrainte dans laquelle il est de se retourner vers les tribunes où il se trouve lui-même. Les discriminations auxquelles le discours procède sont celles que la réalité impose au plan social, comme à celui de la pratique.

4.3.

26La distinction entre blancs et noirs apparaît à d’autres niveaux. Aussi, dans l’adresse lancée « aux populations autochtones », la voix de l’orateur se fond dans celle d’un nous, celui du Même belge en regard de l’Autre des Congolais renvoyé en seconde personne (« nous connaissons vos qualités »). Et alors qu’il demande à ces derniers de maintenir « leur confiance (et leur) attachement à la Belgique », le roi invite les « Belges d’Europe » à « garder (leur) fidélité au pays ». Dans la différence des dénominations, Belgique vs pays, est inscrite celle d’un rapport différent à la Métropole, qui est pour les Belges celui d’une communauté à son « pays ». Partagée dans l’évidence, la référence n’appelle pas d’être nommée d’un nom propre ; une catégorisation en nom commun y suffit. Mais comment les Congolais pourraient-ils entendre fidélité au pays ? La séparation s’affirme plus fondamentalement encore au plan du contenu.

27Déjà une comparaison entre la longueur du discours royal et la brièveté de l’allocution en lingalais signale sans équivoque la hiérarchie posée. Celle-ci se retrouve dans les formules allocutives où se lit une nouvelle distinction parmi les Congolais, que la terminologie coloniale fixe en discernant entre « évolués » et « primitifs ». Les uns, maîtrisant le français, peuvent, en dépit des discriminations ensuite établies par le discours, bénéficier de l’appellatif générique de compatriotes ; les autres n’ont droit en lingalais qu’à celui, moins engagé, d’amis. Tous sont sollicités dans leur confiance aux « représentants de la Belgique », aux « administrateurs belges » ainsi que pour leur « énergie et (leur) capacité laborieuse », leur « dévouement ». Les Belges sont loués pour leur « ardeur au travail », cette fois associée à la « volonté de réussir » ; ils le sont spécifiquement pour leur « sens des responsabilités, de l’autorité, de la discipline ». L’obéissance au pouvoir politique requise des blancs comme des noirs n’est pas de même nature ; elle est pour les uns celle d’une main-d’œuvre, pour les autres celle de son encadrement. Cette distribution hiérarchique des rôles motive un des plus fréquents clichés :

28Cette vision du rapport colonial recèle toutefois sa contradiction propre, notée par la dialectique hégélienne du maître et de l’esclave. Si le relèvement, l’élévation de l’indigène sont « le fardeau de l’homme blanc » (Kipling) et sa mission sur terre, l’inégalité essentielle ainsi postulée obère fatalement toute « politique de large compréhension mutuelle ». Le paternalisme ne peut se soutenir que de la minoration d’un peuple de « grands enfants ». Et bien que le dessein royal d’une coopération engagée sur la base de relations nouvelles, humanitaires, apparaisse en progrès sur la situation antérieure, le projet reste miné par une indépassable disparité. Quand bien même elle bénéficierait du libre assentiment du dominé, une telle hiérarchie ruine par avance tout plan de coexistence harmonieuse. On retrouve ici la pertinence de l’implacable jugement de Memmi sur l’impossibilité d’un « colonisateur de gauche ». Sauf à œuvrer à sa propre fin, celui-ci ne peut que vivre et penser sa dominance comme éternelle, et par là s’installer dans une contradiciton fondamentale avec ses propres principes. Telle est la raison ultime de l’illogisme qui subvertit irrémédiablement la cohérence du propos du roi Baudouin. C’est ce qui précisément explique son application vigilante à en masquer, suturer les inconséquences. Et les silences observés par le discours sont certainement l’attestation la plus manifeste en même temps que la mieux dissimulée d’un effort pour contrôler et clôturer un sens constamment menacé de contradictions.

5. Les censures du non-dit

5.1.

29La difficulté méthodologique déjà notée ressurgit avec plus de force puisqu’il faut, pour repérer un non-dit du texte, avoir par ailleurs connaissance de ce qui est celé. Le report aux faits est là inévitable. On peut cependant rechercher des indices de ces mutismes à l’intérieur du champ d’étude propre de la linguistique : confrontation à d’autres textes de la même formation discursive, repérage des intertextualités ou des marques formelles de vides, d’absence dans le texte même.

30Une première anomalie peut être relevée dans l’évitement du registre hagiographique dans lequel les discours coloniaux officiels célèbrent ordinairement le courage déployé et les sacrifices consentis, à proportion desquels s’apprécient les mérites des pionniers, la gloire de la nation et la grandeur de l’œuvre civilisatrice. Absence d’autant plus notable que le discours est prononcé dans la capitale, dénommée Léopoldville, dont le nom célèbre le fondateur éponyme. Ce manquement à la norme – que le Gouverneur Général par contre respecte – s’explique de ce que l’évocation de la conquête serait incompatible avec la philantropie affichée d’une « politique de large compréhension mutuelle et de respect de la personne humaine ». L’histoire coloniale du Congo nous apprend en effet que Léopold II a toujours et fermement revendiqué le caractère lucratif de son aventure africaine, entendue dès l’origine comme une entreprise de droit privé. Il fit admettre en 1885 par le Congrès de Berlin sa souveraineté sur un Etat indépendant du Congo reconnu comme sa propriété personnelle. Une main-d’œuvre obligatoire décimée par un taux de mortalité élevé, comprit 50 000 porteurs et entre 2 et 400 000 personnes astreintes au travail forcé. Ces données livrées par les historiens disent suffisamment la férocité d’une oppression dont « les excès véritablement esclavagistes » (Le Soir, nov.1993, HS, p. 27) furent dénoncés au parlement anglais. Le roi Léopold II y répondit vigoureusement en 1906, en des termes souvent cités :

31La Société des Nations parvenait toutefois en 1908 à imposer un transfert de souveraineté à l’Etat belge. Ces informations nous donnent à comprendre que le roi Baudouin ait préféré éviter la célébration d’usage de ce passé régi par la force brutale au moment où il invitait à « une politique de large compréhension mutuelle fondée sur le respect de la personne humaine ». Par anachronisme, on éprouve quelque peine à mesurer le bouleversement qu’annonçait le discours royal ; mais on conçoit qu’il ne pouvait aller sans réticence ni opposition des tenants du régime colonial en place. Le texte de l’allocution ne fait bien évidemment aucune mention directe de ces dissensions contredisant l’unanimisme proclamé. Une lecture attentive relève toutefois une réfutation discrète : « l’expansion d’un pays neuf ne se justifie que par l’accroissement du bien-être de la population autochtone ». Formulée par une négation restrictive, l’affirmation catégorique du principe présuppose logiquement l’existence d’une réalité différente ou d’un contre-discours que le locuteur tient à récuser absolument. Rien dans les propos du roi Baudouin ne vient préciser l’allusion. Les textes d’accompagnement par contre désignent explicitement les contradicteurs et les journalistes signalent tous l’hostilité d’une partie des colons. Dans une société où la pire des injures est celle de « négrophile », l’hostilité à la politique du roi Baudouin se manifestera quatre ans plus tard par une tentative avortée de coup d’Etat à Elisabethville (Le Soir, 1993 : 73). Sous un monologisme de façade, l’irréductible dialogisme de toute parole donne à entendre d’autres voix discordantes. Mais le procédé employé ne permet de bonne réception du sens que si le récepteur peut, grâce à une connaissance préalable des référents auxquels il est fait allusion, établir lui-même ce report à la réalité implicitement évoquée.

5.2.

32Deux autres négations restrictives, centrées sur le même thème, signalent une nouvelle réfutation d’opinions ou de volontés adverses : « Nous n’avons à nous inspirer que de notre conscience et de nos devoirs ; ceux-ci ne peuvent nous être dictés que par nous-mêmes ». On pense en premier lieu aux conflits d’intérêt et aux polémiques qui n’ont cessé de confronter la monarchie belge aux appétits des autres nations européennes. Il paraît difficile de n’y voir que cette unique raison d’autant que l’orateur affirme sa détermination à « assurer l’intégrité (des) territoires ». La défense de la nation étant la première des obligations du souverain, un tel rappel ne peut procéder que de l’existence d’une hostilité sur laquelle le texte maintient paradoxalement un mutisme total. Il convient de la rechercher dans le contexte historique. La menace évoquée allusivement peut être précisée. La session à Bandoung (Indonésie), du 18 au 25 avril 1955, de la première conférence afro-asiatique a, le mois précédent, marqué l’émergence au plan international des pays dominés. La résolution finale adoptée à l’unanimité proclamait « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui est la condition préalable à la jouissance totale de tous les droits fondamentaux de l’homme ». Elle dénonçait « le colonialisme dans toutes ses manifestations (comme) un mal auquel il doit être mis fin rapidement » et demandait aux Nations Unies de faire siens ces principes. Il y a bien là une autre relation dialogique et polémique qui rejette toute velléité de contrôle international. Le refus recouvre une récusation plus fondamentale encore, lisible dans une quatrième et dernière négation restrictive.

5.3.Belgique et Congo ne forment qu’une nation.

33Postulat premier dont dépend tout l’avenir de la colonie et qui entraîne, on l’a vu, la production de sens la plus récurrente. Sur lui pèse la menace capitale, et sur ce danger la plus totale occultation. Car il suffit que l’axiome soit remis en cause, pour qu’aussitôt l’argumentation si laborieusement construite s’en trouve mise à bas. Ce postulat, il est du pouvoir du colonisé, et de lui seul, d’y souscrire ou de le récuser. Aussi est-ce moins l’ONU que la prise de parole du dominé qui est en réalité visée. Ainsi se révèle l’incidence, occultée mais efficiente, d’une revendication d’émancipation des tutelles coloniales par les pays dominés, au nom des valeurs mêmes que prônent les puissances impériales ; notamment pour justifier leur « mission civilisatrice ». Ce retournement de l’argument explique l’embarras de l’orateur, conduit à frapper d’un interdit radical cette protestation. Son silence ne peut toutefois supprimer l’efficace de ce qui apparaît à la fois comme le motif du voyage du roi au Congo et la raison déterminante de son intervention. Si l’on admet que cette réclamation est bien ce qui « en dernière instance » suscite le discours, la notion d’indépendance doit alors être reconnue pour latente : présente, quoique informulée, à l’esprit du locuteur comme à celui de l’auditoire. En conséquence de quoi, il faudrait, de façon paradoxale et pertinente, parler de l’actualisation d’un praxème absent. Le non-dit est là, exerçant son emprise sans qu’on puisse le saisir autrement que sous forme de traces ou des effets pervers du travail de censure.

34La récurrence sémantique obsédante de l’union de la Belgique au Congo peut se lire à l’inverse de ce qu’elle exprime : ni évidence, ni conviction inébranlable, mais au contraire réaffirmation opiniâtre et inquiète de ce que l’on sait fondamentalement contesté et dénoncé. Lecture à laquelle incite un texte qui, en dépit de certitudes catégoriquement affirmées, ne comporte aucun futur. Lecture qui invite à entendre la formule conclusive selon son exact opposé : non pas vœux traditionnels de félicité, mais conjuration d’un désastre pressenti, ou du moins possible. Dans cette économie, l’énoncé saugrenu posant que « l’indépendance de nos territoires est assurée » dessine une tentative d’expurger le mot tabou de son pouvoir fatal. Le réglage du sens restreint l’application référentielle d’indépendance au seul domaine économique, et aux rapports avec d’autres puissances coloniales. Mesure prophylactique peu opératoire, ainsi que le montrent les contradictions qui déchirent le texte.

35Alors qu’il invite les hommes de bonne volonté à se rassembler en une œuvre commune, l’orateur ne parvient pas à les réunir en une même catégorisation. Le rapprochement confraternel préconisé se heurte à une irréductible hiérarchie et l’unicité de la Belgique et du Congo se trouve immédiatement invalidée par sa dénomination. Se donnant pour souveraine et sans partage, se voulant monologique, la parole du monarque s’avère constamment traversée de dialogismes multiples. On peut également rendre compte de l’ensemble de ces discordances par la duplicité d’un registre de contenus manifestes que travaille et subvertit implicitement un autre registre. Ce que l’on récapitule commodément dans la dualité latente du schéma actanciel :

notre conscience et nos devoirs

l’indigène

le Souverain

Belges et Congolais

notre intérêt bien compris

l’œuvre civilisatrice

la Belgique

––––––––––>

maintien de l’union de

les Belges

la Belgique et du Congo

une politique de large compréhension mutuelle et de respect de la personne humaine

l’étranger, des difficultés sans nombre,

les colons ultras, l’ONU,

les indépendantistes

6.4. 

36On pourrait multiplier les attestations relevées dans le contexte historique pour corroborer cette approche de l’implicite. Deux y suffiront. En 1955, le professeur J. Van Bilsen, partant du principe que le Congo n’échapperait pas au « processus mondial d’émancipation », défendait le projet d’un « plan de trente ans » qui devait conduire à dégager le Congo de son statut de colonie. Le volumineux dossier constitué ne présentait toutefois pas une seule occurrence d’indépendance, signalant ainsi l’extension de l’interdit dans tout le champ social. A contrario, le bref discours, par lequel le roi Baudouin entérine, en 1960, l’accession du Congo à l’indépendance, indique rétrospectivement les enjeux que motivaient cette censure :

  • 2   Ce refus par le sujet de reconnaître la réalité d’une percepion traumatisante relève, pour Freud, (...)

37Par souci des bienséances, la Sagesse des nations recommande de « ne pas parler de corde dans la maison d’un pendu ». La censure d’indépendance n’a pas exactement le même objet. Elle n’évite pas un souvenir traumatisant, mais une nomination dont on craint qu’elle ne fasse surgir en esprit, ou concrétiser dans la réalité, une idée intolérable, traumatisante elle aussi. Et cela d’autant plus que l’on sait « le mouvement d’émancipation » inéluctable. Ce refus d’admettre le cours de l’histoire semble donc se faire dans l’ordre du « Je sais bien … mais quand même » : il est un déni de réalité.2 Il s’agit d’affirmer, « malgré tout », envers et contre tout, l’indéfectible union de la Belgique et du Congo. Mode de défense qui échappe en partie au rationnel et entraîne aux insurmontables contradictions relevées.

38C’est donc bien dans le non-dit que le discours du roi Baudouin fait fondamentalement sens. Il reste que si le texte en livre nombre d’indices dans ses formes propres, nous avons dû pour cerner ce sens par défaut, recourir aux savoirs historiques extratextuels censurés. De sorte que c’est bien la dénégation de ce réel, par refus à le nommer, qui désigne le sens dans son absence : en somme, un « non-sens » qui fait sens.

Haut de page

Bibliographie

Astier Loutfi M. (1971), Littérature et colonialisme, Mouton.

Bres J. (1994), La narrativité, Duculot.

Cahiers de Littérature Générale et Comparée, (1981) Littérature coloniale, 5.

Itinéraires et Contacts de Culture, (1987) Le roman colonial, vol. 7, vol. 12 (1991), L’Harmattan.

Kadima-Tshimanga B.,Bassili Talo K., (1984),« Un discours sur la colonisation au Congo belge : jeux d’adresse », Mots 8,  p. 109-123.

Kerbrat-Orecchioni C. (1986), L’implicite, Armand Colin.

Lafont R. (1978), Le travail et la langue, Flammarion.

Lafont R., Madray-Lesigne F., Siblot P., (1983) « Pratiques praxématiques. Pour une analyse matérialiste du sens », Cahiers de Linguistique Sociale 6.

Le Soir, Baudouin, le dernier roi du Congo, numéro hors série, (novembre 1993).

Memmi A(1957), Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur, Gallimard (réed. 1985).

Siblot P. (1986), (en col. Planche J.L.), « Le 8 mai 1945 : Éléments pour une analyse des positions de Camus face au nationalisme algérien », Camus et la politique, L’Harmattan, p. 153-175.

Siblot P. (1989), « Dialectique d’une formation discursive coloniale : d’une Algérie l’autre », Littérature 76, Larousse, p. 56-73.

Haut de page

Notes

1 Nous prions Yves Winkin et Jean Beaufays de l’Université de Liège, à l’amabilité desquels nous devons les documents qui nous ont permis de conduire cette étude, de trouver ici l’expression de nos remerciements.

2   Ce refus par le sujet de reconnaître la réalité d’une percepion traumatisante relève, pour Freud, de l’ordre de la psychose. La censure n’est par ici de l’ordre de l’inconscient, et le terme n’est pas repris dans son acception clinique, mais dans le sens plus général d’un refus de « regarder la réalité en face ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Siblot, P. (1994). Cahiers de praxématique 23. L’éloquence des silences. D’une absence de nomination comme déni de réalité. Cahiers de praxématique. Montpellier : Pulm. 13-36

Référence électronique

Paul Siblot, « L’éloquence des silences »Cahiers de praxématique [En ligne], 23 | 1994, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/1441 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.1441

Haut de page

Auteur

Paul Siblot

Praxiling — Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search