Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45La mise en relation dialogique da...

La mise en relation dialogique dans les portraits de presse

Dialogism in the building of description: a study based on portraits in newspapers
Jean-Marc Sarale
p. 77-102

Résumés

Cet article s’interroge sur le rôle du dialogisme dans l’organisation textuelle de la description. En se basant sur un corpus de portraits de presse, on observe la présence de nombreux énoncés dialogiques dans les séquences ou périodes descriptives. L’hypothèse soutenue est que cette présence est constitutive de la tâche cognitive globale qu’est la description. On définit une opération de « mise en relation dialogique », que l’on intègre au modèle le plus courant de la textualité descriptive ; et on s’efforce de montrer comment elle se combine aux autres opérations descriptives.

Haut de page

Texte intégral

1Le modèle courant de la textualité descriptive (Adam & Petitjean 1989, Adam 1992-1997, Adam 2005) conçoit celle-ci comme le regroupement, en périodes d’étendue variable, de « propositions descriptives » engendrées par quelques « macro-opérations » : thématisation, aspectualisation, mise en relation et expansion. Les prédications en être ou avoir sont au centre du modèle, mais les phrases en dire, introductrices ou rectrices de discours rapporté (désormais DR), n’y ont aucune place assignée. Pourtant, les énonciateurs ne se contentent pas, quand ils décrivent un objet, d’en prédiquer des qualités, de le mettre en relation métaphorique ou de représenter les actions où il est engagé ; il leur arrive aussi de rapporter ce que d’autres énonciateurs en disent, et de se référer, explicitement ou non, aux discours tenus sur cet objet. Voici, tiré d’un portrait de presse, un exemple de description qui met l’objet décrit en relation avec des voix autres que celle de l’énonciateur principal :

(1) Depuis quelques jours, c’est la ruée vers la philosophie. On ne sait pas encore si Politique des sexes, ouvrage savant, fera son entrée dans les classements de best-sellers, que déjà tout le monde s’arrache son auteur. Sylviane Agacinski, épouse Jospin. Femme de tête et femme de. Qui va répétant que lui c’est lui et moi c’est moi. Pour endiguer cette curiosité envers celle qui pense au côté de celui qui gouverne. (« Femme de tête », Libération, 9-3-1998).

2Les deux premiers énoncés-phrases constituent la mise en clôture initiale et posent le thème central du portrait. Ils sont suivis d’une qualification de l’individu décrit et — fait qui nous intéresse — d’une mise en relation avec un discours rapporté (DR), dont l’énonciateur est Sylviane Agacinski elle-même. L’énoncé rapporté, lui c’est lui et moi c’est moi, est donné comme décrivant la façon dont le personnage concilie les deux qualités de philosophe et d’épouse d’un homme de pouvoir. Le DR n’est plus seulement la trace d’un ou plusieurs événements de discours, il fonctionne comme un véritable trait descriptif. Il paraît judicieux d’intégrer au modèle de la séquentialité descriptive cette part de DR et, plus largement, de dialogisme qui permet de donner à voir, ou plutôt de donner à concevoir, un objet à travers le circuit des points de vue discursifs. On proposera donc d’ajouter au modèle de la séquence descriptive une opération discursive supplémentaire, la mise en relation dialogique. Après un rappel du modèle d’Adam et une définition de la notion de dialogisme, on vérifiera cette hypothèse sur corpus : on essaiera de classer les mises en relation dialogiques selon leurs formes syntaxiques et selon leurs types d’hétérogénéité énonciative. On se demandera aussi comment un énoncé dialogique en vient à produire un sens descriptif, c’est-à-dire par quels procédés syntaxiques, sémantiques ou inférentiels une phrase en dire peut devenir l’équivalent d’une phrase en être. On examinera enfin la complémentarité de la mise en relation dialogique avec les autres opérations descriptives, en s’interrogeant sur ses éventuels recoupements avec celles-ci.

1. Rappel des notions en jeu

3Ce travail s’appuie sur un corpus de presse écrite, constitué de « portraits » parus dans les quotidiens Libération et Le Monde, ainsi que dans l’hebdomadaire Télérama (une cinquantaine d’articles au total). Ce genre discursif illustre un type particulier de description, la description de personnage, où la rhétorique classique (Fontanier, 1827-1968) distinguait plusieurs sous-variantes : la prosopographie, description physique, l’éthopée, description morale et... le portrait, mélange des deux. La dénomination de ce genre de presse contemporain coïncide avec celle d’un sous-type classique de description. Le choix de la personne à décrire découle d’une certaine saillance dans « l’actualité », produite par d’autres discours informatifs, qui sont publiés dans la presse ou émis par les médias audiovisuels.

4C’est le gage que l’individu décrit est un objet de discours médiatique et, plus largement, d’autres discours circulants.

5Le genre du « portrait » de presse, étudié par Laborde-Milaa (1998) et Schnedecker (2005) notamment, est globalement descriptif : présence iconique d’une photo, très souvent légendée, péritexte et mises en clôture orientés vers le type descriptif, finalité générale de l’article. On y trouve toujours une ou plusieurs séquences descriptives, mais celles-ci ne sont pas forcément majoritaires. Elles cohabitent avec d’autres séquences, notamment de type narratif ou argumentatif. Le corpus choisi présente donc la commodité d’offrir en abondance à la fois du descriptif et des phénomènes de dialogisme, sans beaucoup s’écarter des normes habituelles de l’écrit. Les portraits de presse sont des textes écrits et monologaux, que précède un avant-texte oral et dialogal, auquel nous n’avons pas accès, l’entretien entre le journaliste et l’objet du portrait. Mais les énoncés dialogiques présents dans les descriptions ne sont pas tous relatés à cet avant-texte oral, loin s’en faut. Et ceux qui le sont ne diffèrent pas des autres énoncés dialogiques dans leur traitement descriptif, ni au point de vue syntaxique, ni au point de vue sémiotique. C’est pourquoi cette étude ne se focalisera pas sur les relations intertextuelles entre l’avant-texte oral et le texte de presse, mais considèrera le phénomène global de circulation des discours dans la séquence descriptive, en tant qu’il participe à la construction de ce type séquentiel.

1 .1. Le modèle de séquence descriptive de J.-M. Adam

6Les présentations successives de la textualité descriptive par J.M. Adam ont subi des inflexions, sans toutefois connaître de révision radicale. La présentation de 1992-1997 (reconduisant largement celle d’Adam et Petitjean, 1989) conçoit la description comme un mouvement d’expansion à partir d’un thème-titre que développe et spécifie une série de « propositions descriptives », résultant de l’application de « procédures » à caractère logico-sémantique. Ces procédures sont au nombre de quatre :

  • l’ancrage référentiel ;

  • l’aspectualisation, qui confère au thème-titre des propriétés générales ou qui en considère les parties constitutives ;

  • la « mise en relation », soit « métonymique » quand elle rapproche, spatialement ou temporellement, l’objet décrit d’autres objets, soit « métaphorique », lorsqu’elle assimile l’objet décrit à d’autres objets, par comparaison ou métaphore ;

  • et « l’enchâssement par sous-thématisation », qui fait d’une partie de l’objet un nouveau thème, lui-même passible d’aspectualisations ou de mises en relation de rang 2.

7À la différence du type narratif, le descriptif manque de linéarité intrinsèque, ce qui paraît peu compatible avec la notion même de séquence. Adam voit toutefois dans ces opérations un ordonnancement textuel « hiérarchique », ou encore « tabulaire », qui l’autorise à parler de « prototype de la séquence descriptive ». Il mentionne d’ailleurs la possibilité d’adjoindre, à ce répertoire d’opérations, des « plans de texte » (plans spatiaux haut-bas ou droite-gauche, ordre des cinq sens, ordres alphabétique ou numérique...), qui confèrent à la description une linéarité discursive utile à sa lisibilité et à son interprétation.

8La présentation de 2005 reprend les 4 macro-opérations de base, mais la notion d’ancrage référentiel est renommée « thématisation », les macro-propositions descriptives deviennent des « propositions-énoncés » et la projection de la rhétorique classique sur le modèle séquentiel (fragmentation du thème-titre = synecdoque, mise en relation = métonymie ou métaphore) tend à s’estomper. Surtout, Adam substitue le terme de période à celui de séquence, renonçant à l’idée d’un modèle prototypique stable et aux schémas qu’il présentait en 1989 et 1992-1997 :

À la différence des autres types de séquences, la description ne comporte pas d’ordre de regroupement des propositions-énoncés en macro-propositions liées entre elles. Elle a de ce fait une faible caractérisation séquentielle. [...] Au niveau de la composition textuelle, quels que soient l’objet du discours et l’extension de la description, l’application d’un répertoire d’opérations de base engendre des propositions descriptives qui se regroupent en périodes d’étendue variable, ordonnées par un plan de texte. (Adam, 2005, p. 146)

9Malgré l’introduction de ces nuances, la textualité descriptive reste modélisée selon des critères logico-sémantiques. Les opérations reflètent un classement abstrait des prédications en être (être composé de parties, être + attribut de propriété, être situé spatialement ou temporellement, être comme) dont la traduction syntaxique est problématique. Et la description semble se construire selon une nomenclature, à partir d’un référent déjà donné, objet saisi « cognitivement » à travers le découpage sémantique de la « réalité» et le parcours des domaines notionnels dans lesquels il s’inscrit. Adam et Petitjean reprennent d’ailleurs cette citation de R. Barthes, fort révélatrice :

Le modèle (lointain) de la description n’est pas le discours oratoire (on ne « peint » rien du tout), mais une sorte d’artefact lexicographique (Barthes 1973, Le plaisir du texte, — cité par Adam et Petitjean, p. 105).

10Or, notre corpus montre que certains objets décrits sont ce que d’autres discours disent d’eux, autant que la somme de leurs parties et l’éventail des qualités qu’on leur attribue ; nous observerons que la description se construit aussi par la reprise de discours antérieurs. Avant cela, il convient de présenter brièvement la notion de dialogisme.

1 .2. La notion de dialogisme

11Après avoir remarqué que Bakhtine ne propose pas de définition du dialogisme, mais qu’il « semble possible de l’appréhender par les phénomènes d’ouverture à, de mise en relation avec », Bres et Nowakowska (2005) définissent le dialogisme de tout discours comme « son orientation vers d’autres discours, au principe de sa production comme de son interprétation ». Cette orientation se manifeste « sous forme d’échos, de résonances, d’harmoniques » ; sous forme de « voix, qui introduisent de l’autre dans l’un », car le sujet — et son discours — n’existe, « ne fait sens que dans son rapport à l’autre ».

12Le dialogisme participe de la production globale du texte ; il joue un rôle fondateur dans les types d’organisation séquentielle, dans la mesure où le concept d’« énoncé » que manipule Bakhtine « coiffe les notions de texte, de discours, de tour de parole, voire d’énoncé dans son acception de phrase actualisée », et dans la mesure où, comme l’affirment Bres et Nowakowska :

C’est d’abord au niveau macrotextuel que le discours s’inscrit dans une formation discursive, qu’il est analysable à la fois comme reprise de (dialogisme constitutif) et réponse à (dialogismes interdiscursif et interlocutif) d’autres discours.

13Le dialogisme a donc toutes les raisons de se trouver au principe du fonctionnement textuel. On s’attachera ici à le montrer dans le cas de la textualité descriptive. D’une part, l’objet décrit peut être constitué de ce que d’autres discours disent de lui ; et d’autre part, tout objet est mis en relation avec des usages et avec des contextes : des recoupements sont probables entre la notion de mise en relation propre au modèle d’Adam et la « mise en relation » interdiscursive par laquelle se manifeste le dialogisme.

14Il ne s’agit pas de repérer la présence d’énoncés dialogiques dans le texte descriptif. Il s’agit de montrer que le dialogisme n’est pas un effet d’hétérogénéité énonciative venu s’ajouter après coup à une opération « fondamentale » de la description, à la façon d’une mise en scène polyphonique, mais une opération discursive inhérente à l’acte de décrire.

2. La mise en relation dialogique

2 .1. Définition

15On suppose que la textualité descriptive repose, outre les aspectualisations et les mises en relation par contiguïté spatio-temporelle et par assimilation, sur une « mise en relation dialogique ». Il s’agit d’une proposition descriptive du type [X dire que Th être Y / faire Y] ou [Th dire que Y], où Th est l’hyperthème du portrait et Y une forme d’énoncé dialogisé, attribuable à un énonciateur X, qui diffère de l’énonciateur principal et se confond éventuellement avec le thème du portrait. L’énoncé dialogique est une proposition descriptive, car il est « en relation » avec le thème-titre de la description ou avec une autre proposition descriptive.

16Voici l’incipit d’un portrait de Michèle Alliot-Marie, alors en passe d’être élue présidente du RPR :

(2) Longtemps, Michèle Alliot-Marie a trouvé ses mérites méconnus. Ils sont pourtant couchés là dans un curriculum vitae long comme un discours chiraquien. Pas moins de six diplômes, dont ceux d’avocat et de docteur en droit. « À Assas, raconte-t-elle, on était une bande et on a parié à celui qui aurait le plus de lignes sur sa carte de visite. » Pour le cas où cela ne suffirait pas, aux diplômes viennent s’ajouter cinq décorations. [...] (« Petite poigne », Libération, 04-12-1999).

17Le portrait commence comme une description conforme au modèle de J.-M. Adam : sitôt le thème-titre posé, une sous-thématisation isole les états de service (mérites), et la séquence développe des qualifications (méconnus, etc.), une fragmentation (diplômes, décorations), une mise en relation, la comparaison « comme un discours chiraquien ». Mais on y trouve aussi de l’hétérogénéité discursive (deux sources : Michèle Alliot-Marie elle-même et le « curriculum vitae », source écrite dont la présence s’appuie sur le déictique ), avec des occurrences de DR :

18— un discours indirect (DI) de forme minimale

19— V. d’opinionCODattribut du COD

20— « Michèle Alliot-Marie a trouvé ses mérites méconnus » ;

21— un discours direct (DD) au V. recteur en incise : « À Assas, raconte-t-elle, on était une bande et on a parié... ».

22— le « curriculum vitae », quant à lui, est intégré à la trame de la description sous la forme du discours narrativisé, qui « constitue le degré zéro de la représentation du discours autre » et « traite l’autre acte d’énonciation comme un procès quelconque » (Verine, 2001 : 92).

23On peut parler d’intégration du dialogisme dans la séquence descriptive, dans la mesure où :

24— la sous-thématisation des mérites est posée en DR, ce qui montre que certaines des opérations descriptives énumérées par Adam peuvent être dialogisées ;

25— le DI [énoncé enchâssé d’Alliot-Marie : mes mérites sont méconnus] devient un trait descriptif du personnage-titre — ce point sera précisé plus bas ;

26— l’une des sources interdiscursives, le CV, est intégrée à la séquence descriptive, par mise en relation spatiale ; — le DD introduit un faire dans le portrait (V recteur raconte), mais non une séquence narrative enchâssée dans la description. L’appellation de mise en relation dialogique se base sur les arguments suivants :

27a) le nom relation désigne étymologiquement le fait de rapporter, par le discours, des événements et des propos, et le dialogisme est une mise en relation de discours ;

28b) dans une séquence descriptive, les phrases en dire n’expriment pas toujours directement un aspect du thème de la description ; elles mettent plutôt en relation, soit avec le thème descriptif, soit avec une aspectualisation ou une autre proposition descriptive, la représentation d’un contenu énonciativement hétérogène.

2 .2. Le discours rapporté dans la description

29Le dialogisme prend souvent la forme d’un DR, notion qui est ici entendue au sens large de « référence qu’un discours fait à un autre acte d’énonciation » : l’énonciateur « d’une énonciation [E] pour un récepteur R y enchâsse l’énonciation [e] pour un récepteur r, dont il explicite plus ou moins le contenu ou l’expression linguistiques, ainsi que le contexte et les composantes co-verbales ou non verbales » (Verine, ibid.). Cette définition comprend bien sûr les formes marquées du DI et du DD, mais aussi les îlots textuels (IT) et les modalisations en discours second, qui permettent de les panacher souplement. S’y ajoutent les « configurations discursives particulières » (Authier-Revuz 1978) du discours indirect libre (DIL) et du discours direct libre (DDL), qui ne s’appuient pas sur des marqueurs grammaticaux fixes, mais sur divers indices sémantico-syntaxiques suggérant la différenciation et la cohabitation de deux voix énonciatives (c’est une affaire d’interprétation « au moindre coût »). Cette « panoplie » du DR se déploie assez largement dans un portrait de l’animateur de télévision, Thierry Ardisson, où le DD se prolonge sous la forme du DIL et où des représentations de la parole par des GN (le ton, le sarcasme, la vacherie) cohabitent avec un IT nominalisé (des « ouais » dubitatifs) :

(3) Le costume de clergyman est toujours noir. Il l’a dit souvent : ça mincit, il n’aime pas son physique, il a un gros cul. Le ton est moins rogue. Le sarcasme traîne un peu en chemin. La vacherie patiente en gare. Il semble avoir perdu ces façons de rejeter de guingois la fumée de ses Marlboro, en mâchouillant des «ouais» dubitatifs, très mec à la redresse («La mule du PAF», Libération, 19-09-1998).

30Dans le corpus étudié, le DR prend des formes typiques du genre discursif « portrait de presse ». Ce sont les IT qui prédominent ; si le code typographique (guillemets et italiques) confère une motivation supplémentaire à leur hétérogénéité énonciative, ce sont, linguistiquement, des modalisations en discours second portant sur l’expression. Ils sont le plus souvent des GN (80 %), plus rarement, des groupes adjectivaux (près de 20 %) — on trouve aussi une occurrence d’adverbe. Et leur fonction est majoritairement celle de COD/COI d’un V. de déclaration ou de sentiment (50 %), le reste se partageant équitablement entre attribut, apposition et complément du nom. Le DI est plus fréquent que le DD, sans doute parce qu’il offre une meilleure intégration syntaxique à la séquence descriptive. Mais ce qu’on entend ici par DI inclut la forme minimale, [V. déclaratifCOD], ainsi que de nombreuses formes allégées, comme [V. recteurinfinitif] ou [V.COD + attribut du COD] :

(4) Initiateur de la pétition « Sauvez la recherche ! », porte-parole du collectif du même nom, Alain Trautmann n’est pourtant pas trempé dans un seul acier. Alsacien par son père, méditerranéen par sa mère, il se sent plus proche de la culture du Midi (« Alain Trautmann, le biologiste qui a dit non », Le Monde, 23-1-2004).

31Le DI prototypique, [V. déclaratifsub. complétive], ne représente que 33 % des occurrences. On est parfois tout près du simple discours narrativisé. Comme les IT sont volontiers mitoyens d’un DI ou d’un DD, voire inclus dans un DI, on a affaire à une forme mixte DIIT, tout à la fois légère, syntaxiquement intégrée à la phrase et proche du DD. Le DIL, si fréquent dans les romans de la seconde moitié du XIX e siècle, est rare, de même que le DDL. Ce dernier se présente d’ailleurs presque toujours comme le prolongementd’un DD — et comme l’irruption, dans le portrait, de fragments du texte préalable de l’interview. La proximité entre DI et IT permet ce que nous appelons « l’effet verbatim », elle permet de conserver des traces du discours oral et dialogal, antérieur à l’article de presse écrite, bref de rendre visible l’hétérogénéité énonciative tout en l’intégrant syntaxiquement au texte descriptif.

2 .3. Autres marqueurs de dialogisme

32La mise en relation dialogique dans les portraits emprunte d’autres marqueurs de dialogisme, telle la négation totale, qui est analysée par Bres (2001 : 87) comme « rejet par l’énonciateur principal E de l’énoncé positif présupposé, imputable à un autre énonciateur e » :

(5) Ici, la femme qui s’avance en tailleur violet n’est pas la First Lady la plus décriée de l’histoire des États-Unis, l’usurpatrice qui voulait gouverner sur un pied d’égalité avec son élu de mari, la politique abrasive et autoritaire, la réformiste engagée qui prétendait donner une couverture sociale à tous les Américains, la « menteuse congénitale » dénoncée par les éditorialistes républicains et soupçonnée d’avoir soustrait des documents à la justice dans divers scandales. Elle est une First Lady aimable, auteur d’un livre best-seller, intitulé Il faut tout un village pour élever un enfant (« Les métamorphoses d’Hillary », Libération, 13-1-1997).

33L’énoncé affirmatif est explicité en fin de séquence : « Elle est une First Lady aimable... », après que E a rejeté un chapelet de présupposés imputables à un concert de voix très variées, énoncés que l’on peut reconstruire à partir de leur actualisation incomplète dans E, mais dont le locuteur n’est pas toujours explicité :

[e1 : c’est la First Lady la plus décriée de l’histoire...]
[e2 : l’usurpatrice qui voulait gouverner...]
[e3 : la réformiste engagée qui prétendait... [ɛ 1 / Hillary Clinton : je donnerai une couverture sociale à tous... / avec un enchâssement de 2nd niveau]]
[e5 / les éditorialistes républicains : la menteuse congénitale]
[e6 : elle a soustrait des documents à la justice...]

  • 1  Inventeur d’un système de téléphonie gratuite.

34Il faut aussi mentionner d’autres marqueurs de dialogisme : le conditionnel, les constructions concessives, la phrase clivée et d’autres marques d’emphase comme la dislocation, certains GN à déterminant démonstratif, l’emprunt lexical marqueur de stéréotype. Ce portrait de Niklas Zennström1, permet d’attirer l’attention sur ces deux derniers marqueurs :

(6) On imaginait un de ces nouveaux magnats de l’Internet, la bouche pleine de « visions », qui vous vend le futur comme un paquet-cadeau. Ou, dans un registre différent, une quintessence du « nerd », ces givrés d’informatique. Tout faux [...] (« Le coup du téléphone », Libération, 12-12-2005).

  • 2  Il pourrait introduire le GN d’un vous savez, ces N... ; le pronom personnel vous est d’ailleurs p (...)

35En formant les GN « ces nouveaux magnats de l’Internet qui... » et « ces givrés d’informatique », l’énonciateur recourt à la deixis dite mémorielle : il désigne ostensivement une catégorie supposée accessible à son interlocuteur2, dont il sollicite par là-même l’acquiescement implicite. C’est donc un cas de dialogisme qui anticipe une intervention de l’interlocuteur : [E[e/ interlocuteur : je connais moi aussi ces nouveaux magnats...]]. D’autre part, l’emploi d’un emprunt en voie de lexicalisation entre en dialogue avec le discours social qui produit et reproduit sans cesse le stéréotype associé à cet emprunt : pour l’emprunt à l’anglais nerd, l’image d’une personne passionnée d’ordinateurs au point de ne plus pouvoir communiquer avec ses semblables. Les deux aspectualisations descriptives, [c’est un nouveau magnat...], [c’est un nerd], font l’objet d’une mise en dialogue avec l’interlocuteur et avec le discours du stéréotype. Ce sont des formes de dialogisme lié à la catégorisation, que celle-ci soit déterminée par l’actualisation du GN ou par l’emprunt lexical.

3. La mise en relation du discours rapporté

36On a jusqu’ici montré la présence du dialogisme dans la description, en laissant ouverte la question de savoir comment l’énoncé dialogique devient une proposition descriptive, ce qui demande d’examiner ses liens textuels avec le thème-titre de la description ou avec d’autres opérations qui la constituent.

3 .1. Intégration syntaxique du discours rapporté

37Toutes les formes de DR qui ont rang de GN ou de GA sont aisées à intégrer syntaxiquement dans la description. C’est le cas des IT en fonction d’attribut (un « contemplatif »), de COD (son « sens politique affûté », etc.) et d’épithète (le côté « bon vivant »), dans ce portrait du PDG de Gaz de France :

(7) Ne vous fiez pas à son visage rond, ses yeux rieurs et son air paterne ! S’il se décrit comme un « contemplatif », qu’on pourrait croire égaré dans l’univers impitoyable du capitalisme, l’apparence est trompeuse. Jean-François Cirelli, le PDG de Gaz de France [...] Il [Jean-François Cirelli] y tisse des relations avec de nombreux patrons, qui vantent pêle-mêle son « sens politique affûté », son « recul sur lui-même, qui tranche avec l’arrogance des énarques », son « humour » et le côté « bon vivant » de l’amateur de rugby. Claude Bébéar (Axa) apprécie sa « modestie de bon aloi », Jean-Louis Befa (Saint-Gobain) son « libéralisme modéré et pragmatique » (« Jean-François Cirelli, un gazier en fusion », Le Monde, 4-3-2006).

  • 3  Si proche d’une narration que semble être ce texte, il n’en demeure pas moins pris dans une descri (...)

38Mais le DR peut aussi avoir fonction de séquence du présentatif3 :

(8) Il y a d’abord la rencontre, à l’adolescence, avec des prêtres-ouvriers qui l’ont marqué. Il y a ensuite la prise de conscience [...] de « l’inégalité de l’espérance de vie entre catégories sociales, selon les conditions de travail ». Une « profonde injustice ». («François Desriaux, traqueur d’amiante», Le Monde, 23-2-2006)

39ou encore d’apposition :

(9) Ce qu’elle doit à elle-même ? Tout le reste. Et d’abord sa notoriété. Son allure, « l’allure Panaf », comme on a parlé de « l’allure Chanel ». Un casque de cheveux blancs [...], un regard d’eau qui se plante dans le vôtre, des gestes parfois brusques et ce grand corps de sportive l’ont imposée dans les médias. (« Françoise de Panafieu, image nette, programme flou », Le Monde, 1-3-2006).

40En outre, la subordonnée relative permet d’adjectiver le DR, qu’elle soit appositive comme en (7), qu’on pourrait croire égaré... et qui vantent pêle-mêle..., ou épithète comme en (5) :

(5) Ici, la femme qui s’avance en tailleur violet n’est pas la First Lady la plus décriée de l’histoire des États-Unis, [...] la réformiste engagée qui prétendait donnerunecouverturesociale à touslesAméricains, la « menteuse congénitale » dénoncée par les éditorialistes républicains et soupçonnée d’avoir soustrait des documents à la justice dans divers scandales. [...] (« Les métamorphoses d’Hillary », Libération, 13-1-1997).

  • 4  Décriée est totalement adjectivé et représente un acte de discours sans plus rien rapporter de sa (...)

41Un retour à cette citation permet d’ailleurs de constater que l’adjectivation des V. recteurs ou introducteurs de DR (sous la forme des participes passifs dénoncée, soupçonnée4) permet d’intégrer ceux-ci dans la description, comme qualifications. Certaines formes d’intégration syntaxique du DR permettent donc de traiter la mise en relation dialogique comme une opération d’aspectualisation déléguée à d’autres énonciateurs (cf. 7) ou comme une reformulation (cf. 9, nomination dialogique d’un sous-thème de la description).

3 .2. Intégration sémiotique du discours rapporté

42Mais il arrive aussi que les phrases en DR soient insérées par juxtaposition, sans lien syntaxique d’ordre phrastique ou interphrastique, comme dans ce portrait d’un leader étudiant :

(10) Engagé, Bruno Julliard l’a toujours été. Une de ses camarades du primaire se souvient d’une manifestation qu’il avait organisée dans la cour de récréation en CM2 [...]. Sa mère rappelle que, âgé d’une dizaine d’années, il voulait être avocat et tenait de « grandes plaidoiries » devant la famille (« Bruno Julliard militant en contrat permanent », Le Monde, 7-3-2006).

43Quelle est ici la mise en relation dialogique des énoncés en DR ? Elle se manifeste par deux sortes de moyens linguistiques, l’isotopie sémantique de l’engagement syndical et les relations temporelles.

  • 5  Ces deux derniers noms, qui relèvent de l’isotopie « judiciaire » relient la notion de /discours a (...)
  • 6  Cf. la présence des imparfaits voulait et tenait, le circonstanciel en CM2 et l’épithète détachée (...)
  • 7  Hans Blix fut le chef des inspecteurs en désarmement de l’ONU en Irak.

44L’isotopie est ouverte par l’adjectif engagé, apposé au thème du portrait, comme cela est fréquent pour une qualification descriptive ; elle se prolonge avec les noms manifestation, avocat et plaidoiries5. L’adjectif initial en est le noyau. La mise en relation se manifeste donc par la mise en isotopie du contenu des DR avec une qualification descriptive. Au plan des tiroirs temporels, on remarque que le passé composé a toujours été exprime l’accompli d’un passé non borné, ouvert jusqu’au moment du portrait, que marquent les présents se souvient et rappelle, verbes isotopiques d’une remémoration. Le plus-que-parfait avait organisé exprime l’antériorité par rapport à un repère passé6, à la différence du passé composé [a organisé], forme qui serait également acceptable en cotexte, mais qui échouerait à produire cette nuance. Le fonctionnement descriptif est ici celui d’une mise en relation temporelle classique, précisant comment l’objet de la description est devenu ce qu’il est. Il est donc clair que la mise en relation dialogique est parallèle, dans le texte produit, à d’autres opérations descriptives telles la qualification ou la mise en relation temporelle. Les critères de cette mise en relation sont les suivants : la relation syntaxique entre le fait dialogique considéré et les autres énoncés du cotexte descriptif, la teneur sémantique de l’énoncé rapporté, l’actualisation temporelle et le sémantisme du verbe recteur ou introducteur de DR. La pertinence de ce dernier critère ressort de l’extrait suivant7 :

(11) Diplomate et suédois jusqu’au bout des ongles, Hans Blix, [...] ne se départ jamais du sens de la mesure et de l’humour froid qui empêchent de basculer dans le ressentiment. Tout au plus peut-on noter une légère ironie lorsqu’il évoque Dick Cheney, le vice-président, « cet incurable optimiste qui pensait que les Irakiens danseraient dans les rues » à l’arrivée des Américains (« Hans Blix, l’homme qui voulait des preuves », Le Monde, 16-4-2004).

45L’IT a pour énonciateur Hans Blix. Le V. évoque ne régit pas directement l’IT, qui est en apposition à son COD, mais il l’introduit et le motive. L’acte déclaratif désigné par ce V. introducteur est sémiotisé comme trait descriptif — c’est un des sens de la notion de mise en relation. En effet, il met en relation un dire, avec les qualifications, diplomate, sens de la mesure et légère ironie : la substitution d’un autre V. introducteur tel caricature ou vilipende est peu ou pas du tout acceptable dans ce contexte descriptif. Qui plus est, l’énoncé resterait une mise en relation descriptive si le V. déclaratif était construit en discours narrativisé :

(12) Tout au plus peut-on noter une légère ironie lorsqu’il évoque / caricature / ?vilipende Dick Cheney.

46La mise en relation dialogique s’accompagne donc d’un processus de sémiotisation, dont le texte fini garde plusieurs traces ou effets de sens, comme on peut le voir en revenant à l’exemple de Sylviane Agacinski :

(13) Depuis quelques jours, c’est la ruée vers la philosophie. On ne sait pas encore si Politique des sexes, ouvrage savant, fera son entrée dans les classements de best-sellers, que déjà tout le monde s’arrache son auteur. Sylviane Agacinski, épouse Jospin. Femme de tête et femme de. Qui va répétant que lui c’est lui et moi c’est moi. Pour endiguer cette curiosité envers celle qui pense au côté de celui qui gouverne (« Femme de tête », Libération (9-3-1998).

  • 8  Mais, significativement, le titre de l’article est Femme de tête.

47Syntaxiquement, le DI est intégré dans une relative adjective, dont l’antécédent est aussi bien femme de tête que femme de, deux GN axiologiquement opposés, comme on l’a déjà souligné8. Cela conduit à ne plus seulement le traiter comme la référence à un acte de parole, dont la « fidélité » peut être acceptée ou mise en question, mais comme une qualification du personnage-titre. Construit avec le semi-auxiliaire progressif aller, le verbe recteur répétant, produit les valeurs d’itération et d’insistance, interprétables comme dynamisme positif ou comme routine péjorée. Enfin, l’énoncé rapporté, lui c’est lui et moi c’est moi, pose une différence, avec une fermeté qui va jusqu’à la tautologie ; il fait aussi un clin d’œil humoristique aux relations entre François Mitterrand et Laurent Fabius — ce dernier étant, pour qui s’en souvient, l’auteur du « petit mot » que colportèrent les médias. L’ensemble de ces valeurs, insistance, dynamisme, fermeté, souci de la différence, humour (on ne prétend pas à l’exhaustivité), s’intègre dans la notion d’indépendance, propre à une femme de tête. Ainsi peut-on interpréter le sens produit.

  • 9  Cf. Klinkenberg J.-M., Précis de sémiotique générale, De Boeck Université, Points Essais, p. 312-3 (...)
  • 10  Il peut s’agir d’une perception, d’une remémoration ou d’une recréation. Nul besoin que le represe (...)
  • 11  Lors d’une émission télévisée (« L’heure de vérité »), afin de proclamer son indépendance à l’égar (...)

48Quant au processus de production de la séquence descriptive, il s’éclaire si on fait appel à la notion d’interprétant9. La conception de Peirce pose une coopération entre trois instances : ce qui provoque le processus d’enchaînement, le representamen, point de départ de la sémiose ; l’objet, qui est la chose représentée ; et l’interprétant, médiation qui s’opère entre le representamen et l’objet. Un signe est une chose (representamen) qui tient lieu pour quelqu’un (l’interprète) de quelque chose (objet), sous un certain rapport (interprétant). Pour le descripteur-énonciateur, sujet engagé dans le processus sémiotique, des actions ou des actes de discours peuvent servir de point de départ au processus10. L’énoncé « lui c’est lui et moi c’est moi » est un representamen qui tient lieu, pour l’énonciateur E, de l’objet /indépendance d’esprit de Sylviane Agacinski/, sous le rapport d’une valeur pragmatique conventionnelle — cet énoncé accomplit une profession d’autonomie — (interprétant 1), ou bien encore sous le rapport de la mémoire interdiscursive — une énonciation de cette phrase par le Premier Ministre Laurent Fabius, en 1984 (interprétant 2)11.

49Tel est le processus de sémiotisation d’un énoncé dialogique dans un cadre descriptif : le dialogisme, on le voit, est au principe de la signifiance d’un texte descriptif, au même titre que les qualifications, fragmentations et mises en relation métaphoriques.

4. Liens entre la mise en relation dialogique et les autres opérations descriptives

50Il convient de souligner les liens d’équivalence que la mise en relation dialogique peut entretenir avec la mise en relation spatiotemporelle et la mise en relation par assimilation.

51D’autre part, la mise en relation dialogique porte parfois directement sur la catégorisation nominale du thème de la description (le pantonyme), sous la forme d’une reformulation ou sous celle d’une aspectualisation par nomination dialogique.

4 .1. Mise en relation analogique et mise en relation dialogique

52Dans la mise en relation par assimilation (comparaison ou métaphore), l’analogie semble se fonder sur un type commun aux objets entre lesquels s’établit la ressemblance, type ou archétype définissable par un ensemble de traits sémantiques. Mais énoncer la ressemblance d’un thème avec un phore, ce n’est pas toujours remonter à un archétype ; c’est aussi faire écho à l’ensemble des discours portés sur le phore, à la vox populi qui en propage les éléments stéréotypiques. Le dialogisme est alors au cœur de l’analogie. C’est ce que nous pouvons illustrer en revenant au portrait de Niklas Zennström :

(14) On imaginait un de ces nouveaux magnats de l’Internet, la bouche pleine de « visions », qui vous vend le futur comme un paquet-cadeau. Ou, dans un registre différent, une quintessence du « nerd », ces givrés d’informatique. Tout faux. L’homme qui donne des sueurs froides à tous les opérateurs de télécoms de la planète avec pour seule arme un logiciel gratuit après avoir été le cauchemar vivant de l’industrie du disque avec un autre logiciel gratuit est aussi lisse en apparence qu’un crâne de bonze. Aussi terne et désincarné que la salle aux tons grisés de cet hôtel high-tech du XVI e arrondissement dans laquelle il attend sagement, assis derrière un verre d’eau. Sans la moindre aspérité, le moindre relief où s’accrocher. De passage quelques heures à Paris, le créateur suédois du site d’échanges de fichiers musicaux Kazaa et téléphoniques Skype fait penser d’emblée à un Bill Gates en plus jeune avec son brushing flottant et ses grosses lunettes rectangulaires. La poignée de main est hésitante, le regard vague à cause d’un léger strabisme et la couche de glace triple épaisseur. «Les gens me trouvent sérieux, déplore-t-il dans un anglais impeccable de Scandinave, mais on ne peut pas se prendre au sérieux.» Voire. (« Le coup du téléphone », Libération, 12-12-2005).

  • 12  Les relations entre dialogisme et métaphore sont développées dans C. Détrie, 2001, Du sens dans le (...)

53La mise en relation repose sur la métaphore du nom propre « Bill Gates », complément du verbe « penser ». Mais les traits communs sur lesquels repose l’analogie (richissime, sérieux, distant, peu élégant, peu charismatique...) empruntent aux stéréotypes du « milliardaire introverti » et du « savant détaché du monde » — en l’occurrence, l’informaticien happé par le virtuel. La vox populi qui fait circuler ces stéréotypes se laisse entendre dialogiquement : tantôt de manière explicite, à travers les îlots textuels, l’emprunt lexical, les GN démonstratifs mentionnés plus haut et le DR attribué à Niklas Zennström, DR qui fait écho au discours du stéréotype, fût-ce pour le déjouer ; tantôt de manière implicite : des qualifications comme « terne », « lisse », « sans aspérité », « hésitant », etc. sont fréquentes dans les textes qui réfèrent à Bill Gates ou décrivent le « nerd ». La métaphore du nom propre est dialogique, dans la mesure où l’interdiscours sert d’interprétant, dans la mesure où le representamen est signe de l’objet sous le rapport d’un stéréotype discursif12.

4 .2. Mise en relation spatio-temporelle et mise en relation dialogique

54On observe aussi des recoupements entre mise en relation spatiotemporelle et mise en relation dialogique : dans le temps cognitif, l’évocation du discours d’autrui engage des schèmes spatiaux, ce dont témoignent la polysémie de verbes comme « situer », de noms comme «côté», de prépositions comme «chez», d’adverbes comme « loin » :

(15) Le plus étonnant, c’est son côté brancheuse, vanneuse, asticoteuse. Du numéro 2 du gouvernement Jospin, on s’attendait à une componction de fonction, à une réserve de circonstance. Martine Aubry tutoie qui veut, alpague qui lui fait face, et chambre ad libitum. En tournée sur ses terres lilloises, la ministre de l’Emploi et de la Solidarité a l’entrée en matière corrosive et la boutade abrasive. Chez la fille aînée d’un catho-social comme Jacques Delors, on imaginait des délicatesses de carmélite, et on ne se retrouve pas loin de chez Chirac pour le contact à la hussarde, de chez Blondel pour l’appétit rabelaisien, de chez Tapie pour le charme canaille. Mais que vienne l’heure du labeur, et madame Aubry retrouve, pour détailler ses « emplois-jeunes » devant 1 000 élus du Nord, la pertinence d’exposé qui impose silence et la rigueur argumentée qui vampe l’auditoire. À la tribune, l’arche des sourcils se minéralise et les piliers des commissures des lèvres se figent pour laisser passer l’eau claire et nette d’un propos sans réplique. (« La gueule de l’emploi », Libération, 9-10-1997)

55On fera l’hypothèse d’un continuum des mises en relation descriptives : le curseur circule entre deux pôles, l’un où domine la dynamique référentielle — la mise en relation s’interprète alors en termes spatio-temporels ; l’autre où domine la dynamique interdiscursive — ce qui produit une mise en relation dialogique.

4 .3. Aspectualisation ou thématisation par nomination dialogique

56Certains énoncés dialogiques sont des nominations ou renominations qui aspectualisent le thème de la description ou portent directement sur lui (reformulation du pantonyme). On en trouve des exemples dans la suite du portrait de Michèle Alliot-Marie, déjà cité en (2) :

(16) Michèle, Yvette, Marie-Thérèse est une grande jeune fille de 53 ans très bien élevée, à qui sa mère professait qu’« on peut tout faire et tout dire avec le sourire ». Alors, il est là, en pilotage automatique sur ses lèvres, du lever au coucher du soleil. Sésame qui ne mène nulle part. Au RPR, elle fut surnommée « fifille » en raison de son entrée en politique comme suppléante de son père, puis « la Basquaise bondissante » quand Saint-Jean-de-Luz, ville coquette, est devenue son port d’attache électoral. [...]

57Dans cette séquence descriptive traversée d’échos dialogiques, on constate que plusieurs traits descriptifs sont des nominations (les IT « fifille » et « la Basquaise bondissante »). Ce genre de fait discursif est assez fréquent dans le corpus étudié pour qu’on puisse parler d’une procédure d’aspectualisation originale : dans le modèle séquentiel, il conviendrait d’implanter, aux côtés de la fragmentation et de la qualification, l’aspectualisation par nomination dialogique. Cette notion demande une brève définition. Distinguant la dénomination, inscrite en langue, de la nomination, « acte par lequel un sujet nomme en discours », Paul Siblot (2001 : 205-207) a posé l’hypothèse que tout acte de nomination est dialogique, dans la mesure où il « implique de prendre position à l’égard de l’objet et impose au locuteur de se positionner lui-même ». Le propos n’est pas ici d’étudier ce dialogisme fondamental de la nomination, aux indices linguistiques souvent ténus ; mais d’attirer l’attention sur le rôle descriptif de nombreuses nominations dialogiques, marquées par la syntaxe du DR ou par d’autres moyens, comme la négation :

(5) Ici, la femme qui s’avance en tailleur violet n’est pas la First Lady la plus décriée de l’histoire des États-Unis...

58La nomination dialogique semble parfois se ramener à une qualification (cf. le nom gentilé « Basquaise » et le participe adjectivé «bondissante»). Mais ce n’est qu’une apparence : la forme d’énoncé (TH être appelé X) ne se confond pas toujours avec une qualification dialogique (TH être dit X). Le nom ne se réduit pas toujours à une qualité, même quand il opère une catégorisation. Dans l’exemple d’Hillary Clinton, c’est le syntagme épithète « la plus décriée de l’histoire des États-Unis» qui constitue une qualification ; la nomination « First Lady », quant à elle, fait résonner dialogiquement une catégorisation du rôle non électif d’épouse du président et l’affecte à l’objet décrit, si bien que la description n’a plus pour thème l’individu, mais sa correspondance avec un préconstruit interdiscursif : la catégorisation nominale devient un aspect du thème de la description.

  • 13  On pourrait aussi bien trouver — et on trouve ailleurs — en position thématique, le surnom médiati (...)

59En fonction de la construction séquentielle, la nomination dialogique peut devenir une simple reformulation du thème : dans le portrait de Michèle Alliot-Marie, la kyrielle des prénoms « Michèle, Yvette, Marie-Thérèse » donne à entendre, dans la voix officielle de l’état civil, le discours d’une certaine distinction familiale13. On observe pareille reformulation du thème au moyen d’une nomination dialogique, dans ce portrait de Claude Allègre, alors Ministre de l’Éducation Nationale — portrait où la séquence descriptive s’enchâsse dans un sommaire narratif plus vaste :

(17) Il obtient, à 27 ans, une bourse pour le California Institute of Technology, dans ce pays où « l’étudiant est roi », où « il y a le culte du risque et de l’innovation, et surtout cette chose formidable : chaque période de la vie doit être vécue en tant que telle ». Devenu « Claude J. Allègre », il est le gagneur que la France avait démotivé et revient pour dominer. « Eruption Ministérielle », Libération, le 21-07-1997

60Le rôle du dialogisme dans la séquence descriptive se trouve à la fois confirmé et élargi. D’une part, les parentés entre la mise en relation dialogique et les autres formes de mise en relation conduisent à supposer, au niveau cognitif, une similarité profonde entre la saisie mémorielle des discours antérieurs, les schèmes spatio-temporels et les rapprochements analogiques. D’autre part, les énoncés dialogiques s’intègrent à divers niveaux du modèle séquentiel de la description : à la mise en relation dialogique s’ajoutent l’aspectualisation par nomination dialogique, parente des opérations de qualification et de fragmentation, et la reformulation dialogique du thème-pantonyme. Dans le modèle de la description, le caractère avant tout référentiel de l’objet décrit n’était guère mis en doute. On en vient désormais à considérer que cet objet est engagé dans la circulation des discours et que les locuteurs le décrivent en le renommant et en retravaillant des discours antérieurs, autant qu’en construisant la référence actuelle de l’objet.

5. Au-delà du portrait de presse

61Les propositions avancées ci-dessus ne se limitent pas au genre du portrait de presse. On peut en effet les vérifier dans d’autres genres discursifs comme le roman ou la publicité. La description littéraire à laquelle nous nous référons est celle d’une locomotive célèbre ; elle est analysée dans Adam et Petitjean (1989) :

(18) C’était une de ces machines d’express, à deux essieux couplés, d’une élégance fine et géante, avec ses grandes roues légères réunies par des bras d’acier, son poitrail large, ses reins allongés et puissants, toute cette logique et toute cette certitude qui font la beauté souveraine des êtres de métal, la précision dans la force. Ainsi que les autres machines de la compagnie de l’ouest, en dehors du numéro qui la désignait, elle portait le nom d’une gare, celui de Lison, une station du Cotentin. Mais Jacques, par tendresse, en avait fait un nom de femme, la Lison, comme il disait, avec une douceur caressante. Et, c’était vrai, il l’aimait d’amour, sa machine, depuis quatre ans qu’il la conduisait. Il en avait mené d’autres, des dociles et des rétives, des courageuses et des fainéantes ; il n’ignorait point que chacune avait son caractère, que beaucoup ne valaient pas grand-chose, comme on dit des femmes de chair et d’os : de sorte que, s’il l’aimait celle-là, c’était en vérité qu’elle avait des qualités rares de brave femme. Elle était douce, obéissante, facile au démarrage, d’une marche régulière et continue, grâce à sa bonne vaporisation [...] (Zola, La Bête humaine, p. 114-115, cité Adam et Petitjean, p. 56-57).

62Aux aspectualisations par fragmentation (deux essieux, ses roues, bras d’acier...) et par qualification (couplés, d’une élégance fine et géante...) s’ajoute une aspectualisation par nomination dialogique : la locomotive est à la fois nommée par l’administration ferroviaire et renommée par Jacques Lantier, avec une différence d’actualisation (Lison vs la Lison) et une modalisation en discours second, portant sur l’expression (comme il disait), trace de l’enchâssement énonciatif.

  • 14  Plusieurs indices concordent. La conjonction si introduit le thème-cadre en le détachant à gauche (...)

63La suite fait l’objet d’une mise en relation dialogique. L’incidente c’était vrai apporte un commentaire confirmatif et impose une dissociation énonciative donnant à entendre, dans l’énoncé suivant, la voix d’un autre énonciateur, soit l’un des collègues de Jacques, soit Jacques lui-même : E [e / tu l’aimes d’amour, ta machine], avec emphase par dislocation à droite du COD, caractéristique d’un dissensus avec l’interdiscours (ici le sens commun, représenté en cotexte par la modalisation comme on dit des femmes de chair et d’os). À ce DIL s’ajoutent le verbe de pensée il n’ignorait point que..., introduisant, sans discussion possible, le point de vue de Jacques ; et un nouveau DIL, aux frontières imprécises, attribuable à Jacques : l’énoncé s’il l’aimait celle-là, c’était en vérité qu’elle avait des qualités rares de brave femme14. Mise en relation dialogique, car l’objet décrit est présenté comme l’objet aimé, à travers la voix de son amant. Mise en relation par assimilation (la comparaison) et mise en relation dialogique se superposent dans comme on dit des femmes de chair et d’os. Adam et Petitjean analysent ainsi cette séquence :

Après que Flore a reproché à Jacques son trop grand intérêt pour sa locomotive, la description de cette dernière, soixante-dix pages après, développe de façon insistante la triple isotopie femme/ machine/bête (op. cit. : 56).

64Précisons ce qu’apporte la notion de mise en relation dialogique : en laissant entendre les voix de Jacques, de ses camarades, de l’administration ferroviaire et du sens commun, le texte met en signifiance le détournement «anormal» de la pulsion érotique et la demi-conscience qu’en a le personnage. Les mises en relation dialogiques font plus que motiver la description d’objet, elles sont des traits descriptifs au service d’un portrait de Jacques, ayant pour interprétants respectifs le déterminisme héréditaire (pour la pulsion) et l’aveuglement volontaire (pour la demi-conscience de la plaisanterie).

65La mise en relation dialogique apparaît aussi dans les descriptions publicitaires ; à nouveau, Adam et Petitjean nous en fournissent un exemple :

(19) Les hommes disent : allumage électronique intégré. Moi je dis : elle démarre toujours au quart de tour. Demandez à une femme de vous parler de la LNA... Tout devient simple. Quand les hommes vous en parlent, ils disent : Km départ arrêté en 41"‘1. Moi je dis, c’est chouette d’arriver toujours à l’heure ! [...]

66Une voix masculine [A] est opposée à une voix féminine [B] : c’est ce qu’on infère de la relation entre la deixis personnelle (moije... demandez) et la structure paratactique (Demandez à une femme... Tout devient simple). La hiérarchie dialogique est très nette. La 1re personne fait correspondre la voix féminine [B] à [E], cas de dialogisme autophonique, tandis que la voix masculine [A] est en non-personne. Et l’ultériorité dans la chaîne discursive donne le dernier mot à [B] :

[A]

[B]

DR : GN actualisés avec l’article zéro (actualisation en quête de réalité)

DD : énoncés phrastiques

Phrases nominales

Phrases en faire, en dire

sociolecte technique

registre non marqué

Ordre peu motivé, effet de liste

Ordre motivé par la praxis (conduite auto) (démarrer, arriver)

Fragmentations et qualifications

Mises en relation, modalisation (chouette !)

67Deux façons de décrire se distinguent et, au-delà, deux points de vue linguistiques sur la description : d’un côté, un discours technique basé sur le rapport entre technologie et performance ; de l’autre, le discours de la conductrice, qui met en relation des faire et des discours avec des objets. Le premier correspond à une expansion du pantonyme au moyen d’opérations linguistiques de fragmentation et de qualification ; le second à la mise en relation d’énoncés dialogiques avec l’objet décrit, sous le rapport d’un interprétant qui est la praxis de conduite. Dans un cas, la description se développe suivant un modèle sémantico-référentiel qui mobilise des outils linguistiques pour construire la représentation monologique d’un objet du monde, selon une nomenclature, fixée en langue, de parties de cet objet et de composantes spatiales et temporelles du contexte où il apparaît. Dans l’autre, elle se développe comme la praxis discursive d’un énonciateur qui fait circuler son discours par les voies et les croisements de l’interdiscours.

Conclusion

68Quand le dialogisme se manifeste dans un texte descriptif, il produit plus qu’une mise en scène polyphonique de la description. Il est constitutif du modèle textuel de la période, ou séquence, descriptive. En effet, un énoncé dialogique est susceptible de répondre à la question fondatrice du type textuel descriptif (« de quoi s’agit-il ? ») au même titre que, par exemple, les énoncés-types [X est composé de n parties] ou [X est doté de qualités]. Quand tel est le cas, l’énoncé dialogique [E (e)] laisse entendre l’énoncé hétérogène (e) selon une hiérarchisation syntaxique et sémiotique qui en fait le représentant de l’objet X, sous le rapport d’un ou de plusieurs interprétants. C’est pourquoi on propose d’intégrer au modèle de la textualité descriptive, l’opération de mise en relation dialogique. Celle-ci est apparentée aux mises en relation par contiguïté et par assimilation : l’objet décrit peut être situé, dialogiquement, dans l’interdiscours, de la même façon qu’il l’est, référentiellement, dans le temps et l’espace ; et d’autre part, l’assimilation dialogique peut redoubler l’assimilation analogique. En outre, la mise en relation dialogique peut prendre la forme d’une aspectualisation par nomination dialogique ou d’une reformulation dialogique du thème de la description.

69Parmi les formes de dialogisme, il convient de distinguer les propos du portraituré des propos rapportés sur lui. Dans le premier cas, (e) peut fonctionner comme un indice descriptif, le discours de l’objet X faisant partie de son identité, au même titre que son physique. La médiation entre le discours représentant et l’objet représenté n’est pas forcément telle aux yeux de X : et le point de vue descriptif peut être unique — celui de E — en dépit de la dualité des voix. Mais dans le second cas, (e) est attribué à un énonciateur e1, distinct de X, identifiable ou non ; et il existe forcément, pour e1, une médiation entre son énoncé (e) et l’objet représenté, ce qui produit en droit deux points de vue sur l’objet — celui de e1 et celui de E. Contre les prétentions de la description à configurer une relation directe entre l’énonciateur et le monde représenté, ces formes de dialogisme montrent — et la seconde d’une manière plus exemplaire que la première — que les objets du monde sont enveloppés par la pellicule du discours des autres, et qu’on ne peut guère décrire d’objet sans rencontrer le discours des autres sur cet objet.

Haut de page

Bibliographie

Adam J. M. 1992-1997, Les Textes, types et prototypes, Paris : Nathan Université.

Adam J. M. 2005, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris : Armand Colin.

Adam J. M. & Petitjean A. 1989, Le Texte descriptif. Poétique historique et linguistique textuelle, Paris : Nathan Université

Bres J. 2001, « Dialogisme (marqueurs de —) », in Détrie C., Siblot P. & Verine B., Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris : Champion, 86-89.

Bres J. & Nowakowska A. 2006, « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive », in Perrin L. (éd.) Le sens et ses voix, Recherches Linguistiques n o 28, Metz : Université de Metz, 21-48.

Fontanier P. 1827-1968, Les Figures du discours, Paris : Flammarion.

Hamon Ph., 1981-1993, Du descriptif, Paris : Hachette Université.

Laborde Milaa I. 1998, « Le portrait de presse : Un genre descriptif ? », in Pratiques n o 99, Metz : CRESEF, 70-88.

Schnedecker C. 2005, « Les chaînes de référence dans les portraits journalistiques : éléments de description », in Travaux de linguistique, n o 51, Bruxelles : Duculot, 85-133.

Siblot P. 2001, « Nomination » et « Dialogisme de la nomination », in Détrie C., Siblot P. & Verine B., Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris : Champion.

Verine B 2001, « Discours rapporté », in Détrie C., Siblot P. & Verine B., Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris : Champion, 92-96.

Haut de page

Notes

1  Inventeur d’un système de téléphonie gratuite.

2  Il pourrait introduire le GN d’un vous savez, ces N... ; le pronom personnel vous est d’ailleurs présent en cotexte.

3  Si proche d’une narration que semble être ce texte, il n’en demeure pas moins pris dans une description plus large et organisée autour d’un sous-thème, l’engagement du personnage-titre.

4  Décriée est totalement adjectivé et représente un acte de discours sans plus rien rapporter de sa teneur.

5  Ces deux derniers noms, qui relèvent de l’isotopie « judiciaire » relient la notion de /discours argumentatif orienté/ au programme de sens de l’engagement.

6  Cf. la présence des imparfaits voulait et tenait, le circonstanciel en CM2 et l’épithète détachée âgé d’une dizaine d’années.

7  Hans Blix fut le chef des inspecteurs en désarmement de l’ONU en Irak.

8  Mais, significativement, le titre de l’article est Femme de tête.

9  Cf. Klinkenberg J.-M., Précis de sémiotique générale, De Boeck Université, Points Essais, p. 312-315.

10  Il peut s’agir d’une perception, d’une remémoration ou d’une recréation. Nul besoin que le representamen soit un acte de discours effectif.

11  Lors d’une émission télévisée (« L’heure de vérité »), afin de proclamer son indépendance à l’égard du Président de la République d’alors, François Mitterrand. Cet énoncé a connu maints échos dialogiques, comme sa reprise par Nicolas Sarkozy, dans son livre Témoignage (XO, 2006), à propos de ses relations avec le Président Jacques Chirac.

12  Les relations entre dialogisme et métaphore sont développées dans C. Détrie, 2001, Du sens dans le processus métaphorique, Champion.

13  On pourrait aussi bien trouver — et on trouve ailleurs — en position thématique, le surnom médiatique le plus récent, « MAM ».

14  Plusieurs indices concordent. La conjonction si introduit le thème-cadre en le détachant à gauche et en lui conférant le caractère d’un point de vue ou d’une déclaration, le COD disloqué à droite, celle-là, porte des traces de deixis, la modalisation en vérité marque un acte de confirmation qui suppose la différenciation de deux voix énonciatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marc Sarale, « La mise en relation dialogique dans les portraits de presse »Cahiers de praxématique, 45 | 2005, 77-102.

Référence électronique

Jean-Marc Sarale, « La mise en relation dialogique dans les portraits de presse »Cahiers de praxématique [En ligne], 45 | 2005, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.147

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Sarale

Praxiling, ICAR, U.M.R. 5191 C.N.R.S. — Université Montpellier 3
jean-marc.sarale@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search