Navigation – Plan du site

Temps verbal et énonciation. Le conditionnel et le futur en français : l’un est dialogique, l’autre pas (souvent)

Sophie Azzopardi et Jacques Bres
p. 53-76

Texte intégral

1On sait, au moins depuis les travaux de Beauzée (1782/1986), que les temps verbaux ont fortement partie liée avec l’énonciation : la question des temps absolus — à fonctionnement déictique — et des temps relatifs — à fonctionnement anaphorique — a été largement débattue (cf. notamment Vetters 1996 : 44-71). On sait aussi que Reichenbach (1947) place le speech point parmi les trois coordonnées qui permettent de définir chaque temps ; que Benveniste (1965) dispose l’ego-hic-et-nunc au principe du temps linguistique… Notre propos dans cet article ne sera pas de poursuivre le débat à ce niveau de généralité mais de montrer comment la catégorie de l’énonciation, approfondie par celle de dialogisme, permet d’expliquer les parallélismes comme les divergences observables dans les emplois du futur et du conditionnel en français.

2Après avoir introduit la question (point 1.), et proposé une hypothèse qui dérive le fonctionnement énonciatif de chacun de ces deux temps de leur structure morphologique (point 2.), nous tâcherons de rendre compte de façon systématique (point 3.) des emplois en discours qu’ils partagent comme de ceux qui les différencient.

Préliminaires

3Le futur et le conditionnel sont fréquemment mis en parallèle par les linguistes : ils ont (i) une origine et (ii) une évolution actuelle similaires.

  • (i) Ces deux formes se sont construites morphologiquement de la même façon. Elles sont issues d’une périphrase bas-latine qui concurrence la forme synthétique classique : infinitif du verbe suivi de habere au présent pour le futur, à l’imparfait pour le conditionnel. Le passage du latin aux langues romanes s’effectue par la grammaticalisation de habere qui perd son autonomie accentuelle ainsi que son statut de mot à part entière pour devenir une désinence (Hopper et Traugott 1993) :

futur
cantare habeo > cantaraio < chanterai
cantare habet > cantarat > chantera

conditionnel
cantare habebam > cantarea > chantereie > chanteroie > chanterais
cantare habebat > cantareat > chantereit > chanteroit > chanterait

  • (ii) Le futur comme le conditionnel, qui fonctionnent depuis l’ancien français comme formes synthétiques, sont concurrencés par des formes périphrastiques construites sur la grammaticalisation du verbe de mouvement aller, au présent pour le premier, à l’imparfait pour le second, ce qui semble renouveler, sur des bases similaires, la substitution forme synthétique/forme périphrastique qui s’est produite en bas latin :

  • 1  Il semble cependant que la concurrence que va pleuvoir livre à pleuvra soit plus forte que celle q (...)

futur : il pleuvra / il va pleuvoir
conditionnel : il pleuvrait / il allait pleuvoir1.

4Certains linguistes ont poussé le parallélisme plus avant, en proposant une articulation de ces deux formes (iii) dans le système de la langue, et (iv) dans celui de leurs différents emplois en discours.

    • 2  Afin d’éviter les ambiguïtés, nous écrivons les mots passé, présent et futur en majuscules lorsqu’ (...)

    (iii) Pour le fondateur de la psychomécanique (Guillaume 1929 : 54) p. ex., futur et conditionnel appartiendraient tous deux à l’époque du FUTUR2, liée par nature à la catégorie sémantique d’hypothèse. Ils se distingueraient en ce que le futur — dénommé futur thétique ou catégorique — réduirait au minimum ce composant sémantique d’hypothèse, à la différence du conditionnel — dénommé futur hypothétique — qui n’expulserait pas de lui-même ledit composant.

  • (iv) Les usages du futur et du conditionnel sont généralement décrits en parallèle, les grammaires établissant pour les deux temps une distinction entre des emplois dits temporels et des emplois dits modaux. Cette bipartition a même été mise en représentation (Martin 1981 : 91, Soutet 2006) à l’aide du concept fétiche de la psychomécanique, le tenseur binaire radical :

5Le futur est positionné sur une tension 1 actualisante, allant du virtuel à l’actuel, avec en interception précoce, ses emplois modaux, et en interception tardive, ses emplois temporels ; le conditionnel, sur une tension 2 ouvrante, allant à l’inverse de l’actuel au virtuel, avec en interception précoce, ses emplois temporels, et en interception tardive, ses emplois modaux.

6Dans des cadres fort différents, Vet et Kampers-Manhe (2001) durcissent le trait : ces deux temps auraient des emplois temporels semblables, à partir desquels seraient explicables leurs emplois modaux (conjectural pour le futur, cf. exemples (15) et (16) ; de citation pour le conditionnel, cf. exemples (24) et (25)) et illocutionnaires (de mitigation, cf. exemples (11) et (12)) également en tous points similaires.

7Si les faits de parallélisme mentionnés sous (i) et (ii) sont maintenant clairement établis, il nous semble que les différentes théorisations ne permettent pas vraiment de les expliquer. Pour nous en tenir aux deux approches citées :

  • la position psychomécanique selon laquelle le conditionnel relèverait du FUTUR est difficilement tenable (Chevalier 1997, Wilmet 2001, Bres 2010 a, Azzopardi 2011 a). Dans un énoncé comme : je savais qu’il serait là (exemple emprunté à Guillaume 1971 : 138), le procès au conditionnel serait ne peut référer qu’à un moment du PASSÉ ;

  • l’analyse de Vet et Kampers-Manhe (2001), pour extrêmement stimulante qu’elle soit, nous semble à la fois insuffisamment et trop appuyée. Elle oublie certains faits de discours similaires, comme l’emploi narratif (cf. exemples (6) et (7)) ou l’emploi d’indignation (cf. exemples (13) et (14)), que l’on retrouve tant avec le conditionnel qu’avec le futur. Elle laisse de côté des emplois du futur qui n’ont pas leur pendant du côté du conditionnel, comme le futur de bilan (cf. exemple (22)) ; et des emplois du conditionnel qui n’ont pas leur pendant du côté du futur, comme le conditionnel préludique (cf. exemple (26)).

8Notre propos est, après avoir présenté une hypothèse explicative alternative de ces deux formes (point 2.), qui place au cœur de leur structure en langue une différence énonciative, de reprendre la question du parallélisme des emplois de ces deux temps pour en effectuer une étude contrastive systématique (point 3.), à partir d’occurrences authentiques relevées dans divers genres du discours.

1. De la structure morphologique à la structure énonciative

9Morphologiquement, les deux formes sont composées de deux affixes : -r- + -a pour le futur ; -r- + -ait pour le conditionnel.

    • 3  Autre hypothèse explicative que nous ne développons pas : si on analyse le présent comme une forme (...)

    Pour ce qui est du futur (il pleuvra), le procès pleuvoir est situé, par l’affixe -r-, en ultériorité par rapport au moment de l’énonciation (t0) qui définit le PRÉSENT (affixe -a). Le futur est un ultérieur du PRÉSENT3.

  • Pour ce qui est du conditionnel (il pleuvrait), le procès pleuvoir est situé, par l’affixe -r-, en ultériorité par rapport à un moment (tn-1) situé dans le PASSÉ (affixe -ait). Le conditionnel est un ultérieur du PASSÉ.

10Soit, en reprenant la description aspectuo-temporelle de la valeur en langue des temps verbaux développée dans Barceló et Bres 2006 :

11Il apparaît que les deux temps, à la forme simple comme à la forme composée, ont des instructions largement semblables, ce qui explique les similitudes de leurs emplois ; ils ne diffèrent que par une seule instruction temporelle : + PRÉSENT pour le futur, et + PASSÉ pour le conditionnel, qui rend compte des différences de leurs usages en discours. Avant de décrire ces fonctionnements, explicitons les conséquences énonciatives de cette différence temporelle.

  • Au futur, l’ultériorité du procès, du fait qu’elle se calcule à partir de t0, a pour origine le locuteur-énonciateur E1. C’est à partir de cette instance énonciative que le FUTUR apparaît comme le monde du possible, ou des possibles si l’on considère, à la suite des logiques du temps, que cette époque est ramifiée, à la différence des époques du PASSÉ et du PRÉSENT qui sont unilinéaires (Martin 1981, Vuillaume 2001, Bres 2010b). L’ultériorité par rapport au PRÉSENT correspond référentiellement au FUTUR : elle est d’ordre déictique.

  • Au conditionnel, l’ultériorité du procès, du fait qu’elle se calcule à partir de (tn-1), demande, pour se construire comme monde(s) possible(s) à partir de ce repère temporel, un autre énonciateur. Le locuteur-énonciateur E1 place dans le passé, en (tn-1), un autre énonciateur e1 (avec lequel il peut être en relation de coréférence), à partir duquel le procès est construit en ultériorité (Bres 2009). Notre hypothèse est donc que, du fait de la différence d’instruction temporelle : + PRÉSENT pour le futur, et + PASSÉ pour le conditionnel, ces deux temps ont des fonctionnements énonciatifs différents : le conditionnel opère obligatoirement un dédoublement énonciatif (E1 / e1), ce qui n’est pas le cas du futur, qui actualise habituellement le procès comme ultérieur à partir de la seule instance du locuteur-énonciateur (E1) (voir toutefois 3. 1. 3, infra, p. 60).

12Si l’on définit le dialogisme comme la capacité de l’énoncé à faire entendre, outre la voix du locuteur-énonciateur E1, la voix d’un autre énonciateur e1 (Bres et Nowakowska 2006), alors il apparaît que le conditionnel est énonciativement un temps dialogique en langue, à la différence du futur, qui ne développe pas d’hétérogéneité énonciative en langue, mais peut avoir des emplois dialogiques en discours, lorsque le co(n)texte l’y oblige, comme nous le verrons infra (emplois de mitigation (3. 1. 5.), de conjecture (3. 1. 7.), de bilan (3. 2. 3.), de mensonge (3. 2. 4.).

13En résumé : le futur et le conditionnel ont une structure morphologique — qui détermine leur valeur en langue — à la fois identique : l’affixe -r- comme marqueur d’ultériorité ; et différente : l’affixe de présent -a qui marque que l’ultériorité du procès se construit à partir de t0, et donc à partir du locuteur-énonciateur E1 pour ce qui est du futur ; l’affixe d’imparfait -ait qui marque que l’ultériorité se développe à partir d’un moment situé dans le PASSÉ (tn-1), et donc à partir d’un autre énonciateur e1 pour ce qui est du conditionnel. Nous faisons l’hypothèse que ce sont cette identité et cette différence temporelle et énonciative qui sont à l’origine tant des similitudes que des différences d’emploi des deux formes. Ce que nous allons tester par l’analyse contrastive systématique de leurs emplois.

2. Analyse contrastive des emplois en discours

14Nous commencerons par l’étude des similitudes (3. 1.) ; nous poursuivrons ensuite par celle des différences d’emploi en discours (3. 2.). Il est bien évident que chacun de ces tours mérite à lui seul un développement bien plus conséquent que ce que nous lui accordons dans les cadres de cet article : la visée systématique que nous avons adoptée nous contraint au minimalisme explicatif, dont on voudra bien ne pas nous tenir rigueur.

2.1. Similitudes

15Futur et conditionnel apparaissent de façon parallèle en discours rapporté (indirect, indirect libre), en emploi narratif, dans les tours hypothétique, de mitigation et d’indignation.

2.1.1. Discours rapporté : discours indirect

16Toutes les grammaires pointent le parallélisme, souvent prétexte à des exercices scolaires de transposition, entre :

(1) Léonce elle me dit qu’elle viendra me voir.
(2) Léonce l’autre fois elle m’a dit qu’elle viendrait me voir
(une vieille dame conversant avec son fils, 2009)

17Si dans les deux cas l’ultériorité s’origine à partir d’un acte de parole différent de celui du locuteur-énonciateur puisque nous sommes en discours rapporté, il convient de noter la différence de fonctionnement suivante : dans le cas du futur en (1), cet acte de parole rapporté est représenté comme se passant à t0, dans une forme de contemporanéité avec l’acte de parole citant ; l’ultériorité du procès venir se calcule à partir de E1/t0, le procès se voit donc obligatoirement situé déictiquement dans le FUTUR du locuteur-énonciateur E1 ; dans le cas du conditionnel en (2), cet acte de parole rapporté est représenté comme se passant antérieurement à t0 (ce qu’explicitent le passé composé, et la locution adverbiale l’autre fois) : l’ultériorité du procès venir se calcule à partir de tn-1, le procès est situé anaphoriquement comme ultérieur à l’acte de parole de l’énonciateur e1, et n’est pas repéré par rapport à E1/ t0, de sorte que le cotexte peut ajouter une référence temporelle qui le situe aussi bien dans le PASSÉ que dans le PRÉSENT ou le FUTUR de E1 :

(2a) Léonce l’autre fois elle m’a dit qu’elle viendrait me voir jeudi dernier / aujourd’hui / jeudi prochain.

18Du fait de leur structure temporelle et énonciative différente, l’ultériorité mise en œuvre par le futur est d’ordre déictique ; celle mise en œuvre par le conditionnel, d’ordre anaphorique. Ce qui rend compte également de ce que, en discours direct, on use du futur pour signifier la simple ultériorité, mais non du conditionnel :

(2b) Léonce elle me dit / m’a dit : « Je viendrai / ? ? viendrais te voir ».

19Notons qu’il arrive parfois que le futur soit employé en lieu et place du conditionnel, plus attendu :

(3) Il pensait que l’avenir de la France est dans l’armée et que l’armée mettra fin aux désordres, au travail des meneurs qui menace la propriété, les talents individuels.
(Aragon, Les Voyageurs de l’impériale)

  • 4  Troisième lecture possible, et certainement la plus probable du fait que cet énoncé est extrait d’ (...)

20Ce qui produit un effet de sens qui peut être interprété de deux façons : soit nous sommes en présence d’une forme de discours direct (très) libre : malgré la subordination syntaxique (il pensait que P), l’ultériorité se calcule, comme dans le discours direct, à partir de l’acte énonciatif de e1 dont le discours est rapporté ; soit le locuteur-énonciateur E1 (ici le narrateur) s’approprie la pensée de e1 parce qu’il en partage le bien-fondé, et se substitue à lui : l’ultériorité se calcule déictiquement par rapport à lui4.

2.1.2. Discours rapporté : discours indirect libre

21Complémentairement à l’emploi précédent, on trouve, en discours indirect libre, pour signifier l’ultériorité à partir d’un acte de parole implicite différent de celui du locuteur, le futur en cotexte de présent (s) ; le conditionnel en cotexte de passé (s) :

(4) Napoléon voit la faute et s’empresse d’en profiter : il donne à Ney l’ordre verbal de partir, avec 42 000 hommes, par la chaussée de Bruxelles à Charleroy, et de ne s’arrêter qu’au village des Quatre-Bras. Là, il contiendra les Anglais, tandis que Napoléon battra les Prussiens avec les 72 000 hommes qui lui restent. Le maréchal part à l’instant même.
(Dumas, Napoléon)

(5) Il essayait en vain de faire le vide dans sa tête. Ce soir, quand il verrait Paule, elle aurait lu.
(Beauvoir, Les Mandarins)

  • 5  Ou par rapport à un repère non situé temporellement, si on considère que le présent ne donne pas d (...)

22En (4), l’ultériorité des futurs se calcule énonciativement à partir d’un énonciateur e1, correspondant à l’actant Napoléon, et temporellement par rapport à un t0 fictif, si l’on considère que, dans cet emploi historique, le présent projette le PASSÉ des événements dans le PRÉSENT de leur narration5 ; l’ultériorité des conditionnels en (5) se calcule énonciativement à partir d’un énonciateur e1, correspondant à l’actant il, situé dans le PASSÉ, c’est-à-dire à partir du repère temporel tn-1.

2.1.3. Tour narratif (ou historique)

23Le futur comme le conditionnel peuvent être employés en cotexte narratif PASSÉ pour signifier la relation de progression :

(6) Eddy avait rejoint la maison familiale en 1946. Il dirigera cette banque de 1970 à 1975. Après en avoir quitté la direction, il travaillera dans la banque deux jours par semaine, pendant des années. On le voyait assis devant le bureau Louis XV […].
(Le Monde, 24 janvier 2009)

(7) Au fil des ans, la mention Live at the Village Vanguard est devenue un label de qualité indiscutable. Pourtant à l’origine, ce sous-sol n’était nullement destiné à présenter des musiciens de jazz […].

Le Village Vanguard amorcerait un tournant en 1941en accueillant les bluesmen Leadbelly et Josh White. L’année suivante, les Monday Night sessions débutèrent […].
(Jazzman, avril 2009)

24Dans ce tour, les deux temps sont interchangeables :

(6a) Eddy avait rejoint la maison familiale en 1946. Il dirigerait cette banque de 1970 à 1975. Après en avoir quitté la direction, il travaillerait dans la banque deux jours par semaine […].

(7a) Au fil des ans, la mention Live at the Village Vanguard est devenue un label de qualité indiscutable. Pourtant à l’origine, ce sous-sol n’était nullement destiné à présenter des musiciens de jazz […].

Le Village Vanguard amorcera un tournant en 1941en accueillant les bluesmen Leadbelly et Josh White.

25Il arrive même parfois qu’ils alternent :

(8) Par la suite, il rejoindrait son vieux rival Gérard Pomeyrol et ces deux hommes porteront très haut le renom de l’athlétisme qui à l’époque était un sport majeur en Dordogne.
(Sud Ouest 2005, corpus E. Labeau)

26Dans ce type d’emploi, futur et conditionnel se signalent par trois traits (Azzopardi 2011 b) : ils sont remplaçables par un temps du PASSÉ (selon le cas : passé simple, passé composé, imparfait (narratif), imparfait prospectif) (7b) ; la référence du procès qu’ils actualisent ne peut se situer que dans le PASSÉ (7c) ; ils n’admettent pas la modalisation de l’énoncé par un adverbe épistémique du type de peut-être (7d) :

(7b) Le Village Vanguard amorça / amorçait / allait amorcer un tournant en 1941.
(7c) *Le Village Vanguard amorcerait demain un tournant en 1941.
(7d) *Le Village Vanguard amorcerait peut-être un tournant en 1941.

  • 6  Nous empruntons à N-E  les termes de subjectif et d’objectif. Subjectif signifie ici (...)

27Dans ce tour, qui n’apparaît que fin xviiie-début xixe (Bres 2012), l’instruction d’ultériorité ne se construit plus à partir d’une instance subjective (E1 pour le futur, e1 pour le conditionnel) mais inscrit objectivement6 le procès dans le PASSÉ, en le mettant en perspective à partir d’un précédent procès. L’interchangeabilité comme l’alternance possible des deux temps dans un même énoncé s’explique par cette commune émancipation cotextuelle de l’origine subjective du calcul de l’ultériorité.

2.1.4. Hypothèse

28Futur et conditionnel sont d’usage dans l’apodose des tours hypothétiques si P, Q :

(9) Si elle me connaît un amoureux, elle se moquera de moi… !

(10) Si elle me connaissait un amoureux, elle se moquerait de moi… !
(Balzac, La Cousine Bette)

29Les grammaires notent que le tour au futur relève du potentiel, alors que celui au conditionnel relève, selon le contexte, de l’irréel du présent ou du potentiel. Notre hypothèse est à même de fournir de cette différence une explication consistante : si le procès au futur, soumis à l’hypothèse de la protase, ne peut se réaliser que dans le FUTUR, c’est que l’ultériorité se calcule dans ce cas à partir de E1. Si le procès au conditionnel a une référence temporelle imprécise, et peut concerner, en fonction du co(n)texte, aussi bien le PRÉSENT (irréel du présent) que le FUTUR (potentiel), c’est que l’ultériorité se calcule anaphoriquement à partir d’un autre énonciateur e1. Le conditionnel, par lui-même, ne situant pas le procès par rapport à E1, c’est éventuellement un circonstant comme aujourd’hui qui imposera le sens d’irréel du présent (10a) ; ou comme demain, qui orientera vers la lecture potentielle (10b) :

(10a) Si aujourd’hui elle me connaissait un amoureux, elle se moquerait de moi… !

(10b) Si demain elle me connaissait un amoureux, elle se moquerait de moi… !

30Notons également que, si le potentiel peut se réaliser au conditionnel (supra 10b) comme au futur comme dans (9) que nous rappelons :

(9) Si (demain) elle me connaît un amoureux, elle se moquera de moi… !

31on perçoit cependant entre les deux une différence de sens : le procès se moquer apparaît plus probable au futur qu’au conditionnel. Ce que nous expliquons ainsi : au futur, l’ultériorité de se moquer se détermine à partir du locuteur-énonciateur E1 situé à t0 ; au conditionnel, elle se calcule à partir de e1 situé à tn-1. L’effet de sens de moins grande probabilité du conditionnel procède de la distance temporelle et de l’altérité énonciative dont ce temps est porteur, ce que confirme le fait que la protase est à l’imparfait dans un cas, au présent dans l’autre.

2.1.5. Mitigation

32Futur comme conditionnel produisent dans certains énoncés un effet de sens identifiable comme de politesse ou d’atténuation (Vet et Kampers-Manhe 2001, Vetters 2001, Patard et Richard 2010) :

(11) Le futur chanoine retira vivement son binocle et le brandit :
— Je ne vous conseillerai rien que de simple, dit-il. Premièrement, vous allez entrer derrière moi, vous vous excuserez de votre mieux.
(Bernanos, Sous le soleil de Satan)

(12) Appel téléphonique pour réserver dans un restaurant :
restaurateur
le Duo bonsoir
client
Bonsoir, je voudrais réserver deux places pour ce soir
restaurateur
Oui, ce serait à quel nom ?

33Dans ce type d’énoncé, futur comme conditionnel sont remplaçables par le présent : en (11) p. ex. : je ne vous conseille rien que de simple. Le procès trouve sa référence dans le PRÉSENT : l’acte de conseiller se réalise par le présent de parole performatif qui l’énonce. En quoi et comment le conditionnel comme le futur sont-ils des bémolisations du présent ? En ce que, de façon différente, ils introduisent une mise à distance :

  • avec le futur, le locuteur-énonciateur E1 place fictivement l’acte de langage qu’il est en train de réaliser dans le FUTUR, en l’imputant implicitement à une autre instance énonciative e1. Du fait du cotexte, le futur actualise non le procès conseiller mais son énonciation ultérieure (sous-entendue) : on a là un emploi dialogique.

  • avec le conditionnel, le locuteur-énonciateur E1 place fictivement dans le PASSÉ un énonciateur e1 pour lequel les procès vouloir et être en (12) sont de l’ordre de l’ultérieur.

2.1.6. Indignation

34Les grammaires parlent volontiers de futur et de conditionnel d’indignation pour les exemples classiques suivants :

(13) Le perfide ayant fait tout le tour du rempart, / Et vu chacun en sentinelle, / S’écria : « Quoi ! Ces gens se moqueront de moi ! / Eux seuls seront exempts de la commune loi ! Non, par tous les dieux ! non. »
(La Fontaine, Fables, XII, 18, Le Renard et les poulets d’Inde)

(14) La tanche rebutée, il trouva du goujon. / « Du goujon ! c’est bien là le dîner d’un héron ! / J’ouvrirais pour si peu le bec ! aux dieux ne plaise ! »
(La Fontaine, Fables, VII, 4, Le Héron)

35Sans entrer dans le détail de l’analyse de ces tours (cf. notamment Abouda 2001), pointons leur différence dans la production cet effet de sens co(n)textuel : le conditionnel ne fait que poser un énonciateur e1 pour lequel l’acte d’ouvrir le bec est de l’ordre de l’ultériorité, ultériorité qui, cotextuellement, est également un ultérieur pour E1, dans la mesure où le locuteur-énonciateur héron n’a pas encore ouvert le bec. C’est le cotexte — notamment la modalité exclamative, ainsi que l’énoncé antiphrastique qui précède (« c’est bien là le dîner d’un héron ») — qui, exploitant la distance énonciative introduite par le conditionnel, est à l’origine de l’effet de sens de rejet indigné. Rien de tel avec le futur : lorsque le renard s’écrie : « Quoi ! Ces gens se moqueront de moi ! », il pense que les dindons sont en train de se moquer de lui : on peut remplacer le futur par un présent : Quoi ! ces gens se moquent de moi ! En actualisant au futur ce procès contemporain de son énonciation, le locuteur-énonciateur E1 en récuse fictivement la réalité en le rejetant dans le monde du non encore réalisé : le FUTUR, ce qui produit résultativement l’effet de sens d’indignation.

2.1.7. Conjecture

36Les grammaires n’ont pas non plus manqué de signaler que le futur, simple (15) parfois, mais plus souvent antérieur (16), pouvait entrer dans la production de l’effet de sens de conjecture :

(15) J’étais en train de boire mon café, le téléphone sonne j’ai dit « Ce sera Bernadette » et oui c’était elle
(Conversation téléphonique, 2009)

(16) Conversation. Un homme attend une jeune femme à la terrasse d’un restaurant. Elle arrive avec un certain retard. Il lui dit :
— Ah te voilà… je me disais elle t’aura posé un lapin

37Plus récemment (Martin 1981, Dendale 2010), il est apparu que le conditionnel, présent (17) comme passé (18), pouvait également participer à ce tour… mais obligatoirement accompagné de la modalité interrogative :

(17) Conversation téléphonique, 4 juillet 2009. Une vieille dame raconte à son fils le bref orage de l’après-midi : il s’est mis à pleuvoir de grosses gouttes et les fleurs blanches de l’arbuste tu sais là devant la porte tombaient je me suis dit : « Mais ce serait pas de la grêle ? » / je me suis levée pour voir par la fenêtre / et puis non c’était ces fleurs blanches

(18) Conversation, décembre 2009. Une vieille dame a lancé un programme de son nouveau lave-vaisselle. Quelques minutes plus tard, elle constate que ladite machine est déjà arrêtée :
Elle serait déjà finie cette machine ?

38Nous ne proposerons pas ici d’explication de cette similitude comme de cette différence dans la mesure où nous lui avons consacré une recherche spécifique (Bres et Azzopardi 2010).

39L’analyse des emplois et des effets de sens dans lesquels le futur comme le conditionnel peuvent entrer — discours rapporté, emploi narratif, tour hypothétique, effets de sens de mitigation, d’indignation, de conjecture — nous semble valider l’hypothèse selon laquelle ces deux formes sont à la fois dans un rapport d’extrême similarité et d’irréductible différence. Leur similarité — ce sont toutes deux des formes qui impliquent l’ultériorite du procès — rend compte de ce que chacune d’elles peut participer à la production de ces tours ; leur différence — l’ultériorité se calcule à partir du PRÉSENT dans le cas du futur, à partir du PASSÉ dans le cas du conditionnel, ce qui entraîne un dédoublement énonciatif — rend compte des variations dans les fonctionnements comme des nuances sémantiques dans les effets de sens produits.

40Il nous reste à présent à voir si l’irréductible différence dont nous parlions est également à même d’expliquer leurs différences d’emploi en discours.

2.2. Différences d’emploi

41Le futur est très autonome syntaxiquement, le conditionnel beaucoup moins, ce qui se traduit notamment par un fonctionnement différent dans l’hypothèse par corrélation (10a, 9a). Le futur entre dans la production des effets de sens d’injonction (20) et de vérité générale (21), de bilan (22), de mensonge (23) ; le conditionnel ne le peut. Le conditionnel entre dans la production des effets de sens de rumeur (24, 25), préludique (26), contrefactuel (27) ; le futur en est incapable.

2.2.1. Autonomie syntaxique et hypothèse par corrélation

42Le futur, en tant qu’ultérieur du PRÉSENT, situe habituellement le procès dans le FUTUR à partir du locuteur-énonciateur E1. C’est là son emploi le plus fréquent :

(19) Conversation : une vieille dame à son petit-fils :
— Et cette année tu le fêteras où le réveillon ?

43Ce que le conditionnel ne saurait faire :

(19a) — Et cette année tu le fêterais où le réveillon ?

44L’énoncé est parfaitement possible mais il laisse attendre une suite (et cette année tu le fêterais où le réveillon (si tu décides de le fêter) ?), ou présuppose un enchâssement syntaxique (et cette année (tu m’as dit que) tu le fêterais où le réveillon ?).

45Le futur bénéficie d’une totale autonomie syntaxique et textuelle, non le conditionnel. Certes celui-ci apparaît dans des emplois, comme ceux de rumeur ou préludique que nous analyserons infra, dans lesquels il n’a nul besoin de complément ou de chaperon pour constituer un énoncé. Pour autant, il est bien plus limité dans ses mouvements que le futur.

46Cette différence dans la liberté syntaxique et textuelle nous semble tenir à la différence de structure temporelle et énonciative des deux formes : le futur se construisant comme ultérieur à partir du locuteur-énonciateur E1 ne dépend de rien d’autre que dudit locuteur-énonciateur qui est un paramètre obligé de toute énonciation : nulle limitation donc. Rien de tel avec le conditionnel dont l’ultériorité se construit à partir d’un autre énonciateur e1 : il faut soit du cotexte (discours indirect, tour hypothétique), soit du contexte (effets de sens de rumeur, préludique) pour permettre la mise en place de cet autre énonciateur.

47La moindre autonomie, la plus forte dépendance co(n)textuelle du conditionnel rendent compte d’une différence de fonctionnement des deux formes dans le tour hypothétique par corrélation. Nous avons rappelé (supra 3. 1. 4.) le parallélisme des tours hypothétiques au conditionnel et au futur dans la structure si P, Q :

(10) Si elle me connaissait un amoureux, elle se moquerait de moi… !
(Balzac, La Cousine Bette)

(9) Si elle me connaît un amoureux, elle se moquera de moi… !

48Remplaçons la subordination par la corrélation, ce qui entraîne l’apparition du conditionnel ou du futur dans la protase :

(10a) elle me connaîtrait un amoureux, elle se moquerait de moi… !

(9a) elle me connaîtra un amoureux, elle se moquera de moi… !

49L’énoncé au conditionnel (10a) demeure un tour hypothétique, alors que c’est plus difficilement le cas de celui au futur (9a) qui sera plutôt interprété comme composé de deux propositions indépendantes énonçant simplement deux faits attestés, et non comme un système syntaxique corrélatif dans lequel le premier élément conditionne le second. Cette différence de comportement des deux formes est à mettre au compte de leur structure énonciative : l’autonomie du futur tend à faire interpréter le premier membre, elle me connaîtra un amoureux, comme une phrase affirmative, et non comme le premier élément d’une corrélation ; à l’inverse, la moindre autonomie du conditionnel qui doit mettre en place un énonciateur secondaire e1 fait que le premier membre, elle me connaîtrait un amoureux, est comme en attente d’une suite cotextuelle qui donne assise au dédoublement énonciatif.

2.2.2. Injonction, vérité générale

50On sait que le futur entre dans la composition d’énoncés injonctifs (20), et de vérité générale (21) :

(20) tu ne tueras point.

(21) À la fin d’un dîner de chasse, les convives débattent de « savoir si on pouvait aimer vraiment une fois ou plusieurs fois » :
Le marquis ayant aimé beaucoup, combattit vivement cette croyance [selon laquelle on ne peut aimer qu’une fois] : « […] Il en est des amoureux comme des ivrognes. Qui a bu boira — qui a aimé aimera. C’est une affaire de tempérament, cela. »
(Maupassant, La Rempailleuse)

51L’injonction comme la vérité générale s’appliquent à des procès inscrits dans le FUTUR du locuteur-énonciateur : le futur en tant qu’ultérieur du PRÉSENT permet leur actualisation. Non le conditionnel. Si nous remplacions le futur par le conditionnel en (20) :

(20a) tu ne tuerais point

52la valeur illocutoire d’injonction se verrait au mieux remplacée — ironiquement — par un effet de sens préludique…

2.2.3. Futur (antérieur) de bilan

53Les linguistes ont nommé futur de bilan l’emploi que l’on trouve dans :

(22) Qu’on le juge déplacé ou qu’on lui reconnaisse des vertus revigorantes, le show de Mme Royal au Zénith aura eu pour effet d’accentuer le malaise au PS.
(Le Monde, 4 oct. 2008, rapportant le show donné le 27 septembre par Ségolène Royal)

54Dans ce cas, le futur antérieur peut être remplacé par un passé composé (le show a eu pour effet de…) : on a affaire à un emploi dialogique. Le contexte interdisant l’interprétation selon laquelle le procès serait inscrit dans le FUTUR à partir de E1 — le show de S. Royal est de l’ordre du PASSÉ pour le scripteur-énonciateur — le futur, en conformité avec l’instruction temporelle donnée par sa valeur en langue, demande de placer dans l’avenir le dire d’un énonciateur e1. Le futur actualise non le procès, mais son énonciation (sous-entendue) par e1. Le procès lui-même est situé, avec le concours de la forme composée du futur, dans le PASSÉ, ce qui rend compte de sa possible glose par un passé composé.

55Comment se fait-il que le conditionnel ne puisse participer à la production de cet effet de sens dialogique ? C’est que le « bilan » est la synthèse future d’un fait passé : si cet effet de sens peut se développer sur l’ultériorité déictique du futur, il ne peut le faire sur l’ultériorité anaphorique du conditionnel.

2.2.4. Futur de mensonge

56Le futur peut positionner en ultériorité par rapport à E1 non le procès mais le dire mensonger implicite de ce procès par e1 :

(23) Madame Cibot s’adresse à deux marchands de tableaux, Rémonencq et Elis Magus :
— Eh bien ! mes fistons, d’ici à quelques jours, j’amènerai monsieur Schmucke à vous vendre sept ou huit tableaux, dix au plus ; mais à deux conditions : la première, un secret absolu. Ce sera monsieur Schmucke qui vous aura fait venir, pas vrai, monsieur ? ce sera monsieur Rémonencq qui vous aura proposé à monsieur Schmucke pour acquéreur. Enfin, quoi qu’il en soit, je n’y serai pour rien.
— Soit, répondit le Juif en soupirant.
(Balzac, Le Cousin Pons)

57Les procès sera et serai au futur simple, et aura fait et aura proposé au futur antérieur, peuvent être glosés par un verbe de parole au futur suivi desdits procès au présent pour les premiers, au passé composé pour les seconds :

(23a) — Eh bien ! mes fistons, d’ici à quelques jours, j’amènerai monsieur Schmucke à vous vendre sept ou huit tableaux, dix au plus ; mais à deux conditions : la première, un secret absolu. On dira que c’est monsieur Schmucke qui vous a fait venir, pas vrai, monsieur ? On dira que c’est monsieur Rémonencq qui vous a proposé à monsieur Schmucke pour acquéreur. Enfin, quoi qu’il en soit, on dira que je n’y suis pour rien.

58Si le futur, mais non le conditionnel, peut participer à la production de cet effet de sens, c’est qu’il se construit sur l’ultériorité déictique. La dimension de dire mensonger procède du seul cotexte : en (23), c’est madame Cibot et non Schmucke qui convoque les marchands pour vendre les tableaux…

59Au futur donc, comme nous venons de le voir, la liberté syntaxique, et les effets de sens d’injonction et de vérité générale, liés à l’énonciateur E1 ; de bilan et de mensonge, liés au placement d’un énonciateur e1 dans le FUTUR. Au conditionnel, la moindre autonomie, et, comme nous allons le voir, les effets de sens de rumeur, de préludisme, de contrefactualité, liés à un énonciateur e1 antérieur.

2.2.5. Conditionnel de rumeur

60Cet effet de sens, qui consiste pour le locuteur-énonciateur à donner une information « au conditionnel » comme disent les médias, a fait l’objet récemment de nombreux travaux (Abouda 2001, Dendale 1993, Gosselin 2001, Haillet 2002, Kronning 2005, Bres 2010 a). Soit les occurrences :

(24) Julie oui elle vient de se marier et d’après elle serait enceinte
(conversation, 2008)

(25) […] D. S. K. et sa subordonnée auraient échangé des courriels intimes, avant de concrétiser leur relation lors d’une conférence en Europe.
(Libération, 20 octobre 2008)

61Le conditionnel, par sa capacité à énoncer une ultériorité à partir d’un énonciateur e1 antérieur, permet au locuteur-énonciateur E1 de laisser entendre qu’il rapporte un énoncé déjà dit, dont il dégage sa responsabilité énonciative puisque celle-ci est imputable à un autre énonciateur e1, implicite en (25), dont la place structurelle est esquissée en (24) par la préposition d’après […].

62Si cet effet de sens est actualisé par le conditionnel et ne saurait l’être par le futur, c’est que la rumeur présuppose une énonciation antérieure à la circulation de l’énoncé, ce que le conditionnel, parce qu’il dispose un énonciateur e1 antérieur à t0, permet de construire ; ce que le futur, parce qu’il pose (sauf contrainte co(n)textuelle) l’ultériorité du procès par rapport à E1, empêche d’inférer.

2.2.6. Conditionnel préludique

63Plus souvent qu’à l’imparfait, les énoncés préludiques — par lesquels les enfants verbalisent le monde imaginaire de leur jeu — sont actualisés au conditionnel :

(26) conversation de deux enfants qui jouent aux vendanges avec des playmobils
— Alors moi je prendrais le tracteur et j’irais à la coopérative pendant que toi tu couperais des raisins
— Ouais je couperais des raisins et je les mettrais dans la pastière là…

64Les enfants jouent à s’inventer une autre vie : celle de viticulteurs en vendanges. L’effet de sens de dissociation énonciative procède de ce que le conditionnel présuppose un énonciateur antérieur implicite e1, pour qui les procès prendre le tracteur, aller à la coopérative, etc. sont des possibles, alors que E1 sait très bien qu’ils ne correspondent pas à la réalité hic et nunc. Si le futur n’accède pas au préludique, c’est que, de lui-même, il ne produit pas la dissociation énonciative requise ; et que lorsque le co(n)texte l’y oblige, il place dans le FUTUR le dire ultérieur d’un énonciateur e1 qui validera la réalité des conséquences d’un fait passé (emploi de bilan, supra 3. 2. 2.) ou vérifiera une conjecture actuelle (emploi conjectural, supra, 3. 1. 7.). Or le préludique est ennemi de la vérification : il requiert la croyance aveugle. Il fonctionne non à la confirmation, mais à l’accord préalable sans condition…

2.2.7. Conditionnel contrefactuel

65Le conditionnel passé peut servir à produire l’effet contrefactuel, qui consiste en l’actualisation d’un procès qui a failli se réaliser, mais en a été empêché par l’entremise d’un actant :

(27) Il raconta comment il serait mort le 15 mai, sans le dévouement d’un garde national.
(Flaubert, L’Éducation sentimentale)

66Sans rentrer dans l’explication de ce type de tour corrélatif particulièrement complexe (Bres 2006, 2010 d), nous dirons que le conditionnel permet d’ouvrir, à partir de l’énonciateur e1, la possibilité de réalisation ultérieure d’un procès (mourir dans l’ex. (27)), tout en posant, par l’aspect composé du conditionnel passé, que cette possibilité ne s’est pas réalisée. Le futur ne peut participer à ce genre d’acrobatie modale qu’est la contrefactualité : peu porté par nature au dédoublement énonciatif, il ne peut guère signifier, lorsqu’il s’y voit contraint en co(n)texte narratif passé, que la factualité (supra 3. 1. 3).

67L’hypothèse temporelle et aspectuelle nous semble permettre d’expliquer également pourquoi le futur, mais pas le conditionnel, peut participer à la production des effets de sens d’injonction, de vérité générale, de bilan, de mensonge ; et pourquoi le conditionnel, mais pas le futur, peut entrer dans le tour hypothétique par corrélation, et participer à la production des effets de sens de rumeur, de préludisme et de contrefactualité.

Conclusion : ni tout a fait le même, ni tout à fait un autre

68Nous sommes partis du parallélisme de construction du futur et du conditionnel : -r- + -a // -r- + -ait. En appui sur cette base morphologique, nous avons proposé une hypothèse concernant la valeur en langue de chacun d’eux : le futur est un ultérieur du PRÉSENT ; le conditionnel, un ultérieur du PASSÉ. Cette différence dans l’identité temporelle induit une différence énonciative d’importance : alors que l’ultériorité du futur s’énonce à partir du locuteur-énonciateur E1 situé en t0, et se calcule déictiquement — l’ultériorité du PRÉSENT est le FUTUR —, l’ultériorité du conditionnel s’énonce à partir d’un autre énonciateur e1 situé dans le PASSÉ de E1, en tn-1, et se calcule anaphoriquement. Le conditionnel développe systématiquement un dédoublement énonciatif E1/e1 : il est énonciativement dialogique en langue ; le futur s’énonce à partir du seul locuteur-énonciateur E1, même s’il peut avoir des emplois dialogiques en discours, lorsque le co(n)texte l’y contraint. Nous nous sommes ensuite servis de cette hypothèse temporelle et énonciative comme d’une clé pour avancer une explication systématique tant des emplois que les deux formes ont en commun que de ceux qui relèvent spécifiquement de chacune d’elles.

69L’énonciation pénètre au cœur des outils grammaticaux que sont les temps verbaux, notamment sous la forme du dédoublement énonciatif, notion qui nous semble permettre de rendre compte de nombreux faits discursifs dans leur complexité.

Haut de page

Bibliographie

Abouda L., 2001, « Les emplois journalistique, polémique et atténuatif du conditionnel. Un traitement unitaire », in Dendale P. et Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, université de Metz : Recherches linguistiques 25, 277-294.

Azzopardi S., 2011 a, « Le conditionnel en psychomécanique du langage : approche critique de la théorie guillaumienne », in Arabyan M., Bres J., Van Raemdonck D., Ponchon Th., Tremblay R. et Vachon l’Heureux P. (éd.), De l’actualisation, Actes du XIIe congrès de l’Association internationale de Psychomécanique du Langage, Bruxelles juin 2009, Limoges : Lambert Lucas, 181-192.

Azzopardi S., 2011 b, Le futur et le conditionnel : valeur en langue et effets de sens en discours. Analyse contrastive espagnol/français, thèse de doctorat, Montpellier 3.

Barceló G. J. & Bres J., 2006, Les temps de l’indicatif, Paris : Ophrys.

Beauzée N., 1782/1986, Temps, in Encyclopédie méthodique : grammaire et littérature, reproduit in Swiggers P., Grammaire et théorie du langage au dix-huitième siècle, Lille : Presses universitaires de Lille.

Benveniste E., 1965/1974, « Le langage et l’expérience humaine », in Problèmes de linguistique générale II, Paris : Gallimard, 67-78.

Bres J., 2006, « “Encore un peu, et l’imparfait était un mode…” L’imparfait et la valeur modale de “contrefactualité” », Cahiers de praxématique, 46, 149-176.

Bres J., 2009, « Dialogisme et temps verbaux de l’indicatif », Langue française 163, 21-39.

Bres J., 2010 a, « Le conditionnel n’existerait pas, il faudrait l’inventer », in C. Alvarez Castro, F. Bango de la Campa et Donaire M. L. (éd.), Liens linguistiques, Peter Lang, 201-225.

Bres J., 2010 b, « Alors comme ça, le conditionnel serait une forme dialogique… », in Colas-Blaise M., Kara M., Perrin L. et Petitjean A. (éd.), La polyphonie en langue et en discours. Modèles et réflexions théoriques, Metz : Presses universitaires de Metz, 201-225.

Bres J., 2010 c, « Arthur, où t’as mis ton corps ? Conditionnel et actualisation de l’effet de sens historique », in Bres J., Arabyan M., Ponchon Th., Rosier L., Tremblay R. et Vachon-l’Heureux P., Actes du colloque international de l’AIPL, Le concept d’actualisation en psychomécanique, juin Bruxelles, Limoges : Lambert Lucas, 193-204.

Bres J., 2010 d, « Sans l’imparfait, les vendanges tardives ne rentraient pas dans la jupe rhénane… Sur l’imparfait contrefactuel, pour avancer », Syntaxe et Sémantique 10, 33-50.

Bres J., 2012, « Conditionnel et ultériorité dans le passé : de la subjectivité à l’objectivité », C. M. L. F., Lyon, 4-7 juillet 2012, www.ilf-cnrs.fr

Bres J. & Azzopardi S., 2012, « On aurait oublié les clés du dialogisme sur la porte de l’analyse ? De l’effet de sens de conjecture du futur et du conditionnel en français », in Bres J., Nowakowska A., Sarale J.-M., Sarrazin S. (éd.), Dialogisme : langue, discours, Peter Lang, 135-147.

Bres J. & Nowakowska A., 2006, « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive », in Perrin L. (éd.), Le sens et ses voix, Recherches linguistiques 28, Metz : université de Metz, 21-48.

Chevalier J. -Cl., 1997, « Symétrie et transcendance : le cas du futur hypothétique et le cas de l’aspect », Cahiers de praxématique 29, 59-80.

Damourette J. & Pichon E., 1911-1936, Des mots à la pensée, Paris : d’Artrey.

Dendale P., 1993, « Le conditionnel de l’information incertaine : marqueur modal ou marqueur evidentiel ? », in Hilty G., Actes du XXe congrès international de linguistique et philologie romanes, Tübingen, Francke Verlag, t. 1, 165-176.

Dendale P., 2010, « Il serait à Paris en ce moment. Serait-il à Paris ? À propos de deux emplois épistémiques du conditionnel. Grammaire, syntaxe, sémantique », in Alvarez Castro C., Bango de la Campa F. & Donaire M. L. (éd.), Liens linguistiques, Peter Lang, Donaire M. L. (éd.), Les domaines linguistiques, De Boeck-Duculot, 291-317.

Gosselin L., 2001, « Relations temporelles et modales dans le conditionnel journalistique », in Dendale P. et Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, université de Metz : Recherches linguistiques 25, 45-66.

Guillaume G., 1929/1970, Temps et verbe, Paris : Champion.

Guillaume G., 1971, Leçons de linguistique 1948-1949, série A, vol. 1, Structure sémiologique et structure psychique de la langue française I, Paris : Klincksieck, Québec : Presses de l’université Laval.

Haillet P., 2002, Le conditionnel en français. Une approche polyphonique, Paris : Ophrys.

Hopper P. J. & Traugott E. C., 1993, Grammaticalization, Cambridge : Cambridge University Press.

Kronning H., 2005, « Polyphonie, médiation et modalisation », in Bres J., Haillet P., Mellet S., Nølke H. et Rosier L. (éd.), Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles : de Boeck. Duculot, 297-312.

Martin R., 1981, « Le futur linguistique : temps linéaire ou temps ramifié ? (À propos du futur et du conditionnel en français) », Langages 64, 81-92.

Nilsson-Ehle H., 1943, « Le conditionnel “futur du passé” et la périphrase devait + infinitif », Studia neophilologica 16, 50-88.

Patard A. & Richard A., 2010, « Attenuation in french simple tenses », Cahiers Chronos, à paraître.

Reichenbach H., Elements of symbolic logic, 1947/1966, New York, Free Press.

Soutet O., 2006, « Reformulation de la chronogénèse des formes du futur et du conditionnel dans le système verbal français », Le Français moderne 75, 2, 177-190.

Vet C. & Kampers-Manhe B., 2001, « Futur simple et futur du passé : leurs emplois temporels et modaux », in Dendale P. et Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, université de Metz : Recherches linguistiques 25, 89-104.

Vetters C., 1996, Temps, aspect et narration, Amsterdam : Rodopi.

Vetters C., 2001, « Le conditionnel : ultérieur du non-actuel », in Dendale P. et Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, 169-207.

Vuillaume M., 2001, « L’expression du futur du passé en français et en allemand », in Dendale P. et Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, université de Metz : Recherches linguistiques 25, 105-124.

Wilmet M., 2001, « L’architectonique du conditionnel », in P. Dendale et L. Tasmowski (éd.), 21-44.

Haut de page

Notes

1  Il semble cependant que la concurrence que va pleuvoir livre à pleuvra soit plus forte que celle que allait pleuvoir livre à pleuvrait.

2  Afin d’éviter les ambiguïtés, nous écrivons les mots passé, présent et futur en majuscules lorsqu’il s’agit des époques, et en minuscules lorsqu’il s’agit des temps verbaux.

3  Autre hypothèse explicative que nous ne développons pas : si on analyse le présent comme une forme non-temporelle, le futur est l’ultérieur d’un point de saisie non situé dans une époque. Sur la question du présent, voir B et B , chapitre VII.

4  Troisième lecture possible, et certainement la plus probable du fait que cet énoncé est extrait d’un roman d’Aragon : le narrateur E tient ironiquement le discours de son personnage e pour s’en moquer.

5  Ou par rapport à un repère non situé temporellement, si on considère que le présent ne donne pas d’instruction d’époque. Cf. note , p. .

6  Nous empruntons à N-E  les termes de subjectif et d’objectif. Subjectif signifie ici que la référence temporelle s’effectue via la médiation d’une énonciation ; objectif, que la référence temporelle s’effectue sans cette médiation, à la façon p. ex. du passé simple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azzopardi, S. & Bres, J. (2011). Temps verbal et énonciation. Le conditionnel et le futur en français : l’un est dialogique, l’autre pas (souvent). Cahiers de praxématique 56. Montpellier : Pulm. 53-76

Référence électronique

Sophie Azzopardi et Jacques Bres, « Temps verbal et énonciation. Le conditionnel et le futur en français : l’un est dialogique, l’autre pas (souvent) », Cahiers de praxématique [En ligne], 56 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/1570

Haut de page

Auteurs

Sophie Azzopardi

Praxiling U.M.R. 5267 — C.N.R.S., Montpellier 3

Articles du même auteur

Jacques Bres

Praxiling U.M.R. 5267 — C.N.R.S., Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals