Navigation – Plan du site

Passer à l’antenne : arrangements technologiques et interactionnels préparant la prise de parole en direct

Going on air: technological and interactional arrangements preparing fresh talk on the radio
Lorenza Mondada et Florence Oloff

Résumés

Dans le cadre de l’ethnométhodologie et de l’analyse conversationnelle, cet article s’intéresse à la production de la parole radiophonique en contexte, telle qu’elle est accomplie en temps réel et de manière située, incarnée et soutenue technologiquement dans le studio. Il vise ainsi à replacer la parole radiophonique dans son écologie matérielle et à l’aborder dans ses processus de production plutôt que comme un produit fini.
L’analyse se focalise sur les instants qui précèdent immédiatement la prise de parole des animateurs, sur le moment où ils procèdent aux derniers échanges coordonnant leur parole à l’antenne et où ils mobilisent une série de ressources technologiques juste avant le passage au direct : ils précisent ou confirment les dernières prises de décision concernant ce qu’ils vont dire et la manière de le dire, prennent en main leur casque, le mettent, arrangent le micro, effectuent les derniers réglages de régie. Ce moment révèle les arrangements technologiques – dans la mobilisation de plusieurs artefacts - et interactionnels – dans la mise en œuvre de procédés de coordination et d’ajustement mutuel - complexes qui rendent possible la parole en direct.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les émissions radiophoniques ont souvent été utilisées en linguistique comme corpus pour étudier les caractéristiques prosodiques, grammaticales, pragmatiques, voire interactionnelles de ce type de discours – voire de l’oral en général. Un des avantages de l’émission est le fait qu’elle est facilement enregistrable ou téléchargeable, avec généralement une très bonne qualité audio.

2Ce type d’approche capture l’émission en tant que produit fini, tel qu’il est diffusé à l’antenne pour un public qui l’écoute. Si la réduction de la parole radiophonique à la seule voix des animateurs peut relever de la perspective des auditeurs (ce qui nécessiterait toutefois une étude de la manière dont ce produit est effectivement reçu et écouté, dans l’écologie particulière des pratiques situées d’écoute), cela ne rend pas compte de la spécificité des pratiques responsables de sa production – qui elles se déroulent de manière située et incarnée, dans l’écologie du studio radio.

3Dans la perspective de l’ethnométhodologie et de l’analyse conversationnelle, cet article s’intéresse à la production de la parole radiophonique en contexte, telle qu’elle est accomplie en temps réel et de manière située, incarnée et soutenue technologiquement dans le studio. En bref, la perspective consiste à replacer la parole radiophonique dans son écologie matérielle et à l’aborder dans ses processus de production plutôt que comme un produit fini.

4Pour ce faire, nous avons choisi de nous focaliser sur les instants qui précèdent immédiatement la prise de parole des animateurs : notre analyse s’arrête lorsque leurs voix sont transmises en direct à l’antenne. Ce choix se situe au sein d’un projet plus vaste consistant à étudier la production pas à pas de l’émission, y compris la recherche de sujets et leur préparation (Mondada, à paraître ; Mondada & Oloff, à paraître a, à paraître b). Ici nous nous focalisons plus particulièrement sur le moment où les animateurs procèdent aux derniers échanges coordonnant leur parole imminente à l’antenne, en mobilisant une série de ressources technologiques juste avant le passage au direct : ils précisent ou confirment les dernières prises de décision concernant ce qu’ils vont dire et la manière de le dire, prennent en main leur casque, le mettent, arrangent le micro, effectuent les derniers réglages de régie. Ce moment est intéressant en ce qu’il révèle les arrangements technologiques - dans la mobilisation de plusieurs artefacts - et interactionnels - dans la mise en œuvre de procédés de coordination et d’ajustement mutuel - complexes qui rendent possible la parole en direct. Notre étude de l’organisation détaillée de ce moment particulier se base sur une série de ‘collections’ de phénomènes interactionnels, dans la perspective de l’analyse conversationnelle, qui permet d’en explorer les caractéristiques séquentielles, temporelles et interactionnelles spécifiques (voir pour une présentation en français Gülich & Mondada, 2001 ; en anglais Sidnell & Stivers, 2012).

5Avant de procéder à l’analyse proprement dite, l’article explicite la perspective spécifique que nous adoptons sur la radio, en faisant référence aux rares études qui étudient la parole en studio et aux workplace studies qui, en ethnométhodologie et analyse conversationnelle, ont ouvert des pistes utiles pour ce type d’analyse. Ensuite, une fois présenté le corpus, l’analyse procède en partant des cas les plus simples, où la mobilisation des artefacts technologiques s’enchaîne de manière ordonnée et sans problèmes, pour ensuite prendre en compte des suspensions de cette trajectoire, révélatrices d’autres tâches que les participants traitent comme devant être résolues avant de passer à l’antenne.

2. La fabrication de la parole radiophonique : interactions professionnelles en studio

6La parole radiophonique a fait l’objet de nombreuses études basées sur l’enregistrement audio officiel de l’émission, portant sur sa spécificité de parole à l’antenne ou la traitant plus génériquement comme un exemple d’interaction sociale (voir Goffman, 1981 ; voir aussi Charaudeau, 1984, 2011). Ainsi la qualité professionnelle de l’audio radiophonique a permis de réaliser des analyses prosodiques, portant sur des phénomènes particuliers, comme le discours rapporté et les citations (Panese, 1996 ; Verine & Hirsch, 2011), voire dégageant des styles radiophoniques reconnaissables (Goldman et alii, 2007 ; Burger & Auchlin, 2007). D’autres travaux se sont penchés sur la variation sociolinguistique (Leroy 2007, Turbide et alii, 2010) et grammaticale (Ravazzolo, 2012), exploitant la radio comme un bon pourvoyeur d’exemples pour l’analyse de l’oral en général (voir par exemple Horlacher, 2007). Les études interactionnelles s’y sont aussi intéressées, notamment en se penchant sur les débats radiophoniques et autres formats interactionnels spécifiques, comme les phone-in (Fitzgerald & Housley 2002, Hutchby 1996, Ravazzolo 2007, Traverso 2008). Ce qui caractérise ces travaux est une commune approche de la parole radiophonique telle qu’elle est diffusée publiquement par la radio elle-même.

7Une approche alternative consiste à s’intéresser à la manière dont cette parole est produite in situ, dans le studio. Ce changement de perspective a plusieurs conséquences (Mondada, à paraître) : d’une part, il traite cette parole souvent présentée comme du ‘fresh talk’ (Goffman, 1981) comme ayant en fait été soigneusement préparée, à travers différentes pratiques, interactionnelles et textuelles ; d’autre part, il traite la production en temps réel de cette parole comme un accomplissement pratique requérant la coordination soignée des interlocuteurs ainsi que la mobilisation d’artefacts technologiques. Ces deux aspects ont un effet configurant sur la parole transmise, qui même lorsqu’elle se présente comme du ‘fresh talk’, n’a rien de spontané.

8Ce regard sur la parole en studio est largement sous-pratiqué pour la radio : il a surtout été implémenté dans des ethnographies de médias (Dori-Hacohen 2012, Glevarec 1999, Paterson & Domingo 2008), mais encore très rares sont les travaux qui se penchent sur le détail de la production radiophonique documentés dans le studio par des corpus vidéo (Lan & Voilmy, 2010 ; Mondada, à paraître, Mondada & Oloff, à paraître a, b). Ces derniers s’inspirent des workplace studies et de ce qui a été fait pour la télévision : là aussi, pendant longtemps les analyses se sont limitées à ce qui passait à l’antenne (voir Clayman & Heritage, 2002 pour un bel exemple). Une analyse des émissions TV issue des workplace studies – qui ont décrit les pratiques interactionnelles professionnelles dans la complexité de leur écologie, souvent des lieux fragmentés et juxtaposés, en co-présence et à distance (Heath & Luff, 2000) - a été développée en particulier par Broth (2008, 2009), qui a documenté la production en direct d’une émission, avec un focus particulier sur la manière dont la régie orchestre les différents plans sur le plateau. De son côté, Kroon-Lundell (2009, 2010) a étudié le déroulement d’émissions de nouvelles et les interactions dans le studio qui les précèdent.

9Développer ce type d’approche pour la radio permet de mieux comprendre comment la parole radiophonique est ‘fabriquée’ dans un processus situé et en temps réel, par lequel les animateurs, journalistes et autres intervenants construisent leur parole professionnelle, ‘broadcastable’ de manière ajustée au contexte et au programme. Dans le cadre d’une telle approche, cet article se focalise moins sur les caractéristiques formelles de la parole radiophonique que sur les gestes qui la rendent possible : il étudie la manière dont les animateurs organisent leurs pratiques juste avant de passer à l’antenne. Les quelques secondes qui précèdent la radiodiffusion sont révélatrices du dispositif interactionnel et technologique qui la rend possible.

3. Données

10Les données analysées dans cet article ont été enregistrées en vidéo par les auteures de cet article en octobre 2012 dans une radio locale de Suisse Alémanique. Avec le consentement et la collaboration des participants, deux caméras ont été placées dans le studio : l’une, fixe, a produit une vue plus globale, associée au son de l’émission produite (im. 1) ; l’autre, mobile, enregistrant l’atmosphère sonore du studio, a permis de documenter de manière plus détaillée le travail de l’animatrice chargée aussi de la régie de l’émission (im. 2).

Image 1 – caméra fixe       

Image 2 – camera mobile

11L’émission enregistrée – 4h – est composée de musique entrecoupée de publicité et de courtes interventions des deux animateurs en suisse allemand, durant quelques minutes au plus. Toutes les 30 minutes, des nouvelles sont lues en allemand ou en suisse allemand. Dans les extraits analysés ci-dessous, nous nous focalisons sur la préparation du passage à l’antenne des deux animateurs, Isa et Oli, ainsi que de la journaliste lisant les nouvelles, Sandra.

12L’analyse offre d’abord une vue d’ensemble sur les actions effectuées avant de passer à l’antenne et sur les différents artéfacts qu’elles mobilisent (§ 4). Elle se focalise ensuite sur les derniers échanges effectués en vue de la coordination de la parole radiophonique imminente (§ 5), avant de s’arrêter sur un geste qui marque le passage de la parole en studio à la parole à l’antenne : la mobilisation du casque (§ 6).

4. Préparer le passage à l’antenne : mobilisation successive de plusieurs artéfacts technologiques

13Nous allons présenter ici un cas type du passage à l’antenne, après que les animateurs se soient mis d’accord sur le contenu et la forme de ce qui sera dit quelques instants plus tard : ce moment est consacré à la mobilisation de différents outils de travail tels que le casque, le micro, les feuilles contenant du texte, les écrans et la table de mixage. Le premier extrait nous permettra de situer à la fois notre propos et notre approche analytique. Nous en donnons d’abord une transcription simplifiée :

(1) (blE - 1.12.36 = also1) (version simplifiée)

14Si nous nous limitons à ce type de transcription nous ne pouvons que constater que la prise de parole à l’antenne (6-7) est précédée d’un très long ‘silence’ (5), lui-même précédé d’une activité silencieuse et de prises de parole minimales (2, 4).

15En revanche, une transcription multimodale permet de capturer la richesse des activités effectuées en studio avant de prendre la parole en direct :

(1bis) (blE - 1.12.36 = also1) (version approfondie)

16Dans cette minute qui précède le passage à l’antenne, aucun mot n’est échangé par les participants ; ils n’échangent aucun regard mutuel non plus (im. 1). La particule « °also\° » (5) est prononcée par Oli à voix basse, davantage comme du self-talk que comme quelque chose d’adressé à Isa. Toutefois ce mot, ainsi que les actions des deux animateurs, sont publiquement disponibles pour eux. C’est ainsi que des enchaînements séquentiels et des formes de coordination sont visibles dans leurs actions : Oli regarde d’abord l’écran de droite (2), où se trouvent le sablier et le programme de l’émission. C’est à ce moment qu’il produit la particule « °also\° » (5) qui s’oriente vers le début de la transition. Tout de suite après, il met les documents qu’il consultait sur son clavier (6), il prend son casque (im. 2), le met (7, im. 3), arrange le micro devant lui (7, im. 4) – mouvements qui mobilisent les artéfacts indispensables pour la prise de la parole radiophonique.

17Isa, de son côté, semble s’orienter vers la prise en main du casque d’Oli, puisqu’elle fait de même tout de suite après (7). Après qu’il ait arrangé son micro, elle met son casque (7). Oli réarrange son micro après avoir jeté un coup d’œil à l’écran de programmation (im. 5) ; au même moment, Isa regarde son propre écran et bouge le micro devant elle (im. 6) ; tout de suite après, il active son micro (im. 7). Isa fait de même (im. 8), en avançant ses mains sur le tableau de mixage. 4.3 secondes après Oli prend la parole on air.

18Cet extrait montre d’une part qu’une succession de gestes professionnels sont méthodiquement effectués, rapprochant progressivement les participants du début de l’émission – comme prendre le casque, mettre le casque, arranger le micro, revenir à la régie. D’autre part cette succession est organisée séquentiellement, chacun s’orientant vers l’autre et vers l’écran de programmation. Non seulement l’écran de programmation, où figure le sablier, mais aussi les mouvements préparatoires du co-participant contribuent ensemble à donner le temps, au sein de la progression vers le moment du passage à l’antenne. Dans ce sens, la préparation n’est pas individuelle mais représente un accomplissement interactionnellement coordonné.

19Ce premier extrait ne comporte qu’un mot, la particule « also » (cf. Helbig 1994, Schwitalla 1997). Elle fonctionne comme un dispositif qui projette publiquement la prochaine étape – anticipant à la fois le passage à l’antenne et s’orientant rétrospectivement vers ce qui précède comme clôturé (cf. Fernandéz-Villanueva 2007 : 111).

20Une autre occurrence de « also » suivie des mêmes gestes est observable dans l’extrait suivant :

(2) (veA - 12.30 = also2)

21Comme le précédent, cet extrait montre la même succession et coordination d’actions, révélant leur caractère récurrent et systématique. Ici c’est Isa qui initie la transition, avec « >aso\< » (5) suivi immédiatement de la prise en main du casque. Oli s’aligne avec elle et prend son casque tout de suite après. Elle met le sien (7) et lui fait de même (8). Oli ajuste son micro plusieurs fois, alors qu’Isa ne le fait qu’après (10), juste quelques secondes avant qu’il n’active le sien. De manière intéressante, Isa n’activera le sien que plus tard, alors qu’il a déjà commencé à parler en direct (12).

5. Dernières mises au point avant de passer à l’antenne

22Si dans les extraits précédents la coordination durant la transition vers le passage à l’antenne se faisait de manière relativement silencieuse, cela n’est pas toujours le cas : le moment qui précède la mise du casque, et qui correspond à sa prise en main, constitue la dernière opportunité d’échanger et de se coordonner pour les mises au point encore nécessaires.

23L’extrait suivant montre comment en ce moment particulier ont lieu non seulement les derniers réglages interactionnels mais aussi d’éventuelles ‘trouvailles’ concernant ce qui sera dit à l’antenne. Nous retrouvons non seulement la particule « also » dans cet environnement, mais un ensemble complexe d’activités qui construit ce qui sera dit ensuite.

(3) (veH 03.52.08 bombay street)

24Au début de cet épisode, Oli formule une série d’unités progressives d’une narration qu’il propose à Isa d’initier (« frog mi », 1) pour qu’il puisse la développer ensuite. En faisant cette proposition, Oli a le regard sur son ordinateur portable : il est en train de lire les notes qu’il vient de prendre (« mir händ festgestellt… », 5). Isa l’écoute tout en regardant ses écrans (3). Elle produit la pointe de l’histoire (9) et sur l’élément focal de cette pointe elle lève les yeux sur lui. Ils se regardent mutuellement et rient (9-10). La séquence est terminée par une dernière demande de confirmation (« isch guet ? » 11), ratifiée, et suivie de « also » (14).

25A ce moment Isa prend en main le casque qu’elle a autour du cou, mais le relâche (14). Elle ne le met pas encore, mais écrit sur son PC les bribes de récit qu’ils viennent d’échanger (en fait, la chute, 15). Lorsque Oli propose une suite (« und denn… », 16) elle acquiesce et met son casque. Elle ajoute un long énoncé avant celui qu’elle avait déjà écrit (18). Pendant ce temps, Oli met son casque ; juste après, elle se tourne vers les réglages de la régie et ajuste son micro (19).

26Lorsqu’Isa passe à l’antenne, elle lit le texte qu’elle vient d’écrire quelques secondes plus tôt (20-22).

27Cet extrait montre comment la coordination finale entre les animateurs concerne à la fois le dialogue qu’ils vont mettre en scène et ses formulations et contenus précis, qui sont travaillés sous forme textuelle jusqu’à la dernière minute. Cette préparation substantielle de ce qui sera dit est imbriquée dans la préparation technique et la mobilisation des artefacts (casque, micro). A l’antenne, ce qui sera présenté comme du ‘fresh talk’ a été soigneusement préparé juste avant dans les moindres détails.

28La mobilisation des artéfacts a lieu dans des positions séquentielles particulières : rétrospectivement, ces positions s’orientent vers la clôture possible de l’échange ; prospectivement, vers l’imminence de la parole à l’antenne. A mesure que le temps s’écoule, les participants s’orientent vers la complétion de l’élaboration des contenus, puis la complétion des tâches de coordination, enfin vers la raréfaction de toute parole – la prise de parole au micro étant toujours précédée d’un silence substantiel. La mobilisation des artéfacts prend sens dans ce déroulement : leur mobilisation accomplit la progression de la parole en studio vers la parole au micro – l’une excluant l’autre.

29Cette progression présente un caractère méthodique et systématique, comme le montrent les extraits analysés ici. Les deux suivants documentent la manière dont les participants effectuent les dernières coordinations avant de mettre le casque.

(4) (03.43.31 -> 3.44.20 isa à l’antenne)

30A 47 secondes du passage à l’antenne, Isa jette un coup d’œil rapide à l’écran de droite pendant qu’elle produit un summons à l’adresse de Oli (1). Celui-ci ne la regarde pas, continuant à avoir le regard fixé sur ses papiers (im. 1). Lorsqu’Isa lui demande si il veut poser la question (3), il répond avec un bref hochement de tête. Lorsqu’elle ajoute qu’elle fera l’amorce (5), il répond avec un bref « ja » (6). A ce moment, elle détourne son regard vers l’écran droit qui indique le déroulement du temps des morceaux constituant l’émission (6). Lorsque Oli précise qu’il posera effectivement les questions (8), elle lui répond elle aussi brièvement, en ne le regardant pas (10).

31Peu après ce double échange, Isa tend la main vers la droite où se trouve le casque (11, im. 2). Elle traite ainsi la fin de la double séquence comme une clôture du dernier échange de coordination. Oli semble s’orienter vers les mêmes pertinences : lorsqu’Isa prend le casque, il vient de prendre le sien aussi (im. 3) ; lorsqu’elle s’apprête à mettre le sien, il a déjà mis le sien (im. 4-5). Ce moment est donc identifié par les deux co-participants comme se situant à la fois séquentiellement après la clôture du ‘dernier’ échange et temporellement à un moment juste avant la prise de parole à l’antenne.

32Une fois mis le casque, Isa se tourne vers son ordinateur, efface le texte qui était à l’écran et écrit le nom du groupe qui passe à l’antenne (« Skunk Anansie », 12), tout en chantonnant ce nom sur la mélodie de la chanson. Elle écrit ensuite (15) un texte sur ce groupe – qu’elle dira à l’antenne quelques secondes plus tard.

33A nouveau, les deux animateurs s’orientent vers le temps qui passe de la même manière, de façon parfaitement synchronisée : tout en écrivant, Isa jette un premier coup d’œil vers l’écran de droite (im. 6 : il manque alors 10 secondes au passage à l’antenne) ; lorsqu’elle elle jette un second coup d’œil (im. 7 – il reste 8 secondes), Oli est aussi en train d’attraper le micro et de l’arranger devant lui (16). Isa quitte son écriture et se retrousse les manches (im. 8), alors que Oli bouge à nouveau le micro devant lui ; au moment précis où Oli lâche le micro elle est tournée vers la régie et active le micro pour passer en direct.

34C’est Isa qui passe à l’antenne d’abord (pour l’ « istiig ») – elle prend la parole en lisant le texte qu’elle vient d’écrire sur son ordinateur.

35Cette succession d’actions est très similaire dans l’extrait suivant :

(5) (02.45.59 -> 2.46.45 OLI à l’ant) (mika 2.46.08)

36Alors qu’Isa est en train de regarder l’écran de droite (im. 1 - il manque 34 secondes au passage à l’antenne), Oli confirme qu’il va faire l’amorce (1), tout en prenant en main son casque (im. 2). La prise en main du casque projette le passage imminent à l’antenne ; en même temps, le fait que le casque n’est pas immédiatement mis par Oli s’oriente vers l’attente d’une réponse d’Isa, voire vers de possibles négociations. Isa ne répond pas tout de suite, elle active brièvement un pré-enregistrement qui servira plus tard, avant de produire une confirmation minimale (3). Immédiatement après sa réponse, elle avance sa main vers le casque (4) – elle montre ainsi qu’elle s’oriente vers la clôture possible de la séquence. Mais tout en ramenant le casque elle pose une question à Oli (5) : elle garde le casque en main (im. 3), attendant la réponse. Après la réponse d’Oli (6), elle confirme et clôt la séquence avec un rapide « >ja< » et met le casque simultanément (7, im. 4) : cette fois la séquence est bel et bien traitée comme close.

37Oli aussi met son casque (8, im. 5) et ajuste le micro (8, im. 6). De son côté, Isa pousse le micro de côté (8, im. 7), et relève ses manches (8, im. 8) – deux gestes qui ont une valeur préparatoire. Mais il reste encore plusieurs secondes avant la fin de la chanson en cours (9) : Isa regarde l’écran droit mais alterne aussi avec un regard ailleurs – la manière dont elle regarde manifeste une attente (im. 9) pendant laquelle elle n’écrit rien à l’écran.

38Lorsque le morceau musical de Mika se termine, Isa se tourne vers les réglages de la régie et Oli active le micro (9) : les deux utilisent la fin projetable du morceau pour organiser l’action suivante – le passage à l’antenne. Celui-ci se fait avec Oli au micro et Isa à la régie (10, im. 10).

39La petite collection d’extraits analysés jusqu’ici montre le caractère systématique et méthodique de la progression vers le passage à l’antenne ainsi que son accomplissement au fil d’une série d’actions pratiques où se distribuent temporellement les dernières opportunités de se coordonner et la mobilisation des artéfacts technologiques.

6. Suspensions et réparations : « techno-torque »

40La dernière partie de notre analyse se focalise sur un moment particulier de cette coordination avant de passer à l’antenne : la prise en main du casque, puis sa mise sur la tête et sur les oreilles. Ce geste, qui peut paraître anodin, est très précisément situé dans la temporalité progressive qui mène à la parole en direct. En outre, l’analyse d’une collection de cas montre qu’il est finement ajusté avec d’éventuelles ‘dernières’ séquences de coordination, qui peuvent l’entraver, le suspendre, le retarder. La manière dont ce geste apparemment simple s’aligne avec la gestion de l’interaction montre la manière incarnée dont les participants se préparent au passage imminent à l’antenne. La prise en main du casque est fondamentale dans ce sens, puisqu’elle prépare le geste qui isole la personne de l’espace sonore du studio et la fait basculer dans l’espace sonore de la radio. On verra que cette relation complémentaire est gérée par les participants de manière non exclusive, grâce à des manipulations particulières de cet artéfact et de la manière dont il habille le corps. Les positions de l’artéfact manifestent ainsi la double orientation des participants vers la coordination en studio et vers la parole officielle : c’est ce que nous appelons, en paraphrasant Schegloff (1998), le techno-torque.

6.1. Prise en main du casque et possibles suspensions/retards

41La prise en main du casque dessine une trajectoire actionnelle qui projette son usage imminent. Toutefois, ce qui suit sa prise en main peut ne pas être sa mise sur la tête, qui peut être retardée. De manière intéressante, ce retard est étroitement coordonné avec l’échange en cours, qui montre une orientation vers la clôture de la ‘dernière’ séquence possible.

42En voici un premier exemple, qui se passe entre Isa et la journaliste en charge des nouvelles, Sandra :

(6) (03-04_12)

43Au début de l’extrait, les deux animatrices sont engagées dans un échange plutôt personnel, en train de se plaindre d’un tiers (1-3). Suit un silence (4) pendant lequel Isa tend la main vers le côté où est accroché son casque. Ce geste s’oriente vers une fin possible de la séquence.

44Alors qu’elle ramène son casque, Sandra ajoute quelque chose (5) – qui est traité par Isa en initiant une réparation (7). A ce moment, Isa a ramené son casque ; toutefois elle ne le met pas immédiatement sur sa tête : elle le garde en main (im. 1), alors qu’elle se penche en avant (im. 2), en attente de la réponse/réparation de Sandra (9). La suspension du geste consistant à prendre et à mettre le casque est donc liée à l’initiation de la réparation.

45La réparation de Sandra (9) est accueillie par un hochement de tête d’Isa, qui ajoute ensuite un « okay » (11) suivi d’un petit rire auquel se joint Sandra (12). Durant cet échange de rires, qui clôt définitivement la séquence, Isa met le casque sur sa tête (im. 3).

46Une trajectoire séquentielle semblable a lieu dans l’extrait suivant :

(7) 02_12-04 (1e p.)

47Isa pose une question sur le titre de la chanson qui passe à l’antenne (1) et vers la fin de son tour elle se penche vers le casque. Alors que Oli ne répond pas, elle poursuit, l’interrogeant sur la distribution des tâches lors de leur prise de parole imminente à l’antenne (5, 7). En ramenant son casque durant la seconde question et la pause qui suit (7), elle ne le met pas, mais le garde en main.

48Finalement Oli répond (10) ; il fait une proposition sur la distribution de leurs contributions respectives, tout en prenant son casque en main. A la fin de son tour, il arrange le micro devant lui ; Isa lui répond en acceptant sa proposition (11) et met immédiatement son casque.

49Les deux participants s’orientent donc vers la fin imminente de la séquence, en se penchant pour prendre leur casque ; Isa met le sien dès qu’elle a obtenu une réponse qui clôt la séquence. Oli le mettra un peu plus tard.

50Ces deux extraits constituent donc une petite collection démontrant la double orientation des participants vers la clôture de la séquence, quand ils prennent en main le casque et quand ils le mettent ; elle montre aussi que si la clôture ainsi projetée n’a pas lieu immédiatement, et que la séquence est prolongée, ils gardent le casque en main en attendant un nouveau point de complétion.

51Cette orientation vers des événements qui peuvent retarder la clôture définitive de la séquence se manifeste dans d’autres pratiques, qui sont distribuées dans le temps : une fois mis le casque, de nouvelles suspensions de la progressivité de l’action sont possibles, occasionnant des manipulations pertinentes et révélatrices.

6.2. Mise du casque sur la tête et possibles suspensions/retards

52De manière analogue aux phénomènes de retardement décrits plus haut, le cours d’action émergeant peut être suspendu plus tard encore, lorsque les participants sont en train de mettre le casque sur leur tête. Cette mise du casque est une action qui peut être formatée de manière soit à ralentir, à suspendre le geste, voire même à ‘revenir en arrière’ – s’ajustant ainsi au déroulement séquentiel de l’action en cours, voire à un événement non projeté lors de la mise du casque.

53Nous allons ici nous concentrer sur une petite collection de cas où cette suspension a lieu lorsque la personne qui l’effectue répond à une action initiée par son interlocuteur. Cette dernière intervient ainsi dans la trajectoire du geste qui interfère avec elle et la retarde, comme un événement produit après la clôture possible de la ‘dernière’ séquence avant la parole à l’antenne. D’autres cas concernent cette suspension de la mise du casque lorsque la personne qui met le casque initie une nouvelle action à l’égard de son interlocuteur. Cette action est alors exhibée comme non planifiée, comme émergeant localement, voire tardivement. Par manque de place nous ne pouvons pas développer ici cette seconde sous-collection.

(8) (00_24-32)

54Après une longue pause suite à une clôture de séquence, Isa se penche pour prendre son casque (1). Oli produit à ce moment-là un nouveau tour (2), pendant lequel Isa ramène son casque et le met – tout en ralentissant ce mouvement (2), l’ajustant à la progression du tour d’Oli. Elle ne le place pas entièrement sur sa tête (im. 1). Suit une pause (3) durant laquelle Isa écarte son casque (im. 2) en produisant un repair initiator (4). Oli répond immédiatement (5) et elle le remet alors proprement sur la tête (im. 3).

55Le mouvement d’écartement du casque correspond donc exactement à l’action effectuée en initiant la réparation, projetant la réparation de son interlocuteur. Une autre occurrence est observable dans l’extrait suivant :

(9) Extrait 01_24-25 ich mach relativ viel

56Isa est en train de rédiger le texte pour la prochaine animation à l’antenne et regarde son écran (1-2). De ce fait, elle ne s’aperçoit pas qu’Oli dirige son regard vers elle. Quelques secondes plus tard, il lui adresse une information quant à sa prochaine prise de parole on air (3). Isa initie deux fois une réparation (5-7) et dirige son regard vers son interlocuteur. Oli répète son annonce et évoque qu’il en dira davantage plus tard (9). Cette annonce, quoique vague, semble suffire à Isa, car elle se limite à demander si elle devra activer le premier extrait d’une interview préenregistrée, ce qu’Oli confirme (11-15). Après la clôture de cette séquence par « ebbä\ » (17), Isa prend le casque (qu’elle a autour de son cou depuis le début de l’extrait) et commence à le mettre sur la tête (18, im. 1). Alors qu’elle a quasiment mis le casque (im. 2), Oli produit une expansion de la séquence (19), en se référant au deuxième extrait son qu’elle devra également activer. Peu après le début de ce tour, Isa dirige son regard vers Oli et retire le casque, effectuant ainsi un mouvement en arrière (19, im. 3). D’un côté, elle s’oriente ainsi clairement vers son interlocuteur ; de l’autre, en gardant le casque en main lors de ce mouvement en arrière elle manifeste son orientation vers une suspension plutôt courte de sa trajectoire. Nous constatons qu’elle repositionne son casque tout de suite après la fin du tour d’Oli (21, im. 4). Isa s’oriente ainsi vers une clôture rapide de la séquence de coordination avec son collègue, ce qui est également visible dans la suite de l’extrait, où elle maintien le casque sur la tête lors d’une nouvelle prise de parole d’Oli (23), fournissant une réponse encore plus minimale que la précédente (25). Elle continue ensuite à travailler sur la liste des chansons visible sur l’écran de contrôle (26).

57Ces mouvements d’ajustement à l’émergence de la parole d’autrui et à la réponse qu’elle génère peuvent être multiples et progressifs, comme dans l’extrait suivant :

(10) (01_33-35/GAL)

58A la fin de la séquence précédente, les deux interlocutrices mettent leur casque (1, im. 1). Sandra met le sien légèrement après Isa : on note qu’elle ne le lâche pas, mais continue à le tenir avec ses deux mains. De cette manière, elle est disponible envers un possible ajout de la part d’Isa - qui se produit tout de suite après (2).

59La réponse de Sandra au tour d’Isa est intéressante : avant sa complétion, elle lève son casque au-dessus de sa tête (im. 2). Elle maintient cette position alors qu’elle initie une réparation (4), promptement accomplie par Isa (5). Immédiatement après la complétion de la séquence de réparation, Sandra baisse son casque (6, im. 3), tout en le maintenant légèrement au-dessus de sa tête.

60Lorsque Isa ajoute un développement du terme réparé précédent (7), Sandra maintient toujours le casque dans cette position : lors de la micro-pause, elle le baisse encore légèrement (im. 4). Les deux s’engagent ensemble dans un rire (8-9, im. 5), dont le caractère conclusif peut être vu dans le fait que Isa touche rapidement le micro, tout en rétractant immédiatement sa main (9). Elle produit (10) une nouvelle particule et un geste, sollicitant la réponse de Sandra, qui effectivement produit un tour de parole d’une voix rieuse (11). Tout de suite après, elle ajuste définitivement son casque sur la tête et le lâche de ses deux mains (im. 6).

61Cet épisode est intéressant en ce qu’il montre comment le phénomène décrit ici – l’ajustement du casque lorsque celui-ci est déjà sur la tête – peut se faire de manière incrémentale, alors que de nouveaux ajouts à la séquence sont produits.

62On a vu que les participants adoptent plusieurs façons de mettre le casque sur leur tête. Contrairement aux extraits précédents (§ 6.1) où ils retardaient, en gardant les écouteurs dans leur main, la mise du casque, dans les extraits de cette section (§ 6.2) ils mettent le casque mais l’écartent ou le soulèvent lorsqu’il s’agit de se réengager dans l’interaction en face-à-face. De cette manière, ils ajustent la façon de porter le casque en s’orientant par rapport à un double cours d’action : d’une part, le casque leur permet d’écouter ou du moins d’entendre ce qui est transmis à la radio à ce moment-là, en attente de leur basculement imminent à l’antenne ; d’autre part, le léger écartement du casque leur permet d’écouter ce que dit le collègue dans le studio et continuer à échanger avec lui. Cette double orientation est similaire à celle décrite par Schegloff (1998) sous le terme de body-torque : le corps y est doublement tourné, littéralement orienté, dans deux directions, engagées chacune dans une activité différente. Par analogie, nous parlons ici de techno-torque, s’agissant moins d’une torsion uniquement corporelle que d’un arrangement du corps et d’un objet technique.

63Afin de mieux cerner la variété des ajustements possibles, et surtout la manière dont ils répondent à des positions séquentielles ordonnées, au fil de la trajectoire qui mène à la prise de parole en direct, nous nous penchons maintenant sur des cas prototypiques de techno-torque.

6.3. Mettre le casque à moitié : le techno-torque comme double orientation vers le studio et vers l’émission

64Dans notre dernière collection de cas, les deux participants ont déjà mis leurs casques et s’apprêtent à passer à l’antenne. En cette position – tardive – une dernière possibilité consiste à ne pas soulever le casque comme ils le faisaient dans les extraits précédents (§ 6.2) mais à simplement déplacer l’écouteur sur une oreille, de manière à garder le casque en place tout en entendant ce que l’interlocuteur dit. Ce cas de techno-torque est observable dans l’extrait suivant :

(11) (3-15-20)

65Après la clôture de la séquence précédente, Oli a déjà mis son casque ; Isa le met durant la pause (1). Les deux sont prêts à passer à l’antenne.

66Toutefois Isa re-déplace le casque sur son oreille gauche (im. 1) peu avant de produire un summons (2) adressé à Oli. Celui-ci la regarde immédiatement (3), alors qu’elle amorce un geste de pointage vers lui. Il déplace le casque sur son oreille gauche, comme Isa vient de le faire (im. 2). On a ici affaire à un double cas de techno-torque.

67Isa lui pose une question concernant la coordination de la première parole à l’antenne (4). Oli répond minimalement et en hochant la tête (5), et elle produit une expansion de sa question (6), qui reçoit une réponse similaire (7). Dans la pause qui suit elle retire son geste de pointage, et les deux interlocuteurs remettent le casque entièrement sur leurs oreilles (im. 3). L’excuse qui clôt définitivement l’échange montre rétrospectivement qu’Isa traite sa dernière intervention comme ‘dérangeant’ Oli – cela montre le caractère délicat de ces échanges juste avant le direct.

68Dans l’extrait suivant, c’est également Isa qui réouvre la conversation alors que les deux animateurs ont déjà mis le casque (8-10).

(12) (0-59-05)

69Les animateurs travaillent en silence (1-7), avec seulement un bref commentaire sur des arrangements de bribes sonores qu’ils pourraient éventuellement insérer dans leur émission (2-6). Après avoir regardé la liste des chansons et vérifié plusieurs extraits sonores, Isa tend la main vers le casque et le met complètement, environ 22 secondes avant le passage à l’antenne (8-9). Lorsqu’elle se prépare visiblement, en se penchant en avant et en retroussant une manche, Oli met également son casque et arrange son micro, tout en l’observant (10, im. 1). 1.8 secondes plus tard, Isa enlève le casque de son oreille gauche et dirige son regard vers Oli (10, im. 2). Oli enlève le casque de son oreille gauche une demi seconde plus tard (10, im. 3). Isa effectue un geste, paume ouverte de sa main, et pointe vers Oli avant de lui demander s’il a un extrait sonore ou une modération alternative à proposer (ou s’ils vont se restreindre à un simple « guete morge », 11-12). Immédiatement après sa réponse minimale (13), d’abord Oli, puis Isa sortent du techno-torque en remettant leur casque sur leurs oreilles gauches (14, im. 4) et en rompant leur regard mutuel. Puis, Isa retrousse l’autre manche, active les micros (15) et prend la parole en direct (17).

7. Conclusion

70Cet article veut développer une approche originale de la parole radiophonique, entendue comme un accomplissement pratique, incarné et technologiquement outillé, et analysée dans le processus de sa fabrication en temps réel dans le studio – plutôt que réduite à son produit fini transmis sur les ondes.

71Nous avons implémenté ici cette approche dans une analyse d’un moment particulier – les dernières secondes qui précèdent la prise de parole à l’antenne. Ce moment représente la dernière opportunité de se mettre d’accord sur ce qui se passera ensuite et est révélateur du travail de coordination qui rend possible la parole radiophonique, ainsi que de l’importance des technologies dans son organisation. Les participants s’orientent vers le positionnement séquentiel particulier de cette opportunité, vers les contraintes temporelles qui la définissent – avec un sens aigu de l’imminence du passage à l’antenne, ainsi que vers les gestes technologiques nécessaires à ce moment. La succession de ces gestes – prendre le casque en main, mettre le casque, réajuster le micro, se pencher sur les ordinateurs et la table de montage – est finement imbriquée dans les derniers échanges de parole : cette imbrication, que nous avons décrite dans son déroulement séquentiel détaillé, est révélatrice de la manière dont les participants interprètent et exploitent les dernières secondes qui leur restent et dont ils y logent les dernières actions qui permettront la parole en direct.

72Nous avons identifié une pratique spécifique, le techno-torque, emblématique de ce qui se passe à ce moment. Le techno-torque manifeste, voire incarne littéralement, la double orientation des participants vers à la fois ce qui se passe dans le studio – et en particulier l’audibilité de l’échange des derniers tours de parole entre collègues – et ce qui se passe à l’antenne – qu’ils peuvent entendre dans leur casque. Le techno-torque exhibe ainsi la dimension spécifique du travail des animateurs que notre approche veut éclairer : leur orientation à la fois vers les processus de fabrication de l’émission, dans la négociation, coordination, ajustement qui se réalisent dans les interactions en studio, et vers le produit qu’il s’agit de diffuser.

Haut de page

Bibliographie

Broth Mathias, « The « Listening shot » as a collaborative practice for categorizing studio participants in a live TV-production », Ethnographic Studies, no 10, 2008, p. 69-88.

Broth Mathias, « Seeing through screens, hearing through speakers. Managing distant studio space in TV-control room interaction », Journal of Pragmatics, no41, 2009, p. 1998-2016.

Burger Marcel, Auchlin Antoine, « Quand le parler radio dérange : remarques sur le phono-style de France Info », dans Broth M., Forsgren M., Noren C., Sullet-Nylander F. (éds), Le Francais parlé des médias. Actes du colloque de Stockholm 8-12 juin 2005, Stockholm, Acta Universitatis Stockholmiensis, 2007, p. 97-111.

Charaudeau Patrick, Les médias et l’information, Paris, De Boeck Supérieur, 2011, 256 p.

Charaudeau Patrick (dir.), Aspects du discours radiophonique, Paris, Didier-Érudition, 1984, 162 p.

Clayman Steven E., Heritage John, The News Interview : Journalists and Public Figures on the Air, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, 384 p.

Dori-Hacohen Gonen, « Gatekeeping public participation : An ethnographic account of the production process of a radio phone-in programme », The Radio Journal, no 10(2), 2012, p. 113–129.

Fernandez-Villanueva Marta, « Uses of also in oral semi-informal German », Catalan Journal of Linguistics, no 6, 2007, p. 95-115.

Fitzgerald Richard, Housley William, « Identity, Categorization and Sequential Organization : The Sequential and Categorial Flow of Identity in a Radio Phone-in », Discourse and Society, no 13(5), 2002, p. 579-602.

Glevarec Hervé, « Sociologie de la production radiophonique : le travail à France culture comme action située », Sociologie du travail, no 41(3), 1999, p. 275-293.

Goffman Erving, Forms of Talk, Oxford, Basil Blackwell, 1981, 335 p.

Goldman Jean-Philippe, Auchlin Antoine, Simon Anne Catherine, Avanzi Mathieu, « Phonostylographe : un outil de description prosodique », Nouveaux cahiers de linguistique française, no 28, 2007, p. 219-237.

Gülich Elisabeth, Mondada Lorenza, « Analyse conversationnelle », dans Holtus G., Metzeltin, M., Schmitt, C. (éds.), Lexikon der romanistischen Linguistik, Tübingen, Niemeyer, 2001, vol. 1, p. 196-250.

Heath Christian, Luff Paul, Technology in Action, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 280 p.

Helbig Gerhard, Lexikon deutscher Partikeln, Leipzig, Verlag Enzyklopädie/Langenscheidt, 1994, 258 p.

Horlacher Anne-Sylvie, « La dislocation à droite comme ressource pour l’alternance des tours de parole : vers une syntaxe incrémentale », TRANEL, no 47, 2007, p. 117-136.

Hutchby Ian, Confrontation Talk : Arguments, Asymmetries, and Power on Talk Radio, Mahwah (NJ), Lawrence Erlbaum Associates, 1996, 140 p.

Lan Hing Karine, Voilmy Dimitri, « L’évitement du blanc radiophonique comme accomplissement multimodal », Communication. Information médias théories pratiques, no 27(2), 2010, p. 166-184.

Leroy Sarah, « Alternances diaphasiques dans une chronique radiophonique, matinale et culturelle », dans Broth M., Forsgren M., Noren C., Sullet-Nylander F. (éds), Le Francais parlé des médias. Actes du colloque de Stockholm 8-12 juin 2005, Stockholm, Acta Universitatis Stockholmiensis, 2007, p. 433-445.

Kroon-Lundell Åsa, « The before and after of a political interview on TV : observations of off-camera interactions between journalists and politicians », Journalism : Theory, Practice & Criticism, no 11(2), 2010, pp. 167-184.

Kroon-Lundell Åsa, « The design and scripting of ’unscripted’ talk : liveness versus control in a TV broadcast interview », Media, Culture & Society, no 31(2), 2009, pp. 271-288.

Mondada Lorenza, La parole radiophonique comme assemblage collectif de ressources hétérogènes dans l’interaction. In Dausendschön-Gay, U., Krafft, U., Gülich, E., (eds). Ko-Konstruktionen als interaktive Verfahren, à paraître.

Mondada Lorenza, Oloff Florence, « ‘hetero oder homo ?’ La performance d’un coming out hétérosexuel à la radio », Langage et Société, à paraître a.

Mondada Lorenza, Oloff Florence, « Das Radiostudio als Interaktionsraum », In Hausendorf, H., Schmitt, R., Kesselheim, W. (eds.). Interaktionsarchitektur, Tübigen. Narr, à paraître b.

Panese Marcello, « Calling in : Prosody and Conversation in Radio-Talk », Pragmatics, no 6(1), 1996, p. 19-87.

Paterson Chris A., Domingo David (éds), Making Online News : The Ethnography of New Media Production, New York, Peter Lang, 2008, 236 p.

Ravazzolo Elisa, Analyse du discours interactif médiatique. Le rôle de l’animateur d’une émission radiophonique, Roma, Aracne, 2007.

Ravazzolo Elisa, « The use of some discourse markers in a French radio interaction »,dans Karabalic V., Varga M. A., Pon L. (éds.), Discourse and Dialogue - Diskurs und Dialog, Frankfurt, Lang, 2012, p. 29-58.

Schegloff Emanuel A., « Body torque », Social Research, no 65(3), 1998, p. 535-586.

Sidnell Jack, Stivers Tanya (éds.), The Handbook of Conversation Analysis, Chicester (West Sussex, UK), Wiley-Blackwell, 2012, 844 p.

Schwitalla Johannes, Gesprochenes Deutsch, Berlin, Erich Schmidt, 1997, 240 p.

Traverso Véronique, « L’exposition du problème dans des phone-in avec des experts : comparaison d’interactions françaises et syriennes », Cahiers de Praxématique, no 50, 2008, p. 99-124.

Turbide Olivier, Vincent Diane, Laforest Marty, « The Circulation of Discourse : The Case of Deprecating Remarks on Trash Radio », Discourse Studies, no 12(6), 2010, p. 785-801.

Verine Bertrand, Hirsch Fabrice, « Intonation interrogative et verbalisation du point d’interrogation dans les titres cités sur France Inter », L’information grammaticale, no 129, 2011, p. 35-41.

Haut de page

Annexe

Conventions de transcription

La notation du verbal utilise la convention ICOR :

http://icar.univ-lyon2.fr/​projets/​corinte/​bandeau_droit/​convention_icor.htm

La notation des gestes utilise les conventions de Mondada (2007), téléchargeables depuis http://icar.univ-lyon2.fr/​projets/​corinte/​documents/​convention_transcription_multimodale.pdf

Haut de page

Table des illustrations

Légende Image 1 – caméra fixe       
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Image 2 – camera mobile
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-3.png
Fichier image/png, 61k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-4.png
Fichier image/png, 402k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-5.png
Fichier image/png, 266k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-6.png
Fichier image/png, 110k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-7.png
Fichier image/png, 210k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-8.png
Fichier image/png, 133k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-9.png
Fichier image/png, 319k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-10.png
Fichier image/png, 331k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-11.png
Fichier image/png, 235k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-12.png
Fichier image/png, 411k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-13.png
Fichier image/png, 380k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-14.png
Fichier image/png, 258k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-15.png
Fichier image/png, 79k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-16.png
Fichier image/png, 188k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-17.png
Fichier image/png, 63k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-18.png
Fichier image/png, 209k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-19.png
Fichier image/png, 214k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-20.png
Fichier image/png, 106k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-21.png
Fichier image/png, 305k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-22.png
Fichier image/png, 290k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/1906/img-23.png
Fichier image/png, 201k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorenza Mondada et Florence Oloff, « Passer à l’antenne : arrangements technologiques et interactionnels préparant la prise de parole en direct », Cahiers de praxématique [En ligne], 61 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/1906

Haut de page

Auteurs

Lorenza Mondada

Université de Bâle - Institut d’Etudes françaises et francophones
Maiengasse 51
CH - 4056 Bâle • lorenza.mondada@unibas.ch

Articles du même auteur

Florence Oloff

Université de Zurich - Deutsches Seminar Rämistrasse 72 CH - 8001 Zurich • florence.oloff@uzh.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals