Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Présentation

Présentation

Catherine Schnedecker et Anne Theissen
p. 7-20

Notes de l’auteur

Nous remercions G. Kleiber pour son aide amicale et toujours précieuse

Texte intégral

1L’objet de ce numéro thématique s’appuie sur un double constat. Le premier concerne certains marqueurs, notamment indéfinis, dont la fonction paraît parfois ambivalente. En effet, d’un côté le SN qu’ils constituent est censé introduire dans l’énoncé un référent « nouveau » qui en constitue le point de départ (appelé aussi topique, Combettes 1998) comme, par exemple, dans :

(1) Quelques kilomètres séparent le col du vallon (Kleiber 2001b)

2Mais, d’un autre côté, le même marqueur va présenter le référent de son SN avec des effets totalement opposés, comme dans :

(2) Quelques élèves ont choisi le latin (Kleiber 2001b)

3où l’on comprend naturellement que les élèves en question font partie d’un tout. Le SN quelques élèves déclenche en effet, comme l’a montré Kleiber (2001b), des inférences relatives à l’ensemble des élèves (tous les élèves n’ont pas choisi le latin) ou à la partie complémentaire (il y en a d’autres qui n’ont pas choisi le latin). En d’autres termes, le référent ainsi désigné, s’il reste toujours topique au sens rappelé plus haut, est présenté comme une partie extraite d’un tout, autrement dit comme le résultat d’une opération de partition.

4Or – et c’est notre second constat –  cette capacité à introduire un topique et à suggérer que celui-ci appartient à un tout n’est pas seulement le lot de certains SN dits indéfinis mais aussi celui d’autres marqueurs, qui n’ont pas à proprement parler de vocation référentielle, dont le plus connu (i.e. le plus étudié) est quant à (cf. les études de Blasco-Dulbecco & Saint-Gérand à par., Choi-Jonin à par., Fløttum à par., Prévost à par.). Par exemple, l’énoncé :

(3) Quant à Pierre, il ne peut plus rester ici (Nølke 1994 : 139)

  • 1 Les auteurs s’interrogent sur le statut de : du point de vue de, selon, sur, pour en revenir à, par (...)

5laisse entendre, tout aussi naturellement qu’en (2), que Pierre a été choisi par le locuteur parmi un ensemble d’autres référents pour constituer le topique de son énoncé. Bien d’autres marqueurs sont dotés de capacités similaires, comme le suggère la liste établie par Blasco-Dulbecco & Saint-Gérand (à par.) : à propos de, en ce qui concerne, pour, pour ce qui est, au regard de, pour ce qui touche/regarde 1.

  • 2 Parmi les publications françaises récentes, cf. la synthèse de Kleiber (2001b), Bosveld, Van Petegh (...)
  • 3 Nous renvoyons à la synthèse qu’en fait Kleiber (2001b).
  • 4 Cf. Junker (1995), Takeuchi (2000).
  • 5 Cf. l’article fondateur de Gondret (1976) et les études de Benninger & Theissen (2000), Cappeau (20 (...)
  • 6 Cf. Gondret (1976), Culioli (1993, 1994), Bacha (1997).
  • 7 Cf. Kleiber (1998a, b), Kleiber & Martin (1977).

6Ces deux familles de marqueurs ont fait l’objet de traitements antérieurs dans d’inégales proportions. Il existe, comme on le sait, une importante littérature, anglo-saxonne dans sa majeure partie 2, consacrée aux marqueurs du type de beaucoup de (un, des, plusieurs, quelques, certains, les cardinaux,…), qui couvre principalement deux champs : la syntaxe et la sémantique formelle. Dans ce dernier cadre, les travaux, notamment à partir de ceux de Barwise et Cooper (1981), les appréhendent principalement sous l’angle de la quantification et s’efforcent de classer les unités selon qu’elles sont « faibles » ou « fortes » c’est-à-dire selon qu’elles suscitent une interprétation existentielle ou partitive 3. En outre, bon nombre de ces études visent à mettre en cause les critères servant à la bipartition en faible/fort, voire la bipartition elle-même. Elles s’appuient pour la plupart sur des données de l’anglais (parfois contrastées avec d’autres langues). De sorte qu’il reste encore beaucoup à dire sur les marqueurs référentiels partitifs du français qu’ils soient déterminants ou pronoms, tels que la plupart, plusieurs, chacun 4, certains 5, quelques 6, tout 7, etc.

  • 8 Voir les sommaires des Cahiers de Praxématique 30 ou de La thématisation dans les langues (1999).

7Proportionnellement à cela, les analyses relatives aux marqueurs du type de quant à sont réduites à la portion congrue dans la mesure où elles sont issues des intérêts croisés de domaines « plus récents » (les études sur le discours et la topicalisation) et qu’elles ont quelque peu pâti de l’attention porté à la question du sujet, prédisposé comme on le sait au rôle de thème et/ou de topique 8. Dans ce cadre, il n’est pas tant question de partition que de focalisation, opération servant à attirer l’attention sur « le rôle que joue <un> élément par rapport aux autres éléments de son contexte et notamment les segments de l’énoncé où il est intégré » et « comme résultat d’un choix fait dans le cadre d’un paradigme » (Nølke, 1994 :128-9) et qu’indiquent des unités comme même, aussi, surtout, pour (sa) part,…

8L’objectif de ce numéro est donc de « revisiter » certains de ces marqueurs, issus de familles a priori sans grandes affinités grammaticales, fonctionnelles ou discursives, à la lumière de la notion de partition qui rassemble tout à la fois leur sémantisme et leur fonctionnement discursif. Bon nombre d’arguments y invitent.

1. Des familles complémentaires ?

  • 9 Ce point devrait être modulé. Comme nous le signale Kleiber (cp), certains contextes laissent passe (...)

9Le premier tient au fait que nos deux familles de marqueurs présentent une certaine complémentarité que traduit notamment leur incompatibilité. Il a été démontré en effet qu’un marqueur comme quant à ne peut introduire des SN indéfinis (cf. Choi-Jonin à paraître) 9 :

(4) *Quant à plusieurs / certains hommes, ils …

10Il en va de même pour en ce qui concerne, pour ce qui regarde :

(5) ? ? En ce qui concerne / Pour ce qui regarde plusieurs / certains hommes, ils …

11même si la cooccurrence n’est pas aussi dommageable en (5) qu’elle ne l’est en (4). En tout cas, on peut se demander s’il n’y a pas à la source de cette exclusion un fonctionnement commun.

2. Des mécanismes anaphoriques

12Par ailleurs, les deux types de marques partagent de nombreuses propriétés, les plus manifestes étant qu’ils :

    • 10 Constat fait par Choi-Jonin et Fløttum (op. cit.) pour quant à. Voir ici-même la contribution de De (...)

    ne peuvent initier des énoncés sans générer de sentiment d’incomplétude (voir (2) et (3) 10)

  • dépendent, corollairement, d’une unité discursive préalablement évoquée, les joueurs en (6) :

(6)Les joueurs n’étaient pas au mieux de leur forme. Certains ne s’étaient pas remis de la finale, quelques-uns s’étaient blessés sur le terrain, la plupart n’avaient pas bon moral.

13Cette relation de dépendance interprétative entre le marqueur de partition et une entité du cotexte n’est pas sans rappeler les mécanismes de l’anaphore (cf. Kleiber, 2001a, 28-39). Si ceux-ci sont de plein droit concernés par les SN référentiels du type de certains, la plupart, etc., ils peuvent paraître en revanche plus inédits pour des unités telles que quant à, en ce qui concerne, quoique le rapprochement avec l’anaphore ait déjà été fait :

  • (…) le fonctionnement de quant à en position frontale relève de l’anaphore (Choi-Jonin à par.)

  • (…) il semble pertinent de considérer le X dans en ce qui concerne X comme une anaphore associative (Fløttum à par.)

3. Des unités impliquées dans des configurations discursives …

14Dans ces conditions, les unités partitives ou à caractère partitif se trouvent impliquées dans des configurations discursives. Leur analyse implique également celle des unités du cotexte avec lesquelles elles entrent en relation d’interdépendance.

15Ces unités discursives peuvent dénoter explicitement un ensemble fini, qui est à l’origine de l’opération de partition (6). Pour autant, la mention d’un ensemble ne suffit pas à en faire l’origine de cette opération. Comme le montre le contraste entre (7) et (8) :

(7) Les enfants de Luc sont dans le jardin. Quant à Pierre, il joue avec ses autos

(8) (p1) Les enfants de Luc sont dans le jardin. (p2) Pierre joue avec ses autos. (p3) Quant à Sophie, elle est assise sur l’herbe et chante pour ses poupées (Fløttum1999 :146).

  • 11 Même si, comme le suggère Fløttum (à par.), quant à marque typiquement le dernier élément d’une sér (...)
  • 12 À l’instar de marqueurs tels que l’autre, les autres, avec lesquels Choi-Jonin fait le rapprochemen (...)

16l’effet de liste suscité par quant à oblige à considérer les enfants de Luc en (7) comme un élément de la série au même titre que Pierre. Il en va différemment dans (8) où le marqueur invite à englober Sophie et Pierre dans la série, plus naturellement peut-être que dans (7), et ce d’autant mieux qu’ils sont tous deux des individus, donc des éléments de même « nature ». Que ces deux unités appartiennent à l’ensemble des enfants de Luc évoqué en (p1) est une interprétation possible qui n’a rien d’obligatoire 11. En d’autres termes, quant à ne marque pas directement une opération de partition. Son emploi exige une/des extraction(s) (partitions) préalable(s) 12.

4. … sous-tendues par des relations sémantiques

17Les marqueurs ou les SN qu’ils introduisent entretiennent avec l’unité du cotexte dont ils dépendent une relation sémantique.

18Le fait semble bien établi pour les référentiels partitifs. Il l’a été également pour des marqueurs du type de quant à, qui, d’après Fløtum (à par.), indiquent entre l’unité qu’ils introduisent et leur repère un rapport qui peut être de co-hyponymie mais aussi d’« appartenance ». C’est ce qu’illustre (9) :

(9) Dans le domaine de la politique culturelle, qui sera débattue, lundi 13 mai, devant le Conseil de Paris, Jean Tiberi, maire (RPR), ne sort pas des sentiers longuement battus par Jacques Chirac. (…). En ce qui concerne le patrimoine, la continuité se traduit par la poursuite de la rénovation de la place de la Concorde et la restauration des églises parisiennes (les travaux de Saint-Germain-des-Prés vont commencer). La tour Saint-Jacques devrait bénéficier des mêmes soins. Par ailleurs, le Petit-Palais doit subir un réaménagement complet pour lui permettre de présenter ses collections, dont la plupart dont actuellement en caisses. Quant à la Gaîté-Lyrique, théâtre massacré avec l’aval de la Ville de Paris, il devrait être entièrement refondu pour se consacrer « à l’apprentissage des arts et métiers du spectacle. » (ex. de Fløttum à par.)

19où, dit Fløttum, la Gaîté-lyrique se distingue de le patrimoine par au moins un sème spécifique et se situe par ailleurs au même niveau sémantique que le petit Palais.

20Soit dit en passant, le type de relation sémantique en jeu dans ces opérations d’extraction/partition évoque, comme l’a fait observer Kleiber (2001a, 2001b) celui des anaphores associatives :

(10) Nous arrivâmes dans un village. L’église était sur une hauteur (Kleiber 2001a : 31)

21dont l’interprétation est motivée par la relation conventionnelle qui unit village et église, et que révèlent des énoncés-tests (mis au point par Kleiber 2001a : 263 et seq.) tels que :

(11) Dans un village il y a une église

(12) Un village inclut une église.

22Qui plus est, les anaphores associatives partagent avec nos marqueurs bon nombre des propriétés mentionnées ci-dessus. Or, les relations de partonymie ou de méronymie se sont révélées trop générales pour capter la différence entre les liens sémantiques impliqués par des enchaînements associatifs tels que (13) ou (14) :

(13) Paul s’est inscrit dans un club de foot. Le président lui a fait signer une licence pour deux ans (Kleiber, 2001a : 266)

(14) Paul a été assassiné hier. Le meurtrier court toujours (Kleiber 2001a : 267)

23au point que certains auteurs (Fradin 1984, Kleiber 2001a) ont proposé une typologie des anaphores associatives. De la même manière, la relation « partie-tout » utilisée ici pour évoquer le lien unissant les composants des configurations discursives « partitives » reste encore trop générale pour permettre de distinguer des marqueurs à première vue synonymes tels que en ce qui concerne/en ce qui regarde ou quelques-uns/plusieurs.

5. Des référents au statut informationnellement ambigu

24Des propriétés qui viennent d’être énumérées, il découle que les référents ainsi introduits ont un statut informationnellement ambigu. On ne peut pas dire en effet qu’ils sont totalement « nouveaux » (brand new, comme disent certains topicalistes). Ils ne le sont, comme le suggère Kleiber (2001b) à propos des marqueurs référentiels partitifs, qu’à demi :

étant donné que l’ensemble d’où est extrait le référent du partitif doit être d’une manière ou d’une autre déjà disponible ou accessible. Ce n’est pas un fichier entièrement nouveau qui est ouvert, dans ce cas-là, comme pour l’emploi existentiel. (Kleiber, 2001b : 85)

25Ceci étant, ils ne sont pas non plus totalement connus. Le mode de saisie qui consiste à les appréhender comme partie d’un tout a pour effet de les présenter sous un jour, un angle ou une facette nouveaux. D’autre part, pour que l’opération de partition soit pleinement motivée, ils doivent être obligatoirement distingués, ce qui implique, ainsi que le souligne G. Kleiber (2001b), qu’on prédique à leur propos autre chose que ce qu’on a prédiqué du tout :

Ce n’est donc pas seulement, comme il est affirmé parfois, un effet de la maxime de quantité ou loi d’exhaustivité qui est à l’origine de la lecture partitive. Celle-ci est rendue nécessaire pour assurer l’individualisation. (Kleiber, 2001b : 92)

26De là aussi vient que leur référent est « focalisé ».

6. Angles d’analyse immédiats et futurs

  • 13 Auquel collaborent actuellement, dans le cadre d’un groupe de recherche encore informel baptisé TMP (...)

27Il est vraisemblable que ces propriétés –  dont la liste doit être étendue autant qu’affinée – n’ont rien d’accidentel mais qu’elles émanent de liens encore plus profonds entre ces différentes familles de marqueurs qu’un programme de recherche devrait permettre de mettre en lumière13. C’est en tout cas l’hypothèse que nous faisons et que les études réunies dans ce volume étaient, chacune à sa manière.

28Cinq angles d’attaque ont été privilégiés ici. Certains sont conditionnés par le nombre des marqueurs dont il faudrait, à terme, dresser l’inventaire et décrire systématiquement le comportement et la valeur sémantico-référentielle de manière à en préciser le fonctionnement par rapport à d’autres marqueurs ou structures concurrents. C’est à quoi s’attachent ici les contributions de Crévenat-Werner, Debaisieux, Cappeau & Deulofeu et Combettes & Prévost qui portent respectivement sur dont, quant à / en ce qui concerne, il y en a… ils vs il y en a qui et en / pour ce qui regarde vs au regard de vs pour le regard de.

  • 14 Voir le récent volume édité par Bosch & Van der Sand intitulé Focus (2000).

29D’autres angles d’attaque sont conditionnés par les notions de topicalisation, partition et focalisation, attachées à ces marqueurs. Or, ces notions sont encore sujettes à discussion (excepté celle de partition). C’est le cas pour celle de topicalisation, on l’a dit. La focalisation n’est pas non plus en reste : il suffit là aussi de voir la multiplicité des étiquettes : focalisation simple vs spécialisée (Nølke, 1994 : 127 et seq.), focus psychologique vs sémantique vs contrastif (Gündel : 296 et seq.) ou focalisation tout court (Peeters, 1999 : 46-50) 14. Pour compliquer les choses, ces notions vont parfois de pair, comme le signalait Galmiche (1992 : 3-4), focus se trouvant apparié avec topic et présupposition. En outre, elles désignent des opérations qui interagissent manifestement : c’est apparemment parce qu’il y aurait partition, sélection opérée sur un ensemble, qu’il y aurait, par voie de conséquence, focalisation. Selon des modalités à préciser. Ainsi, contrairement à ce que suggère le titre de ce volume, il ne s’agit pas de remettre en question ces notions. Cela a été fait (voir les Cahiers de praxématique 30 et La thématisation dans les langues, édité par Guimier). Il s’agit plutôt d’envisager leurs « interfaces » comme se propose de le faire l’article de Theissen qui passe en revue les contributions récentes parues en français sur ces questions.

  • 15 Cf. Schnedecker, à par. a et c.
  • 16 Voir aussi Blasco-Dulbecco & Saint Gérand (à par.).

30La diachronie est le troisième angle d’attaque de ce numéro. Il s’agit d’expliquer ce qui fait que des marqueurs ont (acquis) des capacités à marquer un topique et à le présenter comme extrait d’un tout. Pour certains d’entre eux, ces capacités existaient à l’origine et ont perduré. C’est le cas par exemple des pronoms réputés indéfinis quelques-uns, d’aucuns ou de les uns 15 où le ‑uns, marque de pluriel interne, servait initialement de déterminant circonscrivant des ensembles particuliers (cf. Woledge, 1956). Il a disparu ensuite du système de la détermination du français ne subsistant plus que dans ces trois pronoms. On peut dès lors faire l’hypothèse qu’il prend une part active dans l’expression de la partition. C’est aussi le cas de quant à, issu de l’expression latine corrélative tantumquantum (autant… autant). Comme l’a montré Combettes (à paraître) 16, le système de la comparaison a fourni tout un paradigme de formes actuellement spécialisées dans l’expression du « topique contrasté ».Le processus de grammaticalisation de quant à aurait démarré, selon lui, dès le latin :

l’expression quantum (ad) entre en effet dans une corrélation avec tantum, corrélation qui permet d’établir une sorte de parallèle entre deux énoncés : ‘autant (on peut dire P)… autant on peut dire sur Xque…. L’emploi de quantum (ad) seul, sans corrélation explicite, conserve ce lien contextuel, que l’expression soit utilisée comme introducteur d’un simple circonstant en position post-verbale, ou comme marqueur de topicalisation.

31Ainsi s’explique la dépendance du marqueur par rapport à un segment discursif antérieur.

  • 17 Cf. Schnedecker, à par. b.

32À l’inverse, d’autres marqueurs voués dès le départ à l’expression de la partition ont perdu au fil du temps ces vertus : c’est le cas de quelqu’un 17 qui jusqu’à une époque encore récente (cf. Proust) visait un référent « quelconque » prélevé sur un ensemble :

Le soir, (…) il (= Swann) allait dîner dans quelqu’une de ces maisons élégantes dont il était jadis le convive habituel. (id. : 219)

33C’est à rendre compte de ces processus évolutifs que tendent les articles de Combettes & Prévost et de Cappeau & Deulofeu, les seconds, par hypothèse, en montrant que il y en a est une forme grammaticalisée du verbe plein de il y a, les premiers en détaillant les différentes étapes qui ont fait passer en / pour ce qui regarde, etc. du statut d’introducteur de complément postposé, délimitant un domaine notionnel à celui d’introducteur de topique (au sens de ce dont on parle), détaché, servant, en vertu de sa dimension énonciative, à délimiter des unités textuelles.

34Enfin, il nous a paru intéressant d’observer comment d’autres langues que le français codent les opérations qui nous intéressent et s’il est possible d’établir des correspondances entre les paradigmes de différents systèmes linguistiques. À cet égard, les adverbes en ‑wise, du type de clothes-wise, brain-wise ou de l’étonnant Tom Cruise-wise qu’étudie ici Guimier, constituent une sorte de « pendant anglais » à la locution pour / en ce qui regarde étudiée par Combettes & Prévost, dans la mesure où le suffixe anglais provient, comme le démontre l’auteur, d’un étymon *Weid signifiant voir. Parallèlement, les deux marqueurs constituent le point de départ de certaines prédications d’un discours. Mais les adverbes en ‑wise circonscrivent la valeur de vérité de ces prédications à un domaine expérienciel particulier du locuteur. Ce faisant, ils convoquent implicitement un ensemble de cadres complémentairespour lesquels ces prédications ne sont pas validées. Ce type de partition qu’opère le locuteur sur ses propres secteurs expérienciels n’est d’ailleurs pas sans incidences sur la structuration discursive. En effet, l’emploi des adverbes en -wise, d’en ce qui regarde, etc. prouve incidemment la capacité du locuteur à organiser son propre propos, à le découper en secteurs et à en baliser le déroulement au moyen de marqueurs dont le rôle méta-discursif est incontestable.

35Tant les axes de travail développés ici que les outils descriptifs ou arrière-plan théoriques diversifiés témoignent du même souci d’explorer et de délimiter un terrain encore partiellement « en friches ». Inutile de dire que le présent volume n’est qu’une première étape de cette entreprise. Et s’il parvient à poser quelques jalons, elle n’aura pas été vaine.

Haut de page

Bibliographie

Benninger C. & Theissen A., 2000, « L’anaphore pronominal in absentia : le cas de certains », Verbum XXII/4, 347-362.

Bacha J., 1997, « Entre le plus et le moins : l’ambivalence du déterminant plusieurs », Langue française 116 : 49-60.

Bosch P. & Van der Sandt R. (eds), 2000, Focus, Linguistic, Cognitive and Computational Perspectives, Cambridge : Cambridge UP.

Blasco-DulbeccoM. & Saint-Gérand J.-P. à paraître, « Ordre et distinction ou opacification, désordres et dislocation », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Bosveld L., Van Peteghem M., Van de Velde D., 2000, De l’indétermination à la qualification. Les indéfinis, Arras : Artois Presse Université.

Cahiers de Praxématique 30, 1998, Les opérations de thématisation en français.

Cappeau P., 2001, « Sur certains sujet ». Recherche sur le français parlé 16, 151-175.

Choi-Jonin I., à paraître, « Ordre syntaxique et ordre référentiel. Emplois de la locution prépositive Quant à », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Combettes B., 1998, « Thématisation, topicalisation et éléments non référentiels : le cas de l’adjectif détaché », Cahiers de Praxématique 30, 133-159.

Combettes B., à paraître, « Les marqueurs de topicalisation en français : un cas de grammaticalisation », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Culioli A., 1993, « À propos de quelque », in S. Fischer & J.‑J. Franckel (eds), Linguistique, énonciation et détermination, Paris : EHESS, 21-29.

Flaux N., 1997, « Les déterminants et le nombre », in N. Flaux, D. Van de Velde & W. De Mulder, Entre général et particulier, Arras : Artois Presse Université, 15-82.

Fløttum K., 1999, « Quant à – thématisateur et focalisateur », in C. Guimier (éd.) La thématisation dans les langues, Berne : P. Lang, 135-149.

Fløttum K., à paraître, « À propos de quant à et en ce qui concerne », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Galmiche M., 1992, « Au carrefour des malentendus : le thème », L’information grammaticale 54, 3-10.

Gondret P.1976, « ‘Quelques’, ‘plusieurs’, ‘certains’, ‘divers’ : étude sémantique », Le français moderne, 2, 143-152.

Gündel J.2000, « On different Kind of Focus », in P. Bosch & R. Van der Sandt (eds) (2000) Focus, Linguistic, Cognitive and Computational Perspectives, Cambridge : Cambridge UP, 293-305.

Guimier C. (éd.) 1999, La thématisation dans les langues, Berne : P. Lang.

Kleiber G., 1998a, « Tout et ses domaines : sur la structure tout + déterminant + N », in A. Englebert, M. Pierrard L., Rosier, D. Van Raemdonck (éds), La ligne claire, Mélanges M. Wilmet, Louvain-la-Neuve : Duculot, 87-98.

Kleiber G., 1998b, « Quand le tout est de la partie », in S. Mellet & M. Vuillaume (éds) Mots chiffrés et déchiffrés, Mélanges offerts à E. Brunet, Paris : Champion, 549-565.

Kleiber G., 2001a, L’anaphore associative, Paris : PUF.

Kleiber G., 2001b, « Indéfinis : lecture existentielles et lecture partitive », in G. Kleiber, B. Laca, L. Tasmowski (éds) Typologie des groupes nominaux, Rennes : Presses universitaires, 47-97.

Kleiber G. & Martin R., 1977, « La quantification universelle en français », Semantikos 2/1, 19-36.

Langue Française 116, 1997, Indéfinis et référence.

Junker M.-O., 1995, Syntaxe et sémantique des quantificateurs flottants tous et chacun : distributivité en sémantique conceptuelle, Genève : Droz.

Nølke H., 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain-Paris : Peeters.

Peeters J., 1999, « Thématisation et focalisation : deux principes distincts et complémentaires de construction du sens », in C. Guimier (éd.) La thématisation dans les langues, Berne : P. Lang, 45-61.

Prévost S.,  à paraître, « Quant à : analyse pragmatique de l’évolution diachronique (14e-16e siècles) », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Schnedecker C., à paraître a, « Quelques-uns ‘partitif’ » : approche sémantico-référentielle, BSLP.

Schnedecker C., à paraître b, « Quelqu’un : la bonne à tout faire des pronoms dits indéfinis ? » Verbum.

Schnedecker C., à paraître c, « Les uns… : une pluralité ‘singulière’ » Langages.

Takeuchi R., 2000, Étude de quelques quantificateurs universels en française et en japonais, thèse de doctorat nouveau régime, Strasbourg 2.

Theissen A. & Benninger C., à paraître, « Certains en lecture existentielle : à quelles conditions ? », in B. Combettes, C. Schnedecker, A. Theissen (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris : Champion.

Woledge B.,1956, « The plural of the indefinite article in old french », The Modern Language Review 51, 17-32.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs s’interrogent sur le statut de : du point de vue de, selon, sur, pour en revenir à, par rapport à, au niveau de, en matière de, ….

2 Parmi les publications françaises récentes, cf. la synthèse de Kleiber (2001b), Bosveld, Van Peteghem & Van de Velde (2000), Langue française 116 (1997) intitulé Indéfinis et référence, Flaux (1997).

3 Nous renvoyons à la synthèse qu’en fait Kleiber (2001b).

4 Cf. Junker (1995), Takeuchi (2000).

5 Cf. l’article fondateur de Gondret (1976) et les études de Benninger & Theissen (2000), Cappeau (2000), Theissen & Benninger (à par.).

6 Cf. Gondret (1976), Culioli (1993, 1994), Bacha (1997).

7 Cf. Kleiber (1998a, b), Kleiber & Martin (1977).

8 Voir les sommaires des Cahiers de Praxématique 30 ou de La thématisation dans les langues (1999).

9 Ce point devrait être modulé. Comme nous le signale Kleiber (cp), certains contextes laissent passer l’indéfini : Quant à un homme, il doit savoir faire la cuisine.

10 Constat fait par Choi-Jonin et Fløttum (op. cit.) pour quant à. Voir ici-même la contribution de Debaisieux.

11 Même si, comme le suggère Fløttum (à par.), quant à marque typiquement le dernier élément d’une série, rien ne suggère ici que la liste a été épuisée.

12 À l’instar de marqueurs tels que l’autre, les autres, avec lesquels Choi-Jonin fait le rapprochement, qui sans être à proprement parler des marqueurs de partition nécessitent pour être employés une partition préalable.

13 Auquel collaborent actuellement, dans le cadre d’un groupe de recherche encore informel baptisé TMP (Topicalisateurs et marqueurs de partition), des chercheurs des universités de Strasbourg 2, Nancy 2, Aix en Provence, Metz, Valenciennes, du CNRS et de l’étranger. Le présent numéro est une première émanation du travail de ce groupe.

14 Voir le récent volume édité par Bosch & Van der Sand intitulé Focus (2000).

15 Cf. Schnedecker, à par. a et c.

16 Voir aussi Blasco-Dulbecco & Saint Gérand (à par.).

17 Cf. Schnedecker, à par. b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Schnedecker, C., Theissen, A. (2001) Présentation. Cahiers de praxématique 37. Montpellier : Pulm. 7-20

Référence électronique

Catherine Schnedecker et Anne Theissen, « Présentation »Cahiers de praxématique [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.197

Haut de page

Auteurs

Catherine Schnedecker

Institut Universitaire de France, Université de Metz, 57000 Metz, cschnede@club-internet.fr

Articles du même auteur

Anne Theissen

SCOLIA, Université Marc Bloch, 67000 Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search