Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Contraintes syntaxiques et discur...

Contraintes syntaxiques et discursives des emplois de quant à et en ce qui concerne en français parlé

Syntactic and discursive constraints on the uses of quant à and en ce qui concerne in spoken French
Jeanne-Marie Debaisieux
p. 125-146

Résumés

L’article propose une analyse de quant à et en ce qui concerne à partir d’un corpus de français parlé. L’auteur présente tout d’abord une analyse macro-syntaxique unique pour les deux marqueurs qui ne peuvent être assimilés à des faits de dislocation à gauche. L’étude présente ensuite une analyse comparative des fonctionnements discursifs des marqueurs à la lumière des travaux menées sur l’écrit. L’hypothèse, qui s’appuie sur la notion de genre de texte, est qu’une des différences découle du fait que les emplois de quant à dans des textes planifiés obéissent à des règles de rhétorique qui ne touchent pas les emplois de en ce qui concerne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 N symbolise le constituant introduit par l’introducteur et qui est le plus souvent constitué d’un s (...)
  • 2 Cf. Choi-Jonin (à paraître), Fløttum, (1999 et à paraître) et Prévost (à paraître). Je remercie ici (...)

1Cette étude s’inscrit dans une recherche plus large dont l’objectif est d’analyser le fonctionnement d’un certain nombre de « marqueurs de topicalisation » dans les corpus oraux. Je présenterai ici une première analyse comparative de quant à N et en ce qui concerne N 1, qui ont déjà fait l’objet d’études à l’écrit 2. Je proposerai tout d’abord une analyse syntaxique de ces éléments. La démonstration portera par commodité sur le seul élément quant à N dont le statut semble tout particulièrement problématique mais elle est transposable à la locution en ce qui concerne N ainsi qu’à d’autres marqueurs de topicalisation. Je montrerai ensuite, en faisant appel à la notion de genre de texte, qu’une des différences entre les deux introducteurs découle du fait que certains emplois de quant à obéissent à des règles de rhétorique qui ne touchent pas les emplois de en ce qui concerne.

1. Analyse syntaxique

2De façon plus ou moins explicite dans les études précitées, l’analyse syntaxique de quant à est liée à la présence ou à l’absence dans la construction verbale qui suit d’un pronom référent à l’élément introduit par la locution prépositionnelle. Fløttum (1999) distingue ainsi les cas de dislocation où l’élément détaché est « repris par un pronom » et les cas de non-dislocation lorsque l’élément n’est pas repris. Pour Choi-Jonin (à paraître), l’absence d’un pronom dit de reprise est considéré comme marquant « l’absence d’une relation morpho-syntaxique avec un des constituants de la construction verbale ». Prévost (à paraître) note que la proportion croissante de reprises par clitique sujet permet de rendre compte de l’évolution vers un plus grand resserrement de la relation syntaxique entre l’élément introduit par quant à et la construction verbale qui suit.

3Je présenterai ici une analyse syntaxique alternative en m’appuyant sur le cadre de la macro-syntaxe tel qu’il a été développé par Blanche-Benveniste et alii (1990) et Berrendonner (1991). Au-delà des divergences entre les auteurs, auxquels je renvoie pour une présentation détaillée, ce cadre permet de poser deux principes d’organisation à la base de la structuration des énoncés. Le premier peut être défini grossièrement comme celui des contraintes de dépendance grammaticale liées aux catégories : c’est le domaine de la micro-syntaxe. Le second principe d’organisation s’appuie sur ce que l’on peut nommer des configurations discursives dont les contraintes ne sont pas liées à la grammaire des catégories : c’est le principe de l’organisation macro-syntaxique. Dans ce cadre, on distinguera, à la suite des analyses de Deulofeu (1979), Blanche-Benveniste (1990), Blasco et Cappeau (1992), deux structures mettant en jeu un élément nominal détaché à droite d’une construction verbale : la structure en double marquage et la structure en préfixe/noyau illustrées respectivement par (1) et (2) :

4Dans la structure à double marquage, l’énoncé se caractérise par une réalisation particulière de la rection verbale en deux éléments : une réalisation lexicale qui porte une marque morphologique rectionnelle, la préposition, et une réalisation par pronom clitique. Les deux éléments sont dans une relation de solidarité au sens où ils sont marqués comme occupant la même place syntaxique : « le pronom étant l’indicateur de la place syntaxique, le lexique en étant une des réalisations possibles ». (Blanche-Benveniste, 1990, 80). Ceci signifie qu’il y a effectivement relation syntaxique entre l’élément lexical antéposé et le verbe ; le premier devant être considéré comme un complément construit par le second, comme en témoigne la présence de la préposition. Cette relation de solidarité entre l’élément lexical et l’élément pronominal dans la structure en double marquage se traduit, on le verra, par un certain nombre de contraintes.

  • 3 .Cf. : * je parle Paul

5La structure préfixe/noyau illustrée en (2) est également constituée d’un élément lexical antéposé à une construction verbale. Mais dans ce cas l’élément antéposé ne porte pas de marque morphologique de dépendance et ne peut a priori être considéré comme un élément construit par le verbe 3. Dans cette structure, l’élément antéposé n’entretient aucune relation micro-syntaxique de solidarité avec le pronom clitique mais est associé à la construction verbale par une relation macro-syntaxique. En regard de ces deux constructions, l’énoncé suivant :

  • 4 On pourrait en effet considérer la présence de la préposition comme le signe d’une relation syntaxi (...)
  • 5 Ces critères ont été utilisés par les linguistes descriptivistes pour distinguer deux fonctionnemen (...)

6est à priori syntaxiquement ambigu : il est susceptible d’être analysé selon les deux fonctionnements précités, double marquage ou préfixe/ noyau 4. Il s’agit donc de démontrer à quel type d’organisation on peut rattacher les énoncés introduits par quant à. Pour ce faire, je présenterai ici quelques critères 5 permettant de déterminer si la relation entre l’élément quant à N et la construction verbale qui suit est de nature micro-syntaxique comme dans la construction à double marquage ou de nature macro-syntaxique comme dans la construction préfixe/noyau. Le premier critère touche à la nature clitique ou non clitique du pronom susceptible d’apparaître dans la construction verbale qui suit l’élément antéposé.

  • 6 .Rappelons que les clitiques ne peuvent être assimilés aux constituants nominaux, contrairement aux (...)

7Dans la construction en double marquage, la relation de solidarité entre le lexical et le pronominal implique que l’élément pronominal est obligatoirement un clitique, compte tenu de la contrainte qu’une même position syntaxique ne peut être réalisée par deux constituants nominaux 6. Ce que montre les exemples suivants :

8Dans la structure préfixe/noyau, cette contrainte micro-syntaxique n’existe pas. Les deux éléments étant micro-syntaxiquement indépendants, on peut, comme dans les enchaînements discursifs, réaliser le complément du verbe par un pronom non clitique ou même par un élément lexical.

9Les énoncés en quant à fonctionnent comme une structure préfixe/ noyau : ils n’impliquent pas la présence obligatoire d’un élément clitique dans la construction qui suit :

10Le deuxième critère concerne la possibilité pour l’élément pronominal d’occuper une place syntaxique différente de celle de l’élément lexical.

11Dans la construction en double marquage, qui présente un noyau prédicatif comportant un constituant nominal et un clitique indicateur de place, l’indicateur, de par sa nature, ne peut occuper une place syntaxique différente de celle du constituant nominal. D’où l’impossibilité de :

12Dans le cas d’une structure préfixe/noyau, l’élément nominal n’étant pas en relation syntaxique avec le noyau verbal qui suit, on pourra avoir des énoncés comme (14) et (15) ainsi qu’un énoncé comme (16) qui présente un élément lexical unique associé à plusieurs constructions verbales présentant des éléments clitiques qui occupent des positions syntaxiques différentes.

13Les énoncés introduits par quant à se caractérisent par l’absence de contrainte entre l’élément lexical antéposé et le pronom présent dans la construction verbale qui suit, comme le montrent les exemples de (17) à (21) :

14Le troisième critère concerne la contrainte d’îles que l’on peut définir comme une contrainte hiérarchique sur les éléments régis. Elle stipule que l’on ne peut séparer un élément régi de son recteur par un autre niveau de rection. Cette contrainte joue dans les structures en double marquage où l’élément marqué comme régi par le verbe ne peut figurer dans une autre construction que celle où se trouve l’indicateur de place avec lequel il est en relation. Dans la structure préfixe/noyau, les relations sont d’ordre anaphorique et dépassent largement les bornes syntaxiques des unités. À la suite de Fradin (1988) on peut ainsi opposer l’exemple (22) et (23) :

15L’énoncé (22) relève dans notre terminologie d’une structure en double marquage. Son impossibilité est liée à une contrainte d’île : l’élément régi Marie est séparé du verbe recteur parler par une rection verbale. Le second exemple relève d’une structure en préfixe/noyau pour lequel la contrainte n’existe pas. Il en est de même pour l’exemple suivant introduit par quant à :

  • 7 Cf. Kleiber (1992).

16Le dernier point de la démonstration concerne le caractère obligatoire ou non de la relation anaphorique entre l’élément antéposé et l’élément pronominal. Les études attribuent souvent, on l’a vu, un rôle central à la présence d’un clitique coréférent à l’élément lexical pour déterminer le statut syntaxique de quant à. Or la coréférence ne justifie pas une analyse en terme de relation micro-syntaxique entre l’élément antéposé et la construction verbale qui suit. En outre, la relation anaphorique dans quant à N CV est de même nature que celle que l’on peut trouver dans une structure préfixe/noyau : elle n’est en aucun cas obligatoire et elle peut être interceptée par un autre élément considéré comme « meilleur candidat » 7.

17Dans (25) l’interprétation anaphorique se fait, en l’absence d’autre candidat, entre mon père et il. Elle est interceptée par un meilleur candidat dans (26) où elle se fait entre les éléments il et le voisin, interprétables en double marquage.

18Le phénomène n’est pas différent de ce que l’on peut constater dans les enchaînements discursifs comme le montrent les énoncés (27) et (28) :

19Dans la structure en double marquage illustrée par (29) où la coréférence entre le lexique et le clitique est obligatoire, l’insertion d’un élément susceptible d’intercepter la coréférence rend l’énoncé impossible (cf. 30) :

20En revanche, les énoncés introduits par quant à ne sont pas sensibles à cette contrainte. On peut à partir de (31) construire un énoncé comme (32) où un autre élément voisin intercepte la coréférence :

  • 8 Cf. Combettes (1998, 42) « Il semble préférable de voir dans ce schéma [le schéma à pronom de repri (...)

21Les propriétés du segment introduit par quant à montrent qu’il fonctionne dans ces énoncés comme un préfixe dans une structure préfixe/noyau. Il n’y a pas de relation grammaticale entre l’élément introduit par quant à et la construction verbale qui suit. La relation est bien d’ordre macro-syntaxique. Il n’y a donc pas à poser de statut grammatical spécifique pour quant à ou pour en ce qui concerne par rapport aux autres éléments préfixes. Les tendances à l’association fréquente de l’élément introduit par quant à avec un clitique sujet coréférent relevées à l’écrit seraient à expliquer par des faits de routine discursive 8.

2. Quant à et en ce qui concerne introducteurs de préfixes

22L’analyse précédente aboutit à poser une syntaxe externe identique pour quant à N et en ce qui concerne N. L’étude comparée du fonctionnement de ces deux introducteurs dans les corpus oraux portera donc sur les propriétés internes de ces mêmes éléments. Les pistes de travail exposées ici devront être prolongées par l’analyse d’autres préfixes.

  • 9 Selon un calcul très approximatif de 40 mots par énoncé et selon les proportions notées par Blasco (...)
  • 10 Je tiens à remercier J. Veronis de l’équipe Delic (Université de Provence) qui a mis à ma dispositi (...)
  • 11 Je remercie Christophe Benzitoun de m’avoir fourni ces données.

23La comparaison traitera successivement des contraintes formelles portant dans l’énoncé sur la relation préfixe/noyau et des contraintes liées au statut de préfixe. Je montrerai ensuite que certaines oppositions interprétatives communément retenues ne permettent pas de différencier nettement les deux préfixes. Je terminerai par l’analyse de contraintes que j’appellerai provisoirement contraintes discursives et pour lesquelles je ferai appel à la notion de genre de texte que je considère centrale pour la compréhension des différences relevées. Le nombre d’occurrences des deux introducteurs dans les corpus oraux est faible 9. Sur un corpus d’un million deux cent cinquante mille mots 10 constitué du corpus Corpaix (Université de Provence) (1 Million de mots) du corpus p. Cappeau (Université de Poitiers) (50 000 mots) et d’un corpus personnel de 200 000 mots, on relève 23 exemples de quant à introducteur de préfixe et 27 exemples de en ce qui concerne. J’ai donc consulté un corpus témoin d’environ 300 000 mots constitué par des textes scientifiques, des textes littéraires et des réécritures de débats de l’Assemblée Nationale dans la perspective de vérifier le caractère codifié et rhétorique de l’emploi de quant à N. Je signale d’ores et déjà que j’ai trouvé dans ce corpus de plus de 400 exemples de quant à N 11.

2.1. Contraintes liées à la relation préfixe/noyau

  • 12 Fløttum (à paraître) relève respectivement 80 % des occurrences de quant à et 10 % des occurrences (...)

24En termes formels, les exemples révèlent une légère différence entre les deux marqueurs de préfixes. On constate un plus grand nombre de préfixes associés à un clitique sujet ou objet pour quant à (47 %) que pour en ce qui concerne (27 %) mais les proportions ne sont pas aussi contrastées que celles relevées à l’écrit 12.

25Quant à et en ce qui concerne peuvent tous deux marquer un préfixe associé à un clitique sujet ou objet :

26Quant à et en ce qui concerne marquent tous deux un élément préfixé à une construction verbale qui ne présente pas d’élément pronominal anaphorique :

  • 13 .Ces aspects n’ont pu être abordés dans le cadre limité de cet article.

27Si l’on constate pour les deux marqueurs une répartition tendancielle légèrement différente liée vraisemblablement aux aspects sémantiques et étymologiques de ces mêmes marqueurs 13, le fait de trouver une distribution comparable sur un aussi petit nombre d’exemples souligne la similitude de leur fonctionnement.

2.2. Contraintes propres au statut de préfixe

28Quant à N ne peut occuper toutes les places possibles des préfixes. Il semble limité à la position en début d’énoncé, contrairement aux préfixes introduits par en ce qui concerne (cf. 40) et aux préfixes non marqués (cf. 41) :

29En ce qui concerne N, comme les préfixes non marqués, peut être introduit par un connecteur comme parce que, comme le montrent les exemples (42) et (43). Ceci paraît difficile avec quant à N. On peut considérer que (42a) ne constitue pas en effet une réplique naturelle à l’intervention de L1 dans (42).

30En ce qui concerne N peut être combiné avec des éléments à valeur d’ordonnancement ou de contraste. On relève ainsi dans le corpus :

  • 14 On en relève un exemple dans le corpus dont le caractère exceptionnel sera expliqué dans la partie (...)

31Ces marqueurs paraissent, d’après mon intuition 14, peu compatibles avec quant à :

32On relève donc pour quant à des contraintes formelles auxquelles ne semblent pasêtre soumis les préfixes marqués par en ce qui concerne et les préfixes non marqués. L’analyse unique en préfixe que nous avons justifiée pour ces marqueurs ne peut évidemment en rendre compte. Seraient-elles alors le reflet de valeurs différentes au plan de l’interprétation ?

2.3. Aspects interprétatifs

  • 15 Fløttum (à paraître) distingue ainsi la fonction « topique » de la fonction « complément thématique (...)

33Plusieurs domaines d’interprétation peuvent être évoqués. Le plus immédiat est le type de relation pragmatico-sémantique qui relie le préfixe au noyau syntaxique. Deux interprétations sont généralement distinguées de cette relation rattachées à la présence ou non dans la construction verbale d’un pronom coréférent à l’élément détaché : en cas de reprise par clitique, le préfixe reçoit une interprétation de type topique, alors que le préfixe non repris est interprété en termes de cadre sémantique 15. Marie A. Morel (1998, 38) différencie ainsi « le cadre » et « le support lexical disjoint ». Le premier « délimite une zone de sens », le second, qui « construit un objet de discours », va se trouver « obligatoirement repris par un pronom auprès du verbe ». Cette piste me paraît peu exploitable dans l’analyse comparative des deux marqueurs pour plusieurs raisons.

  • 16 On peut sans trahir l’analyse formelle de M. A. Morel utiliser le terme topique pour renvoyer à l’i (...)

34D’une part l’opposition interprétative cadre/topique 16 semble peu opératoire au regard de la complexité des exemples. Ainsi comment choisir entre les deux interprétations dans les exemples suivants :

35On relève une première mention d’un référent introduite pas quant à dans (49) et par en ce qui concerne dans (50) associée à une deuxième mention construite en préfixe non marqué en relation avec un clitique coréférent. Si l’on applique les critères d’analyse de M. A. Morel, il faudrait donc attribuer aux deux occurrences d’une même expression référentielle deux interprétations distinctes ; l’une en cadre et l’autre topique. Ce qui paraît pour le moins problématique, puisque les deux interprétations sont données comme exclusives l’une de l’autre.

36De façon un peu différente, mais tout aussi problématique dans l’exemple suivant,

37Le référent du préfixe marqué par quant à recevrait une interprétation topique, vu la présence du clitique en, par rapport aux deux propositions incidentes, mais devrait s’interpréter en terme de cadre, vu l’absence de pronom, par rapport à la proposition principale qui suit. Ce qui conduit là encore à une contradiction.

38D’autre part lorsque cette opposition cadre/topique rend compte assez intuitivement de l’interprétation des exemples, elle ne permet pas d’attribuer une interprétation spécifique à chaque introducteur : ainsi aussi bien quant à dans (52) que en ce qui concerne dans (53), repris de (35), semblent marquer un constituant comme « topique » par rapport à une prédication qui en constitue un « commentaire » :

39L’analyse des corpus amène surtout à émettre de sérieuses réserves sur l’association forme et interprétation. Il est notamment difficile d’associer exclusivement l’interprétation topique à la présence d’un clitique coréférent dans la construction verbale. Si la présence d’un tel pronom déclenche le plus souvent une lecture topique, l’inverse n’est pas vrai. Dans l’exemple suivant :

40Par la proposition incidente qui suit quant à N, le locuteur présente explicitement le référent patois comme l’objet de discours à partir duquel il va développer son propos. Les occurrences suivantes (en italiques dans l’exemple) confirment d’ailleurs cette analyse du référent patois comme objet du discours. De même, en (55) :

41C’est bien du développement du fœtus qu’il s’agit et non dans le cadre d’une étude du fœtus de s’intéresser à un autre type de développement.

42Enfin l’opposition interprétative en cadre ou topique paraît liée à des calculs sémantiques susceptibles de variations, comme le degré de la relation d’inclusion que l’on posera entre les termes : contenu et rubriques dans (56), en fonction duquel on conclura que le locuteur parle du contenu du journal ou des rubriques :

43La complexité des pesées discursives que présentent les exemples authentiques oraux par rapport aux exemples tirés de l’écrit nous amène donc à conclure que la distinction topique vs cadre ne permet pas de rendre compte des différences de fonctionnement de quant à et en ce qui concerne, même si l’on peut penser que des études ultérieures pourront la raffiner et la rendre plus opératoire. Le bilan qui ressort de l’étude des contraintes internes est donc le suivant :

44Formellement, les deux introducteurs de préfixes peuvent être associés à une construction verbale présentant ou non une forme clitique. En termes d’interprétation, les préfixes introduits par quant à ou en ce qui concerne n’assurent pas systématiquement la distinction entre préfixe topique et préfixe cadre et ne peuvent donc être distingués dans ces termes. En revanche, on relève pour quant à une contrainte formelle de place qui ne touche pas en ce qui concerne.

45L’ensemble de ces faits suggère que les différences de fonctionnement entre quant à et en ce qui concerne pourraient ne pas tenir à des distinctions internes à la structure préfixe/noyau mais à des contraintes discursives qui touchent les relations de l’énoncé avec le contexte linguistique et extralinguistique.

2. 4. Contraintes discursives

46Deux aspects seront pris en compte dans la comparaison des fonctionnements discursifs de quant à et en ce qui concerne. Le premier concerne la continuité des référents à travers les énoncés, ce que je nommerai provisoirement la reprise thématique, le second concerne le marquage de la successivité des énoncés, ce que l’on pourrait appeler grossièrement le plan. Je traiterai ces deux aspects en introduisant une variable nouvelle touchant au domaine de la dimension typologique des textes : le degré de planification du discours, dont les variations sont liées à des usages plus ou moins professionnels de la parole. La conversation ou le fonctionnement spontané sont marqués par un faible degré de planification en regard du fort degré de planification qui caractérise les débats politiques ou culturels menés par des professionnels de la parole en situation médiatique.

2.4.1. La reprise thématique

47Dans tous nos exemples, en ce qui concerne N constitue un élément thématique au sens informatif d’élément connu. Dans 75 % des exemples, la reprise thématique est constituée par une reprise lexicale.

48Elle peut être soulignée par l’emploi d’un terme dérivé comme dans (58) on l’on passe du verbe au substantif ou par une relation synonymique, comme dans (59) :

49L’exemple (58) dans lequel 42 lignes séparent les deux mentions montre que cette reprise peut se faire en contexte large ou en contexte plus étroit comme dans (59). Cette valeur de reprise thématique, marquée le plus souvent de façon littérale se retrouve dans les textes planifiés comme dans les textes spontanés. En revanche, les emplois de quant à sont différents dans les textes spontanés et dans les textes planifiés. Dans les textes spontanés, quant à introduit un constituant thématique marqué par une reprise lexicale. Ainsi dans l’exemple suivant.

  • 17 Fløttum (op.cit) note que quant à X fait partie « d’un paradigme établi » tandis que en ce qui conc (...)

50Le locuteur introduit par quant à une nouvelle occurrence de l’élément patois qui a été introduit comme thème discursif par l’interlocuteur et mentionné à plusieurs reprises dans l’interaction. Il s’agit clairement d’une reprise thématique doublée d’une reprise lexicale. Cet emploi est similaire à celui de en ce qui concerne. La comparaison des deux marqueurs dans les textes spontanés ne confirment donc pas sur ce point les oppositions relevées à l’écrit 17.

51Les textes planifiés présentent en revanche des emplois de quant à N qui diffèrent à la fois de ses emplois relevés dans les discours spontanés et de ceux de en ce qui concerne, identiques, on le rappelle, dans les deux types de discours. Ceci peut en partie être expliqué par le fonctionnement spécifique des introducteurs dans la structuration textuelle.

2.4.2. La structuration textuelle

  • 18 Fløttum, 1999 assimile quant à à un marqueur d’intégration textuel qui ne peut jamais introduire le (...)

52La contrainte formelle de position en tête d’énoncé que nous avons relevée pour quant à correspond de fait à une fonction de structuration textuelle forte dans les discours à haut degré de planification. Cet « effet de liste » relevé également à l’écrit consiste à marquer l’élément introduit par quant à comme un élément d’ordre 2 par rapport à un élément d’ordre 1, en distinguant les étapes du plan 18. Cette valeur d’ordonnancement, à laquelle on peut rattacher les impossibilités relevées plus haut de combinaison de quant à avec d’autres marqueurs d’ordre, s’ajoute dans les textes fortement planifiés à la valeur d’introducteur de préfixe représentant un thème déjà mentionné. Ainsi dans l’exemple suivant :

53Quant à N reprend l’élément Schengen mentionné auparavant, donc avec une valeur de reprise thématique, en le présentant comme succédant à un élément signalé explicitement comme un premier point.

54Dans certains textes à plus haut degré de planification la valeur d’ordonnancement de quant à concerne une liste d’éléments « accessibles par inférence du cotexte général » (Cadiot, 1991). C’est ce que montre l’exemple suivant extrait de la plaidoirie d’un avocat de la partie civile :

55L’élément introduit par quant à, la défense, appartient à une liste de notions (parmi lesquelles on peut citer celles d’accusé, de victime, de défense, d’accusation, de témoignage, etc) que l’on peut aisément inférer du scénario général d’une situation de plaidoirie.

56Dans notre corpus, si l’on prend seulement en considération les textes planifiés, c’est essentiellement par cette valeur d’ordonnancement que quant à diffère de en ce qui concerne. Ce dernier peut en effet reprendre un élément qui a été présenté dans une liste, mais ne signale pas de contrainte de place dans la liste en question et ce quel que soit le genre du texte. Il peut introduire un élément premier comme dans (63) ou introduire et le premier et le second élément, comme dans (64) :

57Si le fonctionnement de en ce qui concerne ne semble pas affecté par le genre planifié ou spontané du texte où il apparaît, il n’en est pas de même pour quant à : la valeur d’ordonnancement relevée dans les textes planifiés semble absente dans les textes spontanés. Ainsi, dans l’exemple suivant :

58Sans entrer dans une analyse détaillée, on note que différents thèmes : le maquillage, les cadeaux, les goûts de L2, la parfumerie, sont introduits au fur et à mesure des interventions des deux participants sans qu’apparaisse une forme quelconque d’ordonnancement ou de plan organisé. Comme dans l’exemple (60), quant à reprend un thème introduit par le locuteur, mentionné à plusieurs reprises dans l’interaction et qui n’a fait pas fait l’objet d’un véritable développement. Il a une simple valeur d’introducteur de préfixe signalant la reprise d’un thème.

59On peut corréler l’absence de la valeur d’ordonnancement dans le discours spontané au fait que ce dernier, on le sait, se construit de façon dynamique au fur et à mesure de l’élaboration discursive. Les différents thèmes y sont en outre l’objet de négociation entre les interlocuteurs, comme le montre l’exemple précédent. La valeur d’ordonnancement, qui implique une organisation conceptuelle fixée au préalable, paraît effectivement incompatible avec une production interactive. Dans ce cas, les locuteurs accordent à quant à une valeur essentielle de marqueur de reprise thématique. L’hypothèse que j’avancerai est que ces décalages entre les emplois de quant à en discours spontanés et les emplois en discours planifiés sont également liés à la nature rhétorique du marqueur, qui serait appris et non acquis par les locuteurs.

3. Quant à : élément de grammaire seconde ?

  • 19 L’étymologie latine « quantum ad » de quant à constitue un indice supplémentaire de son appartenanc (...)

60Contrairement aux éléments de « la grammaire première » de la langue, acquis sans apprentissage explicite, les emplois des éléments que Blanche-Benveniste et alii (1990) nomme éléments de « grammaire seconde » sont régis par des règles que les locuteurs apprennent, le plus souvent au travers de l’école. Il pourrait en être ainsi de la valeur rhétorique d’ordonnancementdes emplois soutenus de quant à enseignés à l’école. Les locuteurs professionnels de la parole continuent dans leur pratique d’employer quant à avec cette valeur. Les locuteurs non professionnels ignorent ces règles ou les ont oubliées et assimilent le fonctionnement de quant à à celui de en ce qui concerne. Tout ce qu’ils attribuent à quant à c’est l’idée qu’il correspond à une manière soignée d’introduire un préfixe reprenant un thème. Quant à est interprété comme une variante élégante en ce qui concerne 19.

  • 20 Blanche-Benveniste (op. cit.) montre que les locuteurs, y compris les plus jeunes, produisent des l (...)

61Comme tout élément appartenant à une connaissance seconde de la grammaire, les emplois de quant à peuvent donner lieu à des productions contraires à la norme écrite qui peuvent être mises au compte de phénomènes d’hypercorrection. Ils s’opposent ainsi aux éléments de grammaire première 20. Ainsi dans l’exemple suivant :

  • 21 Il s’agit en l’occurrence d’un étudiant en droit.

62L’emploi de quant à ne respecte pas les contraintes internes qui ont été notées plus haut : quant à introduit en effet et par deux fois un élément premier d’une liste. En outre, il est précédé d’un marqueur d’ordonnancement, tout d’abord. La répétition du phénomène interdit de rejeter ces faits dans la poubelle des erreurs de performance. On peut en fait en rendre compte comme l’effet d’une d’hypercorrection rhétorique liée à un souci malhabile de planification de la part d’un locuteur non professionnel de la parole 21. Les exemples suivants, produits par des enfants qui jouent à parodier des journalistes, constituent un élément supplémentaire en faveur de cette hypothèse. Si on compare (67) et (68) :

63On constate que le locuteur utilise de façon adéquate le marqueur en ce qui concerne. En revanche l’emploi maladroit de quant à montre qu’il n’en maîtrise pas tout à fait l’usage.

Conclusion

64Un des traits en quoi quant à se différencie de en ce qui concerne est sa valeur rhétorique liée à un haut degré de planification du discours. Cette valeur explique que son emploi est très sensible à des contraintes de genre. Ce que confirme la répartition des occurrences : 79 % des occurrences de quant à apparaissent en discours planifiés. La vérification de notre hypothèse implique que l’analyse comparative entre les deux marqueurs soit poursuivie sur un plus grand nombre d’exemples. Néanmoins, les premiers résultats amènent à poser que quant à fonctionne comme un indice typologique de style discursif mais qu’il est sans doute abusif d’y voir le marqueur de topicalisation par excellence. Cette remarque est particulièrement vraie des corpus d’oral spontané où les topiques sont le plus souvent non marqués et quand ils le sont, semblent de toute façon plutôt faire appel à pour qu’à quant à ou en ce qui concerne.

Haut de page

Bibliographie

Berthoud, A. C., 1996, Paroles à propos — Approche énonciative et interactive du topic, Ophrys, Paris.

Blanche-Benveniste C., Bilger M., Rouget Ch., Van Den Eynde K., 1990, Le français parlé — études grammaticales, Ed. du CNRS, Paris.

Blasco M., 1999, Les dislocations en français contemporain — Étude syntaxique, Col. Les français parlés — Textes et Études, Champion, Paris.

Blasco M., Cappeau P., 1992, « Sujet postposé et double marquage », in Recherches sur le français parlé 11, 1-11.

Berrendonner, A., 1991, « Pour une macro-syntaxe », in Willems, D. (ed), Données Orales et théories linguistiques, Paris-Louvain, Duculot, 25-31.

Cadiot P., 1991, De la grammaire à la cognition — La préposition pour, Ed. du CNRS, Paris.

Choi-Jonin I., à paraître, « Ordre syntaxique et ordre référentiel : emplois de la locution prépositive quant à » in Combettes, B., Schnedecker, C., et Theissen, A., (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris, Champion.

Combettes B., 1983, Pour une grammaire textuelle. La progression thématique, Bruxelles/Paris, De Boeck/ Duculot.

Combettes B., 1998, « Thématisation, topicalisation et éléments non référentiels : le cas de l’adjectif détaché », Cahiers de praxématique 30, 133-159.

Combettes B., 1999, « Thématisation, topicalisation : leur rôle respectif dans l’évolution du français », La thématisation dans les langues, Textes réunis par C. Guimier, p. Lang.

Creissels D., 1991, Description des langues néo-africaines et théorie syntaxique, ELLUG, Grenoble.

Deulofeu J., 1979, « Les énoncés à constituant lexical détaché : les limites de l’organisation grammaticale et de l’organisation discursive dans les énoncés », Recherches sur le français parlé 2, 75-107.

Fløttum K., à paraître, « À propos de quant à et en ce qui concerne » in Combettes, B., Schnedecker, C., et Theissen, A., (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris, Champion.

Fløttum K., 1999, « Quant à : thématiseur et focalisateur », in La thématisation dans les langues, Textes réunis par C. Guimier, Peter Lang, Berne Berlin Frankfurt, 135-149.

Fradin B., 1988, « Approche des constructions à détachement : la reprise interne », Langue Française 78, 26-56.

Guimier, C., (éd.) 1999, La thématisation dans les langues, Actes du colloque de Caen, oct. 1997, Peter Lang. Berne Berlin Frankfurt.

Kleiber G., 1992, « Cap sur les topiques avec le pronom il », L’information grammaticale 54, 15-25.

Morel A. M., Danon Boileau L., 1999, Grammaire de l’intonation, l’exemple du français, Bibl. de Faits de Langues, Ophrys, Paris.

Prévost S., à paraître, « Quant à : Analyse pragmatique de l’évolution diachronique (14e-16e siècle) », in Combettes, B., Schnedecker, C., et Theissen, A., (éds), Ordre et distinction dans la langue et le discours, Paris, Champion.

Haut de page

Notes

1 N symbolise le constituant introduit par l’introducteur et qui est le plus souvent constitué d’un syntagme nominal.

2 Cf. Choi-Jonin (à paraître), Fløttum, (1999 et à paraître) et Prévost (à paraître). Je remercie ici les auteures d’avoir bien voulu me communiquer la version des communications présentées au colloque Topicalisateurs et Marqueurs de partition (Université de Metz,1999) qui sont à paraître (cf.bibliographie)

3 .Cf. : * je parle Paul

4 On pourrait en effet considérer la présence de la préposition comme le signe d’une relation syntaxique entre l’élément antéposé et le verbe. Néanmoins, on note que le groupe en tant que tel ne peut pas être construit directement par le verbe : cf. ? je parle quant à Paul.

5 Ces critères ont été utilisés par les linguistes descriptivistes pour distinguer deux fonctionnements sans préjuger d’une analyse sous-jacente. Certains ont été également utilisés par des linguistes d’obédience générativiste mais avec un objectif différent : celui de justifier ou non l’analyse de ces groupes par une transformation de dislocation à partir d’une position complément en structure profonde. Je me situe ici dans la première perspective.

6 .Rappelons que les clitiques ne peuvent être assimilés aux constituants nominaux, contrairement aux non clitiques.

7 Cf. Kleiber (1992).

8 Cf. Combettes (1998, 42) « Il semble préférable de voir dans ce schéma [le schéma à pronom de reprise] un des cas possible, assez fréquent sans doute, de l’organisation de la “suite du topique” : le fait qu’un SN se trouve en position de topique entraîne en effet de grandes probabilités, sans qu’il y ait toutefois obligation, de deuxième mention du référent dans la suite de l’énoncé ».

9 Selon un calcul très approximatif de 40 mots par énoncé et selon les proportions notées par Blasco (1999), un tel corpus devrait compter environ 3000 préfixes.

10 Je tiens à remercier J. Veronis de l’équipe Delic (Université de Provence) qui a mis à ma disposition le logiciel de recherche et les corpus afférents. Je remercie l’équipe du GARS, dirigée par C. Blanche-Benveniste dont le travail est à l’origine du corpus utilisé et tout particulièrement p. Cappeau qui m’a fourni les exemples extraits d’enregistrements de débats politiques.

11 Je remercie Christophe Benzitoun de m’avoir fourni ces données.

12 Fløttum (à paraître) relève respectivement 80 % des occurrences de quant à et 10 % des occurrences de en ce qui concerne accompagnées de clitiques.

13 .Ces aspects n’ont pu être abordés dans le cadre limité de cet article.

14 On en relève un exemple dans le corpus dont le caractère exceptionnel sera expliqué dans la partie 3.

15 Fløttum (à paraître) distingue ainsi la fonction « topique » de la fonction « complément thématique ».

16 On peut sans trahir l’analyse formelle de M. A. Morel utiliser le terme topique pour renvoyer à l’interprétation du support lexical disjoint.

17 Fløttum (op.cit) note que quant à X fait partie « d’un paradigme établi » tandis que en ce qui concerne X semble marquer « l’introduction d’un thème plus ou moins nouveau ».

18 Fløttum, 1999 assimile quant à à un marqueur d’intégration textuel qui ne peut jamais introduire le premier élément d’une liste. La même contrainte est relevée par Choi-Jonin (à paraître).

19 L’étymologie latine « quantum ad » de quant à constitue un indice supplémentaire de son appartenance au fond de la grammaire savante.

20 Blanche-Benveniste (op. cit.) montre que les locuteurs, y compris les plus jeunes, produisent des lequel interrogatifs sans erreur d’emploi alors que l’emploi des relatifs est sujet à quantité d’erreurs.

21 Il s’agit en l’occurrence d’un étudiant en droit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Debaisieux, J.-M. (2001) Contraintes syntaxiques et discursives des emplois de quant à et en ce qui concerne en français parlé. Cahiers de praxématique 37. Montpellier : Pulm. 125-146

Référence électronique

Jeanne-Marie Debaisieux, « Contraintes syntaxiques et discursives des emplois de quant à et en ce qui concerne en français parlé »Cahiers de praxématique [En ligne], 37 | 2001, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/241 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.241

Haut de page

Auteur

Jeanne-Marie Debaisieux

CRAPEL
Université Nancy 2
3, Place Godefroi de Bouillon
54015 Nancy Cedex
debaisie@univ-nancy2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search