Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Empathie linguistique et point de...

3

Empathie linguistique et point de vue

Linguistic empathy and viewpoint
Robert Forest
p. 85-104

Résumés

Empathie linguistique et point de vue Se plaçant dans une perspective linguistique, le présent article examine quels domaines de marquage en langue sont liés à l’expression du point de vue, et dégage particulièrement ce qu’on peut appeler l’empathie. Il étudie ensuite les conditions de l’établissement d’un rapport entre l’empathie linguistique et le point de vue textuel / discursif, et conclut par une conception de l’énonciation qui rejette la dichotomie dictum-modus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ennéades, V, 8.
  • 2  Empathie.

1« Il n’y a plus, extérieurs l’un à l’autre, un être qui voit et un objet qui est vu : qui a la vue perçante voit l’objet en lui-même […] Chacun a tout en lui, et voit tout en chaque autre ; tout est partout, tout est tout, chacun est tout […] Chacun a un caractère saillant, bien que tout apparaisse en lui. » Cette splendeur contemplative dont parle Plotin1 pourrait bien être une horreur, et en tout cas paraît impossible ce déni, au nom de l’Einfühlung2 généralisée ici évoquée, du point de vue forcément né quelque part. Je défends ici l’idée que fonctionne dans les langues un ensemble de marquages potentiels que j’appelle empathie, et que cette notion rend compte adéquatement de plusieurs phénomènes linguistiques liés à l’existence de points de vue sur les contenus énoncés.

2La première tentation que j’éprouve est celle d’exprimer les nombreux éléments de désaccord entre ma perspective (partir des faits de langues, très saussuriennement, pour dégager ce qui, des conditions de l’énonciation, se manifeste par des marquages en langue, je dirais avec un zeste de provocation dans la grammaire — ou le lexique), et celles qui, à propos du point de vue, trouvent un point de départ textuel, discursif, narratologique.

  • 3  Voir notamment Rabatel (1997 et 1998).

3Ces dernières conceptions, dans la mesure où elles visent à modéliser une construction cognitive, médiatisée par des signaux de langue (« construction textuelle du point de vue », dans les termes d’Alain Rabatel3), paraissent impliquer une onomasiologie généralisée : un « sujet » d’abord « de discours » (qu’on ferait parfois mieux d’appeler « auteur », si l’on narratologise) rencontre chemin faisant (ou peut-être invente) certains « moyens langagiers ». Ma perspective linguistique est sémasiologique, elle part des signes de langue, et les différentes « figures » que dégage l’analyse des structures des langues ne résultent pas d’un a priori textuel / discursif ; bien plutôt, c’est l’occasion langagière qui fait éventuellement le larron narrateur.

  • 4  Cuxac (2003).

4Pour prendre tout de suite un exemple qui est un des moins littéraires qu’on puisse envisager, on lit sous la plume de Christian Cuxac, à propos des langues des sourds4, qu’il existe en LSF (entre autres) des structures qui « reproduisent, en mettant en jeu tout le corps du locuteur, une ou plusieurs actions effectuées ou subies par un actant du procès de l’énoncé : humain ou animal, [parfois aussi] non-animé. Le narrateur ‘devient’, pour ainsi dire, la personne dont il parle […] Pour caractériser ces structures, les sourds utilisent un signe de leur langue signifiant approximativement ‘rôle’ ou ‘prise de rôle’ » (p. 17-18). Cela correspond tout à fait à ce qu’on peut appeler « empathisation » et, naturellement, point de vue, mais dans ma perspective ce qu’il semble falloir étudier, ce sont les marquages (différentiels) en langue. Ainsi, pour le « transfert personnel » dont Cuxac parle dans l’article ici cité, jouent un rôle la mimique faciale et surtout le regard : le regard du locuteur est alors « celui-là même du personnage transféré » ; le locuteur « ne doit pas croiser le regard de l’interlocuteur […] car en ce cas le transfert cesserait » (p. 18). Différentiellement, Cuxac contraste par exemple, en LSF, le « pointage référentiel » qui détermine un agent, bénéficiaire ou patient de l’énoncé, et le regard qui « introduit [un participant] en tant que partenaire de l’énonciation » (p. 27).

5La perspective sémasiologique fait profession de partir des marques, ici un certain investissement du regard et / ou un pointage (accompagné d’un pointage du regard si le référent est présent). On en déduit, par exemple, le signifié étiquetable « transfert personnel » (ou, dans mes termes, « empathisation »). La démarche inverse est légitime, mais suspecte de ne pas tenir compte de la spécificité langagière : dans le cas d’une langue de sourds, le risque est de « naturaliser » des mimiques, regards, etc., qui sont tout à fait élaborés différentiellement dans le cadre d’un système de type linguistique.

6Mais il n’y a pas lieu d’être obsédé par ce désaccord entre perspectives, qui est peut-être contournable, voire fructueux. Je vais d’abord exposer quelques aspects de ma conception et chercher ensuite des compatibilités intéressantes.

1. Point de vue et empathie

  • 5  Voir Forest (1999 et 2003). Le fait que soit présentée ici une élaboration théorique dont je suis (...)

7Il apparaît d’abord que ce qui est entendu minimalement sous le nom de « point de vue » peut donner lieu, dans la perspective que je propose5, à plusieurs types de marquages dans les langues. Partons ici d’une définition telle que celle, provisoire, donnée par Alain Rabatel : ce qui, « dans la référenciation des objets (du discours), révèle, d’un point de vue cognitif, une source énonciative particulière et dénote […] ses jugements sur les référents ».

8Une telle définition apporte à peine une limitation à la recherche de tout ce qui marque spécifiquement les conditions de l’énonciation, car la notion de référenciation d’objets peut être très étendue.

9Le type de marquage que j’appelle (à la suite, surtout, de Kuno) empathie n’est pas le seul qui puisse être concerné par le point de vue lato sensu. J’énumère un certain nombre d’autres domaines.

  • 6  C’est-à-dire une marque démarcatrice du rhème de l’énoncé négatif.
  • 7  Ce terme est repris à Claude Hagège.

10L’empathie n’est pas directement concernée, par exemple, par ce qui relève d’une mise en perspective hiérarchisant les degrés d’informativité des énoncés. Pensons aux thèmes des énoncés, qui peuvent, rapportés aux faits de cohésion textuelle, être associés à la continuité du point de vue inter-énoncés. Une question connexe — pas tout à fait la même — est l’affinité des anaphoriques et plus généralement des marqueurs de « définitude » avec les thèmes. Pensons encore, pour prendre une autre sorte de marquage informatif, à l’« autre voix » que fait entendre le champ des marques négatives, explicable en termes de stratification du rhème : en français, contrairement à la marque ne, la marque pas est un « faire-part de rhème6 », qui remplit en outre le rhème si elle est seule, et qui présente si elle est suivie d’autre chose dans l’énoncé un rhème non assumé par l’énonceur7, mais expressif du « point de vue » d’un autre énonceur qui proférerait le rhème non nié. Je pars ici des marques : segmentales, positionnelles, prosodiques.

11L’empathie n’est pas non plus directement concernée par les éléments d’assomption liés aux prises de position « illocutoires », « évidentielles » ou autres. Si on dit en français Les fils de Saddam Hussein seraient morts, on évoque un point de vue qui coïncide avec une certaine source (locutrice) de connaissance, et par rapport auquel on (énonceur) prend certaines distances.

12Le marquage en langue du discours rapporté attribué à autrui (comme locuteur) ou repris d’autrui (« discours indirect ») est aussi d’un autre type que celui que j’appelle empathique. De même le repérage de type actualisation qui relie le procès au temps de l’énonciation (et ipso facto à l’énonceur dans le temps).

13Ce dernier point est important car il concerne largement les « embrayeurs » de diverses espèces. Dans l’énoncé français Je pensais… on trouve l’indice je qui est un actualisateur, et aussi le morphème de temps dit « imparfait », créateur d’un repère temporel, distinct du temps de l’énonciation, par rapport auquel est évaluée la temporalité du procès. Tout cela peut naturellement interférer avec la question du point de vue.

14Je distingue encore de l’empathie le marquage de ce que certaines langues retiennent de hiérarchies de statut des référents (animés, humains, participants virtuels de l’interlocution, ou non). Il y a des langues (algonquiennes ou athabasques, par exemple) où on ne peut pas dire « Le cheval a tué l’homme » ni « Il t’a frappé », mais seulement « A tué — inversif — le cheval l’homme » ou « A frappé — inversif — lui toi » parce qu’il y a des hiérarchies au sein desquelles l’agent doit être situé plus haut sur l’échelle statutaire que le patient. En français, il est plus difficile d’en trouver des exemples, mais on peut peut-être penser à l’impossibilité de dire *Lavons-moi, *Lavons-toi, *Lavons-vous, liée à l’inclusion des référents personnels patients dans la « 1re personne du pluriel » agent dans un énoncé à l’impératif (alors qu’on peut dire : Nous me [?] / te / vous lavons).

15La matière (tant pis pour l’oxymore) de l’« appareil formel de l’énonciation » est si vaste qu’on doit y distinguer plusieurs domaines, lorsqu’il s’agit d’inventorier l’expression en langue du « point de vue ». Cette distinction est naturellement le choix du linguiste ; il importe qu’elle se fasse sur la base de commutations qui dégagent des ensembles relativement autonomes de marquages dans une langue donnée.

  • 8  Forest (1999).

16J’en viens maintenant à ce que j’appelle empathie, un des domaines qu’on peut distinguer. Je me permets de renvoyer à ma présentation dans Empathie et linguistique8.

17Il s’agit de la partie de l’appareil formel de l’énonciation qui se relie à l’expression en langue de « points de vue de participants » centrés sur une « sphère personnelle » (expression empruntée plus ou moins à Charles Bally et étendue à d’autres entités que les humains). Des référents langagiers — par exemple possessions, parties, événements survenus — font partie d’une telle sphère lorsqu’il n’est pas concevable que leurs points de vue potentiels diffèrent en quoi que ce soit du point de vue du « centre » de la sphère.

18À partir de là, il semble que les deux rubriques utiles soient celles de fil de lecture et de bilan.

19Le premier est, dans un énoncé ou un ensemble d’énoncés, la séquence des centres de « sphères » mentionnés et le caractère de cette séquence : continuité ou rupture. L’indication d’une continuité coexistant avec un changement de centre de sphère peut se dénommer transitivité empathique.

20Le second représente, dans un énoncé, les relations entre une sphère et des référents extérieurs en principe pas encore agrégés à ladite sphère, relations évaluables par l’énonceur dans les termes du point de vue du centre de la sphère (contrariété ou bilan « positif »). Il faut rappeler que les « centres » ne sont pas nécessairement humains ni même animés (il peut s’agir de lieux, par exemple, ou de bien d’autres entités).

  • 9  Ces étiquettes sont attribuées par les linguistes à des verbes signifiant à peu près, respectiveme (...)

21La tâche du linguiste consiste à prouver la pertinence de ce cadre pour expliquer un grand nombre de faits de langues. Je propose d’en suivre la trace au niveau lexical (par exemple dérivations applicatives, bénéfactives, détrimentielles, itives et ventives9 ; ou existence d’unités lexicales simples de sens équivalent à ces dérivations) ; au niveau des morphèmes grammaticaux (par exemple directionnels, anaphoriques) ; au niveau de l’organisation des syntagmes ; au niveau des faits d’accord ; au niveau de la syntaxe du prédicat et / ou de l’énoncé entier (mon analyse propose une explication empathique de systèmes de marquage tels que la « version » géorgienne, le système du « focus » de plusieurs langues austronésiennes, le système des « verbes explicateurs » en hindi et dans d’autres langues de l’Inde, le système de la « conjugaison objective » du hongrois, pour ne citer que ces quelques cas marquant en langue le « concernement » d’un participant dont le point de vue est privilégié).

22Mais on ne trouve pas tout cela dans toutes les langues et je prendrai des exemples en français.

  • 10  Voir Forest (1988).

23Parmi les unités lexicales, je mentionnerai les verbes d’« accompagnement », intransitifs transitivables par une « transitivité empathique » associée à une continuité des « bilans10 ». Ce n’est pas le cas des classiques « verbes symétriques ou neutres » (La branche casse vs. Le vent casse la branche) caractérisés par la conformité d’un changement, qu’il y ait ou non un acteur « technique », à une virtualité naturelle ou « entéléchique » du « mobile » (en termes aristotéliciens) ; mais c’est le cas de verbes intransitifs pouvant se transitiver comme jouer dans Il a joué Agassi, J’ai joué ce stradivarius, sortir dans Tu sortiras le chien, tomber dans Je tombe la veste, Il tombe les filles, fumer dans fumer une cigarette, filer dans Elle a filé son collant, commencer dans J’ai commencé mon article, etc. Il y a alors une solidarité empathique entre l’agent et le patient (ou le bénéficiaire dans Il m’a évité un désagrément) : Je vous monte un café implique qu’on monte aussi, fumer une cigarette est un abouchement à soi-même d’un processus de combustion, on ne tombe pas les filles en leur faisant un croche-pied, le bas et la femme qui l’a filé sont unis par une commune malchance, un Roland Barthes tricheur parlait de tricher la langue

24Il y a un rapport entre l’empathie et des syntagmes nominaux « à hypostase », du type latin summa arbor « le haut de l’arbre » ou urbs condita « la fondation de la ville » ; on trouve en français Il se plaint d’un hymen si longtemps négligé (Racine) [= du fait que le mariage ait été négligé], Il faut en finir avec les richesses du pays bradées à tout vent [= avec le bradage des richesses], Le grief de la singularité menacée se fonde sur le fait que le clonage produirait des individus ayant presque le même patrimoine génétique (M. Iacub), après les deux fils de Saddam Hussein morts (France 3), Sa mère malade l’a empêché de signer au Real (ibid.) [= la maladie de sa mère]. Ces syntagmes paraissent — en français du moins — possibles seulement si le « bilan » se caractérise comme « empathie contrariée », détrimentielle ou contradictoire avec l’attente. Ce dernier cas de figure est illustré par J’ai été très heureux de votre chère Pologne sauvée (lettre de Proust à Misia Sert) ou avec les vendanges commencées (Le Progrès, août 2003), qui contraste avec avec le commencement des vendanges, n’impliquant aucune mise en valeur constative d’un bilan inattendu.

  • 11  Voir Forest (1993), passim.

25Le verbe aller, formant couple avec venir, a partie liée avec l’empathie11. Le terme du mouvement est, dans le cas de venir, associé à un point de vue de lieu que l’énonceur choisit d’adopter (sans y être nécessairement présent hic et nunc : Si tu viens chez Marie j’irai aussi) ; dans le cas d’aller, il est déconnecté d’un tel point de vue, ce qui rend aller apte à exprimer une contrariété empathique : N’allez pas croire que… marque, du point de vue du bilan, une dérive, de même que Allez travailler avec tout ce vacarme ou Va comprendre, Charles (extrait d’une publicité pour des paris hippiques, où un personnage prend à témoin son acolyte de la difficulté qu’il éprouve à comprendre pourquoi les parieurs qui choisissent leurs chevaux au hasard gagnent autant que lui-même). Une plante vient bien, mais quelque chose va à vau-l’eau.

  • 12  Perte d’un certain nombre de composants du sens (G. Guillaume).

26C’est sans doute ce sémantisme d’empathie contrariée qui se retrouve quand le verbe aller, ayant subi la « déplétion12 » de ses valeurs de mouvement, devient auxiliaire d’aspect prospectif. On contrastera avec le futur, par exemple dans : L’avion va s’écraser ! — Eh bien, il s’écrasera. Ou encore : saisie vigoureuse de son propre destin par le locuteur dans Un jour, je serai le premier de la classe ; submersion contrariante par le destin dans Un jour, je vais être le premier de la classe (continuation possible : et je me ferai casser la figure par Hector, au futur simple parce que l’énonceur a reconquis la maîtrise d’un certain point de vue, celui de la déduction ou de la prédiction).

  • 13  Zribi-Hertz (1992), passim.

27Il y a un lien entre le choix des anaphoriques et l’empathie : c’est ce que montre Anne Zribi-Hertz13 à propos du celui-ci de reprise. Dans mes propres termes, on voit en celui-ci un empathiseur « positif » mais « briseur de fil ».

28Dans le même ordre d’idées (au niveau des morphèmes grammaticaux), un certain nombre d’unités de langue sont associées à un contraste entre bilan et fil, l’un étant contrarié/contrariant et l’autre non : encore continue le fil et contrarie le bilan (Qu’est-ce que vous voulez encore ?), déjà fait l’inverse (Qu’est-ce que vous vouliez, déjà ? ou Je me voyais déjà en haut de l’affiche [= rupture de fil car il s’agit d’un succès — imaginaire — contraire à l’attente et aux prévisions, donc à tout point de vue antérieur possible ; continuité du bilan « positif » dans la vision d’une carrière en progrès constant]).

29En syntaxe : l’emploi du ne dit explétif est lié à une empathie contrariée. Ainsi, on peut contraster Je ne crains pas que tout cela soit vrai [négation de l’empathie négative contenue dans craindre, tout le bilan est positif : je viens sereinement à la rencontre de la vérité] et Pierre, cet inconscient, ne craint même pas que tout cela ne soit vrai [l’absence de crainte de la vérité est portée négativement au bilan de la sphère de Pierre]. Si je dis Il doute que le soleil tourne autour de la terre, il y a appel à continuum empathique entre moi qui parle, l’actant désigné par il et le contenu de la proposition régie ; ce n’est plus le cas (la rupture passe au niveau de la rection) dans Il craint que Paul n’ait raison. Dans Moins que jamais je ne m’y risquerai, l’antéposition de la comparaison à affinité de rupture de fil crée le climat de contrariété empathique que n’aurait pas comporté Je m’y risquerai moins que jamais.

  • 14  Greimas (1980).

30Faisons un détour par les énoncés-réponses de l’ancien français : à côté des simples o et nen / non, il existe des formes « insistantes » où l’on suffixe un pronom personnel 1sg. (d’où oie et naie) ou 3sg. masc. (d’où oïl et nenil). Il ne s’agit pas d’échos d’autres marques personnelles, vu le choix restreint. Je formule l’hypothèse que ce sont des marques empathiques comparables à des directionnels non purement spatiaux, exprimant l’empathie centrée sur la sphère d’ego ou sur celle de non-ego. Les exemples du Dictionnaire de l’ancien français de Greimas14 vont assez dans ce sens : Oje, dist-il ; or m’en suis ramembrez correspond à un « oui » qui apporte quelque chose à la sphère du locuteur qui s’est souvenu ; Oïl, par ma foi, sire, oïl mult volentiers est centré sur le point de vue du roi qui fait une faveur ; Estes el cors ne blecies ne ferus ? / Naje, dist-il, loés en soit Jhesus convient à une réponse à laquelle seule le locuteur peut satisfaire « de l’intérieur » ; il faudrait plus de place pour étudier nenil, mais il est de fait que plus tard dans l’histoire du français nenni s’emploiera surtout dans des cas de dénégation ou de refus pas toujours bien intentionné envers autrui, même s’il semble émaner de façon très assumée de l’énonceur comme centre de point de vue.

  • 15  Je renvoie ici à Forest (2000), passim.
  • 16  Sans parler du fait, signalé par un lecteur anonyme que je remercie, que l’« accord du participe a (...)

31La question de l’accord doit être prise avec des pincettes15 en général, car la centralité de la fonction prédicat doit amener le linguiste à refuser de parler d’accord entre « sujet » et « verbe » ; et en particulier en français contemporain, où la plupart des marquages dits d’accord ne sont qu’orthographiques et n’ont donc pas vraiment de réalité linguistique16. La grammaire des fautes au sens d’Henri Frei peut cependant être évoquée. Il semble que la langue parlée ait tendance à supprimer les marques de genre et de nombre sur le participe si l’auxiliaire est avoir : C’est toi qui l’as pris, la valise ?, La tarte, je l’ai fait avec les prunes qui restaient. En revanche, des marques « incorrectes » apparaissent souvent dans des conditions où elles correspondent à l’éclairage d’un foyer accessoire (ou identique au foyer principal) d’empathisation : Elle s’est faite agresser, Tout le fric qu’elle s’est faite verser, La contradiction dans laquelle s’est mise le gouvernement (Conclu 2) ; voire, avec adjectif : On a placé la barre trop haute (Conclu Inter).

32Le « moyen » attesté dans diverses langues n’est selon moi pas une voix, mais un marquage empathique, une sorte de « version » verbale (pour reprendre le terme consacré de la grammaire du géorgien) où le fil de lecture empathique se met en boucle en faisant retour sur le prime actant de l’énoncé. En français, un marquage formellement identique recouvre de véritables réfléchis-réciproques et des versions moyennes. La séparation des deux types n’est pas toujours très nette. Néanmoins le français distingue bien les « moyens pronominaux » des « entéléchiques » (dont on a parlé plus haut) : dans La branche casse, il n’y a qu’un intransitif entéléchique sans marque empathique particulière. Dans La branche se casse, le procès n’est pas moins spontané et involontaire, mais il est marqué comme concernant la sphère, le bilan, le point de vue du participant. Le retour actanciel sur le premier participant, caractéristique du réfléchi, ressemble au concernement de la sphère du prime actant, ce qui explique la forme pronominale que prend le moyen en français. On comprend aussi facilement l’acquisition, favorisée par la fusion du patient et du bénéficiaire dans les marques personnelles utilisées, de nouvelles valeurs versionnelles, comme ce qu’on appelle le « datif éthique » (introduction d’un point de vue centré sur un participant de l’interlocution en général) : Tu te le laisses mariner pendant vingt-quatre heures, Son cadeau, il peut se le garder.

33Bien d’autres faits de la langue française pourraient être rapportés à l’empathie. Pensons par exemple, parmi ce qui est bien connu, au choix de certaines marques personnelles ou appellatives pour référer avec distance, péjoration, etc. : C’est crevé (la mort de Gregor Samsa dans La Métamorphose de Kafka), Alors, on se promène ?, Monsieur se croit plus malin que les autres ? Et ainsi de suite. Ou, simplement, on a des marques thématiques d’affectation d’une sphère personnelle, comme dans Moi, mon père, il fait pas des choses comme ça, moi. Ou bien des tournures exprimant cette affectation : Elle a sa mère qui est malade, J’ai ma télé qu’on m’a dit que c’était pas vrai qu’elle était à moi.

2. Empathie linguistique et point de vue textuel / discursif

34Quels rapports peut-on envisager entre ce type d’analyse linguistique interne à l’énoncé et la notion de point de vue dans ce qu’on peut appeler le « texte organisé » ?

35Délibérément, dans ce qui précède, j’ai placé le point de vue dans la grammaire et jusque dans le lexique, pour insister sur le point de départ linguistique qui m’importe. De plus, j’ai insisté sur la multiplicité des domaines de marquage auxquels peut ressortir la notion de point de vue au sens large.

  • 17  Romans de formation ou d’éducation.

36Mais pour en revenir aux concepts empathiques, il me paraît clair que des notions telles que celles de « sphère », de « bilan », de « fil de lecture », de « transitivité empathique », d’« empathie contrariée (détrimentialité ou rupture) », etc., ont pas mal de choses à dire en ce qui concerne la problématique de la focalisation (pour reprendre le terme de Genette), et plus généralement de l’organisation des textes. Toutes ces notions ne sont pourtant pas conçues comme relevant d’une « cognitique » générale. Il serait naïf de dire que les Bildungsromane17 vont être le terrain d’élection d’énoncés centrés sur le bilan empathique, les romans d’aventure, de particulières considérations de « fil » (avec des héros permanents, des personnages qui surgissent, etc.), les écrits sur le mal ou la mort, de la contrariété empathique triomphante. Et pourtant, ce n’est pas si faux. Le début négatif de Tristesse d’Olympio avec ses articles définis n’est-il pas un entrelacs subtil de continuité et de rupture à la fois sur le plan du fil (l’actant masculin 3e personne en continuité et en rupture avec le couple d’actants du passé ; la définitude des champs, de l’étang près de la source…) et sur le plan du bilan (par ex. l’attente d’un paysage dont le deuil conviendrait à la douleur du prime actant, attente contredite par le caractère riant de l’environnement) ?

  • 18  Voir Kuroda (1971).

37Pour prendre un autre point, la polarité du narrateur omniscient et du narrateur « reportif », dont parlait en linguiste Kuroda18 à propos de certaines particularités des verbes « expérienciels » en japonais (employables seulement en énoncés de 1re personne, de 2e personne en interrogation, et de 3e personne uniquement si l’énonceur se pose comme omniscient), se retrouve dans d’autres langues et est aussi un important moteur narratologique (en première analyse au moins).

38Il n’y a pas de mur infranchissable entre ce que fait l’auteur du texte et les implications du système de la langue en tant que celui-ci reflète inévitablement et de manière spécifique divers aspects des conditions de l’énonciation (dont le point de vue fait partie). Pour lever la « naïveté » dont je parlais tout à l’heure, il suffit peut-être de dire que la figure du narrateur textuel/discursif a la figure de l’énonceur de langue pour précurseur. À l’évidence les deux figures ne sont pas identiques, mais il y a quelque chose comme une transitivité (empathique ?) entre la seconde et la première. Il est peu tentant de voir sous toutes les deux des avatars de quelque homo cognitivus. Or cette dernière proposition joue peut-être souterrainement quand sont repris dans diverses études les piliers peut-être un peu sempiternels du point de vue en général (les marques de personne et leur séquence, le temps, le mode, etc.). Ma proposition est donc de considérer les notions empathiques linguistiques (et d’autres notions !) comme des précurseurs de notions utiles à l’analyse du « point de vue » sur le plan textuel / discursif. Sans confusion des plans, et sans fossé infranchissable.

39Mais dès lors il semble nécessaire d’avancer plusieurs propositions.

  • 19  Voir Kuno (1976 et 1987), Kuno et Kaburaki (1977), Delancey (1980, 1985a, 1985b).

40Premièrement, l’idée (qu’on pourrait déduire par exemple des travaux de Kuno ou de Delancey19 sur l’empathie, et qui pourrait se prêter à des généralisations interlinguistiques) qu’il y a par énoncé un seul foyer ou centre d’empathisation (comme si on substituait cette notion à celle, trop fortement battue en brèche, de sujet) paraît contestable. Il peut ainsi y avoir plusieurs lieux de bilan empathique dans un énoncé, par exemple au niveau des unités lexicales, ou même au niveau d’énoncés modalisés — négativement ou autre — et chaque bilan peut faire intervenir la confrontation de plusieurs points de vue ; le fil peut impliquer plusieurs points de vue emboîtés, ou au contraire non emboîtés, une « transitivité empathique » (j’ai cité plus haut un cas de centres ou foyers empathiques « secondaires » possibles) ou à l’inverse une rupture de continuum ; on peut concevoir l’iso-empathie d’un participant individuel et d’un événement ou d’un lieu, par exemple dans le cadre du « bilan », etc.

41Tout au plus a-t-on parfois conscience d’un trop-plein, rendant difficile la compréhension, de points de vue et de centres d’empathisation dans un même énoncé ou dans une brève séquence d’énoncés ; je crois que cela apparaît dans cet extrait du livret du Faust de Gounod (écrit par Jules Barbier et Michel Carré) :

Gloire immortelle de nos aïeux
Sois-nous fidèle, mourons comme eux !
Et sous ton aile, soldats vainqueurs,
Dirige nos pas, enflamme nos cœurs !
Pour toi, mère patrie,
Affrontant le sort,
Tes fils, l’âme aguerrie,
Ont bravé la mort !

42Etc. Il y a trop d’amorces : le référent « énonceurs, membres du chœur » est désigné par nous, nos, -ons, soldats vainqueurs, tes fils ; la 2e personne renvoie à deux abstractions personnifiées différentes ; il y a une autre 3e personne plurielle, « les aïeux » ; la transitivité empathique liée à la possession frappe de trois ou quatre façons incompatibles ; le chiasme empathique du vers 2 reste particulièrement en travers de la gorge… Mais tout texte / discours n’est pas « bon » !

43Deuxièmement, la question du centrement de l’empathie sur ego ou au contraire l’empathisation d’autrui (qu’on pourrait ériger en problématique universelle sur la base de diverses analyses sur les embrayeurs, le repérage, l’appareil formel de l’énonciation benvenistien) apparaît comme autre chose qu’une alternative simple entre deux « foyers » de point de vue. Il y a longtemps qu’on a remarqué le flou de la distinction entre « discours » et « histoire », par exemple. Ou encore entre « fiction » et « non-fiction », K. Hamburger l’ayant elle-même suggéré à propos de la poésie, cette « non-fiction ».

  • 20  Voir Adamson (1994).

44Soit la question tellement étudiée, en relation avec les points de vue dans le texte organisé, du « style / discours indirect libre ». Pour moi, qui suis assez d’accord avec Sylvia Adamson20, je n’y vois pas un auteur-énonceur qui parle ou pense à la place de son personnage parce qu’il en épouse le point de vue et n’a même plus besoin de signaler qu’il le cite (à l’aide d’un verbe « dire »). Il me semble qu’on ne peut réconcilier le SIL avec l’analyse en termes de point de vue qu’en considérant d’abord que le SIL est un écho et non une citation. Indépendamment du SIL, dans Drôle de drame, Bizarre… bizarre… Vous avez dit : bizarre. Comme c’est bizarre ! les deux premiers adjectifs sont des échos, le troisième une citation, le quatrième ni l’un ni l’autre. Le SIL, lui, est un écho de l’énonceur ayant phagocyté complètement le monde d’autrui (non une reprise du dire d’autrui présenté comme allogène, ni même une auto-citation qui supposerait soi-même comme autre). Il faut ici poser la figure d’un énonceur omniscient, au niveau de la linguistique de l’énoncé, et, narratologiquement, la figure d’un auteur omniscient maître absolu de son texte. Dans le SIL si souvent étudié de La Fontaine, Un chat faisait-il quelque bruit, / Le chat prenait l’argent, on voit clairement qu’il n’y a qu’une seule « sphère » concernée : celle à partir de laquelle on peut identifier le chat comme fauteur de bruit, celle aussi qui a phagocyté le monde vécu de l’avare au point de s’en faire, en interne, l’écho en ce qui concerne l’idée que tout bruit nocturne a un rapport nécessaire avec le cambriolage. Concluons entre autres de cette prise de position sur le discours indirect libre qu’il n’y a pas, pour tout texte, en principe et de manière, pour ainsi dire, cognitivement prototypique, une dichotomie de base entre le point de vue d’ego et celui d’un co-énonciateur.

45Troisièmement, le franchissement des limites de l’énoncé par le « point de vue » n’a pas lieu d’être effectué sur la base d’une conception linguistique de l’empathie (ou d’autres domaines énonciatifs) telle que je la propose. Le saut doit être conçu sur le mode d’un A précurseur de B et non d’un B homogène à A. Même ma notion de « fil » est à penser en termes intraphrastiques (en envisageant éventuellement quelque chose comme des structures d’accueil au sein de l’énoncé). C’est pourquoi par exemple une rupture empathique par rapport à du texte antécédent est en principe marquée à l’intérieur du nouvel énoncé (ne serait-ce que par un « coordonnant » du type mais, unité dont je n’ai pas parlé mais qui ressortit certainement à une analyse empathique pour certains des aspects de son fonctionnement). La fameuse notion d’anaphore (je ne parle pas de l’escroquerie générativiste que constituent la prétendue commande transphrastique et la soi-disant anaphor — au reste distincte de l’anaphora) me semble infondable linguistiquement en termes qui transcendent les limites de l’énoncé. En langue, l’anaphore est une variété de démonstrativité ou une variante du marquage de la « déterminitude » (pour éviter de surexploiter le mot détermination), au même titre que la déixis, en l’occurrence renvoi intérieur à l’énoncé à quelque chose qui est présenté dans l’énoncé même comme du discours extérieur à l’énoncé ; ce n’est pas un pont réellement supra-énonciatif et en tant que tel intégrable à la grammaire.

  • 21  Mode d’action, comme on traduit quelquefois.

46Quatrièmement, il faut sans doute prendre son parti de l’idée que certains indices, pertinents au niveau textuel / discursif pour avancer que les points de vue sont concernés, ne sont pas pour autant forcément, au niveau de la linguistique de l’énoncé, des marquages empathiques spécifiques. Il y a déjà été fait allusion : en français, l’imparfait est un cas de ce genre. S’il peut indiquer dans un texte qu’on se situe « à l’intérieur » d’un point de vue qui se continue et / ou continue sans rupture ce qui précède (SIL, discours indirect proprement dit, etc.), c’est en vertu de ses propriétés grammaticales, qui en font une marque d’actualisation spécifique : ni une Aktionsart21, ni un aspect, mais un temps, passé, c’est-à-dire faisant intervenir un repère temporel décalé par rapport au moment de l’énonciation ; ce décalage (qui est exploité autrement, par exemple, dans les subordonnées hypothétiques) a pour effet de sens d’écarter la possibilité d’une reprise en main spéciale par un énonceur cherchant à imposer un nouveau point de vue. Dans l’imparfait « hypocoristique », s’il existe, il n’y a pas continuité transphrastique lorsqu’on dit Il avait faim, le petit chat / bébé. L’absence de parole de la bestiole autorise l’énonceur non seulement à reconstituer comme appartenant au passé l’énoncé virtuel J’ai faim qu’aurait pu proférer la victime, mais à cannibaliser tout l’univers de celle-ci ; et en un seul énoncé encore. Rien de transphrastique non plus dans Je l’ai connu en 1965. C’était un brave type. — Tu en parles comme s’il était mort ! Pour l’imparfait c’était, il y a là un effet de point de vue, qui résulte du fait que le « brave type » en question est exclu du moment de l’énonciation / interlocution dont le repère temporel passé se distingue. Le passé composé ne produit pas les mêmes effets (même s’il évoque un point de vue, sous l’angle du bilan).

3. Quelle théorie de l’énonciation ?

  • 22  Voir Forest (2003).

47La place manque assurément pour répondre à la question portant sur la théorie linguistique de l’énonciation qui convient aux vues sur l’empathie et d’autres domaines de marquages potentiels dont il a été question jusqu’ici. Je me permets de renvoyer à de plus longues discussions dans un récent ouvrage22. Je me concentrerai ici sur un point.

48Étant donné ma conception de l’énonceur (faiseur d’énoncés d’une langue) comme précurseur de l’auteur du texte / discours organisé, non pas différents en nature mais ne faisant pas exactement la même chose (qui serait, dans le pire des cas, une sorte de grande Énonciation élastique et indifférenciée, sur fond de capacité cognitive du « langage »), et surtout ma proposition de subdiviser en de multiples domaines ce qui ressortit à l’énonciation linguistique, il m’apparaît qu’il faut récuser le point de départ de la centralité d’ego. Chacun des domaines énonciatifs recoupe des relations, pour simplifier : entre l’énonceur et lui-même, entre l’énonceur et autrui (comme autre énonceur effectif ou virtuel), entre l’énonceur et l’univers dicible ; dans chaque cas le sujet énonciateur est donc partie prenante, mais pas nécessairement fons et origo, « locuteur premier » ou réassurance de tous les repères. Les marquages susceptibles d’apparaître à cet égard sont bien différentiels, mais par exemple dans le domaine empathique ils s’opèrent en liaison avec l’opposition continuum vs. Contrariété ; toutes les marques de langue ne se différencient pas, ne se séparent pas successivement à partir du tronc « sujet énonciateur et / ou locuteur premier ».

49Or la centration sur ego de la conception de l’énonciation qu’on peut avoir paraît liée à la dichotomie qui pose le plus de problèmes en matière d’énonciation : l’opposition dictum vs. modus.

50Ajoutons que cette dichotomie a d’autres origines, précisément « modales » (pour prendre un exemple entre cent, certaines analyses, par elles-mêmes justes, des « adverbes de phrase », pourraient déboucher là-dessus ; et bien entendu il y a en arrière-plan des siècles de formalisation de type logique, opposant « proposition » ou « contenu propositionnel » et « modalités »).

  • 23  Les autres pôles se définissent par rapport à lui, jusqu’à en prendre dans certaines langues la fo (...)

51Introduite (terminologiquement) par Bally, l’opposition du dictum et du modus hante, sous une forme ou sous une autre, les conceptions de Benveniste, de Culioli, de Searle. Pour moi, ce qui pose problème est qu’il y ait, du fait de cette dichotomie, un secteur des langues qui échappe par principe aux analyses en termes de « retombées » de l’énonciation. Par exemple, il est paradoxal de mettre à l’abri de l’énonciation les « relations prédicatives », alors que le prédicat, outre qu’il est le centre de ces relations consubstantielles à l’énoncé même et qu’il est comme ce centre l’élément nécessaire de tout énoncé (sauf cas d’ellipse, d’énoncé non autonome, etc.), est dans les langues le principal pôle de marquages en liaison avec l’énonciation23. Ou encore, on est gêné d’avoir un dictumbonsaï sous le nom de « locutoire », dans une conception comme celle de P. Attal.

52L’énonceur doit pouvoir, en quelque sorte, être chez lui partout, et ne pas être seulement le maître du modus, alors qu’un dictum sous-traité lui serait livré en kit. Quant à une notion trop étendue de « point de vue », elle est liée aussi virtuellement à une regrettable exclusion du dictum hors de l’idée qu’on se fait de l’énonciation.

53Ma proposition (dont j’espère qu’elle ne reconduit pas subrepticement la dichotomie redoutée) consiste à définir l’énonciation (tenue de toute façon à distance de la parole et des actes individuels de mise en œuvre de la langue) comme ensemble des conditions de possibilité de l’existence des énoncés dans une langue donnée (et pour moi les énoncés sont des unités de langue, ayant certes leur spécificité ; en quoi je m’éloigne encore de Benveniste). Or ces conditions de possibilité se font nécessairement l’écho des conditions de possibilité de l’énonciation (relations entre énonceur, autrui, univers dicible), d’où l’intervention de domaines de marquages qui valent entre autres de par la commutation avec l’absence de marque.

54À partir de là, le linguiste doit avoir deux approches : l’une, s’occupant des grandes relations des signes linguistiques entre eux (incluant naturellement les énoncés comme signes — et types — parmi d’autres, et les marques dites « énonciatives » comme signes parmi d’autres) : disons, pour fixer provisoirement les idées, relations déterminatives, coordinatives, prédicatives, d’autres peut-être. L’autre, s’occupant strictement de la même chose, mais sous l’angle de ce qui forme la « constitutionnalité », en quelque sorte, des signes linguistiques spécifiques — unités de message — que sont les énoncés.

55Donc tout est énonciatif, et tout peut aussi être envisagé en dehors des conditions de possibilité des énoncés en tant que signes spécifiques ; il n’y a pas de dictum et de modus, tout est sur la face unique d’un ruban de Moebius.

56Y a-t-il des traces de cette double approche linguistique dans les langues ? Peut-être : on pourrait bien trouver un exemple de paradoxe langagier, en l’occurrence lié à l’empathie, dans un cas d’auxiliation en français, le cas de l’aspect « prospectif ». Ce qui est paradoxal dans toute auxiliation, c’est qu’une analyse nous conduit à dire qu’il y a l’apparence d’une rection de l’auxilié par l’auxiliaire (dans Il va venir, l’infinitif semble déterminer le verbal va), et qu’une autre analyse nous amène à convenir que le véritable déterminé est le verbe auxilié, et le véritable déterminant une marque d’aspect, un morphème complexe, formule abstraite [apparition d’un auxiliaire aller porteur de marques prédicatives + infinitivation de l’auxilié]. Or on a dit que l’auxiliaire avait ici une portée empathique, donc son apparition joue un rôle de marquage spécifiquement énonciatif. L’apparence paradoxale de ce cas semble refléter la dualité des perspectives linguistiques sur les signes (car l’objet ne préexiste pas à la perspective) : ce n’est pas un hasard, par rapport à ce qu’on peut dire dans une perspective énonciative, si le verbe est infinitivé, si un verbe aller apparaît, si les rections de sens inverse s’établissent. Si on fait abstraction de l’énonciation, on a purement les deux relations déterminatives, tête-bêche, les unités de nature verbale ou infinitivale qui apparaissent, etc. C’est exactement la même chose, mais une perspective fournit une clef pour l’autre, et le paradoxe se présente comme une sorte d’expérience de fentes de Fresnel en linguistique.

57Il est possible que la racine de la dichotomie dictum vs. modus ait quelque chose à voir avec l’idée de référence, dans la mesure où on croit souvent que seul le dictum réfère. On peut donc savoir gré à Alain Rabatel d’introduire dans sa définition énonciative du point de vue une dimension de « référenciation ». Il importe en effet d’admettre, y compris au niveau strictement linguistique des énoncés, que la référence peut exister même si elle ne se définit pas indépendamment des conditions de l’énonciation. Je en est un bon exemple, parmi tant d’autres. Il faut sans doute développer des conceptions de l’énonciation où tout est pour ainsi dire à la fois dictum et modus, où les deux approches que j’ai essayé de cerner sont telles que rien de langagier n’échappe à aucune d’elles. Cette fois c’est en un autre (mais est-ce si sûr ?) sens de « point de vue » qu’on peut dire avec Saussure que « dans la langue, tout est point de vue ».

Haut de page

Bibliographie

Adamson S. 1994, « Subjectivity in narration : empathy and echo », in Yaguello M. (ed.), Subjecthood and subjectivity, 3, Berlin et New York : Mouton de Gruyter, 23-160.

Bally C. 1926, « L’expression des idées de sphère personnelle et de solidarité dans les langues indo-européennes », Festschrift Louis Gauchat, Aarau : Sauerländer, 68-78.

Benveniste E. 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris : Gallimard.

Benveniste E. 1974, Problèmes de linguistique générale II, Paris : Gallimard.

Cuxac C. 2003, « Langue et langage : un apport critique de la langue des signes française », Langue française, 137, 12-31.

Delancey S. 1980, « Parameters of empathy », Journal of linguistic research, 3, 41-49.

Delancey S. 1985a, « The analysis-synthesis cycle in Tibeto-Burman : a case study in motivated change », in Haiman J. (ed.), Iconicity and syntax, Amsterdam et Philadelphie : John Benjamins, 367-389.

Delancey S. 1985b, « On active typology and the nature of agentivity », in Plank F. (ed.), Relational typology, Berlin, New York et Amsterdam : Mouton Publishers, 47-60.

Forest R. 1988, « Sémantisme entéléchique et affinité descriptive : pour une réanalyse des verbes symétriques ou neutres du français », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 83-1, 137-162.

Forest R. 1993, « ‘Aller’ et l’empathie », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 88-1, 1-24.

Forest R. 1999, Empathie et linguistique, Paris : PUF.

Forest R. 2000, « Sur l’accord », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 95-1, 43-60.

Forest R. 2003, Critique de la raison linguistique, Paris : L’Harmattan.

Greimas A.-J. 1980, Dictionnaire de l’ancien français jusqu’au milieu du xive siècle, Paris : Larousse.

Kuno S. 1976, « Subject, theme, and the subject’s empathy », in Li C. (ed.), Subject and topic, New York : Academic Press, 417-444.

Kuno S. 1987, Functional syntax. Anaphora, discourse and empathy, Chicago et Londres : The University of Chicago Press.

Kuno S. et Kaburaki E. 1977, « Empathy and syntax », Linguistic Inquiry, 8-4, 627-672.

Kuroda S.-Y. 1971, « Where epistemology, style, and grammar meet. A case study from Japanese », in Anderson S. et Kiparsky P. (ed.), A Festschrift for Morris Halle, New York : Holt, Rinehard & Winston, 377-391.

Rabatel A. 1997, Une histoire du point de vue, Paris : Klincksieck.

Rabatel A. 1998, La construction textuelle du point de vue, Lausanne : Delachaux et Niestlé.

Zribi-Hertz A. 1992, « Grammaire et empathie : à propos du pronom français celui-ci », in Tasmowski L. et Zribi-Hertz A. (ed.), Hommages à Nicolas Ruwet, Gand : Communication & Cognition, 568-582.

Haut de page

Notes

1  Ennéades, V, 8.

2  Empathie.

3  Voir notamment Rabatel (1997 et 1998).

4  Cuxac (2003).

5  Voir Forest (1999 et 2003). Le fait que soit présentée ici une élaboration théorique dont je suis responsable m’amène à employer souvent la première personne du singulier ; je prie les lecteurs de m’en excuser.

6  C’est-à-dire une marque démarcatrice du rhème de l’énoncé négatif.

7  Ce terme est repris à Claude Hagège.

8  Forest (1999).

9  Ces étiquettes sont attribuées par les linguistes à des verbes signifiant à peu près, respectivement : « faire une action qui s’applique à, qui concerne… », « faire pour », « faire au détriment de », « aller faire », « venir faire ».

10  Voir Forest (1988).

11  Voir Forest (1993), passim.

12  Perte d’un certain nombre de composants du sens (G. Guillaume).

13  Zribi-Hertz (1992), passim.

14  Greimas (1980).

15  Je renvoie ici à Forest (2000), passim.

16  Sans parler du fait, signalé par un lecteur anonyme que je remercie, que l’« accord du participe avec l’objet » est une règle « passablement artificielle » d’après Grevisse.

17  Romans de formation ou d’éducation.

18  Voir Kuroda (1971).

19  Voir Kuno (1976 et 1987), Kuno et Kaburaki (1977), Delancey (1980, 1985a, 1985b).

20  Voir Adamson (1994).

21  Mode d’action, comme on traduit quelquefois.

22  Voir Forest (2003).

23  Les autres pôles se définissent par rapport à lui, jusqu’à en prendre dans certaines langues la forme : en français, dans le cas des foyers assomptifs régissants tels que Peut-être / Heureusement / Tu parles / Mon œil / Plus souvent / Un peu qu’il vient nous donner un coup de main.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Forest, R. (2003) Empathie linguistique et point de vue. Cahiers de praxématique 41. Montpellier : Pulm. 85-104

Référence électronique

Robert Forest, « Empathie linguistique et point de vue »Cahiers de praxématique [En ligne], 41 | 2003, document 3, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2650

Haut de page

Auteur

Robert Forest

42, rue de la Py, 75020 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search