Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Point de vue et évidentialité

4

Point de vue et évidentialité1

Point of view and evidentiality
Patrick Dendale et Danielle Coltier
p. 105-130

Résumés

Dans cet article nous examinons les liens entre les notions de point de vue linguistique et littéraire et celle d’évidentialité. Après une présentation succincte des deux notions, nous comparons le marquage évidentiel avec le marquage du point de vue (ou la perception et la pensée représentées) pour constater qu’il s’agit de marquages de natures fondamentalement différentes, même s’ils peuvent exprimer tous les deux la même source du savoir. Nous examinons ensuite la question de savoir s’il y a un bénéfice à utiliser la notion (linguistique) de point de vue pour la description des marqueurs évidentiels, examen qui aboutit à une réponse (provisoirement) négative. Enfin, nous constatons que le marquage évidentiel peut apparaître à l’intérieur du point de vue (littéraire), mais ne saurait être considéré lui-même comme une marque d’identification du point de vue, à ajouter à la liste de celles qu’énumère Rabatel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous remercions nos deux lecteurs anonymes de leurs remarques pertinentes, qui nous ont permis de (...)
  • 2  Cette mise en rapport complète celle que plusieurs auteurs ont déjà faite entre point de vue et di (...)

1Dans cet article nous voudrions examiner les liens possibles entre la notion d’évidentialité et la notion de point de vue2. Nous présenterons d’abord brièvement la notion d’évidentialité, qui n’a été introduite en linguistique française qu’assez récemment. Puis nous nous interrogerons sur les différents emplois, en linguistique et en littérature, de la notion de point de vue.

1. La notion d’évidentialité

2Le mot évidentialité, qui n’a pas directement à voir, ni par son sens ni par sa forme, avec les mots français évident ou évidence, est un calque du mot anglais evidentiality. Ce dernier a été dérivé morphologiquement, par étapes (evidence > evidential > evidentiality), du substantif anglais evidence, qui, dans son sens ordinaire, signifie : « toute constatation, tout témoignage, toute espèce de preuve ou d’indice permettant de se former une opinion [sur quelque chose] » (Lazard 2000 : 209). Le mot évidentialité a été utilisé pour la première fois en français en 1988 dans un compte-rendu par V et du premier recueil d’études sur l’evidentiality édité par Chafe & Nichols (1986). En linguistique francophone, certains auteurs (par exemple Guentchéva) préfèrent parler de médiatif ou de médiation pour référer au phénomène que nous désignerons tout au long de cet article comme l’évidentialité.

3Le terme d’évidentialité, tel que nous l’utiliserons ici, tout comme son équivalent anglais evidentiality, désigne le phénomène linguistique qui consiste à indiquer par des moyens langagiers comment le locuteur sait ce qu’il dit (cf. « how one has knowledge of what one is saying », Hardman 1986 : 115), comment il a eu accès à l’information qu’il transmet dans son énoncé. Les marqueurs d’évidentialité, appelés aussi évidentiels, signalent donc de quel type ou de quelle nature est la source de l’information qui est transmise par le locuteur dans son énoncé ; ils signalent la nature de la source du savoir (cf. Dendale & Tasmowski 1994).

4Pour illustrer le phénomène, reprenons l’exemple le plus célèbre de système de marqueurs évidentiels, celui du tuyuca, décrit par Barnes (1984, cité ici d’après Palmer 1986). En tuyuca, quand un locuteur veut dire quelque chose, par exemple que quelqu’un a joué au football, il est contraint de choisir entre quatre morphèmes verbaux qui indiquent comment il sait ce qu’il dit : ou bien il l’a vu de ses propres yeux, ou bien il s’est basé sur des bruits perçus, ou bien il l’a inféré à partir de certains indices, ou bien quelqu’un d’autre le lui a dit :

(1) díiga apé-wi
(Je l’ai vu jouer au football)

díiga apé-ti
(Je l’ai entendu mais pas vu jouer au football)

díiga apé-yi
(J’ai des indications qui montrent qu’il a joué au football — les empreintes typiques de ses chaussures sur le terrain de foot — mais je ne l’ai pas vu jouer)

díiga apé-yig
(J’ai appris par quelqu’un d’autre qu’il a joué au football) (d’après Palmer 1986 : 67)

5Les morphèmes wi, ti, yi et yigi dans cet exemple sont des marqueurs évidentiels.

6Dans la littérature sur l’évidentialité on distingue généralement trois grandes classes de sources du savoir (cf. Willett 1988) :

  • l’accès à une information par la perception directe de la réalité (généralement visuelle ou auditive) ;

  • l’accès à une information par l’inférence d’un fait à partir d’indices visuels et / ou de principes généraux ;

  • l’accès à l’information par la reprise de celle-ci à autrui.

7Illustrons l’expression de ces principales classes de sources par quelques marqueurs français. Si quelqu’un vous demande :

(2) Savez-vous où est M. Pigard ?

8vous pouvez lui répondre par :

(3) a. Il doit être à la bibliothèque.
Il est à la bibliothèque je l’ai vu de mes yeux vu.
Il est à la bibliothèque, paraît-il.
Il est à la bibliothèque.

9Dans les trois premiers énoncés, l’interlocuteur donne l’information demandée sur M. Pigard tout en précisant dans chaque cas comment il sait ce qu’il dit : il donne, en même temps que l’information proprement dite, la source de cette information. Ce sont les formes doit, je l’ai vu de mes yeux vu et paraît-il qui expriment cette « source du savoir ». On peut considérer ces formes comme des marqueurs d’évidentialité appartenant aux trois principales classes de marqueurs évidentiels.

  • 3  On nous a fait remarquer qu’avec un accent d’insistance mis sur est, (3d) pourrait donner une info (...)

10Devoir, dit épistémique, dans (3a) signale que le locuteur a conclu à la présence de M. Pigard à partir d’indices (comme la présence de son manteau au vestiaire), mais sans avoir constaté la présence de M. Pigard. Je l’ai vu de mes yeux vu dans (3b) signale évidemment que le locuteur a vu M. Pigard à la bibliothèque. La locution verbale paraît-il dans (3c) signale qu’il tient cette information de quelqu’un d’autre. Dans (3d) enfin, il n’y a pas de marqueur spécifique qui indique la source du savoir du locuteur. Nous dirons que (3d) est évidentiellement non marqué ou sous-déterminé : le locuteur apporte un savoir sans en expliciter la source. Si une telle phrase est souvent interprétée par défaut comme résultant d’une perception directe par le locuteur, cela ne l’est que par implicature et / ou sous l’effet de contours intonatifs particuliers3. Comme toutes les implicatures, cette interprétation est annulable, ce que montrent les ajouts en italiques dans (4b) et (4c) :

(4) a. Il est à la bibliothèque (= je l’y ai vu).
Il est à la bibliothèque, on vient de me le dire.
Il est à la bibliothèque. J’y ai vu son ordinateur portable allumé.

  • 4  Pour un aperçu des nombreuses autres dénominations de ce type de conditionnel, voir Dendale (1999  (...)

11En français, le marquage évidentiel, il est vrai, n’est pas grammaticalisé comme en tuyuca par un système morphologique élaboré. L’évidentialité en français s’exprime souvent lexicalement, par exemple par des adverbes ou des verbes pleins. Parmi les marqueurs évidentiels « grammaticaux » du français citons toutefois le « semiauxiliaire » devoir dans son acception dite « épistémique » et le conditionnel dit « de citation4 » ; nous y reviendrons sous § 3. 2.

2. Différentes vues sur la notion de point de vue

12La notion de point de vue est un « ensemble aux contours peu assurés », écrit Rabatel (1997 : 9), une notion « floue », comme le remarque Norén (2000 : 33). Pour pouvoir décrire les liens entre la notion d’évidentialité et celle de point de vue, il est important d’essayer de voir un peu plus clair dans les emplois de la seconde. C’est ce que nous voudrions faire dans ce paragraphe.

  • 5  Cette convention de notation en majuscules et minuscules respecte les notations de, respectivement (...)

13Il est commode de distinguer, comme le font par exemple Norén (2000) ou Rabatel (ce volume), entre deux emplois au moins de la notion de point de vue : l’emploi en narratologie (désormais PDV), illustré entre autres par le travail de Lintvelt 1981, et l’emploi en linguistique énonciative (désormais pdv5), illustré entre autres par le travail de Ducrot. Nous commencerons par l’emploi de la notion de pdv en linguistique, plus précisément dans la théorie de la polyphonie.

2. 1. Le pdv dans la théorie de la polyphonie

14Pour Ducrot, fondateur de la théorie de la polyphonie en linguistique, il y a polyphonie (énonciative) dès que dans un seul et même énoncé on retrouve la trace linguistique de plus d’un locuteur ou de plus d’un énonciateur. Dans son exposé de la théorie polyphonique de 1984, ces énonciateurs expriment des attitudes, des positions ou des points de vue :

[si les énonciateurs] « parlent » c’est seulement en ce sens que l’énonciation est vue comme exprimant leur point de vue, leur position, leur attitude (1984 : 204, nos italiques).

  • 6  Dans Ducrot (2001) l’auteur ne parle plus que de point de vue, réservant la notion d’attitude pour (...)

15La notion de point de vue est associée dans ce passage à celles de position et d’attitude. Les trois termes ne sont à aucun moment explicitement définis par l’auteur, ni comparés entre eux6, et semblent synonymes. C’est ainsi que dans son analyse de la négation polémique, illustrée dans (5) :

(5) Pierre n’est pas gentil

  • 7  Cela explique aussi pourquoi le terme de prise en charge est le plus souvent doublé de ceux de pos (...)

16Ducrot désigne les deux contenus présents dans cette phrase polyphonique (à savoir « Pierre n’est pas gentil » et « Pierre est gentil ») comme deux attitudes ou points de vue. Il utilise ces deux termes pour désigner des unités linguistiques qui, dans d’autres cadres théoriques, vériconditionnels par exemple, seraient appelées simplement propositions. Ceci s’explique évidemment par la conception anti-descriptiviste du rapport entre langue et réalité que défend ce linguiste et sa conception argumentative de la langue. Pour Ducrot, en effet, ce que les énoncés disent à propos des situations « n’est pas de l’ordre de la description. Ce qu’on appelle idée, dictum, contenu propositionnel, écrit-il, n’est constitué par rien d’autre […] que par une ou plusieurs prises de positions7 » (Ducrot 1993 : 128).

  • 8  Remarquons toutefois que le langage ordinaire admet difficilement qu’on dise : *Mon point de vue e (...)

17Tout contenu d’énoncé est donc nécessairement un pdv8, qu’il soit évaluatif (cf. (5) ci-dessus), interprétatif (cf. (6) ), ou, à première vue, purement descriptif, ou « objectif » (cf. (7), (8), (9) ) :

(6) a. Ce mur n’est pas blanc
b. Ce mur est blanc (Nølke 1993 : 219)

(7) Il est parti à un moment donné X
(Kronning 1996 : 47)

(8) Pierre a cessé de fumer (Ducrot 1984 : 231)

(9) a. Le chat est sur le paillasson
b. La commode est contre le mur

18On comprend dès lors pourquoi c’est le terme de point de vue qui est utilisé par Ducrot pour qualifier les différentes « voix » qui se font entendre dans l’énoncé polyphonique et non pas, par exemple, celui de proposition.

19Mais si la notion de pdv chez Ducrot partage avec l’emploi qui en est communément fait, le sens de prise de position, le pdv n’est pas un jugement plus ou moins étayé logiquement et revendiqué comme tel par un être parlant. Le pdv est assignable à un énonciateur, i.e. à un être de discours.

20Les points de vue qui, d’après le sens de l’énoncé, sont exprimés à travers l’énonciation ne doivent pas être analysés par le linguiste (contrairement à ce que fait Bally […]) comme des structures binaires comportant un élément subjectif (le modus) appliqué à un élément objectif (le dictum). Il ne s’agit pas d’adopter une attitude vis-à-vis d’un contenu. S’il en était ainsi, en effet, les attitudes devraient nécessairement être celles de personnes […] (Ducrot 1989 : 190-191).

21Or, précise Ducrot, il ne s’agit pas de « réactions » à propos de faits mais de « façons de voir les faits ».

  • 9  Cf. Korzen & Nølke : « [pdv] symbolise le point de vue (au sens technique de la théorie polyphoniq (...)
  • 10  « L’idée que tout [point de vue] est constitué d’un modus et d’un dictum va sans doute à l’encontr (...)

22Mais avec le temps, ce terme a acquis, dans le métalangage spécialisé de la théorie de la polyphonie, le titre de terme technique9 et certains auteurs ont commencé à ignorer le statut épistémologique particulier qu’il avait chez Ducrot. Le résultat a été que chez certains auteurs l’emploi de la notion de pdv dévie parfois sur des points importants, de celui qu’en fait Ducrot depuis 1984. Ainsi, quand Kronning propose d’articuler tout pdv en un modus et un dictum (1996 : 44), admettant ainsi « la possibilité d’une composante référentielle présente dans le dictum » (Norén 2000 : 36), il va en sens inverse de Ducrot, ce qu’il revendique d’ailleurs comme tel10.

  • 11  Proposition prise ici comme dans la logique des propositions.

23Du moment où on conçoit les pdv comme des unités qui articulent un modus et un dictum, comme chez Kronning, on assimile ces unités à celles que Bally, qui était le premier à les articuler ainsi, appelait simplement phrases (19654 : 36). On est alors tout près d’utiliser le terme de pdv comme parasynonyme ou équivalent de celui de phrase, voire de proposition11. C’est ce que font, selon Donaire (1998 : 214), Korzen & Nølke, pour qui le pdv « semble être constitué par une proposition », ou même Donaire, qui utilise dans son article alternativement le terme de point de vue et le symbole p pour désigner les deux voix dans une construction polyphonique.

24Ce qu’on observe donc, c’est qu’avec le temps le terme de point de vue a vu chez certains son sens se vider du trait « prise de position » ou « attitude », qu’il a pleinement chez Ducrot. L’avantage de cette évolution est qu’on peut de nouveau distinguer plus facilement entre les énoncés qui contiennent un marqueur explicite de point de vue (Pour moi, Vu d’ici, Strictement parlant…), comme (10) à (13), et qui mériteraient pleinement selon le sens commun, d’être appelées points de vue, et les énoncés dépourvus de ces marqueurs explicites et qui sont moins clairement des points de vue, en tout cas en dehors de la conception anti-descriptiviste sur le langage :

(10) Pour moi, l’armoire est contre le mur.

(11) Pour Paul, l’armoire est contre le mur

(12) Vu d’ici, l’armoire est contre le mur.

(13) Strictement parlant, l’armoire n’est pas contre le mur.

25Le terme de pdv, utilisé en linguistique, dépourvu de son trait « prise de position », s’éloigne également, semble-t-il, de l’emploi qui en est fait en narratologie notamment par Rabatel. C’est ce que nous allons essayer de montrer maintenant.

2. 2. Le PDV en narratologie

  • 12  Il nous semble qu’il y a au moins une différence fondamentale entre le terme de point de vue et ce (...)

26Le terme de PDV, quand il est utilisé en narratologie pour caractériser des passages du texte littéraire signifie « perspective narrative » (Rabatel 1997 : 287) et fonctionne comme « parasynonyme » — en tout cas chez Rabatel (1997 : 277) — du terme de focalisation narrative, introduit par Genette et ceux qui se réclament de son cadre théorique et de sa terminologie12.

27Pour Rabatel un PDV est une perception représentée (1998 : 54) « qui associe toujours plus ou moins procès perceptifs et procès mentaux » (1998 : 23), donc une perception et / ou une pensée représentées. Critiquant la classification tripartite de Genette et de ses successeurs en focalisation interne, focalisation externe et focalisation zéro, Rabatel en arrive à la conclusion qu’il n’y a, à un premier niveau, que deux grands types de PDV (ou de perceptions représentées) dans le texte de fiction : le PDV du narrateur (correspondant à une focalisation par le narrateur) et le PDV d’un personnage (correspondant à une focalisation par le personnage), c’est que, selon lui, « seuls deux sujets sont à l’origine des perspectives narratives, le narrateur […] et le personnage » (Rabatel 1997 : 287). Cette première distinction dans les PDV se complète par trois autres distinctions : vision interne versus externe du focalisé, volume et profondeur limités versus étendus du savoir, expression subjectivante versus objectivante du savoir (voir les schémas dans Rabatel 1997 : 289-290).

  • 13  L’emploi de ce terme chez Rabatel (1997) n’est pas tout à fait stable. Si à la page 278 le foyer e (...)

28Rabatel montre par ailleurs que l’approche traditionnelle de la focalisation ou du PDV consiste à rechercher dans le texte l’instance focalisante — appelée « sujet du PDV » (Rabatel 1997 : 14) ou « focalisateur » — à partir de questions comme « Qui voit ? » et / ou « Qui sait ? », le focalisateur étant l’instance qui perçoit à partir d’une position appelée foyer13 (1997 : 286). Il critique cette approche pour la façon trop métaphorique dont le notion de foyer est parfois utilisée (1997 : 278-279) et propose de la remplacer par une approche plus linguistique, qui s’appliquerait à « rechercher des traces linguistiques d’un PDV » (1997 : 287). C’est le principal objectif, notamment, de son livre de 1998. Parmi ces traces, il y a celles qui apparaissent « dans la caractérisation du sujet à l’origine des perceptions » et celles qui apparaissent dans la « référenciation de ce qui est repéré » (1997 : 387). Il cite les quatre caractéristiques suivantes (1998 : 54) :

  • a) processus d’« aspectualisation », dans lequel le focalisateur détaille et / ou commente divers aspects de l’objet perçu

  • b) opposition entre premiers et deuxièmes plans du texte, les deuxièmes plans « construisant le site du PDV »

  • c) présence de l’imparfait ou autres formes verbales à aspect sécant

  • d) présence d’anaphores associatives qui relient la perception représentée à la perception prédiquée

29Nous reviendrons plus loin sur le statut de ces marques linguistiques du PDV.

2. 3. Deux points de vue à statut différent

  • 14  Marnette les résume ainsi : « Le terme “point de vue” est utilisé par Ducrot dans le sens d’“opini (...)

30Il y a plusieurs différences entre la notion de point de vue telle qu’elle est utilisée en linguistique polyphonique et telle qu’elle est utilisée en narratologie14.

31Une première différence importante concerne le statut épistémologique de cette notion dans ces deux disciplines. Dans les études littéraires, la notion de PDV apparaît comme un véritable objet de description, alors que dans les études linguistiques polyphoniques c’est plutôt un outil de description et non un objet d’étude proprement dit. Ainsi en littérature on peut dire qu’on étudie le PDV, en entendant par là le type de focalisation dans tel ou tel passage. En linguistique polyphonique on peut difficilement dire qu’on étudie le pdv dans tel ou tel énoncé ; on pose son existence et on l’utilise dans le but de démontrer le caractère polyphonique de l’énoncé. Essayons de clarifier ce point.

32Quand on étudie le PDV ou la focalisation en littérature, que ce soit avec une visée linguistique (comme Rabatel) ou non, on s’intéresse en fait aux mécanismes de genèse des différents PDV qui se suivent dans le texte. On essaie de déterminer quels éléments linguistiques signalent de qui est le PDV (ou le savoir) exprimé — du narrateur ou d’un des personnages ? — et de quel type de vision ou de savoir il s’agit chaque fois — interne ou externe, limité ou étendu, objectivant ou subjectivant ?

33La linguistique polyphonique (version Ducrot) ne se donne pas pour objectif principal de déterminer si un segment langagier déterminé est un pdv ou non, ni de déterminer de qui c’est le pdv et / ou en vertu de quoi c’en est un. On y part au contraire, on l’a vu plus haut, du principe méthodologique ou épistémologique de fond, d’arrièreplan, que tout contenu sémantique, du moment qu’il est énoncé, est ipso facto un pdv, a ipso facto ce statut épistémologique, car il est, pour ainsi dire par définition, l’expression d’une prise de position. On n’a pas besoin alors de chercher des marques linguistiques qui fixent le caractère de pdv d’une unité. L’attribution du statut de pdv à un contenu sémantique est le point de départ de l’analyse (cf. la conception de Ducrot sur le rapport entre la langue et la réalité), plutôt que son point d’aboutissement, son résultat, comme cela semble être le cas dans les études littéraires sur le PDV. On ne consacre donc pas, comme en littérature, une analyse propre à la question de savoir si oui ou non un segment est un pdv.

  • 15  Ils ont été réintroduits après coup (Nølke 2001 : 45 note 3).

34Donnons un exemple. Dans l’analyse polyphonique de la négation polémique, on postulera que les deux contenus sémantiques véhiculés par la phrase constituent deux pdv. On en précisera le contenu, mais on ne s’occupera pas de chercher les marques linguistiques (y en a-t-il d’ailleurs ?) qui permettent de déterminer pourquoi ces deux contenus constituent des pdv et on ne cherchera pas non plus nécessairement à trouver quels sont les sujets des pdv. En effet, au niveau de la langue, les énonciateurs ne sont le plus souvent pas identifiés. Ils ne s’appellent pas narrateur ou personnage et sont désignés par des symboles, E1 et E2. Ce n’est qu’au niveau du discours que ces symboles ou paramètres énonciatifs sont éventuellement identifiés (cf. Ducrot 2001). Notons encore que dans la version scandinave de la théorie de la polyphonie, la ScaPoLine (cf. Nølke 2000), les énonciateurs ont même complètement disparu un moment15 du cadre théorique (cf. Ducrot 2001 : 19) : on n’y parlait plus que de pdv, sans que ceux-ci soient portés par des énonciateurs. Ces derniers étaient jugés théoriquement inutiles.

  • 16  Même pour la ScaPoLine, qui se veut également une théorie polyphonique du texte, le point de dépar (...)

35Une deuxième différence concerne le statut méthodologique de la notion dans les deux disciplines. En analyse littéraire, la notion de PDV concerne des unités textuelles, qui peuvent s’étendre loin au-delà des frontières de la phrase, alors que le pdv en linguistique se situe au niveau de l’énoncé16.

3. Mise en rapport des notions de point de vue et d’évidentialité

36Dans ce qui suit nous allons étudier le rapport entre la notion d’évidentialité et celle de point de vue. Ce rapport sera étudié sous trois angles.

37Nous étudierons d’abord les différences et les ressemblances entre le marquage de l’évidentialité et le marquage du PDV (textuel). Ensuite nous examinerons dans quelle mesure la notion (linguistique) de pdv peut contribuer à l’étude des marqueurs d’évidentialité. Enfin nous examinerons si l’étude du marquage évidentiel peut contribuer à la description de la construction textuelle du PDV.

38Nous ne pourrons traiter de ces trois aspects de façon approfondie. Nous cherchons plutôt à déblayer le terrain et à indiquer des pistes de réflexion ultérieure dans un domaine de recherche — la mise en rapport des phénomènes de marquage d’évidentialité et de marquage du point de vue — qui, à notre connaissance, n’a pas encore été exploré.

3. 1. Différences entre marquage évidentiel et marquage du PDV

  • 17  Nous ferons abstraction ici de la perception racontée, étudiée par Rabatel dans des articles posté (...)

39Le marquage évidentiel et le marquage du PDV (dans le texte) ont, au moins, un point en commun, qui justifie leur comparaison, à savoir que la source de l’information peut, dans les deux cas, être la perception. En effet, on a vu plus haut que parmi les différents types de marquage évidentiel que l’on distingue dans la littérature spécialisée, il y a le marquage de la perception directe, par le locuteur, des événements dont il est question. Or, le marquage du PDV, tel que le conçoit Genette, mais aussi Rabatel, est un marquage de la perception représentée (par le personnage ou par le narrateur17).

40Il y a toutefois plusieurs différences fondamentales entre le marquage évidentiel et le marquage du PDV dans la manière dont l’origine ou le caractère perceptuel de l’information sont indiqués.

41Première différence : le marquage évidentiel de type perceptuel

  • 18  À moins bien sûr qu’il apparaisse à l’intérieur d’un discours direct.
  • 19  Rabatel dans ses livres n’étudie que les textes à la troisième personne. Cela exclut évidemment de (...)

42indique toujours que c’est une perception effectuée par le locuteur (cf. l’exemple du tuyuca sous (118)). Ceci n’est pas nécessairement le cas du marquage du PDV en littérature. Pour Rabatel19, comme d’ailleurs pour Genette, c’est soit un personnage soit le narrateur qui est l’origine de la perception.

43Deuxième différence : la perception représentée ou PDV est généralement annoncée par une proposition autre que celle qui contient la perception représentée. C’est ce que montre le schéma de la structure du PDV, proposé par Rabatel (1998 : 55) :

X (Verbe de perception et / ou de procès mental) P

44Ainsi dans l’exemple (14),

(14) Pierre regarda le moteur. Les soupapes fonctionnaient et la courroie tournait sans bruit (Rabatel 1998 : 52)

  • 20  Il est vrai que certains marqueurs évidentiels peuvent avoir une portée qui s’étend au-delà de la (...)

45le PDV (ou perception représentée) de Pierre (ici en italiques) est annoncé par le verbe de perception regarda de la première phrase. Le PDV peut donc apparaître dans une phrase autonome, c’est-à-dire une phrase qui ne contient pas le marqueur le plus évident de perception, à savoir le verbe de perception. C’est ce qui se passe aussi souvent avec le discours indirect libre. Cette séparation en deux phrases, qui traduit la distinction que fait Rabatel entre premier plan (ici, première phrase) et second plan (autres phrases) est justement ce qui caractérise, selon l’auteur, le PDV. Le marquage évidentiel, on l’a vu avec les exemples sous (1) et (3), apparaît, prototypiquement, dans la phrase même qui contient le contenu dont on signale l’origine perceptuelle20 et constitue une sorte de commentaire sur le contenu sémantique de la phrase dans laquelle il apparaît.

  • 21  Même la présence d’un verbe de perception n’est pas une condition suffisante pour avoir un PDV, un (...)

46Troisième différence : le marquage évidentiel, qu’il soit de type perceptuel ou autre, se fait généralement par des marqueurs spécialisés, qui ont pour sens lexical propre l’indication de la source du savoir. Il en est autrement du marquage du PDV en littérature, en tout cas tel que le décrit Rabatel. Celui-ci n’a pas de marqueurs propres21. Il résulte du concours de plusieurs indices textuels, dont Rabatel a fait l’inventaire (cf. surtout 1998 : 54). L’identification de l’origine perceptuelle du contenu d’une phrase relève donc toujours d’une interprétation globale, nécessitant des inférences interprétatives (1998 : 58).

47Quatrième différence : dans la conception du PDV de Rabatel, perception et savoir sont fortement liés, et ceci à deux égards. Premièrement, « toute perception porte en elle, potentiellement, un aspect interprétatif tel que perception et savoir sont étroitement imbriqués » (1998 : 19). C’est ce que montre par exemple l’emploi du verbe voir, qui aura un composant cognitif plus ou moins fort selon les contextes (Cp. Je vois qu’il a mal compris versus Je vois qu’il est là). Deuxièmement, dans les passages textuels qui sont identifiés comme PDV, les représentations de perceptions alternent souvent avec des représentations de pensées : « Le PDV consiste le plus souvent en l’expression conjointe de perceptions et de pensées représentées », écrit Rabatel (1998 : 22), ce qu’est censé montrer le passage suivant du Parfum de Süskind, qu’il cite (1998 : 29) :

 (15) Là il s’arrêta, reprit ses esprits et flaira. Il l’avait. Il le tenait. Comme un ruban, le parfum s’étirait le long de la rue de Seine, net et impossible à confondre, mais toujours aussi délicat et aussi subtil. Grenouille sentit son cœur cogner dans sa poitrine et il sut que ce n’était pas l’effort d’avoir couru, mais l’excitation et le désarroi que lui causait la présence de ce parfum. […]. Ce parfum avait de la fraîcheur ; mais pas la fraîcheur des limettes ou des oranges, pas la fraîcheur de la myrrhe ou de la feuille de cannelle ou de la menthe crépue ou des bouleaux ou du camphre ou des aiguilles de pins, ni celle d’une pluie de mai, d’un vent de gel, ou d’une eau de source… et il avait en même temps de la chaleur ; mais pas comme la bergamote, le cyprès ou le musc, […]

  • 22  C’est aussi pourquoi nous serions tentés de considérer savoir et croire plus comme des marqueurs d (...)

48Cette situation est due évidemment au fait que plus le PDV est développé, plus il y a de chances qu’il n’exprime pas que des perceptions du début à la fin. Pour ce qui est du marquage évidentiel, puisque c’est un marquage qui se situe au niveau de la phrase, il n’est pas sujet, lui, à cette deuxième forme d’imbrication entre savoir et percevoir : en principe, chaque phrase séparée pourrait avoir son propre marquage évidentiel. Et quant à la première forme d’intrication entre savoir et percevoir, il faut souligner qu’évidentialité ne signifie pas « marquage d’un savoir », mais « marquage de la source d’un savoir ». Dans l’étude du marquage évidentiel il y a donc une différence de statut entre d’un côté savoir et de l’autre, percevoir, inférer et reprendre à autrui : les trois derniers étant des sources du premier22.

  • 23  Rabatel lui-même a mis en évidence les parallélismes entre la perception représentée et le discour (...)
  • 24  Voir, pour l’emploi du terme de discours représenté ou de représentation du discours autre, Authie (...)

49Cinquième différence : la perception, dans le marquage du PDV, est une perception représentée, qui a un statut quelque peu comparable23 à celui du discours dit représenté24 ou rapporté. Or, il a été montré (cf. Guentchéva ms. ou Kronning 2002 : 270, parmi d’autres) que les constructions de discours rapporté, bien qu’elles servent à indiquer qu’une information vient de quelqu’un d’autre, ne relèvent pas de la même catégorie que le marquage évidentiel de reprise à autrui. Il doit en être de même pour la perception représentée par rapport au marquage évidentiel du type « perception directe par le locuteur ».

  • 25  Pour des précisions sur la notion de monstration voir Ducrot (1984 : 151) ou Kronning (1996 : 40-4 (...)
  • 26  Deux éléments qui peuvent apparaître dans une seule phrase complexe ou dans deux phrases indépenda (...)

50Le marquage évidentiel « prototypique » se fait par des morphèmes verbaux, ou en tout cas par des marqueurs hautement grammaticalisés, si fortement intégrés au contenu propositionnel qu’ils ne font jamais eux-mêmes l’objet de l’assertion ; ils sont montrés25 et constituent un commentaire sur l’énonciation. Dans le discours rapporté (exemple (16) ) et dans la perception représentée (exemple (17) ), le segment présentateur et le segment présenté26, du fait qu’ils ont en principe une forme propositionnelle, sont tous les deux assertés et non montrés :

(16) Paul a affirmé qu’Anne n’était pas rentrée

(17) Pierre regarda sur sa gauche. L’ombre s’approchait dangereusement et ses mouvements furtifs étaient inquiétants. (Rabatel 1998 : 31)

51Cette différence de nature entre discours rapporté et évidentialité se reflète chez Authier-Revuz (1992, 1993) dans l’opposition qu’elle fait entre représentation d’un discours autre et modalisation d’un discours par un discours autre, catégorie dans laquelle elle range notamment les formes en selon X et le conditionnel épistémique, dont le premier peut être considéré comme un marqueur évidentiel, le deuxième comme participant à la construction d’un tel marqueur.

52Une conséquence directe de cette différence de nature est que le discours rapporté et la perception / pensée représentées peuvent contenir des marqueurs évidentiels, aussi bien dans le segment présentateur que dans le segment présenté, puisqu’ils prennent tous les deux une forme propositionnelle :

(18) Paul aurait déclaré que Anne n’avait pas rentrer de la nuit car sa voiture n’était pas devant la maison.

3. 2. L’étude du pdv au service de l’étude des marqueurs évidentiels

53Dans cette partie nous voudrions examiner comment la notion de pdv (linguistique) est utilisée pour décrire deux marqueurs évidentiels, de types différents. Nous examinerons de façon succincte quelques analyses qui ont été proposées, dans un cadre polyphonique, du conditionnel épistémique et de devoir épistémique, deux marqueurs dont nous avons montré plus haut qu’il s’agit de marqueurs évidentiels.

3. 2. 1. a) Devoir épistémique

54Commençons par l’étude du verbe modal devoir dans son emploi épistémique, illustré par l’exemple (19), emprunté à Kronning (1996 : 53) :

(19) A. — Quand papa a-t-il connu maman ?
B. — Il a la connaître au début de 23.

  • 27  Contrairement à pouvoir épistémique, qui admet plusieurs conclusions concurrentes. Comparez à ce s (...)

55Cet emploi épistémique du verbe devoir a été décrit dans Dendale (1991, 1994) comme un marqueur d’évidentialité, de type inférentiel. Il a été montré, d’abord, que le sens de devoir épistémique consiste à exprimer une inférence — elle peut être de divers types — qui conduit à une conclusion unique que retient le locuteur au moment de l’énonciation27. Il a été montré, ensuite, que la signification de probabilité, souvent associée à cet emploi de devoir, est une conséquence de son caractère inférentiel, des prémisses sur lesquelles se base l’inférence et des arguments qui ont poussé le locuteur à retenir cette conclusion au lieu de toutes les autres conclusions possibles.

  • 28  Pour Kronning tout énoncé est polyphonique (1996 : 43).

56Dans un cadre de description polyphonique l’énoncé (19) B est analysé par Kronning, comme composé de deux parties : un substrat (Papa a connu maman à un moment donné) et un foyer (ce moment était au début de 23), chacune de ces parties constituant pour l’auteur un pdv28. Devoir dans (19) B porterait uniquement sur le foyer et non pas sur le substrat : il exprime la probabilité, non pas que papa a connu maman (cela relève de la présupposition et donc de la vérité), mais que cela s’est passé au début de 23. Devoir épistémique fait partie pour Kronning du modus du pdv du foyer (pour lui, on l’a vu plus haut, chaque pdv, que ce soit celui du substrat ou celui du foyer, contient un modus et un dictum).

57Qu’est-ce que la notion de pdv apporte spécifiquement à la description de ce marqueur évidentiel qu’est devoir épistémique ? Peu de chose, il nous semble.

58Il faut d’abord remarquer que le recours aux pdv n’est pas limité chez Kronning au seul emploi épistémique, évidentiel de devoir. L’auteur les utilise tout aussi bien pour décrire les emplois déontique et aléthique de ce verbe. Il n’y a donc pas de lien direct et spécifique entre la description du phénomène d’évidentialité et l’emploi de la notion de pdv.

59Remarquons ensuite que Kronning ne justifie pas l’emploi de la notion de pdv autrement que par renvoi à la théorie polyphonique de Ducrot. La notion de pdv désigne chez lui une unité de sens, composée d’un modus et d’un dictum, ce que Bally appelait phrase.

3. 2. 2. b) Le conditionnel épistémique

60L’emploi du conditionnel dont il s’agira ici est l’emploi appelé « conditionnel épistémique » (Dendale 1991, 1993), appelé aussi parfois « conditionnel journalistique », illustré ici par (20) :

(20) Le Pérou, qui dispose de Mig et de Mirage, aurait déjà proposé ses services. Le Venezuela serait disposé à prêter des avions américains.

61Dans Dendale (1993, 2002) et Dendale & Coltier (2004) cet emploi est décrit au moyen de trois traits :

  • (A) Indication du caractère d’incertitude de l’information

  • (B) Indication de la reprise de l’information à autrui

  • (C) Indication de non-prise en charge de l’affirmation par le L

  • 29  La différence, pour nous, entre un marqueur d’évidentialité et un marqueur de modalité épistémique (...)

62On a montré que le trait le plus important du sémantisme de ce marqueur est (B), un trait évidentiel, ce qui a permis de conclure que le conditionnel épistémique est fondamentalement un marqueur d’évidentialité et non pas un marqueur de modalité épistémique d’incertitude29, comme le suggèrent certaines descriptions grammaticales ainsi qu’une analyse intuitive. Notons bien toutefois que cette analyse en termes d’évidentialité ne s’applique pas à l’ensemble des emplois de cette forme verbale, mais uniquement à son emploi épistémique.

  • 30  Par entre autres : Korzen & Nølke (1990, 2001), Haillet (1995, 2002), Abouda (1997), Donaire (2001 (...)

63Ce conditionnel épistémique a été décrit par différents auteurs30 comme un marqueur polyphonique : il signalerait que l’énoncé dans lequel il apparaît contient au moins deux pdv : le pdv du locuteurénonciateur (E1) et le pdv d’un autre énonciateur (E2). Ducrot lui-même (Ducrot et al 1980 : 46) cite les phrases au conditionnel épistémique comme étant des cas clairs de phrases imposant une lecture polyphonique, au même titre que des phrases contenant il paraît que.

(21) Le prix du pétrole baisserait prochainement.

(22) Il paraît que le prix du pétrole va baisser.

64L’analyse polyphonique du conditionnel épistémique est reprise dans Ducrot (1984), qui la limite à « certains emplois du conditionnel, notamment dans le style journalistique » (1984 : 154). Elle sera ensuite élargie par d’autres auteurs à l’ensemble des emplois du conditionnel. Dans ces analyses la notion de pdv n’est pas toujours utilisée avec autant de constance que chez Ducrot. Survolons très rapidement ces différentes analyses et examinons la façon dont la notion de pdv y est utilisée pour la description du conditionnel épistémique, marqueur évidentiel. Pour Korzen & Nølke (1990 : 294) un énoncé comme

(23) Le premier ministre serait souffrant

65contient deux pdv : un pdv1, à savoir « (l’affirmation de) ‘le ministre est souffrant’ » et un pdv2, à savoir que le pdv1 est associé à un être discursif autre que lo. Un des deux pdv apparaît donc comme une sorte de « méta-affirmation », en tout cas un pdv qui « se greffe » sur le premier (Nølke parle dans ce cas de « pdv hiérarchique »).

  • 31  Le mot énoncé est à mettre au compte d’Abouda et non de Ducrot, pour qui ce sont des points de vue (...)

66Abouda (1997, 2001), tout en se situant dans un cadre d’analyse polyphonique, se passe de la notion de pdv et utilise celle d’énoncé. Pour lui, « la valeur basique du conditionnel journalistique n’est autre que l’expression d’une non-prise en charge […] de son énoncé par le Locuteur » (2001 : 279). L’auteur ajoute qu’il admet « suite notamment à Ducrot (1984) que tout énoncé31 est systématiquement attribuable à un énonciateur » (2001 : 283, nos caractères gras).

67Dans l’analyse polyphonique du conditionnel épistémique proposée par Kronning (2002 : 568-569), il n’est pas question non plus de pdv, mais de « contenu épistémique » et de « proposition assertée ». L’entité empruntée à l’aide du conditionnel épistémique « est une proposition assertée attribuée à une instance source », écrit Kronning (2002 : 570).

68L’analyse du conditionnel proposée par Donaire (1998) va un peu dans le sens de Kronning en ce qu’elle fait également appel à la notion de proposition (p) : « le locuteur introduit [par le conditionnel] une distance énonciative par rapport à p, distance qui fait intervenir une autre voix, un autre point de vue qui se voit attribuer p » (1998 : 218). Plus loin dans son article, le terme de point de vue apparaît ; il n’y désigne pas l’unité elle-même mais la façon de présenter l’unité p : « le locuteur présente par ce moyen son opposition au point de vue sous lequel p est introduit dans l’énoncé par un énonciateur » (1998 : 222).

69Comme on le constate, le mot pdv recouvre des « notions » très différentes, ce qui est une difficulté. Embarrassante certes, mais non insurmontable. Le vrai problème est cependant que les différences de signification sont rarement ou jamais explicitement signalées. On voit mal, dès lors, en quoi une telle notion pourrait être de nature à éclairer les choses, en tout cas, pour les deux exemples que nous avons traités.

3. 3. Le marquage évidentiel au service de l’étude du PDV

70Le point de vue dont nous traiterons dans ce paragraphe ne peut être que le PDV en littérature. Pour une raison simple. Le pdv linguistique, on l’a vu ci-dessus, appartient au métalangage, et non pas au langage-objet étudié. L’évidentialité appartient au langage-objet. Elle peut donc être décrite au moyen de la notion (méta) linguistique de pdv, l’inverse — l’étude du pdv linguistique au moyen du marquage évidentiel — n’étant pas possible, précisément parce que les pdv appartiennent au niveau du métalangage.

  • 32  Nous nous limiterons ici au segment présenté de la perception / pensée représentée (le P dans le s (...)

71Le PDV littéraire, lui, n’appartient pas au métalangage, mais au langage. La question que nous voudrions examiner ici est de savoir si le marquage évidentiel peut être compté parmi les marques linguistiques qui signalent le PDV32, au même titre que les quatre caractéristiques du PDV énumérées par Rabatel (cf. § 2. 2).

72La réponse que nous devons donner à cette question est négative. Les marqueurs évidentiels peuvent apparaître à l’intérieur du PDV pour en indiquer la source, mais ils n’indiquent pas, à notre avis, en eux-mêmes qu’on a affaire à une perception représentée. Ils n’indiquent pas plus à qui appartient cette perception représentée, ni si la perception est interne ou externe, ni la profondeur de perspective, toutes caractéristiques du PDV selon Rabatel.

  • 33  L’inverse n’est pas vrai.

73Si on part de l’idée, défendue par Rabatel, qu’une perception représentée P est en dernière instance toujours aussi une pensée représentée33, donc en un certain sens un savoir, et si on ajoute à cela l’idée que toute pensée, tout savoir a une source, une origine et que l’évidentialité est justement le marquage de cette source on en arrive à la conclusion que toute pensée ou tout savoir représenté devrait pouvoir contenir des marqueurs évidentiels qui en indiquent la source : inférence, reprise à autrui, perception. On pourrait penser à des exemples du style de :

 (24) Nicolas observa attentivement la pièce. Une grande table occupait le centre. Le plastique vert d’une longue nappe en cachait à demi les pieds ouvragés dont la peinture commençait à s’écailler. Elle devait avoir été peinte depuis des lustres. Sur la table, la fameuse cafetière qui aurait appartenu à un ancêtre russe. Tiens ! le bec était ébréché. Il ne l’était pas l’autre fois…

74Dans cet exemple, devait, aurait et tiens ! constituent des marqueurs évidentiels. Ils sont insérés dans un passage qui donne le PDV (la perception et pensée représentées) du personnage Nicolas, PDV annoncé par le verbe de perception observa et confirmé par les caractéristiques : opposition premier plan / second plan, présence de l’imparfait, relation méronymique entre la pièce et les objets qui s’y trouvent.

75Ces marqueurs évidentiels, s’ils peuvent apparaître à l’intérieur du PDV, ne constituent pas eux-mêmes des marques ou marqueurs du PDV, au même titre que les quatre autres caractéristiques linguistiques. Le verbe observa dans l’exemple ci-dessus n’est pas un marqueur évidentiel, car il fait l’objet de l’assertion lui-même plutôt qu’il ne porte sur l’assertion exprimée par la phrase dans laquelle il est inséré.

Conclusion

  • 34  Soulignons que notre affirmation se limite ici à la notion de point de vue telle qu’elle est utili (...)

76Dans cet article, nous avons examiné les liens entre les notions de point de vue, linguistique et littéraire, et celle d’évidentialité. Après avoir présenté succinctement les deux notions et comparé les phénomènes langagiers qu’elles désignent, nous croyons pouvoir conclure — et ce jusqu’à plus ample enquête — à un double non-lieu. Premièrement, l’emploi de la notion linguistique de pdv en tant que telle34 ne nous semble pas offrir un réel bénéfice pour la description du marquage évidentiel ou pour une meilleure compréhension du phénomène, les notions alternatives comme proposition ou énoncé faisant généralement bien l’affaire. Deuxièmement, le marquage évidentiel peut difficilement, nous semble-t-il être compté parmi les marques du PDV, telles que les conçoit Rabatel dans son projet de description du marquage linguistique du PDV.

77Ce que la comparaison de ces deux notions et de ces deux phénomènes linguistiques a clairement montré, nous semble-t-il, c’est que les domaines de recherches que constituent l’étude de l’évidentialité et la théorie de la polyphonie — qui comprend la notion auxiliaire de pdv — sont en intersection : certains éléments langagiers, comme le conditionnel épistémique ou devoir inférentiel par exemple, se prêtent aussi bien à une analyse en termes de polyphonie et de points de vue, qu’à une analyse, tout autre, en termes d’évidentialité. Mais cela ne rapproche pas automatiquement les deux domaines d’étude : c’est ce qui ressort de ce travail, qu’il faut sans doute vérifier sur d’autres points.

Haut de page

Bibliographie

Abouda L. 1997, Recherches sur la syntaxe et la sémantique du conditionnel en français, Thèse de doctorat, Université Paris 7.

Abouda L. 2001, « Les emplois journalistique, polémique et atténuatif du conditionnel. Un traitement unitaire », in : Dendale P. & Tasmowski L. (éds), 2001, Le conditionnel en français, Metz, Université de Metz, 277-294.

Authier-Revuz J. 1992 et 1993, « Repères dans le champ du discours rapporté », L’information grammaticale, 55, 38-42 et 56, 10-15.

Bally Ch. 19654, Linguistique générale et linguistique française, Bern, Francke.

Barnes J. 1984, « Evidentials in the Tuyuca Verb », International Journal of American Linguistics, 50, 255-271.

Chafe W. & Nichols J. (éds) 1986, Evidentiality : The linguistic coding of epistemology, Norwood, Ablex.

Dendale P. 1991, Le marquage épistémique de l’énoncé. Esquisse d’une théorie avec applications au français, thèse de doctorat, Anvers, Université d’Anvers.

Dendale P. 1993, « Le conditionnel de l’information incertaine : marqueur modal ou marqueur évidentiel ? », in : Hilty G. (ed.), 1993, Actes du XXe Congrès International de Linguistique et Philologie Romanes, Université de Zurich (6-11 avril 1992), Tübingen, Francke Verlag, tome 1, 165-176.

Dendale P. 1994, « Devoir : marqueur modal ou évidentiel ? », Langue française, 102, 24-40.

Dendale P. 1999, « ’Devoir’ au conditionnel : valeur évidentiomodale et origine du conditionnel », Cahiers Chronos, 4, 7-28.

Dendale P. 2002, Cognition et Perception. Des marqueurs de l’évidentialité à la représentation de l’espace par les prépositions. Document de synthèse pour l’obtention de l’Habilitation à Diriger des Recherches, Paris, Sorbonne.

Dendale P. & Coltier D. 2004, « Discours rapporté et évidentialité. Comparaison du conditionnel épistémique et des constructions en selon SN », in : Lopez-Muñoz J.-M., Marnette S. & Rosier L. (éds), Le Discours rapporté dans tous ses états : question de frontières ?, Paris, L’Harmattan.

Dendale P. & Tasmowski L. (éds) 1994, Les sources du savoir et leurs marques linguistiques, Paris, Larousse. (Langue française, 102).

Donaire M. L. 1998, « La mise en scène du conditionnel ou quand le locuteur reste en coulisses », Le français moderne, 66, 2, 204-227.

Ducrot O. et al 1980, Les mots du discours, Paris, Minuit.

Ducrot O. 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Ducrot O. 1989, Logique, structure, énonciation, Paris, Minuit.

Ducrot O. 1993, « À quoi sert le concept de modalité ? », in : Dittmar N. & Reich A. (éds), Modality in Language Acquisition. Modalité et acquisition des langues, Berlin, de Gruyter, 111-129.

Ducrot O. 2001, « Quelques raisons de distinguer “locuteurs” et “énonciateurs” », Polyphonie — linguistique et littéraire. Documents de travail de la ScaPoLine, III, 19-43.

Guentchéva Z. ms., « Le discours médiatisé : une stratégie discursive », Communication au débat « L’information empruntée : évidentialité et discours rapporté » organisé lors du 7th International Pragmatics Conference, 9-14. 7. 2000, Budapest.

Haillet P. 1995, Le conditionnel dans le discours journalistique. Essai de linguistique descriptive, Neuville, Bref.

Haillet P. 2002, Le conditionnel en français : une approche polyphonique, Paris, Gap / Ophrys.

Hardman M. J. 1986, « Data-Source Marking in the Jaqi Languages », in : Chafe & Nichols, 1986, 113-136.

Korzen H. & Nølke H. 1990, « Projet pour une théorie des emplois du conditionnel », in : Halmøy O., Halvorsen A. & Lorentzen L. (éds), 1990, Actes du 11e Congrès des Romanistes scandinaves, Trondheim 13-17 août 1990, Université de Trondheim, 273-300.

Korzen H. & Nølke H. 2001, « Le conditionnel : niveaux de modalisation », in : Dendale P. & Tasmowski L. (éds), 2001, Le conditionnel en français, Metz, Université de Metz, 25-146.

Kronning H. 1996, Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal ’devoir’, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis.

Kronning H. 2002, « Le conditionnel “journalistique” : médiation et modalisation épistémiques », Romansk forum, 16, 2, 561-575.

Lazard G. 2000, « Le médiatif : considérations théoriques et application à l’iranien », in : Johanson L. & Utas B. (éds), 2000, Evidentials. Turkic, Iranian and NeighbouringLanguages, Berlin / New York, Mouton de Gruyter, 209-228.

Lazard G. 2001, « On the grammaticalization of evidentiality », Journal of Pragmatics, 33, 3, 359-368.

Lintvelt J. 1981, Essai de typologie narrative. Le « point de vue ». Théorie et analyse. Paris, Corti.

Marnette S. 1998, Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale : une approche linguistique, Bern, Lang.

Norén C. 2001, « Remarques sur la notion de point de vue », Polyphonie — linguistique et littéraire. Documents de travail, II, 33-44.

Nølke H. 1993, Le regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

Nølke H. 2000, « POLYPHONIE : théorie et terminologie », Polyphonie — linguistique et littéraire. Documents de travail de la ScaPoLine, II, 45-143.

Nølke H. 2001, « La ScaPoLine 2001 : Version révisée de la théorie Scandinave de la Polyphonie Linguistique », Polyphonie — linguistique et littéraire. Documents de travail de la ScaPoLine, III, 43-65.

Palmer F. R. 1986, Mood and modality, Cambridge, University Press.

Rabatel A. 1997, Une histoire du point de vue, Paris, Metz, Klincksieck, Université de Metz.

Rabatel A. 1998, La construction textuelle du point de vue, Lausanne, Paris, Delachaux et Niestlé.

Rabatel A. 2001 « Fondus enchaînés énonciatifs. Scénographie énonciative et points de vue », Poétique, 126, 151-173.

Rabatel A. 2003, « Les verbes de perception en contexte d’effacement énonciatif : du point de vue représenté aux discours représentés », Travaux de linguistique, 46, 49-88.

Vet C. 1988, « Compte rendu critique de Wallace Chafe et Johanna Nichols, 1986 », Canadian Journal of Linguistics, 33, 65-77.

Vuillaume M. 2001, « L’expression du futur dans le passé en français et en allemand », in : Dendale P. & Tasmowski L. (éds), 2001, Le conditionnel en français, Metz, Université de Metz, 105-123.

Willett Th. 1988, « A cross-linguistic survey of the grammaticalization of evidentiality », Studies in Language, 12, 51-97.

Haut de page

Notes

1  Nous remercions nos deux lecteurs anonymes de leurs remarques pertinentes, qui nous ont permis de préciser plusieurs points (de vue) de notre texte.

2  Cette mise en rapport complète celle que plusieurs auteurs ont déjà faite entre point de vue et discours rapporté — notion, qui n’est pas sans rapport, conceptuellement parlant, avec celle d’évidentialité.

3  On nous a fait remarquer qu’avec un accent d’insistance mis sur est, (3d) pourrait donner une information évidentielle du type « perception par le voir ». Nous avons trois choses à dire à cela. Premièrement, qu’il nous paraît difficile de concevoir que (3d) comporte un accent d’insistance s’il suit une question comme (2). Deuxièmement, il ne nous paraît pas évident que l’intonation puisse être considérée comme un marqueur, au même titre que les marqueurs en italiques dans (3a), (3b) et (3c). Troisièmement, même en admettant que l’accent d’insistance puisse avoir le statut de marqueur, il n’est pas évident qu’il donne une indication sur le type de source d’information. Il montre plutôt, il nous semble, un locuteur sûr de ce qu’il dit. Et comme dans une conception naïve du monde la vue constitue la source d’information la plus sûre dont puisse disposer un locuteur, un énoncé comme (3d) avec l’accent d’insistance sera naturellement interprété comme résultant d’une perception visuelle. Mais il ne s’agit là que d’une implicature, qui, comme toute implicature, est annulable (cf. Il EST à la bibliothèque. Comme tous les lundis, quoi…).

4  Pour un aperçu des nombreuses autres dénominations de ce type de conditionnel, voir Dendale (1999 : 12).

5  Cette convention de notation en majuscules et minuscules respecte les notations de, respectivement, Rabatel (pour le point de vue littéraire) et de Nølke (pour le point de vue linguistique). Partout où la notion de point de vue est neutre quant à la distinction littéraire / linguistique nous l’écrirons en toutes lettres, de même que dans son emploi ordinaire, non technique, et dans les citations.

6  Dans Ducrot (2001) l’auteur ne parle plus que de point de vue, réservant la notion d’attitude pour la qualification du rapport entre locuteur et énonciateur(s).

7  Cela explique aussi pourquoi le terme de prise en charge est le plus souvent doublé de ceux de position et d’attitude : ces deux termes servent en effet à préciser la nature de celui de prise en charge.

8  Remarquons toutefois que le langage ordinaire admet difficilement qu’on dise : *Mon point de vue est que le chat est sur le paillasson.

9  Cf. Korzen & Nølke : « [pdv] symbolise le point de vue (au sens technique de la théorie polyphonique) » ( : , nos italiques).

10  « L’idée que tout [point de vue] est constitué d’un modus et d’un dictum va sans doute à l’encontre de la pensée de O. Ducrot (1993). » (Kronning 1996 : 44).

11  Proposition prise ici comme dans la logique des propositions.

12  Il nous semble qu’il y a au moins une différence fondamentale entre le terme de point de vue et celui de focalisation. C’est que le dernier est un déverbal qui contient un trait « d’activité », « de processus », que n’a pas le terme de point de vue, qui est « statif », désignant plutôt une caractéristique. Cela se voit aussi dans la syntaxe de ces deux termes : on parlera de la focalisation par le narrateur, mais du point de vue du narrateur.

13  L’emploi de ce terme chez Rabatel (1997) n’est pas tout à fait stable. Si à la page 278 le foyer est défini comme « l’endroit d’où les choses sont vues » ou « la place occupée par le photographe, le peintre, le chef d’orchestre, etc. » (cf. p. 14 « foyer d’où le sujet du PDV voit les choses »), ce même foyer devient l’instance focalisante elle-même quand il écrit (1997 : 286) : « l’approche traditionnelle de la focalisation consistait à rechercher le “foyer” “qui voit” ou “qui sait” ».

14  Marnette les résume ainsi : « Le terme “point de vue” est utilisé par Ducrot dans le sens d’“opinion” et non pas dans le sens de “perspective” employé notamment par Genette dans sa théorie de la focalisation. » (1998 : 23 note 22).

15  Ils ont été réintroduits après coup (Nølke 2001 : 45 note 3).

16  Même pour la ScaPoLine, qui se veut également une théorie polyphonique du texte, le point de départ reste l’énoncé et c’est à ce niveau-là qu’on cherche à identifier les points de vue.

17  Nous ferons abstraction ici de la perception racontée, étudiée par Rabatel dans des articles postérieurs ().

18  À moins bien sûr qu’il apparaisse à l’intérieur d’un discours direct.

19  Rabatel dans ses livres n’étudie que les textes à la troisième personne. Cela exclut évidemment des PDV qui seraient annoncés par un « je » et ce sont justement ces cas-là qui sont les plus proches du marquage perceptuel par des marqueurs évidentiels.

20  Il est vrai que certains marqueurs évidentiels peuvent avoir une portée qui s’étend au-delà de la phrase dans laquelle ils apparaissent (c’est très clair par exemple avec des marqueurs comme selon X ), mais cela n’enlève rien au fait que le marqueur évidentiel apparaît typiquement dans la phrase même dont on signale l’origine ou la source.

21  Même la présence d’un verbe de perception n’est pas une condition suffisante pour avoir un PDV, une perception représentée, car il peut signaler aussi une perception prédiquée (Rabatel 1998 : 25).

22  C’est aussi pourquoi nous serions tentés de considérer savoir et croire plus comme des marqueurs de modalité épistémique, exprimant la certitude ou la vérité pour le sujet parlant, que comme des marqueurs d’évidentialité, exprimant des sources du savoir.

23  Rabatel lui-même a mis en évidence les parallélismes entre la perception représentée et le discours représenté (Rabatel 2003).

24  Voir, pour l’emploi du terme de discours représenté ou de représentation du discours autre, Authier-Revuz.

25  Pour des précisions sur la notion de monstration voir Ducrot (1984 : 151) ou Kronning (1996 : 40-42).

26  Deux éléments qui peuvent apparaître dans une seule phrase complexe ou dans deux phrases indépendantes qui se suivent.

27  Contrairement à pouvoir épistémique, qui admet plusieurs conclusions concurrentes. Comparez à ce sujet : Paul doit être à la plage avec Paul peut être à la plage.

28  Pour Kronning tout énoncé est polyphonique (1996 : 43).

29  La différence, pour nous, entre un marqueur d’évidentialité et un marqueur de modalité épistémique est qu’un marqueur de modalité épistémique sert en premier lieu à indiquer le degré de certitude ou d’incertitude de l’information transmise, alors qu’un marqueur d’évidentialité indique, de façon plus ou moins précise, la source de l’information.

30  Par entre autres : Korzen & Nølke (1990, 2001), Haillet (1995, 2002), Abouda (1997), Donaire (2001) et Kronning (2002).

31  Le mot énoncé est à mettre au compte d’Abouda et non de Ducrot, pour qui ce sont des points de vue qui sont attribuables à des énonciateurs.

32  Nous nous limiterons ici au segment présenté de la perception / pensée représentée (le P dans le schéma du PDV, cf. § 3.1). Il serait intéressant d’examiner à une autre occasion si dans les textes littéraires on rencontre des exemples de marqueurs évidentiels apparaissant dans les segments présentateurs des perceptions représentées et quel est leur effet sur le PDV.

33  L’inverse n’est pas vrai.

34  Soulignons que notre affirmation se limite ici à la notion de point de vue telle qu’elle est utilisée à l’intérieur de la théorie de la polyphonie et ne s’étend pas à la notion de polyphonie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dendale, P., Coltier, D. (2003) Point de vue et évidentialité. Cahiers de praxématique 41. Montpellier : Pulm. 105-130

Référence électronique

Patrick Dendale et Danielle Coltier, « Point de vue et évidentialité »Cahiers de praxématique [En ligne], 41 | 2003, document 4, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2658

Haut de page

Auteurs

Patrick Dendale

Université d’Anvers et Université de Metz
patrick.dendale@ua.ac.be

Articles du même auteur

Danielle Coltier

Université du Maine et Université de Metz
coltier.danielle@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search