Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Le marquage syntaxique de la thém...

Le marquage syntaxique de la thématisation de l’objet dans La Pluie d’été de Marguerite Duras

Syntactic factors inducing thematic interpretation of the object in La Pluie d’été by Marguerite Duras
Nicole Le Querler
p. 113-131

Résumés

L’étude présentée dans cet article a été menée à partir d’un corpus constitué par les énoncés à « objet saillant » relevés dans La Pluie d’été de M. Duras. Plusieurs paramètres sont apparus comme pertinents dans l’interprétation de ce type d’énoncé : la présence ou l’absence d’une pronominalisation anaphorique ou cataphorique, la catégorie de l’élément saillant, le fait que cet élément soit ou non une reprise d’un élément du contexte antérieur. Ces paramètres orientent l’interprétation de la saillance comme thématique ou rhématique, et, dans le cas d’une interprétation thématique, ils orientent l’interprétation selon un certain type de thématisation, introductive ou conclusive.

Haut de page

Texte intégral

1La première phrase du roman La Pluie d’été de Marguerite Duras est la suivante :

1. Les livres, le père les trouvait dans les trains de banlieue.

2Ce type de structure syntaxique est diversement analysé dans les études existantes : on parle de « mise en relief », « emphase », « thématisation », « dislocation », « saillance », « topicalisation » du complément d’objet. La diversité des terminologies correspond à une diversité dans le traitement linguistique des opérations en jeu. Le but qu’on se propose ici est triple :

  • proposer tout d’abord de distinguer, par la terminologie employée, procédés syntaxiques, résultats obtenus par ces procédés dans la production ou la réception des énoncés, et opérations linguistiques en présence dans les énoncés considérés ; ces choix déterminent les choix effectués dans la constitution du corpus ;

  • étudier ensuite la relation entre les marques syntaxiques en présence dans les énoncés considérés et les opérations de thématisation ou de rhématisation ;

  • analyser enfin le mode d’insertion dans leur contexte linguistique des énoncés comportant une thématisation, pour préciser le type de thématisation en jeu dans ces énoncés.

3Les trois parties de cet article développeront successivement chacun de ces trois points.

1. Choix terminologiques et constitution du corpus

4Avant de décider si tel ou tel énoncé du roman choisi présente ou non une thématisation de l’objet, il a fallu s’interroger sur ce qu’on définit comme une thématisation, une dislocation, une topicalisation, etc.

1.1. Choix terminologiques

  • 1  Mise en relief chez Chevalier et al. (1964 : 100-106), et emphase chez Riegel et al. (1994 : 425-4 (...)
  • 2  Pour une définition comparée de ces deux termes, cf ici même les articles de B. Combettes et de S. (...)
  • 3  Par M. Rossi par exemple (conférence ELSAP-ELI à l’ENS Fontenay le 22-5-97). Sur la thématisation (...)

5Dans la profusion de termes désignant l’opération étudiée ici, ce sont les termes de dislocation et de thématisation qui seront retenus, le premier pour désigner un procédé syntaxique, le second pour désigner l’opération linguistique marquée par ce procédé. On définira ces deux termes au paragraphe suivant. On ne retiendra pas les termes d’« emphase », et de « mise en relief » qui sont utilisés à la fois pour désigner un procédé de thématisation (par la dislocation par exemple), et un procédé de rhématisation (par le clivage par exemple)1 ; d’autre part, ces deux termes placent le commentaire linguistique du côté du locuteur. On utilisera en revanche le terme de saillance, qui place le commentaire du côté du sujet interprétant, pour désigner le résultat obtenu par le procédé de mise en relief ou emphase. La présente étude en effet se situera toujours du point de vue du sujet interprétant. Quant au terme de « topicalisation », il est tantôt utilisé dans les études existantes comme un équivalent de thématisation, tantôt comme désignant un certain type de thématisation2. En particulier, topicalisation est utilisé pour désigner une thématisation à gauche de l’énoncé, topic étant opposé à tail qui désigne un thème marqué à droite de l’énoncé (à la « queue » de l’énoncé). Le terme de topicalisation est aussi utilisé en opposition à rejet, tous deux marquant une thématisation, le premier à gauche et le second à droite3. On parlera ici de dislocation à gauche ou à droite, la position de l’élément disloqué ne correspondant pas obligatoirement à des types de thématisations différentes.

  • 4  Certains énoncés, comme Mange ta soupe par exemple, sont constitués d’un rhème seul.
  • 5  Par exemple Bally (1932 : § 61), Rossi (1981 : 206), Martinet (1985 : § 8-43), Arrivé, Gadet, Galm (...)
  • 6  Qu’on trouve par exemple chez Firbas (1964), Givon (1983), Halliday (1985), Chafe (1987), les deux (...)
  • 7  Cette pronominalisation est souvent appelée “reprise” dans les études sur la dislocation. Ce terme (...)
  • 8  Par exemple chez Gadet (1991).
  • 9  L'apostrophe est également une construction détachée, mais pas une dislocation, contrairement à ce (...)

6Enfin, on utilisera le terme de thématisation au sens d’opération linguistique marquant la saillance du thème, le thème étant, à l’intérieur de l’énoncé, ce dont on parle(aboutness), par opposition au rhème, qui est ce qu’on en dit4. Cette définition conjointe du thème et du rhème est une définition classique, qu’on trouve chez de nombreux auteurs5. C’est celle qui a été préférée ici à l’opposition connu-nouveau6 (le thème étant ce qui est connu, ou supposé connu, et le rhème l’élément nouveau d’information), parce que cette opposition connu-nouveau est surtout utilisable, et utilisée, pour des études centrées sur la communication dans le discours plus que pour des analyses sémantiques de structures syntaxiques particulières à l’intérieur d’un énoncé. D’autre part, le terme de dislocation sera utilisé au sens de procédé syntaxique disjoignant de son terme recteur un constituant de la phrase. La dislocation peut s’effectuer à droite ou à gauche du terme recteur, avec ou sans détachement (virgule à l’écrit ou pause à l’oral), et avec ou sans pronominalisation anaphorique ou cataphorique7. Le procédé de dislocation est aussi appelé « extraction » ou « construction segmentée », qui sont des appellations équivalentes à dislocation. La dislocation est également appelée « détachement », ou « construction détachée »8 et ces appellations me semblent au contraire recouvrir un mécanisme syntaxique différent : tous les détachements ne sont pas des dislocations (par exemple les épithètes détachées grande et lumineuse dans Cette maison, grande et lumineuse, est très agréable ne constituent pas une dislocation9), et toutes les dislocations ne sont pas détachées.

1.2. Constitution du corpus

7Sur quels critères doit-on relever ou non un énoncé du roman comme marquant une thématisation de l’objet ? Dans certains cas la décision ne présente pas de difficulté : quand l’énoncé présente une dislocation à gauche du complément d’objet, avec pronominalisation anaphorique, et que l’élément disloqué est une reprise à l’identique d’un syntagme appartenant à la phrase précédente, l’interprétation de cet énoncé comme comportant la trace d’une opération de thématisation ne fait pas de doute. En voici un exemple :

2. La mère attend longtemps et en silence qu’Ernesto parle. Ernesto, elle le connaît bien. (p. 19)

8Ici le terme Ernesto, qui est une reprise à l’identique du terme de la phrase précédente, désigne « ce dont on parle », c’est l’objet du discours. Dans la phrase envisagée, la dislocation à gauche et la pronominalisation anaphorique par le marquent une thématisation de l’objet du verbe connaître.

9Mais dans d’autres énoncés où le complément d’objet est disjoint de son verbe recteur, on peut se demander s’il s’agit ou non d’une thématisation. Il s’agit par exemple d’énoncés où le complément d’objet est simplement déplacé en tête de phrase, sans détachement et sans pronominalisation, comme dans l’énoncé suivant :

3. Je peux pas dire comment je l’comprends… si c’est la bonne manière… mais quelque chose il m’semble que j’comprends quand même, oui. (p. 22)

  • 10  Il n’y a évidemment pas de dislocation quand dans ces trois alternatives c’est à chaque fois le se (...)

10Cet énoncé ne semble pas très naturel. Mais il présente une dislocation du complément d’objet, telle qu’elle a été définie au paragraphe précédent. Ont donc été retenus dans le corpus tous les énoncés où le complément d’objet, direct ou indirect, est disjoint de son verbe recteur. Le syntagme disloqué est antéposé ou postposé au verbe, avec ou sans pronominalisation, avec ou sans détachement10. Ont ainsi été retenus 95 énoncés, ce qui constitue à la fois un nombre relativement important pour un roman assez court (140 pages assez aérées, dans l’édition Folio), et un nombre trop faible pour que ce corpus puisse constituer une base d’étude statistique.

11Un autre problème s’est posé dans la constitution du corpus : celui de l’interprétation de l’élément disloqué comme un complément d’objet, en particulier pour le complément d’objet indirect. Dans l’énoncé suivant par exemple, la dislocation de l’objet indirect sans pronominalisation est proche d’un détachement à l’initiale d’un circonstant :

4. Toutes les peurs venaient de Dieu et de ces peurs-là, la pensée ne pouvait pas consoler parce que la pensée faisait partie de la peur. (p. 71)

  • 11  On reviendra plus loin sur la notion de cadre. Sur la valeur thématique des circonstants à l’initi (...)

12Du fait de son détachement sans pronominalisation, le complément à l’initiale perd en partie ici son caractère essentiel, et le verbe peut être interprété comme un verbe en emploi absolu (« dans le domaine de ces peurs-là, la pensée peut consoler »). Mais, comme un complément circonstanciel détaché à l’initiale, il constitue cependant le thème de l’énoncé, un cadre où s’inscrit la relation prédicative11. Ces énoncés ont été relevés dans le corpus.

  • 12  Un autre procédé syntaxique de thématisation de l'objet est la passivation : il n'a pas été pris e (...)
  • 13  M. Blasco (1995) note qu’il ne faut pas lier systématiquement dislocation et thématisation, et ell (...)

13Dans le corpus analysé, toutes les thématisations de l’objet sont des dislocations12, mais toutes les dislocations de l’objet ne sont pas des thématisations13 ; la deuxième partie de cet article sera consacrée au lien entre construction syntaxique et thématisation.

2. Sructure syntaxique et thématisation

14Dans cette deuxième partie, on décrira rapidement les structures syntaxiques en présence dans le corpus, on présentera ensuite les contraintes qui pèsent sur ce type de construction, et on terminera en montrant que toutes les constructions disloquées ne marquent pas une thématisation.

2.1. Les structures syntaxiques en présence

15Trois structures syntaxiques sont présentes dans le corpus :

  • dislocation à gauche avec pronominalisation

  • dislocation à droite avec pronominalisation

  • dislocation sans pronominalisation, toujours à gauche.

16Les trois quarts des énoncés du corpus comportent une pronominalisation, et parmi eux les deux tiers sont des dislocations à gauche. Le total des dislocations à gauche, avec ou sans pronominalisation, avoisine aussi les trois quarts.

17L’élément disloqué peut appartenir à diverses catégories : syntagme nominal, prépositionnel ou non, et le plus souvent défini (la moitié des énoncés), syntagme pronominal, prépositionnel ou non (un quart des énoncés), infinitif ou subordonnée (un quart des énoncés). Les pronoms peuvent être des pronoms personnels toniques ou des pronoms démonstratifs, et parmi les subordonnées, on trouve des complétives par que, des relatives en ce qui - ce que et des interrogatives indirectes.

18La dislocation de l’objet indirect est beaucoup moins fréquente dans le corpus que la dislocation de l’objet direct : seulement dix énoncés sur quatre-vingt-quinze. Parmi ces dix énoncés, quatre sont des dislocations sans pronominalisation. Et les dislocations avec pronominalisation se répartissent de façon égale entre dislocation à droite et dislocation à gauche : trois de chaque.

19Des exemples de ces différentes structures syntaxiques seront présentés dans la suite de cet article.

2.2. Contraintes syntaxiques

  • 14  Damourette et Pichon (1911-1940 : § 1008) opposent dislocature vraie (sans préposition) et semi-di (...)

20On a vu plus haut que certains énoncés du corpus ne sont pas très naturels : l’écriture de Marguerite Duras est un jeu sur un pseudo-style d’oral familier, jeu qui autorise certaines structures peu attestées dans la langue. Mais tout n’est pas possible : certaines contraintes syntaxiques sont absolues. Pour ce qui est des constructions disloquées en effet, la dislocation du complément d’objet indirect ne peut se faire à droite qu’avec une préposition, alors qu’à gauche elle peut se faire avec ou sans préposition14 :

5. Les brothers et les sisters, quand ils étaient tout petits, Ernesto leur disait : Si vous traversez l’autoroute, même une fois, la mère, elle me tuera. (p. 94)

5a. Aux brothers et aux sisters, quand ils étaient tout petits, Ernesto leur disait : Si vous traversez…

5b. Quand ils étaient tout petits, Ernesto leur disait, aux brothers et aux sisters : Si vous traversez …

5c. *Quand ils étaient tout petits, Ernesto leur disait, les brothers et les sisters : Si vous traversez …

21On n’a d’autre part dans le corpus aucun cas de dislocation à droite sans pronominalisation : sans détachement, cette structure correspond à l’ordre canonique Verbe-Objet, et avec détachement elle est difficilement attestable (* ? Tu prends, le gâteau).

2.3. Lien entre la construction syntaxique et la thématisation

22Deux paramètres syntaxiques sont pertinents dans l’interprétation thématique d’un énoncé à objet disloqué : la pronominalisation (pour l’interprétation de l’énoncé comme marquant une thématisation), et la catégorie de l’élément disloqué (pour l’interprétation du type de thématisation en jeu).

2.3.1. Pronominalisation, thématisation, rhématisation

  • 15  M.A. Morel (1992a : 34).

23Pour Mary-Annick Morel15, les dislocations sans pronominalisation sont un type particulier de thématisation, le cadrage. Mais elle n’envisage pas la possibilité qu’elles ne constituent pas une thématisation, sans doute parce qu’à l’oral l’intonation est différente s’il ne s’agit pas d’une thématisation. Or, la présence ou l’absence de pronominalisation ont une influence dans l’interprétation du type d’opération (thématisation ou rhématisation) en jeu dans l’énoncé considéré ; en effet, toutes les dislocations avec pronominalisation sont interprétées comme marquant une thématisation, alors que les dislocations sans pronominalisation sont susceptibles d’une interprétation soit thématique, soit rhématique, ce qui peut se schématiser de la façon suivante :

img-1.gif

  • 16  J. Pohl (1984 : 40, 57) évoque la possibilité d’insertion de que entre l’élément disloqué et le re (...)

24Trois tests permettent d’opposer thématisation et rhématisation dans le cas d’une dislocation sans pronominalisation : un énoncé interprété comme marquant une rhématisation autorise l’insertion de que16et une paraphrase avec le clivage, et il interdit la pronominalisation.

25On verra tout d’abord les dislocations avec pronominalisation, puis les dislocations sans pronominalisation.

26Toutes les dislocations avec pronominalisation sont interprétées comme des thématisations, quelles que soient la catégorie et la position de l’élément disloqué :

6. Depuis qu’Ernesto a dit sa phrase, c’est comme si je l’entendais tout le temps, cette phrase…(p. 29)

7. Toi, il te quittera pas, même s’il te laisse, il te quittera pas… (p. 87)

8. Etre séparés les uns des autres, ils ne pouvaient même pas leconcevoir. (p. 71)

27Dans ces énoncés, les compléments d’objet disloqués appartiennent à diverses catégories, et sont disloqués à droite ou à gauche. Ils représentent tous ce dont on parle, et on verra dans la dernière partie de cet article qu’ils reprennent tous un élément du contexte antérieur ou annoncent un nouveau thème pour la suite du roman. Une paraphrase en c’est…que, caractéristique d’une opération de rhématisation, est impossible à contexte égal. Il s’agit dans chacun de ces énoncés d’une thématisation.

28Au contraire, dans les énoncés qui comportent une dislocation sans pronominalisation, l’interprétation est soit thématique, soit rhématique. Dans l’énoncé suivant par exemple, la dislocation à gauche, sans pause et sans pronominalisation, est interprétée comme une thématisation :

9. Comment t’aurais pu lire ce livre, espèce de crétin, puisque tu sais pas ? Que lire t’as jamais su ? (p. 16)

29Ici en effet le thème lire est une reprise à l’identique d’un terme du contexte antérieur, et à propos de ce thème il est prédiqué quelque chose (t’as jamais su ). L’insertion de que est interdite :

9a. …*Que lire que t’as jamais su ?

30et l’insertion de c’est…que ne fournit pas une paraphrase acceptable :

9b. …C’est lire que t’as jamais su ?

31Dans l’énoncé suivant au contraire, la dislocation sans pronominalisation est interprétée comme une rhématisation :

10. J’ai regretté le mensonge et le mal, le doute.
Les poèmes et les chants.
Le silence j’ai regretté.
Et aussi la luxure. Et le crime. (p. 144)

32Les énoncés de ce type, assez peu naturels, sont presque tous situés à la fin du roman, dans une sorte de poème final qui se présente comme une litanie de regrets, et c’est le complément d’objet du verbe regretter qui est disloqué. Le regret constitue le fil directeur, le thème général du passage. Le complément antéposé énonce la variété des objets de regret, et la litanie se termine par les énoncés suivants :

11. L’enfance, dit Ernesto, il regretta, beaucoup, beaucoup. (p. 145)
12. L’amour, dit Ernesto, il regretta. (p. 145)
13. Les ciels d’orage, dit Ernesto, il regretta. (p. 145)
14. Une fois, dit enfin Ernesto, il ne regretta pas.
Plus rien il regretta. (p. 146)

33Plusieurs éléments vont dans le sens d’une interprétation rhématique : le thème du discours, on l’a vu, est le regret, c’est ce dont on parle. Ce qu’on en dit, c’est à chaque fois l’objet différent du regret : le silence, l’enfance, l’amour, les ciels d’orage, et plus rien. D’autre part, chacun de ces énoncés pourrait être paraphrasé, de façon un peu lourde, par le clivage : « c’est l’enfance qu’il regrette », « c’est l’amour qu’il regrette ». Enfin, chacun de ces énoncés autorise l’insertion de que, sauf le dernier (mais cela est dû au fait que l’élément disloqué, un pronom indéfini, interdit toute reprise pronominale) : Le silence, que j’ai regretté, L’enfance, qu’il regretta, etc.

34Au contraire, une dislocation à gauche avec pronominalisation fournit une paraphrase acceptable pour chaque énoncé séparément (« le silence, il le regrette », « l’amour il le regrette »), mais pas pour la série d’énoncés dans ce contexte : la litanie serait alors comprise comme une sorte de reprise d’éléments déjà évoqués précédemment, ce qui n’est pas le cas dans le roman. C’est-à-dire que, hors contexte, ces énoncés sont susceptibles aussi d’une interprétation thématique, mais dans le contexte où ils sont, seule l’interprétation rhématique est acceptable.

35Un autre exemple, plus naturel, permettra de rendre compte du caractère opérationnel des tests proposés :

15. Ce soir comme d’habitude les brothers et les sisters ne savaient pas pourquoi la mère chantait. Ils savaient bien que quelque chose était arrivé, une fête on aurait dit, mais ils ne savaient pas pourquoi. (p. 142)

36Ici une fête n’est pas ce dont on parle, c’est ce qu’on dit : il s’agit d’une prédication (« c’était une fête »), sur laquelle porte l’incise on aurait dit (« on aurait dit que c’était une fête »). L’élément disloqué constitue ici un rhème.

37La pronominalisation est interdite :

15a. *Une fête on l’aurait dit.

38En revanche, l’insertion de que est possible, avec détachement de l’élément disloqué :

15b. Une fête, qu’on aurait dit.

39Et la paraphrase en c’est…que est tout à fait acceptable :

15c. C’est une fête qu’on aurait dit.

  • 17  Le Querler (en préparation).

40Ces tests fonctionnent correctement sur les énoncés du corpus. Une autre étude17 en cours sur un corpus beaucoup plus varié et beaucoup plus important (deux mille énoncés) permettra de préciser leur validité.

2.3.2. Catégorie de l’élément disloqué et type de thématisation

41La catégorie de l’élément disloqué n’est pas un paramètre pertinent pour l’interprétation thématique ou rhématique de l’énoncé, mais elle en est un pour l’interprétation du type de thématisation en jeu dans l’énoncé. La dislocation du pronom non clitique en effet a un comportement syntaxique différent des autres catégories (elle peut se combiner avec celle d’autres catégories), et elle oriente l’interprétation de l’énoncé selon un type particulier de thématisation :

16. Ils vont donc montrer Ernesto à l’instituteur du moment que celui-ci le leur a demandé. Parce que l’instituteur lui, quand il parle, tout le monde le croit. (p. 76)

  • 18  A. Joly (1992-1993 : 90), à partir d’exemples du type Marie, elle, elle aime le chocolat suisse.

42André Joly parle dans ce cas de thématisation double18. Notons qu’il n’y a ici qu’un seul constituant thématisé, au contraire d’énoncés comme L’instituteur, sa voiture, il la gare toujours dans la cour de l’école. Le pronom tonique lui en (16) n’est pas un second thème, c’est un soulignement contrastif du thème : l’opération est double, le thème est unique. Sans dislocation du SN, la dislocation du pronom tonique constitue également une thématisation, qui consiste seulement en un soulignement contrastif du complément d’objet :

16a. Ils vont donc montrer Ernesto à l’instituteur du moment que celui-ci le leur a demandé. Parce que lui, quand il parle, tout le monde le croit.

43Ainsi, au terme de cette deuxième partie, quelques éléments peuvent être retenus :

  • toutes les dislocations de l’objet avec pronominalisation sont des thématisations, mais les dislocations sans pronominalisation sont susceptibles de deux interprétations différentes et exclusives dans un même énoncé en contexte : l’une est thématique, l’autre rhématique ;

  • trois tests permettent d’opposer ces deux interprétations : l’insertion de que ou la paraphrase en c’est…que sont autorisées dans le cas d’une interprétation rhématique, et interdites dans le cas d’une interprétation thématique ; au contraire, la pronominalisation de l’élément disloqué n’est autorisée qu’en cas d’interprétation thématique ;

  • d’autre part, la dislocation du pronom non clitique oriente l’interprétation de la thématisation comme contrastive. Elle peut se combiner avec la dislocation d’une autre catégorie.

3. Type d’insertion dans le contexte

44Les énoncés comportant une dislocation de l’objet dans La Pluie d’été présentent différents modes d’insertion dans leur contexte :

  • l’élément disloqué n’est pas une reprise d’un élément antérieur (environ un quart des énoncés) ;

  • l’élément disloqué est une reprise à l’identique d’un élément du contexte antérieur (environ un quart) ;

  • l’élément disloqué est une reprise modifiée d’un élément du contexte antérieur (environ un quart) ;

  • l’élément disloqué est une reprise anaphorique d’un élément du contexte antérieur (environ un sixième) ;

  • l’élément disloqué est une reprise d’un élément non cité précédemment dans le discours, mais repérable par rapport à la situation de discours : on l’appellera élément situationnel (environ un dixième).

45En fait, ce qui importe ici dans l’interprétation du type de thématisation en jeu dans l’énoncé, c’est le fait qu’il y ait ou non reprise. C’est ce qu’on verra dans cette seconde partie.

3.1. Aucune reprise

46La première phrase du roman est un cas typique de non reprise d’un élément du contexte antérieur, puisqu’il n’y a pas de contexte antérieur :

17. Les livres, le père les trouvait dans les trains de banlieue. Il les trouvait aussi séparés des poubelles, comme offerts, après les décès ou les déménagements. Une fois il avait trouvé La Vie de Georges Pompidou. Par deux fois il avait lu ce livre-là. (p. 9)

  • 19  M.A. Morel (1992 a et b).

47Ici le syntagme disloqué les livres fixe ce à propos de quoi il va être dit quelque chose. Ce thème est repris sans marquage syntaxique dans la phrase suivante, par le pronom anaphorique les. Les livres reste le thème implicite des deux phrases suivantes : « à propos des livres, on peut encore dire qu’il avait trouvé et lu La Vie de Georges Pompidou ». C’est d’ailleurs le thème des deux pages suivantes, et même l’un des thèmes généraux du roman, une sorte de cadre général, pour reprendre le terme employé par M.-A. Morel19. Ici la thématisation fonctionne donc comme une annonce, une introduction d’un thème nouveau. On trouve le même type de thématisation dans plusieurs énoncés du corpus ; ils se trouvent souvent au début d’un paragraphe précédé d’un espace qui le sépare nettement du paragraphe précédent, ce qui en fait en quelque sorte le début d’un nouveau chapitre, dans ce roman qui ne comporte pas de chapitres différents. Mais ils peuvent aussi se trouver à l’intérieur du paragraphe, et marquent alors une rupture thématique. En voici un exemple :

18. Les enfants acceptaient qu’on les classe, qu’on les prive, ils n’avaient rien à dire contre et ils laissaient faire. Ils aimaient la cruauté de la mère. Ils aimaient la mère. Ils aimaient être abandonnés par la mère. La mère était cause de beaucoup de leur peur, de la peur des enfants. Ernesto et Jeanne, les brothers et les sisters les aimaient presqu’autant que le père et la mère, mais ceux-là ils les connaissaient infiniment et ils n’avaient d’eux aucune espèce de peur. Ernesto et Jeanne, en aucun cas ils ne pouvaient remplacer la sorte de parents qu’ils avaient (…). (p. 72-73)

48Nous avons dans ce passage deux dislocations du complément d’objet, avec pronominalisation. Dans la première, l’élément disloqué, Ernesto et Jeanne, ne reprend pas un élément du contexte antérieur. C’est un thème nouveau, qui est introduit dans cet énoncé et repris dans les phrases suivantes : il est à nouveau saillant dans les deux phrases qui suivent, tout d’abord en reprise anaphorique par un pronom démonstratif (ceux-là : thématisation de l’objet), puis en reprise à l’identique dans la dernière phrase (Ernesto et Jeanne : thématisation du sujet).

49On a dans ce cas le même type de thématisation que dans certains titres de journaux :

19. Votre cuisine
Inventez-la.
(Maison et Travaux, n° 128, mai 1997)

50Cet énoncé figure sur la page de couverture, la première ligne légèrement plus grosse que la seconde. L’élément disloqué fixe le cadre dans lequel va s’inscrire l’ensemble de l’article, c’est le sujet de l’article. La thématisation est là aussi introductive.

  • 20  M. Rossi, conférence ELSAP-ELI à l’ENS Fontenay le 22-5-97.

51Quand l’élément disloqué ne reprend aucun élément du contexte antérieur, la thématisation a une fonction d’annonce d’un thème nouveau, qui sera maintenu dans le contexte postérieur, un peu comme ces titres de journaux. Mario Rossi montre que ce type de thématisation ne peut pas être marqué d’une intonation montante qu’il appelle continuatif appellatif, analogue à l’intonation marquant une question, alors que le continuatif appellatif peut marquer un thème qui est une reprise du contexte antérieur20.

3.2. Différents types de reprise

52La reprise à l’identique assure le lien avec la ou les phrases précédentes :

20. La mère : La petite, elle partira aussi.
Le père : Elle est d’un tempérament à partir, elle aussi… La petite… c’est impossible à supporter… la petite, plus l’avoir là… c’est impossible, terrible, terrible… (p. 97)

53La reprise peut être modifiée (par dérivation, paraphrase ou hyperonymie), et en voici quelques exemples :

21. Parce que, ce que les enfants craignaient que fasse la mère avec les tout petits n’avait pas nom d’abandon mais de séparation d’avec elle et d’avec le père et d’avec les autres enfants. (…) Etre séparés les uns des autres, ils ne pouvaient même pas le concevoir. (p. 71)

22. Après avoir touché les allocations familiales, le père et la mère allaient dans le centre-ville pour boire du beaujolais et du calvados. (…) Alors oui, les brothers et les sisters étaient désespérés. Ils ne pouvaient s’empêcher de craindre que cette fois-là était la bonne et que ces parents qu’ils avaient jamais plus ils ne les reverraient. (p. 51)

23. Ernesto : N’avez qu’à dire que j’ai la grippe, varicelle sur varicelle, scarlatine et compagnie, des choses comme ça.

 La mère : Il n’y croit pas l’instituteur aux maladies physiques… (p. 39)

54Il peut s’agir enfin d’une reprise d’un élément situationnel du contexte ; par exemple, après une conversation avec l’instituteur :

24. Les parents se taisent. Ils le savaient qu’il répondrait comme ça l’instituteur. (p. 60)

55Dans le cas où l’élément disloqué constitue une reprise d’un élément précédent, et quel que soit le type de reprise, la thématisation assure le lien avec le contexte antérieur, et clôt le débat sur ce dont on parle. Le thème n’est pas maintenu dans la suite du texte. La thématisation est conclusive.

56Ainsi, deux types de thématisation s’opposent selon le type de lien avec le contexte : soit le thème est nouveau, il est repris dans la suite du texte, et la thématisation est introductive. Soit le thème est une reprise (à l’identique ou modifiée) d’un élément du contexte antérieur, et la thématisation est conclusive.

57Au total, pour ce qui concerne la thématisation, plusieurs paramètres sont apparus comme pertinents dans l’interprétation d’un énoncé à « objet saillant » : la présence ou l’absence d’une pronominalisation, la catégorie de l’élément saillant, le fait que cet élément soit ou non une reprise d’un élément du contexte antérieur. Ces paramètres orientent l’interprétation de la saillance comme thématique ou rhématique, et, dans le cas d’une interprétation thématique, ils orientent l’interprétation selon un certain type de thématisation, introductive ou conclusive.

Haut de page

Bibliographie

Arrivé M., Gadet F. & Galmiche M. 1986, La grammaire d’aujourd’hui, Paris, Flammarion.

Bally C. 1932, Linguistique générale et linguistique française, édition de 1944, Berne, A. Francke S. A.

Blasco M. 1995, « Dislocation et thématisation en français parlé », Recherches sur le français parlé, Aix-en-Provence, 13, 45-65.

Chafe W. L. 1987, « Cognitive constraints on information flow », Coherence and Grounding in Discourse, Tomlin R. (éd.), Amsterdam, Benjamins, 21-51.

Chevalier et al. 1964, Grammaire du français contemporain, Paris, Larousse.

Combettes B. 1988, Pour une grammaire textuelle : La progression thématique, Bruxelles, Bœck-Duculot.

Combettes B. 1995, « La construction détachée portant sur l’objet du verbe : Evolution syntaxique et textuelle », Champs du signe : Sémantique, poétique, rhétorique, Toulouse, 5, 271-283.

Damourette J. & Pichon E. 1911-1940, Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, d’Artrey.

Firbas J. 1964, « On defining the theme in functionnel sentence analysis », Travaux Linguistiques de Prague, 1, 267-280.

Fradin B. 1988, « Approche des constructions à détachement : la reprise interne », Langue Française, Paris, Larousse, 78, 26-56.

Gadet F. 1991, « Le parlé coulé dans l’écrit : le traitement du détachement par les grammairiens du XXe siècle », Langue Française, Paris, Larousse, 89, 110-124.

Givon T. 1983, Topic Continuity in Discourse, Amsterdam, Benjamins.

Joly A. 1992-1993, « Thématisation et focalisation : Fondement d’une syntaxe énonciative », Modèles linguistiques, Lille, Presses Universitaires, XIV : 1, 87-98.

Halliday M.A.K. 1985 (éd. de 1994), An introduction to functionnal grammar, London, Edward Arnold.

Kleiber G. 1994, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Larsson E. 1979, La dislocation en français, Lund, CWK Gleerup.

Le Querler N. 1993a, « Les circonstants et la position initiale », 1001 circonstants, C. Guimier (éd.), Caen, P. U. C., 159-184.

Le Querler N. 1993b, « La cause : thématisation, rhématisation et subordination », Travaux linguistiques du Cerlico, Rennes, P. U. R., 6, 97-122.

Le Querler N. (en préparation), « Dislocation et thématisation en français », colloque ELSAP-ELI sur la thématisation, Caen, octobre 1997.

Martin R. 1981, « Thème et thématisation de l’énoncé », Travaux linguistiques de Gand, pp. 27-48.

Martinet A. 1985, Syntaxe générale, Paris, Colin.

Morel M. A. 1992a, « Intonation et thématisation », L’Information Grammaticale, 54, 26-35.

Morel M. A. 1992b, « L’opposition thème / rhème dans la structuration des dialogues », Journal of French Language Studies, Cambridge, University Press, 2 : 1, 61-74.

Nølke H. 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain-Paris, Peeters-S. I. G.

Nølke H. 1997, « Note sur la dislocation du sujet : thématisation ou focalisation ? », Les formes du sens, G. Kleiber & M. Riegel (éds), Louvain-la-Neuve, Duculot, 281-294.

Pohl J. 1984, « Documents pour servir à l’étude des phrases du type : “Les fleurs, j’aime” », Romanistisches Jahrbuch, 35, 36-58.

Riegel M., Pellat J. C., & Rioul R. 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, P. U. F.

Rossi M. 1981, L’intonation, de l’acoustique à la sémantique, Paris : Klincksieck.

Rossi M. 1985, « L’intonation et l’organisation de l’énoncé », Phonetica, 42, 135-153.

Rossi M. 1990, « Ordre, organisation et intonation », Scritti in onore di Lucio Croatto, Centro di Studio per li recerche di Fonetica del C.N.R., Padova, 211-226.

Haut de page

Notes

1  Mise en relief chez Chevalier et al. (1964 : 100-106), et emphase chez Riegel et al. (1994 : 425-426) par exemple.

2  Pour une définition comparée de ces deux termes, cf ici même les articles de B. Combettes et de S. Prévost. Notons que R. Martin (1981 : 40) réserve le terme de topicalisation à « la sélection du sujet grammatical », et que H. Nølke (1997 : 281) le réserve aux cas d’antéposition d’un complément verbal sans reprise pronominale (Le chocolat, j’aime).

3  Par M. Rossi par exemple (conférence ELSAP-ELI à l’ENS Fontenay le 22-5-97). Sur la thématisation par l’intonation, voir aussi Rossi (1981, 1985 et 1990).

4  Certains énoncés, comme Mange ta soupe par exemple, sont constitués d’un rhème seul.

5  Par exemple Bally (1932 : § 61), Rossi (1981 : 206), Martinet (1985 : § 8-43), Arrivé, Gadet, Galmiche (1986 : 671), Nølke (1994 : 108) pour n’en citer que quelques-uns.

6  Qu’on trouve par exemple chez Firbas (1964), Givon (1983), Halliday (1985), Chafe (1987), les deux premiers auteurs étudiant plus particulièrement dans l’énoncé la progression du connu au nouveau, qu’ils définissent comme le dynamisme communicatif de la phrase. G. Kleiber (1994 : 110-111) ne choisit pas entre la définition en connu - nouveau et la définition en ce dont on parle  - ce qu’on en dit (ce n’est pas l’objet de son étude) pour montrer que il a pour rôle d’assurer la continuité thématique d’un texte.

7  Cette pronominalisation est souvent appelée “reprise” dans les études sur la dislocation. Ce terme n’a pas été adopté ici parce que, s’il convient bien à la pronominalisation anaphorique, il convient mal à la pronominalisation cataphorique. D’autre part, le terme de reprise sera utilisé dans la seconde partie de cet article pour désigner une réitération plus ou moins exacte d’un élément du contexte antérieur.

8  Par exemple chez Gadet (1991).

9  L'apostrophe est également une construction détachée, mais pas une dislocation, contrairement à ce qu'affirme H. Nølke (1997 : 288) à partir d'un exemple comme Pierre, tu n'as pas répondu à ma question, en notant cependant qu'il faut la traiter à part. Cf B. Combettes (1988 et 1995), qui distingue très clairement construction détachée et construction segmentée. B. Fradin (1988 : 26) distingue dislocation, topicalisation et thème détaché pour désigner différents types de thématisation, mais il s’attache plus à l’analyse de la structure syntaxique qu’à celle de l’opération de thématisation.

10  Il n’y a évidemment pas de dislocation quand dans ces trois alternatives c’est à chaque fois le second terme qui caractérise l’énoncé : un complément d’objet postposé, sans pronominalisation et sans détachement, comme dans l’énoncé Il mange sa soupe, ne constitue pas un thème marqué syntaxiquement, puisqu’on a alors l’ordre canonique Verbe-Objet.

11  On reviendra plus loin sur la notion de cadre. Sur la valeur thématique des circonstants à l’initiale, voir Le Querler (1993 a et b).

12  Un autre procédé syntaxique de thématisation de l'objet est la passivation : il n'a pas été pris en compte ici, puisqu'alors on n'a plus de complément d'objet dans la phrase.

13  M. Blasco (1995) note qu’il ne faut pas lier systématiquement dislocation et thématisation, et elle distingue en particulier les cas où l’élément disloqué est lexical et les cas où il est pronominal. On reviendra sur ce point dans la deuxième partie.

14  Damourette et Pichon (1911-1940 : § 1008) opposent dislocature vraie (sans préposition) et semi-dislocature (avec préposition), mais ils ne signalent pas l’impossibilité d’une « dislocature vraie » à droite. E. Larsson (1979 : 96-98) étudie, dans la perspective de la grammaire générative, les cas d'interdiction de dislocation à droite des syntagmes non prépositionnels.

15  M.A. Morel (1992a : 34).

16  J. Pohl (1984 : 40, 57) évoque la possibilité d’insertion de que entre l’élément disloqué et le reste de l’énoncé, mais il n’en tire aucune analyse concernant la thématisation.

17  Le Querler (en préparation).

18  A. Joly (1992-1993 : 90), à partir d’exemples du type Marie, elle, elle aime le chocolat suisse.

19  M.A. Morel (1992 a et b).

20  M. Rossi, conférence ELSAP-ELI à l’ENS Fontenay le 22-5-97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le Querler, N. (1998) Le marquage syntaxique de la thématisation de l'objet dans La Pluie d'été de Marguerite Duras. Cahiers de praxématique 30. Monptellier : Pulm. 113-131

Référence électronique

Nicole Le Querler, « Le marquage syntaxique de la thématisation de l’objet dans La Pluie d’été de Marguerite Duras »Cahiers de praxématique [En ligne], 30 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2759

Haut de page

Auteur

Nicole Le Querler

ELSAP
Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search