Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47L’imparfait dans les phrases hypo...

5

L’imparfait dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] : pour une approche aspectuo-temporelle

The imparfait in [si IMP, COND] hypothetical sentences : for an aspectuo-temporal approach
Adeline Patard
p. 125-148

Résumés

L’imparfait est prototypiquement le temps verbal pour lequel se pose la question de l’articulation entre temporalité et modalité. En effet, les grammaires distinguent en général ses emplois « temporels », dans lesquels il situe un événement dans le passé (Hier, il pleuvait), de ses emplois « modaux », dans lesquels il porte sur des faits irréels (Si j’étais riche, je m’achèterais une voiture). Comment une même forme verbale peut-elle donner lieu en discours à ces différentes interprétations ?
Nous nous sommes penchée sur le cas particulier de l’imparfait dans les phrases hypothétiques en [si IMP, COND]. Nous en proposons une analyse fondée sur une conception aspectuo-temporelle de l’imparfait et sur la notion de dialogisme. Nous tenterons de montrer que l’imparfait, grâce à ses valeurs aspectuelle (non-incidente) et temporelle (passée), fonctionne dans ce tour comme un marqueur dialogique. Selon notre hypothèse, l’effet modal qu’on lui attribue n’est alors qu’un effet de sens produit par son interaction avec le contexte, mais, en lui-même, l’imparfait n’a rien de modal. Ainsi, dans le cas de l’imparfait dans les phrases en [si IMP, COND], la valeur modale procède de l’aspect et de la temporalité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nous notons IMP l’imparfait, et COND le conditionnel.

1L’imparfait dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND]1 représente un véritable défi pour les linguistes qui optent pour une description aspectuo-temporelle de ce temps. En effet, il est difficile d’admettre une valeur aspectuelle et temporelle de l’IMP dans une phrase comme :

(1) Si elle était là, je voudrais mourir dans ses bras. (Balzac, La peau de chagrin)

2où le fait dénoté est imaginaire et n’appartient pas à l’époque passée. La plupart des grammaires attribuent donc à l’IMP dans cet emploi un sens de potentiel ou d’irréel du présent (par exemple Riegel et al. 1994 : 308) et qualifient cet emploi de « modal » en le discriminant des emplois temporels (op. cit. : 305).

3Nous développerons, malgré tout, une explication aspectuo-temporelle pour traiter de l’IMP dans le tour hypothétique [si IMP, COND]. En effet, l’approche alternative souvent proposée qui consiste à englober valeur temporelle et valeur modale sous un même trait sémantique qualifié de « toncal » ou de « non actuel » (entre autres Damourette et Pichon 1911-1926/1970, Le Goffic 1986, Touratier 1996) ne paraît pas non plus satisfaisante. Gosselin fait ainsi valoir (1999 : 31) qu’« on obtient une valeur si abstraite qu’elle est (volontairement) confuse » et qu’elle « ne permet plus de distinguer l’IMP d’autres marqueurs, qui ont pourtant des effets de sens très différents » tels que « le subjonctif » ou « le futur simple » (ibidem). De plus Bres souligne (2005 : 5) que la valeur passée « apparaît systématiquement dans les énoncés minimalement contextualisés comme “il neigeait” », ce qui semble indiquer que le sens temporel est premier dans le signifié de l’IMP. L’approche aspectuo-temporelle ne paraît donc pas un si mauvais choix.

4Notre démonstration se fera en deux étapes. Dans un premier temps, nous examinerons des analyses aspectuo-temporelles qui ont essayé de rendre compte de l’IMP dans le tour [si IMP, COND] (1 §). Dans un second temps, nous définirons un cadre théorique (2 § et 3 §) et nous formulerons notre proposition explicative (4 §). Le but sera :

  • (i) de montrer que l’IMP a bien une valeur temporelle et aspectuelle dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] ;

  • (ii) d’établir que l’interaction de l’IMP avec certains éléments du contexte, notamment la structure [si protase, apodose] et le COND, produit les effets de sens « modaux » dont parlent les grammaires.

5Nous espérerons ainsi apporter quelques éléments d’explication à la question épineuse de l’IMP dans les phrases hypothétiques en [si IMP, COND].

1. Lecture de différentes approches aspectuo-temporelles

6Les explications aspectuo-temporelles de l’IMP dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] tentent de chercher une solution tantôt du côté de l’aspect, tantôt du côté de la temporalité, tantôt en s’appuyant sur les deux. Nous aborderons tour à tour les différents types d’explication.

1.1 Les explications aspectuelles

7Nous présenterons l’explication de Martin (1987 et 1991), puis celle de Wilmet (1997/2003).

1.1.1 Martin (1987 et 1991)

8Son explication se fonde principalement sur deux éléments :

  • (i) une conception psychomécanique de l’IMP : l’IMP serait composé d’une part d’accompli, le chronotype β qui appartient à l’univers actuel du locuteur, et d’une part d’inaccompli, le chronotype α qui appartient à une image d’univers distincte de l’univers du locuteur ;

  • (ii) la distinction entre temps de re et temps de dicto : l’axe temporel de re est l’axe « où se situent les événements » tandis que l’axe temporel de dicto est l’axe « où s’opèrent la prise en charge des propositions qui les décrivent » (1991 : 90).

9Martin explique ensuite que, dans les phrases [si IMP, COND] hypothétiques, la composante de l’IMP disparaît sous l’effet de si et que seule demeure la composante associée à un univers purement imaginaire. Le problème de la temporalité de l’IMP ne se pose alors plus du fait que l’attache au passé, le chronotype β n’existe plus. La composante d’inaccompli de l’IMP s’interprète alors de dicto comme une « distanciation par rapport aux mondes possibles » (op. cit. 91) ou une « falsification encore inachevée du possible » (op. cit. 92). Cela explique selon lui qu’avec l’IMP « le mouvement naturel de l’hypothèse [va] du côté de l’irréalité » (ibidem). En résumé, l’IMP n’est plus temporel sous l’action de si, son emploi dans les phrases hypothétiques est uniquement déterminé par sa composante aspectuelle.

10La proposition de Martin fait difficulté sur plusieurs points.

11a. D’abord, contrairement à ce que postule l’auteur, la part d’accompli prévue dans la valeur de base est bien présente dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND]. Soit (2) :

(2) Si tu étais    m’écouter ce soir, je te donnerais un bon conseil, Birotteau, ce serait de laisser ton du Tillet. (Honoré de Balzac, Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau)

12La possibilité d’employer la locution être en train de montre que l’IMP n’est pas purement inaccompli, mais bien sécant, c’est-à-dire composé d’une portion d’inaccompli et d’une portion d’accompli.

13b. Par ailleurs, l’explication est imprécise sur un point crucial : pourquoi le sens passé de l’IMP disparaît-il sous l’effet de si ? Rien ne l’implique intuitivement. De plus, si on poursuit le raisonnement avec le passé simple (noté PS), il faudrait interpréter de la même façon les phrases hypothétiques en [si PS, PS]. Pourtant, dans ce cas, le sens passé ne disparaît pas :

(3) Nous ne savons pas si Cunégonde accepta la demande en mariage que lui adressa Constantin. Mais si elle acquiesça à sa demande, ils furent (à coup sûr) les plus heureux des humains, tant ils étaient faits pour s’entendre. (Voltaire, Candide cité par M. Vuillaume in Leeman, 2001 : 223)

14Si induit la lecture hypothétique de acquiesça, c’est-à-dire qu’on suppose, sans l’asserter, que l’événement acquiescer a eu lieu. Par contre, le procès continue d’appartenir à l’époque passée. On peut en conclure que si n’est pas responsable de la disparition (apparente) du sens passé de l’IMP dans le tour [si IMP, COND].

15L’explication de Martin ne s’avère donc pas totalement satisfaisante, notamment au niveau du rôle joué par si et de l’origine de l’interprétation non-passée du procès à l’IMP. Nous tenterons d’éclaircir ces points ultérieurement (infra 4. 1. et 4. 3.).

1.1.2 Wilmet (1997-2003)

16Pour Wilmet, les phrases hypothétiques [si IMP, COND] nécessitent dans la subordonnée un temps sécant comme l’IMP. En effet, selon lui, toute hypothèse comporte une fraction de certitude, ce qui « impose au moins un début de réalisation du procès à venir, c’est-à-dire sa vision sécante » (op. cit. 375). Wilmet explique ainsi l’emploi de l’IMP (et du présent) dans les subordonnées hypothétiques et prévoit de la même manière l’impossibilité d’avoir dans la protase le COND, le PS et le futur du fait de leur aspect « global » (op. cit. 375-376). Quant à la valeur passée de l’IMP, elle n’est, dans ce type d’emploi à dominante aspectuelle, que « de l’ordre de la conséquence non recherchée mais utilisable » (op. cit. 418).

17On peut avancer un certain nombre d’arguments contre cette position.

18a. D’abord, le COND est possible après si en discours hyponormé (langue enfantine) (4) et en français du Québec :

(4) si Jospin inscrirait la pétanque aux jeux olympiques, il voterait pour lui (oral, > Bres, 2005 : 17)

19b. Ensuite des faits montrent qu’on ne peut considérer le COND et le futur comme des formes globales. En effet, si on pratique le test de Guillaume (1929, 1964) de la compatibilité avec déjà, il faut bien admettre avec Bres (1997 : 176) que le COND et le futur peuvent s’associer à une vision sécante du procès ((5) et (6)).

(5) Sophie dormirait depuis déjà dix minutes lorsque Pierre se lèverait. (Bres, 2005 : 17)

(6) Sophie dormira depuis déjà dix minutes lorsque Pierre se lèvera. (Bres, 2005 : 17)

20Il faudrait donc plutôt admettre que ces deux temps sont aspectuellement neutres, ce qui n’est pas compatible avec la thèse de Wilmet.

21c. D’autre part, on peut remarquer que le PS est tout à fait possible dans la protase dans des phrases du type [si PS, PS]. Reprenons (3) sous (7) :

(7) Nous ne savons pas si Cunégonde accepta la demande en mariage que lui adressa Constantin. Mais si elle acquiesça à sa demande, ils furent (à coup sûr) les plus heureux des humains, tant ils étaient faits pour s’entendre. (Voltaire, Candide cité par M. Vuillaume in Leeman : 223)

22Le PS peut apparaître dans les phrases hypothétiques alors qu’il est incompatible avec déjà (8) et est donc réellement global.

(8) Sophie dormit* depuis déjà dix minutes lorsque Pierre se leva. (Bres, 2005 : 17)

23Des formes globales non sécantes peuvent ainsi être utilisées après si. Donc, contrairement à ce que postule Wilmet, l’aspect sécant n’est pas une condition sine qua non de la représentation des procès des subordonnées en si.

24d. Enfin, l’hypothèse de Wilmet néglige selon nous le rôle de la valeur passée de l’IMP dans les phrases hypothétiques. Il considère que celle-ci ne détermine en rien l’emploi de ce temps et qu’elle n’est qu’une conséquence annexe de son utilisation pour des raisons aspectuelles. Or on ne peut nier la différence au niveau sémantique entre le présent (associé au futur) et l’IMP (associé au COND) en (9) et (10), alors que ces temps ne se différencient, selon Wilmet, que sur le plan de la temporalité :

(9) Si Pierre vient la voir demain, Marie sera heureuse.

(10) Si Pierre venait la voir demain, Marie serait heureuse.

25L’événement semble moins probable avec l’IMP (10) qu’avec le présent (9). La valeur passée de l’IMP paraît donc jouer un rôle dans l’expression d’une moindre probabilité, rôle que Wilmet ne prend pas en compte.

1.2 Les explications temporelles

26Nous étudierons les solutions proposées par Guillaume (1929,

271971) et par Chevalier et al. (1982).

1.2.1 Guillaume (1929, 1971)

  • 2  Pour Guillaume, le COND équivaut à l’association du présent et du futur qu’il présente comme un es (...)

28Pour Guillaume, la valeur passée de l’IMP permet de marquer l’antériorité notionnelle de la condition par rapport à la conséquence au COND2, « la condition [étant] par définition antécédente à la conséquence » (1971 : 123). Pour ce qui est de la valeur aspectuelle de l’IMP, il ajoute qu’elle a seulement « facilité » l’emploi de ce temps, le caractère décadent de –ait permettant aussi de prendre en compte la « décadence notionnelle » de la condition au-dessous de la conséquence (op. cit. 202).

29Cette explication ne semble pas non plus satisfaisante.

30a. Bres (2005 : 16) note que si l’IMP était chargé de marquer l’antériorité notionnelle de la condition par rapport à la conséquence, on devrait pouvoir trouver dans la protase une forme composée de même niveau que celle de l’apodose (c’est-à-dire un COND passé), la composition permettant selon Guillaume « l’expression de n’importe quel rapport d’antériorité sans avoir à changer d’époque » (op. cit. : 75), mais cela semble exclu (11).

(11) Si Pierre partait/*serait parti, je le suivrais.

31On peut ajouter que lorsqu’on emploie un COND dans la protase en québecois ou dans le langage des enfants, il s’agit d’un COND présent (voir l’exemple (4)) qui ne marque pourtant pas l’antériorité de la condition par rapport à la conséquence. Bres remarque qu’on peut aussi avoir dans les phrases hypothétiques un IMP dans la protase et dans l’apodose (12), l’antécédence de la condition par rapport à la conséquence n’est alors pas non plus exprimée.

(12) Si Sophie partait, je trouvais cela normal.

32Ainsi, les phrases hypothétiques n’expriment pas toujours l’antériorité de la condition sur la conséquence. Les raisons de l’emploi de l’IMP dans le tour [si IMP, COND] doivent donc être cherchées ailleurs.

1.2.2 Chevalier et al. (1982)

33Pour Chevalier et al., l’emploi de l’IMP dans la protase est contraint par l’usage du COND dans l’apodose. Ils partent du postulat qu’avec le COND, « l’hypothèse exprimée dans la protase suppose l’existence […] d’un savoir ou d’une croyance contraires, qu’elle feint d’ignorer » (op. cit. 13). En d’autres termes, le COND induit que l’hypothèse de la protase est « démentie par l’expérience » (op. cit. 14). Dans ce cas, les auteurs estiment qu’il faut une forme comme l’IMP qui puisse marquer l’antériorité du « lieu où l’hypothèse est envisageable » (notons le h) par rapport :

  • (i) au présent de parole (où il est attesté que l’hypothèse n’est plus envisageable),

  • (ii) au lieu assigné à l’événement lui-même (l’hypothèse devenant aussi caduque à ce moment).

34En bref, le COND demande le marquage d’une double antériorité, celle de h par rapport au moment où l’événement a lieu et par rapport au moment de l’énonciation, demande qui est satisfaite par l’IMP.

35Cette hypothèse ne manque pas d’intérêt mais on peut faire cependant quelques objections.

36a. D’abord, les auteurs n’expliquent pas pourquoi l’emploi du COND implique que l’hypothèse soit « démentie par l’expérience ». On peut en effet trouver des phrases avec l’IMP et le COND dans lesquelles les événements décrits sont encore réalisables dans l’avenir. C’est le cas de l’énoncé (10) déjà cité.

(10) Si Pierre venait , cela ferait plaisir à Marie.

37L’emploi du COND dans l’apodose ne signifie donc pas forcément que l’hypothèse soit contraire à la réalité. Or si l’hypothèse n’est pas démentie par l’expérience et si elle n’est pas caduque au moment de l’énonciation, l’expression de la double antériorité de h décrite par les auteurs ne se justifie plus.

38b. Par ailleurs, Wilmet constate que (op. cit. 376) le PS ne peut s’employer avec le COND en apodose :

(13) Si Pierre partit*, je le suivrais.

39Or, celui-ci est tout aussi apte que l’IMP à marquer l’antériorité de h. L’expression d’une antériorité ne constitue donc pas une contrainte valable sur le choix du temps à utiliser dans la protase, sinon le PS devrait être possible.

40Cet exemple suggère par ailleurs que le rôle de l’aspect grammatical est ici essentiel, car lui seul permet de discriminer le sémantisme du PS de celui de l’IMP, et donc de rendre compte de l’emploi du premier là où le second est impossible. Mais l’explication de Chevalier et al. n’intègre pas cette différence entre l’IMP et le PS.

41c. Enfin, comme on l’a vu (4), le COND peut aussi apparaître dans la protase, bien que celui-ci semble inapte à exprimer l’antériorité de h.

42En conclusion, la présence d’un COND dans l’apodose n’impose pas qu’on emploie dans la protase un temps comme l’IMP, pouvant exprimer une antériorité.

43Ces lectures critiques montrent qu’une explication de l’IMP hypothétique ne peut négliger ni la dimension temporelle ni la dimension aspectuelle des contraintes exercées dans ce contexte. Examinons maintenant des approches qui tentent de prendre en compte ces deux éléments.

1.3 Les explications aspectuelles et temporelles

44On analysera dans cette partie les propositions de Gosselin (1999) et de Bres (2005). Les deux théories voient dans l’IMP une forme verbale passée et inaccomplie.

1.3.1 Gosselin (1999)

45La solution de Gosselin rejoint par certains côtés l’explication formulée par Chevalier et al.. Pour lui, les phrases hypothétiques associent à l’hypothèse de la protase une modalité, celle de la possibilité prospective (op. cit. 36) — la « possibilité valide à un moment t qu’un procès soit le cas ultérieurement » (ibidem). L’IMP porterait alors « non sur le procès exprimé par la subordonnée hypothétique mais sur le méta-procès correspondant à la possibilité prospective » (ibidem). Ainsi, l’IMP étant considéré comme une forme passée d’aspect inaccompli, il représente la possibilité prospective que le procès soit le cas comme passée et comme inaccomplie (cette possibilité peut encore exister au présent du locuteur ou au contraire être révolue).

46Gosselin appuie sa théorie sur le comportement particulier de l’IMP avec la paraphrase en c’est vrai que dans la protase (op. cit. 38). Il observe qu’avec le passé composé le temps verbal porte bien sur le procès :

(14) Si Pierre a vu Marie, il a dû lui raconter son aventure. (op. cit. 38)

(14’) Si est   Pierre a vu Marie, il a dû lui raconter son aventure. (op. cit. 38)

47tandis qu’avec l’IMP le temps verbal s’applique à l’expression c’est vrai que :

(15) Si Pierre était riche, il achèterait une voiture. (op. cit. 38)

(15’) Si était   Pierre est riche, il achèterait une voiture.  (op. cit. 38)

48et non au procès :

(15”) ? ? Si est   Pierre était riche, il achèterait une voiture. (op. cit. 38)

49Gosselin voit dans cette différence de comportement que « l’imparfait n’affecte pas le procès de la subordonnée, mais sa modalité d’assertion » (ibidem). Ce que l’IMP situe dans le passé, ce n’est donc pas le procès lui-même, mais sa modalité d’assertion, c’est-à-dire la possibilité prospective d’avoir encore lieu.

50Ainsi testée, l’hypothèse avancée par Gosselin paraît séduisante. Nous ferons pourtant quelques remarques.

51Pour Gosselin, on trouve l’interprétation d’une possibilité prospective portant sur le prédicat de la subordonnée seulement dans la construction [si IMP, COND], mais il ne précise pas quel ingrédient provoque précisément cette interprétation. Interrogeons-nous un instant sur son origine.

52L’idée d’une possibilité prospective n’apparaît pas dans les conditionnelles en si signifiant une concession :

(16) S’il était riche, il était pingre.

53Ainsi, dans (16), l’événement « il est riche » n’est pas juste envisagé dans sa possible réalisation, il est posé comme réel dans le passé. L’IMP ne porte donc pas ici sur « la modalité d’assertion du procès », mais bien sur le procès lui-même. En conséquence, ce n’est pas la construction [si protase, apodose] qui est responsable de la possibilité prospective.

54L’interprétation d’une possibilité prospective semble plutôt liée à la présence du COND. En effet, si l’on remplace dans (16) l’IMP de l’apodose par un COND présent (17), on constate bien l’expression d’une hypothèse et donc d’une modalité de l’ordre de la possibilité prospective portant sur le prédicat (17’) :

(17) S’il était riche, il serait pingre.

(17’) Si était  ’il est riche, il serait pingre.

55Si le conditionnel chez Gosselin peut signifier la prospection (c’est un ultérieur du passé), on voit mal comment il peut engendrer, dans la protase, l’interprétation modale d’une possibilité. Aussi, pensonsnous qu’il n’existe pas de contrainte correspondant à « une modalité associée à l’hypothèse » qui serait de l’ordre de la possibilité prospective (op. cit. 38), et qu’il ne s’agit que d’un effet de sens produit par le contexte.

56Cela est confirmé par les paraphrases utilisées pour appuyer cette thèse. L’expression c’est vrai que exprime ici un prédicat d’existence plus qu’une possibilité prospective. Il faudrait donc plutôt employer une paraphrase en il est possible que. On peut faire la glose dans les phrases hypothétiques (17’), mais pas dans les phrases concessives (16’) :

(17’) Si ’était possible ’il soit riche, il serait pingre.

(16’) ? Si ’est POSSIBLE QU’il était riche, il était pingre.

57Cela rejoint notre remarque précédente : l’effet éventuel d’une « possibilité prospective » semble lié à l’emploi du COND dans l’apodose, mais comme on l’a déjà dit, la valeur du COND dans le paradigme de Gosselin ne suffit pas à en rendre compte. Nous proposerons plus loin une explication pour ce phénomène (infra 4. 1.).

1.3.2 Bres (2005)

  • 3  Ainsi dans l’exemple suivant,
    Ex. oui, la quête d’Aurore Brossard est légitime (Bres, 1999 : 72)
    l (...)

58Bres, quant à lui, propose de voir l’IMP dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] comme portant sur l’énonciation du procès (et non sur le procès ou sur sa modalité d’assertion). Il sollicite pour cela l’approche dialogique déjà développée entre autres dans Bres 1999, Bres 2001 et Bres & Vérine 2002. La notion de dialogisme décrit « la capacité de certains énoncés à faire entendre, outre la voix de l’énonciateur [-locuteur], [une ou] d’autres voix qui le feuillettent énonciativement » (Bres, 2001 : 83)3. Notons la phrase hypothétique si P, Q. Dans si P, si « sert à reprendre dialogiquement en supposition un énoncé antérieur P d’un autre énonciateur, pour en faire la base de l’assertion de l’apodose » (Bres, 2005 : 26). L’IMP expliciterait alors, grâce à sa valeur passée, l’antériorité de l’énonciation de P par rapport à l’énonciation de si P, Q. Pour ce qui est de l’aspect, l’IMP est décrit comme non-incident, c’est-à-dire comme représentant le procès en son cours au-delà de sa borne initiale et en deçà de sa borne finale (ibidem). Dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND], la valeur non-incidente de l’IMP permettrait donc, en représentant le procès au-delà de sa borne initiale, d’exprimer « l’incidence outrepassée » de P liée à ce que P est « énonciativement dépendant d’un dire » (ibidem).

59Nous adhérons dans l’ensemble à cette approche dialogique qui nous semble pour le moment la plus satisfaisante. Cependant, nous nous démarquons des propositions de Bres sur un point central.

60a. Nous ne pensons pas que l’interprétation dialogique de l’IMP soit de la responsabilité de si. En effet, dans les phrases conditionnelles [si IMP, IMP] dont l’effet produit n’est pas l’hypothèse mais la concession (voir la phrase (16) ), l’IMP porte bien sur le procès (celui-ci est bien situé dans le passé). Il n’explicite donc pas l’antériorité de l’énonciation de P par rapport à l’énonciation de si P, Q et n’est donc pas ici dialogique. Mais cela ne signifie pas que les phrases conditionnelles concessives ne sont pas dialogiques. Elles le sont : elles permettent en effet au locuteur de concéder un dire antérieur P, pour lui opposer Q, dans un phrase si P, Q. Seulement ce dialogisme-là n’entraîne pas l’emploi d’un IMP portant sur un dire antérieur. Il faut donc chercher ailleurs que dans si l’origine du dialogisme de l’IMP.

61b. Par ailleurs, on voit mal comment le fait de choisir d’expliciter ou non l’antériorité de P par rapport à si P, Q peut expliquer la différence de sens déjà pointée précédemment (supra 1. 1. 2.) entre l’emploi du présent (le fait supposé paraît probable) et l’emploi de l’IMP (le fait supposé paraît improbable). Il nous semble que le seul moyen de sortir de cette impasse est d’abandonner l’idée que si requiert de marquer l’antériorité de l’énonciation de P par rapport à si P, Q.

62L’examen de diverses propositions aspectuo-temporelles nous engage donc à penser que les deux composantes, temporelle et aspectuelle, de l’IMP agissent comme des éléments déterminants de l’emploi de ce temps dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND]. Cette lecture critique fait aussi apparaître que l’IMP ne porte pas dans ce tour sur l’événement lui-même mais sur quelque chose qu’on peut matérialiser par l’expression c’est vrai que ((15) et (15’)). Pour notre part nous voyons là le signe d’un phénomène dialogique (nous développerons cette idée ultérieurement infra 4). Avant de présenter notre explication, nous allons exposer les outils théoriques sur lesquels elle se fonde : la conception praxématique du temps verbal et la notion de dialogisme.

2. Éléments théoriques

2.1 Une conception aspectuo-temporelle du temps verbal

63Nous suivons la théorie praxématique qui reprend en les retravaillant les propositions de Guillaume sur le temps verbal. Dans ce cadre, les temps verbaux donnent des instructions temporelles et aspectuelles sur la façon dont le temps impliqué par un procès doit être vu. Pour les besoins de la démonstration, on s’intéressera ici à l’IMP, au PS et au COND.

64L’IMP situe dans le passé un point (instruction temporelle [+ passé]) d’où on envisage le procès sans en montrer les bornes initiale et terminale (instruction aspectuelle [-incidence]).

65Le PS situe dans le passé le procès (instruction temporelle [+ passé]) qui est envisagé depuis sa borne initiale jusqu’à sa borne finale (instruction aspectuelle [+ incidence]).

  • 4  On peut citer entres autres Vet 1981, Gosselin 1999, Wilmet 2001 et 1997-2003.

66Pour ce qui est du COND, je suivrai ceux qui, comme Vuillaume (2001), le définissent comme un futur/ultérieur du passé4 — cette conception est confirmée par le morphème -rait du COND qui se compose du morphème -r- du futur et du morphème -ait de l’IMP. Le COND donne donc les instructions temporelles [+ passé] et [+ futur]. L’ordre a ici son importance : le COND situe d’abord dans le passé un point à partir duquel un énonciateur envisage ensuite le procès comme ultérieur. Au niveau aspectuel, on considérera le COND comme neutre (instruction aspectuelle [neutre]).

2.2 La notion de dialogisme

  • 5  À la suite de Ducrot 1984 on peut aussi parler de polyphonie.

67À l’instar de Bres (2005), nous utiliserons en la retravaillant la notion de dialogisme (voir supra 1.3.2 pour une définition) empruntée à Bakhtine (1929-1977)5. On distinguera ainsi le locuteur énonciateur principal responsable de l’énoncé, des énonciateurs secondaires dont le dire est également actualisé dans l’énoncé.

3. Dialogisme et temps verbal

3.1 L’imparfait

  • 6  Par exemple Fleischman 1991, Rabatel 1998, Vuillaume 1998, Sthioul 2000, Labelle 2002, Nølke & Ols (...)

68Dans la littérature sur le temps verbal, on a souvent qualifié l’IMP de temps subjectif en citant des emplois où ce temps sert à exprimer un point de vue différent de celui de l’énonciateur principal6. En d’autres termes, l’IMP, favoriserait la médiation énonciative d’une instance se dissociant du locuteur.

69Cette aptitude de l’IMP s’explique par sa valeur aspectuelle non-incidente. En effet, en ne représentant pas les bornes inhérentes du procès, l’IMP ne permet qu’une saisie incomplète de celui-ci sur la ligne du temps et aura tendance à chercher, pour inscrire le procès dans la réalité, un point d’ancrage qui pourra être un circonstant, un autre procès ou, parfois, le dire d’un énonciateur secondaire dissocié de l’énonciateur principal (Bres, 2003 : 80). On dira dans ce dernier cas que l’IMP est dialogique. En voici un exemple :

(18) Pierre a dit qu’il venait ().

70L’IMP s’est fixé au point d’ancrage exprimé par la principale : « Pierre a dit », point d’ancrage qui correspond en fait au dire de l’énonciateur secondaire Pierre sur sa propre venue. On remarquera que l’IMP ne porte alors pas sur le procès lui-même (il ne situe pas venir dans le passé), mais bien sur l’énonciation de ce procès (c’est l’énonciation de la venue de Pierre qui est située dans le passé, comme l’atteste la possibilité d’ajouter le circonstant demain).

71L’IMP permet donc le fonctionnement dialogique.

3.2 Le passé simple

  • 7  Voir note 2 page précédente.

72Contrairement à l’IMP, le PS est souvent décrit comme un temps plutôt objectif ayant tendance à présenter le procès en lui-même7. Il serait donc peu apte à l’expression d’un point de vue et à la médiation énonciative d’une instance autre que celle de l’énonciateur principal.

73Cette faible capacité est liée à sa valeur aspectuelle incidente. En effet, le PS représente le procès depuis sa borne initiale jusqu’à sa borne finale. De ce fait, comme le souligne Bres (2003 : 79) il fait preuve d’une moindre dépendance dans son inscription sur la ligne du temps que l’IMP et n’a pas besoin de s’ancrer à un point dans le temps qui correspondrait au dire d’un énonciateur secondaire. Cela explique que le PS n’est pas employé dans le discours indirect libre et qu’il est problématique en discours indirect :

(19) ? Pierre dit qu’il vint.

  • 8  Un certain nombre de linguistes s’accordent pour dire que le PS n’est pas incompatible avec la rep (...)

74Le PS paraît donc réticent à la médiation d’un énonciateur secondaire (sauf dans des contextes très particuliers8).

3.2.1 Le conditionnel

75On considère en général que le COND exprime un point de vue autre que celui du locuteur-énonciateur : on peut donc admettre qu’en lui-même le COND est toujours dialogique (idée formulée autrement mais partagée par Abouda (1997), Donaire (1998), Kreutz (2001), Vuillaume (2001) et Haillet (2002) entre autres). Par contre, contrairement à l’IMP, son affinité avec la médiation énonciative est due à sa valeur temporelle et non à sa valeur aspectuelle. En effet, le COND étant un ultérieur du passé, l’inscription du procès sur la ligne du temps se fait obligatoirement par la médiation d’un point (de vue) situé dans le passé. La dissociation énonciative entre énonciateur principal et énonciateur secondaire est donc systématique. Ainsi, dans (20),

(20) Pierre a dit qu’il viendrait.

76le COND signifie que le procès venir est vu par un énonciateur secondaire situé dans le passé (qu’on peut identifier comme étant Pierre) qui considère celui-ci comme ultérieur (Pierre situe sa venue dans son futur).

77En résumé, l’IMP autorise la dissociation énonciative, le PS y est réticent, et le COND l’impose. Entrons maintenant dans le vif du sujet avec la construction des phrases conditionnelles avec IMP et COND.

4. La construction du tour [si IMP, COND]

4.1 Le rôle de si

  • 9  Cette approche s’oppose à une autre conception de si selon laquelle « “faire une hypothèse” c’est (...)

78Nous suivrons ici la conception de si développée dans Vairel 1982. Dans le tour si P, Q, si a une double valeur. D’une part, si a une valeur hypothétique : il permet de supposer la réalité de P9, d’autre part, si a une valeur conditionnelle : la supposition de P est donnée comme la condition de l’énonciation de Q (op. cit. 6). Vairel donne ainsi l’exemple suivant d’une phrase conditionnelle concessive :

(21) S’il est peu sociable, il a un cœur d’or. (Vairel, 1982 : 8)

79si permet à l’énonciateur principal de supposer la réalité de « il est peu sociable » (admettons que…), puis de poser cette supposition comme la condition de l’énonciation de « il a un cœur d’or ». On pourrait faire la paraphrase suivante : Admettons qu’il soit peu sociable, il faut alors ajouter qu’il a un cœur d’or. Cette analyse fonctionne aussi avec les phrases hypothétiques. Soit (22) :

(22) Si Pierre vient, Marie sera heureuse.

80L’énonciateur principal suppose la réalité de « Pierre vient », qu’il pose ensuite comme la condition de l’énonciation « Marie sera heureuse » : Supposons que Pierre vienne, alors on peut penser que Marie sera heureuse. La même analyse peut s’appliquer à la phrase hypothétique au PS [si PS, PS] :

(23) Si Pierre vint la voir, Marie fut heureuse.

81Dans (23), si permet à l’énonciateur de supposer la réalité de la situation passée « Pierre vint », supposition qui entraîne l’énonciation de la situation passée « Marie fut heureuse » : À supposer que Pierre vint, on peut penser que Marie fut heureuse.

4.2 Le rôle du conditionnel

82Le COND, du fait de sa valeur d’ultérieur du passé, impose que l’on voie le procès de l’apodose comme n’étant pas assumé par l’énonciateur principal, mais par un énonciateur secondaire situé dans le passé. La dissociation énonciative qu’il implique dans l’apodose entraîne aussi dans la protase un dédoublement énonciatif :

83l’énonciateur principal n’assumant pas Q, il ne peut assumer la réalité de P qui conditionne Q. Ainsi, dans (10),

(10) Si Pierre venait la voir demain, Marie serait heureuse.

84le COND implique que l’énonciation de la situation de l’apodose

85« Marie sera heureuse » soit passée. Le contexte demande alors dans la protase l’emploi d’une forme capable d’exprimer cette médiation énonciative passée.

86C’est pourquoi le PS dans la protase est incompatible avec un COND dans l’apodose (24) :

(24) Si Pierre *vint la voir, Marie  heureuse.

87car celui-ci ne peut pas prendre en charge la dissociation énonciative. L’IMP et le COND en sont par contre capables et peuvent donc s’employer dans la protase (cf. (4) et (10) ). Le COND est cependant marqué :

(10’) ? Si Pierre viendrait la voir demain, Marie serait heureuse.

88Notre explication est qu’on a, dans ce cas, le pléonasme d’une double non-inscription dans la réalité. D’une part si suppose, mais sans la poser, la réalité de la situation et d’autre part le COND nous dit que l’énonciateur principal ne se prononce pas non plus sur la réalité de la situation. C’est donc cet effet pléonastique qui est condamné par la norme, même si la convergence au niveau du sens de si et du COND fait que ce dernier continue d’être utilisé dans la protase.

89On peut expliquer maintenant d’où vient l’effet de moindre probabilité souvent constaté dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] : il est produit par le COND. Ce temps impose que l’énonciateur principal se défausse de la responsabilité de l’énoncé sur un énonciateur situé dans le passé (Vuillaume, 1999 : 109). De fait, en prenant de la distance avec son énoncé, l’énonciateur principal rend l’événement qu’il décrit moins probable. Ce n’est donc pas l’IMP qui est responsable de l’effet de moindre probabilité, c’est le COND.

4.3 Le rôle de l’imparfait

90Sous l’action conjuguée de si et du COND, l’IMP est préférentiellement employé (mais nous avons vu qu’on pouvait aussi trouver un COND présent comme dans l’exemple (3)). Grâce à sa valeur non-incidente qui le rend permissif au dialogisme et grâce à sa valeur passée, l’IMP peut poser l’énonciation de la situation dans la protase comme antérieure à l’énonciation de la phrase hypothétique. Reprenons l’exemple (10),

(10) Si Pierre venait la voir demain, Marie serait heureuse.

91L’IMP y situe dans le passé, non pas le procès venir (celui-ci peut appartenir à l’époque présente ou future), mais l’énonciation « Pierre vient ». Cette explication dialogique semble à première vue contre-intuitive vis-à-vis de l’interprétation qu’on peut avoir des énoncés hypothétiques. Pourtant le phénomène dialogique devient transparent si l’on pratique le test utilisé par Gosselin avec c’est vrai que. On peut en effet paraphraser (10) par (10’) :

(10”) Si ’était   Pierre vient la voir demain, Marie serait heureuse.

92Ce test montre que l’IMP porte sur c’est vrai que qui explicite une énonciation antérieure présupposée, et non pas directement sur le procès venir. L’imparfait est donc bien dialogique dans ce cas.

93Par ailleurs, en employant, l’IMP après si, on permet également de reconduire dans la protase l’effet de moindre probabilité produit par le COND de l’apodose : l’énonciateur principal se défausse également sur un autre énonciateur situé dans le passé.

94En bref, l’IMP est dialogique dans les phrases hypothétiques [si IMP ; COND] et possède bien ici comme ailleurs la valeur aspectuo-temporelle [+ passé] et [-incidence].

95Avant de conclure, il est nécessaire à ce niveau de revenir sur le sens de potentiel ou d’irréel du présent qu’on attribue généralement à l’IMP dans cet emploi. Celui-ci procède d’une interaction complexe entre l’IMP et son contexte. Cette interaction a été parfaitement analysée par Martin (1991) puis par Gosselin (1999) qui a en encore affiné l’explication, aussi nous n’y reviendrons pas dans le détail. Nous dirons seulement que, en fonction du contexte, la phrase hypothétique [si IMP, COND] aura tantôt une interprétation de potentiel, tantôt une interprétation d’irréel du présent :

    • 10  Par exemple avec des expressions comme par hasard ou d’aventure (Gosselin, 1999 : 32).

    (i) lorsque le contexte implique que l’événement supposé appartient à l’époque future ou induit un contexte d’ignorance10, le fait décrit dans la protase est vu comme potentiel, c’est-à-dire comme pouvant avoir lieu dans le présent ou le futur ;

  • (ii) dans tous les autres cas, on affaire à un irréel du présent : le fait décrit dans la protase est considéré comme irréel et comme ne s’étant pas produit dans l’époque présente.

96L’IMP n’est donc pas responsable à lui seul des sens potentiel ou irréel qu’on lui impute souvent dans les phrases hypothétiques. Il s’agit là d’effets de sens produits en interaction avec le contexte.

Conclusion

97Cette étude montre qu’une explication satisfaisante de l’IMP dans les phrases conditionnelles d’hypothèse peut passer par une conception aspectuelle et temporelle de celui-ci mise en relation avec son aptitude au dialogisme. Le sens modal qu’on lui attribue généralement n’est alors qu’un effet produit par son interaction avec le co(n)texte et par l’interprétation dialogique qui en découle. Les différents ingrédients de cette interaction agissent de la façon suivante :

  • (i) si suppose la réalité de P et pose celle-ci comme la condition de l’énonciation de Q ;

  • (ii) le COND signale que le locuteur-énonciateur principal se défausse de l’assertion du procès sur un énonciateur antérieur ;

  • (iii) l’IMP s’interprète, sous l’action de si et du COND, dialogiquement et implique la médiation passée d’un énonciateur antérieur : l’énonciateur principal n’assumant pas Q (contrainte imposée par le COND), il ne peut assumer la réalité de P qui conditionne Q (contrainte imposée par si).

98Les effets modaux actualisés sont alors au nombre de trois :

  • (i) le sens modal hypothétique exprimé par si : l’énonciateur principal suppose la réalité de la situation de la protase mais sans se prononcer sur cette réalité ;

  • (ii) l’effet modal de moindre probabilité liée à la dissociation énonciative qu’entraîne l’emploi du COND dans l’apodose ;

  • (iii) l’effet modal de potentiel ou d’irréel déterminé par les informations contextuelles sur la localisation du procès dans le temps (époque présente ou future) et/ou par un contexte d’ignorance.

99L’IMP n’a donc rien de « modal » dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND], mais il participe avec le contexte à la production d’effets de sens modaux. La difficulté pour expliquer l’emploi de l’IMP en phrase hypothétique tenait essentiellement à l’appréhension du phénomène dialogique dans ce tour.

Haut de page

Bibliographie

Abouda L. 1997, Recherches sur la syntaxe et la sémantique du conditionnel en français moderne, thèse de doctorat, Paris VII.

Bakhtine M. 1929-1977, Le Marxisme et la philosophie du langage, Paris : Minuit.

Berthonneau A.-M. et Kleiber G. 2003, « Un imparfait de plus… et le train déraillait », Cahiers Chronos 11, 1-24.

Bres J. 1997, « Habiter le temps : le couple imparfait/passé simple en français », Langages 127, 77-95.

Bres J. 1999, « Vous les entendez ? Analyse du discours et dialogisme », modèles linguistiques XX, 2, 71-96.

Bres J. 2001, « Dialogisme » in Détrie C., Siblot P., Verine B. (éd.), Termes et concepts pour l’analyse du discours, Paris : Champion, 83-86.

Bres J. 2003, « Temps verbal, aspect et point de vue : de la langue au discours », Cahiers de praxématique, 41, 55-84.

Bres J. 2005, « L’imparfait : l’un et/ou le multiple ? À propos des imparfaits narratif et d’hypothèse », Cahiers chronos 14, 1-32.

Bres J. Vérine B. 2002, « Le bruissement des voix dans le discours : dialogisme et discours rapporté », Faits de langue 19, 159-169.

Chevalier J.-C., Launay M., Molho M. 1982, « De l’hypothèse en espagnol », Information grammaticale 13, 12-16.

Damourette J. et Pichon E. 1911-1926/1970, Des mots à la pensée, tome 5, Paris : D’Artrey.

Donaire M. L. 1998, « La mise en scène du conditionnel ou quand le locuteur reste en coulisses », Le Français moderne, 66 : 2, 204-227.

Ducrot O. 1984, « Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation », in Le dire et le dit, Paris : Minuit, 171-233.

Fleischman S. 1991, « Verb tense and point of view in narrative » in Fleischman S., Waugh L. R. (éd.), Discourse pragmatics and the verb, London-New York : Routledge, 27-44.

Gosselin L. 1999, « Les valeurs de l’imparfait et du conditionnel dans les systèmes hypothétiques », Cahiers chronos, 4, 29-51.

Guéron J., Tasmowski L. 2003, « Présentation », in Guéron J., Tasmowski L.  (éd.), Temps et point de vue, Paris : Université Paris X Nanterre, 5-29.

Guillaume G. 1929, Temps et verbe, Paris : Champion.

Guillaume G. 1964, Langage et science du langage, Paris : Nizet et Québec : Presses de l’université de Laval.

Guillaume G. 1971, Leçons de linguistique 1948-1949, Série A, vol. 1, Québec : Presses de l’université Laval et Paris : Klincksieck.

Haillet P. 2002, Le conditionnel en français : une approche polyphonique, Paris : Ophrys.

Labelle F. 2002, « Point de vue et aspect en français et en anglais », Cahiers Chronos 9, 71-89.

Kreutz P. 2001, « “Une chatte n’y trouverait pas ses jeunes”. Polyphonie, scalarité et dispositions », in Dendale P. et L. Tasmowski (éd.), Le conditionnel en français, Université de Metz, 345-362.

Leeman D. 2001, « Pourquoi ne peut-on combiner si et le conditionnel ? », in Dendale P., Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, Paris : Klincksieck, 211-230.

Le Goffic P. 1986, « Que l’imparfait n’est pas un temps du passé », in Le Goffic P. (éd.), Points de vue sur l’imparfait, Caen : Centre de publications de l’université de Caen, 55-70.

Martin R. 1987, Langage et croyance, Bruxelles : Mardaga.

Martin R. 1991, « Types de procès et systèmes hypothétiques. De l’aspect de re à l’aspect de dicto », Travaux de linguistique et de philologie, XXIX, 87-95.

Nølke H., Olsen M. 2003, « Le passé simple subjectivisé », Langue française, 138, 75-85.

Pottier B. « Existence, possibilité et hypothèse », Information grammaticale, 13, 31.

Rabatel A. 1998, La construction textuelle du point de vue, Lausanne : Delachaux et Niestlé.

Riegel M., Pelat J.-C., Rioul R. 1994, Grammaire méthodique du français, Paris : PUF.

Sthioul B. 2000, « Passé simple, imparfait et sujet de conscience », Cahiers chronos, 6, 79-93.

Touratier C. 1996, Le système verbal français, Paris : Armand Colin.

Vairel H. 1982, « Les phrases conditionnelles/hypothétiques en français : la valeur de si A, B », Information grammaticale 14, 5-10.

Vet C. 1981, « La notion de “monde possible” et le système temporel et aspectuel du français », Langages, 64, 109-124.

Vuillaume M. 1998, « Le discours indirect libre et le passé simple », in Vogeleer S. et al. (éd.), Temps et discours, Louvainla-Neuve : Peeters, 191-201.

Vuillaume M. 2001, « L’expression du futur dans le passé en français et en allemand », in Dendale P., L. Tasmowski (éd.), Le conditionnel en français, Université de Metz, 105-124.

Wilmet M. 2001, « L’architectonique du “conditionnel” », in Dendale P., Tasmowski L. (éd.), Le conditionnel en français, Paris : Klincksieck, 21-44.

Wilmet M. 1997-2003, Grammaire critique du français, Paris : Hachette, Louvain-la Neuve : Duculot.

Haut de page

Notes

1  Nous notons IMP l’imparfait, et COND le conditionnel.

2  Pour Guillaume, le COND équivaut à l’association du présent et du futur qu’il présente comme un espace de temps indifférencié (1929 : 57). Marquer l’antériorité par rapport au COND avec une forme verbale revient donc selon lui à utiliser une forme passée comme l’IMP.

3  Ainsi dans l’exemple suivant,
Ex. oui, la quête d’Aurore Brossard est légitime (Bres, 1999 : 72)
le oui implique qu’on entende, outre la voix d’un énonciateur principal, la voix d’un énonciateur secondaire à qui on peut imputer l’énoncé : ‘la quête d’Aurore Brossard est légitime’. Cet énoncé est donc dialogique car il présuppose un énoncé antérieur dont il est la confirmation.

4  On peut citer entres autres Vet 1981, Gosselin 1999, Wilmet 2001 et 1997-2003.

5  À la suite de Ducrot 1984 on peut aussi parler de polyphonie.

6  Par exemple Fleischman 1991, Rabatel 1998, Vuillaume 1998, Sthioul 2000, Labelle 2002, Nølke & Olsen 2003.

7  Voir note 2 page précédente.

8  Un certain nombre de linguistes s’accordent pour dire que le PS n’est pas incompatible avec la représentation subjective du procès (entre autres, Rabatel 1998, Sthioul 2000, Bres 2003, Nølke & Olsen 2003). Ainsi, dans l’exemple suivant, il peut même participer à l’effet de subjectivisation :
Ex. Paul sortit. Dehors, il fit bigrement froid. (Sthioul, 2000 : 90)
En effet, le PS, en représentant la borne initiale du procès faire permet d’exprimer le fait qu’à sa sortie Paul a commencé à sentir le froid (ce qui n’aurait pas été le cas avec un IMP).
Seulement, les contextes où la lecture subjective est possible avec le PS semblent très restreints. Nølke & Olsen constatent que « le PS demande que soit assez explicitement indiquée par le contexte la présence d’un être discursif autre que le locuteur [énonciateur principal], qui pourrait être susceptible de prendre la responsabilité du PDV [point de vue] au PS » (op. cit. 82).

9  Cette approche s’oppose à une autre conception de si selon laquelle « “faire une hypothèse” c’est accorder un certain degré d’existence à un être ou à un événement » (Pottier, 1982 : 31). On retrouve cette idée dans un certain nombre de travaux (Wilmet, 1997-2003 ; Leeman, 2001). Pour nous, si n’est en rien thétique : il ne permet pas de poser un quelconque niveau d’existence de l’événement. Il est au contraire hypothétique en ce qu’il ne fait que supposer la réalité d’un événement sans se prononcer sur ses conditions de vérité.

10  Par exemple avec des expressions comme par hasard ou d’aventure (Gosselin, 1999 : 32).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patard, A. (2007) L’imparfait dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] : pour une approche aspectuo-temporelle  Cahiers de praxématique 47. Montpellier : Pulm. 125-148

Référence électronique

Adeline Patard, « L’imparfait dans les phrases hypothétiques [si IMP, COND] : pour une approche aspectuo-temporelle »Cahiers de praxématique [En ligne], 47 | 2006, document 5, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2817

Haut de page

Auteur

Adeline Patard

Praxiling, U.M.R. 5267 C.N.R.S. — Montpellier III adeline_patard@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search