Navigation – Plan du site

Les emplois épistémique et déontique de l’imparfait dans l’arabe parlé d’Alger

Epistemic and Deontic Use of the Imperfect Tense in Arabic Spoken in Algiers
Djaouida Hamdani Kadri
p. 77-96

Résumés

L’arabe parlé d’Alger présente principalement deux formes verbales : le parfait et l’imparfait. En contexte, ces deux formes verbales présentent une forte polysémie de valeurs aspectuo-temporelles doublées de valeurs modales dans le cas de l’imparfait. Nous traiterons spécifiquement de l’imparfait, qui marque une valeur épistémique de probabilité dans ses formes composées et une valeur déontique, l’interdiction, dans sa forme négative. Nous appuyons notre analyse sur le modèle de Laurent Gosselin, Temporalité et modalité (2005), qui pose la nécessité d’articuler temporalité et modalité et avance que l’irréversibilité du temps est une caractéristique modale qui convertit d’une façon continue le possible en irrévocable. Dans ce cadre, nous montrerons comment la valeur aspectuo-temporelle « non-passé/non-accompli », donnée sous forme d’hypothèse à l’imparfait, permet aussi de prédire et d’expliquer ses effets de sens modaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’arabe parlé d’Alger présente principalement deux formes verbales, l’une suffixée, l’autre préfixée, le parfait et l’imparfait (désormais PARF et IMP). Ces deux formes verbales sont hautement polysémiques et produisent en contexte une multiplicité d’effets de sens à valeurs temporelles, aspectuelles et modales.

2Dans cet article, nous nous attacherons à analyser les valeurs sémantiques de l’IMP et plus particulièrement ses emplois épistémiques et déontiques en prenant pour hypothèse que ces valeurs modales sont indissociables des valeurs aspectuo-temporelles. Nous nous appuierons pour cela sur Gosselin (2005) qui propose un modèle global pour décrire les relations entre temporalité et modalité.

3Dans la première section, nous présenterons le cadre théorique dans ses grandes lignes ; dans une deuxième section, nous analyserons les valeurs sémantiques de l’IMP. Nous nous attacherons à montrer comment à partir d’une valeur première donnée sous forme d’hypothèse à cette forme verbale découlent ses effets de sens typiques et non typiques ainsi que ses emplois déontique et épistémique.

1. Temporalité et modalité : pour un modèle global

4Dans son ouvrage Temporalité et modalité qui fait suite à un premier ouvrage consacré à la Sémantique de la temporalité en français, Gosselin (2005 et 1996) propose de dépasser « la dichotomie exclusive entre temporalité et modalité » et de montrer que « toute modalité est située dans le temps, absolu et/ou relatif, sous un certain aspect et que le temps et l’aspect ont eux-mêmes une dimension intrinsèquement modale liée à l’irréversibilité du temps » (p. 219).

5Dans un premier temps, nous allons présenter les (re)définitions des concepts de temporalité et de modalité proposées par Gosselin puis décrire les relations entre ces deux catégories.

1.1 Temporalité : les concepts de temps et d’aspect

6Le modèle présente une double caractéristique : calculatoire et cognitive. Pour ce qui est de la perspective calculatoire, Gosselin s’appuie sur les travaux de Reichenbach (1966) mais propose de remplacer les trois points (moment de l’énonciation S, celui de l’événement E et celui de référence R) par des intervalles délimités par des bornes. Il pose alors que les représentations aspectuo-temporelles mettent en jeu quatre types d’intervalles :

  • l’intervalle du procès, noté [B1, B2], déterminé par le lexème verbal ;

  • l’intervalle d’énonciation, noté [01, 02], qui correspond au moment de la parole ;

  • l’intervalle de référence, noté [I, II], à partir duquel est vu le procès ;

  • l’intervalle circonstanciel de temps, noté [ct1, ct2], qui permet de localiser le procès et/ou l’intervalle de référence ;

7trois relations fondamentales entre ces intervalles :

  • l’antériorité (ANT),

  • la simultanéité (SIMUL),

  • la postériorité (POST).

8Les relations entre intervalles permettent de redéfinir les concepts de temps et d’aspect.

  • Temps absolu : relation entre l’intervalle de référence et celui d’énonciation [I, II] et [01, 02]

présent : [I, II] SIMUL [01, 02]

passé : [I, II] ANT [01, 02]

futur : [I, II] POST [01 02]

  • Temps relatif : relation entre deux intervalles de référence [I, II] et [I’, II’] (respectivement, celui de la principale et celui de la subordonnée)

SIMUL : [I, II] CO [I’, II’]

ANT : [I, II] ANT [I’, II’]

POST : [I, II] POST [I’, II’]

  • Aspect grammatical : relation entre l’intervalle de référence et celui du procès [I, II] et [B1, B2]

aoristique : [I, II] CO [B1, B2]

inaccompli : [B1, B2] RE [I, II]

accompli : [I, II] POST [B1, B2]/[B1, B2] ANT [I, II]

prospectif : [B1, B2] POST [I, II]

9Pour appuyer la perspective calculatoire du modèle, Gosselin adopte un principe de calcul sémantique compositionnel holiste selon lequel :

La signification globale de l’énoncé ne consiste pas simplement en la somme des significations individuelles des marqueurs qui le composent, mais qu’au contraire l’insertion d’un marqueur dans un énoncé a des effets de retour sur sa propre signification (ce qu’on appelle ses effets de sens contextuels). (96, p. 253)

10Cette perspective calculatoire va se doubler d’une perspective cognitive (déjà latente dans l’approche holiste). Ainsi, l’aspect lexical codé par le prédicat verbal est défini par sa figure (bornes intrinsèques/extrinsèques) et sa configuration (structure interne avec changements/sans changement/changement atomique). Sur cette base, Gosselin redéfinit les quatre classes de Vendler (1967) non comme des catégories fermées mais comme composant un continuum. Sous la pression du contexte, tout procès peut se déformer et il s’opère alors un glissement de sens.

Type de procès

Figure

Configuration

État

Bornes extrinsèques

Abs. de changement

Activité

Bornes extrinsèques

Série de changements

Accomplissement

Bornes intrinsèques

Série de changements

Achèvement

Bornes intrinsèques

Changement atomique

11S’appuyant sur les métaphores du langage quotidien (Lakoff et Johnson, 1985), Gosselin propose de représenter la temporalité comme une double trajectoire : celle du sujet filant vers l’avenir et celle de l’objet dirigée vers le passé. Dans cette perspective cognitive, il est important de souligner le rôle joué par l’intervalle de référence défini comme « ce qui est perçu/montré du procès par le sujet de l’énonciation » (Gosselin, 1996 : 73), autrement dit la « vue » qui est donnée du procès.

12Sur la base de la métaphore de la perception/monstration du temps, Gosselin énonce quatre principes de bonne formation des représentations :

  1. le principe de la contrainte aspectuelle sur la simultanéité : « un sujet ne peut embrasser du regard un procès qui est simultané à sa perception » (Gosselin 1996 : 86) ;

  2. le principe de la dynamique de la temporalité : les procès qui présentent un aspect aoristique prennent une valeur inchoative ;

  3. le principe de dépendance contextuelle de l’intervalle de référence : l’intervalle de référence est conçu comme anaphorique. De ce fait, il déclenche la recherche d’un intervalle antécédent avec lequel il doit coïncider.

  4. Le principe de cohésion du texte : il porte sur les relations chronologiques entre procès.

13Cette double dimension calculatoire et cognitive se retrouve aussi dans l’approche des paramètres associés à la modalité.

1.2 Modalité : définition et principaux paramètres

14Gosselin qualifie la modalité de phénomène complexe et hétérogène et en donne la définition générale suivante : « Le concept de modalité, dans son acception large, recouvre toute forme de validation/invalidation d’un contenu représenté » (p. 42).

15Un ensemble de paramètres, classés en trois catégories, en permettent la description. Nous les présentons dans leurs grandes lignes.

16(i) La première catégorie comprend les paramètres conceptuels :

  • l’instance de validation (I) ; s’inspirant de Slakta (1983), Gosselin distingue trois types d’instance : la réalité (modalité aléthique), le sujet (modalités épistémique, appréciative ou boulique), instance institutionnelle (modalité déontique) ;

  • la direction d’ajustement (D) : concept emprunté à Searle (1979, 1982). Elle va de l’énoncé au monde dans les modalités aléthique, épistémique, appréciative, car c’est l’énoncé qui est censé s’ajuster au monde ; elle est notée « Ó ». Inversement, dans les modalités boulique et déontique, c’est le monde qui doit se conformer à l’énoncé, D est alors notée « ↑ ». Mais plutôt que de distinguer deux valeurs opposées dans la direction d’ajustement, Gosselin préfère concevoir ce paramètre comme un continuum de quatre zones allant de modalités purement descriptives vers des modalités purement injonctives passant par des modalités à la fois descriptives et injonctives à des degrés divers.

  • La force de validation (F) : elle précise une valeur modale et est représentée sous forme de continuum par un axe allant de la validation maximale (le nécessaire, le certain, l’obligatoire) à l’invalidation totale (l’impossible, l’exclu, l’interdit). Entre les deux, des valeurs modales intermédiaires : le possible, le probable, le permis, etc.

17(ii) La deuxième catégorie comprend les paramètres fonctionnels qui définissent le mode de fonctionnement du concept modal. Ils sont structuraux et énonciatifs :

  • au plan syntaxique, Gosselin fait la distinction entre modalités extrinsèques, marquées par des grammèmes ou par des lexèmes, et modalités intrinsèques, dénotées ou associées aux lexèmes. Il en donne l’exemple suivant :
    Malheureusement, Pierre est lâche
    Malheureusement : modalité extrinsèque (appréciative) Lâche : modalité intrinsèque associée (axiologique négative)

  • Les paramètres énonciatifs qui portent sur le degré d’engagement du locuteur et le caractère relatif de la modalité. Gosselin s’appuie sur la classification de H. Nølke (1994) et distingue trois niveaux d’engagement du locuteur par rapport à la modalité : « soit le locuteur s’associe à la modalité, soit il l’accorde, soit il s’en dissocie » (Gosselin 2005 : 64)

18(iii) Le métaparamètre qui permet d’évaluer le fonctionnement pragmatique de certaines modalités obtenues par inférences fondées sur les stéréotypes ou sur les implicatures conversationnelles généralisées.

1.3 Relations entre temporalité et modalité

19S’inscrivant dans une approche holiste, Gosselin pose que les dimensions sémantiques du temps, de l’aspect et de la modalité sont nécessairement toutes trois présentes dans l’énoncé et leurs valeurs résultent de l’interaction de marqueurs polysémiques. À la différence de modèles épistémiques (Franckel 1989, Culioli 1978, Desclés 1994) qui maintiennent la dichotomie exclusive temporalité/modalité, il propose un modèle qui repose sur une distinction fondamentale :

  • les caractéristiques temporelles et aspectuelles de la modalité,

  • les caractéristiques modales du temps et de l’aspect.

1.3.1 Dimension temporelle et aspectuelle de la modalité

20À toute modalité extrinsèque est associé :

  • un intervalle de modalité, noté [m1, m2],

  • un intervalle de référence, noté [Im, IIm].

21De ce fait, les relations entre intervalles vont permettre de déterminer la dimension temporelle et aspectuelle de la modalité.

  • Le temps absolu résulte de la relation entre [Im, IIm] et [01, 02].

  • Le temps relatif résulte de la relation entre [Im, IIm] et [I, II].

  • L’aspect résulte de la relation entre [m1, m2] et [Im, IIm].

22Ainsi, Gosselin (2005 : 85) propose l’exemple suivant :

Il est heureux que Pierre se soit trompé de chemin

23« Il est heureux que » : modalité extrinsèque de catégorie appréciative
(I    subjectivité ; D :  ()), à valeur positive
Statut syntaxique de méta-prédicat
Temps absolu : présent [Im, IIm] CO [01, 02]
Aspect inaccompli : [Im, IIm] inclus dans [m1, m2]
Temps relatif : rétrospectif puisque [Im, IIm] POST [I, II])

24Il en donne la représentation suivante :

1.3.2 Dimension modale du temps et de l’aspect

25Gosselin (2005 : 88) pose que le caractère irréversible du temps est une caractéristique modale « le temps est irréversible en ceci qu’il opère continûment la conversion du possible en irrévocable ». Il en tire « le principe d’irréversibilité modale du temps ». La coupure modale entre le possible et l’irrévocable définit des valeurs modales temporelles et des valeurs modales aspectuelles.

26Le moment de l’énonciation, le « maintenant », marque la coupure modale et définit des valeurs modales temporelles.

27La borne finale de l’intervalle de référence marque la coupure modale et définit des valeurs modales aspectuelles : avec les aspects aoristique et accompli, le procès est dans l’irrévocable ; avec l’inaccompli, le début du procès est dans l’irrévocable et la fin dans le champ du possible ; avec le prospectif, le procès est dans le possible. Voilà donc présenté dans ses grandes lignes le modèle sur lequel nous nous appuyons pour faire l’analyse des valeurs aspectuo-temporelles et modales de l’IMP que nous abordons dans la section suivante.

2. Valeurs sémantiques de l’IMP

28Nous présentons l’analyse des valeurs sémantiques de la forme verbale de l’IMP et de ses multiples effets de sens en contexte en adoptant la démarche suivante : sous forme d’hypothèse, nous attribuerons à l’IMP une instruction codée, instruction qui correspond à sa valeur en langue. Cette instruction nous permettra de faire des prédictions sur ses effets de sens en contexte. Ces prédictions seront vérifiées, confirmées ou infirmées, sur la base de tests de validation (compatibilité et paraphrase). Nous faisons l’hypothèse que cette valeur première donnée à l’IMP rend compte aussi de ses effets de sens modaux, épistémique et déontique.

2.1 Valeurs aspectuo-temporelles de l’IMP

29Notre hypothèse concernant la valeur en langue de l’IMP est la suivante : l’IMP code une instruction à valeur temporelle : le non passé, dont nous donnons la formule suivante :

[I, II] ANT [01, 02] (le signe — voulant dire « non »)

30La complexité de l’IMP vient de ce que cette instruction première peut recouvrir deux instructions plus spécifiques ; ce qui implique déjà une polysémie de cette forme verbale :

  • l’intervalle de référence est simultané au moment de l’énonciation [I, II] SIMUL [01, 02] (valeur temporelle de présent) ; dans ce cas, suivant le principe de la contrainte aspectuelle sur la simultanéité, l’aspect aoriste est exclu. Le procès est présenté comme inaccompli : l’intervalle du procès recouvre l’intervalle de référence : [B1, B2] RE [I, II]. De ce fait, la vue [I, II] (intervalle de référence) qui est donnée du procès est une vue partielle ou sécante ; elle exclut essentiellement la borne finale, qui reste en dehors du champ de vision. De ce fait l’instruction aspectuo-temporelle codée par l’IMP peut se formuler ainsi : 01 II < B2.

  • l’intervalle de référence est postérieur au moment de l’énonciation : [I, II] POST [01, 02] (valeur temporelle de futur) ; l’IMP code une valeur aspectuelle aoristique : [B1, B2] CO [I, II].

31Dans le cadre de cet article, nous limiterons essentiellement notre analyse à la réalisation première de l’instruction codée par l’IMP soit [I, II] SIMUL [01, 02].

32Les principes applicables sur la bonne formation des représentations des énoncés à l’IMP quand il marque la simultanéité sont les suivants :

  • le principe de la contrainte aspectuelle sur la simultanéité qui exclut l’aspect aoristique,

  • le principe de dépendance de l’intervalle de référence. Comme l’intervalle de référence ne peut coïncider avec l’intervalle du procès puisque par hypothèse [B1, B2] RE [I, II], il devra avoir un intervalle antécédent autre, déterminé par le contexte : l’intervalle circonstanciel, l’intervalle d’énonciation ou l’intervalle de référence d’un autre procès qui le précède.

33Nous pouvons alors faire quelques prédictions :

  • le procès à l’IMP est vu comme inaccompli ; sa valeur temporelle, qui exclut l’antériorité par rapport au moment de l’énonciation, résultera de l’interaction avec d’autres marqueurs aspectuo-temporels de l’énoncé ;

  • l’IMP peut se combiner avec une locution verbale comme « ma-zal » (nég. Cesser. PARF. 3MS), qui montre le procès en cours de déroulement ;

  • l’IMP entre en conflit avec les procès de type achèvement, car leur configuration se caractérise par un changement atomique ;

  • l’IMP entre en conflit avec des marqueurs qui codent une instruction d’antériorité par rapport au moment de l’énonciation.

34L’effet de sens typique de l’IMP, quand il marque la simultanéité, est de présenter un procès dans son déroulement, sans en spécifier la durée. La vue qui est donnée de ce procès est simultanée au moment de l’énonciation et peut le recouvrir et aller au delà de la borne finale. Nous allons le vérifier à travers l’analyse de quelques énoncés.

35Cette instruction de simultanéité de l’intervalle de référence par rapport à l’intervalle d’énonciation rend compte d’un énoncé comme en (1) qui s’interprète selon le contexte comme un présent d’habitude (le lundi, je travaille) ou un futur (lundi, je travaillerai), mais jamais comme un passé.

(1)
# ət-tnin #   n-Xdəm #
le-lundi       travailler.IMP.1S
# lundi #     je travaille/rai

36Elle rend compte aussi du fait que l’IMP est utilisé dans les proverbes et « affirmations intemporelles » (Lyons, 1970), ou selon la terminologie de Guéron (1993 : 104) « pour dénoter un événement générique » tel en (2) :

(2)
# əlli     jə-ta #                                  jə-nzl #
qui.      être arrogant. IMP. 3MS.    chuter. IMP. 3MS
« Qui est arrogant chutera »

37et de sa compatibilité avec « ma-zal » qui montre le procès dans son déroulement et traduit un présent duratif, comme en (3) :

(3)
#         ma-zal-t                   nə qra#
nég.    Cesser. PARF. 1S    étudier IMP 1S
« J’étudie encore »

38L’IMP entre en conflit avec un procès de type achèvement, qui présente une durée ponctuelle. Le conflit de nature aspectuelle est résolu par glissement de sens : l’énoncé prend un sens itératif, comme en (4) :

(4)
# jə -dXəl                  lə -ddar #
rentrer. IMP. 3MS.    à la maison
Il rentre à la maison/il a l’habitude de rentrer à la maison

39Au plan des valeurs modales temporelles et aspectuelles, L’IMP marque que la fin du procès est du domaine du possible et non de l’irrévocable.

40Cette valeur modale aspectuelle de l’IMP nous permet de rendre compte d’un de ses effets d !e sens non typiques : celui de passé inaccompli que l’on retrouve dans certains récits. En effet, par glisse­ ment de sens, l’IMP peut donner au procès une valeur temporelle de passé. Ainsi, je peux amorcer un récit dont l’ancrage au passé est marqué soit par un circonstanciel de localisation temporelle antérieur au moment de l’énonciation mais dont les procès sont à l’IMP, comme en (5), soit par un premier procès au PARF mais dont les procès qui suivent sont à l’IMP, comme en (6) :

(5)
# əl barah nə-tməʃa     nə-lqa lila #
hier marcher.IMP.1S  renconter.IMP.1S Lila
Hier, je marche, je rencontre Lila.

(6)
# lqi-t                          lila ta—hki                      utə-ʃtk-i #
rencontrer.PARF.1S   Lila raconter IMP 3SF    et se plaindre IMP.3SF
J'ai rencontré Lila, elle raconte et se plaint

41Selon le principe de dépendance contextuelle, l’intervalle de référence de chacun des procès va se trouver saturé par l’intervalle circonstanciel et prendre la valeur de passé. De ce fait, du point de vue da la valeur modale temporelle, le procès est dans l’irrévocable. Mais au plan des valeurs modales aspectuelles, l’aspect inaccompli marqué par l’IMP laisse la borne supérieure du procès B2 dans le champ du possible. Nous en donnons la représentation suivante (adaptée de Gosselin 2005 :92) :

42Ce conflit entre valeurs modales temporelles et aspectuelles crée un paradoxe dont Gosselin (2005 : 93) donne l’interprétation suivante :

C’est, croyons-nous, cette situation de conflit entre valeurs modales aspectuelles et valeurs modales temporelles déclenchant le recours à l’expression d’un point de vue subjectif qui est à l’origine du lien souvent observé entre imparfait et subjectivité (focalisation, point de vue) : le procès, quoique temporellement irrévocable, est vu comme étant en train de se dérouler.

43Nous faisons l’hypothèse que la valeur modale aspectuelle de l’IMP qui situe la fin du procès dans le champ du possible rend compte de ses emplois déontique et épistémique. Ce sera l’objet des sections suivantes.

2.2 Valeur déontique de l’IMP

44L’IMP est marqueur de l’injonction : en effet, à la forme négative, un procès à l’IMP peut marquer la défense ou l’interdit. Ainsi, une mère à ses enfants/ une institutrice à ses élèves peut dire sous une forme impérative (4) :

(7)
# ma- təkətbu-             ʃ       fuq] l- hit #
Nég.-écrire.3P.IMP- nég.    sur le mur
N’écrivez pas sur le mur.

45Cet énoncé présente les caractéristiques suivantes selon les concepts définis dans le cadre théorique présenté :

  1. du point de vue aspectuo-temporel, il est présenté comme simultané au moment de l’énonciation sous un aspect inaccompli. Sa valeur modale aspectuelle place le procès dans le champ du possible (ce qui doit être mais qui n’est pas forcément puisqu’un interdit peut être transgressé).

  2. L’instance de validation (I) est le sujet qui exprime sa volonté dans un cas (la mère à ses enfants : modalité boulique), dans l’autre cas une instance institutionnelle (l’institutrice : modalité déontique).

  3. La direction d’ajustement (D) s’inverse par rapport aux emplois typiques de l’IMP : le monde doit se conformer à l’énoncé « ↑ » ; la modalité est purement injonctive.

  4. La force de validation (F) correspond à l’invalidation totale [F-] puisque la valeur modale est l’interdit

  5. Du point de vue énonciatif, l’intonation descendante spécifique aux injonctions joue ici un rôle essentiel. Elle est la marque de l’acte illocutoire dans le sens défini par Ducrot (1972 : 79) :

On dira qu’une expression de la langue (phrase, construction, morphème, éventuellement intonation) a valeur illocutoire, lorsque son utilisation entraîne régulièrement l’accomplissement d’un acte illocutoire d’un type bien défini.

46Quant au rôle de la négation, nous pensons qu’il est assez ambigu et reste à déterminer dans sa relation à l’injonction. En effet, un énoncé négatif à l’IMP ne produit pas nécessairement un effet de sens à valeur modale injonctive. Le rôle de l’intonation peut transformer l’énoncé (7) et lui donner une valeur assertive. Je peux faire un constat et décrire une réalité : vous n’écrivez pas sur le mur.

47D’autre part, comparons l’énoncé (7) avec l’énoncé (8) qui contient une négation mais dont le procès est au PARF :

Le PARF est porteur des instructions suivantes :

ANT [01, 02] (temps passé)

[I, II] CO [B1, B2] (aspect aoristique)

En situant le procès dans le passé sous un aspect aoristique, le PARF marque l’irrévocable

L’énoncé présente de ce fait une modalité aléthique avec les paramètres suivants :

I réalité puisque le locuteur décrit un état de fait sans donner de point de vue.

D la direction d’aj ustement va de l’énoncé au monde « ↓ », l’énoncé décrit le monde tel qu’il est perçu par le locuteur

F validation totale

48Cette comparaison avec Je PARF appuie, nous semble-t-il, l’hypothèse selon laquelle la valeur modale aspectuelle de l’IMP (découlant de sa valeur première), qui situe la borne 02 du procès dans Je possible, est un des paramètres (l’intonation spécifique étant le second) qui expliquent ses emplois déontiques. Nous faisons la même hypothèse pour ses emplois épistémiques.

2.3 Valeur épistémique de l’IMP dans les formes verbales composées

49Nous présentons l’ensemble des formes composées dans le tableau suivant.

Auxiliant

Auxilié

ra-

Lexème verbal au PARF

ra-

Lexème verbal à l'IMP

kan (être.PARF)

Lexème verbal PARF

kan (être.PARF)

Lexème verbal l'IMP

ikun (être.IMP)

Lexème verbal PARF

ikun (être.IMP)

Lexème verbal l'IMP

50L’auxiliant peut prendre la forme de la copule ra- ou kan (PARF) et ikun (IMP). Kan/ikun que l’on traduit habituellement par « être », est qualifié, suivant les auteurs, de verbe-auxiliaire ou verbe-copule (Cohen, 1924 : 107, 108), d’exposant temporel (Grand’Henry, 1976), d’auxiliaire temporel (Kouloughli, 1980 : 237).

51L’auxilié est le lexème verbal qui désigne le procès.

52Auxiliant et auxilié portent les mêmes marques de la personne et du nombre. Cette dernière contrainte ne connaît aucune exception et constitue une marque formelle de l’unité cohésive de la forme composée.

53Dans une précédente étude (Hamdani Kadri, 2006), nous posions que les formes verbales composées avec l’auxiliant ikun (être. 3MSIMP) marquent une valeur modale de probabilité alors que celles avec l’auxiliant kan (être.3MS.PARF) marquent une valeur temporelle et situent le procès dans le passé.

54Autrement dit, nous faisons l’analyse que ikun marque une forme d’auxiliation de modalité. Notre argumentation tient essentiellement en deux points.

55Premier point : dans la forme composée avec ikun la contrainte linguistique de la concordance temporelle s’exerce entre le circonstanciel de temps et l’auxilié comme l’indique le fléchage dans les exemples qui suivent.

56L’agrammaticalité de l’énoncé (10) vient du conflit provoqué par les instructions du circonstanciel l barah (hier) qui situe l’énoncé dans le passé avec celles de l’auxilié à l’IMP qui marque le nonpassé. Tandis que ce qui rend l’énoncé irrecevable en (12), c’est l’instruction de futur marquée par le circonstanciel Rdwa (demain) qui est en conflit avec l’auxilié au PARF (passé aoristique)

57Deuxième point : l’auxiliant ikun peut se combiner avec un auxiliant de temporalité dans une forme de surauxiliation, alors qu’un auxiliant de temporalité ne peut se combiner avec un autre auxiliant de temporalité. Nous en donnons des exemples en (13) et (14), qui présentent un auxiliant de modalité suivi d’un auxiliant de temporalité.

58En revanche, les énoncés qui présentent deux auxiliants de temporalité sont inacceptables, comme en (15) et (16).

59Nous posons donc que ikun marque une modalité extrinsèque épistémique (de probabilité). De ce fait, nous lui associons un intervalle de modalité [m1, m2] et un intervalle de référence [Im, IIm].

Au plan des paramètres conceptuels, nous lui attribuons les caractéristiques suivantes :

I le sujet apporte un point de vue, exprime une croyance ;

D la direction d’ajustement va de l’énoncé au monde « ↓ », elle est prioritairement descriptive ;

F valeur modale de probabilité.

De plus étant à l’IMP, ikun code l’instruction suivante :

[Im, IIm] ANT [01, 02] (non antériorité par rapport à l’intervalle d’énonciation)

Selon cette instruction, ikun est marqueur des valeurs aspectuo-temporelles suivantes :

  • temps absolu : présent

  • aspect inaccompli : [m1, m2] Re [Im, IIm]

  • temps relatif : il résultera de la relation de [Im, IIm] avec l’intervalle du procès sur lequel il porte.

60Ainsi dans un énoncé comme en (17) la modalité est rétrospective parce que son intervalle de référence est postérieur à celui du procès ktb (écrire) [Im, IIm] POST [I, II] ; alors qu’elle est simultanée en (18) [Im, IIm] CO [I, II].

Conclusion

61Dans cet article, nous nous sommes proposé d’analyser les valeurs sémantiques de l’IMP en arabe parlé d’Alger, et plus précisément ses emplois épistémique et déontique. Nous nous sommes appuyée sur Gosselin (2005) qui rejette la dichotomie exclusive entre temporalité modalité et présente un modèle global qui permet de décrire les relations entre ces catégories. Il pose que toute modalité est située dans le temps, sous un certain aspect, et que le temps et l’aspect portent une dimension modale. Le rôle joué par l’intervalle de référence, qui d’un point de vue cognitif correspond à la vue qui est donnée du procès et à la coupure modale entre le possible et l’irrévocable, est central.

62La forme verbale de l’IMP en arabe se distingue par sa forte polysémie et nous avons tenté de montrer que ses différents effets de sens découlent d’une même valeur première en langue, valeur attribuée au départ sous forme d’hypothèse : la non antériorité de l’intervalle de référence par rapport à l’intervalle d’énonciation. De ce fait, l’IMP est marqueur des instructions suivantes : le procès est présenté comme simultané au moment de l’énonciation sous un aspect inaccompli, car la simultanéité exclut l’aspect aoristique. Les effets de sens modaux sont liés au fait que l’IMP au plan des valeurs modales aspectuelles situe la borne supérieure (B2) dans le champ du possible.

63Il nous semble que dans ses emplois épistémiques, qui ressortent avec l’analyse de ikun comme modalité extrinsèque, le cas de l’IMP en arabe illustre bien cette théorie de la dimension temporelle et aspectuelle de la modalité ; et dans ses emplois déontiques, la dimension modale du temps et de l’aspect.

Haut de page

Bibliographie

Benvéniste É. 1966, Problèmes de linguistique générale. Paris, Gallimard.

Cohen M. 1924, Le système verbal du sémitique et l’expression du temps. Paris : Éditions Leroux.

Culioli A. 1978, « Valeurs modales et opérations énonciatives », Le Français moderne 46/4, p. 300-317.

Desclés, J. P. 1994, « Quelques concepts relatifs au temps et à l’aspect pour l’analyse des textes », Études cognitives 1, Académie des Sciences de Pologne, Institut de Slavistique, Varsovie, p. 57-88.

Ducrot O. 1984, Le dire et le dit, Paris : Éditions de minuit.

Ducrot O. 1972, Dire et ne pas dire, Paris : Hermann.

Franckel J. J. 1989, Étude de quelques marqueurs aspectuels du français. Genève : Droz.

Gosselin L. 1996, Sémantique de la temporalité en français : un modèle calculatoire et cognitif du temps et de l’aspect, Louvain-la-Neuve : Duculot.

Gosselin L. 2005, Temporalité et modalité, Éditions Duculot.

Grand’Henry J. 1976, Les parlers arabes du Mzab, Pays-Bas : ÉditionsBrill.

Guéron J. 1993 « Sur la syntaxe des temps », Langue française, 100, p. 102-122.

Hamdani Kadri D. 2006, Sémantique de la temporalité en arabe parlé d’Alger, Bern : Peter Lang.

Kouloughli D. 1994, Grammaire de l’arabe d’aujourd’hui, Paris : Presse Pocket.

Lakoff G., Johnson M. 1985, Les métaphores dans la vie quotidienne, Paris : Éditions de Minuit.

Langacker R. 1987, Foundations of Cognitive Grammar, Stanford, UP.

Lyons J. 1970, Linguistique générale, Paris : Librairie Larousse.

Nølke H. 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Peeters, Paris : Louvain.

Reichenbach H. 1966, Éléments of Symbolic Logic, New York : Free Press.

Searle J. R. 1979/1982, L’intentionalité, Paris : Éditions de Minuit.

Slakta D. 1983, « Argumentation et grammaire de texte », Texte et discours 1, Centre de publication de l’Université de Caen, p. 6-34.

Vendler Z. 1967, Linguistics in Philosophy, Cornel : UP.

Victorri B., Fuchs C. 1996, La polysémie : construction dynamique du sens, Paris : Hermès

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamdani Kadri, D. (2007). Les emplois épistémique et déontique de l’imparfait dans l’arabe parlé d’Alger. Cahiers de praxématique 47. Montpellier : Pulm.77-96

Référence électronique

Djaouida Hamdani Kadri, « Les emplois épistémique et déontique de l’imparfait dans l’arabe parlé d’Alger », Cahiers de praxématique [En ligne], 47 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2839

Haut de page

Auteur

Djaouida Hamdani Kadri

Université Concordia, Montréal
dhamdani@alcor.concordia.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals