Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Présentation

Texte intégral

1Il est un emploi discursif de l'imparfait qui n'a pas manqué de susciter la sagacité des stylisticiens, des grammairiens et des linguistes depuis son développement au XIXe siècle : nous le nommerons par commodité imparfait narratif. On pourrait très grossièrement l'appréhender comme le fait d'employer un imparfait en lieu et place d'un passé simple orthonymiquement attendu. Cette impression d'écart rend compte de ce que l'imparfait narratif apparaît comme une forme marquée, saillante : il a, dans un premier temps, intéressé les stylisticiens.

2Ecart par rapport à la norme : l'imparfait narratif est fréquemment traduit par un prétérit, le traducteur rétablissant, à son insu, la « bonne » forme. De l'écart à la faute, il n'y a qu'un petit espace que le pédagogue franchit allègrement. En français langue maternelle comme en français langue seconde, tout imparfait narratif est le plus souvent sanctionné par l'enseignant qui subodore là une maîtrise imparfaite du système des temps verbaux chez l'apprenant :

Ils trouvèrent un vieux moulin à café et moulèrent le seigle. En une heure, ils obtenaient un kilo de farine (rédaction de 5e).

3Le professeur de français a consciencieusement barré obtenaient et mis dans la marge : « temps ! ». J'ajoute que certains amis linguistes m'ont dit que c'était bien parce qu'un énoncé comme

Rosalie approcha son front où Numa posait timidement les lèvres

4était signé Alphonse Daudet qu'ils ne le renvoyaient pas dans l'enfer des énoncés mal formés en le stellarisant.

5Emploi discursif ou emplois discursifs ? La pluralité des appellations – on trouve en effet, aux côtés d'imparfait narratif, les termes : imparfait de rupture, pittoresque, impressionniste, perspectif, aoristique, etc. – semble plaider en faveur de la seconde solution. Cependant une rapide consultation de la littérature sur le sujet fait apparaître que Muller 1966 parle d'imparfait narratif là où Guillaume 1929 parle d'imparfait perspectif, et Simonin 1984 d'imparfait aoristique. L'hétérogénéité des désignateurs semble tenir seulement à la non homogénéisation du vocabulaire descriptif : la pluralité des signifiants ne saisirait de fait qu'un et un seul emploi discursif. Cette hypothèse est loin d'être partagée par tout un chacun : Riegel et al. distinguent imparfait narratif et imparfait de perspective (1994 : 307-308) ; Maingueneau fait la différence, parmi les « emplois non-imperfectifs » de ce temps verbal, entre imparfait conclusif et imparfait de narration (1994 : : 92-94) ; Gosselin discerne l'imparfait de rupture de l'imparfait de narration (1996 : 200-201) ; Touratier, l'imparfait d'événement de l'imparfait de rupture (1996 : 117) ; Sthioul sépare dans l'analyse « les imparfaits narratifs type, comportant un complément temporel en position thématique, et les énoncés à l'imparfait sans complément temporel qui font néammoins avancer le temps » (1998 : 211). Ici même, Berthonneau et Kleiber développent une position originale : ils font de l'imparfait de rupture une sous-classe de l'imparfait narratif... Vertiges. Sans prendre partie pour les partisans de l'un ou l'autre camp, je verrai dans cette divergence d'approche du phénomène comme dans la pluralité des appellatifs une difficulté de l'analyse linguistique.

6Difficulté que l'analyse linguistique rencontre chaque fois qu'elle est confrontée à la question de l'un de la langue et du multiple du discours : pour le dire en termes guillaumiens, comment passe-t-on de la valeur en langue (le signifié de puissance) aux valeurs en discours (les signifiés d'effet) ? Chaque théorisation s'efforce de trouver une solution à cette énigme qui est au principe des fonctionnements linguistiques. L'imparfait dit narratif se présente de ce point de vue comme un candidat type : voici un signifiant grammatical qui, selon l'approche aspectuelle, donne habituellement à voir le procès comme imperfectif, sécant, de l'intérieur, etc. et qui dans cet emploi le représente – ou plutôt semble le représenter – comme perfectif, global, aoristique etc. De l'imparfait, il aurait la forme mais pas le sens, la couleur mais pas le goût : il le serait sans l'être. Ce que signale l'appellation la plus habituelle de cet emploi discursif : dire imparfait narratif, c'est indiquer sa déviance par rapport à son fonctionnement type, traditionnellement appréhendé comme descriptif. Mutant ? Travesti ? L'imparfait narratif attirerait parce qu'il troublerait l'identité verbo-temporelle...

7Ici comme dans tous les cas où le linguiste doit articuler l'unicité du signifiant à la multiplicité des effets de sens, trois types de réponse sont, par delà les clivages théoriques, possibles :

8– en termes d'homonymie : l'identité du signifiant ne serait qu'une trompeuse apparence ; on aurait de fait affaire à deux morphèmes : l'imparfait et l'imparfait narratif. A ma connaissance, personne n'a soutenu cette hypothèse en droit défendable.

9– en termes de polysémie : l'imparfait a, en discours, plusieurs sens. Cette pluralité, on peut simplement la constater. C'est p.ex. ce que fait Tasmowski-De Ryck, dans le cadre de la pragmatique des temps verbaux, lorsqu'elle définit l'imparfait narratif par les traits [+ globalité][+ progression], en opposition aux traits [- globalité][- progression] de l'imparfait type (1985 : 62). On peut aussi tenter de l'expliquer. Deux grandes options – au moins – se présentent : selon la première, on distingue un noyau sémique (comptable de l'identité) et des sèmes contextuels (comptables de la diversité). Selon la seconde, le sens d'une unité est déformable en discours. C'est dans le cadre – implicite ou explicite – de la déformabilité que se sont développées différentes hypothèses explicatives de l'imparfait narratif. Au tout premier rang desquelles l'approche psychomécaniste de Guillaume, avancée dès Temps et verbe (1929). A la suite de la démonstration de ce que l'imparfait oppose en lui une parcelle d'accompli décadent ω à une parcelle d'inaccompli perspectif α, l'emploi que Guillaume nomme perspectif se présente comme un apparent contre-exemple : l'existence d'une parcelle d'accompli ferait problème dans ce type d'occurrence interchangeable avec un passé simple, « sous la seule réserve de sacrifier la nuance stylistique délicate » (Guillaume 1991 : 201) qu'exprime l'imparfait. Mais le contre-argument est vite retourné en preuve : la parcelle d'accompli ω, tout comme la parcelle α, est en langue une variable susceptible de différentes coupes interceptives en discours ; l'imparfait perspectif s'obtient en « rédui(sant) au dernier minimum sensible la partie d'accompli contenue dans l'imparfait » (ibid. : 202). La solution articule puissance et élégance :

l'imparfait, partout et toujours, satisfait à la condition de langue : accompli décadent + accomplissement incident = 1. Mais en discours, l'accompli (décadent) peut passer du positif indiscuté à un positif discuté, avoisinant zéro d'aussi près que possible tout en restant positif. (...) La variation n'est pas une variation formelle qualitative, mais une variation de quantité, de proportion des quantités relatives retenues. La forme, obtenue en système, en langue, non en discours est invariante (1971 : 103-104).

10A l'unicité de la valeur en langue de l'imparfait (la possibilité d'opposer qualitativement α et ω) où se détermine la représentation du temps, correspond la pluralité des valeurs d'emploi en discours où se joue l'expression du temps.

11Mentionnons également, relevant de ce type d'approche, les travaux de Simonin 1984 et de Gosselin 1996. Dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives, Simonin (1984 : 182-183) pose que « la différence essentielle entre la valeur normale de l'imparfait et sa valeur aoristique est d'ordre aspectuel : il a dans un cas la valeur "ouvert" et dans l'autre la valeur "fermé - non-adjacent" ». Gosselin analyse l'imparfait narrratif comme le lieu d'un conflit d'instructions entre ce temps verbal et certains éléments du cotexte, conflit qui se résout par un déplacement – « la valeur d'inaccompli se trouve reportée sur l'ensemble de la série de procès » – et une déformation – l'aspect imperfectif de l'imparfait devient aoristique (Gosselin 1996 : 200-202). Dans ces différentes analyses, l'imparfait entre en interaction avec le cotexte qui en retour modifie la valeur de la forme, la déforme, dans les cadres permis par le système.

12– en termes d'invariabilité : contrairement à l'appréhension spontanée des locuteurs, l'imparfait dit narratif a exactement la même valeur que l'imparfait dit descriptif (sécant, imperfectif etc.) d'un énoncé comme :

Comme je descendais des Fleuves impassibles
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs (Rimbaud).

13Damourette et Pichon ont même vu dans l'imparfait narratif un emploi prototypique confirmant leur théorisation de ce temps. Après avoir proposé l'énoncé oral suivant :

L'année dernière on a récolté des poires à pleins paniers et huit jours après on les jetait

14ils commentent : « A première vue, il semblerait que cet emploi du saviez fût assez aberrant de ceux qui viennent d'être étudiés, mais en réalité, par sa finesse, il est au contraire en définitive celui qui illustre le mieux notre conception du toncal pur. En effet, tout Français sent aisément que, dans de pareilles phrases, le saviez nous rapporte à l'époque où le phénomène se passait et nous le présente dans son déroulement et, par conséquent, avec toute sa valeur affective » (1911-1926/1970 : 207). L'imparfait reste dans cette perspective tel qu'en lui-même, l'emploi discursif dit narratif ne le change pas... Cette position est partagée, dans des cadres théoriques différents, notamment par Klum 1961, Wilmet 1997. Je me suis moi-même inscrit dans ce type d'appproche (Bres 1998, 1999) : l'imparfait narratif n'existe pas ; ce que l'on nomme ainsi est un effet de sens produit par l'inadéquation de la représentation aspectuelle du procès fournie par l'imparfait à celle qui est demandée par le cotexte.

  • 1  Seul regret : que, pour des raisons indépendantes de la volonté de son auteur, le retravail de l'a (...)
  • 2  Auxquels s'est jointe Barbara Kuszmider.

15Par-delà les différences de théorisation du temps verbal, l'analyse de l'imparfait narratif était tirée à hue par les tenants de la polysémie et à dia par ceux de la monosémie. Le projet a été de faire dialoguer, se confronter, s'approfondir ces diverses approches1. Il s'est d'abord concrétisé par une journée d'étude du séminaire Conscila (12 mars 1999, Paris V), qui se prolonge par l'actuel numéro des Cahiers. Les différents intervenants de cette rencontre2 ont repris la copie de leur exposé oral, l'ont retravaillée, nourrie et enrichie des discussions qui avaient eu lieu.

16Laurent Gosselin, s'inscrivant dans les cadres de l'approche polysémique et affinant son analyse antérieure (1996), défend – en appui sur Tasmowski-De Ryck (1985) – l'idée que l'imparfait, d'aspect inaccompli dans son emploi standard, prend, dans son emploi narratif, l'aspect global, autrement nommé aoristique. Il est rendu compte de cette déformation en termes de conflit engendrant des déplacements : l'imparfait, normalement d'aspect inaccompli, entre dans certains cotextes en conflit avec des marqueurs impliquant l'aspect aoristique. Ce conflit d'instructions se résout par la satisfaction de toutes les contraintes, ce à des niveaux différents : l'aspect inaccompli va se reporter sur la série de procès dont le procès à l'imparfait fait partie, tandis que l'aspect aoristique se réalisera sur le seul procès à l'imparfait.

17Sarah de Vogüé, dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives de Culioli, développe l'hypothèse de la pluralité des réalisations possibles de l'imparfait et s'attache à décrire celle qui s'actualise dans le tour que Brunot et Bruneau ont dénommé imparfaitde rupture : x temps plus tard + Vimparfait. Selon l'auteur, l'imparfait, dans cet emploi, ressortit à la catégorie de l'aoristique et s'inscrit dans une logique de validation. Ce dernier concept permet à S. de Vogüé de revenir sur l'analyse de l'imparfait pour en proposer une nouvelle caractérisation qui rende compte de la diversité de ses emplois.

18Barbara Kuszmider s'attache à comparer l'imparfait narratif français et un emploi de l'imperfectif passé polonais sur la base de l'identité suivante : tous deux sont aptes à signifier la valeur perfective. Pour rendre compte du fait que, malgré cette identité, on ne peut traduire l'un par l'autre, l'auteur est conduite à replacer les formes dans leur cotexte et à prendre en considération des paramètres discursifs. Elle en conclut qu'au delà de leurs différences, ces deux emplois se caractérisent par leur « neutralité » aspectuelle qu'elle propose d'interpréter comme une indifférence à la fonction communicative.

19A partir d'une approche résolument et radicalement moniste de l'imparfait, je m'attache à montrer, dans ma contribution, qu'il n'existe pas d'imparfait narratif, mais un effet de sens narratif qui procède résultativement de la contradiction entre un cotexte demandant que le temps impliqué par le procès soit représenté en incidence, et l'imparfait qui n'accède pas à cette demande. L'effet de sens narratif est la solution trouvée en discours au conflit d'instructions entre les attentes cotextuelles et la valeur aspectuelle de l'imparfait.

20Anne-Marie Berthonneau et Georges Kleiber consacrent, comme S. de Vogüé, leur étude au seul imparfait de rupture (x temps plus tard + Vimparfait), dont ils font une sous-catégorie de l'imparfait narratif. Cet emploi est analysé dans le cadre de l'hypothèse anaphorique méronomique de l'imparfait, développée (Berthonneau et Kleiber 1993) et appliquée antérieurement aux imparfaits de politesse, forain, de discours indirect (Berthonneau et Kleiber 1994, 1997). L'imparfait de rupture, en donnant à voir la situation comme une partie, demande de construire rétrospectivement comme un tout la séquence de faits dont il présente le dernier élément en lui donnant le statut de conclusion.

21Louis de Saussure et Bertrand Sthioul situent leur analyse de l'imparfait narratif dans la réflexion plus large conduite par le groupe de Genève sur la question de la référence temporelle dans le cadre de la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson. Pour construire l'interprétation narrative de l'imparfait, le destinataire effectue un chemin particulier dans la procédure de l'imparfait : il est amené à postuler un sujet de conscience – Tasmowski-De Ryck parlait d'« un moment de conscience » (1985 : 73) – c'est-à-dire à construire un point de vue particulier, distinct de celui du locuteur.

22Jean-Claude Chevalier enfin montre que dans les langues romanes autres que le français – notamment l'espagnol et l'italien – l'emploi discursif dit narratif de l'imparfait existe, et qu'il a majoritairement fait l'objet d'analyses mettant en cause son imperfectivité. L'auteur explicite le prix à payer de ce type d'option polysémique et plaide pour l'approche monosémique : quels que soient les cotextes, l'imparfait ne saurait être autre chose que lui-même. L'effet de sens narratif n'est pas imputable à l'imparfait qui modifierait en discours sa valeur mais à l'interaction de ce temps verbal avec d'autres paramètres cotextuels.

23On le voit : ceux qui pensent trouver dans le présent recueil de travaux la solution à la question de l'imparfait narratif – mais y en a-t-il ? – en seront pour leurs frais. Les différences d'analyse et de traitement demeurent. Ou plutôt, et c'était bien là l'objectif initial, les différentes options, soumises à l'aiguillon de la mise en débat, en ont profité pour donner plus de robustesse à leur démonstration, plus de profondeur à leur argumentation. De sorte que c'est non seulement la question de l'imparfait narratif qui se trouve désormais mieux posée, mais également celle de la pluralité des valeurs en discours de l'imparfait. Au-delà, on trouvera, dans les différents développements, matière précise et précieuse à verser au débat de l'un de la langue et du multiple des effets de sens en discours.

Haut de page

Bibliographie

Berthonneau A-M. et Kleiber G. 1993, « Pour une nouvelle approche de l'imparfait. L'imparfait, un temps anaphorique méronomique », Langages 112, 55-73.

Berthonneau A-M. et Kleiber G. 1994, « Imparfait et politesse : rupture ou cohésion », Travaux de linguistique 29, Paris, Gembloux, Duculot, 59-92.

Berthonneau A-M. et Kleiber G. 1997, « Subordination et temps grammaticaux : l'imparfait en discours indirect », Le françaismoderne 65/2, 30-61.

Bres J. 1998, « L'imparfait narratif est un imparfait comme les autres », in D. Leeman et A. Boone, Du percevoir au dire, Mélanges offerts à A. Joly, Paris : L'Harmattan, 261-276.

Bres J. 1999, « Un emploi discursif qui ne manque pas de style : l'imparfait en cotexte narratif », Cahiers Chronos, à paraître.

Damourette J. et E. Pichon, 1911-1926/1970, Des mots à la pensée, tome 5, Paris : D'Artrey.

Gosselin L. 1996, Sémantique de la temporalité, Louvain-la-Neuve : Duculot.

Guillaume G. 1929/1970, Temps et verbe, Paris : Champion.

Guillaume G. 1971, Leçons de linguistique 1948-1949, vol. 1, Québec : Presses de l'université Laval.

Guillaume G. 1991, Leçons de linguistique 1943-1944, vol. 10, Québec : Presses de l'université Laval et Lille : Presses universitaires de Lille.

Klum A. 1961, Verbe et adverbe, Stockholm : Almqvist et Wiksell.

Maingueneau D. 1994, L'énonciation en linguistique française, Paris : Bordas.

Muller C. 1966, « Pour une étude diachronique de l'imparfait narratif », Mélanges de grammaire française offerts à M. Grevisse, Gembloux : Duculot, 252269.

Riegel et al. 1994, Grammaire méthodique du français, Paris : PUF.

Simonin J. 1984, « Les repérages énonciatifs dans les textes de presse », in A. Grésillon et J-L. Lebrave (éd.), La langue au ras du texte, Lille : Presses universitaires de Lille, 133- 203.

Sthioul B. 1998, « Temps verbaux et point de vue », in Moeschler et al., Le temps des événements, Paris : Kimé, 197-220.

Tasmowski-De Ryck L. 1985, « L'imparfait avec et sans rupture », Langue française 67, 59-77.

Touratier C. 1996, Le système verbal français, Paris : Armand Colin.

Haut de page

Notes

1  Seul regret : que, pour des raisons indépendantes de la volonté de son auteur, le retravail de l'approche guillaumienne n'ait pu être conduit à son terme. On ne trouvera donc pas d'article défendant l'approche psychomécanique de l'imparfait narratif.

2  Auxquels s'est jointe Barbara Kuszmider.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bres, J. (1999) Présentation. Cahiers de praxématique 32. Montpellier : Pulm. 3-11

Référence électronique

Jacques Bres, « Présentation »Cahiers de praxématique [En ligne], 32 | 1999, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2846 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2846

Haut de page

Auteur

Jacques Bres

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search