Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32« L'imparfait narratif » : à quel...

« L'imparfait narratif » : à quel prix ?

The so-called « narrative imperfect » : un der what conditions?
Jean-Claude Chevalier
p. 189-210

Résumés

Les conditions d'existence de la notion d'« imparfait narratif » sont au moins au nombre de trois : (i) briser la solidarité signifiant / signifié ; (ii) faire l'usage le plus lâche et le plus discutable de la commutation ; (iii) croire à l'adaptabilité, à la variabilité discursive des unités linguistiques que la langue met à notre disposition. L'impression d'« imparfait narratif » naît, en fait, de la rencontre contradictoire de deux représentations temporelles : celle, invariable, que, partout et toujours, véhicule la forme dite imparfait ; et celle, chronométrable, de type historique, apportée par les faits narrés dans le discours.

Haut de page

Texte intégral

1Tout est dit, et l'on vient trop tard depuis plus de sept heures – depuis ce matin – qu'il y a des linguistes qui pensent. Et qui pensent à l'imparfait. Je n'avais pas imaginé, lorsque Jacques Bres m'a demandé de prendre la parole devant vous, que j'aurais d'abord à pasticher La Bruyère. Il s'était enquis auprès de moi de l'existence d'un imparfait narratif en espagnol et dans les langues romanes autres que le français. Je projetais donc de répondre à cette question, de montrer que dans ces idiomes les grammairiens s'étaient employés à faire les mêmes distinctions que dans le français. Surtout, je me proposais de crier haut et fort que, là comme ailleurs, il n'y avait qu'un imparfait, et qu'un seul. Et j'imaginais de cette opinion me faire une originalité. Vous pouvez supposer, après ce que vous avez entendu, que j'en suis pour mes frais. Me voilà donc réduit à pousser ma chansonnette et à donner les raisons par lesquelles j'arrive au même résultat – ou presque – que la plupart des orateurs précédents.

2De leur imparfait l'espagnol et l'italien, par exemple, font un usage fort peu différent de celui qu'on voit faire au français. Hors quelques rares emplois et, pour l'heure, souvent restreints à la langue parlée, les divisions qui, dans les grammaires françaises, nous sont familières se retrouvent dans les traités consacrés à ces deux langues. L'espagnol, sans embarras aucun, et aussi spontanément que le français dira donc :

(1) En el mismo año que la reina Isabel tomó Granada, un protegido suyo descubría América y otro, Nebrija, se sacaba de la manga la gramática castellana (Camilo José Cela).

(2) Media hora después, Polo remontaba la calle paseando al majestuoso collie de la señora Grau (Juan Marsé, Un día volveré, I, 5, Barcelona, Plaza y Janés, 1982, p. 21).

3Quant à l'italien il ne sera pas plus rare de lui entendre articuler :

(3) Poco dopo si apriva una finestra sopra il suo capo e vi compariva al chiaro di luna il vecchio visetto imberbe dei « sior Zacomo » (A. Fogazzaro, Piccolo mondo antico.)

(4) La rassicurante scoperta lo confortò e bussò deciso alla porta di Mariannina. Due ore dopo era già in coupé sulla via del ritorno insieme con padre Pirrone (G. Tomasi di Lampedusa, Il Gattopardo, Milan, Feltrinelli Economica, 1980. p. 18.)

  • 1  C'est nous qui soulignons.
  • 2  C'est nous qui soulignons.
  • 3  C'est nous qui soulignons.
  • 4  Pour le français, cf. R. Martin [1971, p. 98] et Tasmowski-De Ryck [1985, p. 63]. Pour le premier (...)

4Les quelques échantillons placés en annexe montrent de quels commentaires, de quelles descriptions, de quelles impressions on accompagne ce type d'exemples. Ils disent assez à quoi l'on est sensible et ils exhibent, on ne peut mieux, les conditions contextuelles de l'apparition de cet imparfait. Jusqu'aux plus menues observations ou remarques qui peuvent coïncider. Ainsi Guillaume [1929, p. 67] voulait que cette forme ait le pouvoir « (de) piquer la curiosité, (d') aviver l'intérêt par la perspective qu'elle prête, généralement dès le début du récit1 aux faits qui vont être relatés ». S. Fernández Ramírez lui emboîte le pas : « Añadiremos, para caracterizar mejor la fórmula, el dato de que aparece con frecuencia al fin o al comienzo de capítulo »2 [1986, p. 283], de même que Renzi-Salvi [1991, p. 87] : « ...si hanno in testi biografici, tipicamente nella formula iniziale »3. Tous, ou presque, signalent la présence d'adverbes temporellement limitatifs4 (Renzi-Salvi : « avverbiali di durata delimitata » ; « avverbiali demarcativi ». Esbozo de una nueva gramática... [1982, p. 467] : « el límite poco después... »). Tous ou presque encore marquent la sensation de rapidité [J. Bres, 1998, p. 265] ou de soudaineté induite par ces imparfaits, leur apparition, maintes fois, dans des séquences accélérées d'événements : « ...una construcción típica caracterizada por la presencia de un adverbio que expresa en muchos casos la sucesión rápida en el tiempo de los hechos enunciados con el imperfecto » [S. Fernández Ramírez, 1986, p. 282] ; « Son varios hechos que se limitan entre sí » [Esbozo..., 1982, p. 467] ; « gli eventi costituiscono una sequenza cronologicamente ordinata » [Renzi-Salvi, 1991, p. 85]. Tous, bien sûr, en face de cet imparfait qu'ils appellent tantôt « narratif », tantôt « pittoresque » ou « ponctuel », dressent, en nombre variable selon chacun, des imparfaits d'espèces diverses : l'imparfait « duratif », l'imparfait « itératif », l'imparfait « de courtoisie », l'imparfait « désidératif », l'imparfait « hypocoristique », l'imparfait « ludique », etc., etc.

5Même phénomène donc ici et là. Et mêmes commentaires, mêmes analyses, ou peu s'en faut, chez les uns et chez les autres. Mêmes constats ; mêmes arguments, mêmes justifications et, au fond, même raisonnement. De là qu'à tous on puisse poser les mêmes questions et, peut-être, opposer les mêmes doutes.

6Parler d'un « imparfait narratif » que l'on pourrait exhiber face à un imparfait « epistémico » ou à un imparfait « hipotético », à un imparfait « onírico » et, pour allonger la liste, à un imparfait « de conato », c'est bien évidemment croire, quand bien même on s'en défendrait par un luxe de subtilités, à une multiplicité d'imparfaits. Et – comment ne pas le voir ? – s'obliger à postuler ou à reconnaître qu'il y a dans la Langue des signifiés qui peuvent très bien se passer de signifiants qui les portent. Car l'affaire est aussi simple que cela, et si simple qu'on ne veut pas l'admettre, qu'on ne l'aperçoit pas ou qu'on l'écarte d'un revers de plume comme on ferait d'un enfantillage : si de « duratif » l'imparfait devient « hypothétique » il ne change pas de physisme. Il demeure ce qu'il était. La variation mentale qu'on a voulu voir s'accompagne d'une permanence physique. Et si l'on s'en tient à cette posture, force est de convenir que le signifié est à ce point délié du signifiant qu'il peut librement dériver quand l'autre reste à l'ancre. Cette affirmation est le premier prix à payer pour avoir des imparfaits de diverses espèces sinon de diverses qualités. Si trouvais dans l'exemple (5) :

(5) Ce jeudi 8 juillet 1993, j'étais sorti à 8 heures, car je prenais le petit déjeuner au Flore avec Ambroise Pujebet. Nous avions parlé de la Prunelle de mes yeux que Gallimard publiait à la rentrée. De retour chez moi, je trouvais sur le répondeur plusieurs messages de journalistes me priant de les appeler d'urgence (Gabriel Matzneff, Boulevard Saint-Germain, Monaco, 1998, p. 67.)

7est un « imparfait narratif », il ne l'est plus en (6), dans l'occurrence que j'invente :

(6) J'étais célèbre. De toutes parts on me sollicitait, on me consultait. Je pouvais m'absenter ; de retour chez moi je trouvais sur le répondeur...

8L'Indien Bororo qui découvrirait le français aurait sans doute de la peine à reconnaître qu'il y a quelque distance d'un trouvais à un autre. Il lui faudrait être frotté de linguistique pour qu'il y consente. On lui ferait remarquer que les deux phrases qui, dans mon exemple, précèdent trouvais ne sont pas celles qui apparaissent avant celui de G. Matzneff. On peut parier qu'il se rendrait à cette évidence, mais aussi qu'il resterait rêveur, qu'il s'étonnerait de nous voir, et pour quelle raison !, placer une différence dans ce qui est semblable : dans trouvais.

  • 5  Cette impossibilité, cependant, n'est pas absolue : cf. J. Bres [1998, p. 272].

9Pour se convaincre, s'il en est besoin, que cet imparfait « narratif » a tout de même une existence et qu'il ne peut se confondre avec aucun autre, on ne manque pas de signaler qu'il commute, lui, avec le « passé simple ». La chose est aussi vraie en italien et en espagnol qu'en français. Et les grammairiens de toutes ces langues, d'une façon ou d'un autre, en recourant à des terminologies sans doute diverses mais toutes apparentées, en tirent la même conclusion : que les propriétés qu'ils savent reconnaître dans le passé simple, par force sont aussi dans cet imparfait « narratif ». Que cette possibilité de commutation est la preuve irréfutable que le passé simple a contaminé l'imparfait et lui a passé ses pouvoirs. Selon les uns, ce dernier a déposé, pour une grande part, la charge d'accompli dont il est naturellement lesté [Guillaume, 1964, pp. 214-215 ; 1964, p. 255, n. 16 ; 1991, pp. 202 et sq.] et il en a perdu la possibilité d'être flanqué de déjà5. Tout juste comme le passé simple. Pour d'autres, il prend une couleur « aoristique » [Simonin, 1984, p. 182]. Il n'a plus « la valeur ouvert mais la valeur fermé-non adjacent, ou compact ». Pour d'autres encore [Tasmowski-De Ryck, 1985, p. 62], qui le baptisent « imparfait de rupture », il a pris les traits [+globalité], [+progression], ce qui, là aussi, lui donne la mine d'un passé simple et lui arrache ses traits habituels « [- globalité], [- progression] ». Ou il paraît « anular su carácter imperfecto » [S. Gili Gaya, 1954, § 124, p. 142. Repris dans Esbozo... 1982, § 3.14.3.b, p. 467, sous la forme : « atenuar su carácter imperfecto »]. Les plus prudents mettent la mutation au compte du contexte qui « è di natura perfettivizzante » [L. Renzi-G. Salvi, 1991, p. 85]. Ils n'en finissent pas moins, pour décider « del valore aspettuale » de la forme observée, par recourir à la commutation : « In intrambi i casi sarebbe infatti possibile l'uso della perifrasi continua ».

  • 6  Sur toute cette question, voir J. C. Chevalier et M. F. Delport [1998].

10La chose donc est claire. Je reconnaîtrai « l'imparfait narratif » à ce qu'il a pouvoir de commuter avec le passé simple. Et c'est du même coup reconnaître à la commutation la vertu de montrer ce que sont les formes linguistiques. C'est en faire, certes, l'usage le plus accoutumé, mais aussi le plus étrange si l'on accepte d'y songer. Au motif qu'il peut prendre la place d'un prétérit défini, l'imparfait soudain se parerait des plumes de ce paon. Il cesserait d'être lui-même, se viderait de son être et, de ce fait, gagnerait le plus clair des qualités de celui qu'il remplace. C'est croire, avec sans doute trop d'empressement, qu'il y a dans les phrases des places bien carrées, bien dures, rigoureusement dessinées et que tout occupant, par conséquence, doit avoir la même forme. C'est déduire de la capacité qu'on leur voit d'y prendre place que deux éléments distincts sont devenus, dans leur triperie, tout proches l'un de l'autre6. Et pourquoi ce serait celui-ci qui aurait pris le parti de s'aligner sur celui-là ? Pourquoi, s'il leur faut une quasi identité pour tenir dans la même phrase, au même lieu, ce ne serait pas l'inverse ? Pourquoi faudrait-il refuser que ce soit le prétérit défini qui « s'imperfectivise » ? On peut craindre que la réponse, trop souvent serait : parce que c'est celui-ci que nous étudions. Aussi parce que – et plusieurs ne se cachent pas pour l'avouer – c'est le prétérit défini qui, dans pareilles phrases, est la forme attendue, la forme la plus naturelle ou la plus spontanée, celle que réclame l'orthonymie. Voyez plutôt : « ... l'imperfetto usato in un contesto che richiederrebbe propriamente un tempo di natura perfettiva » (Renzi-Salvi). Et en écho : « El imperfecto se encuentra, además, empleado en muchos casos en los que los hábitos lingüísticos hacen esperar un pretérito » [S. Fernández Ramírez, p. 281] ; G. Guillaume : « ... imparfait employé aux lieu et place du parfait défini qui serait, grammaticalement, la forme attendue » [1929, p. 66]. Et bien d'autres. La conclusion de tout cela devrait être que la formulation ordinaire et attendue est le vrai du langage. Et qu'elle est si impérative, si nécessaire – elle a le poids du vrai – que ce qui peut venir se substituer (ici l'imparfait) à ce qui l'exprime (le passé simple) ne peut qu'en prendre quasiment la valeur et même la nature. Ce principe si curieux en son fond aurait mérité examen et discussion. On s'est abstenu de le faire. Sans le dire, on l'a tenu pour indiscutable.

  • 7  Voir A. Joly [1996]. Voir aussi les remarques de J. Bres [1998, p. 263], de F. Tollis [1998, à par (...)

11La seconde conséquence de ce crédit aveugle accordé à la commutation est qu'il faut consentir et même, plus souvent, adhérer à l'idée que les formes linguistiques sont adaptables, modifiables, malléables, cabossables, chacune selon le besoin. Il faut admettre, et prêcher parfois, qu'elles sont transformables7, qu'elles ont qu'elles ont une certaine élasticité, dans des limites à déterminer, certes, mais qui, tant que celles-ci ne sont pas violées, permet un continuum de variations. Et l'on peut voir ainsi les apôtres du « qualitatif », les défenseurs mêmes de l'idée que « les faits linguistiques sont purement qualitatifs » tenir qu'en l'occurrence les variations sont « d'ordre quantitatif ». Ils pèsent jusqu'à l'infinitésimal. Et par là on se trouve renvoyé à la première interrogation ou au premier étonnement. On se trouve devoir admettre que l'imparfait a fait l'objet de triturations, d'adultérations, qu'il a été pétri jusqu'à acquérir la bonne forme, qu'on a, en somme, travaillé son signifié sans que rien en paraisse dans son signifiant. On est conduit à postuler, implicitement ou pas, que des opérations peuvent avoir lieu, qu'elles n'accompagnent pas seulement l'édification de la phrase mais qu'elles affectent les unités qui y entrent et n'y laissent aucune trace physique. Il y a là un constat que, le plus souvent, on a négligé de faire. Et le bien-fondé de la posture qu'on prenait, il est trop évident qu'on n'a pas cherché à l'asseoir.

12On voit donc par là le prix qu'il faut payer pour faire être « l'imparfait narratif ». L'imparfait narratif et tous les autres avatars de l'imparfait dont s'encombrent les grammaires. Il faut d'abord de l'irréfragable solidarité du signifiant et du signifié avoir une vision si relâchée que le second puisse s'affranchir du premier et prendre ses aises. Il faut ensuite de la commutation avoir une conception fort optimiste et faire un usage bien léger. Il faut enfin une ferme croyance en la malléabilité des unités linguistiques que la langue met à notre disposition. C'est un prix que l'on peut raisonnablement refuser de payer. Mais c'est à d'autres débours, peut-être plus naturels, plus efficaces, que l'on se condamne.

13Prenons un exemple simple, un exemple dans lequel tout le monde s'accorderait à reconnaître un « imparfait narratif ». Et demandons nous ce qui y est en cause.

(7) Madeleine ya conocía a Brzezinski porque en 1963 se había apuntado a un master en relaciones internacionales dirigido por el profesor polaco, « el mejor profesor que he tenido en mi vida », en declaraciones de Albright a la revista Time.
Trece años después, en 1976, Madeleine conseguía su doctorado con una tesis sobre el papel de la prensa en la « primavera de Praga » de 1968 (Carlos Mendo, El País, ed. internac., 19-1-1999).

14Deux événements donc : conocer a B. et conseguir su doctorado. Deux événements du passé que treize années séparent l'un de l'autre. Mais cela qui est une donnée objective du monde, la localisation historique de ce que l'on a vu y advenir, n'est pas ce qu'en disent nos phrases. Elles ne se donnent pas pour but – du moins au premier chef – de repérer dans les éphémérides du Secrétaire d'Etat américain tel fait par rapport à tel autre. Elles nous obligent à certaines opérations successives dont le résultat est une particulière image, une représentation singulière de cette réalité phénoménale. De 1999 où nous sommes il nous est demandé de nous transporter en un lieu du passé, en 1963, et il nous est proposé une image de ce qui s'y passait (Madeleine conocía a B). Cela fait – moi, observateur, je suis l'ordre des informations qui me sont données, mais qui est aussi et surtout l'ordre choisi par le journaliste, auteur de ces phrases –, cela fait donc, et sans quitter le passé, nous devons nous porter treize années en avant. Nous devons faire cette translation et, là où elle nous laisse, là plus exactement où elle nous conduit, offrir non pas l'image – elle n'existe sans doute pas – mais une image de ce qui s'y tient, de ce qui y est ou de ce qui s'y produit (conseguir su doctorado). Et pour le faire, français, italien, espagnol, toutes les langues romanes mettent ici à notre disposition le passé simple, le passé composé, l'imparfait. Et même le présent et le futur. Toutes les formes de l'indicatif en somme. Le problème, en la circonstance, n'est donc pas de supposer que ces formes se rapprocheraient l'une de l'autre au point d'en venir à se ressembler. Au point même de ne plus se distinguer que par d'insaisissables nuances. Quelle raison, du reste, de penser, ou de vouloir penser, qu'en ce point du temps où nous a conduits Trece años después l'imparfait ne déposerait pas la représentation dont, par constitution, il est le porteur ? On raisonne comme s'il ne le faisait pas. Et on n'a pas, que je sache, donné le pourquoi de ce raisonnement.

15Ce que peut être l'image véhiculée par l'imparfait, plusieurs, et depuis longtemps, l'ont dit et répété. On les a, parfois, baptisés « les tenants de la théorie aspectuelle ». Ils voulaient, et veulent encore, que de l'événement dont il parle, l'imparfait donne une « vision sécante », qu'il en fasse un complexe d'accompli etd'accomplissement, de décadence effective et d'incidence perspective. Quelque chose de plus précis et de plus explicitement montré mais, après tout, de même nature, parait-il, que la « durée » ou « l'aspect ,cursif, duratif » de quelques prédécesseurs ou contemporains. L'ennui sans doute est qu'on y ait lu un découpage pur et simple de la réalité, une coupe opérée dans le monde phénoménal. Qu'on ait cru qu'il y avait là la partition toute matérielle d'une durée, la division d'une bande passante en deux fragments : celui qui a déjà défilé, celui qui est à venir. Car il ne faut. pas beaucoup d'attention pour voir qu'ici, comme en bien d'autres affaires, on a pris les données de langage pour les faits de l'expérience.

16Si, parcourant de gauche à droite et de la queue vers la tête un serpent, je choisis, en son milieu ou en un point quelconque, de le couper en deux, chaque partie qui me sera livrée sera, certes, du serpent. Mais, à gauche, j'aurai une queue sans tête, à droite une tête sans queue : dans le premier cas, et compte tenu du parcours indiqué, un début de serpent, dans le second une fin de serpent. Et ces deux morceaux, du fait qu'ils sont des morceaux, et les morceaux d'un parcours, auront leurs caractéristiques propres et demeureront à jamais distincts du tout dont ils sont issus. Ils seront bien du serpent, mais, je le répète, du serpent sans tête pour l'un, du serpent sans queue pour l'autre. Et il en est toujours ainsi tant qu'on partage du « réel ». Si l'accompli qu'on veut voir dans l'imparfait est un morceau de l'événement relaté, ce morceau pourra être de l'étendue qu'on voudra : il pourra n'en représenter que la moitié, une partie infinitésimale ou quasiment l'entier. Et c'est bien ce que, sous des habillages divers, nous disent toutes ces théories de l'aspect qu'on voit fleurir depuis bien des années. L'introduction de l'absence de bornes, de l'image, pour l'accompli, d'un intervalle ouvert à gauche et, pour l'accomplissement perspectif, d'un intervalle ouvert à droite ne suffit pas à y changer quelque chose. Ces « ouvertures » n'empêchent pas la variation quantitative de chaque pièce. On continuera de penser qu'avec l'imparfait, pour appréhender un événement qui a duré de 15h. à 15h15, il n'est besoin que de prendre place à 15h04, 15h08, 15h10 ou 12 et d'effacer les bornes de commencement (15h.) et de fin (15h.15). Or, si l'événement à rapporter est celui, mettons, d'une traversée, ce qu'à procéder ainsi l'on donne à voir est clair : dans l'en-deçà de 15h08, par exemple, ou dans l'au-delà ce n'est pas de la « traversée » mais de la « navigation ». Car pour avoir de la « traversée » il faudrait au moins se donner deux rives et donc 15h. et 15h.15.

17Cette façon de faire, et dans l'espoir d'en guérir, on l'a un jour baptisé « péché de réalité » [Chevalier, 1982]. Il n'est, pour n'y pas succomber, qu'un moyen : se souvenir toujours que dans la Langue tout est representation. Non pas chose mais représentation de chose. Par exemple, supposons grossement, et par approximation, que pour obtenir la representation du contenu lexical du verbe entrer il me suffise de poser ensemble l'image d'une limite L, séparatrice de deux espaces conçus l'un, E1, comme une extériorité, l'autre, E2, comme une intériorité, d'un parcours p allant de E1 à E2 et d'un être m qui l'effectue (sans qu'il soit précisé si c'est motu proprio ou pas).

18Ramassons cet arrangement d'éléments sous la notation R (représentation de ce qu'on appellera sémiotype du verbe) et voyons, par suite, en quoi consiste la mise à l'imparfait de ce contenu lexigénétique. Nullement, comme on le donne souvent à croire, en la division du parcours p, la division en deux : c'est là une mesure chronométrique du processus phénoménal d'entrer. Et elle nous ferait voir – il n'est pas difficile de le remarquer – l'être m un pied dedans un pied dehors, ou bien les deux pieds dedans, au-delà de la limite L, ou bien encore au bord de la franchir. En fait, on ne marquerait donc par là que l'état d'avancement du parcours : ce qui en est accompli et ce, corrélativement, qui en reste à accomplir. On s'inscrirait à plein dans le quantitatif dont il a été dit le caractère linguistique inadéquat. Non, mettre notre verbe entrer à l'imparfait, c'est se donner un poste temporel d'observation O et poser que, dans la coïncidence de ce poste, dans son antériorité comme dans son ultériorité, siège la représentation R du sémiotype.

19Observons qu'on montre ainsi de l'entrée avant, pendant et après le poste O où l'on a pris place, et non point, comme dans « le péché de réalité », les secondes écoulées, la seconde s'écoulant et les secondes à venir du processus phénoménal nommé entrer. Observons surtout que la structure de cette image portée par l'imparfait est celle-là même d'un état. Il n'y a d'état en effet que là où deux instants successifs peuvent offrir le même contenu de représentation (X). Rien d'étonnant dès lors à ce que plusieurs études, par ailleurs toutes distinctes, veuillent trouver à l'imparfait la capacité « de présenter une situation temporelle sous forme d'état » (Kamp et Rohrer, 1983) ou, comme le formule Ducrot (1979), « de transformer un événement en propriété ou qualité d'un thème » [A. M. Berthonneau et G. Kleiber, 1993, p. 62]. Et on conçoit sans peine que, dans des analyses récentes, l'opposant aux événements proposés par le passé simple et le passé composé, on ait pu soutenir que notre forme verbale avait pour propre de présenter des procès continus n'ayant pas ou plus la structure interne des événements [Ibid.]. C'était, avec justesse, constater un effet si on n'en produisait pas la cause.

20Mais reprenons notre exemple (7) et souvenons-nous de ce qu'il était demandé de faire. De 1963 où je m'étais porté il me fallait viser 1976 et m'y diriger. Là, du même pas qui m'avait fait traverser les années qu'allais-je choisir de placer ? Un imparfait, c'est-à-dire un poste d'observation O et une succession de trois sémiotypes identiques. Le mouvement de translation que je venais de faire dans le temps extérieur, dans le temps historique, de 1963 à 1976, et qui n'en était qu'à s'achever, voilà qu'immédiatement, par l'imparfait, je m'obligeais à le contrarier, à regarder vers l'arrière. Car ce n'était que vers l'arrière du point où j'étais parvenu que trouverait place le sémiotype ante (cf. Fig. B) de l'imparfait.

21Un mouvement mental tourné vers l'avenir, de 1963 vers 1976, soudain se trouve interrompu et doit donc composer avec une représentation qui, pour partie, oblige à un regard rétrospectif. L'effet qui en résulte n'est pas pour surprendre. On est jeté in medias res. On est lâché dans une aventure (conseguir su doctorado) dont on a dépassé le déclenchement, dont tout un premier développement nous a échappé. D'où l'impression de rapidité, d'irruption soudaine que bien des commentateurs se sont plu à souligner. On n'était pas encore en 1976, on n'avait pas eu le temps d'y ouvrir les yeux, et le fait-on que l'obtention du doctorat est en cours et a dépensé une part de la durée qui sera la sienne. Il ne nous sera donc donné d'assister effectivement qu'à ce qui de l'opération n'est pas encore échu. Et c'est cette effectivité que le grammairien, les yeux toujours rivés sur la « réalité » ou ce qu'il croit l'être, retient. Il se prend à penser qu'il y a là, dans cette part de procès restante dont le spectacle ne nous sera pas dérobé, l'image portée par l'imparfait. Pour lui, dès lors, plus rien dans cet imparfait-là de ce qu'il avait l'habitude de découvrir dans les formes de ce nom : l'accompli y est aboli ; la « globalité » et la « progression » y sont inscrites et les propriétés de « l'aoriste » avec.

  • 8  Qu'on entende bien ce qui fait cette hétérogénéité et qu'on ne se méprenne pas sur les termes asce (...)
  • 9  C'était encore là la conviction de M. Molho [1975, pp. 258-263) qui, en guillaumien « fidèle », vo (...)

22Cette illusion de l'analyse, on voit d'où elle vient. Se mouvant dans le temps du calendrier, de 1963 à 1976, on veut continuer sur son erre. On veut croire que ce dont il va être fait mention ne peut, tout naturellement, se déployer que dans la suite, sans décrochement, sur le même horizon. Et on entend de surcroît que le recours à l'imparfait ne s'y oppose pas. Or sans poste d'observation temporel et sans représentation d'un sémiotype ante (cf. Fig. B), point d'imparfait. Il ne s'agit pas là, comme le commentaire d'il y a un instant risquait de le donner à entendre, d'une durée acrescible ou réductible à volonté, mais, répétons-le, d'une représentation qui a besoin de tous les éléments dont elle est faite et dont l'imparfait, partout et toujours, sous peine de ne plus être imparfait, a besoin lui aussi. Toutes les impressions suscitées par ces imparfaits et abondamment décrites dans les manuels, dans les traités, dans des articles ne sont pas sans quelque chose de juste. Ce qui est privé d'exactitude, c'est l'idée que l'imparfait, pour les produire, doive se déguiser, se transformer, renoncer à sa condition. Une erreur est donc de mettre au compte d'une pièce de la Langue – l'imparfait – des impressions qui ne peuvent venir que de manœuvres discursives. De manœuvres qui obligent à conjoindre deux représentations temporellement hétérogènes8, l'une, si l'on veut que l'on pourra nommer ascendante (de 1963 à 1976 dans l'ex, 6) et l'autre descendante (le sémiotype ante de l'imparfait). Et l'on voit, contre ce qui maintes fois a été soutenu, que l'effet dont nous nous occupons n'est pas dû à l'abolition dans l'imparfait de ce qu'il porte de rétrospectif9 mais bien de son maintien, de son impossible suppression. Les faits à rapporter permettaient que l'on se monte la représentation d'une translation ascendante dans le temps ? La Langue mettait à disposition la représentation de l'imparfait ? Conjuguons ces deux représentations, interceptons la première par la seconde, et nous placerons le grammairien dans le cas de crier à « l'imparfait narratif ».

  • 10  Que l'on songe ici, par exemple, aux débats sur le mot quand. Appelle-t-il le passé simple ? l'imp (...)

23On s'empressera sans doute ici d'objecter que les exemples sont nombreux où l'on chercherait en vain les mots qui, à l'exemple de Trece años después, déclarent, dans le temps historique, la translation dont on a fait état. L'envie vient de répondre : Et alors ? Est-ce que toutes les opérations dont s'accompagne la construction d'une phrase – d'une phrase vraie, vivante, en situation, et non de ces séries de mots que, pour l'illustration ou la défense de son analyse, forge le grammairien –, est-ce que toutes ces opérations se changent en mots ? C'est ce que suppose, relevons-le, l'objection que l'on vient de mentionner. Le vrai est que de l'expérience dont nous parlons et que nous nous représentons, confusément ou en toute netteté, il n'est qu'une partie, et peut-être petite, qui vient se matérialiser dans les vocables de nos phrases. Nos machines modernes qui ne connaissent que des suites de lettres ont renforcé le refus de le voir. Le penchant que l'on n'avait que trop de faire comme si telle expression, tel tour était la condition impérative de l'emploi ou de l'admission de tel autre10, la cause même de sa « valeur », elles l'ont encouragé. Et, par cet attachement étroitement positif, dans l'analyse des phrases, aux seuls éléments linguistiques qui y paraissent, on s'est contraint à l'élaboration de figures, de formules, de graphiques de plus en plus complexes, de plus en plus lourds. On est devant un résultat qui naît de la combinaison, d'une part, des représentations portées et apportées par les vocables et, d'autre part, de représentations échafaudées à partir de l'expérience à laquelle la phrase se donne pour tâche de faire référence. On se condamne à déformer ce fait, à le défigurer, dès l'instant qu'on croit, dans le résultat en cause, que n'interviennent que les représentations involuées dans les unités linguistiques. On s'astreint à leur prêter toutes sortes de propriétés qui leur sont étrangères. Pour revenir à notre mécanisme de « l'imparfait narratif », on s'oblige à poser que la translation temporelle « extérieure » n'a pas d'existence puisqu'aucun mot ne la traduit plus en propre.

24Partant d'un corpus suffisamment étoffé, J. Bres [1998, p.272, n. 11] signale que « seuls 38 % d'IP narratifs sont introduits par un circonstant temporel ». Aucune raison de penser que l'italien, l'espagnol ou d'autres langues romanes donneraient des chiffres bien différents. Les exemples retenus par S. Fernández pour illustrer son « imperfecto puntual » offrent sans doute presque tous un Acto seguido, un a los pocos momentos, un Media hora después, un un minuto después, un por la tarde dans la suite immédiate de por la mañana. On trouverait sans peine d'autres phrases qui en seraient privées, et les experts continueraient d'y reconnaître des « imparfaits narratifs ». C'est qu'ils auraient eu le sentiment suffisamment vif de devoir faire un saut dans le temps et, tout à la fois, se donner l'image d'une rétrospection. Et ce saut, il est maintes façons d'y appeler si la rétrospection, dans les cas qui nous intéressent, est toujours marquée par l'imparfait. Notre savoir, nos croyances, nos habitudes ici nous aident. Nous appuyant sur elles, nous nous livrons à cinq, dix, vingt déductions ou inférences. Nous cédons à des implications, réelles ou supposées. Un exemple de B. Vian, cité par J. Bres [1998, p. 265], le montre avec toute l'éloquence que l'on peut souhaiter.

(8) ... à ce moment, comme par erreur elle tourna la tête, et Colin lui embrassait les lèvres (L'écume des jours).

25C'est une expérience sans doute largement partagée qu'il faut, quand on ne lui fait pas face, avoir d'abord tourné la tête, s'être porté, aussi peu que ce soit, au-delà de ce mouvement pour être, ensuite, à même d'embrasser son voisin. La chronologie des faits nous impose, sur le calendrier, de développer jusqu'à son terme le déplacement de la tête pour qu'apparaisse la conjonction des lèvres. Mais cette représentation, qui est du monde, des phénomènes qui s'y produisent, est en contradiction – du moins en opposition – avec celle, linguistique, de l'imparfait si, pour donner à voir l'opération d'embrasser, on y recourt. En effet, obligeant à accrocher le poste O de l'observateur au point du calendrier où la représentation expériencielle de « tourner la tête » nous a portés, la représentation linguistique de l'imparfait oblige aussi, dans en-deçà de ce point, de se donner l'image du sémiotype ante d'embrasser. De sorte que l'impression nous vient – mais ce n'est qu'une impression et c'est celle qu'entendait créer B. Vian – d'un baiser déjà entamé alors que la tête de Chloé n'avait pas achevé de se mettre en position. Impossibilité phénoménale bien sûr. Et c'est en ne voyant qu'elle que grammairiens et linguistes ont inventé « l'imparfait narratif ». Les lèvres n'ayant pu se joindre avant que la tête ne se fût tournée, il leur fallait que ce soit là ce que dit la phrase. Il leur fallait qu'elle soit cette photographie de la réalité. Et la conséquence pour l'imparfait, on la voit tout de suite : il ne devait contenir aucun accompli. Il devait, aoristiquement, montrer d'un bloc et d'un trait le procès d'embrasser. Les impératifs du monde référentiel devenaient la raison d'une représentation linguistique. Ce n'est pas pour étonner qui a longtemps considéré les imparfaits de Flaubert et ce que ses traducteurs en font d'ordinaire [Chevalier et Delport, 1995a, chap. VII, VIII, IX].

26On peut en ceci aller plus loin. Le rapport chronologique que, dans le monde, le récepteur de la phrase se croit appelé à établir peut être de façon plus ou moins lâche celui d'une translation. Il lui arrivera même de ne pas s'y sentir contraint. C'est l'imparfait alors, imposé par l'émetteur, qui l'obligera, en vertu de la rétrospection dont il est porteur et de la nécessité de trouver le lieu du temps où accrocher le poste O de l'observateur, à sentir la contradiction ou l'opposition qui fait croire à l'existence d'un « imparfait narratif ». Le cas, enfin, ne sera pas rare où, pour passer d'un des événements à l'autre, il me sera signifié qu'il n'est nul besoin, dans le temps phénoménal, de me transporter d'un moment à un autre qui lui est postérieur. C'est même leur simultanéité qui sera explicitement déclarée : Dans le même temps, En el mismo instante, etc.

(9) Quiso poner mano a sus armas, pero en el mismo instante, obedientes a una señal, le cercaban los mastines de la guardia y le ponían preso (R. del Valle Inclán, Gerifaltes de antaño, X, O.C., I, 717).

27Le mécanisme décrit jusqu'ici n'en est pas changé. L'instante en cause, la représentation du premier événement (querer poner mana a sus armas) l'a occupé tout entier et a porté l'esprit à sa borne de fin. Surgissant ensuite, le second événement (cercarle), comme il a été annoncé en toute explicitation par en el mismo instante, doit aussi y tenir. Mais, déclaré à l'imparfait, il oblige l'esprit à une contre-marche : dans l'antériorité de cette borne de fin il lui impose en effet de placer l'image non seulement d'un sémiotype ante mais aussi d'un sémiotype post (cf. Fig. B). Par quoi la représentation de cercar et de poner preso paraît presque précéder celle de poner mana a sus armas. La promptitude d'exécution des mastines de la guardia ne s'en trouve que plus rehaussée, et c'était ce qu'il y avait à dire et à montrer.

28Qu'on n'aille pas croire cependant qu'il suffit à un imparfait de paraître dans la suite d'un tour déclarateur de simultanéité pour que soit obtenu, comme par une sorte de mécanisme automatique, l'effet qui vient d'être décrit. Ce serait assez de l'exemple (10) pour qu'on s'en détrompe :

(10) Le village de Campagne a deux seigneurs. L'officier de santé Gallet, nourri du bréviaire Raspail, député de l'arrondissement. Des hauteurs où son destin l'a placé, il contemple encore avec mélancolie le paradis perdu de la vie bourgeoise, sa petite ville obscure, et le salon familial de reps vert où son néant s'est enflé. Il croit honnêtement mettre en péril l'ordre social et la propriété, il le déplore et, se taisant ou s'abstenant toujours, il espère ainsi prolonger leur chère agonie.
« On ne me rend pas justice – s'est écrié un jour ce fantôme, avec une sincérité poignante – voyons ! j'ai une conscience ! »
Dans le même temps, M. le marquis de Cadignan menait au même lieu la vie d'un roi sans royaume (G. Bernanos, Sous le soleil de Satan, chap. I, Paris, 1951, p. 10).

29On sera peut-être tenté d'avancer que mener la vie d'un roi sans royaume n'est pas cercar a alguien. On voudra que la différence perçue entre l'exemple de Valle Inclan et celui de Bernanos ait sa cause dans quelque « aspect lexical » qui séparerait les verbes mener la vie et cercar. On ferait fausse route. Nombreux sont ceux [J. Bres, 1998, pp. 267-268] qui ont montré que l'effet nommé « imparfait narratif » s'obtenait avec toutes sortes de verbes, sans restriction. Ce qui de l'exemple espagnol à l'exemple français a changé est ailleurs. Alors que le premier événement dans l'exemple (9) (quiso poner mano a sus armas) conduisait l'esprit, comme il a été dit, au travers de l'instant considéré à la frontière de fin, dans l'exemple (10) le premier événement, sous l'espèce de plusieurs faits au présent, nous y assigne à résidence. Le même temps n'est pas comme el mismo instante un espace que l'on traverse pour courir à sa sortie. C'est un séjour. De sorte que, passant de la vie de l'officier de santé à celle du marquis, il n'y a aucun mouvement à contrarier, aucune marche arrière à opérer. On reste sur place. Le poste O de l'observateur apporté par l'imparfait prend la place du poste O de l'observateur inscrit dans les présents contemple, croit, déplore, etc. Il y ajoute seulement, par le contraste avec le présent de locution sur lequel il est, lui, repéré, que cette place est en arrière de ce présent, qu'elle est dans le passé.

  • 11  Sur le jeu complexe des affectations successives auxquelles oblige un texte suivi et sur les effet (...)

30Ainsi l'imparfait, partout où il lui est demandé de paraître, ne peut être que ce qu'il est. Il ne porte et n'apporte invariablement que la matière proposée par la Fig. B. Ce qu'on a nommé imparfait « narratif », imparfait « duratif », imparfait « de courtoisie », etc. n'est donc que l'illusion qui consiste à lui attacher substantiellement l'effet des manœuvres discursives auxquelles il oblige et qui ne l'altèrent en rien. Tel que la Langue nous le livre il nous propose un poste O d'observateur auquel, selon le besoin, à chaque emploi, il faudra dans la chronologie narrative affecter une place11. Les opérations exigées par le choix de cette place et combinées à la représentation propre de l'imparfait produiront l'image globale et résultative que la phrase donnera de l'expérience rapportée. Quel sens dès lors pourrait avoir la notion d'imparfait de phrase ? Ce serait, quand il n'y a que deux types d'unité – dans la Langue celle des pièces qui seront appelées pour l'édification de la phrase (et ici, parmi elles, l'imparfait), dans le Discours celle de la phrase – en imaginer une troisième : celle de morceau de phrase. Le problème ici en cause a sa difficulté. Ce n'est pas une raison pour l'esquiver. G. Guillaume le signalait dès 1940 [A. Boone et A. Joly, 1996, p. 322, col. 1]. Il y revenait en 1948 [Guillaume, 1988, p. 171). « Une phrase, au sein de laquelle les mots ne se lieraient pas étroitement et resteraient séparés, comme ils le sont dans la langue, n'aurait pas de signification propre et pas de signification du tout. C'est la liaison des mots au sein de la phrase qui fait le sens de celle-ci. Il existe donc un moment, qui a la brièveté de l'instant, où, dans la phrase, et pour que la phrase prenne sens, les mots ne doivent plus se distinguer. Pendant ce court instant, la soudure des mots est parfaite : il n 'y a plus de mots séparés ; il y a la phrase qui les réunit et les soude de la manière la plus étroite. A cet instant d'étroite soudure, de symphyse parfaite des mots dans le discours, on voit l'unité d'effet qu'est la phrase dissoudre en elle, par étroite liaison, l'unité de puissance appartenant au mot. Car, et l'on retrouve ici, une fois encore, ce qu'il y a de contraire entre langue et discours, l'unité d'effet de la phrase ne peut s'établir qu'au préjudice de l'unité de puissance des mots. Il y a ainsi, dans la durée de la phrase, un instant optimum, où l'unité d'effet qu'elle constitue dissout en elle, par intégration réussie, l'unité de puissance des mots, laquelle, pour ce court instant, cesse et doit cesser – la phrase ne prenant sens qu'à ce prix – d'être sensible au sujet parlant et écoutant. »

31L'« imparfait narratif » qui n'a de durée que celle de la phrase pourrait bien n'être donc qu'un imparfait qui s'y est dissout. Fallait-il se mettre en peine de le retrouver ?

Haut de page

Bibliographie

Berthonneau A. M. et Kleiber G. 1993, « Pour une nouvelle approche de l'imparfait : l'imparfait, un temps anaphorique méronomique », Langages, 112, 55-73.

Boone A. et Joly A. 1996, Dictionnaire terminologique de la systématique du langage, Paris, L'Harmattan.

Bres J. 1998, « L'imparfait narratif est un imparfait comme tous les autres », in Du percevoir au dire (Hommage à André Joly), Paris, L'Harmattan, 261-276.

Chevalier J. C. 1982, « Le péché de réalité », Langues et linguistique, n° 8, t. 2, Québec, Université Laval, 92-125.

Chevalier J. C. 1998a, « Interceptions, traduction et expérience », in De l'actualisation (Coord. Barbéris J-M., Bres J., Siblot P.), Paris, C.N.R.S. Editions, 99-118.

Chevalier J. C. 1998b, « Temps des événements, temps des verbes (La Regenta de « Clarín ») », Colloque « Du fait de langue au fait de discours : pour une « nouvelle stylistique » (U.R.A 1030 du C.N.R.S ; (Lille 1992), in Estudios de lingüística textual (Homenaje al profesor Muñoz Cortés), Murcie, Universidad de Murcia-CAM, 89-106.

Chevalier J. C. et Delport M. F. 1995a, L'horlogerie de saint Jérôme (Problèmes linguisstiques de la traduction), Paris, L'Harmattan.

Chevalier J. C. et Delport M. F. 1995b, « Temps des choses, temps de l'outil », Modèles linguistiques, XVI, I, Lille, 149-164.

Chevalier J. C. et Delport M. F. 1998, « Du bon usage de la commutation », Estudios en honor del profesor Josse de Kock,. Louvain, Leuven University Press, 111-132.

Ducrot O. 1979, « L'imparfait en français », Linguistische Berichte 69, 1-23.

Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, 1982, Madrid, Real Academia de la Lengua, Espasa-Calpe.

Fernández Ramírez S. 1986, Gramáticaespañola, vol. IV, (El verbo y la oración), Madrid, Arco/Libros SA

Gili Gaya S. 1954, Curso superior de sintaxisespañola, Barcelone, Ed. Spes.

Guillaume G. 1929/1970, Temps et verbe, Paris, Librairie Honoré Champion.

Guillaume G. 1964, Langage et science du langage, Paris : Nizet, Québec : Université Laval.

Guillaume G. 1988, Leçons de linguistique 1947-1948, série C, vol. 8, Québec : Presses de l'Université Laval, Lille : Presses universitaires de Lille.

Guillaume G. 1991, Leçons de linguistique 1943-1944, série A, vol. 10, Québec : Presses de l'Université Laval, Lille : Presses universitaires de Lille.

Joly A. 1996, « Les variations d'un « invariant » : Approche morphogénétique de l'imparfait français », Modèles linguistiques, XVII, I, 187-202.

Kamp H. et Rohrer C. 1983, « Tense in Texts » in R. Bauerle, C. Schwarze et A.von Stechow (eds), Meaning, Use and Interpretation of Language, Berlin-New York, De Gruyter, 251-269.

Martin R. 1971, Temps et aspect. Essai sur l'emploi des temps narratifs en moyen français, Paris, Klincksieck.

Molho M. 1975, Sistemática del verbo español, Madrid, « Biblioteca románica hispánica », éd. Gredos, 2 vol.

Renzi L. et Salvi G. 1991, Grande grammatica italiana di consultazione, vol. II, Bologne, il Mulino.

Simonin J. 1984 « Les repérages énonciatifs dans les textes de presse », in A. Grésillon et J. L. Lebrave (éds), La langue au ras du texte, Lille, Presses universitaires de Lille, 133-203.

Tasmowski-De Ryck L. 1985, « L'imparfait avec et sans rupture », Langue française 67, 59-77.

Tollis F. 1998, « La problématique de l'un et du multiple dans le cas des morphèmes romans polyvalents : Deux groupes d'approche », Actes du XXIIe Congrès international de Linguistique et de Philologie romanes, Bruxelles, 23-29 juillet 1998 (à paraître).

Haut de page

Notes

1  C'est nous qui soulignons.

2  C'est nous qui soulignons.

3  C'est nous qui soulignons.

4  Pour le français, cf. R. Martin [1971, p. 98] et Tasmowski-De Ryck [1985, p. 63]. Pour le premier la présence d'un circonstant temporel est « indispensable » ; pour la seconde elle est « cruciale ». Sur cette prétendue nécessité, cf. J. Bres [1998, p. 272, n. 11].

5  Cette impossibilité, cependant, n'est pas absolue : cf. J. Bres [1998, p. 272].

6  Sur toute cette question, voir J. C. Chevalier et M. F. Delport [1998].

7  Voir A. Joly [1996]. Voir aussi les remarques de J. Bres [1998, p. 263], de F. Tollis [1998, à paraître] et de J.C. Chevalier [1998a].

8  Qu'on entende bien ce qui fait cette hétérogénéité et qu'on ne se méprenne pas sur les termes ascendante et descendante. Il y a hétérogénéité parce que, de 1963 à 1976, il s'agit de temps chronométrable, dans lequel il est possible d'assigner à un procès des bornes datées; alors qu'avec l'imparfait il ne s'agit que de temps de raison. Le premier se laisse découper en portions d'étendue variable, le second ne connaît, entre représentations, que des antécédences et des subséquences. On errerait donc, quelle que soit la tentation de le faire, si sur le calendrier l'on convertissait en temps de la première espèce le sémiotype ante de l'imparfait, si l'on y inscrivait une durée supposée venir de l'imparfait. Ces temps ne sont pas du même ordre, et lorsque, dans le discours, il nous est demandé de les composer, ils ne se rencontrent que par la place que dans le premier nous affectons au point O du second. Mais chacun, par ailleurs, garde sa nature. Et si l'un peut être dit ascendant, c'est parce qu'il oblige l'esprit à un parcours qui épouse l'ordre d'avènement à l'existence des instants de l'Histoire (ici de 1963 à 1976) et donc de la réalité phénoménale des événements, quand l'autre, qui n'offre l'image d'aucun parcours de cette espèce, n'est descendant – et partiellement – que parce qu'il nous est demandé, dans l'arrière du point O, de placer un bloc représentatif, celui du sémiotype ante. En ce même sens du reste, par le sémiotype post, et encore une fois sans représentation aucune d'un parcours, il pourrait être qualifié d'ascendant.

9  C'était encore là la conviction de M. Molho [1975, pp. 258-263) qui, en guillaumien « fidèle », voyait dans cette abolition la cause des imperfectos aorísticos.

10  Que l'on songe ici, par exemple, aux débats sur le mot quand. Appelle-t-il le passé simple ? l'imparfait ? Déclenche-t-il l'emploi de l'un ? de l'autre ? Et lorsqu'on constate qu'il admet également ces deux formes, on lui prête le pouvoir de couvrir – de porter, de « signifier » – deux, ou plus de deux, images temporelles.

11  Sur le jeu complexe des affectations successives auxquelles oblige un texte suivi et sur les effets multiples qui en naissent. cf. J. C. Chevalier [1998b. pp. 89-106] et J. C. Chevalier-M.F. Delport [1995b. pp. 149-164].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevalier, J.-C. (1999) « L'imparfait narratif » : à quel prix ? Cahiers de praxématique 32. Montpellier : Pulm. 189-210

Référence électronique

Jean-Claude Chevalier, « « L'imparfait narratif » : à quel prix ? »Cahiers de praxématique [En ligne], 32 | 1999, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/2859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.2859

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chevalier

U.R.A. 1036 du C.N.R.S.
Université de Paris IV

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search