Navigation – Plan du site
5

Polysémie n'est pas ambiguïté

Jacqueline Picoche
p. 75-89

Résumé

La notion de signifié de puissance avancée par la psychomécanique de G. Guillaume propose une compréhension de certaines ambiguïtés de langage. Un rappel est fait des éléments essentiels qui constituent le concept et permettent de reconnaître deux grands types de polysémies : l’un avec mécanisme de subduction (créneaux, devoir) et l’autre sans mécanisme de subduction (hôte carte). Après un relevé des similitudes repérables entre prototype et signifié de puissance, des exemples d’ambiguïtés discursives sont examinés. Ils apparaissent imputables aux particularités des signifiés de puissance statiques (carte, note, tolérance) ou à celles des signifiés de puissance dynamiques (donner, frontière, pouvoir, devoir) ; de sorte qu’il convient de parler non pas d’ambiguïté, cas rare et singulier, mais de polysémie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Picoche, J. (1989) Polysémie n'est pas ambiguïté. Cahiers de praxématique 12. Montpellier : Pulm. 75-89

Référence électronique

Jacqueline Picoche, « Polysémie n'est pas ambiguïté », Cahiers de praxématique [En ligne], 12 | 1989, document 5, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3451

Haut de page

Auteur

Jacqueline Picoche

Université de Picardie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals