Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11La fabulation d'une ineffable ide...

2

La fabulation d'une ineffable identité

Même, autre et soi-même dans Le Noyé le Plus Beau du Monde de Gabriel Garcia Marquez
Bertrand Verine
p. 29-54

Résumé

Cet article analyse la production de sens d'une nouvelle de G. Garcia Marquez en faisant travailler un certain nombre de concepts praxématiques. La dialectique du même et de l'autre, qui est au principe du fonctionnement linguistique (et de la construction du sujet) permet de rendre compte du programme narratif du récit. L'étude de la production de sens sous le praxème nominatif, notamment le nom propre, de son réglage en densité socio-technique ou en allégement, conduit à définir le statut mythique de cette nouvelle, au-delà, la signification de ce mythe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Verine, B. (1989) La fabulation d'une ineffable identité. Même, autre et soi-même dans Le Noyé le Plus Beau du Monde de Gabriel Garcia Marquez. Cahiers de praxématique 11. Montpellier : Pulm. 29-54

Référence électronique

Bertrand Verine, « La fabulation d'une ineffable identité »Cahiers de praxématique [En ligne], 11 | 1989, document 2, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.3461

Haut de page

Auteur

Bertrand Verine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search