Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Temps, langage et praxis

Résumé

La praxématique est issue pour une large part de la linguistique puissancielle de Guillaume. Elle lui emprunte, en la réinterprétant en matérialité, sa théorie de l'actualisation fondée sur l'existence d'un temps "opératif" porteur. Ce déplacement épistémologique ne pouvait que rencontrer la réflexion anthropologique d'André Jacob sur les rapports entre temps et langage, recherche issue elle aussi de Guillaume. Son exploration de l'ancrage réaliste du temps opératif est en forte convergence avec nos analyses. Mais son interprétation des trois moments du "loquor" reste dans une stricte obédience guillaumienne. Elle marginalise la parole quotidienne au nom d'une parole idéale produite par des sujets maîtres de leur langue et transcendants à leur dire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gardès-Madray, F. (1988) Temps, langage et praxis. Cahiers de praxématique 10. Montpellier : Pulm.

Référence électronique

Françoise Gardès-Madray, « Temps, langage et praxis »Cahiers de praxématique [En ligne], 10 | 1988, document 3, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.3473

Haut de page

Auteur

Françoise Gardès-Madray

Université Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search