Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7Fonction ordinatrice du temps opé...

3

Fonction ordinatrice du temps opératif

Roch Valin
p. 29-36

Résumé

Un certain nombre de guillaumiens ont, depuis quelque temps, tendance à ne voir dans le temps opératif qu'un paramètre d'analyse ingénieux et commode certes, mais imaginaire, et qui, par conséquent, ne saurait être considéré comme une réalité ontologiquement fondée. Il sera démontré que, tout au contraire, le temps opératif s'identifie à une réalité phénoménologiquement primordiale sans laquelle, en quelque état existentiel de sa réalité qu'on le considère, jamais le langage humain n'aurait pu prendre existence. On montrera notamment comment, au niveau puissantiel de la réalité du langage, le temps opératif est le seul substrat concevable sur lequel la pensée puisse asseoir les systèmes d'ordination qui font la langue, dans l'inconscient collectif, la concevabilité commune de l'expérience humaine commune que, pour pouvoir exister, elle est vouée, par nature et par fonction, à être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valin, R. (1986) Fonction ordinatrice du temps opératif. Cahiers de praxématique 7. Montpellier : Pulm. 29-36

Référence électronique

Roch Valin, « Fonction ordinatrice du temps opératif »Cahiers de praxématique [En ligne], 7 | 1986, document 3, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.3505

Haut de page

Auteur

Roch Valin

Université LAVAL
QUEBEC

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search