Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Paradoxalement et étrangement, pe...

Paradoxalement et étrangement, perméabilité d’une frontière linguistique1

Paradoxalement and étrangement, permeability of a linguistic frontier
Camino Álvarez Castro

Résumés

Parmi les adverbes appelés évaluatifs, on dénombre habituellement les deux adverbes considérés dans ce travail : paradoxalement et étrangement. De par leur valeur appréciative et leur base adjectivale, étrangement et paradoxalement marquent tous deux une altérité par rapport aux attentes d’une instance énonciative. Notre but est de vérifier dans une optique contrastive dans quelle mesure la frontière entre ces deux adverbes est perméable et dans quelle mesure ils peuvent être décrits à partir d’un modèle sémantique unitaire. Nous postulons qu’à chacune des entités lexicales étudiées correspondent deux entités sémantiques différentes. Pour les caractériser avec précision, nous prenons appui de manière systématique sur des critères formels, sémantiques et pragmatiques, certains d’entre eux empruntés aux auteurs spécialisés. En dépit des éventuelles analogies entre les propriétés distributionnelles de paradoxalement et étrangement, nous montrons que chaque adverbe exprime une évaluation différente. Dans ce travail nous esquissons leur modélisation respective reposant sur deux idées fondamentales : la mise en place d’une relation d’anti-orientation sémantique entre deux éléments en fonction d’une certaine norme ; l’attribution différente de la responsabilité quant à leur contribution évaluative. Notre analyse prend comme base des occurrences des adverbes étudiés appartenant à des textes littéraires, à des textes journalistiques et à des textes recueillis sur Internet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Ce travail s’inscrit dans un programme de recherche plus large sur les ‘opérateurs discursifs’ (FF (...)

1Parmi les adverbes appelés évaluatifs, on dénombre généralement les deux marqueurs énonciatifs abordés ici : paradoxalement et étrangement. De par leur valeur appréciative et leur base adjectivale, étrangementet paradoxalement marquent tous deux une altérité par rapport aux attentes d’une instance énonciative. Dans une optique contrastive, nous tenterons de vérifier dans quelle mesure la frontière entre ces deux adverbes est perméable et à quel point ils peuvent être décrits à partir d’un modèle sémantique unitaire.

2Nous proposerons une description des différentes entités sémantiques correspondant à chaque entité lexicale étudiée en nous fondant de manière systématique sur des critères formels, sémantiques et pragmatiques, certains d’entre eux empruntés aux auteurs spécialisés. Nous caractériserons avec précision les deux adverbes afin de cerner ce qui les rapproche et ce qui les sépare. En dépit des éventuelles analogies entre les caractéristiques distributionnelles de paradoxalement et étrangement, nous montrerons que chaque adverbe exprime une évaluation différente. Nous dépasserons le niveau superficiel pour étudier leur respective activité évaluative et pour analyser à quelle instance énonciative l’on doit attribuer la responsabilité de leur contribution évaluative.

  • 2  Pour le détail, se reporter aux textes cités.

3Notre analyse prend comme base un corpus constitué à partir du Corpus français, corpus du français contemporain écrit de l’Université de Leipzig, du corpus de Le Monde Diplomatique, de plusieurs romans contemporains, de textes journalistiques et d’occurrences trouvées en ligne2.

1. Les emplois de paradoxalement et étrangement

4La lecture des auteurs spécialisés (Mørdrup 1976, Schlyter 1977, Molinier 1990, Molinier et Levrier 2000, parmi bien d’autres), nous révèle l’existence de deux emplois distincts pour chacun des adverbes étudiés : en tant qu’adverbe de phrase (auquel cas le marqueur énonciatif est rangé dans la catégorie des adverbes « évaluatifs ») et en tant qu’adverbe de constituant. Il s’agit de deux entités sémantiques correspondant à chacune des entités lexicales étrangement et paradoxalement. Nous allons maintenant les caractériser.

5L’adverbe paradoxalement apparaît le plus souvent en tant qu’adverbe de phrase (exemples 1-4) et véhicule un jugement évaluatif envers les contenus assertés, ce qui est susceptible d’être paraphrasé par « Que X, cela est paradoxal », (où X = il ait appris le breton à Paris, pour l’exemple 1). L’adverbe étrangement connaît aussi cette incidence extra-phrastique (exemples 5-8), susceptible d’une paraphrase très proche avec l’ajout c’est étrange (où X = la scène à laquelle nous venions d’assister fût bénéfique, pour l’exemple 5) :

  1. Paradoxalement il a appris le breton à Paris. (Corpus Français)

(2) Quand la crise incite, paradoxalement, à manger plus cher.
PARIS - La crise économique modifie notre façon de manger en introduisant plusieurs paradoxes, comme celui d’acheter parfois des produits plus chers, déchiffre pour l’AFP le sociologue de l’alimentation Jean-Pierre Corbeau. (20 Minutes, 27/08/2011)

(3) C’était un Bill Gates intermédiaire, décontracté, manifestement heureux d’avoir abandonné son poste de chairman de la première entreprise mondiale de logiciels, un Bill Gates en vacances en somme. Seules les lunettes à la monture métallique, aux verres fortement grossissants, pouvaient rappeler son passé de nerd.
Face à lui, Steve Jobs, quoique assis en tailleur sur le canapé de cuir blanc, semblait paradoxalement une incarnation de l’austérité, du Sorge traditionnellement associés au capitalisme protestant. Il n’y avait rien de californien dans la manière dont sa main droite enserrait sa mâchoire comme pour l’aider dans une réflexion difficile, dans le regard plein d’incertitude qu’il posait sur son interlocuteur ; et même la chemise hawaiienne dont Martin l’avait affublé ne parvenait pas à dissiper l’impression de tristesse générale produite.
(M. Houellebecq, La carte et le territoire, Flammarion, 2010, p. 185)

(4) Des souvenirs heureux aux épreuves du présent, Harold Cobert explore la vie conjugale du point de vue masculin. Mêlant dérision et tendresse, son échographie d’un père n’esquive rien, ni l’appréhension de la paternité ni la tragédie de la perte de l’enfant à naître. Avec pudeur, comme en équilibre sur la crête des séismes intimes, un roman paradoxalement drôle et bouleversant.
(H. Cobert, Dieu surfe au Pays basque, Héloïse d’Ormesson, 2012, quatrième de couverture)

(5) [Le couple protagoniste est allé communiquer aux parents du jeune homme qu’ils vont se marier, mais ils apprennent alors que les parents divorcent. D’ailleurs, la conversation dérive vers une dispute entre les parents et les fiancés partent sans que personne ne tente de les retenir]
La scène à laquelle nous venions d’assister nous avait conduits à parler longuement. Étrangement, ce fut bénéfique. On avait évoqué notre vision du couple, de l’amour, de la vie. Peut-être qu’il fallait ça pour cimenter une union ? Peut-être qu’il fallait assister à la désintégration d’un autre couple ? La folie de mes parents, après nous avoir rendus fébriles, nous avait soudés plus que jamais.
(D. Foenkinos, Les souvenirs, Gallimard, 2011, p. 249-250)

(6) « … Je suis fatigué, étrangement, non d’avoir parlé, mais à la seule idée de ce qu’il faut encore dire. Allons ! Quelques mots suffiront pour retracer ma découverte essentielle… »
(A. Camus, La chute, Gallimard, 1956, p. 74)

(7) Eh bien, tu sais que René et moi nous étions amis d’enfance comme Aline et Gilles, et jamais je n’avais eu pour lui une pensée d’amour. Puis, en 1914, il est parti et alors, le temps, la distance, les dangers qu’il courait, tout cela a transformé le souvenir que j’avais gardé de lui, l’a mêlé de respect... je ne sais comment te dire... Tu te rappelles ? C’était alors comme aujourd’hui. Un homme ordinaire partait. On était sûr, on ne savait pourquoi, que là-bas, il devenait surnaturel, un héros, et c’était bien la vérité, il devenait étrangement, terriblement un autre.
(I. Némirowsky, En raison des circonstances, Folio, 2011, p. 119)

(8) Quelques jours sont passés, dans un flottement étrangement paisible, puis vint la matinée de l’enterrement.
(D. Foenkinos, Les souvenirs, Gallimard, 2011, p. 186)

  • 3  Dans des travaux précédents (Álvarez Castro 2013, 2015), nous avons conclu pour étrangement que de (...)

6Paradoxalement et étrangement adverbes de phrase se trouvent placés en incise frontale (exemples 1 et 5) ou moyenne (exemples 2 et 6), quoique la position détachée ne soit pas un critère décisif nous permettant de distinguer cette entité sémantique sous la forme adverbiale. Observons les exemples 3, 4, 7 et 8 où l’adverbe est en position intégrée avec un verbe et un adjectif3.

7Il y a bien des faits sémantiques et pragmatiques qui caractérisent leur emploi en tant qu’adverbe de phrase, dont nous ne pouvons reprendre que quelques-uns, par souci de synthèse. Ils n’acceptent pas d’être le focus d’une phrase clivée (9b et 10b). En outre, ils ne sont pas non plus compatibles avec tous les types de phrases, car ils excluent les impératives (9c et 10c).

(9) a.Les Français sont de plus en plus nombreux (69 % en 2012) à boire de l’eau du robinet tous les jours, mais ils ont paradoxalement moins confiance dans sa qualité (78 % en 2012 contre 86 % en 2010), selon le baromètre annuel du Centre d’information sur l’eau présenté mercredi. 
(20 Minutes, 11/11/2013)
b. * C’est paradoxalement qu’ils ont moins confiance dans la qualité de l’eau du robinet.
c. * Paradoxalement, ayez confiance dans la qualité de l’eau du robinet.

(10) a. « ... Apparue en février, confirmée par d’autres examens, cette anomalie (sur des fûts de déchets nucléaires) a été relevée sur 42 des 58 fûts analysés. Le ministre (belge) de tutelle n’en a étrangementété informé qu’au mois d’août... »
(Le Monde Dimanche-Lundi, 22-23/09/13)
b. * C’est étrangement que le ministre de tutelle n’en a été informé qu’au mois d’août.
c. * Étrangement, informez le ministre de tutelle.

8Molinier et Levrier (2000), parmi d’autres, soutiennent que les adverbes évaluatifs ne sont compatibles qu’avec les phrases assertives, car l’évaluation appréciative doit porter sur un contenu nécessairement asserté. Bonami et Godard (2005) modulent cette thèse et soutiennent qu’ils ne sont pas compatibles avec les impératives, parce qu’aucune « proposition », selon leur propre terminologie, (que l’adverbe pourrait prendre comme argument) n’intervient dans la construction du sens de la phrase.

9Par ailleurs, leur contribution n’est pas incluse dans le contenu principal de la phrase. C’est pour cette raison qu’ils ne peuvent pas être dans la portée de la négation (11a et 12a), mais peuvent avoir portée sur la négation (11b et 12b). De plus, tel qu’il est souligné pour les adverbes évaluatifs par Jayez et Rossari (2004) et Bonami et Godard (2005), ils ne peuvent pas être contestés dans le dialogue par les moyens ordinaires (11c et 12c) :

(11)a. *Iln’a pas appris le breton paradoxalement en Bretagne, mais il l’a appris.
b. Paradoxalement, il n’a pas appris le breton en Bretagne.
c. Paradoxalement, il a appris le breton à Paris.

  • 4  Le symbole # sera utilisé pour indiquer que l’enchaînement proposé n’est pas approprié.

#Non, c’est faux, ce n’est pas paradoxal4.

  • 5  Selon Schlyter (1977 : 110), ceux qu’il appelle adverbes de phrase « factifs », parmi lesquels il (...)

(12)a. * Je n’ai pas préféré rester seul étrangement ce soir-là, mais j’ai préféré rester seul.
b. Étrangement, je n’ai pas préféré rester seul ce soir-là5.
c. Étrangement, j’ai préféré rester seul ce soir-là.

#Non, c’est faux, ce n’est pas étrange.

10Il s’agit donc d’un type d’emploi dépassant le niveau de la phrase. Un jugement évaluatif est exprimé vis-à-vis des contenus énoncés (le ‘dit’), et non de son propre acte énonciatif (le ‘dire’), ce qui serait le cas des adverbes d’énonciation (des adverbes de phrase également, comme franchement dans Franchement, tu me déçois).

11Tel que signalé plus haut, nous pouvons constater également l’existence d’un deuxième emploi de ces deux adverbes comme adverbes de constituant (quoique nettement minoritaire par rapport à celui en tant qu’adverbe de phrase), qui se laisse paraphraser par « d’une manière paradoxale/étrange ».

(13) Le caractère masochiste : Il a le sentiment permanent de souffrance qui se manifeste par une tendance à la plainte, à l’autodestruction voire à l’autohumiliation. L’envie de faire mal aux autres, le sadisme, est vécue par le masochiste comme une réelle souffrance. […] Il raisonne paradoxalement : il est capable de souffrir par besoin de se faire aimer.
(source : www.cœuracorps.info)

(14) Beau livre, étrangement écrit parfois, mais où la sociologie – rare prodige ! - maniée par un homme d’imagination et de sensibilité, atteint à une espèce de grandeur poétique, à la fois épique et dramatique.
(R. Ricard, « Jacques Berque, Les Seksawa. Recherches sur les structures sociales du Haut-Atlas occidental », Bulletin Hispanique 57, 1955, p. 466)

(15) Au lieu de son éternel keffieh, le raïs porte un chapeau de fourrure et sourit étrangement : ce n’est pas le Arafat que je connais depuis notre première rencontre en août 1982, à Beyrouth-Ouest assiégée.
(Le Monde Diplomatique, novembre 2005)

12Étrangement adverbe de constituant apparaît en combinaison avec des « adjectifs subjectifs », tels qu’ils sont définis dans Anscombre (2009 : 61), qualifiant une propriété linguistiquement représentée comme acquise à la suite d’une intervention externe (écrit). Lorsqu’il suit un verbe, étrangement adverbe de constituant convient aux prédicats n’exprimant pas l’état résultant dans leur décomposition sémantique (sourire, *être souri). Quant à paradoxalement adverbe de constituant, les exemples attestés dans notre corpus témoignent d’un emploi peu fréquent, en combinaison avec des verbes rendant compte d’un événement duratif (du moins avec ceux dont les limites ne sont pas marquées par le prédicat), l’adverbe étant orienté vers la façon dont cet événement duratif se déroule et non pas vers la manière dont il se conclut.

13En outre, nous avons constaté que les deux adverbes s’ajustent aux critères proposés par les auteurs spécialisés. L’adverbe paradoxalement ne peut être déplacé sans nuire au sens de l’énoncé (16b). Contrairement aux adverbes de phrase, un adverbe de constituant est focalisable et peut donc être extrait dans une structure clivée C’est…que (16c), ce qui souligne le côté verbal de l’incidence.

  • 6  Le point d’exclamation veut dire que tout en obtenant une forme grammaticale correcte, le sens de (...)

(16) a. Il raisonne paradoxalement : il est capable de souffrir par besoin de se faire aimer.
b. ! Paradoxalement, il raisonne : il est capable de souffrir par besoin de se faire aimer6.
c. C’est paradoxalement qu’il raisonne.

14L’emploi d’étrangement dans (17) vérifie les mêmes critères :

(17) a. Le raïs sourit étrangement.
b. ! Étrangement, le raïs sourit.
c. C’est étrangement que le raïs sourit.

15En outre, ils rentrent toujours dans la portée de la négation :

(18) Il ne raisonne pas paradoxalement (mais logiquement).

(19) Le raïs ne sourit pas étrangement (mais normalement).

16Le lien sémantique de l’adverbe avec le verbe est également détectable par la possibilité d’enchaînement sur un autre constituant ou sur voire + adverbe surenchérissant sur la base adjectivale des adverbes paradoxalement et étrangement. Cela montre qu’on ne peut faire abstraction du lien sémantique entre l’adverbe et le verbe :

(20) Il raisonne paradoxalement et de façon illogique / paradoxalement voire inexplicablement.

(21) Il sourit étrangement et de façon malicieuse / étrangement voire malicieusement.

17C’est en appliquant de manière systématique une batterie de critères formels, sémantiques et pragmatiques, comme ceux utilisés supra, qu’on peut caractériser avec précision les deux entités sémantiques pour chaque entité lexicale, paradoxalement et étrangement. Vu leurs propriétés communes, la question qui se pose maintenant est de savoir quel est le jugement évaluatif exprimé avec chacun de ces adverbes. Nous nous intéressons à leur fonctionnement sémantique et nous essaierons de répondre à une double question : en quoi consiste leur respective activité évaluative et comment leur contribution est prise en charge. Dans ce qui suit, nous essaierons de vérifier à quel point et sous quelles circonstances la frontière entre ces deux adverbes pourrait devenir perméable. Pour mieux cerner les possibles rapports sémantiques entre paradoxalement et étrangement, nous aborderons ici leur emploi en tant qu’adverbes de phrase. Comme procédure, nous tiendrons compte des commutations possibles, des paraphrases autorisées et des enchaînements faisables.

2. Quelle activité évaluative ?

18De par leur valeur appréciative et leur base lexicale, paradoxalement et étrangement marquent tous deux une altérité par rapport aux attentes d’une instance énonciative. Dans les deux cas, les opérations instruites par la signification de paradoxalement et étrangement consisteraient à revendiquer une certaine appréciation évaluative sur les contenus énoncés en invoquant une norme, une certaine doxa. Les données fournies par les linguistes, qui les classent tous deux dans la famille des adverbes évaluatifs, ainsi que la présence de certaines propriétés distributionnelles communes ne s’avèrent pas explicatives pour rendre compte en détail des différentes modalités d’évaluation, qui empêchent ne serait-ce que la commutation dans tout contexte.

19Dans le cas d’étrangement, l’activité évaluative prend appui sur ce qui est présenté par la langue comme naturel ou typique, évoqué indirectement par l’adverbe au moyen de sa base lexicale (l’adjectif étrange). Avec étrangement, on introduit un jugement d’évaluation sur le contenu propositionnel ou sur une partie de celui-ci, ce jugement étant fondé sur la convocation d’un lieu commun (ou une phrase générique convoquée par la signification des mots qui constituent l’énoncé), présenté par la langue comme partagé par la communauté linguistique. Ce lieu commun constitue la norme par rapport à laquelle le contenu asserté est présenté comme non prévisible. La subjectivité introduite par étrangement apparaît ainsi comme s’accommodant de la position de la communauté linguistique. Dans (22), nous pouvons signaler l’existence d’un tel lieu commun par la paraphrase suivante : « <lieu commun> donc X est contraire à ce qu’on attendait : autre que X », X correspondant à l’expression en surface d’un contenu p.

(22) Son père, élevé dans les gynécées, dans les palais, dans une atmosphère médiévale, était un esprit étrangement libéral.
(source : www.lemonde.fr, 05/11/2007)

(22’) « < Les personnes élevées dans une atmosphère médiévale ont un esprit conservateur >, donc « libéral » est contraire à ce qu’on attendait : conservateur »

20En d’autres termes, étrangement relie deux éléments sémantiques, qui sont présentés comme anti-orientés. Le contenu de X (p) n’est pas envisagé par le cotexte précédent. C’est pour cette raison que l’adverbe étrangement est souvent accompagné d’un connecteur tel que mais ou pourtant, comme c’est le cas pour (23) et (24) et qu’il n’admet pas la combinaison avec donc :

(23) Le lieutenant Noël avait son idée sur Froissy. Noël était le membre le plus brutal de l’équipe, vulgaire avec les femmes, primitif avec les hommes, méprisant avec les prévenus. Il créait plus d’ennuis que de bien, mais Danglard estimait sa présence nécessaire, affirmant que Noël catalysait ce que tout flic a de pire au fond de lui et que, de sorte, il permettait aux autres d’être meilleurs. Noël endossait son rôle avec complaisance. Mais (*donc) étrangement, il était informé mieux que tout autre des secrets intimes de ses collègues.
(F. Vargas, Un lieu incertain, J’ai Lu, 2010, p. 86)

(24) Philippe Dupin resta un long moment silencieux. Joséphine n’osait pas l’interrompre. Cet homme si parfait l’intimidait et pourtant (*donc), étrangement, il ne lui avait jamais paru si humain. Le portable de Philippe se remit à sonner et il ne décrocha pas. Joséphine lui en fut reconnaissante.
(K. Pancol, Les yeux jaunes des crocodiles, Albin Michel, 2006, p. 84)

21Dans le cas de (23), par exemple, mais signale la présence d’un lieu commun, que l’on pourrait dégager du cotexte antérieur, et redouble l’anti-orientation des éléments mis en rapport par étrangement : « Le lieutenant Noël est un homme brutal » convoque la norme <La non-gentillesse ne favorise pas les confidences> (forme contraposée du stéréotype <La gentillesse favorise les confidences>) dont on peut tirer : Noël est brutal, donc normalement il ne favorise pas les confidences. Le mais renvoie à une exception à cette norme, à savoir « il était informé mieux que tout autre des secrets intimes de ses collègues ».

22C’est en ce sens qu’un adverbe comme étrangement s’associe à l’acception courante du mot paradoxe (ce qui est contraire à l’opinion commune, ce qui s’oppose au bon sens), mais en revanche ne correspond pas à une acception plus technique de ce terme comme nous le verrons par la suite.

23Dans le cas de paradoxalement, une transgression explicite des normes (logiques, langagières, sociales, en fonction de la perspective d’étude) est déjà présente dès le niveau étymologique. Paradoxe est un mot composé venant du grec, créé à partir du mot doxa (opinion) et du préfixe pará, se traduisant comme hors, contre. Cela dit, nous focalisons notre attention sur le paradoxe de langue, celui qui concerne le matériau linguistique (et plus particulièrement le contenu sémantique). L’activité évaluative menée par paradoxalement résiderait dans le caractère anti-orienté des contenus sémantiques qui se voient reliés, ce qui le rapprocherait de étrangement.

  • 7  Le non-X ne revient pas nécessairement toujours à le contraire de X (Landheer 1996 : 95).

24Selon Landheer (1996), l’apparente contradiction verbale des énoncés paradoxaux est basée sur une structure binaire. Réduit à sa forme la plus dépouillée, le paradoxe est une formule qui semble affirmer de quelque chose que c’est « à la fois X et non-X »7. Considérons l’exemple (25) :

(25) Pourtant, au début de la crise, vers 2001, aux États-Unis, beaucoup de commentateurs, rejoignant les militants du « tout gratuit », prédisaient une perte de pouvoir des majors. Dix ans plus tard, nous sommes certes plus pauvres qu’avant, mais paradoxalement plus puissants.
(P. Nègre, Sans contrefaçon ou presque…, Fayard, 2010, p. 220)

  • 8  Nous empruntons ce terme à Wolowska (2008) dans une acception étendue, à des fins pédagogiques, et (...)

25Dans cet exemple, on affirme du même sujet, en l’occurrence nous, qu’il est à la fois « pauvre » et « puissant ». Il ne s’agit pas en effet de vrais antonymes, mais dans cet exemple, ils se retrouvent joints par le biais de l’adverbe paradoxalement de manière à créer un paradoxe. Une relation de jonction8 est mise en place entre deux éléments qui normalement devraient s’exclure, selon une certaine norme codifiée dans l’usage du langage (opposition sémantique lexicale). Si l’on admet que l’adjectif pauvre est associé à l’insuffisance (en quantité ou en qualité), à la faiblesse et à une évaluation négative et, en même temps, si l’on admet que l’adjectif puissant est associé à l’efficacité, à la force et à une évaluation positive, on se rendra compte de l’opposition mise en relief par l’adverbe paradoxalement. L’adverbe ne fait que mettre l’accent sur une opposition déjà présente entre deux contenus sémantiques, tout en invitant à détecter une opposition, et en dirigeant de la sorte l’interprétation vers la piste paradoxale.

26Il est aussi intéressant de remarquer la présence du mais dans cet exemple. Tout en considérant son rôle argumentatif, détaillé à propos de l’exemple (23) ci-dessus, le rôle fondamental de ce connecteur, dans cet exemple, consiste à garantir une jonction entre les éléments considérés, plutôt qu’à les opposer, puisque l’opposition y est présente de toute façon grâce à paradoxalement et à l’opposition entre les traits sémantiques actualisés par « pauvre » et « puissant ». Il s’ensuit que dans un tel cas mais serait remplaçable par et, sans risquer d’affaiblir l’effet de paradoxe, bien que cela puisse provoquer un changement des caractéristiques fonctionnelles ou communicatives de la séquence, du fait du caractère argumentatif de mais.

(26) Dix ans plus tard, nous sommes certes plus pauvres qu’avant, mais (et) paradoxalement plus puissants.

27À l’instar de étrangement, l’adverbe paradoxalement admet la combinaison avec mais ou pourtant, mais résiste à la combinaison avec donc :

(27) Jed se tut, attendit au moins une minute. « Vous pensez que c’était un utopiste ? » demanda-t-il finalement. « Un irréaliste complet ?

  — Dans un sens, oui, sans aucun doute. Il voulait supprimer l’école, pensant que les enfants apprendraient mieux dans une ambiance de totale liberté ; il voulait supprimer les prisons, pensant que le remords serait un châtiment suffisant pour le criminel. C’est difficile de lire toutes ces absurdités sans un mélange de compassion et d’écœurement. Et pourtant, pourtant... » Houellebecq hésita, chercha ses mots. « Pourtant (*donc), paradoxalement, il a connu certains succès sur le plan pratique […] »
(M. Houellebecq, La carte et le territoire, Flammarion, 2010, p. 256)

28Il s’en dégage que le paradoxe de langue, dont l’adverbe paradoxalement est un marqueur explicite, repose sur un phénomène sémantico-discursif, lui-même s’appuyant sur la concomitance de deux relations : une relation de jonction discursive et une relation d’anti-orientation sémantique entre deux contenus se rapportant à un élément unique.

29Ce phénomène sémantico-discursif qui sous-tend l’emploi de paradoxalement se laisse encore mieux cerner dans d’autres exemples, où sa présence impose une relation d’union doublée d’opposition entre deux contenus sémantiques, là où elle est absente du système lexical de la langue :

(28) L’Histoire dira peut-être, estimait un diplomate, que c’est aujourd’hui qu’a commencé la défense européenne, paradoxalement, malgré la crise irakienne.
(Le Monde, 22/09/2003, cité par Wolowska 2008)

30Wolowska (2008) soutient que, sans la présence de paradoxalement, il serait difficile de repérer une opposition au niveau sémantique entre « la défense européenne » et « la crise irakienne ». L’interlocuteur est obligé de recourir au contexte discursif plus large (en l’occurrence toutes les informations connues sur l’intervention en Irak qui a divisé l’Europe) pour identifier une jonction-opposition au niveau sémantique entre intégrant (associé à « la défense européenne ») et désintégrant (associé à « la crise irakienne »). En d’autres termes, l’adverbe paradoxalement agit en tant que marqueur d’un mécanisme d’opposition-jonction qui doit être actualisé au niveau discursif, même là où il semble impossible.

31Il y a encore un autre fait qui marque la distance entre étrangement et paradoxalement, et qui concerne la prise en charge du jugement évaluatif. Bonami et Godard (2005 : 33) soutiennent que les adverbes « évaluatifs engagent la responsabilité d’un agent sur un jugement ». Tel est le cas des deux adverbes considérés, à une différence près. C’est ce qui se dégage de leur réponse au test de l’enchaînement avec un introducteur de l’engagement du locuteur comme par exemple : pour moi. Observons les exemples suivants :

(29) Olaf avait mon âge, ma taille, ma couleur de cheveux. L’échange d’identité était possible.
— Vous n’avez pas sa corpulence.
— À ce régime, je n’aurais pas tardé à l’avoir, dis-je en montrant le plateau.
Étrangement (pour moi), ce dernier argument parut la convaincre de ma bonne foi.
(A. Nothomb, Le fait du prince, Albin Michel, 2008, p. 129)

(30) Le meilleur site Bové on line. C’est le site le plus rudimentaire que l’on puisse trouver sur le Net et, paradoxalement ( ? ? pour moi), le plus efficace.
(Le Point, nº 1485, 02/03/ 2001, p. 147, cité par Wolowska 2008)

  • 9  Pour l’essentiel, dans le cadre polyphonique, tout énoncé consiste en l’attribution de rôles discu (...)
  • 10  Il y a des exemples où la responsabilité du jugement ne peut être attribuée au locuteur. Il s’agit (...)

32Le locuteur d’étrangement dans (29) présente le contenu de son énoncé comme inattendu, du moins pour lui, par rapport à une certaine norme. Le locuteur se fait présent dans l’énonciation. En termes polyphoniques9, cet énoncé représente son locuteur comme l’origine d’un point de vue dont le contenu serait « le fait que ce dernier argument la convainque est contraire à ce que j’attendais »10. Il en va autrement de l’adverbe paradoxalement. C’est comme si le paradoxe s’imposait, indépendamment du locuteur, d’où l’incompatibilité avec pour moi. En termes polyphoniques, cet énoncé présenterait un point de vue dont le contenu serait « le fait que le site Bové soit le plus efficace s’oppose au fait qu’il soit le plus rudimentaire ». L’énoncé ne représente pas son locuteur comme l’origine de ce point de vue.

  • 11  Le test de l’enchaînement utilisé dans les exemples (31-33) a été emprunté à Bonami et Godard (200 (...)

33Cette divergence sur l’engagement du locuteur se manifeste spécialement dans les contextes du discours indirect, où l’on attribue explicitement le jugement évaluatif à une instance énonciative autre que le locuteur. Considérons les exemples suivants, dans lesquels l’adverbe est syntaxiquement enchâssé sous un verbe de parole (31) et sous un verbe modal (32-33)11 :

(31) L’Histoire dira peut-être qu’il a été un Président bouleversant, paradoxalement, malgré sa faiblesse d’esprit.
(#Moi, je ne vois rien de spécialement paradoxal)

(32) Le diplomate estimait que M. Roulier avait été un Président bouleversant, paradoxalement, malgré sa faiblesse d’esprit.
a. #Quand je lui dis ma surprise, il soutint qu’il n’y avait là rien de paradoxal.

b. #Moi, je ne vois rien de spécialement paradoxal.
(33) Il referma la porte. Elle n’avait pas eu le temps de jeter un coup d’œil dans l’appartement, mais il lui avait paru étrangement silencieux pour abriter une famille avec trois enfants. (Moi, je ne vois rien de spécialement étrange, il se peut qu’ils se soient déjà couchés)
(K. Pancol, La valse lente des tortues, Albin Michel, 2008, p. 450)

34L’exemple (31) avec paradoxalement n’admet pas l’enchaînement proposé. Le locuteur ne peut pas se désengager d’un point de vue comme « le fait qu’il soit un Président faible d’esprit s’oppose au fait qu’il soit bouleversant », même lorsque l’énoncé met en scène de manière explicite une autre instance énonciative comme source de ce point de vue. Cet énoncé représente ce jugement comme nécessairement assumé par le locuteur. Quant à (32), l’incohérence des deux enchaînements proposés nous montre qu’il n’est pas possible d’attribuer au locuteur l’origine du jugement évaluatif (32a) et que le locuteur ne peut pas non plus se désengager (32b). En revanche, dans l’exemple (33) le jugement véhiculé par étrangement peut ne pas être partagé par le locuteur, ce qui veut dire par conséquent qu’il n’en est pas la source.

35Toutes les données considérées jusqu’ici, nous amènent à conclure qu’étrangement, engage la responsabilité d’un agent sur un jugement de valeur sur le contenu, en s’appuyant sur ce qu’il présente comme un lieu commun partagé par la communauté linguistique. En revanche, paradoxalement signale la présence d’une tension sémantique repérable ou impose une relation d’opposition inédite dans la langue entre deux contenus sémantiques qui se trouvent joints dans et par le discours. Le locuteur reste à l’arrière-plan, la subjectivité attachée au locuteur étant subsidiaire en comparaison avec celle de étrangement.

36Une frontière venant d’être dressée entre ces deux adverbes, ceci ne fait cependant pas obstacle à un emploi de étrangement qui le rapproche de paradoxalement, au point de les faire commutables. C’est le cas dans (34) :

(34) Pedro Costa nous montre une population étrangement (paradoxalement) forte dans son impuissance, une jeunesse à l’antipode des canons occidentaux, une jeunesse “ sans avenir ”, et déjà bien au-delà de l’idée de résignation.
(source : zata.free.fr)

37Étrangement agit ici comme un marqueur signalant la présence d’un paradoxe, qui se trouve confirmée par la jonction et l’opposition des contenus sémantiques puissant et non puissant, appartenant respectivement à « forte » et « impuissance ». On pourrait considérer qu’une certaine antonymie est actualisée discursivement dès le moment où une certaine acception de « fort » est mise en relation avec une acception d’« impuissance ». Le paradoxe étant repérable de toute façon, la disparition d’étrangement ne bloquerait en rien l’interprétation de la séquence comme paradoxale. Il en va de même pour paradoxalement dans (35) :

(35) Le meilleur site Bové on line. C’est le site le plus rudimentaire que l’on puisse trouver sur le Net et, (paradoxalement) le plus efficace.

38C’est dans ces circonstances que Wolowska (2008 : 182) soutient qu’un adverbe évaluatif, ici l’adverbe étrangement, devient le « synonyme contextuel » d’un marqueur direct du paradoxe comme paradoxalement. Toujours est-il que, dans les séquences où les deux adverbes signalent le paradoxe sans que cela soit strictement nécessaire, leurs respectives caractéristiques fonctionnelles (communicatives) ne sauraient être réduites à un modèle unique. Sous cet apparent rapprochement persistent cependant des propriétés spécifiques qui les séparent et qui expliquent en même temps qu’il n’est pas indifférent d’employer l’un ou l’autre. Leur commutation dans ce type de contexte entraîne inévitablement un changement de perspective. Observons sur les exemples :

(36) Pedro Costa nous montre une population étrangement forte dans son impuissance. J’en ai été surpris. Mais c’est mon impression à moi.

(37) Pedro Costa nous montre une population paradoxalement forte dans son impuissance. 
? ? J’en ai été surpris. Mais c’est mon impression à moi.

  • 12  Ce serait le cas de l’exemple (33). Pour plus de détail sur ce concept, nous renvoyons à Anscombre (...)

39Ce constat renforce l’idée que l’emploi de paradoxalement et d’étrangement comporte la présence de plusieurs éléments sémantiques dans l’énoncé : p (une population forte), q (une population en état d’impuissance) et la relation d’anti-orientation qui les relie. L’emploi de paradoxalement présente cette anti-orientation comme non sujette à discussion et considérée comme telle à partir d’une norme codifiée dans la langue (dans le cas des oppositions lexicales), antérieure à l’énonciation. L’évaluation introduite par paradoxalement est contraignante pour le locuteur, puisque, plutôt que de la poser, il ne peut que l’admettre. Par contre, l’emploi d’étrangement présente l’incompatibilité de p et q comme étant établie dans l’acte même d’énonciation, sous la responsabilité d’un locuteur (ou ex-locuteur12), comme admissible par le destinataire, et donc comme contestable.

3. Conclusion

40Dans cet article, nous avons voulu présenter plusieurs pistes de réflexion en ce qui concerne les frontières à l’intérieur d’une vaste classe, celle des adverbes évaluatifs, en nous intéressant à deux adverbes regroupés sous ce même toit : paradoxalement et étrangement. Ce travail a examiné les propriétés distributionnelles et sémantiques de ces deux adverbes et esquissé leur modélisation respective reposant sur deux idées fondamentales : la mise en place d’une relation d’anti-orientation sémantique entre deux éléments en fonction d’une certaine norme ; l’attribution à une instance énonciative du jugement évaluatif.

41L’analyse esquissée ici demande à être complétée dans plusieurs directions. D’une part, une analyse détaillée des propriétés distributionnelles de paradoxalement s’avère nécessaire. D’autre part, nous n’avons pas épuisé le vaste domaine des paradoxes et nous nous sommes contentée de présenter un cas de figure. Nous avons également laissé de côté la question de la solution discursive ou de la réception interprétative. Pour terminer, il serait en outre intéressant d’élargir cette étude vers l’analyse contrastive du deuxième emploi décelé des adverbes paradoxalement et étrangement, car il paraît évident que l’on ne pourrait pas accuser l’Autre de raisonner paradoxalement lorsqu’il raisonne étrangement.

Haut de page

Bibliographie

Álvarez Castro C., 2013, « Polyfonctionnalité des adverbes en -ment et sélection sémantique : le cas d’étrangement + adjectif » Revue de Sémantique et Pragmatique 33-34, 33-48.

Álvarez Castro C., 2015, « Statut aspectuel verbal et stratégie discursive : le cas d’étrangement », Journal of French Language Studies XXV/1, 23-44.

Anscombre J.-C., 2009, « Des adverbes d’énonciation aux marqueurs d’attitude énonciative : le cas de la construction tout + Adjectif », Langue française 161, 59-80.

Anscombre J.-C., 2013, « Polyphonie et représentation sémantique : notions de base » dans Anscombre J.-C., Donaire M. L. et Haillet P. P., Opérateurs discursifs du français. Éléments de description sémantique et pragmatique, Berne, Peter Lang, 11-32.

Anscombre J.-C., Donaire M. L. et Haillet P. P. (éd.), Opérateurs discursifs du français. Éléments de description sémantique et pragmatique, Berne, Peter Lang.

Bonami O. et Godard D., 2005, « Les adverbes évaluatifs dans une approche multidimensionnelle du sens », dans Choi-Jonin I., Bras M., Dagnac A. et Rouquier M., Questions de classification en linguistique : méthodes et descriptions. Berne, Peter Lang, 19-37.

Jayez J. et Rossari C., 2004, « Parentheticals as conventional implicatures », dans Corblin F. et Swart H., Handbook of French Semantics, Stanford, CSLI Publication, 211-229.

Landheer R., 1996, « Le paradoxe : un mécanisme de bascule », dans Landheer R. et Smith P. J., Le paradoxe en linguistique et en littérature, Genève, Droz, 91-116.

Molinier C., 1990, « Une classification des adverbes en -ment », Langue française 88, 28-40.

Molinier C. et Levrier F., 2000, Grammaire des adverbes. Description des formes en -ment, Genève, Paris, Droz.

Mørdrup O., 1976, « Une analyse non-transformationnelle des adverbes en -ment », Revue Romane 11, numéro spécial.

Schlyter S., 1977, La place des adverbes en -ment en français, thèse de Doctorat, Université de Constance.

Wolowska K., 2008, Le Paradoxe en langue et en discours, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Annexe

TEXTES CITÉS

Corpus

• Corpus Français

Le Monde Diplomatique (1978-2006)

• En ligne

coeuracorps.info

lemonde.fr

zata.free.fr

• Journaux

20 minutes

Le Monde Dimanche-Lundi

• Littéraires

A. Camus, La chute, Gallimard, 1956.

H. Cobert, Dieu surfe au Pays basque, Héloïse d’Ormesson, 2012.

D. Foenkinos, Les souvenirs, Gallimard, 2011.

M. Houellebecq, La carte et le territoire, Flammarion, 2010.

P. Nègre, Sans contrefaçon ou presque…, Fayard, 2010.

I. Némirowsky, En raison des circonstances, Folio, 2011.

A. Nothomb, Le fait du prince, Albin Michel, 2008.

K. Pancol, Les yeux jaunes des crocodiles, Albin Michel, 2006.

K. Pancol, La valse lente des tortues, Albin Michel, 2008.

F. Vargas, Un lieu incertain, J’ai Lu, 2010.

• Autres

R. Ricard, « Jacques Berque, Les Seksawa. Recherches sur les structures sociales du Haut-Atlas occidental », Bulletin Hispanique 57, 1955.

Haut de page

Notes

1  Ce travail s’inscrit dans un programme de recherche plus large sur les ‘opérateurs discursifs’ (FFI 2013-41427-P), financé par le Ministerio de Economía y Competitividad (Espagne), où il est question de représenter des unités instruisant des stratégies discursives diverses et présentant des propriétés syntaxiques et sémantico-pragmatiques différenciées. Pour le détail de la méthodologie, nous renvoyons à Anscombre, Donaire et Haillet (2013). Nous tenons à remercier nos deux rapporteurs anonymes pour leurs observations.

2  Pour le détail, se reporter aux textes cités.

3  Dans des travaux précédents (Álvarez Castro 2013, 2015), nous avons conclu pour étrangement que des contraintes liées aux propriétés aspectuelles des prédicats conditionnent l’accessibilité à cette interprétation lorsque l’adverbe suit un verbe. Étrangement convient aux prédicats impliquant un état résultant (devenir, être devenu).En position pré-adjectivale, étrangementsélectionne des adjectifs dénotant un état ou procès statique (paisible), satisfaisant aussi à la description des « adjectifs objectifs », tels que définis dans Anscombre (2009 : 61). Une mise à jour des propriétés formelles et sémantiques des occurrences de paradoxalement demande à être complétée dans une étude complémentaire, afin de faire ressortir les conditions d’émergence pour chaque cas de figure considéré.

4  Le symbole # sera utilisé pour indiquer que l’enchaînement proposé n’est pas approprié.

5  Selon Schlyter (1977 : 110), ceux qu’il appelle adverbes de phrase « factifs », parmi lesquels il dénombre spécifiquement étrangement, sont souvent mauvais dans la position directement avant la négation pas.

6  Le point d’exclamation veut dire que tout en obtenant une forme grammaticale correcte, le sens de l’exemple (a) a été modifié en (b). Ce symbole sera utilisé par la suite pour indiquer une modification au niveau du sens.

7  Le non-X ne revient pas nécessairement toujours à le contraire de X (Landheer 1996 : 95).

8  Nous empruntons ce terme à Wolowska (2008) dans une acception étendue, à des fins pédagogiques, et sans vouloir prétendre entrer dans le débat que ce terme marqué en linguistique pourrait susciter.

9  Pour l’essentiel, dans le cadre polyphonique, tout énoncé consiste en l’attribution de rôles discursifs aux personnages de discours et en une certaine organisation de ces rôles discursifs. En structure profonde, tout rôle discursif est représenté par un point de vue (PDV), ayant une source et un contenu ou objet construit. La dimension polyphonique d’un énoncé est représentée ainsi par une organisation complexe de points de vue. Pour une description détaillée de cette version de la polyphonie, cf. Anscombre (2013).

10  Il y a des exemples où la responsabilité du jugement ne peut être attribuée au locuteur. Il s’agit de contextes où le locuteur rapporte les paroles ou la pensée d’un autre. Nous y reviendrons plus tard.

11  Le test de l’enchaînement utilisé dans les exemples (31-33) a été emprunté à Bonami et Godard (2005).

12  Ce serait le cas de l’exemple (33). Pour plus de détail sur ce concept, nous renvoyons à Anscombre (2013 : 27).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camino Álvarez Castro, « Paradoxalement et étrangement, perméabilité d’une frontière linguistique »Cahiers de praxématique [En ligne], 62 | 2014, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.3929

Haut de page

Auteur

Camino Álvarez Castro

Université d’Oviedo

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search