Navigation – Plan du site

L’alternance tal ~ atal, tanto ~ atanto en espagnol médiéval : variation ou motivation ?

The alternation tal ~ atal, tanto ~ atanto in medieval Spanish: variation or motivation ?
La alternancia tal ~ atal, tanto ~ atanto en español medieval: ¿variación o motivación?
Chrystelle Fortineau-Brémond

Résumés

Le principal postulat de la linguistique du signifiant est qu’à un signifiant correspond un seul signifié, et inversement. L’existence de variantes d’un même mot doit-elle conduire à restreindre la portée ou le champ d’application de ce principe ? Pour tenter de répondre à cette question, cet article s’intéresse aux formes préfixées atal et atanto, décrites comme des variantes, en espagnol médiéval, de tal et tanto. On y montre, à partir de l’étude d’un corpus tiré du CORDE, que l’alternance tal ~ atal ou tanto ~ atanto n’est pas une simple manifestation de la variatio – qui serait sémantiquement indifférente. Non seulement atal et atanto ne sont pas de parfaits équivalents de tal et tanto mais, en outre, ces quatre signes sont motivés. L’étude se concentre plus particulièrement sur le préfixe a-, considéré ici comme la manifestation du cognème A, porteur d’une instruction sémantique d’éloignement, d’agrandissement. L’emphase dont il colore le signifié a des conséquences syntaxiques parfaitement visibles : les formes longues atal et atanto sont inaptes à occuper l’emploi de déterminant, pour lequel seules les formes courtes tal et tanto sont compétentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La linguistique du signifiant, à laquelle est consacré ce numéro, repose, entre autres postulats, sur le principe de l’unicité du signe, i.e. « …à chaque signifiant correspond un seul signifié de langue, et vice-versa » (Chevalier, Launay & Molho, 1988 : 46) ; la posture radicale adoptée par les trois fondateurs de ce courant les conduit à poser que cette hypothèse « exclut toute espèce d’exception », à commencer par la synonymie.

  • 1  Par jeu, M. Molho, M. Launay et J.-C. Chevalier avaient un jour proposé de se désigner eux-mêmes p (...)

2Depuis les articles pionniers de MO.LA.CHE1, de très nombreux travaux ont prouvé la fécondité de cette approche ; on ne compte plus les articles et ouvrages qui s’attachent à mettre en évidence le signifié unique d’une forme donnée, à montrer comment il n’interdit pas une pluralité d’exploitations discursives et à dégager ce qui distingue ce signifié de celui d’autres formes réputées synonymes et qui ne sont, au mieux, que co-référentielles. Toutes ces recherches contribuent à la réalisation du programme esquissé par M. Launay dans l’incontournable « Effet de sens, produit de quoi ? » : « [...] ce qui fait problème, ce n’est pas qu’il y ait de la diversité en soi, c’est que cette diversité puisse apparemment se manifester sous du même. Et je tiens que c’est très précisément dans ce problème et non dans un autre que doit se trouver l’objet du linguiste » (1986 : 16-17).

3Mais la mise en pratique du principe d’unicité du signe n’est pas sans soulever quelques questions, au premier rang desquelles la validité – ou non – de ce postulat en diachronie. Ce point fait l’objet d’un débat qui oppose, d’une part, les tenants d’une application strictement synchronique de ce principe et, d’autre part, les chercheurs qui considèrent qu’à un physisme demeurant inchangé à travers le temps est associée une représentation elle-même constante. Il n’est sans doute pas possible de trancher a priori et il faut donc souhaiter que se multiplient les études de cas particuliers.

4L’unicité du signe semble également se heurter à un autre type d’exception, celle que constituent les « variantes d’un même mot ». La question n’a certes pas été totalement éludée – on peut penser en particulier aux travaux sur este/aqueste (Piel, 2003 et 2004), sur ome/omne/onbre (Fortineau-Brémond, 2010a), ou sur l’alternance gérondif étymologique / gérondif analogique (Fortineau-Brémond, 2010b) – mais, globalement, ce problème ne semble pas avoir suscité tout l’intérêt qu’il mérite, sans doute parce que la linguistique du signifiant a tardé, non pas dans les principes mais dans leurs applications, à donner au signifiant la place que réclamaient pour lui les pères fondateurs. En effet, se pencher sur les variantes d’un même mot, c’est mettre au premier plan le signifiant. Et c’est chercher à résoudre un paradoxe que traduit bien l’expression « variantes d’une même forme ». La question posée est le pendant de celle soulevée par M. Launay : peut-il y avoir du même sous de l’autre ? Pour la formuler autrement, devons-nous admettre que le principe de l’unicité du signe, i.e. le caractère bi-univoque de la relation qui unit signifiant et signifié, connaît des exceptions ou des limites ?

5Bien évidemment, ce travail ne prétend pas apporter une réponse globale et définitive à une question aussi complexe, mais simplement contribuer au débat à partir de l’analyse de quelques variantes, croisées au détour d’une recherche sur la corrélation. En effet, tous les signes impliqués dans les structures corrélatives en t-…k-… (Fortineau-Brémond, 2012a), i.e. tal, tanto, cual, cuanto et como, présentent ou ont présenté des variantes. Si, en espagnol moderne, la variation ne concerne que tanto et cuanto, qui, dans certains contextes syntaxiques, apparaissent sous les formes apocopées tan et cuan, en espagnol ancien les variantes sont plus nombreuses. Sans tenir compte des diverses graphies, on observe ainsi :

  •  un autre cas d’alternance entre forme longue et forme apocopée : como ~ com ;

  •  un cas d’alternance vocalique : como ~ cuemo ~ cumo ;

  •  deux cas d’alternance entre forme étymologique et forme préfixée : tal ~ atal et tanto ~ atanto.

6Les formes como et cuemo ont donné lieu à plusieurs études, d’ampleur et de portée inégales (notamment Cornu, 1984 ; Duncan, 1950 et Menéndez Pidal, 1976 et 1977) et l’apocope, en tant que phénomène général, a fait ou fait encore l’objet de travaux trop nombreux pour être cités ici ; ce travail porte donc exclusivement sur l’alternance entre les formes simples tal, tanto et les formes préfixées atal, atanto. Il entend montrer qu’il ne s’agit pas d’une simple manifestation de la variatio – qui serait sémantiquement indifférente –, car, non seulement atal et atanto ne sont pas de parfaits équivalents de tal et tanto mais, en outre, les quatre signes impliqués sont motivés.

1. État des lieux

  • 2  CORDE = Corpus diacrónico del español (voir Bibliographie).

7Les formes atal et atanto sont attestées dans le CORDE2 à partir du milieu du XIIe siècle ; les premières occurrences apparaissent dans certains Fueros, dans La fazienda de Ultra Mar ou (plus tardivement) le Poema de Mío Cid :

 (1) CXIV.- A esto son auenidos el concejo de Madrit & los jurados & los alcaldes & los fiadores : Que todo omne que metido fuere a fiadores per calupnia pechar, firme aquel ques quereloso con dos uezinos de sua colacion que uezino es de carta ho filio de uezino ; & per atal quemo aqueste fagan los fiadores enzerrar, & a per otro omne non.
(Anónimo, Fuero de Madrid, a 1141 – 1235, Agustín Millares Carlo, Ayuntamiento de Madrid, 1963, CORDE)

  • 3  Pour une brève présentation des enjeux autour de la date du Cantar de Mio Cid et de la polémique e (...)

(2) Grant es la biltança de ifantes de Carrión :
qui buena dueña escarnece e la dexa después
atal le contesca o siquier peor.
(Anónimo, Poema de Mío Cid, c 11403, Alberto Montaner, Crítica, Barcelona, 1993, CORDE)

(3) Alegre fue el rey, non viestes atanto,
mandó cavalgar apriessa todos sos fijosdalgo,
ý en los primeros el rey fuera dio salto,
a ver estos mensajes del que en buen ora nasco.
(Anónimo, Poema de Mío Cid, c 1140, Alberto Montaner, Crítica, Barcelona, 1993, CORDE)

(4) Veno Booz al conçeio de la vil[l]a, estido y. En atanto veno aquel so parient, el remedidor, a quien apertenecie la mugier.
(Almerich, La fazienda de Ultra Mar, c 1200, Moshé Lazar, Universidad de Salamanca, 1965, CORDE)

8Atal apparaît pour la dernière fois dans le CORDE (hors citations de textes antérieurs) dans un document notarial de 1630 :

 (5) Otro si, declaro que los dichos dos mill y tresçientos y catorçe rreales y quatro maravedis del dicho xuro, ni parte alguna de ellos no los tengo bendidos, zedidos ni traspasados a persona alguna ni los tengo obligados ni ypotecados a deuda alguna y ansi lo juro en fforma de derecho por Dios Nuestro Señor y por la señal de la cruz atal, como esta +, en que puse mi mano derecha que es berdad lo suso dicho [...].
(Anónimo, Venta de juro por parte de Juan Suarez de Carcamo a favor del licenciado Juan Bautista Ortiz, 1630, Mariano Maroto, Edición electrónica, Toledo, 1998, CORDE)

  • 4  Cette survivance de atal dans les documents notariaux n’est pas sans rappeler la persistance de ic (...)

9Mais, il faut préciser que, depuis le milieu du XVIe siècle, cette forme est surtout utilisée dans des formules stéréotypées, précédant la signature d’un déclarant4 :

 (6) E yo el dicho Pedro Barco Bonifaz, escribano de Su Magestad Real e publico del numero del lugar de Mazarambroz, que a todo lo que dicho es fui en uno con el dicho Francisco de Miranda, rexidor, que de suso firma su nombre, e con los dichos Cristobal de Leon y Francisco de Huerta y Diego de Rojas, que yo conozco, e de pedimiento del dicho Francisco de Miranda, rexidor, lo escrebi segun ante mi paso, e por ende fice aqui este mio signo, que es atal, en testimonio de verdad. Pedro Barco Bonifaz, escribano.
(Anónimo, Relaciones histórico-geográficas-estadísticas de los pueblos de España. Reino de Toledo, 1575-1580, Carmelo Viñas y Ramón Paz, CSIC, Madrid, 1951 – 1963, CORDE)

10Quant à atanto, les dernières occurrences ne vont pas au-delà du milieu du XVIe siècle :

 (7) E luego juntos todos los asnos se vienen a mi pesebre y mordiéndome y acoceando me quitaron dél, y yo queriéndome ir a los suyos volvían con gran furia y no me consentían llegar, atanto que me fue nescesario salirme fuera de la caballeriza.
(Anónimo, Diálogo de las transformaciones de Pitágoras, c 1535, Ana Vian Herrero, Sirmio - Quaderns Crema, Barcelona, 1994, CORDE)

  • 5  Ce tableau ne tient pas compte des incohérences de graphie : la séquence a (préposition) + tal est (...)

11Par ailleurs, quelle que soit l’époque considérée, les formes préfixées sont beaucoup moins utilisées que les formes courtes. Comme le montre le tableau suivant, élaboré à partir des données du CORDE5, atanto demeure marginal tout au long de la période durant laquelle il est en vigueur, tandis que atal connaît un pic d’usage (relatif) au XIIIe siècle ; plus généralement, il faut souligner que, toutes époques confondues, atal est plus fréquent que atanto.

Fréquence de tal/atal et tanto/atanto dans le CORDE
(entre parenthèses, le nombre d’occurrences)

atal

tal

atanto

tanto

XIIe siècle

9,7 %

(16)

90,3 %

(148)

2,5 %

(3)

97,5 %

(116)

XIIIe siècle

12,84 %

(1 260)

87,16 %

(8 552)

2,8 %

(186)

97,2 %

(6 478)

XIVe siècle

6 %

(600)

94 %

(9 397)

2,8 %

(217)

97,2 %

(7 545)

XVe siècle

3,74 %

(1 168)

96,26 %

(30 032)

1,5 %

(344)

98,5 %

(22 651)

  • 6  La sur-représentation des œuvres de fiction parmi les documents comportant les formes atal ou atan (...)

12Il est intéressant de noter, en outre, que les formes longues atal et atanto, bien que globalement assez rares, apparaissent dans des documents de provenance géographique variée et appartenant à des genres textuels eux-mêmes divers. Une analyse exhaustive des sources référencées dans le CORDE pour le XIIIe siècle (période de plus grande fréquence) montre que sont représentés aussi bien les textes littéraires (littérature sapientiale : Poridat de poridades, Sendebar, Calila e Dimna ; métier de clergie : Vida de Santo Domingo de Silos, Poema de Fernán González, Libro de Apolonio, Libro de Alexandre ; roman de chevalerie : Libro del cavallero Cifar), que les textes de nature historique (General Estoria), scientifique (Lapidario) ou juridiques (Fueros)6. L’examen de l’origine géographique de ces derniers révèle que les Fueros où figurent les formes atal et atanto appartiennent à différentes « familles », réparties sur tout le territoire castillan (Fuero de Navarra, Fueros de Teruel, Plasencia, Alarcón – famille du Fuero de Cuenca –, Fueros de Usagre et de Cáceres, Fueros de Úbeda et de Baeza – famille du Fuero de Toledo –, Fuero de León, Fuero de Tudela – Zaragoza –, etc.).

  • 7  Pour une présentation plus détaillée des compétences syntaxiques de tal ~ atal et tanto ~ atanto, (...)

13Enfin, si l’on s’intéresse aux contextes d’emploi des formes courtes et des formes longues7, on ne peut qu’être frappé par la similitude des environnements. Quelques exemples particulièrement significatifs permettront de s’en convaincre :

 (8) Et la muger del galápago estava triste et llorava, et non comía ; et dexóse mal caer, atanto que enflaquesçió de mala manera.
(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

(9) Et dixo el ximio : - Dizen que un león criava en un lugar, et estava en él un lobo que comía su relieve. Et ensarneçió el león tanto, que fue muy flaco et muy atribulado, et non podía venar. Et dixo el lobo çerval : - Señor, tu estado es ya mudado et non puedes ya venar. Esto ¿por qué es ?
(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

14Dans ces deux extraits de Calila e Dimna, la structure syntaxique est identique et les situations évoquées sont très proches : une proposition principale nous apprend que la tortue (en 8) et le lion (en 9) sont affectés respectivement par un état d’âme et une maladie, qui prennent de si grandes proportions (tanto) que cela entraîne leur amaigrissement, qui est évoqué dans la proposition consécutive introduite par que.

15Les deux exemples suivants sont encore plus éloquents dans la mesure où le cotexte antérieur est rigoureusement le même :

(10) De la piedra que a nombre Zauarget.

MErcurio a sennaladamiente sus piedras apartadas. & otras en que a parte. & la una dellas a nombre Zauarget en arauigo ; & en latin prasme. Et la uertud della es atal, que si alguno la touiere consigo quando fuere mercurio en su exaltation. & en su hora. & en bon catamiento de iupiter. & de uenus, o del uno dellos ; sera bien andant en soltar & en sacar presos. Et si el preso la touiere ; saldra ayna.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(11) La sesena manera desta piedra es color de cielo. Et es de natura de mercurio. & el es su planeta. & su regnador es el Miercoles. Et la uirtut della es tal ; que presta a los dolores que se leuantan del coraçon ; & de la Colera uermeia.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

16Il est indéniable que de telles similitudes ont pesé d’un grand poids et qu’elles ont largement contribué à nourrir l’opinion commune qui considère les formes longues comme de simples variantes des formes courtes, sans valeur particulière.

2. Signifiants et signifiés

17En effet, tous les travaux que nous avons consultés sont unanimes : atal et atanto y sont décrits comme de stricts équivalents de tal et tanto et aucune spécificité sémantique, référentielle ou syntaxique n’est associée à la particularité sémiologique des premiers. Les formes longues ne seraient que des variantes redondantes des formes courtes :

 [...] il semble pertinent de distinguer « assi », « atal », « atanto », de « aguisar », « ajuntar », etc. Dans cette dernière série, on peut déceler, au moins virtuellement, une nuance sémantique dans la forme préfixée, qui varie du reste selon les verbes mais qui s’appuie sur une intention et une structure de renforcement significative, alors que dans « atal », etc., le renforcement est surtout d’ordre phono-prosodique, raison sans doute pour laquelle ce sous-groupe, déjà très marginal dans la langue du XIIIe s., a été peu à peu abandonné (comme, plus tard, les formes renforcées mais redondantes des démonstratifs aqueste, aquese). 
(Pellen, 1997 : 481)

  • 8  « [...] es una característica constitutiva del estilo de escritura en la Edad Media, especialmente (...)

18Il ne s’agirait là, finalement, que de l’une des nombreuses manifestations de la variatio, à propos de laquelle M. Morreale (1978 : 253) écrit : « elle est une caractéristique constitutive du mode d’écriture du Moyen Âge, surtout au XIIIe siècle, et elle se manifeste à tous les niveaux de la langue, en particulier aux plans graphique et phonétique »8.

19Mais l’idée d’une équivalence absolue entre ces formes est incompatible avec le postulat de l’unicité du signe et l’on peut donc préférer – si l’on adhère à ce principe – faire l’hypothèse qu’à ces signifiants (en partie) différents sont associés des signifiés (en partie) différents.

  • 9  Les très nombreux exemples médiévaux de tal et tanto que nous avons étudiés, pour ce travail et po (...)

20Chacune des deux paires qui nous intéressent est constituée d’une forme courte (tal, tanto) et d’une forme longue (atal, atanto), obtenue par ajout à la forme courte de l’élément prothétique a-. Nous avons montré ailleurs (Fortineau-Brémond, 2012 ) que tal et tanto sont des signes motivés9, dans la mesure où ils sont en partie décomposables en cognèmes (voir Bottineau, 2002, 2003, 2010 et, dans ce numéro, Blestel & Fortineau-Brémond) ; nous faisons ici l’hypothèse que le a- prothétique des formes longues est également un cognème et que atal et atanto sont donc aussi des formes motivées.

21Un cognème est la manifestation d’une « corrélation entre processus vocal et processus cognitif » (Bottineau, 2009 : 126) et peut donc être défini comme un invariant cognitif associé à un phonème. Mais il ne suffit pas qu’un phonème soit présent dans un signifiant donné pour que l’on puisse légitimement y associer un invariant sémantique ; un phonème ne peut être interprété comme la manifestation d’un cognème que s’il s’inscrit dans un réseau de correspondances sémiques et morphémiques ; D. Bottineau a précisé dans quelles circonstances il est légitime de considérer que la relation phonème ~ invariant cognitif est activée :

On est fondé à considérer un phonème comme submorphème sémantiquement pertinent dans les conditions suivantes (non cumulatives) : 1) il se manifeste dans une alternance récurrente (…). 2) L’opérateur-mot dans lequel il se manifeste est lui-même globalement formé d’une agglutination de marqueurs extraits de telles alternances (…). 3) Le submorphème, combiné à une racine ou à d’autres submorphèmes dans une position constante comme l’initiale ou la finale, classe tous les opérateurs concernés dans une catégorie donnée [...]. 
(Bottineau, 2004 : 29)

  • 10  Ils doivent notamment être mis en relation (au minimum) avec cual et cuanto.

22L’appartenance de tal et tanto à plusieurs micro-systèmes sémiologiques10 (voir Fortineau-Brémond, 2012a, en particulier 142-152) permet d’identifier un certain nombre de cognèmes intervenant dans leur composition.

  • 11  La question de la portée des cognèmes n’est pas tranchée ; il semble bien que certains d’entre eux (...)

23La forme tanto est construite autour de la séquence NT, qui associe le cognème T, opérateur de rupture et marqueur de perfectivité11, et le cognème N, auquel est associée une opération d’invalidation ; faire précéder T (ou D) de N c’est donc déclencher une interception avant accomplissement, soit résultativement, l’image d’un inaccomplissement. Ce contraste entre une limite finale atteinte (T/D) ou non atteinte (NT ou ND) est remarquablement mis à profit dans le système verbal, où l’on voit, en espagnol, s’opposer le participe passé cantado, signe d’un événement accompli, au gérondif cantando, signe d’un événement en cours d’accomplissement. Mais cette alternance est également exploitée dans le domaine de la quantification, laquelle se prête également très bien à ce jeu d’opposition : à todo, construit à partir du cognème D et donc signe d’une quantification achevée, i.e. d’une totalité, s’oppose tanto, construit à partir de N/T et donc signe d’une opération de quantification inachevée, livrant de ce fait une quantité indéterminée.

  • 12  Les deux formes renvoient à deux catégories fondamentales de l’être, qui s’opposent l’une à l’autr (...)

24La forme tal s’oppose à tanto en ce qu’elle évoque non pas une quantité, mais une qualité12, appréhendée sur le mode de l’altérité. En effet, elle se clôt sur le cognème L, que l’on trouve également dans l’article défini el, dans les pronoms de troisième personne él ~ le, dans le démonstratif aquel (ces trois formes étant historiquement apparentées), mais aussi dans le déictique spatial allí et, dans un état de langue plus ancien, dans la forme médiévale ál (‘autre chose’), issue du latin ALIUD. Toutes ces formes ont en commun de dire l’altérité, l’hétérogénéité, la différence.

25Enfin, les deux formes, tal et tanto, présentent à l’initiale – c’est-à-dire en position de majeure sémantique – le cognème T, déjà évoqué, qui, comme marqueur de perfectivation, donne pour instruction de concevoir les signes qu’il informe comme le résultat d’une construction achevée, conduite jusqu’à son terme ; il ordonne ici de se représenter un repère (de nature qualitative pour tal, quantitative pour tanto) atteint.

  • 13  Les travaux d’A. Piel ont montré que aqueste et aquese – auxquels sont si souvent comparés atal et (...)
  • 14 « [ y así] son una misma palabra. No hay entre ellas más diferencia original que entre este y aqu (...)
  • 15  « La a- es una mera ampliación del cuerpo del adverbio, como en abés o atanto, analógica de muchos (...)

26En ce qui concerne le a- prothétique des formes longues, il a fait l’objet de diverses hypothèses quant à son origine et son statut. Pour A. Bello, c’est une « particule prépositive » : « [ et así] sont un même mot. Il n’y a pas entre eux plus de différence qu’entre este et aqueste, ese et aquese13. La syllabe a- ou aqu- est, dans ces vocables, une particule prépositive comme dans les formes désuètes atal et atanto pour tal et tanto »14 (1984 : 141-142), alors que M. Alonso et V. García de Diego (cités dans Pellen, 1997) en font un descendant du latin aeque. J. Corominas, pour sa part, insiste sur son caractère analogique : « Le a- est un simple agrandissement du corps de l’adverbe, comme dans abés ou atanto, analogique de nombreux adverbes et locutions adverbiales comme apenas, adur, afuera, a menudo, etc. »15 (1954, s.v. así) et R. Pellen, à la suite de J. Corominas, y voit une sorte de préfixe :

La prothèse n’aurait fait intervenir qu’une variante très répandue et assez mal définie du préfixe a- comme syllabe de renforcement au début de mots qui sont souvent monosyllabiques (« tal », « tan », « dur », « si »). Elle illustrerait avec d’autres changements, les difficultés rencontrées parfois par les locuteurs pour identifier le début exact des mots et les échanges entre modèles que favorisait une telle impression.
(Pellen, 1997 : 482).

27Plus que l’origine de l’élément prothétique a-, c’est avant tout son caractère analogique et son apparition récurrente dans un nombre important de formes qui nous semblent pertinents. En effet, d’autres signes, lexicaux ou grammaticaux, se sont vu adjoindre, en espagnol médiéval, un a- analogique, sans que cela ne fasse disparaître, au moins dans un premier temps, la forme non préfixée. Dans de nombreux cas, les paires se sont conservées jusqu’à aujourd’hui : cometer ~ acometer ; guardar ~ aguardar ; juntar ~ ajuntar ; llegar ~ allega ; parecer ~ aparece ; preciar ~ apreciar ; probar ~ aprobar ; venir ~ avenir ; ventura ~ aventura ; fuera ~ afuera ; sí ~ así ; el ~ aquel ; mais, souvent, au terme d’une coexistence plus ou moins longue, la forme en a- a fini par l’emporter et s’imposer au détriment de la forme courte : caecer ~ acaecer ; compañar ~ acompañar ; consejar ~ aconsejar ; contecer ~ acontecer ; gradecer ~ agradecer ; ribar ~ arribar ; trever ~ atrever ; menaza ~ amenaza ; miración ~ admiración ; enfin, plus rarement, c’est la forme en a- qui a disparu : guisar ~ aguisar ; mostrar ~ amostrar ; tal ~ atal ; tanto ~ atanto, mais aussi este ~ aqueste et ese ~ aquese.

28Cette liste, non exhaustive, est suffisamment riche pour que l’on soit autorisé à poser qu’il existe une alternance récurrente en espagnol ancien entre forme courte et forme longue en a-, et donc à considérer ce a- analogique initial comme la manifestation du cognème A. Ce cognème a été décrit à plusieurs reprises (notamment dans Bottineau 2007) comme porteur d’une instruction sémantique de distanciation, de disjonction, en vertu d’une relation d’iconicité avec les propriétés acoustiques ou phonatoires attachées à la réalisation du phonème (aperture maximum).

  • 16  De nombreux adverbes espagnols présentent, en position finale, un -a (parfois suivi d’un -s) souve (...)

29L’instruction de mise à distance qu’emporte le cognème A peut être exploitée de diverses façons selon les contextes : mouvement prospectif, par exemple, ou accès à l’existence pour les verbes parasynthétiques (Blestel, 2012 : 200), ou encore désertion du champ des parties de langue prédicatives pour certains adverbes (Fortineau-Brémond, 2012b : 80)16. Dans le cas de atal et atanto, nous posons que le cognème A enjoint de concevoir une qualité ou une quantité éloignées de ce qu’elles devraient ou pourraient être, éloignées de la qualité ou de la quantité attendues. Le cognème A permet une opération d’amplification, d’agrandissement, qui donne, au résultat, une image dilatée, hypertrophiée, d’une qualité (atal) ou d’une quantité (atanto). La forme longue se voit donc dotée, par rapport à la forme courte, d’une valeur emphatique ; à l’agrandissement strictement formel que représente l’adjonction d’une syllabe supplémentaire s’ajoute l’agrandissement sémantique qu’emporte avec lui, ici, le cognème A.

3. Comportements discursifs

30L’examen attentif d’un corpus de travail plus restreint et plus pertinent que celui manié jusqu’à présent permet de confirmer l’hypothèse de formes longues marquées (hypothèse par ailleurs parfaitement cohérente avec leur moindre fréquence).

31Les formes longues atal et atanto ont toujours été très minoritaires, pour ne pas dire marginales, par rapport aux formes courtes tal et tanto dont elles constituent une expansion ; ce qui retient également l’attention, outre la rareté des occurrences, c’est le faible nombre des documents dans lesquels elles apparaissent. Une recherche dans le CORDE portant sur atal entre 1201 et 1300 (période « d’apogée » de cette forme) livre 1 260 cas dans 278 documents seulement, sur un total de 2 806 : l’alternance entre formes courtes et formes longues n’est donc exploitée que dans un document sur dix. Cette donnée statistique est sans doute le signe que tous les sujets parlants ne disposent pas, dans leur système personnel, des formes préfixées ; en effet,

 [...] si la langue a une existence commune et, en quelque sorte, collective – elle est, en commun, celle d’un groupe de personnes pensantes – elle a aussi une existence singulière, individuelle. Tous les Français possèdent en eux la langue française : mais en chaque Français la langue française est à un certain degré une langue française originale. L’originalité peut consister en sa pauvreté ou en sa richesse, et, plus généralement, en qualités positives ou en qualités négatives.
(Guillaume, 1989 : 10)

32Ce qui vaut pour le français d’aujourd’hui vaut évidemment pour l’espagnol d’hier ; les grammaires personnelles ne sont pas en tous points identiques. Par conséquent, une étude contrastive des emplois discursifs des formes courtes et des formes longues ne peut se faire qu’à partir d’occurrences tirées uniquement de documents en prose (pour éviter l’interférence des contraintes métriques) présentant un nombre significatif de formes longues ; nous avons donc soumis à une analyse exhaustive le Lapidario, la Primera Partida ainsi que Calila e Dimna pour tal ~ atal, et Calila e Dimna et La istoria de las bienandanzas e fortunas pour tanto ~ atanto, documents qui incluent, au total, quelque 400 occurrences de formes longues.

  • 17  Le terme « pronominal » est employé ici avec le sens qu’il a, par exemple, dans Moignet, 1981, où (...)

33Une des caractéristiques que tal et tanto partagent avec tous les autres pronominaux17 – outre leur teneur notionnelle extrêmement abstraite – est leur capacité à endosser des fonctionnements syntaxiques variés ; en effet, la définition formelle des pronominaux est en deçà de ce qu’elle est pour les parties de langue prédicatives, ce qui a pour conséquence qu’un grand nombre d’entre eux peuvent être employés aussi bien comme adjectif que comme pronom ou adverbe (Fortineau-Brémond, 2012a : 161-165). Les occurrences tirées des documents médiévaux cités ci-dessus le confirment ; tal et tanto y jouent les rôles suivants :

34– adjectif épithète postposé ou attribut (tal) :

 (12) Et con esto asosegué et aseguré mi coraçón, et vi que non ay ningund amigo tal commo fazer buena vida ; et vi que era ligera de ganar, quando Dios quiere ayudar ; et vi que es grand bien a quien la faze, et que es mejor cosa que el thesoro que el padre et la madre le dexan, et que non mengua por la despender, ante se faze más fermosa et más nueva.
(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

(13) Et fallanla en la ribera dun ryo que a nombre Dysla que es en tierra de egipto. Et su propriedat es tal que si la ponen çerca leche de qual animal quiere salta la piedra & fuye muy de rrezio della, assi que por ninguna manera non se quiere con ella ayuntar Et esto es por la enemiztad que a con ella segund su natura.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

35– adjectif épithète antéposé :

 (14) El jaspe mas noble es puesto enel primer fundamento dela çibdad de Dios, el qual ha tal natura, que siempre es de color uerde, e quien lo tiene sobre si, no teme algunas fantasmas.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(15) E pasó dende Judá contra el rey Queraín e contra el rey Tamicot e trabó con ellos fuerte vatalla. E mató d’ellos e de los de Macedonia çiento e mil varraganes. E fuyeron los dichos capitanes e alcançó a Filofos, el que avía fecho tanto mal en tierra de Judea, e vengó la muerte d’Elazar, qu’él avía fecho
(Lope García de Salazar, Istoria de las biendanzas e fortunas, 1471-1476, Ana María Marín Sánchez, Corde, Madrid, 2000, CORDE)

36– pronom substantif (sujet ou complément d’objet) :

 (16) E esta es quando alguno cree en ihesu xpisto. & ante que pueda seer babtizado ; matan le. Ca este tal batea se en su sangre misma.
(Alfonso X, Primera Partida, British Library Ms. Add. 20787 (1256-1263), Lloyd A. Kasten y John J. Nitti, Hispanic Seminary of Medieval Studies, Madison, 1995)

(17) Et escrivióle una carta en que eran las partes de fablar. Et el escolar fuese con ella a su posada, et leyóla mucho, pero non conoçió nín entendió el entendimiento que era en aquella carta, et la decoró et súpola bien leer. Et açertóse con unos sabios, cuidando que sabía tanto commo ellos, et dixo una palabra en que herró.
(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

37– adverbe :

 (18) Et sin tod esto ay otro muy grand departimiento que al bezahar nol faz mal el fuego quando en ellol meten & a esta quemala & tornala assi como tal.

(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(19) - Dirás secretamente a tu señor que yo non puedo querer bien al que faze villanía aquel que de todo su coraçón tanto me ama.
(Lope García de Salazar, Istoria de las biendanzas e fortunas, 1471-1476, Ana María Marín Sánchez, Corde, Madrid, 2000, CORDE)

38Les formes longues atal et atanto se caractérisent par la même variabilité syntaxique, à cette différence près – et elle est significative – qu’elles ne sont presque jamais utilisées en position d’adjectif antéposé : cet emploi ne représente que 16 cas sur un total de 180 occurrences de atal dans le Lapidario, 2 cas sur 48 dans la Primera Partida et aucun dans le Calila e Dimna ; cette dernière œuvre, tout comme la Istoria de Bienandanzas e fortunas, ne présente pas non plus d’occurrence de atanto antéposé. Cette absence est d’autant plus parlante qu’il s’agit d’un des emplois les plus fréquents des formes courtes ; pour donner un ordre de grandeur, on indiquera simplement qu’une analyse exhaustive de la Primera Partida livre 243 cas de tal antéposé sur un total de 391 occurrences. Les sujets parlants dont la grammaire personnelle inclut les formes longues manifestent donc une très grande réticence à les utiliser en position antéposée. Or cet emploi diffère radicalement des autres.

  • 18  C’est le cas dans tous les énoncés de notre corpus, à deux exceptions près.

39En effet, bien que le pronominal antéposé et le pronominal postposé soient, la plupart du temps, traités conjointement – leur fonctionnement étant décrit, dans les deux cas, comme étant celui d’un adjectif –, la différence n’est pas mince. Lorsque le pronominal est antéposé et non précédé d’un article, comme dans les exemples (14) et (15)18, il fonctionne comme un support formel (tout en apportant une part de l’information notionnelle – qualitative ou quantitative –), sur lequel est versée la matière substantive. On aura reconnu là un mécanisme très proche de celui de l’article :

 [...] si avec le substantif le support matériel est annoncé en langue, il n’en va pas de même du support formel, qui lui ne se détermine qu’en discours. Le support formel déterminé en discours, et en discours seulement, est représenté par l’article. [...] le substantif agit à l’égard de l’article de support à la manière d’un adjectif. Dans la consécution du discours : article/substantif, le substantif qualifie l’article. [...] on doit poser que le substantif, dans la transition langue/discours, s’adjective sinon matériellement, du moins formellement. Cette adjectivation formelle tardive du substantif est en connexion étroite – et même en corrélation – avec l’emploi généralisé de l’article comme support formel du substantif dans le discours.
(Guillaume, 1971 : 151)

40Dans la configuration qui nous occupe, tal ou tanto antéposés sont donc des supports en position d’appel, le substantif subséquent fournissant un apport notionnel qui vient saturer l’ensemble ; le pronominal actualise le substantif – le plus souvent, par renvoi anaphorique ou cataphorique (Fortineau-Brémond, 2012a : 168-169) – et forme avec lui une unité sémantique (un « substantif de discours », selon l’expression de G. Guillaume), au sein de laquelle il n’a aucune autonomie.

41En revanche, quand tal et tanto sont employés comme épithète postposée (exemple 12), attribut (exemple 13) ou comme pronom (exemples 16 et 17) ou encore comme adverbe (exemples 18 et 19), ils n’ont pas de fonction d’actualisation du substantif et peuvent être considérés comme des entiers de signification.

42On comprend dès lors pourquoi, lorsque tal et tanto jouent le rôle de déterminants (selon des modalités que présentent également les démonstratifs ou possessifs antéposés), c’est-à-dire lorsqu’ils contribuent à la construction d’un substantif de discours, les variantes renforcées atal et atanto sont peu mobilisées : l’emphase qu’elles véhiculent s’accommode mal d’un emploi où dominent les aspects formels et où l’apport notionnel passe au second plan. Le rôle de tal ou de tanto, lorsqu’ils sont employés comme déterminants, n’est pas d’évoquer une qualité ou une quantité en tant que telles, pour elles-mêmes (quel que soit le rapport qu’elles peuvent entretenir avec les autres éléments de l’énoncé) mais uniquement d’actualiser le substantif qu’ils précèdent. Cette résistance des formes préfixées à occuper l’emploi de déterminant est confirmée par la présence, dans notre corpus général, d’un certain nombre d’exemples (en particulier dans des documents de nature juridique, Fueros ou lettres royaux) où l’on voit alterner tal comme déterminant et atal comme épithète postposée ou attribut :

 (20) Mas sy vinna plantare o casa fiziere / o otra obra atal, si despues por tal rrayz vençido fuere, dexela con la calonna / que es dicha.
(Anónimo, Fuero de Úbeda, 1251 – 1285, Juan Gutiérrez Cuadrado, Universidad de Valencia (Valencia), 1979)

(21) Mando vos que dedes siempre un manpostero que recuda por vos ante los alcaldes de Carthagena a todo omne de Carthagena que demanda oviere contra vos o a otro omne de fuera que hy viniesse demandar vos ante ellos. Et el vuestro manpostero que sea atal e aya tal poder pora conplir todo derecho segunt so fuero.
(Anónimo, Nombramiento de un representante real [Documentos de Alfonso X dirigidos al Reino de Murcia], 1257, María Teresa Herrera ; María Nieves Sánchez, Hispanic Seminary of Medieval Studies (Madison), 1999)

(22) Empero, non aya iudizio de muerte, si non fuere encartado o de mala fama o otra uegada non fuere preso con tal mala fecha ; ca si atal fuere, sea iustitiado, cuemo si él mismo lo fiziesse.
(Anónimo, Fuero de Baeza, c 1300, Jean Roudil, Universidad Estatal de Utrech (La Haya), 1962)

43L’affirmation précédente doit toutefois être nuancée, car, s’il est vrai que, d’une façon générale, les formes longues sont particulièrement rares en position antéposée, il n’en reste pas moins qu’elles peuvent apparaître dans certains contextes particuliers. Ainsi, on observe que la forme préfixée, emphatique, apparaît de façon privilégiée comme le premier terme d’une corrélation à valeur consécutive, lorsque la conséquence renvoie à un phénomène extraordinaire, hors du commun, et cela quel que soit le rôle grammatical du pronominal :

 (23) Et a atal uirtut que si la touiere algun omne consigo que sea de flaco entendimiento, pero con todo esso tenerlan las gentes por sesudo. & por piadoso. & por entendudo. & non aura miedo ninguna cosa.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(24) Et a en si atal propriedat que colgandola sobrel arbor que non de su fructu commo deue ; que ge lo faze dar.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(25) Et su uertud es atal que si la cuelgan sobre las postemas que salen a fuera ; desfaelas en un dia. & mayormiente si las untan con la polidura que della sale.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

(26) & quando la quebrantan ; fallan dentro en ella en manera dalgodon en sustancia & en color. & la uertud deste algodon es atal que se non quema por fuego.
(Alfonso X, Lapidario, c 1250, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá de Henares, 2003, CORDE)

44Dans ces exemples, tirés du Lapidario, ouvrage qui évoque les propriétés des pierres, en lien avec l’astronomie, la forme atal est associée à, chaque fois, à une propriété aux conséquences fabuleuses, magiques (rendre l’idiot intelligent, rendre fructifère l’arbre qui ne l’est pas assez, faire disparaître les furoncles, renfermer une sorte de coton qui ne brûle pas).

45De façon parallèle, dans Calila e Dimna et dans la La istoria de las bienandanzas e fortunas,la forme emphatique atanto est très souvent convoquée pour renvoyer à une « quantité » telle qu’elle entraîne des conséquences exceptionnelles, remarquables, qu’il s’agisse d’exploits, de réussites (exemples 27, 28) ou qu’elles soient fâcheuses, voire dramatiques (exemples 29 et 30) :

(27) Et desí pusiéronme con los maestros, et yo non çeçé de continuar en aprender la gramática et de meter la mi cara a sotileza et a buen entendimiento, atanto que vençí a mis conpañeros et a mis iguales, et valí más que ellos.

(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

(28) Et començé a leer sus libros fasta que los entendí ; et vi las maneras de los cuerpos, las cosas de las maletías, et las maneras del melezinamiento. Et sope en ello atanto, que me metí a melezinar enfermos.
(Calila e Dimna, 1251, Juan Manuel Cacho Blecua ; María Jesús Lacarra, Castalia, Madrid, 1993, CORDE)

(29) E al tienpo que en Inguelaterra e en Françia se tornaron christianos, estos flamenques profiaron mucho en su eregía, atanto que de todas aquellas tierras que son desde Françia e Alemaña e a todas aquellas partidas ellos fueron los postrimeros christianos. Atanta era la su crueldad que, guerreando a los christianos, comían a todos los que d’ellos mataban en las batallas e guerras, que uno mayor ni menor no dexaban a vida que comer podían.
(Lope García de Salazar, Istoria de las biendanzas e fortunas, 1471-1476, Ana María Marín Sánchez, Corde, Madrid, 2000, CORDE)

(30) E andando en la menor India con mis ganados (e) fue a caça con otros muchos a los montes e fallé un çiervo e seguílo, atanto que perdí toda mi conpañía.
(Lope García de Salazar, Istoria de las biendanzas e fortunas, 1471-1476, Ana María Marín Sánchez, Corde, Madrid, 2000, CORDE)

46S’il n’existe donc aucune configuration syntaxique ni aucun contexte qui obligent le locuteur médiéval à utiliser les formes longues plutôt que les formes courtes, le corpus examiné montre cependant que certaines situations favorisent l’emploi de atal et atanto. Les formes en -a, associées à la représentation hypertrophiée, l’image dilatée, d’une qualité ou d’une quantité, sont utilisées préférentiellement chaque fois que le locuteur souhaite mettre l’accent sur une qualité ou une quantité, qui, pour diverses raisons, réclament une attention particulière, notamment lorsqu’elles ont des conséquences remarquables. Répétons-le : aucune situation ne contraint le locuteur à utiliser telle ou telle forme ; en particulier, l’évocation d’une conséquence remarquable n’impose pas le recours à atal ou atanto (les exemples de tal et tanto dans ce type de circonstances ne manquent pas), le locuteur peut laisser au seul contexte le soin de dire ce caractère exceptionnel. Mais il peut aussi, pour diverses raisons, vouloir déclarer explicitement que la qualité ou la quantité envisagées sont autres que celles qui étaient attendues, qu’elles méritent une considération particulière, et il aura alors recours aux formes préfixées.

Conclusion

47Les formes analogiques atal et atanto ne sont donc pas de simples équivalents de tal et de tanto, des formes redondantes, qui n’auraient d’autre justification que la volonté des sujets parlants de se prêter à l’exercice de la variatio, dont on sait qu’elle a représenté, pour les Anciens mais aussi pour les lettrés du Moyen Âge, un critère de perfection stylistique. Qu’elle ait joué un rôle, c’est possible, de même qu’a dû peser le fait que tal soit un monosyllabe (ce qui pourrait expliquer pourquoi atal est plus fréquent que atanto) ; mais l’alternance tal ~ atal ou tanto ~ atanto va bien au-delà d’un simple effet rhétorique. Elle met en jeu des signes motivés : les formes préfixées partagent avec les formes courtes les cognèmes T, NT, L, mais se distinguent de ces dernières par la présence, en position initiale, du cognème A, porteur d’une instruction sémantique d’éloignement, d’agrandissement. Les formes atal et atanto véhiculent en conséquence l’image d’une qualité ou d’une quantité d’une ampleur particulière. C’est cette coloration emphatique qu’exploitent les locuteurs médiévaux chaque fois qu’ils ont recours aux formes préfixées pour évoquer une qualité ou une quantité exceptionnelles ; cette volonté d’insistance va de pair, dans l’immense majorité des cas, avec une configuration syntaxique dans laquelle la forme concernée fait l’objet d’un emploi autonome (pronom substantif, épithète postposée ou attribut, adverbe). En revanche, dans les emplois de déterminants, les formes longues sont extrêmement rares, dans la mesure où le rôle secondaire auquel est alors cantonné le pronominal (il n’est qu’un instrument d’actualisation, permettant la constitution d’un substantif de discours) s’accorde mal avec le renforcement sémantique qu’impliquent atal et atanto.

48Les formes longues, bien que n’étant pas des doublons des formes courtes, ont cependant fini par disparaître. À cela plusieurs raisons probablement (dans ce domaine, on ne peut que formuler des conjectures). D’une part, même au moment de leur maximum d’emploi, elles n’ont jamais concerné qu’une minorité de sujets parlants ; d’autre part, si l’on observe ce que sont devenues les autres formes analogiques en a-, on constate que seules se sont maintenues les paires au sein desquelles la forme courte et la forme préfixée ont peu à peu acquis des compétences référentielles ou fonctionnelles spécifiques : cometer ~ acometer, parecer ~ aparecer, sí ~ así, el ~ aquel. Dans le cas de tal ~ atal et tanto ~ atanto, on peut supposer que le service rendu par la forme préfixée a finalement été ressenti comme insuffisant ; d’autres formes renforcées – comme aqueste et aquese – ou d’autres constructions emphatiques – comme le possessif articulé – ont connu le même sort. L’abandon des formes marquées est le signe que, dans l’usage qui a été fait de tal ~ atal et tanto ~ atanto, l’identité référentielle a pris le pas sur la différence de signifié.

Haut de page

Bibliographie

Bello A., 1984 [1847], Gramática de la lengua castellana, Madrid, EDAF.

Blestel É., 2012, Pour une nouvelle approche du plus-que-parfait en espagnol contemporain. Unicité du signe, motivation, variations, Thèse de Doctorat, Université Rennes 2 [à paraître aux PUR].

Bottineau D., 2002, « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », in Lowe R. (dir.), Le système des parties du discours. Sémantique et syntaxe. (Actes du IXe colloque de l’Association internationale de psychomécanique du langage), Québec, Presses de l’Université Laval, 423-437.

Bottineau D., 2003, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », in Ouattara A. (éd.), Parcours énonciatifs et parcours interprétatifs. Théories et applications. (Actes du Colloque de Tromsø organisé par le Département de Français de l’Université, 26-28 octobre 2000), Paris/Gap, Ophrys, 185-201.

Bottineau D., 2007, « The Cognemes of the Spanish Language : towards a Cognitive Modelization of the Submorphemic Units in the Grammatical Words of the Spanish Language », The Public Journal of Semiotics, I(2), July 2007, 50-74 [en ligne], < http://www.semiotics.ca/issues/pjos-1-2.pdf> [consulté le 3 mai 2010].

Bottineau D., 2010, « La submorphologie grammaticale en espagnol et la théorie des cognèmes », in Le Tallec-Lloret G. (éd.), Vues et contrevues. (Actes du XIIe Colloque international de Linguistique ibéro-romane, Université de Haute-Bretagne – Rennes 2, 24-26 septembre 2008), Limoges, Lambert-Lucas, 19-40.

Bregante J., 2003, Diccionario de literatura española, Madrid, Espasa.

Buridant C., 2000, Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, Sedes.

Chevalier J.-C., Launay M. & Molho M., 1988, « Sur la nature et la fonction de l’homonymie, de la synonymie et de la paronymie », in Fuchs C. (éd.), L’ambiguïté et la paraphrase. Opérations linguistiques, processus cognitifs, traitements automatisés, Centre de publications de l’Université de Caen, 45-52.

Cornu J., 1884, « Mélanges espagnols », Romania, XIII, 284-314.

Corominas J., 1954, Diccionario crítico etimológico de la lengua castellana, Madrid, Gredos.

Duncan R. M., 1950, « “Como” y “cuemo” en la obra de Alfonso el Sabio », Revista de filología española, XXXIV, 248-258.

Fortineau-Brémond C., 2010a, « L’expression de l’impersonnel en espagnol médiéval : le cas de omne », in Daviet-Taylor F. & Bottineau D. (éds), L’impersonnel. La personne, le verbe, la voix : du partage des fonctions et de leur sémantisme dans les structures impersonnelles, Rennes, PUR, coll. « Rivages linguistiques », 117-128.

Fortineau-Brémond C., 2010b, « Une curiosité morphologique du verbe en espagnol médiéval : les gérondifs construits sur un radical de prétérit irrégulier », in Luquet G. (éd.), Morphologie et syntaxe de l’espagnol. Méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 13-30.

Fortineau-Brémond C., 2012a, La corrélation en espagnol contemporain. Morphologie, syntaxe et sémantique, Rennes, PUR, coll. « Rivages linguistiques ».

Fortineau-Brémond C., 2012b, « La structure corrélative más… más… : du signifiant à la syntaxe », in Luquet G. (éd.), Morphosyntaxe et sémantique espagnoles. Théories et applications, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 73-90.

Fortineau-Brémond C., 2015, « Cronosintaxis de las estructuras correlativas tal… cual… y tanto… cuanto… : aproximación diacrónica », in García Martín J. Ma (dir.), Actas del IX Congreso Internacional de Historia de la lengua española, Cádiz, 10-14 de septiembre de 2012, Madrid, Iberoamerica, / Frankfurt am Main, Vervuert.

Guillaume G., 1971, Leçons de linguistique 1948-49, série B, volume 2, « Psycho-systématique du Langage. Principes, méthodes et applications (I) », Québec, Presses de l’Université Laval / Paris, Klincksieck.

Guillaume G., 1989, Leçons de linguistique 1946-47, série C, volume 9, « Grammaire particulière du français et grammaire générale (II) », Lille, Presses Universitaires de Lille / Québec, Presses de l’Université Laval.

Launay M., 1986, « Effet de sens, produit de quoi ? », Langages, 82, 13-39.

Menéndez Pidal R., 19586, Manual de gramática histórica española, Madrid, Espasa-Calpe.

Menéndez Pidal R., 19765, Cantar de Mio Cid. Texto, gramática y vocabulario. Volumen I. Crítica del texto y gramática, Madrid, Espasa-Calpe [Obras de R. Menéndez Pidal, tomo III].

Menéndez Pidal R., 19775, Cantar de Mio Cid. Texto, gramática y vocabulario. Volumen II. Vocabulario, Madrid, Espasa-Calpe [Obras de R. Menéndez Pidal, tomo IV].

Moignet G., 1981, Systématique de la langue française, Ouvrage posthume publié par les soins de J. Cervoni, K. Schylter et A. Vassant, Paris, Klincksieck.

Morreale M., 1977, « Transcendencia de la variatio para el estudio de la grafía, fonética, morfología y sintaxis de un texto medieval, ejemplificada en el ms. esc. I-1-6 », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Padova, 2, 249-261.

Pellen R., 1997, Los milagros de Nuestra Señora de Berceo. Étude linguistique et index lemmatisé. Tome I. Volume 2. La langue de Berceo, Annexes des cahiers de linguistique hispanique médiévale, vol. 9, Paris, Klincksieck.

Piel A., 2003, « Sur la place du préfixe aqu- dans le système des déictiques de l’espagnol médiéval », in C. Lagarde (éd.) : La linguistique hispanique dans tous ses états (Actes du Xe Colloque de linguistique hispanique – Perpignan 14, 15 et 16 mars 2002), Perpignan, CRILAUP / Presses Universitaires de Perpignan, 15-25.

Piel A., 2004, Les déictiques déclinables et indéclinables de l’espagnol médiéval. Étude synchronique, Thèse de doctorat, Paris Sorbonne – Paris 4.

Haut de page

Annexe

Corpus

[CORDE] Real Academia Española, Corpus diacrónico del español, [en ligne],

 <http://corpus.rae.es/​cordenet.html>

Haut de page

Notes

1  Par jeu, M. Molho, M. Launay et J.-C. Chevalier avaient un jour proposé de se désigner eux-mêmes par l’acronyme MO.LA.CHE. Bien qu’ils n’aient jamais signé aucun de leurs articles collectifs de ce nom, l’appellation est restée.

2  CORDE = Corpus diacrónico del español (voir Bibliographie).

3  Pour une brève présentation des enjeux autour de la date du Cantar de Mio Cid et de la polémique entre « néo-traditionnalistes » – tenants d’une composition précoce (vers 1140, date retenue dans l’édition Crítica) – et « individualistes » – qui penchent pour une date plus tardive (fin XIIe – début XIIIe) – voir, par exemple, Bregante, 2003, s.v. Cantar de Mio Cid.

4  Cette survivance de atal dans les documents notariaux n’est pas sans rappeler la persistance de icelui dans les documents juridiques français (Buridant, 2000 : 130).

5  Ce tableau ne tient pas compte des incohérences de graphie : la séquence a (préposition) + tal est parfois transcrite atal et, inversement, atal (forme préfixée) apparaît quelquefois sous la forme a tal, comme dans les exemples suivants : « La tercera razon es que podrie seer escandalo ; del pueblo sil ordenassen mouiendo se a dezir mal contra aquellos quel diessen la orden. teniendo que errauan en dar la atal [ = a tal] omne que ouiesse fecho tan grand yerro » (Primera Partida, CORDE), « E por esta dixo nuestro sennor ihesu xpisto en el euangelio. que el que no nasciesse de agua & de spiritu sancto otra uez ; que no podrie entrar en el regno de los cielos. Ca sin dubda ninguna. el que es babtizado ; a tal [ = atal] es cuemo si nasciesse nueuamientre sin pecado ninguno » (Primera Partida, CORDE). Dans la mesure où ces erreurs sont peu nombreuses et comme, par ailleurs, elles se produisent dans les deux sens, on a considéré qu’elles se neutralisaient et qu’elles étaient sans effet sur le calcul des fréquences.

6  La sur-représentation des œuvres de fiction parmi les documents comportant les formes atal ou atanto est le strict reflet de la place prédominante des textes littéraires au sein du CORDE (sur la composition de cette banque de données et la part attribuée aux différents genres textuels, voir le tableau synthétique élaboré par la Real Academia Española : <http://corpus.rae.es/ayuda_c.htm>).

7  Pour une présentation plus détaillée des compétences syntaxiques de tal ~ atal et tanto ~ atanto, on peut se reporter au point 3, infra.

8  « [...] es una característica constitutiva del estilo de escritura en la Edad Media, especialmente en el s. XIII, y se manifiesta en todos los niveles de la lengua, en particular en el plano gráfico y en el fonético ».

9  Les très nombreux exemples médiévaux de tal et tanto que nous avons étudiés, pour ce travail et pour d’autres (voir, notamment, Fortineau-Brémond, 2012a et 2015), ne laissent apparaître aucune différence notable, en matière de comportement syntaxique ou de capacités référentielles, avec le système contemporain. Comme, par ailleurs, ni le signifiant ni les réseaux sémiologiques dans lesquels s’inscrivent ces formes n’ont été modifiés, il nous semble légitime de postuler que le signifié de tal et tanto n’a pas non plus varié et que les analyses que nous avons proposées pour l’espagnol moderne valent également pour l’espagnol ancien.

10  Ils doivent notamment être mis en relation (au minimum) avec cual et cuanto.

11  La question de la portée des cognèmes n’est pas tranchée ; il semble bien que certains d’entre eux (T/D, A, I) soient présents dans différentes langues, non apparentées et typologiquement différentes, mais rien ne permet, pour l’instant, de conclure à leur universalité.

12  Les deux formes renvoient à deux catégories fondamentales de l’être, qui s’opposent l’une à l’autre et se définissent mutuellement, car, si la qualité indique la manière d’être, l’aspect sensible et non mesurable des choses, la quantité peut être définie comme une grandeur dépouillée de ses déterminations qualitatives.

13  Les travaux d’A. Piel ont montré que aqueste et aquese – auxquels sont si souvent comparés atal et atanto – bien que susceptibles de figurer dans des environnements rigoureusement identiques à ceux de este et ese, n’en avaient pas moins un signifié différent et, qu’en outre, il s’agissait de signes motivés (voir Piel, 2003 et 2004).

14 « [ y así] son una misma palabra. No hay entre ellas más diferencia original que entre este y aqueste, ese y aquese. La sílaba a o aqu es en estos vocablos una partícula prepositiva como en los anticuados atal y atanto, por tal y tanto. »

15  « La a- es una mera ampliación del cuerpo del adverbio, como en abés o atanto, analógica de muchos adverbios y frases adverbiales como apenas, adur, afuera, a menudo, etc. »

16  De nombreux adverbes espagnols présentent, en position finale, un -a (parfois suivi d’un -s) souvent étymologique (cerca, fuera, arriba, nunca, quizá, quizás, jamás, detrás), parfois analogique (mientras). Nous y voyons une manifestation du cognème A, opérateur de mise à distance, qui donne ici comme instruction de concevoir ces signes par éloignement des parties du discours prédicatives. En tant qu’adverbes trans-prédicatifs, en effet, ils s’obtiennent par mise à distance des données de l’expérience (dont les parties du discours prédicatives sont une conceptualisation), pour ne retenir que ce qu’il y a en elles de plus général, ce qui échappe à toute particularité.

17  Le terme « pronominal » est employé ici avec le sens qu’il a, par exemple, dans Moignet, 1981, où il désigne une catégorie incluant des pronominaux substantivaux (pronoms personnels, démonstratifs, relatifs, indéfinis, etc.), des pronominaux adjectivaux (adjectifs démonstratifs, possessifs, indéfinis, etc.) mais aussi des pronominaux adverbiaux (adverbes trans-prédicatifs de quantité, d’intensité, etc.). G. Moignet insiste par ailleurs sur le fait que les pronominaux « transitent avec une aisance déconcertante d’un emploi grammatical à un autre » (1981 : 156).

18  C’est le cas dans tous les énoncés de notre corpus, à deux exceptions près.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chrystelle Fortineau-Brémond, « L’alternance tal ~ atal, tanto ~ atanto en espagnol médiéval : variation ou motivation ? », Cahiers de praxématique [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/3981

Haut de page

Auteur

Chrystelle Fortineau-Brémond

ERIMIT (EA 4327) – Université Rennes 2 
chrystelle.fortineau@univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

  • Présentation [Texte intégral]
    La linguistique du signifiant : fondements et prolongements
    Introduction. Linguistics of the signifier: Foundations and Extensions
    Introducción. Lingüística del significante : fundamentos y desarrollos
    Paru dans Cahiers de praxématique, 64 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals