Navigation – Plan du site

La ponctuation : lieu de (re)motivation iconique

Punctuation marks and iconic (re)motivation
El sistema de puntuación : un espacio de (re)motivación icónica
Myriam Ponge

Résumés

Non-alphabétiques, sans correspondant phonémique, les signes de ponctuation disposent de qualités idéogrammatiques qui les distinguent des autres signes au sein de notre système d’écriture. Cette étude se propose d’examiner les mécanismes de motivation (voire de re-motivation) qui traversent ce système particulier de signes graphiques. Une analyse d’effets de sens (Guillaume, 1964) en discours permettra d’apprécier plus encore le degré d’iconicité variable des ponctuants (i.e. signifiants graphiques des ponctèmes [Catach, Tournier, 1980]) avant de rendre compte de la prégnance de cette dimension dans diverses propositions d’ajout de signes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article se propose d’aborder, par le biais d’une étude du système de ponctuation, l’analyse des mécanismes de motivation (voire de re-motivation) qui affectent ces signes graphiques singuliers (non-alphabétiques, sans correspondant phonémique [Tournier, 1980]). Si la ponctuation est bel et bien un véritable système de signes linguistiques (comme nous le considérons depuis notre travail de doctorat [Ponge, 2007]), il nous semble intéressant, pour conforter cette thèse, d’examiner dans quelle mesure ce système est également traversé par des phénomènes de (re-)motivation.

  • 1  D’après la définition du Robert Historique de la Langue Française, Paris, Robert, 2010.
  • 2  Par ces termes, N. Delbecque (2006) se réfère, quant à elle, au domaine de la morphosyntaxe ; pour (...)
  • 3  En d’autres termes, l’étude proposée nous renvoie à l’examen du niveau « d’iconicité graphique (pr (...)

2Définie comme le « rapport non arbitraire entre deux formes »1, la motivation mérite plus précisément d’être considérée comme le rapport « (qui intéresse le lien) du signifiant au mécanisme qui l’engendre » (Danon-Boileau, 1993a : 5). En portant ainsi une attention particulière à l’analyse des « faits de motivation iconique »2, il s’agira d’observer dans quelle mesure le principe d’iconicité (« qui intéresse le lien du signifiant au référent » [Danon-Boileau, ibid.]) – ici, dans sa manifestation originelle d’icône-image (Guitteny, 2004 : 15) – est à l’œuvre dans le fonctionnement et les propositions de « perfectionnement » du système de ponctuation (par l’introduction de nouveaux signes expressifs)3.

  • 4  D’après la définition de J. Anis (1988 : 246) : « signe graphique dont la forme procéderait par im (...)

3Pour mener à bien cette réflexion, nous commencerons par rappeler la singularité du système linguistique de ponctuation, en interrogeant le statut sémiotique de ses signes aux potentialités « figuratives » ; nous reviendrons sur leur classement en fonction de la variabilité de leur degré de motivation iconique (certains s’apparentant à des pictogrammes4). Nous apprécierons ensuite des effets de sens (Guillaume, 1964 : 205) et des jeux de (re-)motivation contextuelle, avant de rendre compte, dans une dernière partie, de l’attrait que continue d’exercer un système toujours moins arbitraire, en examinant certaines innovations ponctuationnelles.

1. Des signes linguistiques particuliers (au statut sémiotique complexe5)

  • 5 Seront rappelées ici les caractéristiques essentielles de ces signes – ce questionnement ayant donn (...)
  • 6  N. Catach indique s’inspirer de la terminologie de L. Hjelmslev, en désignant par plérème un « sig (...)

4Quasi-universels, non-alphabétiques, sans correspondant phonémique (Tournier, 1980), les signes de ponctuation sont ainsi des graphèmes particuliers de type plérémique6, « directement chargés d’un sens et d’une fonction » (Catach, 1980 : 26).

  • 7  « Topogramme : graphème ponctuo-typographique, qui contribue à la production de sens, en tant qu’o (...)
  • 8  « Logogramme : [3*] graphème unique correspondant à une unité significative (ex. &, $) ou groupeme (...)

5Leur qualité de signes linguistiques est défendue par ces auteurs qui les qualifient de ponctèmes, dotés d’un signifiant (ponctuant) et d’un signifié (ponctuance) [Tournier, 1980 : 36]. Dans l’approche autonomiste de J. Anis, ils sont classés parmi les topogrammes7 et considérés comme des « signes auxiliaires », ne jouissant pas du statut de véritable signe linguistique compte tenu de leur « standardisation incomplète » ([Anis, 1988 : 116] à la différence des logogrammes8, pleinement signes).

  • 9  Cf. citation complète : « Les grammairiens caractérisent généralement la fonction de ces signes pa (...)
  • 10  Voir C.S. Peirce (1978 : 144 ) : « L’indice n’affirme rien ; il dit seulement : “ Là ”. Il se sais (...)
  • 11  « Full stop » est d’ailleurs une des dénominations que reçoit le point en anglais.

6En se référant aux signes de ponctuation, J. Rey-Debove (1997) reconnaissait que « leur statut sémiotique n’est pas très clair », avant d’observer que « [les grammairiens] les considèrent comme des signaux, plutôt que comme des symboles »9. Ainsi, au-delà de leur apparente qualité de symboles (compte tenu du lien conventionnel qui unit le signe à son éventuel référent), les signes de ponctuation présentent des similitudes avec le mode de signification des signaux(dans la mesure où les indicesy sont produits intentionnellement – si l’on reprend la définition de J. Dubois [1994]). En tant que tels, ils orientent le lecteur dans son parcours au sein du texte10. Ils recèlent, à la manière des panneaux signalétiques qui balisent la circulation routière, un certain nombre d’instructions. Cette analogie est d’ailleurs présente dans l’ouvrage de C. Figueras (2001 : 59) qui distingue ainsi punto y aparte (point de paragraphe) et punto y seguido (point de phrase), assimilant le premier à un stop11 :

  • 12  Traduction de la citation originelle : « Visualmente, este signo exige al lector que se detenga un (...)

Visuellement, ce signe exige du lecteur qu’il s’arrête un moment pour enregistrer dans sa mémoire l’information transmise dans le paragraphe qui se clôt, avant d’aborder l’interprétation du paragraphe suivant. Le point à la ligne indique au lecteur qu’il doit effectuer un stop dans le processus de lecture12.

7Quels que soient les problèmes théoriques que pose leur classement, ces signes attirent notre attention par leur qualité idéogrammatique. Avant de tenter de proposer – selon ses propres termes – une « terminologie plus adéquate », N. Catach (1996 : 102) insistait également sur cette dimension :

On les rangerait volontiers parmi ce que l’on appelle “idéogrammes”, et même pour certains, en tant que signes motivés, parmi les “pictogrammes” (parenthèses ou accolades par exemple). 

8En empruntant des éléments à l’analyse proposée plus récemment par V. Dahlet (2003 : 22-23), nous pourrions plus précisément attribuer à ces idéogrammes la « forme de contenu : opération » déclinée en marquage ou séquentialité selon les cas (la majuscule est par exemple ainsi décrite comme opération de marquage (du mot) et positionnement (1ère lettre) ; l’opération de séquentialité est convoquée pour décrire les ponctuations d’alinéa, point, point-virgule et virgule).

2. Classement des signes de ponctuation au sein de divers sous-systèmes

  • 13  Les bases de ces propositions de classement, qui prennent appui sur nos lectures des travaux de N. (...)

9L’hétérogénéité sémiotique des signes de ponctuation – qui partagent a minima les caractéristiques des signaux et ont par ailleurs développé des dimensions idéogrammatiques, voire pictogrammatiques (dès lors qu’une analogie visuelle est perceptible, révélant leur qualité iconique) – nous conduit à tenter de proposer ici un classement en divers sous-systèmes13, en distinguant différents degrés de motivation.

2.1. Système de signes logico-syntaxiques <, ; .> < :>

10Essentiellement séparateurs, ces signes sont classés en fonction de leur pouvoir de segmentation. Ils se situent en affinité avec le niveau de régulation syntagmatique du discours. Leur fonction démarcative est liée à ce que V. Dahlet nomme « opération de séquentialité » (2003 : 23).

11La motivation du signe de point-virgule (combinant les « atomes » de point et de virgule [Anis, 1988 : 116]) est dès lors perceptible en tant que signe de segmentation à valeur intermédiaire au sein du sous-système actuel, hiérarchisé comme suit : <, ; .>.

12Le sémantisme spécifique du deux-points (qui ajoute à sa fonction de segmentation un rapport de dépendance logique entre les éléments qu’il délimite) conduit à le considérer à part – même si l’on peut défendre une part de motivation qui le relie, par ses traits formels, au niveau intermédiaire du précédent sous-système (< ;/ :>).

2.2. Système de signes modaux < . ? ! …>

13Cette classe de signes expressifs témoigne de la reconnaissance du paradigme de l’expression modale, renvoyant aux modalités d’énoncé et d’énonciation (assertion, interrogation, exclamation, suspension).

14La perception de la motivation des éléments de ce sous-système peut reposer sur l’interprétation des signes « marqués » comme résultant de la combinaison de la figure du point rond <.> – au signifié initial neutre de segmentation – à d’autres figures qui lui ajoutent leur signifié modal particulier.

  • 14  Citation originelle : « [...] con el tiempo la Q se estilizó y la o se convirtió en el punto actua (...)
  • 15  N. Catach (1996 : 63) et p. 28 : « Le point d’exclamation (appelé par les Italiens afetuoso) nous (...)
  • 16  « [...] con el tiempo la o colocada encima y debajo de la I vino a convertirse en el punto actual, (...)

15Les commentaires concernant les prétendues origines des figures des points d’interrogation et d’exclamation témoignent de l’intérêt pour la recherche d’une motivation sous-jacente aux choix des divers signifiants graphiques. Le signe actuel < ?> proviendrait du latin Quaestio dont la forme abrégée (à partir de la première et dernière lettre) aurait servi de base : « avec le temps, le Q s’est stylisé et le o est devenu le point actuel », explique J. Martínez de Sousa (1996)14. Quant au point d’exclamation (longtemps resté confondu avec le point d’interrogation avant d’être introduit par les humanistes italiens et repris par les imprimeurs)15, sa forme < !> proviendrait du mot latin Io (« joie », « allégresse ») comme l’indique J. Martínez de Sousa, expliquant l’apparition de la figure actuelle : « avec le temps, le o placé au-dessus et en-dessous du I est devenu le point actuel et le signe s’est stylisé jusqu’à acquérir la forme qu’il a aujourd’hui » (1996 : 151)16.

  • 17  En accord avec le fait que l’iconicité « soutient l’intention signifiante » (Danon-Boileau, 1993a  (...)
  • 18 Le percontativus était l’appellation donnée au signe servant à distinguer les interrogations rhétor (...)

16L’existence de signes doubles d’exclamation et d’interrogation en espagnol (<¿ ?> <¡ !> ; par exemple ¿vienes ? [tu viens ?] ; ¡habla ! [parle !]) confère – par la nature entourantede cette ponctuation – un degré d’iconicité supplémentaire à son système17. La parenté de la figure du point d’interrogation espagnol avec la notation du percontativus dans des imprimés des XVIIe et XVIIIe siècles est rappelée par les planches de M.B. Parkes (1992 : 219)18.

2.2.1 Autonomie sémantique spécifique

17Ces signes de ponctuation expressive ont par ailleurs acquis une autonomie sémantique qui leur permet d’être utilisés seuls ou combinés, en dehors de tout contexte verbal. Ils sont dès lors assimilables à des logogrammes, si l’on reprend la typologie de J. Anis – issus dans ce cas de « topogrammes détournés » (1988 : 143).

18< ?> < ¿ ?>

19La figure du point d’interrogation se présente comme l’idéogramme du questionnement, du doute, de la perplexité. M.-J. Béguelin (2002 : 92-93) propose par exemple les éléments de commentaires suivants :

  • 19  L’auteure se réfère certainement ici à Jaffré (1991 : 68) qui présente des éléments de l’approche (...)

Il renvoie idéographiquement à un signifié de type « perplexité mentale », avec le sens de « je reste muet », « je ne suis pas sûr », « je ne sais pas », « je ne comprends pas ». À ce titre, il a été qualifié de phrasoïde (Arrivé, Jaffré)19.

20Cette potentialité idéogrammatique est particulièrement exploitée dans les bandes dessinées. B. Toussaint (1976 : 86-87) résume ainsi l’usage qui en est fait :

 Il s’agit donc d’une marque elliptique de la question au profit d’un codage signalétique (interrogation muette) […]. Le degré-zéro de la phonie se marque idéographiquement en bande dessinée.

21< !> < ¡ !>

22La figure du point d’exclamation apparaît comme l’idéogramme de l’« étonnement », de la « surprise, indignation » (Anis, 1988 : 143) ; voire de la « brusquerie » comme s’en explique F. Rastier (2003, s.p.) :

Un signe n’est qualifié que par un parcours interprétatif. Par exemple, un signe de ponctuation considéré comme une simple démarcation du signifiant peut être sémantisé en contexte, et fonctionner comme un morphème (un point d’exclamation peut signifier ‘brusquerie’ par exemple).

23Cette idée de « sémantis[ation] en contexte » est particulièrement intéressante. Elle permet de rappeler que l’interprétation du signe est soumise à l’acceptation de l’arbitraire d’un code préalable : ainsi, ce même signe, inscrit au centre d’un panneau de signalisation triangulaire, servira à signaler un danger.

24<…>

25La figure des points de suspension renverrait quant à elle à l’idée d’interruption, d’inachèvement, voire de silence.

26< ? !> <¿ !> <¡¿ ? !> < ? !...>, etc.

  • 20  Mentionnés ainsi par J. Polo (1974 : 441).

27La possible combinaison et la répétition de signes de ponctuation expressiverenforce la perception de l’existence d’un système motivé qui permet ainsi la création de signifiés mixtes : des modalités interro-exclamative < ? !> ou exclamo-interrogative < ! ?> (Fónagy, 1980 : 103 ; avec diverses variantes espagnoles < ¿¡ ! ?, ¡¿ ? !, ¿¡ ? ! , ¡¿ ! ? >20) à l’expression d’une expressivité plus complexe visant à renvoyer à la confusion des sentiments (< ? !...> < ? ! ? !...> < ! ! !...> < ? ? ?...>, etc.).

2.3. Système de signes de nivellement énonciatif

28Les signes doubles d’énonciation (crochets, parenthèses, tirets et virgules doubles) peuvent être classés selon une force d’isolement décroissante : <[ ]> <( )> <–  –> <, ,>.

  • 21  Ibid. « [...] a través de su forma, denotan simbólicamente su función continente» ; « [...] config (...)

29La dimension iconique (entourante) de certains de ces signes est clairement perceptible. Les parenthèses, assimilables ainsi à des pictogrammes, sont décrites en ces termes par J. Anis (1988 : 118) : « Ce sont des arcs symétriques ; la fonction d’encadrement étant figurée très visiblement également par la hauteur du sommet des ascendants au bas des descendants ». E. Ruiz (1992 : 151) en propose une interprétation symbolique plus subjective : après avoir indiqué leur parenté formelle avec les crochets (« à travers leur forme, ils dénotent symboliquement leur fonction contenante »), l’auteure déclare à propos des parenthèses, qu’« elles dessinent une ambiance curviligne qui évoque peut-être le sein maternel »21.

30La ponctuation se révèle ainsi être un lieu de fantasmes où les figures de certains signes peuvent se voir investies de valeurs d’ordre symbolique – témoignant de tentatives de re-motivation du système.

2.4. Sous-système des marques du discours rapporté : les guillemets

31Un autre micro-système peut apparaître lié à un usage différencié de trois formes de guillemets, agencés par exemple ainsi < « “ ‘ ’ ” » >,selon leur degré d’intégration énonciative. Ces divers guillemets – chevrons dits « à la française » (renommés par la Real Academia « espagnols ou latins »22), guillemets « anglais » et guillemets simples – sont respectivement désignés comme suit, par Marsá, en référence à leur signifiant graphique : comillas « bajas », “altas”et ‘simples’ (1986 : 264).

32Il est ici possible de rendre compte de citations enchâssées – ce qui n’est pas sans rappeler le procédé graphique d’intégration des divers niveaux d’incises < ( [ – , ,– ] ) >.

33La motivation de ces éléments est de nature analogue ; comme le rappelle J. Anis (1988 : 118), « l’orientation et la symétrie des deux formes ont une valeur – iconique – d’encadrement ».

3. Effets de sens : cas de (re-)motivation iconique

  • 23  Les signes de ponctuation auraient ainsi des degrés d’iconicité variables, nous renvoyant à une «  (...)
  • 24  « [...] dejar de ser un elemento tipográfico y pasar a ser una imagen ».

34Si certains des signes de ponctuation (présentés dans les classements précédents) se singularisent par des degrés de motivation et d’iconicité supérieurs (partageant les caractéristiques de réels pictogrammes)23, il nous apparaît important de souligner encore la manière dont ils peuvent s’émanciper d’un cadre strictement fonctionnel pour révéler leurs potentialités figuratives : « cesser d’être un élément typographique pour devenir une image », selon l’expression empruntée à J. Garí (1995 : 68)24, qui se référait pour sa part à l’utilisation des lettres alphabétiques.

  • 25  Les éléments d’illustration appartiennent à notre corpus de thèse de doctorat (Ponge, 2007). Droit (...)

35À partir d’exemples issus de productions contemporaines diverses, nous apprécierons la manière dont ces signes peuvent être diversement convoqués et re-motivés, en renforçant la fonction poétique des messages25.

3.1. <¿ ?> Idéogramme du doute renforcé

Le doute renforcé – Publicité Cutty Sark

  • 26  Eléments de contextualisation supplémentaires : le support publicitaire dont nous disposons, const (...)

36Ce premier exemple extrait d’une campagne publicitaire lancée en 2002 dans la presse espagnole par Cutty Sark Scots Whisky permet de témoigner de la portée idéogrammatique des signes doubles d’interrogation, vecteurs de questionnement, et plus précisément de doute. Est ainsi associée à l’étiquette à l’effigie de la marque Cutty Sark (dont le contour inférieur s’apparente à une accolade), l’expression « sin duda » qui se présente alors comme la réponse immuable à tout ce qui, placé entre points d’interrogation, pourrait interroger, faire débat, être au cœur d’une polémique26.

3.2. Signes doubles <¡ !> ou <¿ ?> : idéogrammes de l’hispanité 

37L’emploi des signes doubles espagnols intégrés à un texte d’une autre langue suffit à fonctionner comme marqueur d’hispanité.

  • 27  L’année n’apparaît pas dans le document dont nous disposons et aucune image correspondante n’a pu (...)

38Voici par exemple comment se présente l’annonce d’un festival de théâtre (sur une carte postale publicitaire27) :

L’hispanité – Festival de théâtre Bayonne/Biarritz

39L’emploi de la ponctuation exclamative entourante transmet ainsi une « coloration » hispanique à l’énoncé – qui se verra justifiée au verso de la carte par l’annonce d’un « festival de théâtre franco-ibérique et latino-américain ».

40Par ailleurs, notons que, dans son roman Seta, l’Italien Alessandro Baricco avait choisi de caractériser l’intervention du personnage de l’architecte espagnol (Juan Benitez) entourée ainsi de signes doubles d’interrogation :

  • 28  Cette caractéristique a bien sûr été conservée dans la traduction française Soie : « ¿Dauphin, señ (...)

« —¿Delfino, señor ? » (1998 : 30)28

41Cette singularité ponctuationnelle de l’espagnol fonctionne bien comme un indicateur d’hispanité, qui vient ici souligner, aux côtés de l’emploi du terme d’adresse señor, l’origine du locuteur.

3.3. Re-motivation des signes doubles espagnols : redoublement expressif 

Redoublement expressif – “¡No te lo pienses dos veces !”

42Cet exemple extrait d’une publicité (parue en 2001, dans un journal de l’Université de Valladolid) invitant à voyager en avion à prix réduits s’appuie sur la valeur idéogrammatique des signes doubles interrogatifs – à leur tour soulignés par ceux d’exclamation.

43Le texte scindé en deux (« ¡ no te lo pienses // dos veces ! » [« n’y réfléchis pas à deux fois ! »]) entoure la représentation, au centre, d’un personnage dont apparaissent symétriquement reliés les profils du visage (orientés l’un vers la gauche et l’autre vers la droite) et auxquels sont respectivement associés, au niveau de l’aire du cerveau – de la réflexion –, les signes d’interrogation ouvrant (¿) et fermant ( ?). Dos veces met l’accent de manière métalinguistique sur la symétrie générale qui préside à la construction du message (interrogation / exclamation, signes ouvrants / fermants, profils droit / gauche : une question dans chaque « hémisphère » ¿ / ?), re-motivant ainsi contextuellement la présence de signes doubles.

44Les signes d’interrogation, représentants idéogrammatiques du doute, situés au cœur du message indiquent que ce sentiment occupe doublement l’esprit du personnage représenté (par le jeu des signes ouvrant / fermant) avant d’être neutralisé par les signes exclamatifs accompagnant l’injonction dominante (¡no te lo pienses dos veces !). La co-présence des signes expressifs ( ? !) peut laisser transparaître l’étonnement, éventuellement transmis à un destinataire incrédule face à une telle offre. Nous percevons ici encore la place privilégiée qu’occupent les signes de ponctuation dans l’élaboration d’une « accroche » publicitaire.

3.4. Re-motivation iconique et lecture pictogrammatique

  • 29  On peut lire en ouverture une remarque qui éclaire sa démarche : « J’ai été amené à me demander si (...)

45Dans ses Idéogrammes occidentaux, P. Claudel nous offre quelques propositions de re-motivation des signes, s’appuyant sur la figure graphique des ponctuants29. Il se réfère ainsi aux points d’interrogation et d’exclamation – respectivement associés à l’expression du doute et de la joie – (Claudel, 1965 : 84) : 

S’il a quelque doute, s’il pose quelque question, l’émission de la pensée se recourbe sur elle-même avant de s’interrompre. C’est le
 ? point d’interrogation
S’il était encore plus content, nous le surmonterions d’une fusée qui monte au ciel
 ! ou point d’exclamation.

  • 30  Toujours selon la définition supra de J. Anis (1988 : 246) : « Pictogramme : signe graphique dont (...)

46Est ainsi conférée une valeur pictogrammatique30 à ces signes.

47Une plaisanterie, rapportée par L.G. Védénina pour rappeler la parenté de l’interrogation et de l’exclamation dans le domaine de l’affectivité, semble témoigner encore de l’intérêt porté à la forme graphique du signe : « Qu’est-ce que c’est que le point d’interrogation ? se demandait l’écrivain [Michel Svetlov]. C’est le point d’exclamation qui a vieilli » (1989 : 13).

48Même si la figure de la virgule est a priori moins suggestive que d’autres (comme les points d’interrogation et d’exclamation dont la dimension pictogrammatique a été maintes fois exploitée), la virgule a aussi suscité le commentaire suivant de la part de P. Claudel, dans ses Idéogrammes Occidentaux (ibid.) :

L’étape, l’arrêt court, la suspension au milieu d’une phrase,
sont indiqués par la
,  virgule, comme quelqu’un qui repousse ce qui est en arrière et
s’élance vers ce qui est en avant
. [c’est nous qui soulignons]

3.5. Cas d’iconicité inversé : quand le signifiant de ponctuation se fait référent…

49Pour rendre compte de l’impact visuel de la ponctuation, il nous paraît intéressant d’évoquer rapidement ce procédé « inverse » de re-motivation iconique qui conduit le signifiant graphique à passer au premier plan dans l’appréhension de la réalité extra-linguistique.

50Dans Pasado en Claro (1974) d’O. Paz, l’apparente évocation d’un paysage convoque la comparaison suivante avec le signe de ponctuation – illustrée par un dessin représentant la forme à laquelle il est fait allusion :


  • 31  « A peine dessinée, / sorte de virgule horizontale ( ) / entre le ciel et la terre,/ une pirogue s (...)

[...] »31.

51La présence de cette embarcation-virgule, moyen de passage entre les mondes réel et fictionnel, témoigne de leur intime imbrication (qui ne cessera d’être mise en scène tout au long du poème). Au gré des mouvements de la plume du poète, les référents (associés généralement à l’évocation d’un paysage naturel) apparaissent, puis disparaissent sitôt nommés dans cette incessante tension qui habite le langage dans son rapport à l’univers référentiel. La réalité, construite, et aussitôt déconstruite par l’écriture, est présentée dans sa fragilité. La virgule, un des outils de médiation du poète avec le réel, apparaît ainsi dans la matérialité de son signifiant graphique pour donner à lire le monde (rappelant le lien intrinsèque qui l’unit au langage).

52Enfin, compte tenu de l’attrait du champ publicitaire pour les idéogrammes ponctuants, un autre exemple issu de ce domaine nous permet d’illustrer encore ce jeu de re-motivation iconique. La marque Tropicana représente ici un point d’exclamation en associant une orange (pour le point de base) à un pack de jus de fruits (assimilé au trait vertical du ponctuant). Le point final d’exclamation ainsi évoqué accompagne et renforce l’injonction du message textuel associé Mímate (« prends soin de toi ! ») :

Iconicité renversée – Publicité Tropicana

4. Des propositions de signes nouveaux : vers une re-motivation du système

53Les propositions d’introduction de nouveaux signes – aussi diverses soient-elles – rendent compte d’un attrait pour un enrichissement de la ponctuation expressive. Est souvent évoqué le peu de signes existants à l’écrit (points d’exclamation et d’interrogation) en comparaison avec la « richesse » et la variété des intonations et des émotions de l’oral.

54L’interrobang ou exclarrogatif :

L’interrobang ou exclarrogatif

55Ce signe (inventé par le publicitaire Speckter en 1962) – graphiquement motivé – permet ainsi d’associer simultanément (et non plus successivement) les deux signes expressifs d’interrogation et d’exclamation.

56D’autres propositions illustrent cette quête de « perfectionnement » par l’ajout d’autres signes dits d’intonation. Dans Plumons l’oiseau, H. Bazin (1966) suggère d’introduire six points : points d’acclamation, de doute, de certitude, d’autorité, d’ironie et d’amour – qui se présentent comme autant de pictogrammes, tant la motivation formelle des figures proposées est évidente. Nous renvoyons à leur présentation (Bazin, 1966 : 142). 

Les points d’intonation de H. Bazin (1966 : 142)

57Outre les propositions de certains écrivains ou linguistes (comme F.X. Nève, 1998), il est à noter que la ponctuation inspire également, aujourd’hui encore, de nouvelles formes aux « graphistes-designers ».

  • 32  Nous reprenons ici le terme de J. Secret.

58J. Secret propose ainsi une série de « signes d’intonation » : points d’humeur (« points d’ironie, d’autorité, de folie, de rêverie »), accents d’humeur (« le Surpris, l’Effrayé »), guillemets d’humeur (« Les Énervés, Les Hautains, Les Obsédés, Les Solennels, Les Malheureux, Les Fatigués, Les Timides, Les Joyeux, Les Soucieux ») pour tenter de traduire les « tons »32 correspondants à ces divers états – dans une démarche finalement proche de celle d’H. Bazin.

59Nous rapportons ici une illustration de deux de ces points pour en apprécier la motivation graphique :

Le point de folie – J. Secret

Les points de rêverie – J. Secret

  • 33  La figure d’illustration des caractères (avec les éléments de présentation en français) est issue (...)

60T. Fetiveau, un autre jeune « typographe-désigner » défend quant à lui l’introduction du caractère Andersen (idéal pour les contes), accompagné d’un système de ponctuation « complémentaire » pour exprimer, par le biais de ces signes des émotions variées : joie, colère, exaspération, surprise, inquiétude, peur, empressement, consolation, tristesse, menace, solennité, moquerie, déception, plainte, amour33.

Les caractères Andersen – T. Fetiveau

61Au-delà de la dimension pictogrammatique des signes proposés, il est intéressant de noter que cette proposition s’inspire également de la ponctuation entourante de l’espagnol ; T. Fetiveau l’indique plus précisément : « Comme dans la ponctuation espagnole, ces symboles sont placés en début et fin de phrase afin de permettre au lecteur de lire dès le début avec le bon ton » (Fetiveau, s.d.).

  • 34 Selon M.T. Rudolph (1997 : 205), par exemple.
  • 35  D’après les termes recensés notamment par J. Anis, lorsqu’il traite des « éléments sémasiographiqu (...)
  • 36  Nous soulignons la présence de cette expression dans les extraits suivants : « […] ces petits dess (...)

62Enfin, le cas emblématique du langage émoticon (mot-valise : « étym. émotion + icône »34) mérite d’être mentionné. Les signes alors qualifiés de smileys/émoticons, trombines, sonriards, binettes ou frimousses35sont ainsi des « logogrammes pictographiques » (d’après J. Anis [1998 : 212]), résultant formellement de la combinaison de signes de ponctuation et de caractères spéciaux (ASCII). Ils permettent au scripteur de signifier « l’état d’esprit »36 dans lequel il se trouve lors de l’émission du message en tâchant de reproduire certains traits expressifs de son visage et recréent ainsi une dimension du « face à face » caractéristique de l’interaction non médiatisée.

  • 37  Les commentaires qui accompagnent la présentation des signes sont des traductions des termes reten (...)

63Indiquons quelques-unes des émoticônes les plus connues (dont la lecture suppose d’incliner la tête vers la gauche, respectant en cela l’orientation générale de nos écritures occidentales)37 :

64 :-) (« sourire, joie »)

65Ce sourire (dont le nom anglais de smiley a servi de terme générique) est tellement diffusé que la seule séquence < :-)> est désormais automatiquement convertie en :

66par la plupart des traitements de texte informatiques. Sont aussi apparues des variantes exprimant un sourire plus large < :-))> voire un éclat de rire < :-D>.

67 :-( (« tristesse, colère »)

68Antonyme du précédent, ce signe dispose également d’un mode rapide d’écriture via la séquence < :( > alors transformée en :

69 ;-) (« clin d’œil, mi-joyeux, moqueur »)

70Ce clin d’œil complice permettrait ainsi de désambigüiser un énoncé ironique.

71 :-o (« étonnement, surprise »)

72Ce signe tend ainsi à mimer l’expression d’étonnement d’une personne bouche-bée.

73D’autres émoticônes peuvent chercher à véhiculer des informations relatives à des caractéristiques ou des attributs physiques (comme le port de lunettes < 8-) > d’une personne souriante ; de même, il peut s’agir en d’autres occasions d’inviter à la confidentialité < :-x>, « lèvres cousues » [Rudolph, 1997 : 205]).

74La multiplication de ces signes et de leurs variantes – y compris dans d’autres langues comme le japonais <(^o^)> –, ainsi que le perfectionnement de leur représentation informatique (animée, multimodale) rendrait vaine toute tentative de présentation exhaustive. Il nous importe simplement de rendre compte ici de l’essor d’un système de signes nouveaux, fondés sur une exploration toujours plus approfondie des modes de représentation iconique.

En guise de conclusion

75À l’issue de ce parcours illustré, l’iconicité nous apparaît bien comme un principe actif au cœur de tout système langagier. La ponctuation témoigne bien de cette vitalité qui habite un système linguistique, traversé par des mécanismes de motivation et de re-motivation successifs.

  • 38  Voir J. Anis, « typologie des systèmes d’écriture » (1988 : 11-12).

76Si l’histoire de l’écriture s’est développée à partir d’une abstraction progressive (du dessin-pictogramme à l’idéogramme jusqu’au symbole conventionnel)38, celle de la ponctuation et de ses propositions de « perfectionnement » continuent de témoigner de la fascination exercée par un soubassement pictogrammatique.

77Un examen attentif de la ponctuation révèle l’hétérogénéité constitutive de ses signes et fait apparaître des degrés de motivation variables au sein de divers sous-systèmes (des liens de motivation élémentaires entre le point-virgule < ;> et ses atomes <,> <.> aux cas d’iconicité supérieure de pictogrammes encadrants tels que <( )>, <« »>, par exemple).

78Les tentations de re-motivation des ponctuants – que ce soit par des interprétations concernant l’origine de leur figure, des expériences poétiques de re-sémantisation contextuelle ou encore des propositions de signes nouveaux – témoignent de la prégnance de la représentation d’un système idéal, moins arbitraire, vers lequel semblerait tendre irrémédiablement tout scripteur en quête d’expressivité.

79Il est enfin intéressant de noter que l’impact visuel de la ponctuation est tel que ses signes peuvent à leur tour être convoqués en discours pour servir de référents dans une relation iconique inversée qui donne alors la primauté au signifiant.

80L’ensemble de ces éléments concernant le fonctionnement du système de ponctuation – étudié ici par le prisme de la motivation graphique – permet d’entrevoir l’intérêt d’une analyse qui intègrerait véritablement la ponctuation au système langagier, en lien avec les phénomènes d’iconicité qui traversent les niveaux submorphologique et sublexical.

Haut de page

Bibliographie

Anis J. (avec la collaboration de J.-L. Chiss & C. Puech), 1988, L’écriture : théories et descriptions, Bruxelles, De Boeck/Wesmael.

Anis J., 1998, Texte et ordinateur : L’écriture réinventée ?, Paris/Bruxelles, De Boeck Université.

Anis J., 2002, « Sémiolinguistique de l’écrit : quelques considérations terminologiques », in Anis J., Eskénazi A. et Jeandillou J.-F. (éds), Le Signe et la Lettre. En hommage à Michel Arrivé, Paris, L’Harmattan, 49-62.

Arrivé M., 1988, « Ponctuation : grammaire, énonciation », in Maurand G. (éd.), Langages et signification, Nouvelles Recherches en Grammaire, Colloques d’Albi, Université de Toulouse-Le Mirail, 99-114. [cité par Beguelin]

Beguelin M.-J., 2002, « Clause, période, ou autre ? La phrase graphique et la question des niveaux d’analyse », Verbum : Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ?, 24, 1-2, 85-107.

Castells A., 2001, Diccionario de Internet. Todos los términos utilizados en la RED, Bilbao, Deusto.

Catach N., 1980, « La ponctuation », Langue Française : La ponctuation, 45, 16-27.

Catach N., 1996 [1994], La ponctuation. Histoire et système, Paris, PUF.

Catach N. (dir.), 1988, Pour une théorie de la langue écrite, Paris, CNRS.

Clause L., 2001, « Vers une nouvelle rationalité », Science et Avenir, 647, 79

Dahlet V., 2003, Ponctuation et énonciation, Guyane, Ibis rouge éditions.

Danon-Boileau L., 1993a, « Présentation générale », Faits de langues, 1, 5-8.

Danon-Boileau L., 1993b, « De quelques préjugés relatifs à l’usage des notions de motivation et d’iconicité », Faits de langues, 1, 79-87.

Delbecque N., 2006, Linguistique cognitive. Comprendre comment fonctionne le langage, Bruxelles/Paris, De Boeck.

Demanuelli C., 1987, Points de repère. Approche interlinguistique de la ponctuation français-anglais, Saint-Etienne, CIEREC.

Dubois J. et al., 1994, Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris, Larousse.

Figueras C., 2001, Pragmática de la puntuación, Barcelona, Octaedro/EUB.

Fónagy I., 1980, « Structure sémantique des signes de ponctuation », Bulletin de la société linguistique de Paris, 75, 1, 95-129.

Garí J., 1995, La conversación mural. Ensayo para una lectura del grafiti, Madrid, Fundesco.

Guillaume G., 1964, Langage et science du langage, Paris/Québec, A.-G. Nizet/Presses de l’Université Laval.

Guitteny P., 2004, Échos iconiques. L’interprète français-langue des signes face à l’iconicité, mémoire pour l’obtention DFSSU [non publié], Université Paris 8.

Hjelmslev L., 1971 [1939] : « La structure morphologique », Essais linguistiques, Paris, Minuit, 122-147

Jaffré J.-P., 1991, « La ponctuation du français. Études linguistiques contemporaines », Pratiques,70, 1991, 61-83.

Marsá F., 1986, Diccionario normativo y guía práctica de la lengua española, Barcelona, Ariel.

Martínez de sousa J., 1996, Diccionario de ortografía de la lengua española, Madrid, Paraninfo.

Moles, A. & Rohmer E., 1981, L’image, communication fonctionnelle, Paris, Casterman.

Nève F.-X., 1998, « Une quinzaine de signes de ponctuation en plus ? Réflexions à partir de mon expérience de la langue des signes des sourds », in Defays J.-M., Rosier L., Tilkin F. (dir.), À qui appartient la ponctuation ? Actes du colloque international et interdisciplinaire de Liège (13-15 Mars 1997), Bruxelles, Duculot, « Champs linguistiques », 337-348.

Parkes M.B, 1992, Pause and effect. An introduction to the history of punctuation in the West, Aldershot, Scolar press.

Peirce C.S., 1978, Écrits sur le signe, Paris, Seuil.

Pellat J.-C., 1988, « Indépendance ou interaction de l’écrit et de l’oral ? Recensement critique des définitions du graphème », in Catach N. (éd), Pour une théorie de la langue écrite, 1988, 133-146.

Polo J., 1974, Ortografía y ciencia del lenguaje, Madrid, Paraninfo.

Ponge M., 2007, La Ponctuation. Opposition oralité / scripturalité (domaine hispanique) – Thèse de doctorat de l’Université Bordeaux 3 [2006], Lille, ANRT.

Ponge M., 2011, « Pertinence linguistique de la ponctuation en traduction (français-espagnol) », La Linguistique, 47, 121-136.

Pottier B., 2011 [1992], Sémantique générale, Paris, PUF.

Ratier F., 2003, « De la signification au sens – pour une sémiotique sans ontologie », Texto ! juin-sept. 2003 [en ligne] <http://www.revue-texto.net/Inedits/Rastier/Rastier_Semiotique-ontologie.html> [Dernière consultation le 20/06/2014].

Rey-Debove J., 1997 [1978], Le métalangage, Paris, Armand Colin.

Rudolph M.T., 1997, E-mail. Courrier Internet, Paris, Micro application.

Ruiz E., 1992, Hacia una semiología de la escritura, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez.

Tournier C., 1980, « Histoire des idées sur la ponctuation, des débuts de l’imprimerie à nos jours », Langue française, 45, 28-40.

Toussaint B., 1976, « Idéographie et bande dessinée », Communications, 24, 81-92.

Vedenina L., 1989, Pertinence linguistique de la présentation typographique, Paris, Peeters/Selaf.

Haut de page

Annexe

Bibliographie du corpus / références des illustrations

Baricco A., 1998, Seta, Milan, Rizzoli.

Baricco A., 2001, Soie, Paris, Gallimard.

Bazin H., 1966, Plumons l’oiseau. Divertissement, Paris, Grasset.

Claudel P., 1965, « Idéogrammes occidentaux », Œuvres en prose, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 81-91.

Fetiveau T., s.d., « Andersen », <http://thierryfetiveau.fr/​cms/​index.php?page=andersen> [dernière consultation le 20/06/2014].

Paz O., 1998, « Pasado en Claro », Obra poética, Barcelona, Seix Barral.

Secret J., « Les signes d’intonation », <http://www.janesecret.net/​signes_intonation/​> [dernière consultation le 20/06/2014].

Haut de page

Notes

1  D’après la définition du Robert Historique de la Langue Française, Paris, Robert, 2010.

2  Par ces termes, N. Delbecque (2006) se réfère, quant à elle, au domaine de la morphosyntaxe ; pour diverses mises au point terminologiques sur l’iconicité (2006 : 17, 42).

3  En d’autres termes, l’étude proposée nous renvoie à l’examen du niveau « d’iconicité graphique (présence d’un trait saillant visuel) », selon la distinction proposée par N. d’Asprer et présentée dans l’intéressante synthèse de P. Guitteny sur la notion d’icône (2004 : 15). Pour approfondir la réflexion sur motivation et iconicité, voir L. Danon-Boileau, 1993b.

4  D’après la définition de J. Anis (1988 : 246) : « signe graphique dont la forme procéderait par imitation plus ou moins directe de la réalité extra-linguistique qu’il représente, avec une part variable de figuration et de symbolisme ».

5 Seront rappelées ici les caractéristiques essentielles de ces signes – ce questionnement ayant donné lieu à des développements dans des travaux antérieurs (Ponge, 2007 et 2011).

6  N. Catach indique s’inspirer de la terminologie de L. Hjelmslev, en désignant par plérème un « signe ‘plein’ […] possédant à lui seul un signifiant et un signifié ». Voir la notion de plérématème chez L. Hjelmslev (1971 [1939] : 143). L’apport théorique essentiel du linguiste danois au développement d’une linguistique de l’écrit est aussi commenté par Pellat (1988 : 136-137) – rappelant que les plérématèmes sont des « éléments ‘pleins’, unités de contenu ».

7  « Topogramme : graphème ponctuo-typographique, qui contribue à la production de sens, en tant qu’organisateur de la séquentialité et indicateur syntagmatique et énonciatif » (Anis, 1988 : 246).

8  « Logogramme : [3*] graphème unique correspondant à une unité significative (ex. &, $) ou groupement tendant à un fonctionnement synthétique (sigles, logos) » (Anis, 1988 : 265).

9  Cf. citation complète : « Les grammairiens caractérisent généralement la fonction de ces signes par des phrases du type “il indique que l’on doit…” ; c’est-à-dire qu’ils les considèrent comme des signaux, plutôt que comme des symboles. » (Rey-Debove, 1997 : 46-47).

10  Voir C.S. Peirce (1978 : 144 ) : « L’indice n’affirme rien ; il dit seulement : “ Là ”. Il se saisit pour ainsi dire de vos yeux et les force à regarder un objet particulier et c’est tout ». On se reportera aussi à Pottier (2011 [1992] : 29-30) qui reprend la distinction icône / indice / symbole de Peirce en associant à la présentation de ces signes des mécanismes dominants de type ortho-, méta-, péri- : l’icône qui « reproduit l’essentiel de l’ensemble de l’objet (réél ou imaginaire) » correspondrait en linguistique au niveau ortho- (cf. orthonyme) ; l’indice qui « met sur la voie du désigné », au niveau méta- (cf. métaphore) ; le symbole reposant sur une « association généralement culturalisée », au niveau péri- (cf. périphrase).

11  « Full stop » est d’ailleurs une des dénominations que reçoit le point en anglais.

12  Traduction de la citation originelle : « Visualmente, este signo exige al lector que se detenga un momento para registrar en la memoria la información transmitida en el párrafo que se cierra, antes de abordar la interpretación del párrafo siguiente. El punto y aparte indica al lector que debe efectuar un stop en el proceso de lectura ». L’ensemble des citations extraites d’ouvrages en espagnol feront l’objet d’une traduction.

13  Les bases de ces propositions de classement, qui prennent appui sur nos lectures des travaux de N. Catach et J. Anis, ont été développées dans notre thèse de doctorat (Ponge, 2007).

14  Citation originelle : « [...] con el tiempo la Q se estilizó y la o se convirtió en el punto actual » (Martínez de Sousa, 1996 : 193). Cette hypothèse aurait été formulée pour la première fois par le Hollandais Willem Bilderdijk (1756-1831), selon C. Demanuelli (1987 : 73, note 37).

15  N. Catach (1996 : 63) et p. 28 : « Le point d’exclamation (appelé par les Italiens afetuoso) nous est venu […] de l’invention de Coluccio Salutati [1330-1406] et de ses amis ».

16  « [...] con el tiempo la o colocada encima y debajo de la I vino a convertirse en el punto actual, y la letra se estilizó hasta adquerir su figura hodierna ». Voir aussi C. Demanuelli (1987 : 73, note 34).

17  En accord avec le fait que l’iconicité « soutient l’intention signifiante » (Danon-Boileau, 1993a : 5).

18 Le percontativus était l’appellation donnée au signe servant à distinguer les interrogations rhétoriques ou « totales » des interrogations « partielles ». D’après N. Catach (1996 : 21, note 1) : « […] une sorte de point d’interrogation retourné pour le percontativus, qui a inspiré les deux signes inverses de l’espagnol ». 

Rappelons que la langue espagnole dispose depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle de la spécificité d’un marquage double ; dans un premier traité en 1741, la Real Academia Española avait formulé le projet d’établir des règles générales en matière d’orthographe et la ponctuation de l’interrogation y avait été évoquée comme une perspective de réflexion – avant d’être prise en compte et résolue dans la deuxième édition de son Ortografía de 1754 (Parkes, 1992 : 56-57).

19  L’auteure se réfère certainement ici à Jaffré (1991 : 68) qui présente des éléments de l’approche d’Arrivé (1988) – à qui l’on doit les termes de « phrasoïdes » et « d’idéogrammes phrastiques ».

20  Mentionnés ainsi par J. Polo (1974 : 441).

21  Ibid. « [...] a través de su forma, denotan simbólicamente su función continente» ; « [...] configura un ambiente curvilíneo que, quizá, evoca el seno materno ».

22  D’après la présentation suivante : http://lema.rae.es/dpd/?key=comillas.

23  Les signes de ponctuation auraient ainsi des degrés d’iconicité variables, nous renvoyant à une « échelle d’iconicité » sous-jacente, telle que celle imaginée par A. Moles (1981) – et commentée Guitteny (2004 : 16). Moles (1981 : 100-101) visait à décrire les « opérations du schématisme », c’est-à-dire le processus d’abstraction progressive depuis « l’iconicité totale » de l’objet lui-même jusqu’à « l’iconicité nulle » du mot ; il avait ainsi dégagé 12 « classes ».

24  « [...] dejar de ser un elemento tipográfico y pasar a ser una imagen ».

25  Les éléments d’illustration appartiennent à notre corpus de thèse de doctorat (Ponge, 2007). Droits de reproduction réservés.

26  Eléments de contextualisation supplémentaires : le support publicitaire dont nous disposons, constitué de plusieurs pages, s’ouvre par deux signes d’interrogation (suffisamment espacés pour laisser la possibilité à tout un chacun d’insérer à la place de ce blanc typographique la question qui lui vient à l’esprit). Signes emblématiques du questionnement, ce sont eux qui servaient à annoncer le concours lancé en 2002 par la marque pour l’élaboration de futures publicités dans le cadre de sa campagne « sin duda ». Les pages intérieures (doubles et repliées sur elles-mêmes à la manière d’un poster détachable) reprennent des exemples d’affiches parues jusqu’alors, toutes élaborées selon le même modèle : une image + un texte entouré de points d’interrogation présentant une alternative entre deux termes (via l’emploi de la conjonction de coordination disjonctive « o ») et, dans le coin inférieur droit, l’étiquette Cutty Sark accompagnée au-dessous du texte « sin duda » (comme indiqué précédemment). Les thèmes évoqués sont résolument provocateurs (le concours le rappelle : « Que den que hablar. Que creen debate entre todos aquellos que las vean ») ; ainsi, dans les exemples, l’image d’un fouet est accompagnée du texte « ¿dolor o placer ? », celle d’une feuille de cannabis de « ¿prohibición o legalización ? », par exemple.

27  L’année n’apparaît pas dans le document dont nous disposons et aucune image correspondante n’a pu être retrouvée via internet pour préciser cet élément (la date est, en tous les cas, antérieure à 2005).

28  Cette caractéristique a bien sûr été conservée dans la traduction française Soie : « ¿Dauphin, señor ? » (2001 : 43).

29  On peut lire en ouverture une remarque qui éclaire sa démarche : « J’ai été amené à me demander si dans notre écriture occidentale il n’y aurait pas moyen de retrouver également une certaine représentation des objets qu’elle signifie […] » (Claudel, 1965 : 81-82).

30  Toujours selon la définition supra de J. Anis (1988 : 246) : « Pictogramme : signe graphique dont la forme procéderait par imitation plus ou moins directe de la réalité extra-linguistique qu’il représente, avec une part variable de figuration et de symbolisme ».

31  « A peine dessinée, / sorte de virgule horizontale ( ) / entre le ciel et la terre,/ une pirogue solitaire », O. Paz (1998 : 645). Nous remercions Frédéric Bravo de nous avoir fait part de cette singulière occurrence ponctuationnelle.

32  Nous reprenons ici le terme de J. Secret.

33  La figure d’illustration des caractères (avec les éléments de présentation en français) est issue de la page web de l’auteur, telle qu’elle se présentait encore le 20-06-2014.

34 Selon M.T. Rudolph (1997 : 205), par exemple.

35  D’après les termes recensés notamment par J. Anis, lorsqu’il traite des « éléments sémasiographiques » (2003 : 58).

36  Nous soulignons la présence de cette expression dans les extraits suivants : « […] ces petits dessins, les smileys (ou emoticons), censés symboliser un état d’esprit à partir de deux ou trois caractères spéciaux et signes de ponctuation » – d’après L. Clause (2001 : 79). Ce même terme apparaît également dans la définition d’emoticon donnée par A. Castells (2001) : « expression des émotions ou états d’âme (humeurs) d’un usager d’internet » (« expresión de las emociones o estados de ánimo de un usuario de Internet [...] ») [c’est nous qui soulignons].

37  Les commentaires qui accompagnent la présentation des signes sont des traductions des termes retenus dans le dictionnaire espagnol d’A. Castells (2001) – consulté à l’entrée emoticon : « sonrisa, alegría », « tristeza, enfado », « un guiño, medio alegre, bromeando », « asombro, sorpresa ».

38  Voir J. Anis, « typologie des systèmes d’écriture » (1988 : 11-12).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Le doute renforcé – Publicité Cutty Sark
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-1.png
Fichier image/png, 307k
Légende L’hispanité – Festival de théâtre Bayonne/Biarritz
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Redoublement expressif – “¡No te lo pienses dos veces !”
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Iconicité renversée – Publicité Tropicana
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-5.png
Fichier image/png, 469k
Légende L’interrobang ou exclarrogatif
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Les points d’intonation de H. Bazin (1966 : 142)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-7.png
Fichier image/png, 373k
Légende Le point de folie – J. Secret
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-8.png
Fichier image/png, 2,3k
Légende Les points de rêverie – J. Secret
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-9.png
Fichier image/png, 4,5k
Légende Les caractères Andersen – T. Fetiveau
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-10.png
Fichier image/png, 16k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Ponge, « La ponctuation : lieu de (re)motivation iconique »Cahiers de praxématique [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4002

Haut de page

Auteur

Myriam Ponge

LER (EA 4385) Université Paris 8 / Vincennes – Saint-Denis
mponge@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals