Navigation – Plan du site

La grammaticalisation de la construction passive en se faire

Christel Le Bellec

Résumé

Ce travail a pour objectif d’examiner la grammaticalisation de la construction passive en se faire ainsi que la période d’apparition de celle-ci. Nous exposerons également les raisons aspectuelles et syntaxiques du succès de se faire et rapprocherons celle-ci de la construction à objet prépositionnel de l’espagnol qui lui est fonctionnellement équivalente.

The goal of this paper is to examine the grammaticalisation of the se faire passive construction in French, as well as its initial occurrences. We will put forward certain aspectual as well as syntactic factors that lie behind its popularity and will make certain connections with the prepositional object construction in Spanish, which is functionally equivalent to the French one.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La construction en se faire a fait l’objet de nombreux travaux, en raison notamment de la complexité des interprétations qu’elle peut recevoir et de la difficulté à cerner ces différentes interprétations, essentiellement causative et passive.

2Nous nous intéresserons, dans le cadre de ce travail, à l’interprétation passive de se faire (en première partie), puis nous décrirons le processus de grammaticalisation qu’a subi le passif en se faire, ainsi que la période d’apparition de cette construction (en seconde partie). Nous exposerons les raisons du succès de la construction en se faire à valeur passive (troisième partie) et allèguerons notamment des raisons aspectuelles (section 3.1) ainsi que des raisons syntaxiques (section 3.2), qui font de cette construction une construction complémentaire du passif canonique (du point de vue aspectuel) mais également supplétive du passif (du point de vue syntaxique). Nous verrons également pourquoi cette construction n’a pas vu le jour en espagnol, ce qui nous amènera à explorer une construction fonctionnellement équivalente : la construction active à objet prépositionnel avec reprise pronominale (quatrième partie).

1. Différentes valeurs de la construction en se faire

3Dans un premier temps, nous distinguons les différentes valeurs de la construction en se faire, afin de cerner notre objet d’étude, puisque nous ne nous intéresserons ici qu’aux valeurs passives de se faire.

4Ainsi, nous identifions trois constructions en se faire distinctes, que nous présenterons tout à tour :

  • la construction causative réflexive ;

  • la construction causative-passive supplétive du passif canonique ;

  • la construction passive concurrente du passif canonique.

1.1 La construction causative réflexive

5Cette construction associe les valeurs de la causation et de la réflexivité, par exemple :

[1] Je me fais bronzer

[2] Il s’est fait opérer

6Le sujet s’interprète non seulement comme le causateur, c’est-à-dire l’instigateur du procès représenté par le verbe à l’infinitif, dans la mesure où il crée les conditions pour que l’événement ait lieu, mais en même temps, il est le patient du verbe à l’infinitif dans la mesure où il subit l’action de ce verbe, grâce à la particule réflexive, qui fait que l’action du verbe à l’infinitif se retourne sur le référent du sujet.

7Les verbes qui entrent dans cette construction sont soit des verbes à l’infinitif intransitifs (comme : rire, souffrir, maigrir, etc.) pour lesquels l’interprétation causative est la seule possible (le passif n’étant pas possible pour les verbes intransitifs), soit des verbes transitifs pour lesquels il peut y avoir ambiguïté entre une lecture causative réfléchie et une lecture passive, en effet :

[3]
a. Il s’est fait conduire à la gare par un taxi pour être sûr d’arriver à l’heure
b. Il s’est fait conduire de force au commissariat

Dans la première phrase, le référent du sujet est l’instigateur de l’action ( = il a fait en sorte qu’un taxi le conduise à la gare), alors que ce même verbe peut donner lieu à une interprétation passive ( = on l’a conduit de force au commissariat).

1.2 La construction causative-passive supplétive du passif

8La construction transitive comme en (4a) est supplétive par rapport au passif canonique qui n’existe pas en français pour les verbes doublement transitifs (4b) :

[4]
a. Je me suis fait couper les cheveux
b. *J’ai été coupé les cheveux.

9Cette construction pallie l’impossibilité pour le passif canonique de topicaliser un argument datif. Le sujet de la construction est non seulement le causateur (l’instigateur du procès) mais aussi le destinataire puisqu’il correspond dans la construction active à un objet indirect :

[5]
a. On m’a coupé les cheveux
b. On lui a coupé les cheveux

10On trouve aussi l’interprétation exclusivement passive comme dans :

[6] Elle s’est fait voler tous ses bijoux.

111.3 La construction passive concurrente du passif canonique

12À la différence de la première interprétation, dans celle-ci (7a), le sujet porte uniquement le rôle de patient, en aucun cas, il ne peut être interprété comme agentif, la particule réflexive ne joue plus son rôle, elle est transparente sémantiquement et le verbe faire perd son sens causatif. En effet, on ne peut remplacer le pronom réflexif par un pronom d’une autre personne (ex. 7b) :

[7]
a. Je me suis fait agresser
b. ?On m’a fait agresser
c. J’ai été agressé

13À la différence de la seconde qui remplace le passif en être, celle-ci est équivalente au passif canonique et entre donc en concurrence avec ce dernier (7c).

2. La grammaticalisation de se faire + infinitif

2.1 La réanalyse de se faire

14D’après Kurylowicz (1965), la grammaticalisation implique le passage d’une catégorie lexicale à une catégorie grammaticale, ou d’une catégorie déjà grammaticale à une unité plus grammaticale. Si l’on part de la construction causative réfléchie, comme : Il s’est fait rire en s’apercevant dans le miroir, on passe d’un sens plus ou moins concret dans la mesure où l’on a affaire à deux éléments grammaticaux distincts portés par la particule réflexive et le verbe causatif (la réflexivité et la causation) à un sens plus abstrait (la passivation) dans la mesure où l’on a affaire à un seul élément grammatical représenté par l’ensemble se faire, comme dans : Il s’est fait poignarder en plein jour (Le Bellec, 2013).

15Le semi-auxiliaire se faire passif serait le résultat d’un processus de grammaticalisation ; plus spécifiquement, il serait le fruit d’une réanalyse, c’est-à-dire d’une modification de sa structure sous-jacente sans changement de sa structure de surface (selon la définition de Langacker, 1977 : 58). Cette réanalyse implique deux changements majeurs : d’une part, au niveau syntaxique, il y a resegmentation des éléments constitutifs du semi-auxiliaire, qui consiste en la fusion des deux opérateurs (le verbe faire et la particule réflexive) :

[8] [se] [faire] > [se faire]

16D’autre part, au niveau sémantique, il y a réinterprétation du semi-auxiliaire qui passe de la causation réflexive à la passivation : se réflexif + faire causatif > se faire passif.

17Cette réanalyse génère une ambiguïté entre la forme causative toujours vivante et la forme passive, dans la mesure où les deux interprétations cohabitent dans la langue, comme dans la paire d’exemples suivants :

[9]
a. Elle s’est fait remarquer par tout le monde malgré sa grande discrétion

b. Elle s’est fait remarquer exprès pour faire honte à ses amis.

18Les raisons qui font que la construction en se faire aurait dérivé vers une telle fonction sont doubles : la première est d’ordre sémantico-syntaxique et la seconde d’ordre expressif. En effet, la construction causative, comme : Elle se fait ramener par un taxi, outre le sens causatif qu’elle comporte ( = elle fait en sorte qu’un taxi la ramène), présente également un sens passif intrinsèque à la construction car la particule réflexive transmet le rôle de Patient au sujet de la construction ( = elle est ramenée par un taxi) en plus de son rôle de Causateur. Par la suite, le sens de la construction aurait dérivé vers des situations sans Causateur, comme Elle s’est fait attaquer par un chien à côté de Elle a été attaquée par un chien, où le sujet n’a plus que le rôle de Patient, entrant donc en concurrence avec le passif canonique.

19De plus, l’utilisation de la construction en se faire, pour des emplois passifs, s’explique par le besoin d’expressivité (Meillet, 1912 ; Frei, 1929) ou encore le besoin d’« extravagance » (Haspelmath, 1999), qui consiste pour le locuteur à se faire remarquer, à attirer l’attention de l’interlocuteur sur sa façon de parler, donc à dire les choses de façon plus originale, plus frappante. La construction passive canonique se serait avérée trop neutre pour exprimer certaines situations à sens passif, ce qui l’aurait conduite à être substituée par le passif en se faire, plus « expressif ». En effet, les verbes pris au sens figuré sont plus naturels dans la construction en se faire que dans la passive canonique. L’utilisation de la construction en se faire est alors privilégiée pour dire les choses de façon plus originale et métaphorique, comme dans : Il s’est fait rouler par son patron au lieu de : Il a été roulé par son patron (cette dernière pouvant donner lieu à deux interprétations : l’une au sens propre et l’autre au sens figuré) (Le Bellec, 2013).

2.2 Se faire passif : une construction moderne

20Entre le 13e et le 16e siècle, on trouve des occurrences de la construction en se faire d’interprétation passive de façon sporadique :

[10] Lors me fist espier la ou je me dormoye et me fist prendre et mectre en prison (Anonyme, La suite du Roman de Merlin, 1235-1240, p. 528)

[11] Un cheval encloué ou defferé par les chemins, ou qui se fait picquer à tous les pas (Des Périers Bonaventure, Nouvelles récréations et joyeux devis, 1558, p. 253)

  • 1 Cette hypothèse va à l’encontre de celle proposée par Raineri (2010) qui avance que le passif en se (...)

21À partir du 17e siècle, le nombre d’emplois de la construction passive en se faire va progressivement augmenter. Mais c’est surtout au 19e siècle qu’elle prend son essor pour voir, à partir du milieu du 20e siècle, une explosion du nombre de ses emplois et une prolifération de la diversité des verbes employés dans celle-ci1.

  • 2  La recherche en corpus a été effectuée à partir de la base de données Frantext.

22Voici un tableau présentant quelques-uns des verbes les plus fréquents rencontrés dans cette construction, avec le nombre d’occurrences relevées avant et après le 20e siècle, car ce dernier constitue vraisemblablement un siècle charnière (nous spécifions également l’année où apparaît cette construction dans notre corpus)2 :

Verbes dans se faire passif

année d’apparition (avant 1900)

nombre d’occ.

année d’apparition (après 1900)

nombre d’occ.

Se faire voler

1807

3

1936

28

Se faire renvoyer

1627

6

1936

14

Se faire attraper

1843

3

1910

17

Se faire arrêter

1679

13

1900

24

Se faire condamner

1671

6

1900

8

Se faire distinguer

1691

13

1900

2

Se faire gronder

1855

5

1926

23

Se faire siffler

1615

10

1975

5

Se faire insulter

1789

2

1932

10

Se faire agresser

1500

1

1993

5

Se faire enlever

1682

16

1900

8

Se faire renverser

1859

4

1983

4

Se faire piquer

1797

3

1900

30

Se faire mordre

1636

4

1926

17

Se faire piétiner

1890

2

1939

11

Se faire assassiner

1832

6

1908

11

Se faire égorger

1662

9

1927

18

Se faire écraser

1800

19

1900

89

Se faire massacrer

1770

18

1908

27

Se faire pendre

1694

29

1900

29

Se faire fusiller

1835

5

1909

26

Se faire lapider

1623

14

1912

5

Se faire brûler

1710

6

1918

6

Se faire écharper

1766

5

1918

19

Total

202

436

Tableau n° 1 : Liste des constructions usuelles en se faire (par apparition diachronique)

23À partir du milieu du 20e siècle, on voit apparaître un grand nombre de verbes pris au sens figuré ou relevant d’un registre populaire, dont le nombre d’occurrences est parfois très élevé pour certains d’entre eux. Voici un tableau donnant un aperçu du phénomène :

Verbes dans se faire passif

Année d’apparition

Nombre d’occurrences

Se faire virer

1987

14

Se faire larguer

1900

3

Se faire repérer

1936

30

Se faire serrer

1900

5

Se faire avoir

1950

18

Se faire arnaquer

1976

5

Se faire piéger

1972

10

Se faire rouler

1935

14

Se faire houspiller

1972

6

Se faire engueuler

1929

68

Se faire incendier

1937

6

Se faire étendre

1936

11

Se faire tabasser

1969

6

Se faire violer

1949

19

Se faire zigouiller

1915

4

Total

219

Tableau n° 2 : Liste des constructions en se faire, populaires ou prises au sens figuré (au XXe s.)

24D’après Marchello-Nizia (2006) : on voit qu’une forme se grammaticalise lorsque ses emplois augmentent : « les emplois augmentent lentement d’abord, gagnant un contexte puis un autre, dans un second temps, la fréquence augmente rapidement et en tous contextes, avant de ralentir ». On voit, à travers nos tableaux que les emplois de se faire passif sont en augmentation progressive entre le 17e et le 20e siècle, puis à partir du milieu du 20e siècle, avec les emplois figurés de certains verbes et l’utilisation de verbes plus modernes, on assiste à une explosion des emplois de se faire, ce qui en fait une construction très moderne.

3. Les raisons du succès de se faire

3.1 L’aspect de se faire + infinitif

25La construction passive en se faire n’est pas toujours échangeable avec la construction passive canonique. En effet, certaines phrases comportant se faire sont plus naturelles que leur contrepartie avec le passif en être :

[12]
a. Elle vient de se faire quitter par son mari

b. ?Elle vient d’être quittée par son mari

26On sait que la construction passive en être implique un changement d’aspect par rapport à son homologue actif pour certains verbes (notamment ceux qui indiquent un procès télique). Cette modification aspectuelle consiste pour le passif à décrire un état résultant du procès (ex. 13b) alors que son homologue actif décrit le procès en cours de réalisation (ex. 13a) (Carlier, 2002 ; Helland, 2002 ; Muller, 2000) :

[13]
a. Le sommelier sert le vin

b. Le vin est servi

27La différence aspectuelle que l’on observe entre les deux constructions passives s’explique notamment par le fait que l’une a recours au participe passé pour se former (ex : Le vin est servi), tandis que l’autre a recours à l’infinitif (ex : Elle s’est fait quitter par son mari) ; le participe passé étant un marqueur de l’accompli (Carlier, 2002 : 45) et l’infinitif un marqueur de l’inaccompli.

28La présence de différents éléments liés à l’aspect de la construction contraignent l’apparition de se faire passif face au passif en être :

  • la périphrase temporelle du futur (proche) (aller + infinitif) (cf. ex. 14) ou du passé proche (venir de + infinitif) (cf. ex. 12) ;

  • les périphrases aspectuelles exprimant les différentes phases du procès (commencer à, être en train de, finir de, etc.) ;

29après les verbes de perception qui impliquent un procès duratif (voir, entendre, regarder, etc.)

30Ainsi, le passif canonique a tendance à présenter l’état résultant, tandis que la construction en se faire permet de décrire non seulement l’entrée dans le procès mais aussi son déroulement (Spang-Hansen : 1967, Novakova : 2008). En effet, le procès est présenté comme inaccompli ou en cours de déroulement :

[14]
a. Si tu n’es pas prudent tu vas te faire renverser par une voiture

b. ?Si tu n’es pas prudent tu vas être renversé par une voiture

31Il y a ainsi une complémentarité aspectuelle entre le passif en se faire et le passif en être. Puisqu’en effet, la construction passive en se faire d’aspect inaccompli permet, sous certaines conditions, de pallier les restrictions du passif canonique lorsque celui-ci ne peut évoquer l’idée d’un processus, notamment lorsqu’il marque l’état résultant.

3.2 La malléabilité syntaxique de se faire

32La construction en se faire d’interprétation passive, peut, comme on l’a vu, se construire avec un verbe doublement transitif et former ainsi une construction permettant de topicaliser l’objet indirect, construction impossible pour le passif en être :

[15]
a. Il venait de se faire mordre la jambe par un serpent à sonnettes
(Djian, P. 37.2 le matin, 1985, p. 137)
b. *il venait d’être mordu la jambe
[16]a. Les précautions à prendre pour éviter de se faire voler ses chaussures.
(Simon, C., L’acacia, 1989, p. 180)
b. *pour éviter d’être volé ses chaussures

33Même si elle manifeste une certaine ambiguïté pour certaines phrases (ex. 17) où l’on peut envisager le référent du sujet comme l’instigateur du procès ou bien comme entièrement victime d’un dentiste crapuleux, elle n’en constitue pas moins, pour les raisons mentionnées antérieurement, un vrai palliatif au passif en être :

[17] Elle s’est fait arracher une dent par un dentiste crapuleux

4. La construction à objet prépositionnel de l’espagnol

  • 3  Nous excluons ici le passif pronominal de l’espagnol.

34Cette répartition des valeurs aspectuelles entre les deux passifs du français (le passif canonique en être suivi du participe passé et le passif en se faire) est parallèle à l’existence en espagnol de deux sortes de passif qui sont complémentaires3 : à savoir le passif en ser (suivi du participe passé) qui a une valeur aspectuelle comparable à celle du passif en se faire et celui en estar qui a une valeur aspectuelle résultative ou stative, donc plus proche du passif canonique français en être.

35Mais encore, en espagnol, ces deux passifs, quand ils équivalent à être, permettent de distinguer entre le passif processif (au moyen de ser) et le passif adjectival (ou passif statif-résultatif) à valeur accomplie (au moyen de estar), par exemple :

[18]
a. La puerta es cerrada (por el portero) (passif processif) (Muller, 2000)
‘La porte est fermée (par le concierge)’
b. La puerta está cerrada (con llave) (passif résultatif) (ibid.)
‘La porte est fermée (à clef)’

36Le premier exemple est une phrase au passif qui décrit un processus en cours de déroulement, tandis que la seconde décrit un état résultant.

37Néanmoins, en espagnol, la tendance est à l’évitement de l’emploi d’une construction passive canonique. En effet, selon Quesada (1997), la passive canonique est peu usitée en espagnol et sa fonction est réalisée par des constructions alternatives plus productives, comme la construction active à objet prépositionnel avec reprise pronominale de l’objet topicalisé à gauche, là où la passive canonique est moins naturelle, comme on peut le voir à travers les exemples suivants (en réponse à la question : ¿Qué le pasó al vecino ? : ‘Qu’est-ce qu’il lui est arrivé au voisin ?’/’Qu’est-il arrivé au voisin ?’) :

[19]
(Al vecino) lo atropelló un camión
‘Le voisin, un camion l’a renversé’
[20] (El vecino) fue atropellado por un camión
‘Le voisin/il a été renversé par un camion

  • 4  C’est-à-dire l’emploi du clitique datif le au lieu de l’accusatif lo.

38Rappelons ici les propriétés de cet objet prépositionnel (Pensado, 1995) : il peut généralement devenir sujet au passif, ce qui le distingue de l’objet indirect et il est pronominalisable en lo, la (marque du cas accusatif) et non en le (marque du cas datif ; sauf en cas de leísmo4).

39Son emploi est généralement lié :

  • au caractère animé du référent (ce qui n’exclut pas les cas d’utilisation métaphorique d’inanimés, par ex. : temo al agua ‘j’ai peur de l’eau’ ou ‘l’eau me fait peur’) ;

  • à la détermination du SN (ex : tiene a su mujer enferma ‘il a sa femme qui est malade’ vs tiene una mujer muy inteligente ‘il a une femme très intelligente’) ;

  • au caractère spécifique du référent

40Ces points rapprochent la construction à objet prépositionnel de la construction passive en se faire dans la mesure où se faire s’est spécialisé dans la topicalisation d’arguments animés. En effet, l’exemple (21a) par opposition à (21b) contient un argument inanimé impossible avec se faire (sauf dans les cas de personnification) :

[21]
a. Le facteur s’est fait mordre par un chien
b. *Le colis s’est fait livrer par le transporteur

41D’après Pensado (1995 : 210), l’abandon ou le peu de succès de la construction passive canonique en espagnol est dû au succès de la construction à objet prépositionnel et ce pour plusieurs raisons.

42Tout d’abord, cet objet prépositionnel présente de nombreuses caractéristiques qui l’assimilent à l’argument le plus topical. Comme l’indique Kliffer (1995), l’utilisation d’une préposition permet une plus grande indépendance entre le complément et le verbe, ce qui fait que l’objet est séparé du verbe et peut alors aisément apparaître en position préverbale afin de restructurer l’énoncé en topique-commentaire, avec l’aide de la réduplication pronominale, qui permet de le topicaliser.

43Ce complément indiquerait donc un changement de topique, ou qu’un élément autre que le sujet serait plus topical que ce dernier. Ceci éviterait de recourir à une diathèse passive, comme en français.

44De plus, ce type de construction a l’avantage de permettre également de topicaliser un objet indirect, ce que la passive canonique ne peut faire, comme :

[22]
a. A Juan, ya le escribí
‘À Juan, je lui ai déjà écrit’
b. *Juan ya fue escrito por mí
‘*Juan a déjà été écrit par moi’

45Cette construction n’a pas les inconvénients du passif canonique, à savoir la restriction à l’expression de l’aspect résultatif avec certains verbes et la restriction aux verbes transitifs directs puisque c’est une structure active (donc apte à présenter le procès en cours de déroulement), on comprend alors pourquoi elle est si productive en espagnol et c’est pourquoi l’équivalent de la construction passive en se faire n’a nul besoin d’exister dans cette langue.

Conclusion

46Nous avons vu que la construction passive en se faire s’est grammaticalisée et qu’elle a subi, plus précisément, une réanalyse. Nous avons également pu dater l’apparition de cette construction vers le milieu du 20e siècle, ce qui fait d’elle une construction moderne.

47Cette construction concurrence le passif en être dans la mesure où elle pallie les restrictions aspectuelles du passif, puisqu’elle est utilisée notamment pour décrire des procès en cours de déroulement, et elle remplace le passif canonique lorsque ce dernier ne peut topicaliser un argument datif ; ces deux propriétés expliquent son succès.

48L’on voit, à travers le rapprochement entre le français et l’espagnol, comment des fonctions pragmatico-sémantiques similaires peuvent recevoir différentes configurations morphosyntaxiques, selon les propriétés spécifiques de ces langues.

Haut de page

Bibliographie

L’espagnol, pour sa part, a tendance à utiliser, pour les mêmes fonctions communicatives, la construction très productive à objet prépositionnel avec réduplication pronominale, qui, outre sa diathèse active, a de nombreux points communs avec la construction passive en se faire du point de vue communicatif (topicalisation d’arguments animés, aspect processif, topicalisation d’arguments datifs).

Carlier A., 2002, « Les propriétés aspectuelles du passif. », in Lagae V. et alii (éd.), 41-63.

Frei H., 2011, La grammaire des fautes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Haspelmath M., 1999, « Why is grammaticalization irreversible ? », Linguistics 37.6, 1043-1068.

Helland H. H., 2002, Le passif périphrastique en français moderne, Copenhague, Museum Tusculanum Press.

Kliffer M. D., 1995, « El ‘a’ personal, la kínesis y la individuación. », in Pensado C. (éd.), El Complemento directo preposicional, Madrid, Visor, 93-111.

Kupferman L., 1995, « La construction passive en se faire ». Journal of French Language Studies 5, 57-83.

Kurylowicz J., 1965, « The evolution of grammatical categories. », in Esquisses linguistiques, Munich, Fink, 38-54.

Laca B., 1995, « Sobre el uso del acusativo preposicional en español », in Pensado C. (éd.), El Complemento directo preposicional, Madrid, Visor, 61-91.

Lagae V., Carlier A. & Benninger O. (éds), 2002, Temps et aspect : de la grammaire au lexique, Cahiers Chronos 10, Amsterdam, New York, Rodopi.

Langacker R., 1977, « Syntactic Reanalysis. », in Li C. (éd), Mechanisms of Syntactic Change, Austin, University of Texas Press, 57-139.

Le Bellec C., 2014, « La construction passive en se faire : une forme concurrente et complémentaire du passif canonique. », in Journal of French Language Studies, 24 : 203-222.

Meillet A., 1912, « L’évolution des formes grammaticales. », in : Meillet A, Linguistique historique et linguistique générale [t. 1], Paris, Champion, 130-148.

Muller C., 2000, « Le passif processif et ses concurrents : définition et quelques particularités. », in Schøsler L. (éd.), Le passif : Actes du colloque international, Institut d’Etudes Romanes, Université de Copenhague, du 5 Aau 7 mars 1998, 49-69.

Novakova I., 2008, « La construction se faire + Vinf : analyse fonctionnelle. », in Représentations du sens linguistique IV, Helsinki, Finlande, 107-120.

Pensado C., 1995, « La creación del complemento directo preposicional y la flexión de los pronombres personales en las lenguas románicas. », in Pensado C. (éd.), El Complemento directo preposicional, Madrid, Visor, 179-233.

Quesada J.D., 1997, « Obituary : Adios to passive in Spanish », La linguistique 33, 1, 41-62.

Raineri S., 2010, Analyse contrastive français-anglais du passif dans une perspective constructionnelle : Sens et fonction de BE Ven, ÊTRE Vé, GET Ven et SE FAIRE Ver, Thèse de doctorat, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Spang-Hanssen E., 1967, « Quelques périphrases passives du français moderne. », in Actes du 14ème Congrès des Romanistes Scandinaves dédiés à Holger Sten. Revue Romane, n° spécial 1, Copenhague, Akademisk Forlag, 139-147.

Haut de page

Notes

1 Cette hypothèse va à l’encontre de celle proposée par Raineri (2010) qui avance que le passif en se faire se serait développé dès la naissance de la construction causative et que la construction atteindrait son apogée au 17e siècle pour décliner au 20e siècle. L’explication d’une telle hypothèse proviendrait du type d’occurrences de se faire qui apparaît dans l’étude. Elles sont en effet constituées pour l’essentiel de constructions en se faire avec sujet inanimé et contenant un verbe à l’infinitif de perception du type : Un bruit se fait entendre au loin. Ces constructions ne sont pas du même type que celles que nous étudions, dans la mesure où elles concernent des sujets animés et manifestent des propriétés sémantico-syntaxiques différentes, comme la possibilité d’avoir un complément d’agent : Jean s’est fait agresser par un ivrogne vs *Un bruit se fit entendre par les voisins. Si l’on exclut cette dernière construction, qui est majoritaire au 17e siècle et tend à diminuer par la suite, nous devrions arriver à des résultats similaires à ceux que nous présentons dans cette étude.

2  La recherche en corpus a été effectuée à partir de la base de données Frantext.

3  Nous excluons ici le passif pronominal de l’espagnol.

4  C’est-à-dire l’emploi du clitique datif le au lieu de l’accusatif lo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christel Le Bellec, « La grammaticalisation de la construction passive en se faire », Cahiers de praxématique [En ligne], 65 | 2015, mis en ligne le , consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4135

Haut de page

Auteur

Christel Le Bellec

Praxiling UMR 5267 CNRS & Université Paul-Valéry Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals