Navigation – Plan du site

AccueilNuméros65Sur les lectures itératives et no...

Sur les lectures itératives et non itératives du « Pretérito Perfeito Composto » en portugais européen

On iterative or non iterative readings of the "Pretérito Perfeito Composto" in European Portuguese
Fátima Oliveira, António Leal et Fátima Silva

Résumés

Contrairement à ce qui se passe dans les autres langues romanes, le pretérito perfeito composto (PPC) en portugais européen (PE) a généralement une lecture itérative lorsqu’il est combiné avec des événements. Dans cet article, nous montrons quelles sont les conditions et les restrictions sur cette lecture, en tenant compte des possibilités de son occurrence avec des expressions quantificationnelles. Enfin, nous proposons que le PPC en PE dénote une seule éventualité, de type groupal, formée par l’itération d’éventualités de base.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les langues romanes possèdent certaines constructions classifiées comme des périphrases verbales qui ont une origine commune et présentent une construction apparemment similaire, comme c’est le cas du « pretérito perfeito composto » en portugais européen, avec une construction similaire à celle du passé composé en français (cf. Squartini & Bertinetto, 2000).

2Cependant, le PE est une langue qui se distingue des autres langues romanes, car, tandis que dans les langues romanes il y a typiquement une lecture d’événement unique, en PE, dans certains cas, prévaut la lecture itérative, de pluralisation de situations, comme les exemples en (1) le montrent, avec la non-acceptabilité de (1d) :

(1)
a. J’ai mangé la pomme.
b. Ho mangiato la mela.
c. He comido la manzana.
d. * Tenho comido a maçã.

  • 1  Corpus CETEMPúblico - www.linguateca.pt. Ce corpus est constitué d’exemples extraits du Journal (...)

3Dans cet article, nous analysons dans quelles conditions apparaît cette lecture et nous introduisons certaines restrictions sur la combinaison de ce temps verbal avec des expressions quantificationnelles. En nous appuyant sur des données recueillies à partir d’un corpus de PE1, nous formulons une hypothèse pour expliquer le comportement particulier du PPC en PE par rapport aux autres langues romanes.

4Dans la première partie, nous montrons dans quelles conditions le PPC présente une lecture itérative, ainsi que des restrictions sur leur combinaison avec des expressions quantificationnelles, en utilisant des exemples du corpus, parfois manipulés, et des exemples validés par des locuteurs natifs de PE. Dans une deuxième partie, nous proposons, dans le cadre de la sémantique formelle, une hypothèse explicative pour la lecture itérative du PPC, en terminant par l’énumération de quelques implications de cette proposition.

1. Les conditions pour une lecture itérative du PPC en PE

1.1

5En PE la lecture itérative est fréquente (cf. par ex. Campos, 1984 ; Oliveira, 1994 ; Peres, 1996 ; Oliveira & Lopes, 1994), mais elle n’est pas obligatoire. Que la lecture soit itérative ou non, il y a toujours l’information temporelle d’une situation qui commence dans le passé et qui se maintient dans le présent d’énonciation, comme le contraste entre (2) et (3) le montre. En (2), il est possible de combiner le PPC avec l’expression « até agora » (jusqu’à maintenant), qui dénote un intervalle incluant le moment d’énonciation. Par contre, l’exemple (3) n’est pas acceptable, parce que l’intervalle « até ontem » (jusqu’à hier) n’inclut pas le moment d’énonciation :

(2) Perot tem estado sossegado e discreto {constantemente / de modo intermitente} até agora.
Perot a été calme et discret {constamment / de façon intermittente} jusqu’à maintenant.

(3) *Perot tem estado sossegado e discreto {constantemente/ de modo intermitente} até ontem.
Perot a été calme et discret {constamment/de façon intermittente} jusqu’à hier.

6L’exemple (4), à son tour, montre que nous pouvons avoir un point de perspective temporelle (PPT désormais) à un moment postérieur au moment de l’énonciation, mais, dans ce cas la lecture itérative disparaît et « a Maria tem visto o filme » est une situation unique (cf. Campos, 1984 ; Oliveira 2003, parmi d’autres) :

(4) Quando chegares (futur) a casa, já a Maria tem visto o filme.
(Litt.) Lorsque tu arriveras à la maison, Marie a déjà vu le film.
Lorsque tu arriveras à la maison, Marie aura déjà vu le film.

7Dans cet exemple, le PPT correspond au temps de la subordonnée, qui se situe dans un intervalle temporel postérieur au moment de l’énonciation grâce à l’utilisation du futur du subjonctif (« chegares ») ; si la situation décrite par la subordonnée est située dans un intervalle localisé avant le moment de l’énonciation, la phrase est agrammaticale, comme l’atteste l’exemple (4’), dans lequel le verbe de la subordonnée se trouve au pretérito perfeito simples :

(4’) *Quando chegaste (passé) a casa, já a Maria tem visto o filme.
*Lorsque tu es arrivé à la maison, Marie a déjà vu le film.

8Donc, l’importance de la localisation du PPT coïncidant avec le moment d’énonciation devient évidente dans les cas où un adverbial déictique est présent, comme le montrent les exemples (5) et (6), construits, dans le premier cas, avec un état et, dans le deuxième, avec un événement :

  • 2  Les exemples marqués avec l’indication « corpus » sont extraits du corpus CETEMPúblico. Tous les a (...)

(5) Mas Boban tem sido até hoje um profissional exemplar. (corpus2)
Mais Boban a été jusqu’à présent un professionnel exemplaire.
(6) O Departamento de Defesa norte-americano tem dito até hoje que nenhum traço de armas químicas foi encontrado. (corpus)
Le ministère de la Défense américain a déclaré jusqu’à à maintenant qu’aucune trace d’armes chimiques n’a été trouvée.

1.2

9L’émergence de la lecture itérative du PPT dépend du mode verbal, qui doit être l’indicatif. Dans (7), « tenha puxado » (ait appuyé) est le subjonctif passé, donc l’événement « puxar o gatilho » (appuyer sur la gâchette) se produit une seule fois, et, par conséquent, la phrase présente une lecture d’événement unique. L’exemple (8) est une variante de l’exemple (7), dans lequel le temps du subjonctif qui apparaît en (7) a été remplacé par le PPC, ce qui entraîne une lecture itérative, avec un sens identique à celui de (9), avec l’expression « inúmeras vezes » (souvent). Au subjonctif il n’y a pas de lecture itérative, comme le contraste entre l’exemple (7), (8) et (9) le montre.

(7) Há quem não acredite ainda que Eduardo Marques […] tenha puxado o gatilho. (corpus)
Tout le monde ne croit pas encore qu’Eduardo Marques […] a/ait appuyé sur la gâchette.

(8) Há quem não saiba ainda que Eduardo Marques tem puxado o gatilho.
Tout le monde ne sait pas encore qu’Eduardo Marques a appuyé sur la gâchette. (plus d’une fois)
.
(9) Há quem não saiba ainda que Eduardo Marques tem puxado o gatilho inúmeras vezes.
Tout le monde ne sait pas encore qu’Eduardo Marques appuie souvent sur la gâchette depuis quelque temps.

1.3

  • 3  Pour la définition des concepts « stage level », « individual level » et « habitualité », voir Car (...)

10L’occurrence de la lecture itérative dépend aussi de la possibilité de la délimitation de la situation ; donc, elle surgit typiquement dans des situations non statives, mais aussi avec des états stage-level3, si le contexte le permet.

11Dans l’exemple (10), « perseguir » (poursuivre) est considéré comme une situation continuée, par opposition à « alcançar » (atteindre), qui, étant une situation aspectuellement délimitée, correspond, dans cet exemple à une situation itérée, ce qui est confirmé par le modificateur « muitas vezes » (souvent).

(10) Patrick Buchanan ficou abaixo da barreira dos 30 por cento que tem perseguido e muitas vezes [tem] alcançado. (Corpus)
Patrick Buchanan est resté sous la barre des 30 %, objectif qu’il poursuit depuis quelque temps et qu’il a souvent atteint.

12Mais la suppression du modificateur « muitas vezes » ne fait pas disparaître le caractère itératif de « alcançar », comme nous le vérifions dans (11), qui présente la même signification que (10). Donc, l’itération est donnée par le PPC, et pas pour l’adverbial, et cela est dû au fait que la situation « alcançar » est délimitée.

  • 4 On suit, dans l’essentiel, la typologie aspectuelle de Vendler, 1957.

13Si la situation n’est pas délimitée, comme c’est le cas de « perseguir », qui, par son aspect lexical, correspond à une activité,4 alors il n’y aura itération qu’en ajoutant une expression quantificationnelle, comme c’est le cas de l’exemple (12) :

(11) Patrick Buchanan ficou abaixo da barreira dos 30 por cento que tem perseguidoe [tem] alcançado.
Patrick Buchanan est resté sous la barre des 30 %, objectif qu’il poursuit depuis quelque temps et qu’il atteint (parfois).
(12) Patrick Buchanan ficou abaixo da barreira dos 30 por cento que muitas vezes tem perseguido.
Patrick Buchanan est resté sous la barre des 30 %, objectif qu’il a souvent poursuivi.

14Comme nous venons de voir par rapport aux activités (« perseguir »), dans (11), lorsque les situations ne sont pas délimitées, la lecture itérative du PPC n’est pas la lecture par défaut. Cela arrive aussi avec les états stage-level, dont lalecture préférentielle est celle de situation unique, comme en (13) :

(13) Perot tem estado sossegado e discreto, mas só aparentemente. (Corpus)
(Ces derniers temps), Perot a été calme et discret, mais seulement en apparence.

15Comme il s’agit d’un état stage-level, la présence d’un adverbial produisant cette délimitation favorise l’émergence d’une lecture itérative, ce qui peut être attesté par des adverbiaux comme dans (14) :

(14) Perot tem estado sossegado e discreto {de modo intermitente/semana sim, semana não/de vez em quando}.
(Ces derniers temps,) Perot a été calme et discret {de façon intermittente/une semaine sur deux/de temps en temps}.

16Avec des situations non délimitées, soit des états stage-level, soit des activités telles que « perseguir », la lecture itérative ne peut se produire qu’en ajoutant des adverbiaux, comme le montrent les exemples (12), (13) et (14).

17Dans les cas où la situation ne peut pas être délimitée, comme c’est le cas des prédicats individual-level, la construction avec le PPC n’est pas acceptable, comme l’exemple (15) le montre :

18En résumé, les conditions pour une lecture itérative du PPC en PEsont 1) la présence d’une situation dans laquelle le PPT coïncide avec le moment de l’énonciation, avec comme seule possibilité le mode verbal indicatif, et 2) la délimitation (ou la possibilité de délimitation) de la situation.

2. Les restrictions pour une lecture itérative du PPC en PE

19L’émergence de la lecture itérative est soumise à des restrictions rapportées avec le type d’objet direct (OD) et de modification adverbiale.

2.1. Lecture itérative et occurrence d’un OD

20Bien qu’avec de lectures différentes, le PPC peut se construire avec des verbes ayant un OD avec des articles définis ou indéfinis, comme dans (16) et (17), ou avec des quantificateurs. Dans ce dernier cas, il peut se construire avec des quantificateurs universels (« todos »[tous], « cada » [chaque], « ambos »[les deux]), comme illustré en (18), (19) et (20), des quantificateurs existentiels (« algum »[quelque]), exemple (21), ou des quantificateurs de gradation (« muitos »[beaucoup de], « poucos »[peu de]), voir (22) et (23), mais pas avec les quantificateurs cardinaux, comme le montrent les exemples (24) et (25). Ces deux derniers exemples sont manipulés puisqu’ils n’apparaissent pas dans le corpus.

(16) Na sequência de um projecto que estamos a desenvolver com o Laboratório Nacional de Engenharia Civil, […] temos feito as descobertas mais espantosas. (corpus)
Dans le cadre d’un projet que nous menons avec le Laboratoire de Génie Civil, […] nous avons fait les découvertes les plus surprenantes.

(17) A Red Hot temprocurado uma selecção criteriosa de material, o que aconteceu também neste projecto. (Corpus)
Red Hot cherche à opérer une sélection rigoureuse de matériel, ce qui a aussi été le cas.

(18) Nos últimos meses, ela tem batido todosos recordes nos testes que regularmente fazemos. (Corpus)
Ces derniers mois, elle a battu tous les records aux tests que nous faisons régulièrement.
(19) Mas é que o ministro com uma metodologia que lhe é reconhecida por ser tão rigorosa tem assinalado cada participação sua num governo com o nascimento de um filho. (Corpus)
Mais c’est que le ministre, selon une méthodologie reconnue pour sa grande rigueur, a signalé chacune de ses participations à un gouvernement par la naissance d’un enfant.

(20) Segundo o acordo alcançado na reunião promovida em Março pela câmara, mediadora no conflito que tem oposto ambas as partes, a Sociedade Hípica aceitaria os 6,4 hectares no Parque Florestal de Monsanto […].(Corpus)
Selon l’accord conclu lors de la réunion organisée en mars par la mairie, médiatrice dans le conflit qui oppose les deux parties, la Société hippique accepterait les 6,4 hectares du Parque Florestal de Monsanto […].

(21) Esta postura tem-lhe criado algumas inimizades. (Corpus)
Cette attitude lui a valu quelques / des ennemis.
(22) Observadores do conflito balcânico fazem ainda notar que a aviação croata tem efectuado muitas missões no espaço aéreo da Bósnia-Herzegovina, ao contrário da Força Aérea sérvia. (Corpus)
Des observateurs du conflit dans les Balkans font également remarquer que l’aviation croate effectue de nombreuses missions dans l’espace aérien de la Bosnie-Herzégovine, contrairement à la force aérienne serbe.

(23) Temos recebido poucos apoios. (Corpus)
Nous avons reçu peu d’aide.
(24) * A Red Hot tem procurado três seleções criteriosas de material.
 ? Red Hot cherche à opérer trois sélections rigoureuses de matériel.
(25) *Nos últimos meses, ela tem batido três recordes nos testes que regularmente fazemos.
Ces derniers mois, elle a battu trois records aux tests que nous faisons régulièrement.

2.2. Lecture itérative et modification adverbiale

21En ce qui concerne la modification adverbiale, la situation est à peu près semblable : plusieurs types de quantification, à l’exception de la quantification cardinale, sont permis :

(26) Patrick Buchanan ficou abaixo da barreira dos 30 por cento que tem perseguido e {algumas vezes/ todas as vezes/ *três vezes} [tem] alcançado.
Patrick Buchanan est resté sous la barre des 30 %, objectif qu’il poursuit depuis quelque temps et qu’il atteint {parfois/ chaque fois/ * trois fois}.

22Cette impossibilité montre, encore une fois, la différence entre cette construction en PE et des constructions similaires dans d’autres langues romanes, telles que, par exemple, l’espagnol, comme on le voit en (27), où il est possible de dénombrer les situations grâce à un adverbe avec un quantificateur cardinal, « tres veces » (trois fois) :

(27) En este curso hemos visto tres veces el DVD. (Martínez-Atienza, 2008 :206)
Dans ce cours, nous avons visionné trois fois le DVD.

23En résumé, l’itération créée par le PPC est compatible avec tous les types de quantification, sauf la quantification cardinale, soit celle-ci se présente dans l’OD, soit dans des expressions à portée prédicative.

3. Pour une explication de la lecture itérative du PPC en PE

3.1. Caractéristiques de l’itération en OD

24Le comportement du PPC et les contraintes de ce temps verbal avec des expressions quantificationnelles peuvent, à notre avis, être expliqués à partir d’un point de vue théorique. Dans cette section, nous présentons notre proposition, en indiquant par la suite les caractéristiques de l’itération du PPC les plus pertinentes pour cette discussion.

3.1.1

25L’itération du PPC ne change pas la classe aspectuelle de base des situations. Ainsi, si la prédication de base exprime un état stage-level, exemple (28a), l’itération sera construite par la répétition d’états ; si la prédication basique exprime un événement, l’itération consistera en la répétition d’événements du même type (28b)-(28c).

  • 5  Comme dans l’exemple (28a) la classe aspectuelle de base est un état, il doit être encadré dans un (...)

(28)5
a. O João tem estado doente (os últimos meses) – itération d’états « estar doente » (être malade)
João est souvent malade depuis quelques mois.

b. O João tem espirrado – itération d’achèvements « espirrar » (éternuer)
João éternue souvent depuis quelque temps.

c. O João tem comido maçãs – itération d’accomplissements « comer uma maçã » (manger une pomme)
João mange beaucoup de pommes ces derniers temps.

3.1.2

26L’itération construite par le PPC ne semble pas créer un état habituel (cf. Cunha, 2006). Autrement dit, l’itération construite par le PPC ne peut pas être confondue avec le concept d’habitualité, comme le contraste entre (29) et (30) le montre. Avec le présent, on a en PE une interprétation d’habitualité, qui n’est pas possible, pour (30), avec le PPC.

3.1.3

27La possibilité d’occurrence de quantificateurs distributifs à l’intérieur d’une expression nominale OD semble indiquer qu’il y a l’établissement d’un lien entre chaque élément dans la dénotation de l’OD et chaque événement qui constitue l’itération dénotée par le PPC, comme l’illustre (31) :

(31) O ministro tem assinalado cada participação sua num governo com o nascimento de um filho. (Corpus)
Le ministre a signalé chacune de ses participations à un gouvernement par la naissance d’un enfant.

28Il faut remarquer que ce lien peut être établi aussi avec une seule entité si on conçoit cette entité comme ayant des parties et si on peut lier chacune de ces parties à chacun des événements dénotés par le PPC, comme illustre l’exemple (32). Cet exemple peut être compris comme suit : il y a eu plusieurs événements correspondant à une activité de lecture et, à chaque fois, une partie du livre A la recherche du temps perdu a été lue.

(32) O rapaz tem lido À la recherche du temps perdu.
Le garçon est en train de lire
À la recherche du temps perdu.

3.1.4

29Mais on ne peut pas dénombrer les événements qui font partie de l’itération construite par le PPC par le nombre d’éléments dénotés par l’OD, comme le montre l’incompatibilité avec les quantificateurs cardinaux. L’exemple (33) constitue la manipulation de l’exemple (31) et illustre cette impossibilité :

(33) *O ministro tem assinalado três participações suas num governo com o nascimento de filhos.
Le ministre a signalé trois de ses participations à un gouvernement par la naissance d’enfants.

3.1.5

30En outre, il n’est pas non plus possible de dénombrer les événements faisant partie de l’itération à travers des expressions adverbiales qui indiquent de façon précise (avec des quantificateurs cardinaux) la quantité d’événements qui forment cette itération, comme le montre le contraste entre grammaticalité et agrammaticalité selon les expressions quantificationnelles choisies en (34) :

(34) O João tem estudado na faculdade {algumas vezes/ muitas vezes/ * três vezes}.
João a étudié {parfois/ souvent/ trois fois} à la faculté.

31En résumé, le PPC en PE crée une simple itération d’événements délimités du même type, à laquelle se lie (ou peut se lier) un ensemble d’entités. Ce lien semble se produire entre chaque événement désigné par le PPC et chaque entité dénotée, dans les cas analysés, par l’expression avec la fonction OD. Le nombre d’événements désignés par le PPC ne peut être déterminé exactement, par une expression de quantification cardinale, ce qui indique que cette itération est, du point de vue aspectuel, cumulative. Enfin, les situations itérées correspondent au prédicat verbal de base, ce qui signifie que le PPC ne semble pas modifier le profil aspectuel de base des prédications.

3.2. Proposition pour expliquer ce comportement

3.2.1. Le PPC comme « pluralisateur » de situations

32Le fait que le PPC exprime une répétition de situations sous-jacente pose immédiatement la question de savoir si cette partie de la configuration, formée par la combinaison du verbe auxiliaire « ter » au présent suivi d’un participe non fléchi, pourrait être un cas de « pluractionality » (cf., par exemple, Van Geenhoven, 2004).

  • 6  On utilise ici la conception de domaine d’individus de Link : il y a des individus atomiques et de (...)

33En effet, en tenant compte des données présentées dans la section précédente, nous sommes amenés à défendre que le PPC en PE est une construction grammaticale qui a un opérateur de pluralisation d’éventualités sous-jacent. Toutefois, ce temps grammatical ne dénote pas des ensembles ou sommes d’événements du même type, mais plutôt des groupes compris comme des entités atomiques (Link, 1983)6, de façon semblable à ce qui se passe, dans le domaine nominal, avec les noms collectifs.

34Notre proposition pour expliquer le comportement de PPC en PE en ce qui concerne l’itération repose essentiellement sur deux propositions, Van Geenhoven (2004) et Laca (2006), mises au point pour tenir compte de la lecture d’autres constructions, distinctes du PPC.

  • 7  Selon Link (1983), un prédicat singulier tel que FILLE dénote un ensemble d’individus singuliers, (...)

35Les idées essentielles du travail de Van Geenhoven (2004) qui sont pertinentes pour la discussion en cours sont les suivantes : selon l’auteur, certains affixes verbaux (du groenlandais occidental) agissent comme des opérateurs de pluractionalité. Comme « pluractionals », ils sont interprétés comme la contrepartie verbale d’un opérateur étoile (cf. Link, 1983) pour les noms, c’est-à-dire la fermeture d’un prédicat d’atomes dans l’opération de somme7.

3.2.2

36Toutefois, la proposition de Van Geenhoven ne peut pas être envisagée sans adaptations pour expliquer le PPC en PE, dans la mesure où cette proposition ne prévoit pas la présence d’expressions nominales définies ou quantifiées universellement comme OD. Cependant, comme nous l’avons vu, cela est possible avec le PPC en PE – cf. (16) et (18).

37À son tour, Laca (2006) reprend les idées centrales de Van Geenhoven et les utilise pour expliquer la valeur sémantique de certaines constructions avec des verbes aspectuels en espagnol, y compris andar + gérondif ou ir + gérondif. Elle affirme que les périphrases avec andar + gérondif en espagnol sont des prédicats d’événements (pluralité d’événements du type décrit par le verbe de base), qui nécessitent une pluralité de sous-intervalles non chevauchants (une pluralité d’événements verbaux avec des temps de duration qui ne se chevauchent pas).

38Ainsi, conformément à ce qui a été postulé dans Laca (2006) pour l’espagnol, nous proposons qu’un opérateur de fréquence sur des ensembles d’événements dénotés par le prédicat verbal crée un individu atomique de type groupal (un collectif d’événements), par les conditions de vérité ci-après :

39D’après notre proposition, le PPC en PE ne dénote pas une simple pluralité d’éventualités basiques, mais une seule éventualité, de type groupal, formée par l’itération d’éventualités de base. Ainsi, prenons l’exemple (35), pour une illustration de ce que nous venons de dire.

(35) O mergulhador tem feito descobertas espantosas.
Le plongeur a fait des découvertes surprenantes (plus d’une fois).

  • 8  La lecture itérative du PPC devient plus claire si nous contrastons ce temps verbal avec un autre (...)

40Cet exemple illustre, comme beaucoup d’autres analysés avant, ce que nous avons dit à propos de la lecture itérative du PPC, dans la mesure où, dans le PE, une version de (35) avec l’OD au singulier serait mal formée. En effet, nous ne pouvons pas dire « o mergulhador tem feito {uma/a} descoberta espantosa » (le plongeur a fait {une /la} découverte surprenante), vu que nous ne pouvons accepter qu’un OD pluriel indéfini, cas auquel il y a compatibilité entre la pluralité de l’OD et la pluralité associée à l’événement dénoté par le prédicat verbal8.

41Donc, les conditions de vérité de (35) sont les suivantes : un individu atomique de type groupal (un collectif d’événements) est créé par le PPC :

  • si la quantité de sous-événements « fazer uma descoberta espantosa » (faire une découverte surprenante) est égale ou supérieure, dans ce cas, à deux sous-événements ; c’est-à-dire, le plongeur a fait une découverte surprenante au moins deux fois ;

  • si tous les sous-événements qui forment l’événement groupal « ter feito descobertas espantosas » (avoir fait des découvertes surprenantes) sont dénotés par « fazer uma descoberta espantosa » (faire une découverte surprenante) ;

  • s’il n’y a pas de chevauchement temporel des temps de durée des sous-événements « faire une découverte surprenante » qui forment l’événement groupal ; c’est-à-dire, il n’y a pas deux sous-événements de « fazer uma descoberta espantosa » (faire une découverte surprenante) qui se produisent en même temps ;

  • si entre un sous-évènement quelconque et le sous-événement qui suit ou précède il y a un intervalle de temps qui les sépare ; c’est-à-dire, les différents sous-événements de « fazer uma descoberta espantosa » (faire une découverte surprenante) ne peuvent pas être contigus.

42Pour résumer, si nous ne considérons que les restrictions sur l’émergence d’une lecture d’itération de situations, le PPC en PE semble être soumis aux mêmes conditions de vérité que certaines constructions avec des verbes d’opération aspectuelle en espagnol, décrites dans Laca (2006).

4. Considérations finales

43La proposition que nous présentons pour expliquer la lecture itérative du PPC en PE permet d’expliquer certaines données sur ce temps grammatical qui ont été présentées dans la première partie de ce travail, concernant les questions de nature temporelle, quantificationnelle et aspectuelle. Ainsi :

  • (I) Le PPC en PE crée un événement groupal cumulatif (une série non délimitée de sous-événements verbaux de même nature). C’est à cause de cette non délimitation qu’il y a prolongement de l’événement groupal jusqu’au moment de l’énonciation ; cf. (2).

  • (II) Puisque le PPC crée un événement collectif,

  • Les sous-événements formant cet ensemble collectif ne sont pas dénombrables à travers le décompte des éléments en relation avec les sous-événements (ce qui explique les restrictions observées par rapport à la compatibilité avec les quantificateurs cardinaux, quand ceux-ci apparaissent dans l’objet direct) ; cf. (24) et (25) ;

  • Ne sont pas accessibles au comptage les sous-événements qui forment cet événement collectif à travers des expressions adverbiales qui quantifient de façon précise ces sous-événements (adverbiaux avec des quantificateurs cardinaux) ; cf. (26).

  • (III) En demandant la création d’un événement groupal formé par une série d’événements du même type, le PPC rejette les prédicats d’individu « sans phases » – cf. (15). En effet, en tant que des prédicats d’individu, ils s’appliquent à des individus et non à des phases d’individus délimitées spatio-temporellement. N’ayant pas de phases, ils ne peuvent pas recevoir de structure de phase et se transformer dans des processus. En d’autres termes, ils ne peuvent jamais désigner une série de sous-événements, ce qui explique leur incapacité à apparaître dans le PPC avec la lecture itérative.

  • (IV) En ayant un opérateur de fréquence sous-jacente sur des ensembles d’événements qui créent un événement de groupe, le PPC n’implique aucun changement dans la classe aspectuelle des prédications basiques. En d’autres termes, un événement d’itération désigné par le prédicat verbal est créé, mais ces événements conservent leur classe aspectuelle de base. Cela signifie que la création d’un événement groupal de nature cumulative se produit en réunissant les événements qui font partie de l’itération, mais sans changer la classe aspectuelle de base ; cf. (28).

  • (V) Cet opérateur de fréquence ne se confond pas avec un opérateur d’habitualité / généricité, à savoir le PPC ne crée aucune sorte d’état habituel ; cf. (29) et (30).

  • 9  Nous remercions Françoise Bacqueleine pour l’aide dans la traduction des exemples.

44Pour conclure, nous considérons qu’il s’agit d’un domaine d’études à poursuivre, car il y a encore des questions sur le PPC qui appellent des réponses. Il faudrait savoir notamment ce qui détermine, avec les états, la lecture itérative ou non itérative ; ce qui détermine l’extension des intervalles entre les sous-événements qui constituent l’événement collectif ; quel est le rôle du PPT dans l’occurrence de la lecture itérative (laquelle, comme nous l’avons vu, n’est pas disponible lorsque le PPT n’est pas le moment de l’énonciation).9

Haut de page

Bibliographie

Campos M. H. C., 1984, « Pretérito Perfeito Simples/Pretérito Perfeito Composto : uma oposição aspectual e temporal. », Letras Soltas 2, 11-53. (Republié dans Tempo, Aspecto e Modalidade. Estudos de Linguística Portuguesa. Porto, Porto Editora, 1997, 9-51).

Carlson G., 1977, « A Unified analysis of the English Bare Plural », Linguistics and Philosophy 1, 413-456.

CETEMPúblico - Corpus de Extractos de Textos Electrónicos MCT/Público. Disponible en ligne : http://www.linguateca.pt. [Consulté le 25 mai 2012].

Dowty D., 1979, Word Meaning and Montague Grammar. Dordrecht, Reidel Publ.

Cunha L.F., 2006, « Frequência vs. Habitualidade : Distinções e Convergências. », in Actas del XXXV Simposio Internacional de la Sociedad Española de Lingüistica, 333-357. Disponible en ligne : http://www3.unileon.es/dp/dfh/SEL/actas/Cunha.pdf [Consulté le 25 mai 2012].

Laca B., 2006, « Indefinites, quantifiers and pluractionals. What scope effects tell us about event pluralities. », in Vogeleer S. & Tasmowski L., (eds), Non-definiteness and plurality, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 191-217.

Link G., 1983, « The logical analysis of plurals and mass terms : a lattice-theoretical approach. », in Bäuerle R., Schwarze C. & Von Stechow A., (eds), Meaning, use and interpretation of language, Berlin, Walter de Gruyter, 302-323.

Martinez-Atienza M., 2008, « Dos formas de oposición en el ámbito románico. », in Carrasco Gutiérrez A., (éd), Tiempos compuestos y formas verbales complejas, Madrid, Lingüística Iberoamericana, 204-229.

Oliveira F., 1994, « Algumas Peculiaridades do Aspecto em Português. », in Actas do Congresso Internacional sobre o Português (volume II), Lisboa, A.P.L., 151-190.

Oliveira F., 2003, « Tempo e Aspecto. », in Mateus M.H. M. et al., Gramática da Língua Portuguesa, Lisboa, Caminho, 127-178.

Oliveira F. & Lopes A. C., 1994, « Tense and Aspect in Portuguese. », in Thieroff R. & Ballweg J., (éds), Tense Systems in European Languages, vol. II., Tubingen, Max Niemeyer Verlag, 95-115.

Oliveira F. & Leal A., 2012, « Sobre a iteração do Pretérito Perfeito Composto em Português Europeu. », Linguística, Revista de Estudos Linguísticos da UP 7, 65-88.

Peres J. A., 1996, « Reconsidering Perfectives in DRT or Being Fair to the Past Participle. », Cadernos de Semântica 19, FLUL.

Santos D. & Rocha P., 2001, « Evaluating CETEMPúblico, a free resource for Portuguese. », Proceedings of the 39th Annual Meeting of the Association for Computational Linguistics, 442-449.

Squartini M. & Bertinetto P.M., 2000, « The Simple and Compound Past in Romance Languages. », in Dahl Ö., (éd), Tense and Aspect in the Languages of Europe, Berlin, Mouton de Gruyter, 403-440.

Van Geenhoven V., 2004, « For-adverbials, frequentative aspect, and pluractionality. », Natural Language Semantics 12, 135-190.

Vendler Z., 1957, « Verbs and Times », Philosophical Review 56, 143-160.

Haut de page

Notes

1  Corpus CETEMPúblico - www.linguateca.pt. Ce corpus est constitué d’exemples extraits du Journal Público publiés entre 1991 et 1998 (cf. Santos & Rocha 2001).

2  Les exemples marqués avec l’indication « corpus » sont extraits du corpus CETEMPúblico. Tous les autres exemples sont soit des exemples extraits du corpus, mais qui ont ensuite été modifiés, soit des exemples créés par les auteurs et dont la grammaticalité a été testée par des locuteurs natifs de PE.

3  Pour la définition des concepts « stage level », « individual level » et « habitualité », voir Carlson, 1977, et Dowty, 1979.

4 On suit, dans l’essentiel, la typologie aspectuelle de Vendler, 1957.

5  Comme dans l’exemple (28a) la classe aspectuelle de base est un état, il doit être encadré dans un intervalle de temps étendu pour qu’il permette une lecture itérative. D’où la nécessité de la présence de l’expression « os últimos meses ». L’occurrence de ce type d’expressions n’est pas nécessaire dans les exemples (28b) et (28c), parce qu’ils sont construits avec des événements et ont obligatoirement une lecture itérative. Notez également que la traduction en français de ces exemples n’est pas littérale, vu que, sans les expressions adverbiales, la traduction française ne correspond pas à une lecture proche de celles des exemples en PE.

6  On utilise ici la conception de domaine d’individus de Link : il y a des individus atomiques et des individus pluriels. Les individus atomiques sont constitués par une seule partie tandis que les individus pluriels sont des sommes d’individus atomiques.

7  Selon Link (1983), un prédicat singulier tel que FILLE dénote un ensemble d’individus singuliers, tandis que le pluriel de ce même prédicat dénote non seulement les individus singuliers, mais aussi toutes les sommes qui peuvent être formées avec ces individus singuliers (c’est-à-dire, toutes les sommes possibles d’entités qui sont « fille »). Par exemple, considérant un univers du discours avec seulement 3 entités, désignées par les noms propres « Maria », « Joana » et « Inês », le prédicat singulier « fille » peut être employé pour dénoter chacune des filles (i) et le prédicat pluriel peut être employé pour dénoter toute somme de ces entités (ii) :

(i) A rapariga, a {Maria/Joana/Inês}, já chegou.

La fille, {Maria/Joana/Inês}, est déjà arrivée.

(ii) As raparigas, {a Maria e a Inês/ a Maria e a Joana/ a Inês e a Joana/ a Maria, a Inês e a Joana}, já chegaram.

Les filles, {Maria et Inês/ Maria et Joana/ Inês et Joana/ Maria, Inês et Joana}, sont déjà arrivées.

8  La lecture itérative du PPC devient plus claire si nous contrastons ce temps verbal avec un autre temps verbal du PE qui admet la construction avec un OD singulier (défini ou indéfini) : contrairement à ce qui arrive avec le PPC, l’emploi du « pretérito perfeito simples » (PPS) permet de dire « o mergulhador fez uma descoberta espantosa » (le plongeur a fait une découverte surprenante), puisqu’il n’y a pas de lecture d’itération associée au PPS.

9  Nous remercions Françoise Bacqueleine pour l’aide dans la traduction des exemples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fátima Oliveira, António Leal et Fátima Silva, « Sur les lectures itératives et non itératives du « Pretérito Perfeito Composto » en portugais européen »Cahiers de praxématique [En ligne], 65 | 2015, mis en ligne le 04 septembre 2016, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4204 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.4204

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search