Navigation – Plan du site

AccueilNuméros68VariaDéterminations verbales et nomina...

Varia

Déterminations verbales et nominales en anglais : opérations, représentation, cognition

English Verbal and Nominal Determination: Operations, Representation, Cognition
Gilbert Ghio

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer le parallèle que l’on peut établir entre les deux systèmes de détermination (nominale et verbale) en anglais. Après une brève introduction qui replace cette étude dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative et Cognitive de J.P. Desclés, nous tenterons de montrer à l’aide d’un rapide survol des différents marqueurs de la détermination nominale et verbale que leur fonctionnement peut être relié à des opérations cognitives sous-jacentes obéissant elles-mêmes à un nombre restreint d’archétypes cognitifs. Nous mettrons ensuite en évidence les similitudes qui existent entre les deux types de déterminants et le strict parallèle qui en découle entre les deux systèmes de détermination.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1À côté des notions lexicales, nominales et verbales, existent des notions grammaticales qui représentent les rapports que les premières entretiennent entre elles et avec le discours. Ce sont des outils de la construction du sens et à ce titre elles ont un sens en lien avec leur fonction (ou mode opératoire). On peut alors se demander si, à fonction égale, il n’existerait pas une similitude entre les formes de la détermination verbale et celles de la détermination nominale. Nous pensons, avec J-P. Desclés (1990), que les formes linguistiques sont les traces d’opérations cognitives plus générales et que pour en décrypter le sens il est nécessaire de remonter à ce niveau et ne pas se limiter à une représentation purement métalinguistique.

  • 1 Les niveaux intermédiaires ne sont pas mentionnés ici car non pertinents dans le cadre de cette étu (...)

2Dans sa théorie, J.P. Desclés distingue trois niveaux principaux1 :

3- le niveau linguistique où sont représentées les configurations morpho-syntaxiques,

4- le niveau métalinguistique où sont représentés les agencements résultant de l’application d’opérateurs à des opérandes,

5- le niveau cognitif, qui est celui des représentations sémantico-cognitives où sont représentées les significations lexicales et grammaticales.

  • 2 Opérations de prédication, de détermination, de quantification, de repérage, etc.

6À la différence du niveau métalinguistique, le niveau cognitif n’est pas structuré comme un langage. C’est à ce niveau que s’effectue le lien entre les représentations relationnelles cognitivo-symboliques dérivées des représentations langagières et les représentations analogiques cognitivo-iconiques dérivées des activités de perception et d’action sur l’environnement (Desclés, 1989). Il n’y a pas de relation biunivoque entre les différents types de représentations. Le passage d’un niveau à l’autre se fait par changement de représentation (Desclés, 1998). Les configurations linguistiques et les schémas grammaticaux construits à l’aide d’opérations élémentaires2 renvoient à des représentations de significations exprimées sous forme de schémas sémantico-cognitifs composés de schèmes sémantico-cognitifs eux-mêmes construits à l’aide de primitives sémantico-cognitives issues des processus de perception et d’action sur l’environnement (Desclés, 1994).

7Ce sont les opérations de repérage qui sont à la base de la plupart des opérations élémentaires constitutives d’un énoncé. Elles consistent à déterminer un repéré par mise en relation avec un repère à l’aide d’un opérateur que la langue symbolise sous forme d’un marqueur linguistique. Ce sont des opérations abstraites constitutives de représentations mentales sous forme de schèmes sémantico-cognitifs. Les primitives sémantico-cognitives mentionnées ci-dessus seraient les éléments constitutifs des schèmes sémantico-cognitifs et donc des schémas grammaticaux par transferts entre représentations imagées, sémantiques et symboliques. Les relations de repérage témoigneraient ainsi d’une homologie forte entre les représentations cognitivo-symboliques dérivées des représentations linguistiques et les représentations cognitivo-iconiques issues des représentations perceptuelles (Desclés, 1993).

8Ces primitives ou archétypes (« avant », « après », « haut », « bas »…) constituent l’interface entre la représentation perceptuelle que nous formons de notre environnement et la représentation conceptuelle dérivée de la représentation linguistique. Au plan conceptuel elles ont donné naissance aux notions d’antériorité et de postériorité qui entrent en jeu dans les opérations de repérage qui s’effectuent à travers les relations spatio-temporelles que les objets et les événements entretiennent entre eux et avec la situation d’énonciation (Culioli, 1990).

  • 3 Ces notions sont à prendre dans un sens large. Elles sont les équivalents conceptuels des archétype (...)

9Les objets de discours ont pour caractéristique d’être repérés par rapport à l’espace et les processus d’être repérés par rapport au temps (Langacker, 2008). Or la représentation du temps et celle de l’espace sont sous-tendues par les archétypes primitifs communs qui constituent les notions d’antériorité et de postériorité, d’identification et de différenciation3. Le temps du discours qui sert au repérage des formes nominales s’inscrit dans le temps chronologique qui sert au repérage des formes verbales par l’intermédiaire du moment d’énonciation qui participe des deux à la fois. Celui-ci est le pivot autour duquel s’articule le repérage des participants et des événements. Il constitue la frontière entre un avant et un après du discours et un passé et un futur des événements rapportés par ce même discours. Les participants sont les objets du discours et les événements les processus auxquels ils prennent part. Les objets de discours sont repérés par rapport à la situation d’énonciation (le hic et nunc de l’énonciateur), les processus par rapport au temps chronologique qui intègre le moment d’énonciation, origine de tous les repérages. Les objets appartiennent donc à un espace temps qui est celui de l’énonciateur et de son discours et les processus se situent dans une chronologie dont le moment repère primitif est le moment d’énonciation.

  • 4 Les temps et les aspects ont fait, quant à eux, l’objet d’une étude précédente (Ghio, 2014).

10Dans le cadre théorique brièvement rapporté ci-dessus, nous considèrerons successivement les différents emplois des articles the et a et des démonstratifs this et that d’une part, des marqueurs verbaux to et -ing d’autre part, pour montrer comment les archétypes mentionnés ci-dessus sous-tendent les opérations de repérage dont ces différents marqueurs sont la trace et les constituent en un véritable système de détermination. La marque Ø fera l’objet d’un traitement séparé4.

2. Les déterminants nominaux

2.1 The

11Si, comme le dit Adamczewski (1998 : 215), the est la marque d’une distanciation par rapport à l’extralinguistique, il semble toujours renvoyer à une antériorité dans la situation ou le discours ou à un élément préexistant dans le vécu ou l’imaginaire de l’énonciateur, renvoi dont la trace serait le (sub)morphème th- : 

(1) Standing at the kitchen window, she stared into the garden. (H9V 1609)

(2) ‘Nice little dress ring. Ten pounds again for the dress ring’. (G5A)

(3) Meanwhile, on the radio, there was news from El Salvador. (ABW 480)

(4) During Elizabeth’s reign the English had been concerned [...] with trade and with opening new lines of commerce. (CS5 17)

(5) Until a final decision is made the company is reluctant to talk to the press. (CBY 925)

12Dans (1), the marque une antériorité situationnelle de l’objet par rapport à l’acte de parole (la maison possède un jardin). Dans (2), the marque l’antériorité discursive de la notion que représente dress ring introduite précédemment. Avec (3), (4) et (5), l’antériorité de la notion découle de son appartenance à un champ commun élargi que constitue le savoir partagé de l’énonciateur et de son co-énonciateur. Même en présence d’une valeur contrastive forte, comme dans le cas de the English (par opposition à the French etc.), the renvoie toujours à l’antériorité de la connaissance commune (il existe des Français, des Anglais...). Dans tous ces exemples a serait impossible.

13La reprise peut aussi être implicite :

(6) Rosie took Artemis by the hand and led her down the corridor to a small room right at the end. (EEW 934)

14Dans cet énoncé, l’antériorité découle à nouveau de l’appartenance de la notion à une connaissance partagée qui est celle du corps humain.

  • 5 Guillaume, G. (1919 : 16). Au plan linguistique il s’agit d’un retour vers l’avant du discours ou d (...)

15Dans ces exemples, the est toujours la trace d’une opération de repérage qui renvoie à une antériorité dans le discours ou la situation. Sa valeur anaphorique au plan linguistique correspond au plan conceptuel à un « retour vers le passé »5. La vision est donc rétrospective.

2.2 A

16De par son origine commune avec one, A sert à singulariser. Il fonctionne comme marqueur de prélèvement d’un élément sur la globalité de la classe pensée auparavant. Il introduit un élément nouveau et renvoi donc à une postériorité discursive. Dans :

(7) One of the newest members is a Mr Nigel Mansell (BM5) ≠

(8) Do you know Mr Mansell ?

17a sert à distinguer un élément appartenant à la classe des noms des « newest members ». Il y a donc apport d’information nouvelle par rapport à la globalité de la classe.

18Il en va de même dans les prédications d’existence et les présentations pour introduire un élément nouveau dont il n’a pas été question au préalable (contrairement à the) :

(9) There is a story, he wrote, there is a story that is being told (AO8 648)

(10) A Tale of Two Cities (Dickens)

19En (10), il s’agit d’une prédication elliptique (Here is...). Dans ces deux énoncés, l’élément introduit par a ne peut se suffire à lui-même ( ? There is a story. / ? A tale.) et appelle une complémentation (that is being told , of two Cities), qui l’explicite. Il y a donc renvoi à une postériorité dans le discours.

20On retrouve un phénomène semblable avec les noms attributs ou mis en apposition :

(11) ‘He is a bully’, she said. (BPO 2747)

(12) Her father, a driver, was sent to Chernobyl for six months when the plant exploded. (CAH 532)

21Dans les deux cas il y a explicitation du sujet par introduction d’une caractéristique. The serait impossible ici, sauf à changer le sens de l’énoncé (He is the [ði :] bully).

22De même, l’expansion d’un élément antérieur à l’aide de a ne peut se faire que s’il y a apport d’information nouvelle qui l’explicite, donc renvoi à une postériorité discursive :

(13) Gabriel had met the man, a long-faced northern Italian. (K8V 3400)

23Au générique, la généralisation se fait à partir d’un élément représentatif de la classe :

(14) This man is a Zikr. (HTX 377)

(15) I like a light lunch, perhaps scrambled eggs and salmon. (CEK 4657)

24En contexte particulier (14), la singularisation d’un élément de la classe des « Zikr » apporte un complément d’information au sujet de l’énoncé. En contexte général (15), il y a singularisation d’un élément non instancié de la classe des « lunches » qui est explicité par l’adjectif « light ». Dans les deux cas il y a apport d’information nouvelle par rapport à la globalité de la classe. The, marquant une reprise, serait impossible sans changement de sens.

25Les proverbes avec a sont un cas particulier (tournures elliptiques) du générique :

(16) A penny saved is a penny gained = If you save a penny, you gain a penny.

(17) A stitch in time saves nine. (Proverbes)

26Ici, l’extraction d’un élément de la classe se fait à l’aide de la qualification (16) ou de la complémentation (17). Il y a toujours renvoi à une postériorité par rapport à la classe.

27Il en va de même pour les collocations avec have et make (have a bath, make a fire, etc.) ainsi que dans les expressions comme go to a concert, catch a cold, put an end to etc. 

(18) Then he calmly washed his clothes and had a bath. (K23 3157)

(19) One of us made a fire and we brewed coffee and lay in the autumn sun. (EE5 1166)

(20) Whatever it was, Mrs Thatcher had caught a cold. (AK9 1011)

28Dans chacun de ces énoncés l’élément extrait renvoie à une occurrence particulière de bath, fire ou cold mais toujours représentative de sa classe. Il y a de nouveau apport d’information par rapport à la globalité de la classe pensée antérieurement.

29Il en est aussi de même dans les emplois dits « distributifs » ou « qualitatifs » de a :

(21) Petrol costs only 14p a litre (CH6 6945) = a litre of petrol costs only 14p

(22) But what a price to pay for two months of passion ! (ASA 1659)

30L’énoncé (21) est équivalent à une tournure avec of a sert aussi à extraire un élément de la globalité (petrol), comme le montre l’équivalence. Dans le second, c’est le haut degré de la notion qui est singularisé en tant que représentant de la classe des « prices ».

31Dans tous ces exemples a est la trace d’un renvoi à une postériorité dans le discours ou la situation. Sa valeur cataphorique au plan linguistique correspond au plan conceptuel à une projection vers un « à venir », un « après » du discours, donc à une vision prospective.

322.3. This et that

33On remarque d’abord que ces deux déterminants partagent avec the le même (sub)morphème th-, ce qui n’est pas surprenant puisqu’ils ont une origine commune avec l’article, du moins pour that. Il existe en effet des énoncés où the est interchangeable avec this ou that sans grande modification de sens :

(23) There was a fighter at the time called Joe ‘Kid’ Bassey (A3X)

(24) Wisden says he is nearly 82 ; he still looks nothing of the kind (AAN)

34Lapaire et Rotgé (1991, p. 57) ont souligné la valeur de reprise du (sub)morphème th- qui est celle d’une information préexistante. Il est la marque d’un retour vers l’avant dans le discours ou la situation au niveau linguistique et d’une antériorité au niveau cognitif.

35Avec that l’antériorité est souvent évidente :

(25) Times of trouble come and go — that is our lot. (BNU 847) (antériorité discursive)

(26) We saw a lot of him in those days. (FS3 379) (antériorité chronologique)

36À la valeur anaphorique du (sub)morphème th- s’ajoute l’effet de distanciation (temporelle, spatiale, affective) du (sub)morphème -a-. C’est ainsi qu’on pourra avoir :

37This, comme that, sert aussi à reprendre une information antérieure mais c’est pour la réintroduire dans la situation d’énonciation à l’aide du marqueur d’identification -i-, alors que that introduit une distanciation par rapport à cette situation à l’aide du marqueur de différenciation -a-. Cela s’applique à tous les emplois de this :

(30) This is Foucault. (A6D 1351)

(31) I’m quite free this evening. (HTR 3210)

38Le (sub)morphème th- indique la reprise d’un élément et le (sub)morphème -i-, son identification avec la situation d’énonciation que l’on trouve aussi dans une forme de BE (is). En effet, pour pouvoir dire « This is Foucault », il faut que l’élément en question (Foucault) préexiste à l’acte de parole dans la situation d’énonciation. De même pour this evening qui est identifié à la situation d’énonciation élargie (today) à partir d’une connaissance partagée antérieure (chaque jour possède un « evening ») réintroduite dans cette situation à l’aide du (sub)morphème -i-.

39Certains emplois de this sont clairement la marque d’une anaphore contextuelle ou situationnelle :

(32) The blood on my face was not mine – though she wasn’t to know this. (BN3 1526)

(33) ‘Is this a joke’, he asked? (CAS 667)

40Dans ce type d’énoncés, l’énonciateur reprend des paroles ou des actes antérieurs pour mieux se les approprier et les réintroduire dans la situation en en faisant son objet de discours.

41D’autres emplois de this semblent, au contraire, purement cataphoriques :

(34) This is what she says about university physics : ... (FA6 1159)

(35) The final criterion of our curricular style is this : it takes time. (BLY)

42Dans les deux cas, s’il y a renvoi évident vers un « après » dans le discours ( :), il y a aussi reprise d’une antériorité discursive. Dans l’énoncé (34), this sert à introduire dans la situation d’énonciation des paroles prononcées antérieurement et l’énoncé (35) implique que l’énonciateur a déjà connaissance de ce qu’il va formuler pour l’avoir conçu préalablement à l’acte de parole. Dans ces deux exemples, that serait substituable, mais contrairement à this, les paroles reprises ne pourraient pas suivre car elles ne seraient pas réintroduites dans la situation d’énonciation mais, au contraire, distanciées par le marqueur de différenciation -a- et précèderaient donc l’énoncé qui se terminerait par un point, marque de clôture :

(34’) That is what she says.

(35’) The final criterion of our curricular style is that.

43This peut aussi marquer l’identification avec l’énonciateur et that la différenciation par rapport à ce dernier - mise à distance spatiale, affective (Joly, 1987 : 175) :

(36) This is my last will and testament. (formule juridique)

(37) That is my father’s house.’ He pointed.’ My mother was born there. (A0N)

(38) That son of his.What was his Name ? (FPK 2407)

44L’opposition et l’intersubjectivité interfèrent parfois avec le couple proximal/distal :

(39) ‘Would you like this or that ?’ (CGD)

45Dans cet énoncé la distinction proximal/distal est inopérante. That marque la différentiation de son référent par rapport à celui de this. On pourrait d’ailleurs répondre :

(40) ‘I don’t want that (one). Give me this (one), please’ (rejet + reprise),

  • 6 Voir Bottineau, D. (2012).

46énoncé dans lequel that s’appliquerait au référent de this et this à celui de that dans l’énoncé de départ. Cette inversion témoigne d’un décentrage énonciatif, le repérage se faisant cette fois par rapport au co-énonciateur qui repère avec this l’élément choisi et rejette l’autre avec that.6 Mais cela n’a pas d’incidence sur les valeurs fondamentales de this et de that.

  • 7 Ou « cognèmes », selon la Cognématique de Bottineau (2009).
  • 8 Expression empruntée à Joly et O’Kelly (1991).

47En conclusion, on peut dire que ce sont les opérations cognitives dont les (sub)morphèmes7 -i- et -a- sont la trace qui distinguent this de that. Alors que th- marque l’antériorité en leur conférant une valeur commune de reprise (retour conceptuel vers un « avant »), -i- marque l’identification avec la « sphère de l’énonciateur »8 ou le moment repère et l’ouverture vers un « après » du discours tandis que -a- marque la différenciation d’avec la sphère de l’énonciateur (mise à distance spatiale, affective) ou ce moment (mise à distance temporelle) et la fermeture, donc le maintien dans un « avant ».

3. Les déterminants verbaux

3.1 -ing

48Dans le domaine verbal le morphème -ing joue un rôle semblable à celui de the. Adamczewski (1998 : 58) a bien mis en évidence le caractère récursif de cette forme :

« Tout comme the présuppose l’existence du N qui lui fait suite (...) de même -ing présuppose lui aussi l’existence de la notion verbale.» (1998 : 30)

49Dans le cas des formes continues, -ing signale qu’il y a eu « passage à l’intérieur du domaine notionnel du verbe » préalablement au moment repère (Souesme, 1992 : 87). Pour pouvoir dire

(41) Bingham, who is driving, fumbles with the tape player. (ABS 2969)

(42) My mate, who is driving me to the match tomorrow, says he wants to go straight to the ground so I won’t be able to go to the Adelphi. (J1J 234)

50il faut que la relation prédicative qui contient le verbe affecté de -ing ait été validée (41) ou envisagée (42) antérieurement au moment repère (moment d’énonciation ici).Cela est particulièrement évident dans les cas de reprise d’une relation prédicative antérieure :

(43) When you buy a house, you’re buying a share of somebody’s sorrow. (Proverbe)

(44) ‘What have you been doing ?’ asked my mother. (G06 2255)

(45) ‘I’ve been looking at the Opposition amendment’. (HHW 12483)

51Dans l’énoncé (43), -ing marque la reprise d’une relation prédicative (< you – buy a house >) posée antérieurement. En (44), il marque la reprise d’une relation prédicative dont on sait qu’elle a été validée mais que l’on ignore et que l’on cherche à connaître. En (45), -ing marque la reprise d’une relation prédicative validée dans une situation antérieure.

52Il en est de même avec les effets de sens constatés habituellement : présupposition, commentaire, jugement... ainsi qu’avec l’assertion négative :

(46) Are you listening to me ? (HVO 927)

(47) Customers are always complaining. (EW5 2758)

(48) ‘I’m not marrying Claudine !’ he snapped. (HGD 4427)

53L’énoncé (46) présuppose que l’énonciateur a envisagé au préalable la relation <you–listen to me> par rapport à <you–not listen to me> et qu’il a opté pour la valeur négative. La forme en -ing signale l’antériorité de la notion listen découlant de cette prise de position subjective. En effet, l’autre forme possible au présent simple ( ? Do you listen to me ?) est une simple demande de renseignements qui n’implique pas une antériorité par rapport au moment d’énonciation. Dans l’énoncé (47), always marque l’itération du procès et par l’emploi de -ing, l’énonciateur signale qu’il a été témoin (ou a eu connaissance) d’occurrences du procès antérieurement au moment repère. A contrario, la forme simple (Customers always complain) par lequel l’énonciateur asserte une vérité générale n’implique pas qu’il ait été témoin au préalable d’une instance de validation du procès. L’énoncé (48) implique, par la présence de la négation, que la relation <I-marry Claudine> a été envisagée antérieurement à l’acte de parole. La forme simple : I don’t marry Claudine, [I marry Helen], serait une simple assertion objective des faits qui n’impliquerait pas la présence subjective de l’énonciateur qui a envisagé la relation au préalable avant d’opter pour la valeur négative, ce que marque la forme en -ing.

54C’est cette valeur récursive de -ing qui explique que l’on peut trouver cette forme avec des verbes ou des contextes qui normalement ne l’admettent pas :

(49) She is resembling her mother more and more. (Adamczewski, H. (1998 : 75)

(50) They are playing football everyday this week. (Souesme, J-C. (1992 : 91)

55Dans l’énoncé (49), more and more signale que le processus a commencé antérieurement au moment repère (présent). Dans l’énoncé (50), la période élargie this week implique qu’il s’agit d’une activité nouvelle initiée ou envisagée antérieurement à ce moment.

56On retrouve un phénomène de reprise similaire avec les nominalisations (gérondif) :

(51) ‘I like performing in public’. (6HC)

(52) At this age, he started boxing, principally at the instigation of his brother Lex. (CL1)

(53) Mary is very sorry that she has to put off coming to dinner tonight. (C9R)

(54) There is so much to see that it is worth buying a good guidebook. (CH5)

(55) He considered giving up his job to look after her. (K1C)

(56) I remember thinking at the time that someone had got their priorities wrong. (BLY)

  • 9 Ces verbes se construisent aussi suivis de to + BV pour indiquer que le procès est visé (voir 3.2).

57Dans tous ces exemples, le verbe introducteur V1 présuppose que le procès représenté par V2 a été validé, engagé ou envisagé antérieurement au moment repère. Cela est évident dans le cas de verbes comme stop, resume, keep, put off, remember, look forward, confess, consider etc. Dans le cas des verbes de sentiments (like, hate etc.), -ing renvoie à une expérience (vécue ou imaginée) préalablement au moment repère et en ce qui concerne les verbes start et begin , une action volontaire implique normalement une conception antérieure à sa réalisation9.

58Dans les actions involontaires d’un sujet animé (57, 58) ou avec un sujet non animé (59, 60, 61), celui-ci n’est pas responsable du procès qui suit start ou begin. On ne peut donc dire que ce dernier a été visé ou a été envisagé avant le moment repère. Dans ce cas on trouve indifféremment les deux formes :

(57) I thought how wonderful it was when two young people started falling in love. (HOM)

(58) And she wondered if that had been when she had started to fall in love with him. (JYF)

(59) Soon drops of rain started falling. (GW8)

(60) Great drops of rain started to fall. (B1N)

(61) Forest fires have raged. Leaves that normally begin to fall in late August started falling in July. (www.ecumininet.com)

59On retrouve la même valeur opératoire de repérage par antériorité symbolisée par le morphème -ing avec les prédicats nominalisés (62), (63) et le participe présent (64) :

(62) As it is a list of his own making, it is not much of an excuse... (ADB 1124)

(63) But Wilson, [...] could hear the roaring of the sea. (FES 279)

(64) She held the letter with trembling hands. (EPH 3977)

60Ces énoncés présupposent : he made the list (62), the sea was roaring (63), her hands were trembling (64). Dans les trois cas, -ing fait référence à un procès validé ou engagé préalablement au moment repère. Dans le cas d’un verbe d’état, comme dans

(65) A complex of symptoms and side-effects are generally produced closely resembling those seen in critically ill patients. (EE8)

61on compare une expérience présente à une expérience passée. Pour que la comparaison puisse se faire, il faut obligatoirement un retour vers le passé marqué par -ing et souligné par those.

62On retrouve le même repérage par antériorité dans les propositions participiales :

(66) Leaning forward towards the nylon line, she snipped with the scissors. (HA6)

(67) She returned Myrad’s greeting, thanking her for her card. (H8J)

63Dans l’énoncé (66), la validation du procès de la principale (snipped) est conditionnée par celui de la participiale (leaning). Ce dernier lui est donc antérieur. Dans (67), le procès de la participiale (thanking) a été envisagé avant celui de la principale (returned) puisqu’il en était la cause. Le repérage est parfois explicité par une préposition :

(68) It was a starry night that night, and by leaning against the cold window Boy could see the stars. (AR2)

(69) On hearing my voice he put down the phone. (HGJ)

64Dans l’énoncé (68), la préposition by, qui indique le moyen, explicite le repérage par antériorité du procès de la subordonnée (leaning) par rapport à celui de la principale (see the stars). Dans (69), malgré l’impression de simultanéité, le procès de la principale (put down) n’a pas pu être validé avant que celui de la subordonnée (hearing) soit initié.

65Le morphème -ing semble donc être la trace au niveau linguistique d’un travail mental de l’énonciateur qui se tourne vers son passé et qui renvoie à un procès préexistant au moment repère parce qu’il a été validé, initié ou envisagé avant ce moment-là (Souesme, 1992 : 87).

3.2 To

66À l’origine, la préposition de but to sert à marquer le passage d’un lieu à un autre, le déplacement spatial impliqué « consommant » du temps chronologique :

(70) ‘I’m drenched, just running from the car to the door’. (AN8)

67Cela se manifeste dans la temporalité discursive par la postériorisation de l’élément cible (the door), comme le montre la difficulté d’avoir (sauf intention particulière)

(70’) ? ‘I’m drenched, just running to the door from the car.’

68C’est logiquement à l’opérateur to qu’incombe la fonction d’introduire une information nouvelle, par transfert métaphorique de son emploi originel. Cela est évident dans le cas où to marque une opération de visée (avec le sens de in order to, so as to) comme dans

(71) Wycliffe thanked her for being so frank and got up to leave (GW3 1901)

69to introduit le procès visé dont la réalisation est différée après le moment repère (got up).

70On retrouve cette même fonction de to lorsque, presque totalement désémantisé, il joue le rôle d’opérateur métalinguistique. C’est le cas avec un certain nombre de verbes, noms et adjectifs qui appellent un supplément d’information :

(72) I intend to keep your nose to the grindstone, Rob. (HA7 1823)

(73) And indeed it is high time [for us] to think about lunch. (EFU 1800)

(74) She’s old enough to make up her own mind. (GW3 2932)

71Dans tous ces cas on a un sujet responsable de la visée marquée par to, même lorsqu’il est sous-entendu, comme dans (73). Il en est de même pour les énoncés suivants :

(75) Often it is a mistake [for one] to hope for too much. (CN4 814)

(76) The pastry is easy to make (ABB 2501) = it’s easy [for one] to make the pastry.

(77) [For one] To scare a bird is not the way to catch it. (Proverbe)

72C’est toujours la même notion de postériorité qui sous-tend les emplois de to. Que l’on envisage la validation (intention/but (78), résultat (79)...) ou la non-validation du procès (80), il y a renvoi vers un « après » marqué par to par rapport au moment repère (Cotte, 1982) :

(78) He struggled to get up from his chair. (HGS 2620)

(79) When she arrived home to find a crowd of newsmen on her doorstep, she stepped back into her blue Ford Escort and drove off. (CBF 9738)

(80) He refused to comment on the writ’s content. (CBV 478)

73L’opposition postériorité/antériorité devient évidente avec les verbes à double construction :

(81) I stopped to listen to him during rehearsal. (EVN 818)

(82) I stopped listening to him during rehearsal.

(83) He went on to congratulate the members [...] (HCW51)

(84) He went on congratulating the members.

74Il s’agit soit de l’interruption d’un procès en cours au profit d’un autre qui est visé (81) par opposition à l’interruption d’un procès ayant débuté antérieurement (82), soit du passage à un autre procès (83) par opposition à la continuation du même procès (84). De même avec :

(85) I remember you saying that (KBW 11783)

(85’) I must remember you to say that.

(86) I regret interrupting you (HFX 1299)

(86’) I regret to interrupt you.

75Dans le premier cas, le procès a été validé (85) ou envisagé (86) avant le moment repère, la vision est rétrospective ; dans le second (85’, 86’), le procès est visé, elle est prospective. De même dans les cas de préconstruction de la relation due à une négation :

(87) I do not want you to call here. (CD2) (visée)

(87’) I do not want you calling here. (préconstruction)

76C’est aussi pour cela que l’on trouve to avec les verbes de sentiments en contexte spécifique ou itératif (le procès est visé à chaque fois) alors que -ing marque une vision rétrospective dans un contexte générique (il y a déjà eu validation du procès dans le passé) :

(88) I would hate to be a servant in a posh house (ADG)

(88’) I hate being a servant in a posh house.

(89) I prefer to drive back home after a meeting, no matter how far it is (ANY)

(89’) I prefer driving back home.

77À ce titre, un énoncé comme She is used to drinking est doublement intéressant : le (sub)morphème -i- de is sert à réintroduire dans la situation présente un procès dont l’itération marquée par used implique une antériorité signalée par -ing et une postériorité signalée par to.

78C’est aussi to que l’on trouve avec les verbes de perception en l’absence de présupposition (quand ils indiquent un sentiment, une impression) :

(90) They saw the plan to be wrong. (Ghio, 2012 : 293)

(91) How does it feel to be a dad ? (BBC Television).

79Dans l’énoncé (90), on a deux relations prédicatives : <They-see the plan> et <the plan-be wrong>, la validation de la seconde étant postérieure à celle de la première : on a d’abord considéré le projet pour s’apercevoir ensuite qu’il était mauvais. A la postériorité marquée par to s’oppose l’antériorité / reprise marquée par that (They saw that the plan was wrong) et la simultanéité marquée par Ø (they saw the plan was wrong). Dans l’énoncé (91), le contexte (le Prince Charles vient d’être père pour la première fois) montre que « be a dad » est un nouvel état qui implique des sentiments nouveaux par rapport à l’état antérieur.

80C’est également to que l’on trouvera dans have to, be able to et be allowed to où la validation est envisagée, contrairement aux modaux correspondants (can, may) suivis de la base verbale où il s’agit seulement de la validabilité de la relation prédicative :

(92) Finally, I am able to take time off. (CEK 1995)

(≠ I can take time off).

(93) Do I have to pay ? (HS9 89)

(≠ Must I pay ?)

(94) Am I allowed to ask about the pills ? (JB 2834)

(≠ May I ask about the pills ?)

81Dans tous ces énoncés, la validation du procès précédé de to est postérieure au moment repère marqué par le temps du verbe de la principale (présent d’énonciation ici).

82En conclusion, on peut dire que c’est bien la notion de postériorité qui sous-tend les différents emplois de to, l’énonciateur se projetant mentalement dans un « après » du discours ou des événements par rapport au moment repère.

4. Le cas de Ø

83Si, selon Gustave Guillaume (1919 : 59, 60), l’article mesure le degré d’extensivité de la notion, l’absence d’article devrait logiquement renvoyer à la totalité de sa charge sémique. C’est ce que l’on constate dans le domaine nominal où Ø indique que la notion n’est limitée ni en intention ni en extension :

(95) Ø Life is all right – it’s what people make of it that is the problem. (K56)

(96) It all happens later in Spain. Ø Lunch can be at four, dinner at ten. (CFS)

(97) Ø French and Ø English are the official languages used throughout the park. (EDO)

(98) ‘No Ø Sex, Please, We’re British’. (Titre d’une pièce d’Alistair Foot, 1971)

84Dans ces exemples il ne s’agit pas d’une vie ou d’un repas en particulier ni d’un type de français, d’anglais ou de relations sexuelles. La définition du substantif n’est pas limitée par référence à une occurrence spécifique marquée par la présence de l’article, elle est donc maximale. Cela peut être mis en évidence par des paires contrastives bien connues comme

(99) Ian is going to the hospital, so I’m afraid you’ll have to put up with me. (JYE)

(100) I didn’t see John at all since before going to Ø hospital. (FEE)

85où l’énoncé (99) sera prononcé à propos d’un médecin qui se rend à son travail (le champ d’application de la notion est restreint au lieu) et (100) par un malade qui doit recevoir des soins (le champ d’application concerne tout ce qui a trait aux soins). Comparons encore :

(101) We last met on the Sunday before his death. (EWW)

(102) A good place for a meal on Ø Sunday, or any other day. (ECS)

86Comme le montre le co-texte, dans (101) le substantif est repéré par rapport à un jour particulier, alors qu’en (102), affranchie de toute circonstance particulière, la notion qu’il recouvre est saisie dans sa globalité. En l’absence de repérage, la définition y est maximale.

87De même, les collocations de termes appartenant au même champ sémantique comme war and peace renvoient à la totalité de ce que recouvrent les notions concernées par opposition à the Crimean war, the 1918 peace où leur champ d’application est réduit aux circonstances mentionnées.

88L’opposition Ø / the se trouve également dans les exemples paradoxaux suivants :

(103) We have Ø land, Ø water, Ø sky and all that goes with it. (Adamczewski, 1998 : 210)

(104) She loved the toys, the songs, the games [...]. (Lapaire et Rotgé, 1991 : 112)

89Dans l’énoncé (103), bien que l’on soit en situation particulière, le personnage fait référence non pas à des éléments dans un lieu et à un moment précis mais à ce qu’ils représentent dans l’absolu, la définition est alors maximale, tandis que dans l’énoncé (104) la généralisation se fonde sur une expérience personnelle antérieure qui déclenche l’emploi de the.

90L’absence de repérage marquée par Ø, et donc de limitation au champ sémantique de la notion que recouvre le substantif, signale que celui-ci est au niveau linguistique l’image de la notion dont il porte la totalité de la charge sémique.

91Dans le domaine verbal, la base verbale nue « renvoie » également à la notion, comme le montre son emploi avec les verbes de perception, par exemple :

(105) Over the line, she heard a door slam in Yorick’s flat. (GUU)

(106) I saw birds fly across, pigeons, I think. (GO7)

92L’absence de marque faisant référence à un « avant » (-ing) ou un « après » (to) fait que « l’on a affaire à une notion verbale et non un prédicat » (Adamczewski, 1998 : 12). Dégagée de tout lien étroit avec la situation d’énonciation par la présence restrictive de to ou de -ing, la base verbale (V2) précédée ou suivie de Ø atteint au plus haut degré de généralisation,comme le prouvent les traductions possibles en français : « Elle entendit un claquement de porte » et « Je vis passer un vol d’oiseaux », où l’emploi d’un nom, précédé d’un déterminant à valeur générique, généralise et donc intemporalise la notion que recouvre le substantif. La comparaison avec l’autre forme possible

(107) She heard a door slamming

=

(107’) She heard a door that was slamming (une porte qui claquait)

(108) I saw birds flying

=

(108’) I saw birds that were flying (des oiseaux qui volaient)

93-ing est la marque d’un repérage du procès représenté par V2 par rapportà une occurrence spécifique et limite la portée sémantique de la notion qu’il représente à cette situation-là, confirme cela.

94De même, l’énoncé suivant qui peut recevoir trois interprétations différentes :

(109) Derek ? Shoot tigers ? Never !

(109’) Derek never shot tigers

(109’’) Derek never shoots tigers

(109’’’) Derek will never shoot tigers

95montre bien la dimension d’intemporalité qui se rattache à la notion verbale précédée de Ø. L’absence totale de repérage dans cet énoncé a pour effet de lui attribuer, comme pour le substantif dans le domaine nominal, une extensivité maximale.

96On peut faire la même constatation en ce qui concerne le verbe make :

(110) He made me dress up in clothes like my mother’s. (HH3 3282)

97On a une structure du type N1 V1 N2 V2. Avec make c’est le sujet N1 (He) de V1 qui est à l’origine du procès représenté par V2 et non N2 (me) qui en est le simple exécutant. Celui-ci ne vise donc pas le procès, d’où l’absence de to. On trouve en particulier cette construction quand N2 est le patient (111) ou quand le sujetde V1 est neutre (112) :

(111) He made me feel like I was mad. (HJC 389)

(112) The colour made me think of Nile mud. (HNS 258)

98La double construction du verbe help confirme cela :

(113) Jimmy had a lot of flair but it didn’t help him Ø win. (A7Y 157)

(114) Well, I’ve met him, and I’m going to help him to get better. (FS2 779)

99Dans l’énoncé (113), le sujet de V1 (it, mis pour flair) est à l’origine du procès représenté par V2 (win) mais de par sa nature n’exerce pas de contrainte sur N2 (him) qui ne vise pas le procès, d’où l’absence de to. Dans (114), going to signale la volonté du sujet de V1 (I) qui s’exerce sur N2 (him) par l’intermédiaire du verbe help pour l’amener à la réalisation du procès représenté par V2 (get better), d’où la présence de to qui marque une projection vers une validation future.

100C’est ainsi que l’on aura logiquement to avec force, get et cause car la sémantèse du verbe fait de N2 l’origine du procès de V2 (le sujet de V1 n’étant que le déclencheur de ce procès), ce qui implique une visée et une forme verbale précédée de to :

(115) She forced him to learn to talk again. (K25 3101)

(116) Then she got him to talk about his investigation. (GWG 2556)

(117) The addition of a new ‘branch’ caused the tree to fall. (BNG 1752)

101Inversement, dans les énoncés suivants où figurent let et have

(118) She let him go alone to break the news to Chris. (H86 979)

(119) I had her lose her temper by sending John to taunt her. (HXG)

102l’absence de contrainte de la part du sujet de V1 fait queV2 perd sa fonction de relateur (pas de to) au sein d’une relation prédicative distincte de celle comprenant V1 et qu’il représente une notion verbale appliquée à N2 qu’il qualifie (on peut parfois le remplacer par un adjectif : she let him alone).

103Pour résumer, quand N2 est exécutant ou patient il ne vise pas le procès et on a une forme verbale non marquée (Ø), quand il est agentif on a une forme verbale marquée par to, d’où la présence de ce dernier au passif où N2 devient sujet agentif de V2 :

(110’) I was made to dress up in clothes like my mother’s.

104On opposera également la base verbale à BV+-ing comme dans les énoncés suivants :

(120) I have never seen him take a drink. Not once. Noriega does not drink. (AAK)

(120’) I have never seen him taking a drink.

105Dans l’énoncé (120’), la forme verbale représentée par V2 n’est pas le complément de V1 mais a son propre sujet (him) et son propre complément (a drink), autrement dit elle a une fonction de relateur au sein d’une relation prédicative distincte de celle contenant V1. Dans (120), au contraire, le segment « take a drink» qualifie him, complément de V1 (on peut lui substituer un autre qualificatif comme sad, par exemple), et fait partie d’une seule et même relation prédicative dont le relateur est V1. L’énoncé (120’) signifie que le sujet de V1 n’a jamais été témoin d’une occurrence du procès représenté par BV+-ing alors que dans (120), Ø+BV indique que la notion complexe représentée par V2 et son complément ne s’applique pas à sa connaissance au complément de V1, comme le confirme la fin de l’énoncé.

106Contrairement aux énoncés où la base verbaleest précédée de to ou suivie de -ing, la base verbale nue,en s’affranchissant de tout lien étroit au sein de la relation prédicative par l’absence de repérage faisant référence à une antériorité ou une postériorité dans le discours, conserve la totalité de la charge sémique de la notion.

5. Représentation

107Nous venons de voir que les opérations de détermination dans le domaine nominal et le domaine verbal font appel à des marqueurs linguistiques qui, sous la diversité des formes, renvoient à des opérations de repérage similaires. Alors que the renvoie à une antériorité dans le discours ou la situation et -ing à une antériorité événementielle, a renvoie à une postériorité dans le discours et to à une postériorité événementielle. This et that, quant à eux, renvoient à la fois à une antériorité marquée par th- et une identification (-i-) au moment repère ou à l’énonciateur pour this ou une différentiation (-a-) par rapport à ce moment ou à l’énonciateur pour that.

108On est en présence d’un système à trois niveaux : linguistique, opérationnel et cognitif. Les opérations de repérage dont the, a, to, -ing et this, that sont la trace au niveau linguistique sont le résultat d’opérations cognitives dont les outils sont les notions d’identification ou de différenciation, d’antériorité ou de postériorité qui renvoient respectivement aux archétypes primitifs de « l’ici » et de « là-bas » ou du « maintenant » et de « l’avant » ou de « l’après » (Desclés, 1991). Ces notions s’appliquent aux relations spatio-temporelles qui sont à l’œuvre dans les domaines de la détermination verbale et nominale et qui permettent le repérage des participants et des événements. En effet, celui-ci se fait soit par rapport à l’énonciateur (repérage spatial) ou à la chronologie discursive (repérage temporel) pour this, that, the et a, soit par rapport à la chronologie temporelle pour this, that, to+BV, BV+-ing et be+BV+-ing. Or nous avons vu, d’une part, que la chronologie discursive s’inscrit dans la chronologie temporelle et d’autre part, que l’espace et le temps s’appréhendent en fonction des mêmes notions de base qui font appel aux mêmes archétypes primitifs. Nous pouvons donc dire que ce sont ces archétypes qui sont le fondement des opérations de repérage. Cela est vrai dans le domaine nominal comme dans le domaine verbal, à la différence près que pour the et a il s’agit d’une antériorité ou d’une postériorité discursive et que pour this et that il peut s’agir d’une identification ou d’une différenciation spatiale ou affective par rapport à l’énonciateur aussi bien que temporelle (par antériorité / postériorité) par rapport au moment repère.

109Quant à Ø, il n’est pas la trace d’un renvoi à une antériorité ou une postériorité du discours ou des événements ni d’une identification ou d’une différenciation d’avec le moment repère ou l’énonciateur mais, au contraire, sa fonction est, en marquant l’absence de repérage, d’affranchir le verbe ou le substantif de la chronologie événementielle ou discursive pour pouvoir accéder à la complétude du signifié. En effet, par leur absence de repérage au sein de la relation prédicative, le substantif et la base verbale nus demeurent indéterminés, proches de la notion pure, alors que ceux précédés de a, the ou to ou suivis de -ing sont le résultat d’une opération de repérage qui en limite l’extensivité à la situation considérée.

110Arrivés au terme de notre étude, nous sommes maintenant en mesure de mettre en parallèle les deux systèmes de détermination et de constater leur stricte similitude.

  • 10 Pour l’étude de ces aspects, voir Ghio, 2014.

111Quant à this et that, ils sont à rapprocher respectivement des aspects be+BV+-ing et have+BV+-en dont ils partagent le schéma cognitif10. En effet, le premier de ces aspects se caractérise par un retour vers du déjà pensé, envisagé, acté, marqué par -ing, et une identification au moment repère marquée par be, tout en ouvrant sur un « à venir ». Le deuxième se caractérise comme that par un retour vers le passé et une fermeture marqués par les (sub)morphèmes -en et -a-.

  • 11 L’état résultant du procès au moment repère n’est qu’une conséquence de l’achèvement antérieur de c (...)

112On constate que la représentation topologique est semblable à la précédente à la différence près que this, comme on l’a vu, peut être à la fois un marqueur de reprise, donc renvoyer à une antériorité tout en réactualisant la notion, et ouvrir sur un « à venir ». De même, be+BV+-ing, tout en marquant le rattachement au moment repère de la notion verbale, signale une antériorité par entrée préalable dans le domaine notionnel du verbe et une ouverture par l’absence de clôture de ce domaine. That et have+BV+-en, quant à eux marquent la reprise et la fermeture en renvoyant uniquement à une antériorité de la notion ou du procès11.

6. Les quantifieurs et les modaux

113Les quantifieurs et les modaux ne font pas appel aux archétypes primitifs de l’horizontalité (« avant/après » ou « ici/là-bas ») mais à ceux de la verticalité (« haut/bas ») qui ont donné naissance au niveau conceptuel aux notions de supériorité et d’infériorité. Les quantifieurs renvoient à la quantité de matière ou d’éléments en question de façon globale, sans en distinguer les composants. Leur expression linguistique en anglais correspond à all/each/every, most, much/many, some/a little/a few, little/few, no. Au niveau cognitif leur paradigme s’organise selon une échelle de valeur orientée correspondant à la verticalité de la station debout, la tête située en « haut » étant considérée comme « supérieure » aux pieds situés en « bas » à la fois par sa situation physique et sa dimension psychique. On aura ainsi, du bas vers le haut : no, little/few, some/a little/a few, much/many, most et each/every/all.

114Dans leurs emplois épistémiques, les modaux sont à la détermination verbale ce que les quantifieurs sont à la détermination nominale. Ils servent à évaluer quantitativement les chances de validation du procès représenté par le verbe. Il n’est donc pas surprenant qu’ils se distribuent selon un schéma identique allant de la plus faible chance de validation à la plus forte : might, may, will, must, selon une échelle de valeur verticale, conformément à ce qui a été dit au paragraphe précédent.

  • 12 Notre but n’est pas ici d’étudier l’influence du contexte sur la valeur des modaux. Nous nous limit (...)

115À la différence des autres déterminants verbaux et nominaux, les archétypes qui sous-tendent l’emploi des quantifieurs et des modaux n’ont pas pour trace au niveau linguistique un morphème ou sub-morphème mais sont constitutifs d’une échelle de valeur qui organise une classe de termes en un paradigme orienté. Les quantifieurs ont un sens lexico-grammatical qui correspond à une opération de parcours - on envisage tous les termes de la classe pour tous les retenir (all) ou n’en retenir aucun (no) - ou à une opération de prélèvement (some, (a) little/few, much/many) et une représentation cognitive qui correspond à leur position sur l’échelle de valeur. Les modaux ont un sens lexical (may/might = « pouvoir », will = « vouloir », must = « devoir ») et une représentation cognitive qui les positionne sur une échelle similaire en fonction de la valeur épistémique qu’ils prennent en contexte12. Si on applique le paradigme des quantifieurs et celui des modaux à un même exemple on est en mesure de mettre en évidence une correspondance entre les deux systèmes :

116La classe des modaux épistémiques et celle des quantifieurs s’organisent donc au niveau cognitif selon une même échelle de valeur orientée construite à partir des archétypes primitifs du « haut » et du « bas ». Comme avec les autres déterminants, on constate avec les quantifieurs et les modaux un parallèle à ce niveau entre le domaine verbal et le domaine nominal (all et no correspondant respectivement à la modalité assertive positive et négative).

7. Conclusion

117On a vu au cours de cette étude comment, au-delà de la diversité des réalisations de surface et de la polysémie des formes, on peut faire remonter les opérations de détermination à un petit nombre de schèmes primitifs ancrés dans la représentation perceptuelle du temps et de l’espace. Nous avons ainsi mis en évidence l’existence d’un parallèle entre détermination verbale et détermination nominale qui constituent de véritables systèmes au niveau cognitif.

118Cette similitude dans le fonctionnement des opérations de détermination n’est pas surprenante puisqu’elles sont le produit de repérages spatio-temporels régis par les mêmes notions constituées des mêmes schèmes sémantico-cognitifs faisant appel aux mêmes archétypes primitifs distribués sur les axes horizontaux et verticaux qui servent de repère au positionnement spatio-temporel de l’homme et de ses actions dans l’environnement.

119Ces archétypes seraient ainsi les véritables invariants langagiers puisqu’on les retrouve sous la trace des mêmes « cognèmes » dans d’autres langues indo-européennes comme le français avec l’opposition binaire -i-/-a- dans ici/là et ceci/cela ou l’italien avec la double opposition qui/qua pour « ici » et lì/là pour « « là », témoin d’un décentrage énonciatif que l’on trouve également avec certains emplois de this/that en anglais.

Haut de page

Bibliographie

ADAMCZEWSKI H., DELMAS C., 1998, Grammaire linguistique de l’anglais, Paris, Armand Colin.

BOTTINEAU D., 2012, « Le décentrage intersubjectif des marqueurs de spatialité » dans BACHA J. et R. BRET-VITOZ, Espace et énonciation, Linguistique et littératures françaises et francophones, Tunis, Les Editions Sahar, 99-107.

BOTTINEAU D., 2009, « La théorie des cognèmes et les langues romanes : l’alternance i/a dans les microsystèmes grammaticaux de l’espagnol et de l’italien», Studia Universitatis Babeş Bolyai, Philologia, LIV 3, 125-151.

COTTE P., 1982, « Autour de TO », Apports français à la linguistique anglaise, Travaux du CIEREC XXXV.

CULIOLI, A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 2, Paris, Ophrys.

DESCLÉS J.-P., 1998, « Les représentations cognitives du langage sont-elles universelles ? », Essais sur le langage, logique et sens commun, Fribourg, Suisse, Editions universitaires, 53-81.

DESCLÉS J.-P., 1994, « Réflexions sur les grammaires cognitives », Modèles linguistiques, Université de Lille III, Lille, 1994.

DESCLÉS J.-P., 1993, « Interaction entre langage, perception et action », Faits de langues, n° I, 124-127.

DESCLÉS J.-P., 1991, « La prédication opérée par les langues (ou à propos de l’interaction entre langage et perception) », Langages, vol. 25 83-9

DESCLÉS J.-P., 1990, Langages applicatifs, langues naturelles et cognition, Paris, Hermès.

DESCLES J.-P., 1989, « Catégories grammaticales et opérations cognitives », Histoire, Epistémologie, Langages, Vol. 11, 33-53.

GHIO G., 2014, Temporalité et aspectualité en anglais : opérations, représentations, cognition, CORELA, n° XII, Vol. 1, 2014.

GHIO G., 2012, Grammaire linguistique de l’anglais contemporain, Paris, Belin.

GHIO G., 1998, CAN et MAY : les modaux du possible en anglais contemporain, Lille, Thèse, Presses Universitaires du Septentrion, 1998.

GUILLAUME G., 1919, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Hachette.

JOLY A., 1987, Essais de systématique énonciative, Lille, Presses Universitaires.

JOLY A., O’KELLY D., 1991, Grammaire systématique de l’anglais, Paris, Nathan.

LANGACKER R., 2008, Cognitive Grammar, Oxford, Oxford University Press.

LAPAIRE J.-R., ROTGÉ W., 1991, Linguistique et grammaire de l’anglais, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

SOUESME J.-C., 1992, Grammaire anglaise en contexte, Paris, Ophrys.

Haut de page

Annexe

Corpus électronique : les références des exemples (entre parenthèses) renvoient au British National Corpus (BNC).

Symboles : = signifie « identique à », signifie « différent de ».

Haut de page

Notes

1 Les niveaux intermédiaires ne sont pas mentionnés ici car non pertinents dans le cadre de cette étude.

2 Opérations de prédication, de détermination, de quantification, de repérage, etc.

3 Ces notions sont à prendre dans un sens large. Elles sont les équivalents conceptuels des archétypes primitifs.

4 Les temps et les aspects ont fait, quant à eux, l’objet d’une étude précédente (Ghio, 2014).

5 Guillaume, G. (1919 : 16). Au plan linguistique il s’agit d’un retour vers l’avant du discours ou de la situation.

6 Voir Bottineau, D. (2012).

7 Ou « cognèmes », selon la Cognématique de Bottineau (2009).

8 Expression empruntée à Joly et O’Kelly (1991).

9 Ces verbes se construisent aussi suivis de to + BV pour indiquer que le procès est visé (voir 3.2).

10 Pour l’étude de ces aspects, voir Ghio, 2014.

11 L’état résultant du procès au moment repère n’est qu’une conséquence de l’achèvement antérieur de ce dernier.

12 Notre but n’est pas ici d’étudier l’influence du contexte sur la valeur des modaux. Nous nous limitons à leur valeur prototypique. Pour une étude détaillée des modaux en contexte, voir Ghio (1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Ghio, « Déterminations verbales et nominales en anglais : opérations, représentation, cognition »Cahiers de praxématique [En ligne], 68 | 2017, mis en ligne le 22 octobre 2017, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.4552

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search