Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Le défigement : un nouvel indicat...

3

Le défigement : un nouvel indicateur des marques du figement ?

Puns based on set phrases : a new way of looking at how set phrases come into being
Aude Lecler
p. 43-60

Résumés

Cet article tente de montrer que l’étude du défigement représente une source d’informations sur le figement, en postulant que la déformation discursive préserve certaines marques de fixité. Celles-ci s’observent à l’intérieur et à l’extérieur de la formule figée. La morpholexicalité, la structuration syntaxique, l’effet paronomastique et le contexte participent, conjointement ou non, à (re)former l’expression figée et à en actualiser le sens. Ainsi, si la définition du figement repose avant tout sur des propriétés morphologiques, syntaxiques et sémantiques qui ressortissent prioritairement de la langue, elle gagne à être complétée par les propriétés discursives relevant de l’observation du défigement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le détournement altère de manière significative la forme figée à un niveau lexical, sémantique et/ (...)

1Le figement est très souvent étudié pour ses caractères morphologiques, syntaxiques et sémantiques repérables dans la langue. Or, « la notion intéressante, et par laquelle celle de “figement” est apparue, c’est le “défigement” » (Rey 1997 : 339). En effet, si l’on s’est rendu compte de l’existence du figement, c’est grâce à la possibilité de le détourner, de le « défiger ». C’est donc dans le discours, par de possibles déviations, que la fixité linguistique a été mise en évidence. Le défigement représente, dans sa dénomination même — par le préfixe dé- issu du latin dis- qui signifie l’éloignement, la privation — la forme opposée au figement, pourtant, il en est également le devenir potentiel (cf. notamment Anastassiadis-Syméonidis 2003). Si le figement n’a pu se concevoir sans le défigement, la relation inverse peut se révéler tout autant porteuse de savoirs. Ainsi, nous postulons qu’étudier le défigement permet de récolter certaines informations linguistiques sur le figement. Pour vérifier cette hypothèse, nous proposons d’examiner des énoncés défigés, autrement dit des énoncés où une forme figée a été détournée1. À travers cette analyse linguistique, nous cherchons à mettre en lumière des indices de fixation, signes de reconnaissance et de permanence du figement.

1. Définitions et études « classiques » du figement : les critères morphologiques, syntaxiques et sémantiques

2Le figement peut être envisagé de deux façons : soit il est le processus qui amène un syntagme libre à se bloquer, soit il est le résultat de ce processus et constitue une unité lexicale. Nous nous intéressons ici davantage au résultat : nous proposons d’observer des formes figées, non en voie de l’être.

3Une expression figée, définie peu ou prou comme un syntagme (ou phrase) privé de liberté, se repère par trois critères : sémantique, morphologique et syntaxique.

Le figement est un processus par lequel un groupe de mots dont les éléments sont libres devient une expression dont les éléments sont indissociables. Le figement se caractérise par la perte du sens propre des éléments constituant le groupe de mots, qui apparaît alors comme une nouvelle unité lexicale, autonome et à sens complet, indépendant de ses composantes (Dubois et al. 19941999 : 202). Sur le plan linguistique les expressions figées, ou locutionnelles, ou idiomatiques, ou lexies, se définissent par les contraintes qui limitent leur morphologie […], et par la non-compositionnalité de leurs composants sémantiques […] (Charaudeau et Maingueneau 2002 : 262).

On appelle figement un ensemble de caractéristiques syntaxiques et sémantiques affectant une unité polylexicale […]. Parmi ces caractéristiques, on relève : le blocage des propriétés combinatoires et transformationnelles de l’unité […], le blocage de l’actualisation et de la détermination des différents constituants de la séquence, le blocage de l’opération d’insertion et de substitution synonymique, et d’une façon générale l’opacité et la non-compositionnalité du sens (Neveu 2004 : 132).

4Le figement est par nature polylexical, condition sine qua non selon Gross (1996), Spillner (2000), Gréciano (2003), Perko (2001) ou encore Mejri (2003), et ne supporte pas de variations morphologiques majeures. Le nombre de composants d’une expression est variable : à partir de deux et jusqu’à une phrase entière voire même un texte (comme un poème, une lettre administrative, une comptine, un fairepart, etc.). Les composants peuvent être liés par des traits d’union, ce qui marque formellement leur indissociabilité (je-m’en-foutiste, peau-rouge, prêt-à-porter, etc.), ou n’être séparés que par des blancs typographiques, ce qui suppose la connaissance des limites de la séquence en question. Dans notre conception, le figement porte sur des unités à empan restreint (les noms composés), comme sur des unités à empan moyen (syntagmes) et large (les phrases et textes figés).

5Le figement peut également être caractérisé par une perte de la compositionnalité du sens qui donne lieu à une opacité sémantique. Ce critère ne constitue pas une condition obligatoirement requise, cependant, lorsqu’il est établi, la forme en question est figée à un degré élevé — c’est le cas majoritairement pour les locutions et proverbes. L’absence d’opacité peut être le signe d’un figement sémantique à un moindre degré dont relèvent les collocations, formules de politesse, routines discursives, chansons ou lettres administratives. Un type d’expression rend donc compte tendanciellement d’un degré de figement, et à l’intérieur d’un type, les expressions sont plus ou moins figées (cf. Gréciano 1997).

6Le figement syntaxique, qui rend compte de la réduction ou de l’invalidité des propriétés transformationnelles valables pour un syntagme libre, est également scalaire. Selon la séquence, certaines propriétés sont bloquées, d’autres pas et, d’une séquence à l’autre, le nombre de propriétés libres peut varier (cf. Gross 1996).

7Pour définir et délimiter le figement, les dictionnaires de Sciences du Langage et les chercheurs spécialistes se servent de ces critères sans obligatoirement les présenter simultanément. L’appréhension du figement par divers paramètres linguistiques tend à montrer une forme de souplesse voire d’instabilité définitionnelle. Si la polylexicalité semble être la condition nécessaire à l’accès au statut d’expression figée, elle n’est pas suffisante. En outre, les degrés sémantiques et syntaxiques rendent difficile une délimitation franche de l’objet. L’expression figée est définie comme une unité polylexicale dont le sens peut être opaque et dont certaines propriétés transformationnelles peuvent être bloquées. Rien ne permet de la repérer de manière plus précise. Les linguistes butent sur ces relatives probabilités. La seule issue semble être l’analyse au cas par cas. En fait, il en est une autre que nous proposons d’examiner : le recours au défigement ou détournement du figement.

2. Le défigement, une source d’informations sur le figement

8Comment penser que l’étude d’un objet peut être mise à profit pour celle d’un autre ? En reconnaissant que ces deux objets sont liés par un rapport de dépendance très fort. Qu’en est-il pour notre cas ? Le défigement est un jeu de mots qui repose sur le principe de reconnaissance d’un figement préalable. Il ne se révèle tel qu’il est que dans une prise de distance par rapport à cette antériorité : « tout défigement présuppose un figement antérieur qu’il détourne ou remotive » (Fiala et Habert 1989 : 86). Le figement constitue le modèle sur lequel le défigement prend vie. Celui-ci n’a d’existence que par rapport à son modèle linguistique. Il ne prend forme et sens que dans une (re) construction du figement.

Le sur-énoncé qui naît de la manipulation du sous-énoncé de base (l’expression figée) ne représente alors que la partie émergée (ou immédiatement visible/audible) du palimpseste verbal. […] Le sens annoncé (celui du sur-énoncé) se trouve graduellement infiltré, pénétré, exalté par le sens évoqué (celui du sous-énoncé) (Galisson 1995 : 45-46).

9Si dans le défigement la reconnaissance du figement est nécessaire, cela suppose que celui-ci est encore lisible malgré les déformations subies. La liberté prise à son égard ne le détruit pas dans son ensemble. Des indices de fixité perdurent pour que le lecteur effectue justement cette reconnaissance. À l’intérieur même de la variation créée par le défigement peut se lire la fixité du figement.

10Ainsi, nous proposons d’appréhender la stabilisation par la variation. Cette forme de démarche qu’on peut nommer négative ou à rebours permet d’affirmer que, dans l’étude des énoncés figés, tout ce qui est exclu de la liberté relative au défigement appartient alors au figement. Un nouveau regard peut alors être posé sur ce dernier objet puisque son angle d’observation a été changé. Qu’est-ce qui se fige ? Sur quoi porte le figement ? Comment cela se fige ? sont autant de questions auxquelles le défigement semble pouvoir apporter des éléments de réponse. Par son examen vont se révéler des « indices d’activation du figement », en d’autres termes, les moyens dont ce dernier dispose pour se reconstruire.

11Cette hypothèse est motivée également par les distinctions réelles entre analyses en langue et en discours. En effet, si le défigement peut mettre au jour des caractéristiques typiques du figement, cela sousentend que l’analyse discursive profite à la définition de ce type d’unité lexicale. Les trois dimensions linguistiques (morphologie, sémantique, syntaxe) utilisées pour définir le figement en langue, peuvent être réévaluées et probablement complétées par d’autres (phonique, rythmique, etc.) lors d’une étude discursive. Le travail que nous proposons dans cet article est synchronique et discursif : il s’appuie sur un corpus composé d’énoncés défigés écrits provenant d’articles de presse, de publicités et de textes humoristiques (blagues).

12Une fois admise l’hypothèse que l’étude du figement peut passer par l’examen du défigement, il faut circonscrire des cas d’analyse. En effet, il existe deux types de défigement, que nous proposons de dénommer défigement formellement marqué vs défigement non marqué formellement. Un seul de ces types peut nous amener à étudier des indices de fixité dans l’activation du figement.

13Le défigement non marqué formellement, comme son nom l’indique, ne présente pas de modifications formelles (ou des modifications minimes) par rapport au figement. Il a ainsi l’apparence de l’expression figée. L’exemple (1), une publicité, fait partie de cette catégorie :

(1) Elle fait deux poids deux mesures, mais on ne peut pas le lui reprocher.

Bodymaster, la première balance qui mesure la masse grasse et la masse maigre.

[…] Calor

14« elle fait deux poids deux mesures » doit ici être compris comme un défigement de l’expression faire deux poids deux mesures qui signifie « juger de manière différente, deux choses analogues, selon l’intérêt, les circonstances, etc. » (Dictionnaire des Expressions et Locutions, dorénavant DEL). Après lecture du cotexte publicitaire, l’expression est libérée de sa forme et de son sens pour désigner le fait que la balance Bodymaster réalise deux pesées : celle de la « masse grasse » et celle de la « masse maigre ». Si seul avait été présenté le slogan (la première phrase), sans indication de produit, ni de contexte publicitaire, aucun indice n’aurait permis de constater l’existence d’un défigement. Par reconnaissance de la locution verbale faire deux poids deux mesures, on aurait pu supposer qu’une femme (« elle » sans davantage de référenciation) n’est pas impartiale dans son jugement. Autrement dit, hors co(n)texte, le défigement non marqué formellement ne peut se repérer : c’est l’usage normé de l’expression (son sens figé) qui prévaut. L’énoncé coupé de son contexte ne comporte pas d’éléments susceptibles d’indiquer qu’il s’agit en effet d’un défigement : le contenu propositionnel ne semble pas modifié. Seul le recours à la situation de communication et au cotexte permet de percevoir une autre construction du sens. Une fois la référence « balance » actualisée, en contexte, la caractéristique « + humain » de la locution devient obsolète.

15À l’inverse, le défigement formellement marqué présente un figement visiblement altéré. La forme et le contenu propositionnel du figement sont touchés. Ces modifications permettent un repérage immédiat du défigement, même hors contexte. Nous en avons recensé quatre dans notre thèse : la substitution, l’ajout d’un élément lexical, l’effacement du trait d’union et l’imbrication d’une seconde expression figée.

(2) Un vieux rat rencontre une petite taupe. Curieux, il lui demande :

— Que veux-tu faire plus tard, ma petite, quand tu seras grande ?

— Taupe-modèle !

  • 2  Ici orthographié en version française, pouvant également être écrit top-model (version anglaise).

16« taupe-modèle » est un défigement fondé sur le nom composé top-modèle2. La substitution de « top » à « taupe » permet de référer à une taupe topmodèle, c’est-à-dire une taupe mannequin vedette. Le choix de référer à une profession plutôt qu’à la qualification en « taupe exemplaire » tient à l’interrogation du cotexte gauche — « Que veux-tu faire plus tard, ma petite, quand tu seras grande ? », qui fait appel aux questions clichées que posent les adultes aux enfants sur leur devenir professionnel. Dès la perception de « taupe-modèle », unité lexicale qui n’existe pas en français, le lecteur repère le jeu de mots réalisé ici par paronomase. La ressemblance phonique (mais dissemblance graphique nécessaire à l’humour) entre les formes figée et défigée assure la reconnaissance du nom composé originel.

17Le type de défigement étudié va décider de la nature des informations recueillies. L’examen du défigement non marqué formellement permet de cerner les processus qui font passer la formule de la fixité de la langue à la relative liberté du discours. En effet, le défigement non marqué suppose d’abord une lecture figée, puis une lecture littérale (comme dans (1) ), parce que c’est le co(n)texte qui va favoriser la création de la référence défigée. La mise en relation de l’unité figée au co(n)texte est obligatoirement seconde, postérieure à la reconnaissance et l’actualisation de l’expression figée. À l’inverse, l’examen du défigement formellement marqué peut mettre au jour des indices de fixation qui permettent de passer du défigement en discours au figement enregistré dans la langue. En (2), la lecture de l’énoncé est d’abord littérale, puis le figement est retrouvé et activé.

18C’est cette seconde étude qui peut mettre en évidence des procédés linguistiques favorisant le recouvrement de la forme figée ; elle est un recueil d’informations sur le figement par le défigement. Ne seront donc examinés dans cet article que des défigements formellement marqués, qui nécessitent une réactivation du figement par des paramètres auxquels nous attribuons volontiers le statut d’indices de fixation. En effet, si la forme défigée est dotée d’une liberté (principalement syntaxique et sémantique), elle doit tout de même, pour être nommée ainsi, nécessairement permettre la reconnaissance du figement. En d’autres termes, malgré les modifications qu’il effectue, le défigement formellement marqué doit posséder suffisamment de caractères fixes pour que l’énoncé figé d’origine se repère et s’active. Ce sont ces indices que nous proposons de relever dans le point suivant.

3. Des indices du figement à l’intérieur et à l’extérieur de la formule

19Les indices de fixité se distribuent en deux catégories. La première concerne la portée même du figement : les composants sont soudés entre eux par plusieurs paramètres linguistiques. Il s’agit ici d’indices permettant de recréer l’expression figée dans son ensemble, alors qu’elle apparaît déformée. La seconde catégorie porte sur les cotextes environnant le défigement. Ceux-ci convoquent l’actualisation d’une isotopie qui fait appel au sens de l’expression figée.

3. 1. La fixation interne : la morpholexicalité3, la structuration syntaxique et la chaîne phonique du figement

  • 3  Nous associons le lexique à la morphologie parce que si dans le figement les composants peuvent êt (...)

20Nous proposons ici d’observer trois dimensions linguistiques qui permettent de reconstruire la forme figée : le moule morpholexical, la structuration syntaxique et la chaîne phonique. L’expression figée est réactivée par la présence de certaines de ses propriétés linguistiques non touchées par le défigement.

— les composants du figement : le niveau morpholexical

21Les éléments composant la séquence figée sont considérés comme uniques et irremplaçables (en majorité puisque certaines variations demeurent réalisables). Leur substitution crée le défigement. Cependant, ce n’est jamais l’ensemble des composants qui est modifié : le moule lexical du figement demeure. Ainsi, les éléments sauvegardés convoquent mentalement l’élément substitué.

(3) Surclassement bien ordonné commence par soi-même. Renault […]

22Dans (3), sur six éléments composants l’énoncé, cinq sont identiques au proverbe Charité bien ordonnée commence par soi-même. Cette très forte ressemblance morpholexicale permet au lecteur, malgré la déformation à l’initiale de la formule, de retrouver rapidement l’élément manquant du figement. L’exemple (4) fonctionne sur le même modèle.

(4) Voulez-vous goûter avec moi, ce soir ?

Sephora lance Dessert la 1ère ligne de cosmétiques peau douce… à lécher qui transforme tout votre corps en zone érogène. […]

  • 4  La paronomase entre les deux termes, qui facilite encore la réactivation du figement, est d’ailleu (...)

23Le slogan a en commun avec les paroles de la célèbre chanson Lady Marmelade, interprétée par Patti Labelle, un fonds morpholexical. Malgré la modification réalisée, il semble qu’il ne faille que peu de temps pour récupérer et activer le figement : « coucher » s’impose en lieu et place de « goûter4 ». La publicité joue sur cette invitation sexuelle implicite.

24Ce type de récupération fonctionne également dans les cas de multi-substitution si l’expression figée est suffisamment longue. L’exemple (5) modifie deux éléments sur les sept que comporte le proverbe Un train peut en cacher un autre, et qui plus est, il conserve un adjectif numéral très proche.

(5) Une loi peut en cacher deux autres (Le Canard Enchaîné, 09-10-02)

25Nous proposons des cas qui semblent similaires :

(6) Pour vivre heureux, vivons chauffés.

[…] Le radiateur Terrelec

(7) En Irlande, c’est pour mieux vous recevoir qu’on déroule le tapis vert.

C’est au cœur de l’Irlande rurale que vous comprendrez pourquoi les Irlandais ont la réputation d’être si accueillants. […]

26En (6), sur cinq éléments composant le figement, quatre sont préservés, ce qui permet au lecteur de retrouver la citation passée en proverbe Pour vivre heureux, vivons cachés. En (7) « rouge » déloge « vert » pour reconstruire la locution verbale dérouler le tapis rouge.

  • 5  En outre, les termes sont proches phonétiquement : /kaʃe/ et /ʃofe/.

27Ces activations sont d’autant plus faciles que les modifications interviennent à la finale des expressions figées. Il semble, dans ce cas, que l’amorce figée est suffisante pour reconstituer l’unité dans son ensemble : la perception du figement serait antérieure à celle du défigement. Cette idée naît du constat de Denhière et Verstiggel qui, après des tests cognitifs, posent que « l’activation de la signification idiomatique est mise en évidence dès la présentation de son avant-dernier mot » (1997 : 139). En (6), à la perception de « Pour vivre heureux, vivons », le lecteur anticiperait la suite de sa lecture et activerait le terme « cachés ». Il semble qu’ensuite, il rectifierait sa lecture pour « chauffés5 », comprenant alors l’argument de vente pour le radiateur. Le fait que le figement soit peutêtre activé avant le défigement n’entrave pas le résultat : à partir d’un certain nombre de composants en présence, le figement est convoqué, ramené à la conscience.

28Pour l’ensemble de ces exemples, c’est le moule morpholexical qui paraît primordial dans l’activation du figement puisque, excepté des restrictions dans les conditions de sélection, rien ne lie les éléments substitués et substituants.

— la syntaxe du figement : une structure reconnaissable

29Si le moule morpholexical a été fortement modifié, la structuration syntaxique peut être le déclencheur de la reconstruction de la forme figée.

(8) Bientôt vous ne direz plus : « Bonduelle je ne mangerai pas de tes haricots verts ».

Bonduelle Haricots verts Extra-fins […]

30Ici, le slogan fait directement appel au proverbe Il ne faut jamais dire : Fontaine je ne boirai pas de ton eau. Or, comment se retrouve ce figement si ce n’est par la structuration syntaxique ? En effet, au niveau morpholexical seul le terme « dire » est commun aux figement et défigement, mais il est à l’infinitif dans un cas et au futur dans l’autre. Les autres termes peuvent être considérés comme proches, mais uniquement dans une thématique de l’alimentation : « boire »/« manger » et « eau »/« haricots verts ». Cette appartenance à un même champ sémantique ne justifie pas à elle seule la reconnaissance morpholexicale du figement. L’identité de structures syntaxiques (deux propositions, dont l’une sert à introduire le discours direct de l’autre) est beaucoup plus prégnante. À l’intérieur de cette structuration syntaxique, l’agencement de catégories grammaticales est révélateur du mimétisme du défigement :

Bientôt vous ne direz plus :

Bonduelle je ne mangerai pas de tes haricots

verts [adv. + pro. + nég. + V + adv. nég. :

N en apostrophe + pro. + nég. + V + nég. + prép. + adj. poss. + N]

[pro. + nég. + V + adv. nég + V :

N en apostrophe + pro. + nég. + V + nég. + prép. + adj. poss. + N]

Il ne faut jamais dire :

Fontaine je ne boirai pas de ton eau

31La première proposition, qui représente une forme d’avertissement, sert de cheville au discours présenté dans la seconde proposition, formée par une adresse (« Bonduelle » ou « Fontaine »), à laquelle le « je » exprime son refus — cette proposition étant structurellement similaire entre le slogan et le proverbe. La structuration syntaxique du slogan rappelle ici immédiatement celle de la forme figée. Si c’est par cette identité ou quasi-identité que la réactivation peut se faire, c’est bien que le niveau syntaxique est partie prenante dans le figement. Il lui confère une structure reconnaissable ; ce qui s’observe également en (9) :

(9) Ils se téléphonèrent, se marièrent et eurent beaucoup de petits européens.

[…] Orange.

32La structure du défigement est proche de la formule de fin de conte Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants :

[pro. + V pronominal + V (/+ adj.) + conj. + V + adv + SN (/N)]

33L’énoncé est également empreint de la syntaxe du figement par la ponctuation : une virgule doit être présente après la première proposition, et la conjonction « et » doit lier la deuxième et la troisième propositions. En outre, « se marièrent » et « et eurent beaucoup de » apparaissent dans les formes figée et défigée ; ce qui implique des similitudes lexicales et phoniques.

(10) Deux morses se battent sur la banquise. Passe un moujik qui s’arrête pour les regarder. Les morses cessent alors le combat. Pourquoi ? Parce que le moujik adoucit les morses !

34En (10), la structuration syntaxique entre « le moujik adoucit les morses » et La musique adoucit les mœurs est identique. Elle est de forme [SN + V + SN], où chaque SN est composé de [art. déf. + N]. À cette similarité syntaxique, s’ajoute une proximité phonique (/lamyzikadusilemœrs/ et /ləmuʒikadusilemœrs/) au recouvrement du figement.

35La structuration syntaxique participe donc au processus de fixation puisque sa seule perception permet la réactivation du figement (de sa forme et de son sens). En (10), elle est associée à un autre paramètre fixant, qui peut exister indépendamment : la chaîne phonique.

— la chaîne phonique du figement et sa paronomase

36Les jeux phoniques, notamment la paronomase, sont très fréquemment à l’œuvre dans le défigement. La forme figée peut ainsi être préservée uniquement par la dimension sonore.

(11) Un coq va chez le coiffeur qui lui demande :

— Quel genre de coupe désirez-vous ?

— Je voudrais que vous me mettiez la poule à zéro !

(12) Scoops, toujours prêts ! (Le Canard Enchaîné, 19-10-05)

37En (11) et (12), le défigement n’est réalisé que sur l’un des composants du figement et, qui plus est, il ne touche que l’un des phonèmes de ce composant : /b/ dans « boule » (devient « poule »), /t/ dans « scouts », (devient « scoops »). Ces modifications d’un phonème font éclater les groupes figés dans leur ensemble, mais ceux-ci sont réactivés par la conservation de la majorité de leur chaîne phonique.

38Cette ressemblance sonore peut être suffisamment forte pour qu’on parle d’identité (ou quasi-identité) phonique :

(13) Deux abeilles laborieuses bavardent :

— Regardez-la cette fainéante ! Elle n’a vraiment pas l’esprit de famille !

— Non, elle fait la politique de l’autre ruche…

(14) C’est l’histoire d’une petite vache, dans un pré qui longe la voie ferrée. Elle décide d’aller brouter l’herbe toute verte qui pousse entre les rails. Soudain elle aperçoit le train au loin, alors elle crie : « Meuh-meuh » pour le prévenir, mais le train, qui arrive à vive allure, ne peut l’éviter et hélas ! l’écrase.

Moralité : le cri-meuh ne paie pas.

39Selon la lecture faite, les formes figée et défigée peuvent être similaires au niveau phonique : //fɛrlapolitikdəlotryʃ/ et /ləkrimønəpepa/.

40La chaîne phonique constitue une empreinte du figement, empreinte lisible dans le défigement. Si la reformation du figement se réalise par ce paramètre, c’est qu’il participe au processus de fixation ; il en est donc un indice.

41Bien évidemment, dans de nombreux cas, les paramètres morpholexicaux, syntaxiques et phoniques se combinent.

(15) VOLVO

«Les femmes, les enfants, les hommes, le chien et les valises d’abord. » […] Pour vos longs voyages, vous pourriez aussi emporter dans vos bagages tous les équipements de la gamme Océanis […].

42Dans cet exemple, le figement est récupéré par la conservation, dans le slogan, de sa structuration syntaxique énumérative et de son fonds morpholexical. En effet, l’ensemble des composants de la devise marine, « les femmes », « les enfants » et « d’abord », apparaît dans la publicité ; celle-ci étant complétée par d’autres éléments. La structuration syntaxique, quant à elle, repose sur l’énumération de syntagmes nominaux, de forme [art. déf. + N], sur la liaison par la conjonction de coordination « et » des deux derniers SN, et sur la place de l’adverbe en finale de formule.

43En (16), ce sont l’identité phonique /œnorãʒesyrləsɔlirlãde/ et la sauvegarde de la majorité des éléments morpholexicaux (excepté « oranger ») qui permettent de retrouver les fameuses paroles de la Ballade Irlandaise de Bourvil.

(16) Vivendi : un or rangé sur le sol irlandais

Une partie du trésor de guerre de Vivendi était planquée en Irlande. […] (Le Canard Enchaîné, 09-10-02)

44Moule morpholexical, structuration syntaxique et effet paranomastique sur la chaîne phonique participent à activer l’expression figée d’origine lorsqu’elle a été détournée. Ces dimensions sont donc actives dans le processus du figement et dans son résultat. Elles opèrent à l’intérieur même de la séquence figée.

45Observons dès à présent un autre type d’indices : les indices externes.

3. 2. La fixation externe : le cotexte convoque le sens figé

46Nous postulons ici non pas que le figement existe à l’extérieur de la formule, mais qu’il se construit, et dans notre perspective s’active, grâce à des soutiens linguistiques qui lui sont externes. Autrement dit, c’est dans un certain co(n)texte que va se créer et s’actualiser le figement. Cette forme d’appel doit tout de même être corrélée aux indices linguistiques précédemment vus : elle n’est réellement efficiente que dans cette association.

47En (17), le fonds morpholexical « vendredi dimanche pleurera » et la proximité phonique (/tɛlkiri/ /bakteri/) activent le proverbe Tel qui rit vendredi dimanche pleurera. Si ces indices de figement internes suffisent, le cotexte droit (nécessairement externe) assure également le développement de l’isotopie du sens figé. (17) est un article qui apparaît à la rubrique « À travers la presse déchaînée » du Canard Enchaîné. Cette rubrique présente chaque semaine un relevé de perles trouvées dans les journaux français, chaque perle étant introduite par un titre qui a très souvent la forme d’un défigement. Ici, un journaliste de L’Union a employé, pour parler de l’avenir, septique en lieu et place de sceptique. Le Canard transpose cette erreur dans la forme défigée : bactérie poursuit l’isotopie de septique et la suite « vendredi dimanche pleurera » réactive septique et la forme figée pour évoquer la « précarité des états affectifs, de l’humeur […] concernant l’instabilité humaine » (DEL). Le cotexte droit corrige et lie les propositions « pour l’avenir on est » et sceptique ; il réactive le sens figé.

(17) Bactérie vendredi dimanche pleurera

Dans « L’union » (17/10), à propos d’un commerce de photo :

« Pour l’avenir on est septique. »

Être sceptique, pourquoi ? […] (Le Canard Enchaîné, 26-10-05)

48En (18), le cotexte gauche, en présentant les termes et propositions « jeune couple », « hôtel » et « belle chambre », favorise l’activation du nom composé nuit de noces en développant une isotopie sur la nuit suivant le mariage. La suite phonique /nɥidənɔs/ permet ensuite de valider cette lecture figée.

(18) Un jeune couple de squelettes arrive à l’hôtel :

— Nous voudrions une belle chambre pour notre nuit de n’os !

49L’exemple (2), précédemment vu, repose sur le même principe : Top-modèle est préservé en partie par la chaîne phonique /topəmodɛl/ et est activé par la question, dans le cotexte gauche, « Que veux-tu faire plus tard, ma petite, quand tu seras grande ? », qui demande une profession en réponse.

(19) Le Lang qui fourche

Mauvaise opération pour Jack Lang, qui, de son propre aveu, a raté son discours, à peine écouté par les congressistes le samedi matin. « Je n’aurais pas dû m’inscrire pour intervenir », se lamentait-il ensuite. D’autant que Djack a commis un fâcheux lapsus. « Les militants n’ont pas ménagé leurs brèches… heu leur temps ! » a-t-il lancé. […] (Le Canard Enchaîné, 23-11-05)

50En [19], c’est la proximité phonique qui permet le recouvrement de la locution verbale ici présentée en aphérèse (avoir) la langue qui fourche. En effet, le défigement est réalisé par paronomase : /ləlãg/ est construit sur /lalãg/. Cependant, le cotexte droit participe également à l’activation du figement : il réutilise le sens figé « il a fait une erreur de prononciation » (DEL). L’isotopie fondée sur l’actualisation de (avoir) la langue qui fourche (locution reconstruite) est poursuivie dans le cotexte droit par l’actualisation des propositions « mauvaise opération », « raté son discours », « lamentait » et « fâcheux lapsus ».

51Ces différents exemples démontrent que le sens de l’expression figée peut être convoqué par avance dans le cotexte gauche ou être réemployé dans le cotexte droit.

52Peut-on dire pour autant que le cotexte constitue une forme d’indice de fixation cotextuelle ? Il semble que dans l’environnement sémantique de la formule figée, comme dans celui d’une unité simple, se crée un réseau de sens liant différentes unités de l’énoncé entre elles. Nous proposons donc de faire du cotexte un élément non négligeable non pas du figement en lui-même mais de la réalisation de celui-ci. En d’autres termes, le co(n)texte peut convoquer un réseau de sens de manière à affirmer la présence morphologique et sémantique du figement.

53Rastier a déjà perçu l’importance du co(n)texte dans la production du défigement :

les défigements sont à l’échelon local le produit de stratégies interprétatives. La propagation de traits pour présomption d’isotopie est un facteur de resémantisation, et donc de défigement (1997 : 320).

54Dans l’optique de Rastier, le co(n)texte est voué au développement du sens défigé. Or, s’il peut participer à la construction de ce sens, il peut tout autant être actif dans la production du sens figé, nous venons de le voir dans les exemples ci-dessus.

55L’observation du co(n)texte permet par ailleurs d’expliquer la différence de statut des énoncés qui ont l’apparence de formes figées, mais qui sont entièrement littéraux. Le syntagme « sucrer les fraises », par exemple, en dehors de tout contexte peut être considéré de deux manières : en syntagme verbal libre (il évoque le fait de saupoudrer des fraises de sucre) ou en locution verbale (il signifie alors « être agité d’un tremblement nerveux, être gâteux » in DEL). Ce n’est que le co(n)texte qui règle son sens et ainsi lui donne un statut lexical ou syntaxique. En d’autres termes, en possédant la capacité de faire appel à la forme figée ou à la forme libre, le co(n)texte participe activement à la reconnaissance du figement et représente ainsi une aide précieuse dans l’activation de celui-ci.

Conclusion

56L’étude du défigement représente une piste alternative à la délimitation et à la reconnaissance du figement. Si ce dernier est avant tout repéré dans la langue par sa polylexicalité, son sémantisme opaque et ses propriétés transformationnelles bloquées, il peut l’être également en discours par son indissociabilité morpholexicale, sa structuration syntaxique, sa chaîne phonique et enfin par le développement contextuel de son sens. Les indices de fixité et les soutiens linguistiques (tel le contexte) s’associent pour convoquer la formule figée et son sens. Pour se rendre efficace dans la publicité, la presse ou l’humour, le défigement met en œuvre de multiples stratégies : celles-ci mettent en résonance l’intérieur même de l’expression avec son entourage linguistique.

Haut de page

Bibliographie

Anastassiadis-Syméonidis A. 2003, « Que peutil arriver à une expression figée ? », in Mejri (coord.) « Le figement lexical », Cahiers de lexicologie, 82, Paris : Honoré Champion, 51-59.

Charaudeau P., Maingueneau D. 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris : Seuil.

Dalmas M. 2000, « Les particules et autres mots de la communication dans les formules et routines : degrés de tolérance », in Gréciano (éd.) Micro- et macrolexèmes et leur figement discursif : étude de linguistique comparée français/allemand, Paris-Louvain : Peeters, Bibliothèque de l’Information Grammaticale, 347-361.

Denhière G., Verstiggel J. C. 1997, « Le traitement cognitif des expressions idiomatiques. Activités automatiques et délibérées », in Fiala, Lafon, Piguet (coord.), La locution entre lexique, syntaxe et pragmatique. Identification en corpus, traitement et apprentissage, Paris : Klincksieck, 119-148.

Dubois J. et al 1994-1999, Dictionnaire de linguistique et des Sciences du langage, Montréal : Larousse-Bordas.

Fiala P., Habert B. 1989, « La langue de bois en éclat : les défigements dans les titres de presse quotidienne », in Mots, 21, Paris : Presses de la Fondation Nationale des sciences politiques, 83-99.

Galisson R. 1995, « Les palimpsestes verbaux : des révélateurs culturels remarquables, mais peu remarqués » in Martins-Baltar M. (coord.), La locution en discours, Cahiers du français contemporain, 2, ENS-Fontenay-Saint-Cloud : Didier Erudition, 41-63.

Gréciano G. 1997, « La phraséogénèse du discours », in Martins-Baltar (coord.), La locution entre langue et usages, Paris : ENS Éditions, 179-200.

Gréciano G. 2003, « Le figement s’étend et s’enracine », in Mejri (coord.) « Le figement lexical », Cahiers de lexicologie, 82, Paris : Honoré Champion, 41-49.

Gross G. 1996, Les expressions figées en français : noms composés et autres locutions, Paris : Ophrys.

Mejri S. 2003, « Le figement lexical », in Mejri (coord.), « Le figement lexical », Cahiers de lexicologie, 82, Paris : Honoré Champion, 23-39.

Neveu F. 2004, Dictionnaire des sciences du langage, Paris : Armand Colin.

Perko G. 2001, « Les expressions idiomatiques : description théorique et traitement dictionnairique (l’exemple des dictionnaires monolingues français) » in Linguistica, XLI, 37-73.

Rastier F. 1997, « Défigement sémantiques en contexte », in Martins-Baltar (coord.), La locution entre langue et usages, Paris : ENS Éditions, 307-332.

Rey A. 1997, « Phraséologie et pragmatique », in Martins-Baltar (coord.), La locution entre langue et usages, Paris : E. N. S. Éditions, 333-346.

Rey A., Chantreau S. 1997, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris : Les Usuels du Robert, Poche.

Spillner B. 2000, « Phraséologie et textologie comparées français — allemand », in Gréciano (éd.) Micro- et macrolexèmes et leur figement discursif : étude de linguistique comparée français/allemand, Paris-Louvain : Peeters, Bibliothèque de l’Information Grammaticale, 23-32.

Haut de page

Notes

1  Le détournement altère de manière significative la forme figée à un niveau lexical, sémantique et/ou syntaxique. Ces cas sont à distinguer des variations sur une expression figée qui ne constituent que des variantes de cette expression et non des défigements comme perdre la boule/le nord/les pédales, toutes des variantes de perdre la tête (au sens d’« être fou »).

2  Ici orthographié en version française, pouvant également être écrit top-model (version anglaise).

3  Nous associons le lexique à la morphologie parce que si dans le figement les composants peuvent être considérés comme intervenant au plan morphologique en étant les éléments d’une unité lexicale, une fois le défigement effectué, ils interviennent au niveau lexical (ils représentent chacun une unité).

4  La paronomase entre les deux termes, qui facilite encore la réactivation du figement, est d’ailleurs flagrante : /k/ et /g/ sont des consonnes identiques au voisement près, et /ʃ/ et /t/ sont également proches.

5  En outre, les termes sont proches phonétiquement : /kaʃe/ et /ʃofe/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lecler, A. (2007). Le défigement : un nouvel indicateur des marques du figement ? Cahiers de praxématique 46. Montpellier : Pulm. 43-60.

Référence électronique

Aude Lecler, « Le défigement : un nouvel indicateur des marques du figement ? »Cahiers de praxématique [En ligne], 46 | 2006, document 3, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.464

Haut de page

Auteur

Aude Lecler

Praxiling, UMR 5267 C.N.R.S. - Université Paul-Valéry, Montpellier 3 aude.lecler@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search