Navigation – Plan du site

Positionnement syntaxique des interjections et des émoticônes : modalisation, portée, visée

Syntactic positioning of emoticons and interjections: modality, scope and aim
Pierre Halté

Résumés

Les interjections et les émoticônes, dont les caractéristiques sémiotiques et énonciatives sont très proches, apparaissent fréquemment dans les interactions numériques à l’écrit. Elles servent la plupart du temps à modaliser les énoncés linguistiques qu’elles accompagnent. L’objectif de cet article est d’observer et d’expliciter, dans différents genres de discours numériques écrits (tchat, microblogging, messagerie instantanée - sur Whatsapp, notamment), les différentes possibilités de positionnement des interjections et des émoticônes par rapport à la chaîne syntaxique constituant les tours de paroles des locuteurs : antéposition, postposition, incise... Notre hypothèse est que ces différents positionnements sont liés aux caractéristiques sémantiques et énonciatives de ces marques. Partant de l’analyse d’exemples tirés de divers genres de discours numériques (tchat, microblogging, sms, etc.) et de quelques tests de suppression et de déplacement, nous proposerons plusieurs hypothèses permettant d’expliquer, à partir de considérations sémantiques et énonciatives, les raisons de ces positionnements spécifiques : nous mettrons notamment en relation les notions de modalité et de modalisation avec celles de portée et de visée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 À ce sujet, voir Dear (2002).

1Les interjections et les émoticônes sont des marques modales omniprésentes dans les écrits numériques. Les émoticônes sont apparues dans les années 19701, avec les premières interfaces de communication synchrone en ligne (ou tchat), qui mettent les locuteurs en coprésence temporelle mais non spatiale. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les utilisateurs communiquent en partageant simultanément un espace d’écriture numérique. Peu avant 2000, avec la naissance et la démocratisation d’internet, les interjections acronymiques (« lol », « mdr », etc.) apparaissent dans les tchats. Ce genre de discours allie la spontanéité de l’oral avec les contraintes spatio-temporelles de l’écrit : si, certes, les conventions à l’écrit sont généralement plus relâchées en contexte numérique (au niveau de la ponctuation, notamment), il n’en reste pas moins que les échanges doivent se faire de façon linéaire, et dans un espace bi-dimensionnel prévu par l’interface, ce qui a de nombreuses conséquences : impossibilité de chevauchement des tours de paroles, absence des indices mimo-gestuels de l’oral, séquentialité des tours organisée en partie par le logiciel, etc. Dans ce contexte, il est tout naturel que les utilisateurs ajoutent à leurs énoncés écrits, pour remplacer les mimiques faciales, les gestes, les intonations, qui sont fondamentales pour interpréter les énoncés en situation de communication orale, de nouveaux signes remplissant les mêmes fonctions. Ces signes sont, entre autres, les interjections et les émoticônes, qui ont depuis intégré la plupart des genres de discours numériques (micro blogging, courriels, forums, etc.) et qui leur sont (pour les émoticônes et les interjections acronymiques) spécifiques.

2Dans les corpus numériques, les émoticônes et interjections peuvent apparaître au tout début des tours de parole (à la gauche de la première proposition), à leur toute fin, ou encore en incise. Nous cherchons dans cet article à expliquer les raisons de tel ou tel positionnement. Notre hypothèse est que ce placement dépend de la visée énonciative des émoticônes et des interjections ; en d’autres termes, que le fait qu’une émoticône ou interjection apparaisse à droite, à gauche, ou au milieu d’un tour de parole est dû à un choix du locuteur, choix reposant sur les fonctions énonciatives de ces marques, fonctions qui sont déterminées par les caractéristiques du genre discursif dans lequel elles apparaissent : le tchat.

3Nous ne pouvons pas, faute de place, entrer dans les détails définitoires des interjections et des émoticônes. Pour une définition de l’interjection, nous renvoyons à l’article introducteur de Langages n° 161 (Buridant 2006) et à l’ouvrage de Swiatkowska (2000).

4Pour une définition de l’émoticône et de l’emoji, dans une perspective sémiotique, nous renvoyons à Halté (2018) et aux travaux de Danesi (2016). Nous réservons le terme d’émoticône aux pictogrammes (qu’ils soient constitués de signes typographiques, comme  « :-) », ou qu’ils soient dessinés comme dans la banque emoji, comme « 😂 ») qui indiquent – au sens peircien du terme, celui de la deixis - l’émotion du locuteur ; nous excluons de la catégorie « émoticône » les pictogrammes qui ne servent pas à indiquer une émotion mais qui sont employés comme de simples icônes. Ainsi, pour nous, la banque de signes « emoji » comportent des pictogrammes qui sont des émoticônes, comme par exemple : « 😊 » ou « ☹ », car elles indiquent l’émotion du locuteur ; et d’autres qui n’en sont pas, comme par exemple un pictogramme d’hélicoptère.

5Ce point est important : nous ne traiterons nullement, dans cet article, des phénomènes de remplacement d’un mot du lexique par un pictogramme.

  • 2 Nous remercions nos relecteurs pour certains exemples, et les réflexions que ces derniers ont appor (...)

6L’objectif de cet article est de proposer, dans un premier temps, quelques observations des variations de positionnement que l’on trouve dans divers corpus (nous travaillerons principalement sur un corpus de tchat, constitué d’une centaine de pages d’historique obtenues à partir du logiciel mIRC, en nous connectant au hasard à un salon de discussion comportant une centaine d’utilisateurs– mais nous évoquerons aussi quelques exemples issus du micro blogging ou de conversation via messagerie instantanée2). Nous procéderons à des tests de déplacement visant à observer les changements d’interprétation qui en résultent. Nous lierons dans un second temps ces différents positionnements syntaxiques aux visées énonciatives des interjections et des émoticônes.

1. Observations, exemples et tests

1.1 Interjections et émoticônes postposées

  • 3 Nous choisissons d’utiliser, comme unité syntaxique, la notion de proposition syntaxique : une chaî (...)
  • 4 Nous travaillons en langue française, ce qui signifie que les énoncés se lisent de gauche à droite. (...)

7L’unité par rapport à laquelle nous analyserons le positionnement de nos marques est le tour de parole. Ainsi, nous parlerons d’interjections et d’émoticônes postposées lorsque ces marques se situent après la dernière proposition syntaxique3 du tour de parole du locuteur4. Dans le tchat, cela peut prendre deux formes différentes : soit le signe en question apparaît immédiatement à la droite de cette proposition :

  • 5 Nous soulignons, dans tous les exemples, les signes qui nous intéressent.

[10 :54] <Angel> Purée ça roupille encore sur un tchat lol5

soit il apparaît dans le message le suivant directement :

[14 :54] < %ondes-virtuelles> alors t as gagné ?

[14 :54] < %ondes-virtuelles> :p

8Ce dernier cas de figure relève d’une volonté du locuteur de séparer l’interjection ou l’émoticône de la chaîne syntaxique produite précédemment. Nous n’entrerons pas ici dans les explicitations de ce phénomène très fréquent, et renvoyons à ce sujet à notre travail de thèse (Halté 2013).

9Voici deux exemples d’interjections postposées :

[1] [10 :53] <Angel> Bonjour

     [10 :54] <Angel> Purée ça roupille encore sur un tchat lol

[2] [15 :21] <Apa> Par contre pour en revenir à MeeYung, il faudrait voir si les hépatites sont courrante en Corée. Si ce n'est pas le cas on peut raisonnablement penser que les coréen ont peut de défense face à la maladie. (j'en sais rien hein).

10Notons d’abord que dans les deux cas, et pour des raisons abondamment explicitées dans plusieurs travaux (voir par exemple Swiatkowska 2006), il est difficile voire impossible de placer les interjections au sein d’une proposition : *« j’en hein sais rien » ou *« purée ça lol roupille encore sur un tchat » ne sont pas acceptables. On trouve quelques exemples d’un « lol » inséré dans une proposition, qui posent souvent des problèmes syntaxiques et sémantiques :

Cc lol t plu impatiente ke mwa lol demain. J ai fait test urine pour mon infection aussi et sa metai plu longtemp .pour pas faire plusieur alè-retour je recup tou demain. Bisx (corpus 88milSMS, exemple aimablement fourni par le relecteur de l’article)

11Dans cet exemple, il paraît clair que le locuteur souhaite terminer son énoncé avec « lol » et pas avec « demain », qui doit être compris comme une nouvelle séquence et pas comme une partie de la précédente. En effet, « demain » ne peut pas constituer, sans poser de graves problèmes d’interprétation, la suite de la séquence « tu es plus impatiente que moi ». « Tu es plus impatiente que moi demain » est difficilement compréhensible.

  • 6 Sauf exceptions notables comme « hélas » qui peut se placer immédiatement après le verbe ou l’auxil (...)

12En dehors de ces cas limites, les interjections, tout comme les émoticônes, se placent en général hors des propositions6.

13Le test de déplacement révèle des différences entre ces deux interjections. Ainsi, dans [1], le déplacement en début de chaîne syntaxique ne pose pas de problème particulier :

[1’] [10 :53] <Angel> Bonjour

       [10 :54] <Angel> lol purée ça roupille encore sur un tchat

14Dans [2], par contre, c’est impossible :

*[2’] [15 :21] <Apa> Par contre pour en revenir à MeeYung, il faudrait voir si les hépatites sont courrante en Corée. Si ce n'est pas le cas on peut raisonnablement penser que les coréen ont peut de défense face à la maladie. (hein j'en sais rien).

  • 7 L’indexicalité, chez Peirce, est une relation sémiotique entre le signe et l’objet, dans laquelle l (...)

15Cette première observation nous permet de penser que des distinctions sont à opérer quant aux règles qui régissent le positionnement syntaxique des diverses interjections. Ces distinctions sont pour nous d’ordre pragmatique et sémantique : en l’occurrence, « hein » indique (au sens peircien du terme7) une demande d’assentiment adressée par le locuteur à l’interlocuteur (voir Perrin 2013 pour une étude précise de « hein »), alors que « lol » indique l’amusement du locuteur en relation à la proposition qu’il énonce. C’est cette différence de sens, ainsi évidemment que les évolutions des usages particuliers de ces deux formules, qui explique leurs différentes possibilités de positionnement syntaxique. Les règles de positionnement sont encore sensiblement différentes pour des interjections comme « ah », « oh », ou « eh » qui ont elles aussi des sens bien spécifiques (« ah », par exemple, servant le plus souvent à montrer une prise de conscience du locuteur mais pas une émotion à proprement parler – voir Halté 2018 pour plus de détails). Pour ne pas ajouter de complexité à notre étude, nous choisissons pour ces raisons de laisser de côté ces interjections, pour ne nous intéresser qu’à celles dont la fonction spécifique est d’indiquer les émotions du locuteur. Elles sont très proches, du point de vue de leur sémiose et de leurs fonctions énonciatives, des émoticônes (voir à ce sujet Halté 2016).

16Voici deux exemples d’émoticônes postposées :

[3] [13 :42] <MeeYung> quand je vois des gens s'étirer ça me donne envie de les chatouiller :)

[4] [15 :12] <MeeYung> je suis en train de discuter avec une coréenne adoptée ... et il semblerait que la plupart des coréens adoptés naissent avec une hépatite ...

      [15 :12] <MeeYung> et que durant des années ça peut être dormant mais quand ça se réveille c'est très très compliqué :s

17Tout comme pour les interjections, il est difficile de placer des émoticônes au sein d’une proposition syntaxique. Ainsi, par exemple, *« quand je vois des gens s’étirer ça :) me donne envie de les chatouiller » n’est pas possible. Les émoticônes peuvent apparaître dans un seul et même tour de parole, mais il est très rare qu’elles soient présentes au sein d’une proposition, et, quand c’est le cas, elles se situent toujours avant un complément non essentiel. La postposition des émoticônes est dans notre corpus beaucoup plus fréquente que leur antéposition : en trente pages d’historique de tchat, nous avons trouvé 85 émoticônes postposées pour 3 antéposées. Par ailleurs, les résultats obtenus par Provine et alii indiquent que sur mille occurrences d’émoticônes, 24 apparaissent seule ; 7 apparaissent au sein d’une proposition syntaxique ; 969 apparaissent entre deux énoncés, c’est-à-dire soit en antéposition, soit en postposition (Provine et alii, 2007 : 303).

18Les deux sont possibles dans certains cas, mais comme nous le verrons, l’interprétation change selon la position de l’émoticône. Observons par exemple [3’] :

[3’] [13 :42] <MeeYung> :) quand je vois des gens s'étirer ça me donne envie de les chatouiller

19[3’] ne pose pas de problème d’interprétation particulier, à ceci près que l’émoticône de sourire semble être produite en réaction à un événement ou un énoncé produit juste avant elle, non explicitement formulé, que le locuteur explicite ensuite. Pour [4], le test de déplacement est plus difficile, nous pouvons tester plusieurs positions en reculant de proposition en proposition :

[4’] [15 :12] <MeeYung> je suis en train de discuter avec une coréenne adoptée ... et il semblerait que la plupart des coréens adoptés naissent avec une hépatite ...

       [15 :12] <MeeYung> et que durant des années ça peut être dormant mais quand ça se réveille :s c'est très très compliqué

[4’’] [15 :12] <MeeYung> je suis en train de discuter avec une coréenne adoptée ... et il semblerait que la plupart des coréens adoptés naissent avec une hépatite ...

         [15 :12] <MeeYung> et que durant des années ça peut être dormant :s mais quand ça se réveille c'est très très compliqué

[4’’’] [15 :12] <MeeYung> je suis en train de discuter avec une coréenne adoptée ... et il semblerait que la plupart des coréens adoptés naissent avec une hépatite ... :s

          [15 :12] <MeeYung> et que durant des années ça peut être dormant mais quand ça se réveille c'est très très compliqué

[4’’’’] [15 :12] <MeeYung> je suis en train de discuter avec une coréenne adoptée :s ... et il semblerait que la plupart des coréens adoptés naissent avec une hépatite ...

          [15 :12] <MeeYung> et que durant des années ça peut être dormant mais quand ça se réveille c'est très très compliqué

20Tous ces déplacements sont possibles, nous en analyserons les conséquences en termes de portée dans la deuxième partie de cet article.

1.2 Interjections et émoticônes antéposées

21Nous parlerons d’émoticônes et d’interjections antéposées lorsqu’elles apparaissent avant la première proposition énoncée par le locuteur, c’est-à-dire soit à gauche, soit dans un message immédiatement précédent. En ce qui concerne les interjections, le cas est fréquent. En voici deux exemples :

[5] [14 :20] <Marcovanbouten> et sinon, t'as pas des filles en bouse blanche a coté de toi ?

      [14 :20] <@Candy> blouse

      […]

      [14 :20] <Bourguideche> a la rigueur peut etre la bouse bien seche ^^

      [14 :20] <Marcovanbouten> :p

      [14 :20] <@Candy> zut il voulait une blouse mouillé

[6] [14 :23] < %Spinelli> y'a toujours david vincent ?

      [14 :23] <Tetsuoo> bah ça se regarde

      [14 :23] < %Spinelli> ah non

      [14 :23] < %Spinelli> c'est pas V ca

      [14 :23] <Tetsuoo> lol non tu confonds avec les Envahisseurs

22Dans le cas de [5], le déplacement est possible :

[5’] [14 :20] <Marcovanbouten> et sinon, t'as pas des filles en bouse blanche a coté de toi ?

       [14 :20] <@Candy> blouse

       […]

       [14 :20] <Bourguideche> a la rigueur peut etre la bouse bien seche ^^

       [14 :20] <Marcovanbouten> :p

       [14 :20] <@Candy> il voulait une blouse mouillé zut

       [14 :21] <Marcovanbouten> ha nan

23Il a pour conséquence de modifier légèrement l’interprétation de « zut ». Dans [5], « zut » constitue une réaction du locuteur aux énoncés précédents, réaction explicitée par l’énoncé propositionnel qui suit ; dans [5’], « zut » montre simplement l’énervement qui résulte de l’état de fait évoqué par l’énoncé qui précède, et l’immédiateté de la réaction aux énoncés produits précédemment n’est plus actualisée. Même chose, exactement, avec [6’] :

[6’] [14 :23] < %Spinelli> y'a toujours david vincent ?

       [14 :23] <Tetsuoo> bah ça se regarde

       [14 :23] < %Spinelli> ah non

       [14 :23] < %Spinelli> c'est pas V ca

       [14 :23] <Tetsuoo> non tu confonds avec les Envahisseurs lol

24Le déplacement d’une interjection de l’antéposition à la postposition ne change pas fondamentalement le sens global de l’énoncé, mais en modifie légèrement l’interprétation.

25Voici quelques exemples, tirés de notre corpus de tchat ainsi que d’échanges menés via l’application de communication mobile WhatsApp :

[7] [14 :54] < %ondes-virtuelles> alors t as gagné ?

      [14 :54] < %ondes-virtuelles> :p

      [14 :55] < %Spinelli> pfff m'en parles pas

      [14 :58] < %ondes-virtuelles> :o

      [14 :58] < %ondes-virtuelles> t'as perdu combien ?

      [14 :59] < %ondes-virtuelles> épanche-toi mon petit

[8] -t'es trop belle de la mort qui tue girl ! !
- 😘😍 merci ma jolie !

[9] - 😘 bisous ma biche

26[7] est très représentatif des emplois qui sont faits des émoticônes de surprise, comme « :o » ici. Elle apparaît détachée de l’énoncé qui suit, volontairement, par le locuteur. Ainsi, ce positionnement particulier fait prévaloir que l’émoticône est avant tout une réaction à ce que l’interlocuteur a précédemment énoncé. La question qui suit vient expliciter la surprise qui est tout d’abord exprimée par l’émoticône. Le déplacement de « :o » en postposition fait complètement disparaître cette interprétation :

[7’] [14 :54] < %ondes-virtuelles> alors t as gagné ?

       [14 :54] < %ondes-virtuelles> :p

       [14 :55] < %Spinelli> pfff m'en parles pas

       [14 :58] < %ondes-virtuelles> t'as perdu combien ?

       [14 :59] < %ondes-virtuelles> épanche-toi mon petit

       [14 :58] < %ondes-virtuelles> :o

27En [7’], la surprise exprimée devient difficilement compréhensible car le lecteur a nécessairement l’impression qu’elle porte sur l’énoncé qui précède, « épanche-toi mon petit ».

28Le test de déplacement, effectué sur (8), n’a pas le même effet :

[8’] -t'es trop belle de la mort qui tue girl ! !
- merci ma jolie ! 😘😍

Le sens global n’est ici pas altéré ; tout au plus, tout comme pour [6], la dimension réactive des émoticônes est-elle ici affaiblie en [8’]. Cependant, le baiser est toujours compris comme adressé à l’interlocuteur, et l’émoticône représentant un visage dont les yeux sont remplacés par des cœurs aussi. Dernier cas de figure d’émoticône antéposée, [9], où l’émoticône et l’énoncé propositionnel s’illustrent l’un l’autre (effet de redondance sémantique entre texte et image, décrit notamment par Klinkenberg (2008) dans d’autres types d’énoncés). Le déplacement, ici, n’a aucune conséquence particulière :

[8’’] - bisous ma biche 😘

29Notons enfin que l’on trouve assez fréquemment des émoticônes antéposées dans d’autres genres discursifs spécifiques de la communication numérique, comme le microblogging, par exemple [9].

[9]

30Ici, l’énoncé précède un lien renvoyant vers un avis de décès paru dans un journal. Les émoticônes de tristesse précèdent l’énoncé. Le déplacement en postposition est possible et ne pose pas de problème particulier. Le seul changement interprétatif est que lorsqu’elles sont antéposées, l’interlocuteur comprend que le locuteur est triste d’un événement arrivé précédemment ; événement explicité ensuite par l’énoncé verbal. Les émoticônes et les interjections, en position antéposée, font le lien entre deux événements, le premier n’étant pas nécessairement explicitement, linguistiquement, énoncé, et pouvant être compris de façon rétroactive après la lecture de l’explicitation.

1.3 Interjections et émoticônes en incise

31Enfin, dernier cas de figure, les interjections et les émoticônes peuvent se trouver en incise des tours de paroles, mais (quasiment) toujours en dehors de propositions syntaxiques. Elles apparaissent souvent à la place de signes de ponctuation. En voici quelques exemples, tirés de notre corpus de tchat ainsi que de conversations via SMS, WhatsApp ou Facebook.

[10] [15 :08] <forest76> vous ete moderateur ? ?

        [15 :08] < %Spinelli> hihi

        [15 :08] <Apa> Euh.. non

        [15 :09] < %Spinelli> oui pourquoi ? un souci ?

        [15 :09] <forest76> non mdr ya rien

32En [10], le déplacement de « mdr » n’a aucun effet particulier sur l’interprétation.

[11] [15 :01] <LesPrie> manquerait plus que tu manques l'heure de fin, le truc ballot, tu t'endors et tu te réveilles 2h après : ha merde, j'ai fait des heures supp'

         [15 :02] <Bourguideche> tu parles... en plus ils les comptent pas les heures sup'...

33En [11], le juron « ha merde » marque le passage au discours direct. Pour cette raison, il est difficile ici de considérer que « ha merde » est en incise : il est plutôt antéposé par rapport à un tour de parole rapporté : « j’ai fait des heures supp ’« .

[12] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche moi aussi je suis susceptible :x mais j'essaie de pas le montrer lol

34Dans [12], « :x » apparaît après la proposition qui déclenche l’émotion indiquée (« :x » représente ici un visage fermé, et indique une émotion négative). Le test de déplacement le montre :

[12’] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche :x moi aussi je suis susceptible mais j'essaie de pas le montrer lol

[12’’] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche moi aussi je suis susceptible mais j'essaie de pas le montrer lol :x

35L’interprétation de l’énoncé change selon la position de « :x » : dans [12’] et [12’’], les propositions déclenchant l’émotion indiquée ne sont plus les mêmes. Il n’est plus possible de comprendre, comme dans [12], que le locuteur est énervé par sa propre susceptibilité.

[13] :

36[13] présente un problème différent : l’émoticône de tristesse, présente entre deux propositions syntaxiques, constitue à la fois une réaction à ce qui précède et reste cohérente par rapport à ce qui suit. La déplacer ne change pas profondément l’interprétation de l’énoncé, puisque l’ensemble des propositions est susceptible de déclencher une telle émotion.

[14] L1 : Si vous n’avez rien prevu nous serions contentes si vous passeriez à notre barbecue, comme la proménade est trop pour toi ou au moins pour boire un cou (on a aussi sans alcohol 😉 pour toi).

37[14] est adressé à une femme enceinte. C’est le seul exemple dans lequel le locuteur utilise une émoticône en incise d’une proposition syntaxique. Le clin d’œil sert à établir une connivence et à demander à l’interlocuteur de reconnaître cette connivence. Cette dernière, ici, vise le COD « sans alcohol », puisque locuteur comme interlocuteur savent que les femmes enceintes ne peuvent pas boire d’alcool. Le placement de l’émoticône directement à la droite de « sans alcohol », plutôt qu’après le COI « pour toi », permet d’identifier précisément l’élément sur lequel doit porter la connivence. Notons aussi que cela ne semble possible que parce que le COI, « pour toi », n’est pas sémantiquement essentiel.

2. De la visée énonciative à la portée syntaxique

2.1 Des modalisateurs

38Ces différentes observations nous montrent que les émoticônes et les interjections ont bien une portée syntaxique, au sens de Nølke :

Il semble cependant qu’on s’entende généralement pour accorder à tous ces éléments une même propriété : ils exercent toujours une certaine influence sur un fragment de la phrase dans laquelle ils entrent, l’étendue de ce fragment étant cernée par eux. C’est pour désigner ce fragment qu’on parle de portée. (Nølke 1994, p. 99)

39Nous proposons de penser la portée en termes sémantiques, plutôt que syntaxiques ici. Nous pouvons ainsi dire que les émoticônes et interjections n’ont pas d’incidence syntaxique (elles ne modifient pas les syntagmes adjacents selon des règles d’accord, par exemple), mais ont bien une portée au sens de Nølke. Elles exercent bien une influence sur des fragments de phrase, dont elles cernent l’étendue. Ces fragments sont, le plus souvent, des propositions (à la fois syntaxiques et logiques – des représentations prédiquées, voir Gosselin 2010). C’est tout à fait visible avec le test de déplacement dans le cas d’exemples comme [12] :

[12] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche moi aussi je suis susceptible :x mais j'essaie de pas le montrer lol

[12’] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche :x moi aussi je suis susceptible mais j'essaie de pas le montrer lol

[12’’] [15 :52] <Angel> Faut pas se fier aux apparences Bourguideche moi aussi je suis susceptible mais j'essaie de pas le montrer lol :x

  • 8 Nous pensons néanmoins que ce n’est pas leur seule possibilité, voir conclusion de l’article et Hal (...)

40Ici, déplacer l’émoticône (ou, d’ailleurs, l’interjection), c’est nécessairement changer la proposition sur laquelle elle porte. Dans [12], « :x » porte sur « moi aussi je suis susceptible ». Dans [12’], sur « Faut pas se fier aux apparences ». Dans [12’’], sur « j’essaie de pas le montrer ». Ce test de déplacement montre une chose : les émoticônes sont interprétées comme visant des contenus propositionnels8 situés à leur gauche. Cela explique pourquoi elles sont, le plus souvent, postposées, ce qui est confirmé par une étude (Provine et alii 2007) s’intéressant au mode de saisie visuelle des émoticônes par les utilisateurs :

  • 9 Nous ne reprenons pas à notre compte le terme de « qualifiant » : les émoticônes ne servent à notre (...)

D’après une étude par Provine et al., (2007), les utilisateurs ont tendance à traiter le message comme un tout et ensuite à ajouter le sens de l’émoticône, comme une information additionnelle ou complémentaire. Après un classement des émoticônes en (a) celles qui constituent le seul contenu du message (ou « émoticônes nues »), (b), les émoticônes qui sont placées au début ou à la fin du message, et (c), les émoticônes qui sont à l’intérieur du message, ils concluent que le second type est de loin le plus fréquent. Ceci corrobore une tendance à utiliser les émoticônes comme qualifiants9 du message complet. » (Yus 2011 : 169, nous traduisons)

41Nous ajoutons que parmi les émoticônes situées en début ET en fin de message (Provine et alii ne distinguent pas entre ces deux critères), ce sont celles qui sont situées en fin de message qui sont les plus fréquentes. Si, comme l’affirment Provine et al., les utilisateurs interprètent d’abord l’énoncé verbal puis ajoutent le sens de l’émoticône, il est naturel qu’elles soient placées à droite des énoncés, ce qui fait coïncider le sens chronologique de la lecture (sauf, évidemment, dans les langues qui se lisent de droite à gauche) et l’ordre de l’interprétation des signes : d’abord l’énoncé verbal, puis l’émoticône. Les émoticônes et les interjections placées à gauche ou à droite de l’énoncé porteraient donc systématiquement sur l’ensemble du message. Cependant, les tests de déplacement, ainsi que certains exemples que nous étudions ici, notamment en contexte dialogal, révèlent une portée plus précise que l’ensemble de l’énoncé : notre hypothèse est que cette portée concerne une ou plusieurs propositions et découle de la fonction pragmatique et énonciative principale des émoticônes et des interjections : la modalisation.

  • 10 Les représentations propositionnelles sont vériconditionnelles : on peut effectuer sur elles des op (...)
  • 11 Comme l’ont noté de nombreux chercheurs, à commencer par Ducrot (1993), repris ensuite par Vion (20 (...)

42Bally (1944) propose de distinguer dans tout énoncé ce qui relève de la représentation d’un état de fait de ce qui relève d’une modalité qui affecte cette représentation de par l’intervention du sujet parlant. Il nomme la représentation d’un état de fait, composante logique et vériconditionnelle10, « dictum », que nous pouvons aussi décrire en terme de « contenu propositionnel », et tout ce qui relève du marquage subjectif portant sur ce dictum, « modus ». Certains auteurs, comme Perrin (2008), reprennent cette distinction pour fonder leur conception du sens linguistique des énoncés : d’un côté, ce qui est montré, et qui relève du « modal », et de l’autre, ce qui est dit, et qui relève du « dictal ». C’est sur cette distinction que se fonde la notion de « modalisation », qui désigne tout positionnement subjectif11 du locuteur, marqué par divers procédés dont tous ont pour point commun de ne pas faire sens grâce à l’énonciation d’une proposition, mais bien de façon immédiate, montrée, par rapport à un contenu logique, vériconditionnel, que l’on peut aussi nommer « contenu propositionnel », qui relève du dit.

43Si l’on considère, par exemple, l’énoncé suivant : « Le chien a mangé mes chaussures :) », on peut y distinguer un contenu propositionnel, qui est asserté dans « le chien a mangé mes chaussures », d’une part (c’est un énoncé qui, dans sa globalité, est non seulement réfutable, mais qui, en plus, est constitué d’éléments qui font sens de façon référentielle et descriptive – symbolique si l’on reprend la typologie de Peirce évoquée dans d’autres travaux – voir Halté 2013 : 87) ; et d’autre part, diverses informations qui ne font pas sens de façon propositionnelle, comme notamment l’émoticône « :) », mais aussi l’intonation si l’énoncé est prononcé à haute voix. Les interjections, certains adverbes d’énonciation, sont, eux aussi, des marques modales, mais linguistiques. On pourrait par exemple tout à fait remplacer l’émoticône, ici, par « youpi ! » ou par « lol ». L’émoticône, n’étant pas vériconditionnelle, relève donc du modus. Elle ne sert pas à décrire logiquement une émotion, mais bien à la montrer, directement ; elle ne fait pas sens selon des conditions de vérité (qui sont totalement non pertinentes pour en rendre compte : on ne peut pas réfuter un sourire, par exemple), elle ne fonctionne pas de façon propositionnelle, mais bien en montrant directement son sens, en lien direct avec la situation d’énonciation. C’est donc à première vue une relation de modalisation typique qui existe entre l’émoticône et le contenu propositionnel qu’elle accompagne.

  • 12 Une interjection ou une émoticône peut apparaître seule, mais elle sera toujours interprétée comme (...)

44Les émoticônes et les interjections sont donc des modalisateurs : des marques dont la fonction spécifique est de montrer l’émotion du locuteur et d’en affecter les représentations énoncées, le plus souvent sous forme de propositions12. Cette fonction de modalisateur ouvre sur certaines fonctions interactionnelles (atténuation, support de requête, ironie, etc., voir Halté, à paraître, pour une modélisation de ces fonctions pragmatiques) : les émoticônes positives, par exemple, servent souvent d’adoucisseurs (voir Détrie et Vérine 2014). En tant que modalisateurs, les émoticônes cernent l’étendue de leur portée syntaxique. Le calcul de cette portée est plus complexe que pour d’autres éléments de la chaîne syntaxique, comme les déterminants, par exemple : il repose nécessairement sur une interprétation mettant en lien le contexte (et surtout, dans celui-ci, tout ce qui relève de la relation à l’interlocuteur), l’interprétation subjective du contenu propositionnel énoncé, et le sens conventionnel de l’émoticône ou de l’interjection. Nous rejoignons ici l’analyse de Swiatkowska (2006) sur les relations entre l’interprétation du sens d’une interjection et son positionnement syntaxique :

Les observations sur la position de l’interjection dans l’énoncé peuvent servir à déterminer ce à quoi elle se réfère. Si le texte suivant nous parait parfaitement correct : « Aïe ! ça fait mal. », il est difficile de s’imaginer l’inversion des deux parties de ce texte : « ? Ça fait mal. Aïe ! », avec le même sens. En position initiale, l’interjection véhicule le sens d’une douleur soudaine, suite à un accident qui précède l’énonciation. Dans le second cas, la douleur est assertée par une phrase et l’interjection qui la suit signale un état de chose nouveau. L’ouverture vers les inférences possibles a pourtant des contraintes contextuelles très fortes imposées par le sémantisme de Aïe ! (Swiatkowska 2006 : 54).

45La position syntaxique de l’interjection ou de l’émoticône permet donc de déterminer sa portée, et, pour le locuteur, c’est un outil qui lui permet de faire comprendre à l’interlocuteur sur quelle proposition elle porte. C’est ce que montrent par exemple les tests de déplacement effectués sur [4] vus en 1.1. : à chaque changement de position, l’interprétation change : tout se passe comme si l’émoticône ne pouvait concerner que la proposition qui précède, ce qui est particulièrement visible avec [4’’’’] et [4’’].

46Notons enfin que plus l’émoticône apparaît tôt dans l’enchaînement de propositions, plus il est facile de déterminer sur quelle proposition elle porte. Lorsqu’elle est tout à la fin du tour de parole, comme dans [4], il est difficile de dire si elle constitue une réaction à l’ensemble des propositions énoncées par le locuteur ou simplement à la dernière d’entre elles. Elle pourrait alors jouer un rôle « rétro cadratif » : elle porterait, tout comme les compléments circonstanciels dits « cadratifs » qui eux sont antéposés, sur plusieurs propositions à la fois.

47La fonction modalisatrice des émoticônes détermine donc leur portée et par conséquent, leur positionnement dans les énoncés.

2.2 Visée monologique / dialogique et portée syntaxique

48Mais si les émoticônes et les interjections portent toujours, a minima, sur une proposition qui les précède, comment expliquer qu’elles puissent apparaître en antéposition ?

  • 13 Nous utilisons ici la dichotomie dialogique/dialogal, reprenant la typologie Bakhtinienne telle qu’ (...)

49Le tchat, genre discursif dans lequel sont apparues les marques que nous étudions ici, est par essence dialogal. Ceci explique que les émoticônes et interjections puissent, certes, porter sur une proposition énoncée par le locuteur (visée monologique), mais aussi par l’interlocuteur (visée dialogique). Le terme de « dialogique » est justifié par le fait que les émoticônes et les interjections visant une proposition énoncée (et donc déjà modalisée) par l’interlocuteur, la modalisent à nouveau13. Produire une émoticône dialogique, c’est reprendre l’ensemble des représentations subjectives inscrites dans la proposition énoncée par l’interlocuteur précédemment, et y appliquer sa propre modalisation. Il ne s’agit donc pas seulement d’un enchaînement de tours de parole, mais bien d’une forme de prise en charge (voir Laurendeau (2009) et Rabatel (2009) pour une définition précise de la prise en charge énonciative), implicite, du contenu propositionnel énoncé précédemment par l’interlocuteur, en général en vue d’élaborer un nouvel énoncé. Ces émoticônes et interjections visant un énoncé produit par l’interlocuteur sont donc dialogiques autant que dialogales. Swiatkowska (2006) souligne le rôle de lien, de reprise implicite de l’avant, pour élaborer un après, en ce qui concerne l’interjection :

Nous avons opté pour une étiquette traditionnelle que la grammaire a attribuée à ce type de mots, c’est-à-dire interjection, « mot jeté entre ». Wilmet (1997 : 501) dit expressis verbis : « mot jeté entre deux ». Nous croyons que ce deux est crucial pour l’interprétation de ses occurrences : entre deux parties de la phrase, entre deux parties du dialogue, entre deux parties du texte et même entre ce qui est dit et ce qui est reconstruit. (Swiatkowska, 2006 : 49) 

50Nous partageons cette analyse en ce qui concerne toutes les marques énonciatives antéposées de notre corpus. C’est pour nous la raison pour laquelle l’antéposition indique une modalisation dialogique. La portée de l’émoticône ou de l’interjection antéposée concerne en fait un segment syntaxique produit par l’interlocuteur. Tous nos exemples d’interjections et d’émoticônes antéposées, à part, peut-être, [9], où l’émoticône est simplement illustrative, fonctionnent de façon dialogique et portent en fait sur des éléments produits par l’interlocuteur. Mais pas seulement ! Pour les raisons évoquées par Swiatkowska, l’émoticône ou l’interjection antéposée porte aussi sur ce qui se situe à sa droite, à savoir l’énoncé produit par le locuteur. Sa portée s’étend à sa gauche ET à sa droite : modaliser à la fois la proposition énoncée par l’interlocuteur, et celle qui, éventuellement, suit l’émoticône, produite par le locuteur.

[5] [14 :20] <Marcovanbouten> et sinon, t'as pas des filles en bouse blanche a coté de toi ?

      [14 :20] <@Candy> blouse

      […]

      [14 :20] <Bourguideche> a la rigueur peut etre la bouse bien seche ^^

      [14 :20] <Marcovanbouten> :p

      [14 :20] <@Candy> zut il voulait une blouse mouillé

      [14 :21] <Marcovanbouten> ha nan

51La portée circonscrite par « zut » s’étend ici à sa gauche et à sa droite. « Zut » constitue bien une réaction, une remodalisation de l’énoncé produit par l’interlocuteur : « a la rigueur peut etre la bouse bien seche », et elle modalise aussi la proposition du locuteur : « il voulait une blouse mouillé », sans laquelle l’interprétation de « zut » change complètement. Il en va de même pour « lol » dans l’exemple [6] :

[6] [14 :23] < %Spinelli> y'a toujours david vincent ?

      [14 :23] <Tetsuoo> bah ça se regarde

      [14 :23] < %Spinelli> ah non

      [14 :23] < %Spinelli> c'est pas V ca

      [14 :23] <Tetsuoo> lol non tu confonds avec les Envahisseurs

52Ici, « lol » constitue une réaction amusée à l’énoncé propositionnel produit par l’interlocuteur, et, dans le même temps, porte sur l’énoncé du locuteur. Les interjections antéposées servent toujours à assurer un lien entre ce qui précède, qu’il s’agisse d’un énoncé ou d’un événement, et la proposition qui suit. Elles jouent donc un rôle fondamental dans la dynamique conversationnelle, en permettant, grâce à leur portée syntaxique étendue à leur gauche et à leur droite, une forte cohésion discursive. Elles permettent ainsi de lier le discours de l’interlocuteur à celui du locuteur.

53Pour les émoticônes antéposées, le fonctionnement est similaire. Une émoticône antéposée, dans nos corpus de tchat, est toujours dialogique : elle porte sur le contenu élaboré par l’interlocuteur. Ce n’est pas systématiquement le cas dans tous les corpus numériques, puisqu’on peut trouver, par exemple dans certains tweets ou dans certains titres de post de microblogging (comme sur Facebook) des émoticônes antéposées portant sur l’énoncé du locuteur (il n’y a pas d’interlocuteur manifesté dans la situation discursive), comme dans notre exemple [9] tiré de Facebook.

54Les émoticônes précèdent l’énoncé mais portent bien sur lui. Cela n’invalide pas les considérations de Swiatkowska : tout se passe ici comme si l’émoticône constituait une réaction à un événement antérieur, qu’on pourrait concevoir comme un contenu propositionnel potentiellement énoncé, non explicitement dit, voire une clause non linguistique, qu’elle permet d’articuler à un énoncé suivant, explicitant la situation ayant en premier lieu provoqué la production de l’émoticône. Le type d’émoticône influe aussi sur les possibilités interprétatives. Ainsi, les émoticônes antéposées indiquant des émotions positives ou négatives portent en général, comme les interjections précédentes, sur l’énoncé de l’interlocuteur, qui précède, ET sur l’énoncé du locuteur, qui suit. On pourrait par exemple tout à fait imaginer remplacer « lol » par une émoticône représentant un visage rieur, comme « :D », dans [6] :

[6’’] [14 :23] < %Spinelli> y'a toujours david vincent ?

        [14 :23] <Tetsuoo> bah ça se regarde

        [14 :23] < %Spinelli> ah non

        [14 :23] < %Spinelli> c'est pas V ca

        [14 :23] <Tetsuoo> :D non tu confonds avec les Envahisseurs

« :D » modalise à la fois l’énoncé de l’interlocuteur et celui du locuteur.

55Les émoticônes de surprise antéposées sont toujours dialogiques, et là encore, leur portée s’étend à leur gauche et à leur droite :

[7] [14 :54] < %ondes-virtuelles> alors t as gagné ?

      [14 :54] < %ondes-virtuelles> :p

      [14 :55] < %Spinelli> pfff m'en parles pas

      [14 :58] < %ondes-virtuelles> :o

      [14 :58] < %ondes-virtuelles> t'as perdu combien ?

      [14 :59] < %ondes-virtuelles> épanche-toi mon petit

56En [7], « :o », représentant une bouche arrondie par la surprise, est déclenché par l’énoncé produit par l’interlocuteur : « pff m’en parles pas ». En effet, la surprise exprimée porte donc bien sur cette proposition, ou plutôt sur les inférences qu’elle déclenche. Néanmoins, cette surprise modalise aussi l’énoncé du locuteur : le lecteur comprend bien que la question qui suit, « t’as perdu combien ? », doit se lire comme une question empreinte de surprise, ce qui est dû à l’émoticône. Là encore, cette émoticône dialogique fait le lien entre ce qui la précède et ce qui suit. L’antéposition des émoticônes et des interjections n’est donc pas un hasard : elle indique une visée dialogique et elle a donc un effet, une fonction discursive, et un impact sur la portée de ces signes et donc sur la dynamique conversationnelle.

Conclusion

  • 14 Pour une conceptualisation de ces trois visées, voir Colletta (2004).

57Interjections et émoticônes telles que nous les définissons (nous n’analysons pas les pictogrammes pouvant remplacer des lexèmes) se positionnent toujours en dehors des propositions syntaxiques. Elles peuvent être, par rapport au tour de parole, antéposées, postposées ou en incise. Elles sont toujours interprétées comme portant d’abord sur une proposition qui les précède, qu’elle soit explicitement énoncée ou pas (il peut s’agir d’un événement représenté sous forme d’une pensée ou d’une interprétation). Elles portent aussi, lorsqu’elles sont antéposées, sur l’énoncé qui les suit. Elles permettent ainsi d’articuler un événement à un énoncé produit par le locuteur, ou deux énoncés entre eux, dont le premier peut éventuellement être produit par l’interlocuteur. Leur portée est donc fondamentalement liée à leur visée énonciative monologique ou dialogique, qui est elle-même dépendante de leur fonction de modalisateur. Lorsqu’elles sont postposées, leur portée est parfois difficilement déterminable, surtout lorsque l’énoncé qui les précède est constitué de plusieurs propositions dont les modalités axiologiques et/ou appréciatives sont globalement similaires. Leur placement en incise permet au locuteur de montrer sur quelle proposition, exactement, il veut faire porter l’émoticône ou l’interjection. Nous souhaitons pour finir évoquer l’hypothèse suivante : trois visées énonciatives supplémentaires pourraient avoir une influence sur la portée des interjections et des émoticônes : la visée de contenu, la visée relationnelle, et la visée énonciative14. Ces visées se croisent avec les visées monologiques et dialogiques évoquées précédemment pour fabriquer des effets pragmatiques différents. Les interjections et les émoticônes peuvent, certes, viser un contenu propositionnel (c’est la définition traditionnelle de la modalisation, et c’est leur fonction la plus courante). Elles peuvent en outre viser la relation à l’interlocuteur (visée relationnelle) et viser une forme d’énoncé (visée énonciative). L’influence de ces visées sur le positionnement syntaxique des émoticônes et des interjections reste à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Bally, C., 1944, Linguistique générale et linguistique française, 2e édition, Berne, A. Francke.

Basso-Fossali, P. & Dondero, M.G., 2011, Sémiotique de la photographie, Limoges, Presses Universitaires de Limoges et du Limousin.

Bres, J., 1999, « Vous les entendez ? Analyse du discours et dialogisme », Modèles Linguistiques XX 2, 71-86.

Bres, J. & Nowakowska, A., 2006, « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive », in Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, L. Perrin (éd.), Metz, Celted, Université de Metz, 21-48.

Buridant, C. (dir.), 2006, L’interjection, jeux et enjeux, Langages 161, Paris, Armand Colin.

Colletta, J.M., 2004, Le développement de la parole chez l’enfant âgé de 6 à 11 ans : corps, langage et cognition, Bruxelles, éditions Mardaga.

Danesi, M., 2016, The Semiotics of Emoji, Bloomsbury Academics.

Dear, B., 2002, PLATO emoticons, [URL: http://www.platopeople.com/emoticons.html].

Détrie, C. & Verine B., 2015, « Quand l’insulte se fait mot doux : la violence verbale dans les SMS », in Miscommunication and Verbal Violence / Du malentendu à la violence verbale / Misskommunikation und verbale Gewalt, U. Tuomarla et al. (éd.), Tome XCIII, Société néophilologique, Mémoires de la Société Néophilologique de Helsinki, 59-71.

Ducrot, O., 1993, « À quoi sert le concept de modalité ? », in Modalité et acquisition des langues, N. Dittmar, A. Reich (éd.), Berlin, Walter de Gruyter, 111-129.

Everaert-Desmedt, N., 1990, Le processus interprétatif : introduction à la sémiotique de Ch. S. Peirce, Liège, Mardaga.

Halté, P., 2016, « Enjeux sémiotiques et pragmatiques de l’étude des émoticônes », Réseaux, 197-198, 227-252.

Halté, P., 2017, « Émoticônes et modalisation dans un corpus d’enseignement par tchat », Études de linguistique appliquée 184, Paris, Klincksieck, 441-453.

Halté, P., 2018, Les émoticônes et les interjections dans le tchat, Limoges, Lambert Lucas.

Halté, P., (à paraître en 2018), « Enjeux sémiotiques et pragmatiques de l’intégration des émoticônes (et interjections) à des outils de traitement automatiques de corpus numériques », in Le Sens des Données, Actes du colloque « Le Sens des Données », Limoges, octobre 2016.

Klinkenberg, J.M, 2008, « La relation texte-image. Essai de grammaire générale », Bulletin de la Classe des Lettres, Académie royale de Belgique 6/19, 21-79, [URL : http://gemca.fltr.ucl.ac.be/docs/cahiers/20090128_Klinkenberg.pdf].

Laurendeau, P., 2009, « Préassertion, réassertion, désassertion : construction et déconstruction de l’opération de prise en charge », Langue française 162, Paris, Armand Colin, 55-70.

Nølke, H., 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain/Paris, Peeters.

Panckhurst, R., Détrie, C., Lopez, C., Moïse, C, Roche, M. & Verine, B., 2014, « 88milSMS. A corpus of authentic text messages in French », [URL: http://88milsms.huma-num.fr].

Perrin, L., 2008, « Le sens montré n’est pas dit », in L’énonciation dans tous ses états, mélanges offerts à Henning Nølke à l’occasion de ses soixante ans, M. Birkelund, M.B Mosegaard-Hansen, C. Norén (éd.), Bern, Peter Lang, 157-187.

Perrin, L., 2013, « Les formules monologiques et dialogiques de l’énonciation », in Les théories énonciatives aujourd’hui : un demi-siècle après Benveniste, D. Ducard, L. Dufaye, et L. Gournay (éd.), Paris, Ophrys, 187-211.

Provine, R., Spencer, R. & Mandell, D., 2007, « Emotional expression online. Emoticons punctuate website text messages », Journal of Language and Social Psychology 26, Santa Barbara, University of California, 299-307.

Rabatel, A., 2009, « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée… », Langue Française 162, Paris, Armand Colin, 71-87.

Swiatkowska, M., 2000, Entre dire et faire, De l’interjection, Krakow, Wydawnictwo UJ.

Swiatkowska, M., 2006, « L’interjection : entre deixis et anaphore », Langages 161, Paris, Armand Colin, 47-56.

Vion, R., 2004, « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages 156, Paris, Larousse, 96-110.

Yus, F., 2011, Cyberpragmatics, Internet-mediated communication in context, Amsterdam / Philadelphie, John Benjamins Publishing Company.

Haut de page

Notes

1 À ce sujet, voir Dear (2002).

2 Nous remercions nos relecteurs pour certains exemples, et les réflexions que ces derniers ont apportées, tirés du projet « Sms4science / sud4science » (Panckhurst et al., 2014).

3 Nous choisissons d’utiliser, comme unité syntaxique, la notion de proposition syntaxique : une chaîne syntagmatique dont l’organisation rectionnelle se fait autour d’un verbe. Nous avons conscience des limites de cette approche (nous utiliserons aussi le terme de proposition dans son sens logique et sémantique), mais les autres possibilités (la clause syntaxique ou la macro-syntaxe et les positionnements pré/post noyaux) complexifieraient notre propos. Nous envisageons cependant, dans des travaux futurs, d’y avoir recours pour plus de précision concernant certains exemples.

4 Nous travaillons en langue française, ce qui signifie que les énoncés se lisent de gauche à droite. Dans les langues où l’écriture s’organise de droite à gauche, comme par exemple en arabe, il est intéressant de noter que les émoticônes sont, tout comme en français, le plus souvent situées à droite des énoncés. Ce phénomène demanderait à être étudié dans de futurs articles.

5 Nous soulignons, dans tous les exemples, les signes qui nous intéressent.

6 Sauf exceptions notables comme « hélas » qui peut se placer immédiatement après le verbe ou l’auxiliaire nécessaire à la formation du passé composé : « je n’ai hélas jamais retrouvé mon chien » est possible sans être placé entre virgules. Cela semble plus difficile au présent de l’indicatif : ?« Je vends hélas mon chien » vs « Je vends, hélas, mon chien ». Pour un exemple d’émoticône apparaissant au sein d’une proposition, voir l’exemple [14] de cet article.

7 L’indexicalité, chez Peirce, est une relation sémiotique entre le signe et l’objet, dans laquelle le signe rend perceptible l’objet, qui ne le serait pas sans le signe. C’est une relation « hic et nunc », qui fonde d’ailleurs le concept de deixis en Sciences du Langage. Le signe est intrinsèquement lié à l’objet qu’il indique, dans la situation d’énonciation. A ce sujet, voir les travaux de Basso-Fossali (2011) ou encore d’Everaert-Desmedt (1990).

8 Nous pensons néanmoins que ce n’est pas leur seule possibilité, voir conclusion de l’article et Halté 2017 pour plus de précisions.

9 Nous ne reprenons pas à notre compte le terme de « qualifiant » : les émoticônes ne servent à notre avis pas à « qualifier » des énoncés verbaux. Nous y reviendrons par la suite.

10 Les représentations propositionnelles sont vériconditionnelles : on peut effectuer sur elles des opérations logiques impliquant des conditions de vérité binaires, vrai / faux. Il ne s’agit pas ici de juger de la sincérité, ni de la vérité d’une proposition, mais bien de la possibilité de juger de ses conditions de vérité. Ainsi, « La lune est carrée » est une proposition vériconditionnelle : on peut la juger vraie ou fausse. Peu importe qu’elle le soit ou pas : on peut dire de cette proposition « c’est vrai » ou « c’est faux ». C’est impossible de le faire pour un énoncé comme « Aïe ! » ou « Hélas ! », par exemple. Un des tests permettant de juger de la vériconditionnalité ou non d’un énoncé est la réfutation. Voir l’exemple qui suit pour éclaircissement.

11 Comme l’ont noté de nombreux chercheurs, à commencer par Ducrot (1993), repris ensuite par Vion (2004), le dictum, chez Bally, est lui aussi subjectif en ceci qu’il constitue une représentation d’un état de fait, et que cette représentation vient bien du sujet parlant : elle est donc toujours subjective. La différence entre modus et dictum ne tient donc pas à l’opposition objectif / subjectif, mais plutôt aux modes de représentations de la subjectivité qui sont bien différents, et que l’on peut gloser de la sorte en suivant la dichotomie suivante, fondée sur les travaux de Wittgenstein : dire, ou représenter propositionnellement d’une part, et montrer, d’autre part.

12 Une interjection ou une émoticône peut apparaître seule, mais elle sera toujours interprétée comme portant sur quelque chose, provoquant par exemple, en cas d’incompréhension de l’interlocuteur, un questionnement demandant une explicitation : pourquoi souris-tu ? Pourquoi dis-tu « aïe » ?

13 Nous utilisons ici la dichotomie dialogique/dialogal, reprenant la typologie Bakhtinienne telle qu’elle est employée, par exemple, par Bres (1999) et Bres et Nowakowska (2006) :

(a) J’appellerai dialogique un énoncé (ou fragment d’énoncé) dans lequel la modalisation de E1 s’applique à un dictum présenté comme ayant déjà statut d’énoncé (soit e), c'est-à-dire ayant fait l’objet d’une modalisation par un autre énonciateur, que je désigne par e1 (Bres 1999 : 72).

(b) Nous posons que l’énoncé dialogique se distingue de l’énoncé monologique de la façon suivante : dans l’énoncé monologique l’actualisation déictique et modale porte sur un dictum : dans l’énoncé dialogique, cette opération s’effectue non sur un dictum, mais sur (ce qui est présenté comme) un énoncé déjà actualisé (Bres et Nowakowska 2006 : 29).

14 Pour une conceptualisation de ces trois visées, voir Colletta (2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Halté, « Positionnement syntaxique des interjections et des émoticônes : modalisation, portée, visée  », Cahiers de praxématique [En ligne], 69 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4680

Haut de page

Auteur

Pierre Halté

Laboratoire ICAR, Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals