Navigation – Plan du site

AccueilNuméros70Étude des phénomènes morphosyntax...

Étude des phénomènes morphosyntaxiques, sémantiques et discursifs liés à l’acquisition du temps verbal pretérito perfeito simples en portugais brésilien

A study of morphosyntactic, semantic and discursive phenomena regarding the acquisition of the pretérito perfeito simples in Brazilian Portuguese
Márcia ROMERO

Résumés

L’analyse d’énoncés dans lesquels on observe des emplois du pretérito perfeito simples (prétérite PPS) en portugais brésilien atteste que les premières valeurs sémantiques mises en place par l’enfant de cette forme verbale ne peuvent pas être traitées par les approches théoriques qui le présentent comme un « temps du passé ». Cela rejoint les travaux inscrits dans le champ de la linguistique de l’énonciation (Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives) sur le fonctionnement sémantique-énonciatif du PPS en ce qui concerne sa productivité dans la langue. En effet, au-delà des emplois où sa valeur renvoie à un temps du passé, il y a un large ensemble d’énoncés dans lesquels le PPS fait référence à un fait tenu pour avéré ou accompli au moment de l’énonciation. Notre discussion examine les caractéristiques constitutives de leur rôle langagier dans les interactions d’un enfant brésilien (âgé de deux ans) afin d’affiner la description grammaticale du PPS et de contribuer au développement des recherches en portugais brésilien sur les premières acquisitions syntaxiques. Nous analysons, ici, des emplois du PPS sous l’angle de leur organisation syntaxique, sémantique et discursive, en nous centrant sur ses productions spontanées. Les résultats attestent d’un ensemble de caractéristiques, dont la plus significative est la présence d’énoncés construits avec des verbes à la 3ème personne du singulier du PPS qui, en nʼacceptant pas lʼintroduction dʼune forme pronominale ou d’un groupe nominal comme sujet syntaxique, ne sont pas attachés à la production dʼun discours narratif.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements : Nous tenons à remercier Malory Leclère pour sa lecture attentive.

Introduction

1Notre travail, dont les fondements sʼinscrivent dans le cadre de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives (Culioli, 1999 ; De Vogüé, 2006 ; De Vogüé, 2012), apporte une nouvelle réflexion sur le sémantisme et le fonctionnement, en discours, du temps verbal pretérito perfeito simples do indicativo (prétérit PPS) en portugais brésilien (PB) et sur la façon dont ce sémantisme aide à mieux comprendre les processus en jeu dans l’acquisition de ce temps en langue maternelle.

  • 1  Ce que nous défendons rejoint les réflexions de ces auteurs sur l’acquisition lexicale. Nous n’avo (...)

2Cette question se montre d’une importance fondamentale quand l’on pense à la prise de position adoptée envers la signification en langue (Brigaudiot & Danon‑Boileau, 2009)1, plus précisément envers le sémantisme d’une unité d’ordre grammatical, car la façon dont on le conçoit modifie totalement la compréhension de ses emplois en discours, que ce soient des discours produits par des locuteurs en cours d’acquisition ou par des locuteurs adultes.

  • 2  Article soumis au projet de publication des travaux issus du Colloque GrEG PLS5, La correction en (...)

3En effet, dans la plupart des grammaires et des travaux brésiliens qui portent sur le sémantisme des temps verbaux, le temps nommé PPS est décrit comme « un temps du passé ». Cela ne se fait pas sans problème, autant pour l’étude des données en acquisition du langage que pour d’autres données en dehors du champ de l’acquisition, pour lesquelles l’on constate justement des valeurs du PPS non compatibles avec cette description (Romero, à paraître2).

  • 3  Le verbe « bater » est fortement polysémique. Ici, il peut être traduit par « [me] prendre, [me] g (...)
  • 4 Il est aussi possible d’avoir un énoncé comme « Bateu soninho? », où l’on a la même forme verbale q (...)

4Comme illustration des emplois fréquents dans la production linguistique des jeunes et adultes brésiliens, examinons l’énoncé (1) « Bateu um sono! ». Construit avec le verbe « bater »3 au PPS, cet énoncé exprime qu’un état de sommeil (« um sono », sujet syntaxique postposé) saisit l’énonciateur au moment même où il l’énonce4, cela étant de plus considéré comme un fait tenu pour accompli et avéré auquel le sujet n’échappe pas. Une traduction possible serait « Le sommeil me gagne ! » (ou « Le sommeil me prend ! »).

5Cet emploi, comme tant d’autres, n’a pas de place dans les descriptions usuelles du PPS en PB, car les exemples tenus pour représentatifs de ce temps verbal ne mettent en évidence que la valeur de « passé » également élaborée par cette marque linguistique, comme c’est le cas de l’énoncé (2) « Ontem, fui ao cinema. ». Cet énoncé, construit avec le verbe « ir » (« aller ») conjugué à la 1ère personne du PPS, peut être traduit par « Hier, je suis allé(e) au cinéma. ». Or, ce qu’il est intéressant d’observer, c’est qu’en (2), si finalement tout se joue sur le champ temporel et sur l’élaboration du révolu, en (1), le champ mobilisé est celui de ce qui est reconnu : en l’énonçant, on reconnaît comme une vérité le fait que le sommeil est là, qu’il saisit le sujet au moment même où le dit se produit. Ce phénomène propre à l’emploi de ce temps n’est jamais abordé par les différents travaux qui lui ont été dédiés.

6Pour bien expliquer l’ensemble des phénomènes en jeu dans les emplois de ce temps verbal, des phénomènes qui sont d’ailleurs transversaux aux domaines de la morphosyntaxe et du discours et plus particulièrement dans son acquisition, il est nécessaire de mieux décrire quel est le rôle sémantique et énonciatif de cette unité grammaticale. Cette description permettrait alors de comprendre des énoncés produits par les enfants brésiliens tels quels « Caiu! » (« Tombé ! »), où l’on a le verbe « cair » (« tomber ») conjugué à la 3personne du singulier du PPS, et ses effets sur le discours. Cet énoncé, apparemment simple, a plusieurs particularités, puisqu’il est produit quand les enfants n’ont pas encore acquis les constructions syntaxiques ayant des verbes comme noyaux du prédicat. De plus, même si la forme verbale est à la 3personne du singulier, on ne peut pas insérer le pronom personnel « ele » (« il ») comme sujet syntaxique du verbe, cet énoncé étant discursivement lié à ce qui se passe dans la situation de l’énonciation : l’enfant le produit, par exemple, au moment même où il se jette par terre, où il tombe ou quand il fait tomber les choses. Le discours est ainsi surtout d’ordre descriptif.

7Afin dʼinitier lʼexamen de ces particularités, nous organiserons ce travail en deux sections. Dans une première section, nous présenterons un bref panorama des descriptions proposées par les grammairiens et chercheurs brésiliens sur le PPS. Ce panorama est suivi de la discussion des contributions d’une conception du PPS fondée, non pas sur une valeur première de base, mais sur un schéma invariant de fonctionnement sémantique-énonciatif (De Vogüé, 2006 ; De Vogüé, 2012 ; Romero-Lopes, 2007 ; Romero, à paraître). Il est important de remarquer que la discussion s’appuie sur des énoncés habituellement non analysés par les travaux dans le champ de la sémantique des temps verbaux, car conçus comme des emplois « idiomatiques », « des expressions populaires » ou « argotiques ». Dans une seconde section, nous discutons, à partir de ce schéma invariant qui est à la base des différentes valeurs portées par le PPS, les données propres au champ de l’acquisition et la façon dont elles confèrent un autre regard sur la description du sémantisme du PPS.

1. Le rôle du pretérito perfeito simples en portugais brésilien

  • 5  Ainsi, « ser » [être] en PB, conjugué au PPS, donne « fui, foste, foi, fomos, fostes, foram ». Si (...)
  • 6  Nous présentons ici les résultats d’une recherche menée depuis plusieurs années sur le fonctionnem (...)

8Rappelons tout d’abord que le PPS, du point de vue de sa forme, s’approche du passé simple en français5, mais les valeurs sémantiques observées dans des usages sont diverses, ce qui fait que sa traduction passe fréquemment par l’emploi du passé composé ou du présent de l’indicatif, en plus de celui du passé simple lui‑même. Cette impossibilité de décrire son sémantisme dans les différents usages par le biais d’une valeur de base qui lui serait intrinsèque entraîne à chercher l’invariant qui soutient le fonctionnement sémantique-énonciatif du PPS, en décrivant les paramètres susceptibles d’ordonner sa variation sémantique. Le but est d’expliquer comment les valeurs qui en découlent se rapportent à un ensemble de caractéristiques régulières6.

9Nous nous appuyons sur différents travaux inscrits dans le cadre de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives pour soutenir justement que « (...) face aux sens, il est possible d’aller au‑delà d’un simple répertoriage, et de reconstituer la façon dont la diversité des sens en question se déploie, la façon dont elle s’organise et dont elle se diversifie » (De Vogüé, 2012 : 3). Et s’il y a bel et bien un ordre derrière le mode de construction du sens, un ordre propre au fonctionnement énonciatif d’une unité, c’est seulement celui de ses « caractéristiques essentielles (...), l’invariant de la variation en question : un invariant qui n’est pas seulement ce qui ne varie pas, qui est ce qui caractérise et ordonne cette variation » (De Vogüé, 2012 : 6), ou, selon les termes de Culioli lui-même, qui est « un ensemble de relations entre des termes, stable sous transformation » (Culioli, 1999 : 46).

10Si l’on observe les travaux consacrés aux PPS, on n’y trouve aucune description basée sur un répertoriage de ses valeurs, celui-ci étant surtout présenté comme ce qui dénote une action qui s’est produite à un certain moment du passé. Une illustration prototypique de ce fait est celle apportée par l’exemple (2) déjà mentionné, où l’on a un énoncé construit avec le verbe « ir » (« aller ») conjugué à la 1ère personne du singulier au PPS : (1) « Ontem, fui ao cinema. » (« Hier, je suis allé(e) au cinéma. »).

11C’est ainsi que, selon la grammaire de Cunha & Cintra (1985), inscrite dans un courant normatif, ce temps indique « une action complètement terminée, [...] une action qui s’est produite à un certain moment du passé et qui s’éloigne du présent » (Cunha & Cintra, 1985 : 443). En ce qui concerne les travaux issus du courant fonctionnaliste, il est conçu, de son côté, comme le temps dont « le point terminal [de la constitution interne du procès est] antérieur au point-déictique de l’énonciation » (Costa, 2002 : 49) ou, selon la formule de Reichenbach reprise par Ilari & Basso (2014), le temps dont le moment de la réalisation de l’action exprimée par le verbe (ME) est simultané au moment de référence (MR), tous les deux étant antérieurs au moment de l’énonciation (Ilari & Basso, 2014 : 140).

12Dans ces conceptions, il y a donc une séparation entre le temps et tout un ensemble de phénomènes variés. Cela signifie, par exemple, que ce n’est que du point de vue de l’aspect que le perfectif fait référence à un procès conclu, comme le montre l’exemple « Ela foi para o interior » (« Elle est allée en province ») (Ilari & Basso, 2014 : 174), où le verbe « ir » (« aller ») conjugué au PPS indique que le procès a atteint son point terminal. C’est précisément ce que décrivent Ilari & Neves (2008) en considérant que : « Si on le prend d’un point de vue exclusivement temporel, en laissant de côté des considérations aspectuelles et discursives, le perfeito do indicativo [PPS] est tout simplement un temps du passé » (Ilari & Neves, 2008 : 251-252).

13Pour illustrer les emplois fréquents, dans la production linguistique des brésiliens, qui n’entrent pas dans ces explications, reprenons l’énoncé (1) « Bateu um sono! ».

  • 7  Le verbe « bater » peut ici être traduit par « [me] prendre, [me] gagner ».

14Cet énoncé est construit avec le verbe « bater »7 au PPS. Il exprime qu’un état de sommeil (« um sono », sujet syntaxique postposé) saisit le sujet au moment même où il l’énonce, cela étant considéré comme un fait tenu pour accompli et avéré auquel le sujet n’échappe pas. Une traduction possible serait « Le sommeil me gagne ! » (ou « Le sommeil me prend ! »), si ce n’est le fait que cette traduction ne met pas en évidence cet état de quelque chose qui est déjà « sûr et certain » pour le sujet.

15Cet emploi, comme tant d’autres, n’a pas de place dans les descriptions usuelles du PPS en PB, car les exemples tenus pour représentatifs de ce temps verbal ne mettent en évidence que la valeur de « passé » également élaborée par cette marque linguistique, comme c’est le cas de l’énoncé (2).

  • 8  Nous avons une prolifération d’emplois tenus pour argotiques, construits avec le verbe à la 3ème p (...)
  • 9  Dans d’autres énoncés, « dar » peut être traduit par « donner » (« Ele me deu um livro » / « Il mʼ (...)

16D’autres exemples illustrent des emplois pour lesquels la description usuelle ne fonctionne pas non plus : en (3) « Sujou! », on a le verbe « sujar » (« salir ») conjugué à la 3personne du singulier au PPS. Ici, l’énoncé renvoie à ce qui est sale, dans ce cas à une sale situation (une situation gênante) constatée par le sujet au moment même où il l’énonce. Par exemple, le sujet est en train de faire quelque chose en cachette et il est pris sur le vif par quelqu’un8 ; en (4) « Deu! », le verbe « dar »9 est conjugué à la 3personne du singulier au PPS. L’énoncé fait communément référence à une situation dans laquelle le sujet, pris dans une discussion qui semble ne jamais s’arrêter, décide d’y mettre un point final : il cesse toutes les possibilités d’une continuité discursive en le prononçant. Une traduction possible serait « Ça suffit ! ».

17En contraste avec les travaux mentionnés plus haut, nous soutenons que le PPS se fonde sur un mécanisme complexe de fonctionnement sémantique-énonciatif, la valeur de « fait du passé » n’étant qu’une valeur parmi d’autres résultantes de ce mécanisme. Le cadre référentiel et méthodologique adopté dans nos analyses, la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives, conçoit le sémantisme des unités linguistiques non pas en termes de valeur de base, mais de schéma invariant de fonctionnement énonciatif. Comme nous expliquons dans Romero (à paraître), ce schéma invariant constitutif de l’identité sémantique du PPS fait voir que le sens d’une unité n’est pas préalable à sa mise en énoncé, mais construit au travers des articulations du matériel linguistique en jeu dans chaque production langagière. Le schéma invariant peut ainsi être compris comme un principe organisateur des différents sens acquis par le PPS, ce qui met en évidence le caractère non aléatoire de la variation sémantique.

18Nous présentons ici les paramètres constitutifs du schéma identifiant le rôle du PPS en PB pour montrer comment ils rendent compte des emplois mentionnés et, plus spécifiquement, des emplois propres au champ de l’acquisition. Du point de vue méthodologique, nous analysons les rapports établis par le PPS entre ti et to, donc entre l’instant d’instanciation du procès ti et l’instant de l’énonciation to. Nous nous concentrons sur l’instant privilégié dans les différents emplois de ce temps verbal et les différents ordres d’antériorité élaborés, pour garder un terme courant dans la description du PPS. La méthodologie prend ainsi en considération non pas le fait que l’on a un « point terminal [de la constitution interne du procès] antérieur au point-déictique de l’énonciation » (Costa, 2002 : 49), mais qu’il existe une diversité de rapports entre eux et ce qu’ils déclenchent en termes d’altérité.

19Reprenons d’abord (2) « Ontem, fui ao cinema » (« Hier, je suis allé(e) au cinéma »), exemple tenu pour prototypique du PPS, car il renvoie à un fait du passé. Dans ce cas, on part directement d’un instant dans lequel le procès s’inscrit (hier), cet instant étant lui‑même antérieur au moment de l’énonciation. On part ainsi de ti, qui marque l’instanciation dans le temps du procès « aller au cinéma ». Cette instanciation déclenche en to, l’instant de l’énonciation, le fait que l’on considère ce même procès comme ce qui appartient au passé.

20Si nous regardons maintenant les exemples (1), (3) et (4), l’instant de départ de la relation construite est non plus ti, mais to.

21En (1) « Bateu um sono! », on exprime qu’un état de sommeil (« um sono ») saisit le sujet au moment même où il l’énonce. On part ainsi d’un état avéré sur hic et nunc (to). Or, la particularité de cet emploi, c’est que cet état avéré est lui aussi conçu comme l’instant origine du sommeil (ti) (le début de l’état de somnolence) pour le sujet, de sorte que to et ti sont indissociables. En disant « Bateu um sono! », le fait de reconnaître que le sommeil me saisit marque également l’origine d’un état de sommeil auquel on ne peut pas attribuer une existence énonciative antérieure. En dehors de cet instant où tout se joue, où l’on vérifie un état de sommeil qui est déjà sûr et certain pour le sujet, rien n’existe. Tout simplement, on ne parle pas de sommeil.

  • 10  Cf.16 de junho de 2017 – Sujou! O juiz federal (...) determinou a instauração de inquérito policia (...)

22Le même raisonnement est observé dans l’exemple (3) « Sujou! »10, qui exprime le fait d’être frappé d’une situation gênante au moment même où on l’énonce. On part du constaté en to, ici, d’un fait qui ne convient pas au sujet et qui le prend sur le vif. Ce constat convoque ti, i.e. il marque l’origine de l’instanciation du procès « sujar », donc de l’instauration d’une situation gênante à laquelle on ne peut pas attribuer une existence énonciative antérieure. En effet, l’instanciation du procès n’implique pas que, dans un instant autre, la situation était commode ou appropriée. Encore une fois, nous avons, d’un côté, l’indissociabilité entre to et ti, et de l’autre, le fait qu’en dehors de to-ti la situation, quelle qu’elle soit, n’est pas prise en considération.

23L’énoncé (4) est un exemple de plus de ce que nous voulons montrer. « Deu! » met un point final à une discussion ou à une situation en cours. On part de ce qui se passe en to (le sujet se retrouve pris dans une discussion où il fait face à une situation qui lui est insupportable). « Deu! » marque justement l’origine d’un refus, l’instant ti où le sujet prend position par rapport à ce qui est en cours et qu’il refuse (de vivre, de supporter). Autrement dit, le fait de reconnaître que ce qu’il est en train de vivre lui suffit marque l’origine d’un refus de tout ce qui lui était donné avant.

24Les énoncés (3) « Sujou! » et (4) « Deu! » présentent par ailleurs une autre caractéristique commune : ils sont à la 3personne du singulier, mais ils ne permettent pas que l’on introduise un pronom comme sujet syntaxique. On ne peut donc pas les reprendre par « Ele (il) ou Isso (cela) sujou! » ou alors « Ele (il) ou Isso (cela) deu! ». Or, il faut dire qu’en PB, dans un énoncé comme (5) « Onde está a camisa? Ah! Sujou! Mandei para a lavanderia. » (« Où est la chemise ? Ah ! Elle est sale/Elle est salie. Je l’ai envoyée à la laverie»), la proposition « Sujou! » accepte le pronom, ce qui marque une reprise anaphorique : « (Ela) Sujou! ». Dans ce dernier cas, « ela » (« elle ») renvoie à la chemise, cet énoncé apportant en plus une importante discussion sur la construction syntaxique vérifiée, puisque lʼon n’a pas en PB, dans le cas de cette proposition, de construction attributive comme en français. En réalité, en PB, pour plusieurs verbes, il est possible d’avoir une alternance transitive/ergative soutenue par le PPS : « Ele sujou a camisa » (« Il a sali la chemise ») versus « Sujou a camisa » (« La chemise est salie »). Cette alternance montre que, dans le cas de la construction ergative « Sujou a camisa », le sujet syntaxique est « a camisa » (« la chemise »), généralement postposé, ou en fonction de l’énoncé, effacé, comme en (5). Nous n’allons pas approfondir cette discussion par manque de place, mais elle nous permet de voir que lʼénoncé (3) « Sujou! » auquel nous nous intéressons ici est ancré dans la situation sans que lʼon puisse pour autant la reprendre par un pronom comme cela. La reprise par un pronom impliquerait une préconstruction de l’élément auquel renvoie cela, pré construction qui nʼest pas compatible avec ce type d’énoncé, ce qui atteste que le PPS construit l’existence du fait constaté en l’énonçant. Comme nous l’avons expliqué ci-dessus, on part du constat en to (d’un fait qui ne convient pas au sujet et qui le surprend). Ce constat convoque ti, i.e. il marque l’origine de l’instanciation du procès « sujar », de l’instauration d’une situation gênante à laquelle on ne peut pas attribuer une existence énonciative antérieure.

  • 11  Nous nous centrons sur les énoncés qui nous intéressent plus directement pour l’analyse des donnée (...)

25Avant de reprendre un dernier exemple, considérons le schéma ci-dessous, qui décrit les paramètres en jeu dans le fonctionnement du PPS en ce qui concerne les énoncés analysés11.

Figure 1 – Schéma invariant du PPS en PB. Romero (à paraître).

Figure 1 – Schéma invariant du PPS en PB. Romero (à paraître).

26Ce schéma montre que le PPS mobilise toujours to, instant de l’énonciation, et ti, instant où le procès P s’instancie, mais différemment : soit on part du fait reconnu (avéré, constaté) en to pour reconstituer ti, instant de l’instanciation du procès (cf. la partie ① du schéma), soit on part de l’instanciation du procès P en ti pour exprimer ce que l’on observe en to (cf. la partie ②).

27En ①, on a une indissociabilité entre to et ti. L’instant origine de ce qui est reconnu (avéré, constaté) est une conséquence du reconnu lui-même : puisque l’on a du reconnu, il y en a bien une origine, il y a bien instanciation du procès P. S’il est possible de parler d’antériorité, elle n’est pas temporelle, ce qui marque d’ailleurs l’indissociabilité entre to et ti. L’antériorité est d’ordre subjectif, au sens où l’on a une reconstitution de l’origine de l’instanciation du procès qui instaure subjectivement « un avant, un antécédent » où ce même procès n’a pas d’existence. Donc, ti, l’instant où le procès P s’instancie, assure l’existence du reconnu ; en même temps, il oppose l’existence du procès P dans un instant donné à un instant autre où rien n’existe, où il n’y a rien de reconnu (avéré, constaté).

28En ②, tout est apparemment plus simple car il y a la dissociabilité entre ti et to, ce qui conduit à une antériorité d’ordre temporel. L’instant ti instancie le procès P, ce qui déclenche, en to, le fait que l’on considère ce même procès comme révolu.

  • 12  La question de l’ergatif (au moins de l’ergatif dans quelques-uns de ses emplois) n’est pas expliq (...)

29La partie ① du schéma explique l’emploi du PPS dans les exemples (1), (3) et (4) ; la partie ②, l’emploi du PPS dans l’exemple (2)12.

30Prenons alors un dernier exemple, (6) « SEDEX – Mandou, chegou. », lui aussi expliqué par la partie ① du schéma. On a ici un enchaînement de deux énoncés qui construit une relation de cause-conséquence. Cette relation peut être reformulée comme « (à peine) envoyé (le produit, le document), (déjà) reçu ». Le point de départ de la relation est ce fait reconnu comme vrai, comme sûr et certain, ce qui est synthétisé par la construction participiale : « (cela) envoyé, (cela) reçu »).

31Cependant le PPS n’est pas une construction participiale : « Mandou, chegou » est un énoncé différent de « Mandado, chegado », puisque le participe, à la base de cette construction, ne marque que l’attribution d’une propriété à quelque chose : il est ainsi un attribut du sujet. Avec le PPS, le fait reconnu comme vrai conduit à instaurer une origine d’instanciation du procès (ti), elle-même indissociable de to, comme nous l’avons déjà expliqué. C’est cette instanciation qui, en conférant une existence au procès P, conduit à reconstituer un instant autre, opposé à to-ti, où le procès n’a pas d’existence.

32Finalement, puisqu’on exprime qu’il y a bien « [cela] envoyé, [cela] reçu », on reconstitue l’instant ti où ils se construisent. Cet instant, noté to-ti pour souligner leur indissociabilité, marque aussi le fait qu’en dehors de sa prise en compte, il n’y a rien d’envoyé, rien de reçu. L’instant to-ti oppose deux instants (ou deux temps) d’ordre subjectif : celui où l’on vérifie « l’envoyé, le reçu », celui où l’on ne peut pas en parler, car ils n’ont pas d’existence énonciative.

33Nous gardons ces premières conclusions sur le PPS pour les reprendre postérieurement, au moment de l’analyse des données du champ de l’acquisition.

2. Le PPS dans les énoncés de lʼenfant

  • 13  Le corpus fait partie de la banque de données NALíngua (Del Ré et al., 2016).

34Le corpus analysé dans le présent travail est constitué de dix séances d’enregistrement d’un enfant brésilien, de deux à trois ans en milieu familial13. Nous analysons la première séance, où l’enfant a 24 mois et 12jours. En une heure dʼenregistrement, on comptabilise 287 énoncés produits par lʼenfant, parmi lesquels 18 sont au PPS, tous à la 3ème personne du singulier des verbes : « pegar » (« prendre ») (5), « acabar » (« finir ») (5), « bater » (« frapper ») (3), « cair » (« tomber ») (2), « ver » (« voir ») (1), « chegar » (« arriver ») (1) et « dormir » (« dormir ») (1).

35Il importe ici dʼanalyser ceux qui ont été produits spontanément par lʼenfant, cʼest-à-dire les énoncés qui ne sont pas attachés à une reprise de la parole de lʼadulte. En effet, parmi lʼensemble des énoncés au PPS, 6 sont des emplois où lʼenfant reprend la parole des parents ou de lʼobservatrice. Cʼest le cas des énoncés construits avec les verbes « cair » (« tomber »), « ver » (« voir »), « chegar » (« arriver ») et « dormir » (« dormir »), de même que lʼune des occurrences des verbes « pegar » (« prendre ») et « acabar » (« finir »). Lʼépisode qui suit ([1], figure 2), où lʼenfant joue avec un jeu de cartes dont les images sont des voitures, illustre cette reprise dʼun énoncé dʼun adulte.

Figure 2 – Transcription de l’épisode 1.

Figure 2 – Transcription de l’épisode 1.

36Lʼénoncé « acabo(u)? » peut être traduit par « Cʼest fini ? ». Mais, comme nous l’avons vu dans la section antérieure, cette traduction ne permet pas de comprendre le rôle sémantique-énonciatif du PPS, qui diffère dʼune construction attributive. On reviendra sur des énoncés construits avec ce verbe par la suite.

37Analysons d’abord les énoncés produits spontanément par lʼenfant qui sont construits avec le verbe « pegar » (« prendre ») ([2], figure 3).

Figure 3 – Transcription de l’épisode 2.

Figure 3 – Transcription de l’épisode 2.
  • 14  Selon des recherches en collaboration avec Christelle Dodane actuellement en cours sur la synchron (...)

38Il sʼagit ici dʼun ensemble dʼénoncés produits à chaque fois que lʼenfant prend une carte du jeu (cartes à jouer représentant des voitures) et la pose sur le canapé sur lequel son père est assis : « *CHI: pegueu # pegueu # pegueu # pegueu ». Remarquons dʼailleurs que l’enfant produit ces énoncés entre le moment même où il fait un geste de préhension et celui où la carte est posée sur le canapé14.

39Ces énoncés ont plusieurs particularités :

(1) du point de vue morphologique, le verbe est à la 3ème personne du singulier, même si la production de lʼenfant (« pegueu ») est distincte de la production de lʼadulte, qui, lui aussi, met le verbe à la 3ème personne du singulier (« pegou »). Or, alors que lʼadulte respecte la norme de la conjugaison (« pegou »), il semble que lʼenfant, en prononçant le phone [g] suivi du phone caractéristique de la 3ème personne du singulier du PPS des verbes réguliers (ce qui est représenté à lʼécrit par le graphème <u> et renvoie à un glide articulé, en PB, comme un phone vocalique labialisé), produit une occlusive vélaire labialisée [gw] (« pe[gw]eu »). Cela montre bien que, malgré la différence de forme en ce concerne la norme, lʼenfant marque la 3ème personne du singulier du PPS ;

(2) du point de vue morphosyntaxique, le pronom « ele » (« il ») est absent et il ne nous semble pas que lʼenfant parle de lui-même en employant la 3ème personne : il nʼest pas en train de dire « Ele (il) pegueu », de même quʼil ne dit pas que la carte est prise, encore que la situation puisse faire référence à la préhension de la carte. De ce point de vue, il est intéressant de revenir sur lʼénoncé produit par le père (« Pego(u) o jipe? »), énoncé qui, malgré la marque de la 3ème personne du singulier, renvoie à lʼinterlocuteur, cʼest-à-dire à lʼenfant. Cela sʼexplique par le fait quʼen PB, on peut sʼadresser à son interlocuteur en employant « você », un pronom de traitement qui demande naturellement la 3ème personne (« (Você) Pego(u) o jipe? »/« Tu as pris la jeep ? », où la jeep renvoie à une carte du jeu) ;

(3) du point de vue discursif, lʼénoncé semble manifester le plaisir devant un succès, celui attaché à la préhension elle-même. Lʼénoncé « pegueu », selon les explications données à la section antérieure, élabore justement un changement dʼétat : on oppose lʼinstant où il y a le constat de la préhension par rapport à un autre instant où cette préhension nʼétait même pas envisagée. Donc, lʼénoncé, plus que d’exprimer que la carte est prise en to (au moment de lʼénonciation), en instanciant le procès « pegar » (« prendre »), oppose son existence dans un instant donné à un instant autre où il n’y a rien de pris.

40Cette dernière particularité permet de rejoindre ce que Brigaudiot & Danon‑Boileau ont dit du lien entre lʼusage des mots et le succès aux épreuves cognitives : « ce quʼil y a de commun aux deux, cʼest le fait de construire des représentations différenciées hors de toute confirmation perceptive immédiate » (2009 : 173). Ainsi, dire « pegueu », en nous appuyant sur les réflexions de ces auteurs, ce nʼest pas attribuer une propriété à la carte, ce nʼest pas dire tout simplement que la carte est prise. Cʼest aussi se représenter une succession dʼétats qui nʼest pourtant pas dʼordre temporel.

41Les épisodes suivants reprennent les énoncés produits spontanément dans lesquels lʼenfant emploie les verbes « acabar » (« finir ») et « bater » (« frapper »). En ce qui concerne le verbe « bater » (« frapper »), nous analysons la première occurrence et, dans le cas de « acabar » (« finir »), les deux premières, les autres étant des reprises des précédentes.

Figure 4 – Transcription de l’épisode 3.

Figure 4 – Transcription de l’épisode 3.

42Lʼenfant produit cet énoncé [3] (figure 4) alors qu’il est en train de regarder un dessin animé. Il le produit en pointant ce quʼil est en train de voir à la télé. Il faut dire quʼen PB, nous aurions pu interpréter cet énoncé comme une construction ergative : « o carrinho » (« la petite voiture ») serait ainsi le sujet syntaxique du verbe. Or, ce que lʼon observe par la suite, cʼest que la mère, en reprenant lʼénoncé de lʼenfant, insère le terme « o carrinho » (« la petite voiture ») dans un syntagme prépositionnel (« no carrinho ») qui joue le rôle de locatif.

43Nous pouvons ainsi faire lʼhypothèse quʼun crash de voiture a lieu au moment même où lʼenfant produit lʼénoncé. Lʼénoncé de lʼenfant nʼa pas de sujet syntaxique et lʼon ne peut pas le reprendre par « (ele) bateu » (« il a frappé »). Lʼenfant parle tout simplement du crash, il décrit ce quʼil constate sur la scène dʼénonciation. Et il y ajoute « o carrinho » (« la petite voiture ») non pas comme un argument du verbe ni comme un locatif (« o carrinho » nʼest pas un actant), mais plutôt comme un élément qui spécifie « le repérage dans la situation dʼénonciation » (De Vogüé, 2014 : 158).

44Du point de vue syntaxique, cela rejoint une importante remarque faite par ce même auteur dont nous pensons qu’il est pertinent pour notre propos d’en reproduire l’intégralité : 

Quant aux énoncés descriptifs, dans lesquels il ne s’agit pas d’attribuer des propriétés à des arguments, ni non plus de reconstituer des procès dans leur finalité, mais de camper ce qui est, dans tel ou tel cadre, on peut s’interroger sur le sens qu’il y aurait à vouloir absolument les faire entrer dans des schémas syntaxiques organisés sur le principe de la prédication catégorielle ou de la transitivité actancielle. Or, il est des structures syntaxiques qui n’entrent pas dans ces schémas : sur le plan empirique on pense aux phrases impersonnelles (Il pleut des cordes) dans lesquelles il est pour le moins difficile d’isoler un sujet ; on pense aussi aux phrases à éléments détachés, postposés ou antéposés, possiblement multiples, dont la fonction est bien de définir des cadres ou de camper des entités référentielles, selon une logique d’ordonnancement fondée sur l’inclusion et non plus sur les relations actancielles, avec un noyau verbal réduit d’autant, dans lequel il peut devenir difficile de reconstituer un ordre bi- ou tripartite (...). Ce type de structure est ce que décrit un modèle comme celui de l’Approche Pronominale (Blanche‑Benveniste et al. 1984), qui oppose la syntaxe du noyau verbal, et la macro-syntaxe des éléments détachés, et propose une analyse du noyau verbal dans laquelle les pronoms y apparaissant ne doivent pas être interprétés comme des équivalents de groupes nominaux pleins (d’où la possibilité de ces datifs que l’on dit éthiques : Je vais te lui donner), mais plutôt comme des marques de repérage par rapport à une situation qui est soit la situation d'énonciation, soit celle que définissent les éléments détachés, soit celle qui est déterminée par le contexte de manière plus ou moins explicite. (De Vogüé, 2014 : 158).

45En ce qui concerne le PPS, le fonctionnement est toujours le même, expliqué par la partie ① du schéma : le point de départ est to, le moment où le crash a lieu. On reconstitue ti, lʼorigine dʼinstanciation du procès « bater » (« frapper »), à partir de to, en posant le fait que les instants t° et ti soient indissociables. Comme nous lʼavons vu, ti, l’instant où le procès P s’instancie, assure l’existence du reconnu ; en même temps, il oppose l’existence du procès P dans un instant donné à un instant autre où rien n’existe, où il n’y a rien de reconnu (avéré, constaté).

Figure 5 – Transcription de l’épisode 4.

Figure 5 – Transcription de l’épisode 4.

46Dans cet épisode [4] (figure 5), lʼenfant produit lʼénoncé « cabo [:acabou]? » au moment même où le dessin animé quʼil regarde à la télévision finit. Ce dessin est nommé Pocoio, en référence à lʼun de ses personnages. Nous avons d’abord la production dʼun énoncé où le verbe « acabar », au PPS, exprime le fait quʼil nʼy a plus de dessin animé, et, ensuite, un complément de lʼinformation par lʼajout de pocoio. Les caractéristiques de ce fonctionnement du PPS sont identiques à celles exposées antérieurement.

47Nous voyons ainsi que lʼenfant reprend ici sa production en la complétant, sans que Pocoio puisse être conçu comme le sujet syntaxique du verbe. Nous croyons que cela rejoint le propos de Brigaudiot & Danon-Boileau (2014) quand ils soutiennent que :

(...) ces premiers énoncés ont souvent la structure focus/désannonce : devant le spectacle du monde, lʼenfant sʼexclame, puis il sʼavise quʼil doit être compris par lʼadulte et lui fournit un complément dʼinformation. (...). Le monde est thème, lʼénoncé fortement modulé est un rhème expressif, une réaction psychique qui constitue encore une sorte de complément subjectif à lʼenchaînement des événements externes. Quand apparaît lʼénoncé à deux mots, le rhème subsiste et conserve sa forte modulation. Il exprime ce que lʼenfant pense des choses. Puis la source externe du mouvement de la parole, lʼévénement ou la chose qui la cause, trouve à être exprimée. (p.182)

48Lʼépisode [5] (figure 6) tend à confirmer lʼanalyse proposée.

Figure 6 – Transcription de l’épisode 5.

Figure 6 – Transcription de l’épisode 5.

49Dans cet épisode, qui, dans l’enregistrement, est antérieur à lʼépisode [4], lʼenfant semble élaborer un récit. Il raconte à son père ce qui se passe dans lʼhistoire du Pocoio, dessin animé quʼil regarde à la télévision pendant quʼil est en train de manger.

50Du point de vue de la structure morphosyntaxique de lʼénoncé, lʼenfant nʼa pas encore les moyens pour parler des événements situés hors de la situation présente, ce qui fait que le verbe reste à lʼinfinitif. Donc, au lieu dʼemployer le PPS avec sa valeur considérée comme prototypique, celle de « fait du passé », la relation prédicative se structure au travers dʼun noyau verbal à lʼinfinitif suivi dʼune pause, qui marque lʼintroduction de ce qui, apparemment, est lʼargument du verbe (« pato »/« canard »). Autrement dit, au moment où lʼon attend lʼutilisation du verbe au PPS, le PPS nʼest pas employé, ce qui montre que lʼenfant lʼutilise dans des circonstances assez précises, celles attachées à ce qui est avéré dans la situation dʼénonciation.

Conclusion

51Les résultats découlant de nos analyses dans le champ de lʼacquisition du langage attestent un ensemble de caractéristiques qui corroborent la description sur le fonctionnement sémantique-énonciatif du pretérito perfeito simples en portugais brésilien (cf. figure 1, section 1).

52La plus significative de ces caractéristiques est la production des énoncés où les verbes sont à la 3personne du singulier du PPS, sans que pour autant la désinence verbale implique dʼaccepter une forme pronominale ou groupe nominal comme sujet syntaxique du verbe. Cela montre que ces emplois du PPS ne sont pas liés à la production des récits et quʼils ont donc dʼautres particularités qui nʼont pas été encore décrites par les grammaires et les travaux brésiliens portant sur le sémantisme des temps verbaux.

53Ces particularités ne peuvent pourtant pas être comprises sans une approche transcatégorielle des phénomènes en jeu, car réduire le fonctionnement sémantique-énonciatif du PPS à une ou des valeurs de base ne permettrait pas dʼexplorer tous les aspects de la problématique ici présentée.

Haut de page

Bibliographie

Brigaudiot M. & Danon-Boileau L., 2009, La naissance du langage dans les deux premières années, Paris, PUF.

Costa S. B., 2002, « O aspecto em português », Contexto, São Paulo.

Culioli A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation, tome 2, Paris, Oprhys.

Cunha C. & Cintra L., 1985, Nova gramática do português contemporâneo, 2ª ed., Rio de Janeiro, Nova Fronteira.

De Vogué S., 2006, « Invariance culiolienne », in D. Ducard & C. Normand (éds), Antoine Culioli. Un homme dans le langage, Paris, Ophrys, 302-331.

De Vogué S., 2012, « A la recherche des paramètres d’élaboration du sens au sein des énonces », CORELA HS-10.

De Vogué S., 2014, « Effets sémantiques, syntaxiques et énonciatives du jeu entre quantité et qualité », LINX 70-71, 141-163.

Del Ré A., Nogarini Hilario R. & Rodrigues R. A., 2016, « O corpus NALINGUA e as tecnologias de apoio: a constituição de um banco de dados de fala de crianças no Brasil », in Artefactum, ano VIII 13/2.

Ilari R. & Basso R., 2014, « O verbo », in R. ILARI (eds), « Palavras de classe aberta – Gramática do português culto falado no Brasil », Contexto, São Paulo.

Romero M., à paraître, « Des expressions argotiques en portugais brésilien : contribution à lʼétude du processus de créativité linguistique », Colloque GrEG PLS5, La correction en langue(s), Presses Universitaires Paris Nanterre.

Romero-Lopes M., 2007, « Gramática operatória e ensino de línguas », Trilhas Lingüísticas 13, São Paulo, Cultura Acadêmica, 85-99.

Haut de page

Annexe

Figure 7 – Partie ③ du schéma invariant du PPS en PB. Production de l’auteur.

Figure 7 – Partie ③ du schéma invariant du PPS en PB. Production de l’auteur.

La partie ③ du schéma représente le PPS dans un énoncé comme « Sujou a camisa! », dit quand lʼon se rend compte tout dʼun coup que quelquʼun porte une chemise qui est sale (« a camisa » est le sujet syntaxique). On part ainsi du constat quʼil y a une chemise sale en to (sur la scène dʼénonciation) pour récupérer ti, lʼinstant où le procès salir s’instancie, antérieur à to et distinct de celui‑ci. Cette dissociabilité pose lʼopposition entre sale et propre, car ti, comme dans la partie ② du schéma (cf Fig. 1, section 1), instaure un avant (pas salir) et après (salir) dʼordre temporel. Dans ce cas, on a aussi un « fait du passé », bien que lʼon mette lʼaccent sur la propriété attribuée à la chemise en to. Il faut observer quʼon parle toujours de chemise (sale versus propre), et non pas du sujet qui lʼa salie.

Haut de page

Notes

1  Ce que nous défendons rejoint les réflexions de ces auteurs sur l’acquisition lexicale. Nous n’avons pas de traits sémantiques (« atomes de sens »), ni pour le lexique, ni pour la grammaire.

2  Article soumis au projet de publication des travaux issus du Colloque GrEG PLS5, La correction en langue(s), Presses Universitaires Paris Nanterre, avril 2018.

3  Le verbe « bater » est fortement polysémique. Ici, il peut être traduit par « [me] prendre, [me] gagner ».

4 Il est aussi possible d’avoir un énoncé comme « Bateu soninho? », où l’on a la même forme verbale qui a pour sujet syntaxique « soninho », c’est-à-dire « sono » (« sommeil ») avec un diminutif, dit au moment même où l’on voit, par exemple, un enfant qui baille.

5  Ainsi, « ser » [être] en PB, conjugué au PPS, donne « fui, foste, foi, fomos, fostes, foram ». Si l’on compare cette conjugaison avec celle du verbe être en français, nous avons « je fus, tu fus, il/elle fut, nous fûmes, vous fûtes, ils/elles furent ». N’oublions pas que le pronom personnel peut être effacé en PB, et que le verbe être n’est pas tout simplement « ser ».

6  Nous présentons ici les résultats d’une recherche menée depuis plusieurs années sur le fonctionnement sémantique-énonciatif du PPS en PB. Ils ont été publiés par Romero-Lopes (2007) et, plus récemment, par Romero (à paraître), ce dernier travail apportant de nouvelles contributions au développement du sujet. Cette section reprend en partie la discussion menée au sein de ce dernier travail, qui s’intéresse cependant à une expression considérée comme argotique souvent employée par les jeunes brésiliens.

7  Le verbe « bater » peut ici être traduit par « [me] prendre, [me] gagner ».

8  Nous avons une prolifération d’emplois tenus pour argotiques, construits avec le verbe à la 3ème personne du PPS, tels quels : « Fui! » (« aller »), qui exprime qu’on ne doit plus être considéré sur la scène d’énonciation au moment même où on l’énonce ; « Fechou! » (« clore »), qui exprime que l’on se met en accord sur les détails de quelque chose qu’on est en train d’organiser (Cf. « ‒ Je passe te chercher à 21h30. /‒ Fechou! »), etc.

9  Dans d’autres énoncés, « dar » peut être traduit par « donner » (« Ele me deu um livro » / « Il mʼa donné un livre »). Il faut dire encore que « Deu! » peut renvoyer à d’autres contextes d’emploi, comme celui où l’on essaie de résoudre à tout prix un casse-tête. « Deu! » indique le moment où la réussite a lieu. Dans ce cas, il s’approche de « Ça y est ! ».

10  Cf.16 de junho de 2017 – Sujou! O juiz federal (...) determinou a instauração de inquérito policial. (16/06/2017) (Sujou! Le juge fédéral ... a ordonné l’ouverture d’une enquête.). Exemple extrait de https://goo.gl/Pk78Ze, 11/3/2018.

11  Nous nous centrons sur les énoncés qui nous intéressent plus directement pour l’analyse des données en acquisition. Pour une description plus large du PPS, voir Romero-Lopes (2007).

12  La question de l’ergatif (au moins de l’ergatif dans quelques-uns de ses emplois) n’est pas expliqué par ce schéma. En réalité, il y a une troisième relation entre to et ti : on part de to et lʼon reconstruit ti, cette fois‑ci de façon dissociée de to, comme on le voit sur la partie ③ du schéma présenté en annexe.

13  Le corpus fait partie de la banque de données NALíngua (Del Ré et al., 2016).

14  Selon des recherches en collaboration avec Christelle Dodane actuellement en cours sur la synchronisation geste-parole, le premier énoncé commence plutôt à la fin du geste de préhension. Le 2ème, par contre, est synchronisé avec le geste de préhension (la syllabe « gue(u) » est synchronisée avec le geste). Dans le 3ème et le 4ème, la fin de lʼénoncé est synchronisée avec la fin du geste de préhension. On note ainsi quʼaucune production ne se réalise après la prise de la carte où quand la carte est déjà prise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Schéma invariant du PPS en PB. Romero (à paraître).
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-1.png
Fichier image/png, 235k
Titre Figure 2 – Transcription de l’épisode 1.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-2.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 3 – Transcription de l’épisode 2.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-3.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 4 – Transcription de l’épisode 3.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 5 – Transcription de l’épisode 4.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-5.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 6 – Transcription de l’épisode 5.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-6.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 7 – Partie ③ du schéma invariant du PPS en PB. Production de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/4754/img-7.png
Fichier image/png, 156k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcia ROMERO, « Étude des phénomènes morphosyntaxiques, sémantiques et discursifs liés à l’acquisition du temps verbal pretérito perfeito simples en portugais brésilien »Cahiers de praxématique [En ligne], 70 | 2018, mis en ligne le 22 janvier 2019, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/4754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.4754

Haut de page

Auteur

Márcia ROMERO

UNIFESP, Université Fédérale de São Paulo, Brésil

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search