Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46De la création à l’extinction : m...

De la création à l’extinction : métaphore(s) et mondes de discours

From birth till death : metaphors within their realm
Sylvianne Rémi-Giraud
p. 61-80

Résumés

La problématique de la lexicalisation et du figement est couramment évoquée à propos de la métaphore sans qu’on lui accorde toujours la place qu’elle mérite. On tente de montrer dans cet article que le processus métaphorique s’inscrit fondamentalement dans la gradualité et qu’il est possible d’en rendre compte dans le cadre d’une approche sémantico-énonciative à partir d’un dédoublement des plans d’énonciation. Deux mondes de discours (l’un virtuel, l’autre actuel) sont ainsi mis en évidence, dont l’interaction permet d’expliquer les différents seuils d’intensité de la figure — de la métaphore vive à la métaphore éteinte en passant par ce point d’équilibre que représente la métaphore lexicalisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Comme le souligne Kleiber (1999b : 100).
  • 2  Voir la présentation de ce volume.
  • 3  Et qui est souvent attesté par les définitions des dictionnaires.

1Il est difficile de parler de métaphore sans que soit associée à cette figure la problématique du figement ou de la lexicalisation, comme en témoigne l’abondance des termes, le plus souvent métaphoriques, qui évoquent ce phénomène dans toute son extension allant de la métaphore vive, créative, à la métaphore lexicalisée, congelée, puis endormie, éteinte, morte. Ces degrés de vitalité semblent être tellement inhérents au processus métaphorique qu’on peut se demander si, à chaque fois que l’on tente de le décrire, ce n’est pas, à travers les exemples qu’on se donne, tel ou tel type de métaphore qu’on saisit plutôt que la notion prise en elle-même. Ainsi la métaphore prédicative nominale, considérée comme emblématique à travers nombre d’énoncés fameux qui l’illustrent (Achille est un lion, l’homme est un loup pour l’homme, Robert est un bulldozer, ce chirurgien est un boucher, la femme est une fleur, etc.), peut être considérée comme une métaphore lexicalisée1dont l’interprétation atteste un « processus de fixation du sens2 » qui se trouve inscrit dans la compétence collective3. C’est donc à travers les différentes réalisations de la métaphore en tant que phénomène instable, susceptible d’osciller entre des extrêmes et de traverser une grande diversité de seuils d’intensité, qu’on abordera ici le thème de la lexicalisation, en essayant de mettre en place certains des mécanismes linguistiques qui sous-tendent ce fonctionnement constamment « en tension » de la figure.

1. Approche sémantico-référentielle de la métaphore

  • 4  Ces termes sont rappelés et référencés de manière très documentée par Kleiber (1999b) et le site d (...)
  • 5  On doit exclure de ce type d’approche les tenants de la « solution pragmatique intégrée » (Charbon (...)
  • 6  La question du niveau d’incompatibilité de la métaphore a donné lieu à de nombreux débats que rapp (...)

2Les nombreuses études consacrées à la métaphore dans les trente à quarante dernières années ont, pour la plupart, au moins un point en commun. C’est — de Cohen (1966) et Todorov (1966) à Prandi (1992) et Kleiber (1999b) — de considérer cette figure comme un écart, c’est-à-dire un effet de sens en principe irrecevable dans l’énoncé où il est produit. Les termes qui traduisent ce point de vue sont très nombreux, souvent métaphoriques, et ils dérivent assez facilement vers une évaluation négative (incongruité, défectuosité, incohérence, anomalie, altération, déviance, coup de force, etc.)4. En un mot, il y aurait, pour reprendre la formule de Kleiber (1999b : 102), « quelque chose qui “cloche” » à la base d’une métaphore5. Si l’on reprend l’approche classique (encore emblématique) de la sémantique structurale, cette déviance trouve son explication au niveau de la combinatoire lexicale, c’est-à-dire des relations qui s’établissent entre les significations des lexèmes d’une phrase. Ces relations sont régies par des règles de compatibilité sémantique dont la contrainte la plus immédiate s’exerce au niveau des traits génériques ou classèmes, tels que ‘animé’/‘non animé’, ‘humain’/ ‘non humain’, ‘concret’/‘abstrait’, etc. La récurrence d’un même trait générique est requise pour que les lexèmes qui entrent en relation syntaxico-sémantique présentent une homogénéité de sens (ou isotopie) considérée comme conforme à la logique sémantico-référentielle. Le lexème métaphorique contrevient à cette règle dans la mesure où l’on considère qu’il introduit un trait générique sémantiquement hétérogène avec l’isotopie dominante6, ce qui rend incohérente notre perception du monde.

3C’est cette notion de rupture sémantique et référentielle qui détermine l’analyse qu’on fait de la métaphore. Il s’agit alors d’extraire du mot litigieux une seconde signification dérivée de la première par analogie, dans laquelle le trait générique fauteur de trouble s’efface au profit des traits compatibles avec le contexte, afin de rétablir la logique du sens et du rapport au monde. La métaphore résiderait dans cette opération de transformation d’une signification en une autre signification, dont elle donnerait en quelque sorte une version corrigée et appauvrie. Toutefois, si la conception initiale de l’écart conduit à mettre en avant ce processus de réparation qui fait rentrer le lexème dans le rang, la plupart des analyses soulignent dans le même temps la persistance sous une forme ou sous une autre de l’indésirable signification première…

4Comme on le voit, la logique de cette analyse, fondée sur la perception première d’une anomalie sémantico-référentielle, est tout entière tendue vers le processus de réparation qui en résulte. Elle procède en deux temps, correspondant à la perception de la signification première (ou littérale) puis à la mise en place de la seconde signification (figurée), obtenue par dérivation analogique à partir de la première.

  • 7  Nous reviendrons plus précisément sur cette tripartition dans la troisième partie.
  • 8  On se reportera au parcours qu’établit Ricoeur (1975) de la métaphore vive ou authentique à la mét (...)
  • 9  Cette dimension apparaît nettement dans le concept de cotopie utilisé par Bonhomme (1987).
  • 10  Kleiber (1999b : 99) note à juste titre que les approches pragmatiques, qui dénient à l’interpréta (...)

5La mise en évidence de ce mécanisme est donnée comme un principe d’explication global de la métaphore, qui n’est pas nécessairement lié à la problématique du figement. Or celle-ci n’est pas indifférente au mode d’obtention de la seconde signification. On peut en effet distinguer, de manière très générale7, trois grands types de métaphorisation. Dans le cas d’une métaphore vivante, le processus de dérivation s’effectue hic et nunc, c’est-à-dire de manière inédite en contexte. Si la dérivation suit un parcours interprétatif balisé, formaté par l’usage, et dans la plupart des cas, enregistré dans les dictionnaires, on peut parler de métaphore lexicalisée. Dans les cas où la signification résultante occulte (en principe) complètement l’opération de dérivation dont elle est issue, on a affaire à une métaphore morte8. On remarque que ce sont souvent les énoncés canoniques précédemment cités, contenant des métaphores lexicalisées, qui reviennent dans les analyses. Si l’on comprend aisément que les métaphores mortes ne soient pas sollicitées pour illustrer un mécanisme que par définition elles abolissent, on peut se demander ce qui justifie le choix de métaphores lexicalisées au détriment de métaphores vivantes. On se rend compte alors que cette conception « réparatrice » de la métaphore, fortement sous-tendue par une logique sémantico-référentielle solidaire de notre rapport au monde 19, amène presque obligatoirement à ce que les exemples choisis contiennent des métaphores lisibles et raisonnables, porteuses d’une interprétation simple, immédiate et accessible à tous. Quoi de plus rassurant pour la bonne marche des mots et des choses que de faire appel à des énoncés tels qu’Achille est un lion ou Robert est un bulldozer, dont la « traduction », stabilisée par l’usage (« Achille est courageux », « Robert est une brute »), s’impose à peu près de la même manière à tout un chacun10 ?

2. Approche sémantico-énonciative de la métaphore

6Je ne faillirai pas à la tradition, reprenant à mon tour les lions, ours et bulldozers qui sont régulièrement convoqués dans les énoncés canoniques. Cela signifie que je prendrai comme point de départ de l’analyse un type de métaphore, qui est la métaphore lexicalisée, et un type d’énoncé dans lequel cette figure est contenue dans un SN en fonction d’attribut. Ce choix se justifie pour deux raisons. D’une part, la métaphore lexicalisée, par sa position médiane dans ce parcours qui conduit de la vie au trépas, semble atteindre un point d’équilibre plus favorable à l’analyse que les deux pôles qui s’en détachent aux extrêmes. C’est elle qui nous servira en quelque sorte d’observatoire pour l’examen des autres types de métaphore. D’autre part, la phrase à verbe être offre une structure explicite du processus métaphorique, qui, dans le cadre de l’approche sémantico-énonciative que j’ai retenue, se prête plus aisément à la description formelle et aux tests qui la fondent.

  • 11  Je reprends en la remaniant une analyse qui a été faite dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2 (...)

7Cette approche considère que la métaphore ne résulte pas seulement d’une incompatibilité sémantique qui impose le passage d’une signification littérale à une signification dérivée, mais qu’elle s’inscrit dans la dimension de l’énoncé tout entier et du (ou des) monde (s) de discours auxquels il est susceptible de renvoyer11.

  • 12  J’assimilerai le nom propre au SN1.

8Reprenons l’énoncé canonique Le président/Robert est un bulldozer. Cet énoncé présente une discordance entre forme et sens, c’est-à-dire entre la structure phrastique SN1 (défini) 12 + être + SN2 (indéfini) et le contenu propositionnel qui résulte de la mise en relation des deux SN. Les phrases de ce type servent en effet de structures d’accueil à deux sortes de contenus propositionnels :

1. Basile est un teckel.

2. Robert est une brute.

9En (1), la proposition contient une définition, qui permet d’inclure le référent du SN1 défini dans la classe d’appartenance à laquelle renvoie le SN2 indéfini. En (2), la proposition contient une caractérisation, qui permet d’attribuer la qualité contenue dans le SN2 au référent du SN1.

  • 13  On n’entrera pas dans le détail de l’opposition entre noms ordinaires et noms de qualité (voir Mil (...)

10Cette différence est liée au sémantisme et à la combinatoire des noms contenus dans les SN. En (1), le nom teckel est un nom catégoriel qui comporte un trait définitoire fort (‘chien’) et renvoie à une classe d’entités. Il est sémantiquement compatible avec le SN1 dans la mesure où le nom propre Basile est susceptible de s’appliquer à un animal. En (2), le nom brute est un nom de qualité13, qui comporte un trait définitoire faible (‘animé’) et renvoie à une classe de propriétés. Il est sémantiquement compatible avec le SN1 Robert qui est en principe un nom propre d’humain (masculin).

  • 14  Sur la distinction entre énoncé classificatoire et énoncé métaphorique, on se reportera à Tamba (1 (...)

11La phrase Robert est un bulldozer se trouve en quelque sorte mise en tension entre ces deux types d’énoncés. Comme dans le cas de l’énoncé définitionnel, le SN2 contient un nom catégoriel (bulldozer), qui comporte un trait définitoire fort (‘engin, tracteur’) et renvoie à une classe d’entités (objets concrets). Mais ce nom est sémantiquement incompatible avec le SN1, nom propre qui renvoie à un humain. D’autre part, cette phrase partage un certain nombre de propriétés avec l’énoncé de caractérisation14, comme le montrent les tests suivants (je mets en regard les réactions opposées de l’énoncé définitionnel) :

1. Le questionnement en comment :

Comment est Robert ? Robert est un bulldozer/une brute.

Opposé à : *Comment est Basile ? *Basile est un teckel.

  • 15  Voir Riegel et al. (1994 : 188). Dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003), le test de la cli (...)

2. La construction qualitative15 :

Ce bulldozer de Robert. Cette brute de Robert.

Opposé à : *Ce teckel de Basile.

3. Le degré d’intensité :

Robert est tellement un bulldozer, tellement une brute que…

Opposé à : *Basile est tellement un teckel…

  • 16  Test utilisé de manière très développée par Cadiot (2001, 2002). On ajoutera le test de vrai/vraim (...)

4. La modalisation16 :

Je trouve que Robert est un bulldozer, une brute. Franchement, Robert est un bulldozer, une brute.

Opposé à : *Je trouve que Basile est un teckel. *Franchement, Basile est un teckel.

  • 17  On notera que les tests (1), (3) et (4) — de manière typique pour les deux premiers — s’appliquent (...)
  • 18  Voir Le Guern (1973) pour la synonymie, Cadiot (2001) pour l’hyperonymie.
  • 19  Je ne vois pas d’hyponyme à ce mot.

12Ces tests montrent que les SN concernés contiennent une manière d’être (1), une qualité (2), qu’ils sont gradables (3) et compatibles avec une valeur modalisatrice (4) 17. Leur application conjointe aux SN un bulldozer/une brute révèle que le comportement du SN un bulldozer s’aligne sur celui du SN une brute, et que donc, dans cet emploi, le nom bulldozer tend à prendre le statut de nom de qualité. En toute bonne logique, son trait définitoire devrait en être atteint. C’est ce que confirme l’impossibilité de produire des énoncés équivalents par substitution synonymique18, hyperonymique19du mot bulldozer. Ainsi on ne pourra remplacer Robert est un bulldozer par :

5. Robert est un engin, un tracteur.

6. Robert est une machine, un véhicule.

13alors que l’on pourra procéder à de telles substitutions dans le cas de l’énoncé définitionnel :

7. Basile est un teckel, un épagneul.

8. Basile est un chien, un animal.

9. Basile est un teckel à poils durs.

  • 20  Bulldozer : Engin de terrassement, tracteur à chenilles très puissant (Nouveau Petit Robert).

14Cette dualité énonciative est tout à fait en accord avec le dédoublement de signification qu’implique le processus métaphorique. L’énoncé définitionnel correspond à la signification première (littérale) du mot bulldozer, en tant qu’il est porteur d’un trait définitoire et renvoie à une classe d’objets concrets. L’énoncé de caractérisation, quant à lui, véhicule la signification dérivée, qui tend, comme on l’a vu, vers l’expression d’une qualité. Le passage de l’une à l’autre s’effectue selon un parcours préconstruit qui transpose la ‘très grande puissance d’action’ reconnue à l’objet20en ‘brutalité’ attribuée à l’humain. Il s’agit d’une métaphore lexicalisée qu’on peut paraphraser, si l’on s’en tient, à ce niveau d’analyse, à l’identification de la qualité saillante, par « Robert est brutal, Robert est une brute ».

  • 21  S’il ne peut être question d’une réalité en soi, boutée légitimement hors du champ de la langue, o (...)

15Mais comment justifier ce dédoublement de deux plans dénonciation, correspondant à l’énoncé définitionnel et à l’énoncé de caractérisation ? Ce dédoublement n’est possible que si ces deux énoncés renvoient à des mondes de discours différents. L’énoncé définitionnel, du fait de l’incompatibilité sémantico-référentielle des SN en présence, ne peut être posé dans le monde actuel, celui qui se trouve installé par l’isotopie dominante et qui, par défaut dans les discours courants, correspond au monde considéré comme « réel » (c’est-à-dire faisant l’objet d’une expérience communément partagée) 21. Il laisse donc la place à l’énoncé de caractérisation qui, en raison de la dérivation sémantique du mot bulldozer (de l’objet à la qualité), offre un contenu propositionnel tout à fait apte à être validé dans le monde actuel, correspondant à ce monde « réel » dont il respecte la logique sémantico-référentielle.

16Mais l’énoncé définitionnel ne s’abolit pas pour autant. Il se trouve projeté dans un monde virtuel, où le fait que Robert est un bulldozer peut être maintenu, dans la mesure où il échappe aux contraintes sémantico-référentielles qu’imposerait le positionnement dans le monde actuel. Cette virtualisation de l’énoncé définitionnel est liée à l’actualisation du SN un bulldozer. Comme le montre la comparaison suivante :

10. Basile est un teckel qui a été adopté la semaine dernière.

11. *Robert est un bulldozer que nous avons vu la semaine dernière.

17l’article indéfini perd dans l’énoncé métaphorique la valeur d’identification qu’il aurait dans un énoncé purement définitionnel. Le SN un teckel admet une relative à l’indicatif passé (qui a été adopté la semaine dernière) parce qu’il pose l’existence effective du référent, qu’il situe dans le même monde (actuel et « réel ») où se trouve le référent du sujet Basile.

18En revanche, le SN un bulldozer n’admet pas la relative à l’indicatif passé mais pourrait admettre une relative au conditionnel :

12. Robert est un bulldozer qui n’aurait pas de volant.

  • 22  L’article indéfini (Cadiot 2002 note l’impossibilité d’une détermination spécifique dans ce contex (...)

19ce qui montre que le référent du SN un bulldozer appartient à un monde virtuel, déréalisé, « déconnecté » en quelque sorte de celui où se trouve le référent du sujet Robert22.

  • 23  J’ai relevé l’interaction suivante (TV2, Journal, 20h, 20-06-05) : Sarkozy (s’adressant à un group (...)
  • 24  On trouve dans Klinkenberg (1999 : 152) une conceptualisation proche, en termes de « projection su (...)

20Cette hypothèse des deux mondes permet de reformuler l’ensemble du processus métaphorique dans le cadre de l’approche sémantico-énonciative23 La perception de la déviance provient de l’impossibilité de maintenir l’énoncé définitionnel, avec la signification littérale du nom bulldozer, dans le monde actuel qui renvoie au monde « réel ». Il faut donc procéder à une double opération. D’une part, projeter l’énoncé définitionnel dans un monde virtuel où le SN un bulldozer, délié de toute contrainte sémantico-référentielle, peut conserver sa signification littérale. D’autre part, mettre en place un énoncé qui puisse être validé dans le monde actuel, ce que permet l’énoncé de caractérisation dans lequel le SN un bulldozer exprime une qualité. Le passage d’une signification à l’autre s’opère précisément au contact de ces deux mondes, le monde virtuel « alimentant » en quelque sorte à partir d’un référent imaginaire la représentation de la qualité requise dans le monde actuel24.

213. De la création à l’extinction : les seuils d’intensité de la métaphore

22La métaphore que l’on vient de décrire est une métaphore lexicalisée. Mais l’approche sémantico-énonciative qu’elle permet de mettre en évidence peut être étendue aux autres types de métaphore, de la métaphore vive à la métaphore morte. Le principe d’explication est relativement simple. Si l’on admet que le processus métaphorique réside dans la mise en contact d’un monde virtuel et d’un monde actuel, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que les seuils d’intensité de la figure seront liés aux variations d’équilibre des mondes en présence, c’est-à-dire aux rapports de domination qu’ils sont susceptibles d’entretenir. Ainsi, si le monde virtuel est dominant, il fournira un régime d’alimentation riche à la métaphore qui sera vive ou plénière. S’il perd de l’influence, le régime d’alimentation s’en trouvera appauvri et la métaphore tendra vers la lexicalisation, jusqu’à l’extinction finale.

23C’est ce dont je vais essayer de rendre compte dans cette dernière partie. Je partirai de la métaphore lexicalisée qui vient d’être étudiée dans la mesure où elle fournit le cadre théorique qui va être appliqué à la problématique générale des seuils d’intensité de la figure.

3. 1. La métaphore lexicalisée

24Dans un énoncé tel que Robert est un bulldozer, il y a, on l’a vu, coprésence d’un énoncé définitionnel appartenant au monde virtuel et d’un énoncé de caractérisation situé dans le monde actuel. La pluralité et la convergence des tests permettant d’authentifier l’énoncé de caractérisation manifestent la forte prégnance du monde actuel. Peut-on établir une relation entre cette prégnance du monde actuel et le type de métaphore contenue dans l’énoncé, qui est la métaphore lexicalisée ?

  • 25  Toujours dans le cas de la métaphore prédicative nominale qui sert de support à la présente étude.
  • 26  C’est ce que montrent les « cacophonies » métaphoriques, constantes dans les discours courants et (...)
  • 27  Voir Tamba (1999).
  • 28  Voir Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003).
  • 29  Sur ce continuum du processus métaphorique inscrit entre deux pôles extrêmes, on se reportera à Ny (...)

25Le propre de la métaphore lexicalisée est que le passage qui s’effectue d’une signification à l’autre est inscrit dans la compétence collective, et qu’il consiste généralement25à transposer dans la signification figurée un trait de propriété contenu dans la signification littérale et considéré comme typique. C’est ainsi que les énoncés canoniques donnent lieu à des paraphrases consensuelles dans lesquelles le lion se donne à voir comme courageux, le loup cruel, le bulldozer très puissant, etc. Cette codification de la représentation, qui donne un accès simple et rapide au trait de propriété, explique le fait que le SN métaphorique tende à prendre le statut du nom de qualité et que l’énoncé tout entier s’affirme comme énoncé de caractérisation. Le monde actuel et le « réel » auquel il renvoie sont alors dominants et le régime d’alimentation du monde virtuel, réduit, si on peut le dire… métaphoriquement, à ce « filet » sémique de la propriété saillante, est passablement affaibli26. Si le bulldozer reste présent dans le monde virtuel, ce n’est qu’en tant que parangon27, détenteur par excellence de la propriété à laquelle il confère, dans le monde actuel, une quantification hyperbolique, jouant en quelque sorte le rôle d’un « surligneur d’intensité28 » : Robert n’est pas seulement très brutal, il a une ‘puissance-de-bulldozer’, c’est-à-dire d’engin qui détruit tout sur son passage. Sans avoir le pouvoir constituant de la métaphore vivante que nous allons évoquer, cette métaphore reste expressive. À partir de cette métaphore lexicalisée, je prendrai les deux voies possibles qui ouvrent, l’une sur la vie, l’autre sur la mort de la métaphore29

3. 2. La vie de la métaphore

26Je distinguerai deux formes de vie de la métaphore, la métaphore vivante (ou plénière) et la métaphore vive (ou créatrice).

3. 2. 1. La métaphore vivante

  • 30  Le cas le plus visible est celui de la métaphore filée, comme par exemple dans cette citation rela (...)
  • 31  Je résume l’analyse faite dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2002, 2003).

27Dans notre énoncé canonique, Robert est un bulldozer, il y a quand même un bulldozer quelque part dans l’imaginaire… Rien n’empêche que, dans un contexte favorable30, le régime d’alimentation sémique du monde virtuel s’ouvre, allant jusqu’à convertir la totalité des traits de la signification littérale en traits de propriété de la signification figurée31. Ainsi, à partir de la définition du mot bulldozer (Nouveau Petit Robert) :

Bulldozer : engin de terrassement, tracteur à chenilles très puissant.

  • 32  Sans accorder une valeur de norme absolue aux définitions lexicographiques, on peut leur reconnaît (...)

28qui permet de dégager les traits suivants32 :

  • — un trait définitoire exprimé par les hyperonymes engin, tracteur (grosse machine, gros véhicule) ;

  • — un trait méronymique contenu dans le mot chenilles qui renvoie de manière sélective à la partie saillante de l’objet liée à sa fonction (bande métallique articulée isolant du sol les roues d’un véhicule pour lui permettre de se déplacer sur tous les terrains et de franchir certains obstacles) ;

  • — un trait fonctionnel contenu dans l’action de terrassement (opération par laquelle on creuse, on remue ou on déplace la terre ; travaux destinés à modifier la forme naturelle du terrain) ;

  • 33  Voir Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003).

29on comprendra que Robert a de la puissance, de l’énergie, qu’il est pourvu (comme le bulldozer de chenilles) de capacités lui permettant d’aller de l’avant dans toutes les situations et de franchir les obstacles, qu’il a des formes d’action susceptibles (comme l’opération de terrassement) de modifier ou de détruire l’environnement où il se trouve. Même le trait définitoire, déconnecté de la classe d’objet à laquelle il renvoie, peut se transformer en trait de propriété, faisant de Robert un homme-machine sans conscience ni humanité. Cette métaphore a un véritable pouvoir « constituant »33, n’ayant aucun corrélat dans le lexique courant. Comme on l’a vu, il faut, pour la traduire, plusieurs lignes de paraphrase. C’est en cela que cette métaphore, que j’appellerai vivante ou plénière, se distingue de la métaphore lexicalisée citée précédemment. Mais il est important de noter que l’interprétation en reste codée dans la mesure où la totalité de ces traits se mettent au service de la propriété typique (de puissance brutale) qu’ils déploient et intensifient.

3. 2. 2. La métaphore vive

  • 34  « [L’interlocuteur] doit alors faire un travail interprétatif qui lui permet de prendre en compte (...)

30Ce qui fait la différence avec la précédente, c’est que ce type de métaphore n’est plus codé : l’interprétation se fait in vivo selon un parcours qui n’est plus balisé par l’usage34.

31Je prendrai l’exemple suivant :

Au beau demi-jour de 1934

L’air était une splendide rose couleur de rouget (André Breton, Clair de terre).

32Voyons la manière dont s’équilibrent l’énoncé définitionnel et l’énoncé de caractérisation. Si — la mort dans l’âme en raison de l’outrage stylistique mais par sens du devoir linguistique — j’applique les tests précédents à la proposition L’air était une splendide rose :

1. Le questionnement en comment :

Comment était l’air ? L’air était une splendide rose.

2. La construction qualitative :

*Cette rose d’air, *cette splendide rose d’air.

3. Le degré d’intensité :

 ? L’air était tellement une splendide rose…

4. La modalisation :

 ? Il trouva que l’air était une splendide rose. ? Franchement, l’air était une splendide rose.

33on constate que les résultats sont nettement moins positifs que dans le cas l’énoncé Robert est un bulldozer, qu’il s’agisse d’inacceptabilité pure et simple (en 2) ou de formulations improbables, peu naturelles (en 3 et, dans une moindre mesure, en 4). Seul le questionnement en comment produit un résultat acceptable. L’énoncé de caractérisation se trouve donc affaibli et, avec lui, le monde actuel qui renvoie au « réel ». Parallèlement, l’énoncé définitionnel présente des propriétés plus marquées, comme en témoignent les substitutions synonymiques, hyperonymiques ou hyponymiques, qui deviennent ici tout à fait recevables :

5. L’air était une splendide tulipe.

6. L’air était une splendide fleur.

7. L’air était une splendide rose trémière.

  • 35  Sur le rôle des éléments contextuels, voir Tamba 1981 (3e partie).
  • 36  Dans l’exemple ci-dessus, la beauté de la rose, fleur emblématique s’il en est, se trouve intensif (...)
  • 37  On notera que les théories linguistiques de la métaphore ne sont pas nécessairement productives po (...)

34On peut dire que la présence du monde virtuel se trouve renforcée, au détriment du monde actuel et du réel qu’il implique. De ce fait, le régime d’alimentation sémique connaît un haut « débit », la signification littérale constituant un réservoir potentiel de traits dont la transposition n’est pas canalisée ni codifiée par l’usage. La signification figurée résulte alors d’une interprétation ouverte qui prend en compte non seulement la nature sémantique et la combinatoire lexicale des SN en présence, mais aussi les indices contextuels35(par exemple, dans l’exemple ci-dessus, les caractérisations splendide et couleur de rouget) et éventuellement la dimension textuelle elle-même. Les traits subjectifs, impressifs sont fortement sollicités, avec tout ce qu’ils peuvent présenter d’arbitraire et de variations individuelles36. Avec ce sens métaphorique qui se construit en discours, on est loin de l’énoncé Robert est un bulldozer qui peut se donner à lire sans véritable ambiguïté, selon un mode d’interprétation codé, dans le cadre clos de la phrase37

  • 38  Voir la notion d’hapax métaphorique de Détienne (cf. note 1).

35Dans certains cas, où la métaphore devient hermétique, le monde virtuel peut rester en suspens, bloquant tout régime d’alimentation de la signification figurée38… On prendra pour exemple ces vers qui suivent immédiatement ceux qui ont été cités :

Ta bouche est volontiers la nielle

D’où repart sans cesse la roue bleue diffuse et brisée qui monte

Blêmir dans l’ornière (André Breton, Clair de terre).

  • 39  Les énoncés canoniques Achille est un lion, Cet enfant est un singe sont eux-mêmes toujours suscep (...)

36On atteint alors un seuil limite où l’on peut se demander s’il est encore pertinent de poser la coexistence de deux mondes. L’impossibilité d’accéder à une interprétation métaphorique incite à dissoudre le monde virtuel et à inscrire directement l’énoncé définitionnel dans le monde actuel—un monde actuel qui ne renvoie plus au « réel » mais à un monde contrefactuel. Monde surréel de l’univers poétique, monde merveilleux des contes, monde fantastique de la fiction39… la langue n’est pas en peine de créer des mondes imaginaires susceptibles de concurrencer le réel. Mais dans ce cas, il n’y a plus métaphore.

3. 3. De la mort à la résurrection

37L’absence de métaphore n’est pas la mort de la métaphore. Ce stade est atteint quand une signification figurée, déjà lexicalisée, finit par rompre totalement avec le monde virtuel qui contient la signification littérale. On a alors affaire à un énoncé de caractérisation qui contient un nom de qualité et s’inscrit tout à fait banalement dans le monde actuel qui renvoie au réel. On donnera comme exemple l’énoncé :

Marie est une peste.

38dans lequel le SN une peste attribue à Marie une forte capacité de nuisance sans que cette propriété soit alimentée par le référent virtuel de l’épidémie.

  • 40  Voir Picoche & Honeste (1994), Landheer (2001).

39Mais comme l’ont remarqué bien des auteurs, la mort des métaphores, à la différence de celle des humains, est toujours réversible. On ne se lasse pas de dire que ces belles au bois dormant ne s’assoupissent que d’un œil40. De fait, il suffit qu’un indice quelconque dans le contexte active la signification littérale pour que l’énoncé se dédouble, ouvrant la dimension d’un monde virtuel qui vient l’énoncé Marie est une peste le fait que sa sœur est un choléra… Je finirai par cet exemple authentique :

Jusqu’à quand parlera-t-on de Français de souche comme si les autres étaient de feuillage ou de branchage ? (citation de Ségolène Royal, Le Monde, 12 octobre 2006, p. 7).  

40qui montre combien les deux extrêmes se touchent, le réveil de la métaphore morte de la souche donnant vie à celles du feuillage et du branchage.

41Le constat de départ est celui de la pluralité des types de métaphore selon leur degré de vitalité ou de figement — pluralité largement reconnue, mais souvent négligée dans les analyses qui entendent décrire la métaphore à travers l’une ou l’autre de ses réalisations.

42En reprenant des exemples canoniques de métaphore prédicative nominale (comme Robert est un bulldozer), on a voulu s’attacher ici à décrire un type de métaphore, la métaphore lexicalisée. Ce type de métaphore a permis de mettre en place, dans le cadre d’une approche sémanticoénonciative, l’hypothèse « des deux mondes », le monde virtuel où se trouve projetée la signification littérale et le monde actuel de la signification figurée, le premier étant en quelque sorte le réservoir d’alimentation sémique du second. À travers l’observation de variations dans l’équilibre de ces deux mondes, cette hypothèse a ensuite pu être étendue aux autres types de métaphore, de la métaphore vive à la métaphore morte.

  • 41  Du moins en ce qui concerne la métaphore prédicative nominale. Le fonctionnement des métaphores ve (...)
  • 42  Et difficilement quantifiables. Les saisies que l’on a pu faire des différents types de métaphore (...)
  • 43  Je remercie les deux relecteurs anonymes pour la pertinence de leurs remarques dont a tiré profit (...)

43Au terme de ce travail, c’est finalement un constat d’unité dans la diversité qui prévaut. Unité dans la mesure où le fonctionnement du processus métaphorique, quelles qu’en soient les formes41, s’inscrit dans cette dualité énonciative des deux mondes en présence. Diversité parce que ces deux mondes sont en équilibre instable, soumis à des fluctuations constantes42de leurs zones d’influence respectives. Ainsi pourrait s’expliquer l’extrême plasticité de la métaphore qui peut connaître tout à la fois vie et mort, mort et résurrection, dépérissement ou regain de vitalité43

Haut de page

Bibliographie

Bonhomme M. 1987, Linguistique de la métonymie, Berne, Peter Lang.

Cadiot P. 1999, « Principe de conformité et génération analogique en sémantique nominale », Verbum, 214, p. 383-407.

Cadiot P. 2001, « La métaphore, ou l’entrelacs des motifs et des thèmes », Semen, 152, p. 41-59.

Cadiot P. 2002, « Métaphore prédicative nominale et motifs lexicaux », Langue française, 134, p. 38-57.

Cadiot P. 2006, « Métaphore prédicative nominale : genèse de la constitution de l’objet dans le champ subjectif », in Riegel M., Schnedecker C., Swiggers P., Tamba I.  (éds.), Aux carrefours du sens. Hommages offerts à Georges Kleiber pour son 60e anniversaire, Louvain, Peeters, p. 641-657.

Charbonnel N. & Kleiber G. 1999, « Ouverture à deux voix », in Charbonnel N. & KleiberG.  (éds.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 1-13.

Cohen J. 1966, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion.

Constantin de Chanay H. & RémiGiraud S. 2002, « “Espèces d’espaces” : approche linguistique et sémiotique de la métaphore », Mots. Les langages du politique, 68, p. 75-105.

Constantin de Chanay H. & Rémi-Giraud S. 2003, « Des ressorts, des bulldozers, des tremblements et des chapeaux : pour des tropes hors catégories », Travaux linguistiques du Cerlico, 16, p. 179-204.

Détrie C. 2000, « La figure, une “parole parlante” au plus près du monde vécu ? », Cahiers de praxématique, 35, p. 141-169.

Détrie C. 2001, Du sens dans le processus métaphorique, Paris, Champion.

Kleiber G. 1999a, Problèmes de sémantique. La polysémie en questions, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Kleiber G. 1999b, « Une métaphore qui ronronne n’est pas toujours un chat heureux », in Charbonnel N. & Kleiber G.  (éd.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 83-134.

Klinkenberg J. -M. 1999, «Métaphore et cognition », in Charbonnel N. & Kleiber G.  (éd.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 135-170.

Lakoff G. & Johnson M. [1980] 1985, Les Métaphores dans la vie quotidienne, Paris, Minuit.

Landheer R. 2001, « La métaphore, une question de vie ou de mort ? », Semen, 152, p. 25-39.

Lecolle M. 2001, « Métonymie dans la presse écrite : entre discours et langue », Travaux neuchâtelois de linguistique, 34/35, p. 153-170.

Le Guern M. 1973, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse.

Le Guern M. 2003, Les deux logiques du langage, Paris, Champion. Martin R. [1983] 1992, Pour une logique du sens, Paris, Presses Universitaires de France.

Maingueneau D. 1991, Précis de grammaire pour examens et concours, Paris, Bordas.

Milner J. C. 1978, De la syntaxe à l’interprétation, Paris, Le Seuil.

Mœschler J. & Reboul A. 1994, Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris, Seuil.

Molinié G. 1992, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Les Usuels de Poche.

Nyckees V. 2000, « Quelle est la langue des métaphores ? », Cahiers de praxématique, 35, p. 115-139.

Picoche J. & Honeste M. L. 1994, « Les figures éteintes dans le lexique de haute fréquence », Langue française, 101, p. 112-124.

Prandi M. 1992, Grammaire philosophique des tropes, Paris, Minuit.

Rastier F. 2001, « Indécidable hypallage », Langue française, 129, p. 111-127. Ricœur P. 1975, La Métaphore vive, Paris, Seuil.

Riegel M., Pellat J. C., Rioul R. 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses Universitaires de France.

Tamba-Mecz I. 1981, Le Sens figuré, Paris, Presses Universitaires de France.

Tamba I. 1999, « La femme est-elle une fleur comme le bleuet est une fleur ? Métaphore et classification : les structures en “Le N1 est un N2” », in Charbonnel N. & Kleiber G.  (éds.), La Métaphore entre philosophie et rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, p. 207-236.

Tamba I. 2000, « Le sens métaphorique argumentatif des proverbes », Cahiers de praxématique, 35, p. 39-57.

Todorov T. 1966, « Les anomalies sémantiques », Langages, 1, p. 100-123.

Haut de page

Notes

1  Comme le souligne Kleiber (1999b : 100).

2  Voir la présentation de ce volume.

3  Et qui est souvent attesté par les définitions des dictionnaires.

4  Ces termes sont rappelés et référencés de manière très documentée par Kleiber (1999b) et le site de C. Détienne [www.info-metaphore.com].

5  On doit exclure de ce type d’approche les tenants de la « solution pragmatique intégrée » (Charbonnel & Kleiber 1999 : 10) pour lesquels l’énoncé métaphorique ne présenterait aucune anomalie particulière (Moeschler & Reboul 1994). Pour Rastier (2001), il n’y a pas déviance mais dissimilation et hiérarchisation des isotopies. Enfin, pour un renversement de perspective faisant passer le concept de déviance du pôle de la réception aux conditions de production du sujet parlant, on se reportera à Détrie (2001).

6  La question du niveau d’incompatibilité de la métaphore a donné lieu à de nombreux débats que rappelle Kleiber (1999b : 120). Ce dernier a raison de souligner que l’incompatibilité de niveau générique n’est ni un critère exclusif (la métonymie pouvant revendiquer ce type de transgression), ni un critère absolu d’identification de la métaphore, comme le montre un énoncé tel que Mais c’est un baobab de cerisier ! (Kleiber 1999b : 121), ou encore ces énoncés entendus à la radio (date indéterminée) : Ce loup est un renard pour l’homme, pour dire la présence du loup et de ses ruses dans certaines régions de France, ou Ce plancher est un plafond, dans la bouche du ministre de l’économie, Thierry Breton, parlant du taux de croissance.

7  Nous reviendrons plus précisément sur cette tripartition dans la troisième partie.

8  On se reportera au parcours qu’établit Ricoeur (1975) de la métaphore vive ou authentique à la métaphore banale ou usée, puis à la métaphore morte ou éteinte (quand l’usage devient usure)... jusqu’au réveil et à la réanimation (d’une métaphore rénovée ou ravivée). Pour la mise en évidence des schémas conceptuels qui sous-tendent l’organisation systématique des métaphores lexicalisées, on se reportera à Lakoff & Johnson (1985).

9  Cette dimension apparaît nettement dans le concept de cotopie utilisé par Bonhomme (1987).

10  Kleiber (1999b : 99) note à juste titre que les approches pragmatiques, qui dénient à l’interprétation métaphorique son statut proprement sémantique pour en faire le résultat d’un calcul par inférence, devraient exclure par principe les métaphores lexicalisées dont la signification, codée, est inscrite dans la compétence collective. Il atténue toutefois la portée de cette objection en mettant en avant d’éventuelles variations dans le degré de (dé)congélation (une métaphore congelée se laissant obligeamment décongeler pour les nécessités de l’analyse linguistique), et il poursuit sa propre démonstration (fondée sur ce que j’appellerai une approche sémantico-situationnelle de la métaphore considérée comme une catégorisation indue) sans exclure lui-même de tels exemples.

11  Je reprends en la remaniant une analyse qui a été faite dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003).

12  J’assimilerai le nom propre au SN1.

13  On n’entrera pas dans le détail de l’opposition entre noms ordinaires et noms de qualité (voir Milner 1978).

14  Sur la distinction entre énoncé classificatoire et énoncé métaphorique, on se reportera à Tamba (1999). Voir aussi Cadiot (1999, 2002, 2006) pour qui l’énoncé métaphorique relève d’une logique de conformité et non d’appartenance.

15  Voir Riegel et al. (1994 : 188). Dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003), le test de la cliticisation avait été utilisé, à travers la manipulation suivante : *Robert est un bulldozer, et c’en est un [...] vs Robert est un bulldozer et il l’est [...]. Cadiot (2006 : 648) juge l’astérisque trop sévère. Je lui donne d’autant plus raison qu’en fait la cliticisation en en... un devient une propriété commune au SN un bulldozer et au SN contenant un nom de qualité (Robert est une brute, et c’en est une [...]).

16  Test utilisé de manière très développée par Cadiot (2001, 2002). On ajoutera le test de vrai/vraiment de Tamba-Mecz (1981 : 142).

17  On notera que les tests (1), (3) et (4) — de manière typique pour les deux premiers — s’appliquent également aux adjectifs. On pourrait ajouter le test de l’interrogation négative : (1) Basile n’est-il pas un teckel ? (2) Robert n’est-il pas un bulldozer/ une brute ? qui prend une valeur rhétorique en (2). De même, dans le couple d’interro-négatives (1’) Marie n’est-elle pas bossue [adjectif classifiant] ?(2’) Marie n’est-elle pas charmante [adjectif subjectif] ?c’est (2’) qui prend une valeur rhétorique (Maingueneau 1991 : 53). On voit par là que les SN un bulldozer/une brute sont assimilables à des adjectifs subjectifs.

18  Voir Le Guern (1973) pour la synonymie, Cadiot (2001) pour l’hyperonymie.

19  Je ne vois pas d’hyponyme à ce mot.

20  Bulldozer : Engin de terrassement, tracteur à chenilles très puissant (Nouveau Petit Robert).

21  S’il ne peut être question d’une réalité en soi, boutée légitimement hors du champ de la langue, on ne peut que reconnaître le fait que le fonctionnement des discours courants engage certaines constantes de notre rapport au monde (au niveau des traits génériques en particulier), qui font qu’on distingue (à tort ou à raison, là n’est pas la question) un animé d’un non animé, une personne d’un animal ou d’une chose, un concret d’un abstrait, etc. Sur la notion de stabilité intersubjective, on se reportera à Kleiber (1999a).

22  L’article indéfini (Cadiot 2002 note l’impossibilité d’une détermination spécifique dans ce contexte) prend alors une valeur proche de celle qu’il aurait dans l’énoncé Je cherche un enfant blond pour jouer le rôle de Cupidon opposé à Un enfant jouait dans la cour (Riegel et al. 1994 : 159). On se reportera aussi à l’analyse que fait Martin (1992) de l’ambiguïté de l’énoncé Robert veut épouser une Portugaise. Selon les « deux logiques du langage » de Le Guern (2003), on peut dire que le nom bulldozer est pris en logique extensionnelle dans le monde virtuel et en logique intensionnelle dans le monde actuel.

23  J’ai relevé l’interaction suivante (TV2, Journal, 20h, 20-06-05) : Sarkozy (s’adressant à un groupe de personnes dans une banlieue) : —Ceux qui font du trafic de drogue, on les tapera dur. Une personne du groupe : — Taper pour de vrai ? qui montre que c’est bien une question de rapport au monde qui conditionne l’interprétation métaphorique.

24  On trouve dans Klinkenberg (1999 : 152) une conceptualisation proche, en termes de « projection sur le degré conçu de la représentation que l’on se fait du perçu ». En revanche, on notera que les proverbes métaphoriques semblent offrir, en raison de leur visée argumentative, un mode de fonctionnement spécifique, dont il est difficile de rendre compte dans le cadre descriptif proposé ici (Tamba 2000).

25  Toujours dans le cas de la métaphore prédicative nominale qui sert de support à la présente étude.

26  C’est ce que montrent les « cacophonies » métaphoriques, constantes dans les discours courants et non perçues comme telles, du type : (à propos de Tony Blair soutenant la politique américaine) le valet, le caniche ou même le paillasson de Georges Bush (France Inter, 28-07-06, journal de 13 h). Voir aussi le critère de non exclusion réciproque des prédications de Cadiot (2002 : 45).

27  Voir Tamba (1999).

28  Voir Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003).

29  Sur ce continuum du processus métaphorique inscrit entre deux pôles extrêmes, on se reportera à Nyckees (2000). On trouve un parcours similaire dans le cas de la métonymie (Lecolle 2001).

30  Le cas le plus visible est celui de la métaphore filée, comme par exemple dans cette citation relative à Jacques Chirac (voir Constantin de Chanay & Rémi-Giraud 2003) : « C’est un bulldozer sans volant, confie un diplomate à Tom Friedman dans le New York Times. Et quand ce genre d’engin est sur la route, mieux vaut boucler sa ceinture de sécurité ». Il peut s’agir aussi d’un jugement métalinguistique spontané, comme celui de ce lecteur du Monde dénonçant l’emploi, abusif selon lui, du mot grogne dans le sens de « contestation » : Rien d’inarticulé, d’infralangagier, de primal dans les griefs rapportés par votre journaliste ; en tout cas rien qui rappelait le cri du cochon ou du sanglier, sens premier de la grogne. Ces agents ne bougonnaient pas plus qu’ils ne ronchonnaient ni ne grommelaient (deuxième sens de grogner) ; ils demandaient de manière audible et intelligible à être consultés (Le Monde, 23-06-05).

31  Je résume l’analyse faite dans Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2002, 2003).

32  Sans accorder une valeur de norme absolue aux définitions lexicographiques, on peut leur reconnaître un pouvoir de structuration du signifié des mots selon les types de traits qu’ils impliquent.

33  Voir Constantin de Chanay & Rémi-Giraud (2003).

34  « [L’interlocuteur] doit alors faire un travail interprétatif qui lui permet de prendre en compte la dimension idiolectale du sens produit » (Détrie 2000 : 146).

35  Sur le rôle des éléments contextuels, voir Tamba 1981 (3e partie).

36  Dans l’exemple ci-dessus, la beauté de la rose, fleur emblématique s’il en est, se trouve intensifiée par l’adjectif splendide, et sa couleur métonymiquement ravivée par l’évocation du rouget. Si ces caractéristiques deviennent saillantes dans l’interprétation métaphorique, elles n’excluent pas d’autres propriétés telles que la forme, le parfum, la valeur symbolique, etc. Il s’agit moins ici de l’attribution d’une propriété typique conforme à la logique sémantico-référentielle que d’un assemblage flou d’impressions, qui ne sont ni convergentes entre elles ni adaptées au référent auquel elles s’appliquent (l’air étant en principe immatériel et d’une transparence bleutée). Libre cours est alors donné à l’imaginaire (qui peut, à la faveur de ce demi-jour de 1934, suggérer un flamboyant coucher de soleil présent dans l’atmosphère).

37  On notera que les théories linguistiques de la métaphore ne sont pas nécessairement productives pour l’analyse stylistique. Cette situation pourrait s’expliquer en partie par le fait que les linguistes travaillent souvent sur des métaphores lexicalisées alors que les stylisticiens sont toujours in vivo.

38  Voir la notion d’hapax métaphorique de Détienne (cf. note 1).

39  Les énoncés canoniques Achille est un lion, Cet enfant est un singe sont eux-mêmes toujours susceptibles d’être pris « au pied de la lettre ».

40  Voir Picoche & Honeste (1994), Landheer (2001).

41  Du moins en ce qui concerne la métaphore prédicative nominale. Le fonctionnement des métaphores verbales et adjectivales est plus difficile à mettre en évidence, les tests utilisés ne pouvant être transposés à l’identique à ces structures.

42  Et difficilement quantifiables. Les saisies que l’on a pu faire des différents types de métaphore sont probablement très schématiques par rapport au processus continu qu’implique l’interaction de ces deux mondes.

43  Je remercie les deux relecteurs anonymes pour la pertinence de leurs remarques dont a tiré profit la présente version.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi-Giraud, S.(2007) Cahiers de praxématique 46. Montpellier : Pulm. 61-80.

Référence électronique

Sylvianne Rémi-Giraud, « De la création à l’extinction : métaphore(s) et mondes de discours »Cahiers de praxématique [En ligne], 46 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/612 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.612

Haut de page

Auteur

Sylvianne Rémi-Giraud

Université Louis Lumière — Lyon 2, UMR 5191 ICAR
sylvianne.remi@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search