Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Le trait d’union disparaît-il dan...

Le trait d’union disparaît-il dans les mots nouvellement intégrés dans les dictionnaires ?

Does a hyphen in words newly added to French dictionaries disappear?
Dagmar Koláříková

Résumés

Les rectifications de l’orthographe de 1990 recommandent aux lexicographes de souder les mots composés d’un préfixe ou d’un élément savant sauf lorsque cette soudure pourrait susciter des prononciations défectueuses ou des difficultés de lecture. Le cadre théorique de cette étude s’articule donc autour de la présentation de plusieurs types d’emplois (lexicaux, syntaxiques et typographiques) du trait d’union en français, des règles de son emploi avec l’orthographe rectifiée et de la prise en compte des rectifications de l’orthographe par les dictionnaires analysés. Néanmoins, le principal objectif de cette étude est de vérifier si cette consigne est largement respectée par les lexicographes dans les éditions récentes des dictionnaires de grande diffusion. Une analyse détaillée des mots nouvellement intégrés dans dix dernières éditions du Petit Robert et du Petit Larousse (pour les millésimes 2011-2020) montre que de nombreuses régularisations y sont introduites. Elle permet ainsi non seulement de répondre à la question initiale posée dans le titre d’article mais aussi de dresser une liste assez complète des mots affectés par la nouvelle soudure.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1990, un ensemble de rectifications de l’orthographe touchant entre autres le trait d’union et la soudure ont été proposées par le Conseil supérieur de la langue française, ensuite approuvées par l’Académie française et publiées dans les « Documents administratifs » du Journal officiel de la République française le 6 décembre. Ces rectifications avaient pour but de simplifier certaines graphies, de supprimer des irrégularités de l’orthographe du français et de permettre ainsi la formation correcte des mots nouveaux dont la création est appelée par le développement des sciences et des techniques.

  • 1 Nous avons choisi ces dictionnaires car les deux sont largement consultés, surtout pour vérifier l’ (...)

2C’est surtout au Dictionnaire de l’Académie française qu’il revenait au début de diffuser l’information sur les rectifications de l’orthographe du français. Il en fait mention depuis le premier volume de la 9e édition parue en novembre 1992. Néanmoins, cet ouvrage était peu accessible à l’ensemble de la population (de plus, le premier volume de ce dictionnaire s’arrête à la lettre E), il appartenait donc aux dictionnaires de grande diffusion de faire connaître les nouvelles graphies. Alors, avant d’analyser le traitement qui est fait, dans les dictionnaires les plus courants (Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré1), de la règle du trait d’union et de la soudure des noms composés découlant des rectifications de l’orthographe mentionnées ci-dessus, nous essaierons de présenter leur position par rapport à ce projet de réforme de l’orthographe.

3Mais le but principal de cet article est de trouver les réponses à un ensemble de questions telles que : comment utiliser un trait d’union avec l’orthographe rectifiée ? Les règles où le trait d’union disparaît et est remplacé par la soudure sont-elles respectées par les dictionnaires usuels ? Le trait d’union a-t-il alors tendance à disparaître au profit de la soudure des mots nouvellement intégrés dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré ? Une analyse détaillée des dix dernières éditions de ceux-ci (pour les millésimes 2011-2020) aura pour but non seulement de répondre à ces questions, mais aussi de dresser une liste assez complète des mots affectés par la nouvelle soudure. Nous avons opté pour l’analyse d’un corpus issu de dictionnaires car, dans ces derniers, la présence du trait d’union est le critère qui distingue le mot composé bénéficiant d’une entrée et la locution traitée sous l’entrée de l’un des mots qui la composent.

1. Le trait d’union – généralités

  • 2 Il a été adopté en français après diverses tentatives de notation graphique (usage de deux barres p (...)

4Le trait d’union est un signe typographique et orthographique qui a l’apparence d’un tiret court. Selon Nina Catach (1968 : 81), il a été emprunté au macaph ou maqqeph hébreu signifiant encerclant. Il apparaît d’abord dans les traductions de la Bible d’Olivetan de 1535, notamment pour transcrire les noms propres composés. On peut le voir ensuite entre le verbe et le pronom pour indiquer l’inversion du sujet, où il a remplacé l’accent enclitique (apostrophe) des versions précédentes2, dans la troisième édition de la Briefve Doctrine parue à Lyon chez Pierre de Sainte-Lucie en 1538. Son usage restant encore limité au cours du XVIe siècle, il se généralise au siècle suivant et englobe d’autres fonctions que celle de l’inversion du pronom et du verbe (Mathieu-Colas, 1994). Comme l’explique Catach :

L’usage ancien de la soudure cède ainsi peu à peu du terrain devant une conscience analytique générale de plus en plus vive de la structure morphosémantique de la langue, d’une part, et d’autre part par une normalisation typographique venant des imprimeurs. (1981 : 50)

5Le trait d’union a différentes fonctions en français. Riegel et al. (2010 : 163-166) parlent de trois rôles du trait d’union (lexical, typographique et syntaxique) :

6a) emplois lexicaux – le trait d’union sert à marquer la liaison entre certains éléments de mots composés librement formés (train-train) ou des suites de mots figés (va-nu-pied). Cependant, le trait d’union n’est pas toujours employé, la composition avec le trait d’union est en concurrence avec la composition par soudure ou agglutination (contresens) ou avec le figement d’expressions dont les termes sont autonomes dans la graphie (compte rendu), notamment dans les composés comportant une préposition (pommes de terre). De manière particulière, il peut aussi représenter la décomposition orale expressive d’un mot en syllabes ou un allongement de voyelle. Il est également utilisé dans l’écriture des nombres (la règle traditionnelle a limité son emploi aux numéraux inférieurs à cent, en l’absence de la conjonction et).

7b) emplois typographiques – le trait d’union est employé comme signe de division en fin de ligne. Il montre « qu’un mot dont la première partie est coupée à l’extrémité d’une ligne ne fait qu’un avec la suite reportée au commencement de la ligne suivante » (Damourette, 1939 : 127, cité par Riegel et al., 2010 : 164). Selon l’usage ordinaire, le trait d’union n’est pas répété au début de la ligne où est placée la deuxième partie du mot.

  • 3 Mathieu-Colas (1995) parle des emplois grammaticaux.

8c) emplois syntaxiques3 – le trait d’union s’emploie entre le verbe et les pronoms clitiques qui le suivent (crois-tu, est-ce, dites-le-lui, etc.) sauf si les pronoms sont rattachés à un infinitif suivant (viens le voir), entre le pronom personnel et même (moi-même), avant et après le -t- euphonique intercalé entre le verbe à la troisième personne du singulier et les sujets postposés il, elle, on (chante-t-elle, contrairement au va-t’ent’ représente le pronom personnel te élidé), devant les particules -ci et -là associées à un pronom démonstratif (celui-ci), à un nom précédé d’un déterminant démonstratif (cet homme-ci) ou d’un adverbe (là-bas).

9Mathieu-Colas (1995) ajoute encore d’autres fonctions du trait d’union : il peut séparer des éléments chiffrés (numéros de téléphone, dates, références administratives, etc.), il peut aussi se substituer à une préposition (les pages 63-72), surtout dans la désignation des périodes (heures, jours, mois, années, siècles). L’auteur mentionne également « les emplois elliptiques, dans lesquels le trait d’union, privé d’une partie de son contexte (à droite et/ou à gauche), permet d’isoler un élément de formation ».

10Ayant des fonctions très diversifiées dans la langue française, le trait d’union constitue une des difficultés majeures de l’orthographe française. Il n’est donc pas étonnant qu’il se soit trouvé au centre des rectifications proposées. Comme il a déjà été dit, certaines règles recommandées en 1990 portent sur la question du trait d’union et proposent la soudure des éléments dans de nombreux mots composés. Nous présenterons les règles qui changent avec la nouvelle orthographe dans la section 1.1.

1.1. Règles d’application des recommandations orthographiques portant sur le trait d’union et la soudure

  • 4 Exemple emprunté à l’Office québécois de la langue française, mentionné sur le site Banque de dépan (...)

11Comme mentionné ci-dessus, les rectifications de l’orthographe visent à simplifier quelques règles comme celle du trait d’union qui s’impose dans l’emploi de tous les numéraux. Avant la nouvelle orthographe, on utilisait un trait d’union seulement pour les numéraux inférieurs à cent. Selon la nouvelle règle, les numéraux composés peuvent désormais être systématiquement reliés par des traits d’union, y compris ceux formés avec mille, million et milliard (trente-et-un-mille-huit-cent-vingt-deux, deux-millions-sept-cent-mille), ce qui permet de distinguer mille-deux-cent-quarante huitièmes (1 240/8) de mille-deux-cent quarante-huitièmes (1 200/48) et de mille deux-cent-quarante-huitièmes (1000/248), ou encore de mille-deux-cent-quarante-huitième (1248e)4.

12Les Rectifications de l’orthographe (disponibles sur le site web de l’Académie française) préconisent aussi la soudure des mots fortement ancrés dans l’usage. Elles recommandent d’écrire en un seul mot les mots précédemment unis par un trait d’union quand ils correspondent aux cas ci-dessous énumérés :

131. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans tous les composés formés avec des éléments prépositifs contr(e)- et entr(e)-, p. ex. dans contrechoc ou entrejambe. Le e final de contre et entre disparaît devant un élément commençant par une voyelle (contrattaque).

  • 5 Dupriez en ajoute encore micro- et post- (2009 : 66).

142. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans tous les composés formés au moyen de préfixes latins extra-, infra-, intra- et ultra-5, sur le modèle des composés en en-, sur-, supra-, déjà soudés (extraconjugal sur le modèle de extraordinaire). Il est à noter qu’il est maintenu dans les mots où la soudure engendrerait une prononciation défectueuse, c’est-à-dire si a est suivi de i ou u pour éviter -ai, -ain ou -au (extra-utérin).

153. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans les mots composés comprenant un élément d’origine savante, en particulier, lorsque le premier élément est terminé en -o (autovaccin). Cependant, le trait d’union est maintenu lorsqu’il sert à marquer une relation de coordination entre deux termes désignant des noms propres ou géographiques (gréco-romain).

164. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans les mots composés d’origine latine ou étrangère qui sont ancrés dans l’usage et n’ont pas valeur de citation (weekend).

175. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans les composés de formation onomatopéique ou similaire (blabla).

186. Le trait d’union est remplacé par la soudure dans les mots composés bien implantés dans l’usage, qui sont formés ou non d’un élément verbal suivi d’un élément nominal (portemonnaie), dans plusieurs composés avec bas(se), bien, haut(e), mal, mille (bassecour, millepatte) et quelques autres composés (par exemple ceux formés d’un verbe et du mot tout : brisetout).

19Néanmoins, il est nécessaire de souligner que les règles préconisées sont précédées d’un avertissement lourd de conséquences : « Aucune des deux graphies [ni l’ancienne ni la nouvelle] ne peut être tenue pour fautive. »

20Selon Dupriez (2009 : 66), l’orthographe rectifiée est un retour à une forme plus ancienne et beaucoup plus simple de la langue française car la plupart des mots étaient soudés jusqu’au XVIIe siècle.

21De nombreux ouvrages de référence tiennent compte des rectifications de l’orthographe de 1990. Nous examinerons dans la partie suivante dans quelle mesure Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré en font mention.

1.2. Prise en compte des rectifications de l’orthographe par les dictionnaires analysés

22Nous avons opté pour explorer deux dictionnaires choisis (Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré) tout en sachant que plusieurs études ont déjà montré que les dictionnaires éditoriaux ne sont pas cohérents linguistiquement et que les mots composés sont les éléments du vocabulaire pour lesquels existent le plus de variantes dans ces dictionnaires, comme l’a montré entre autres Mathieu-Colas (1988). Son article met en évidence de nombreux désaccords entre les deux ouvrages, concernant principalement l’emploi du trait d’union et la soudure (audio-visuel ou audiovisuel). Les différences entre les dictionnaires de référence et l’instabilité graphique des mots composés sont aussi soulignées par Silberztein (2010). Néanmoins, les auteurs de ces études sont unanimes qu’il est urgent que les dictionnaires fassent preuve de cohérence. Il convient donc de vérifier, après quelques dizaines d’années, si les dictionnaires sont parvenus à surmonter ces contradictions.

  • 6 À titre d’exemple, nous pouvons citer Bilan des rectifications en France de Renée Honveault, publié (...)

23Plusieurs études, par exemple celles mentionnées en note de bas de page6, ont aussi montré que la question de la nouvelle orthographe était diversement abordée par les dictionnaires. Il en ressort que la 9e édition du Dictionnaire de l’Académie française a adopté la totalité des changements depuis 1992, de même que, quelques années plus tard, les éditions de Hachette (2002) et le Littré (2005), alors que Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré se montrent plus conservateurs à cette époque-là et n’intègrent qu’un certain nombre de graphies préconisées par les Rectifications de l’orthographe.

24Il est vrai que la maison d’édition Le Robert s’exprime à propos de sa politique orthographique déjà en 1991 dans la brochure La réforme de l’orthographe au banc d’essai du Robert. Dans l’introduction de cet ouvrage, on nous apprend que les Dictionnaires Le Robert ne sont pas hostiles à un réajustement des graphies qui respecte le système d’écriture. Les auteures Rey-Debove et Le Beau-Bensa précisent ensuite que l’objectif principal de cette publication est de proposer « aux lecteurs une liste alphabétique des mots du Petit Robert 1991 visés par le texte du Journal officiel, suivis de leur forme nouvelle, afin qu’ils se fassent une opinion concrètement motivée ». Néanmoins, elles sont un peu sceptiques sur l’acceptabilité des 2 385 mots du Petit Robert touchés par les rectifications :

« On peut dire, avec d’autres spécialistes du mot écrit (linguistes, pédagogues, correcteurs), que les rectifications proposées par le Conseil ne sont pas toujours simplificatrices, que de nouvelles exceptions sont venues remplacer les anciennes […] » (1991 : 6).

25Chaque orthographe rectifiée y est donc suivie d’une marque indiquant un avis favorable, défavorable ou réservé.

26Il n’existe pas un pareil document chez la maison d’édition Larousse. Celle-ci fait preuve d’une plus grande prudence et s’en tient longtemps à l’orthographe traditionnelle. C’est une autre publication, Le point sur les Rectifications de l’orthographe en 2005, qui précise que « la politique chez Larousse (comme chez Robert d’ailleurs) étant de “suivre l’usage”, on se refuse à évoluer, et les Rectifications sont souvent ignorées » (2005 : 29). Selon ce document, Le Robert ne tient compte que d’environ la moitié des mots et Le Larousse seulement d’un tiers.

27Il faut attendre jusqu’à 2011 avant que la politique orthographique de la maison d’édition Larousse change. Pour son édition 2012, qui a bénéficié d’une refonte totale, Le Petit Larousse illustré intègre complètement l’orthographe rectifiée. La liste de 11 pages présentant auparavant les mots du Petit Larousse qui sont touchés par les rectifications a été remplacée par la mention directe, dans les entrées, des graphies issues de la nouvelle orthographe. Pour ces mots, la graphie rectifiée figure en début d’article, immédiatement suivie de l’orthographe traditionnelle, et est signalée par un symbole spécifique d’équivalence.

28Quant au Petit Robert, à cette époque-là, il n’est encore que partiellement à jour en nouvelle orthographe, avec seulement 61 % des graphies rectifiées attestées après une refonte partielle en 2009 et avec 66 % en 2016 (donnée fournie par la Banque de dépannage linguistique), même si la percée des Rectifications de l’orthographe de 1990, connaissant un important épisode en 2009, continue pour le millésime 2013. Concernant l’usage du trait d’union, il est rendu à peu près systématique dans cette édition.

29Dans la préface de l’édition 2009 du Petit Robert, sous le paragraphe Graphies et prononciations, il est précisé que le dictionnaire n’a pas entériné les Rectifications de l’orthographe de 1990. Dans la suite du propos, il est signifié que Le Petit Robert reste « très attentif aux évolutions des graphies », qui tendent souvent à plus de simplicité », et qu’on peut observer dans le dictionnaire la soudure des éléments préfixés ainsi que des mots composés. Quelques exemples de modifications graphiques sont ajoutés qui vont toutes dans le sens des rectifications (Rey & Rey-Debove, 2009 : XIX). Rey y fait aussi une mise au point sur l’orthographe en précisant que, lorsque deux formes sont possibles, celle qui correspond à l’usage est placée en premier plan. Concernant la soudure des mots composés, nous pouvons y lire ceci : « On a aussi enregistré l’habitude qui se généralise, d’écrire des noms composés sans division interne : AUTOSTOP, PAREBRISE sont donnés en premier, avant AUTO-STOP et PARE-BRISE ». Il parle aussi de la spécificité du Petit Robert dans le traitement de l’orthographe réformée : « […] il ne se contente pas d’ajouter et de commenter les formes nouvelles dans les entrées du dictionnaire, mais […] il entend suivre les règles proposées dans l’intégralité de son texte » (2009 : XXIV-XXV).

30La préface de l’édition 2009 reste inchangée jusqu’à 2017 où elle a été actualisée (pour le millésime 2018), et son ancienne composante L’orthographe : mise au point a été remplacée par la section Orthographe, mais, à vrai dire, son contenu n’a pas beaucoup changé. En lisant les deux préfaces, nous pouvons avoir l’impression que Le Petit Robert 2018 accorde à peu près la même place à la nouvelle orthographe que celui de 2009, faisant l’objet d’un examen approfondi et intégrant de nombreuses régularisations et harmonisations.

31Mais comme le mentionne Martinez dans le compte-rendu du Petit Robert 2019, en 2018, « l’opération de plus grande ampleur s’est déroulée » dans l’orthographe. Beaucoup de graphies tirées des rectifications orthographiques, qui manquaient encore dans le dictionnaire, ont été ajoutées et plusieurs de celles qui figuraient déjà ont été promues. Certains articles, déjà modifiés en 2009, retouchés ensuite en 2013, subissent une nouvelle modification. Les choix opérés par les auteurs de ce dictionnaire vont donc dans le sens de la mise en conformité de celui-ci avec les rectifications de l’orthographe formulées en 1990.

32C’est donc à l’aide de l’analyse suivante des dernières 10 éditions du Petit Robert et du Petit Larousse illustré qu’il sera possible de vérifier si la réforme a véritablement eu des prolongements dans ces derniers.

2. Le trait d’union dans les dictionnaires Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré

33Notre analyse s’est faite en deux temps. Nous avons commencé par la recherche des mots nouvellement intégrés dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré, utilisés avec un trait d’union pour pouvoir comparer leur proportion dans dix éditions successives des deux dictionnaires (pour les millésimes 2011-2020) et dévoiler les raisons pour lesquelles le trait d’union est maintenu dans ceux-ci. Parmi les mots nouvellement introduits dans les dictionnaires analysés, nous avons ensuite essayé de relever ceux qui étaient touchés par les règles où le trait d’union est remplacé par la soudure en espérant que tout cela nous permettra de répondre à la question initiale : le trait d’union a-t-il tendance à disparaître au profit de la soudure des mots nouvellement intégrés dans les dictionnaires Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré ?

2.1. Bref aperçu sur l’ensemble des mots composés séparés d’un trait d’union, introduits dans les deux dictionnaires pour les millésimes 2011-2020

  • 7 Rappelons que, d’habitude, ce sont environ 150 nouveaux mots qui apparaissent chaque année dans les (...)

34Après avoir analysé les listes des mots nouveaux effectuées par Martinez et publiées par le Club d’orthographe de Grenoble, nous pouvons constater que, sur la période considérée, 1 171 nouveaux mots sont entrés dans Le Petit Robert et 25117 nouveaux mots dans Le Petit Larousse illustré. Parmi eux, nous avons relevé 55 mots composés avec un trait d’union dans Le Petit Robert, soit 4,7 %, et dans Le Petit Larousse illustré, il y en avait 189, soit 7,53 %. Notre corpus comprend donc au total 244 mots à trait d’union. Leur répartition selon la date d’intégration dans ces dictionnaires figure dans le tableau 1. Pour chaque année d’édition, le premier chiffre correspond au nombre d’articles entrés cette année-là dans un des dictionnaires analysés, le deuxième indique le nombre de mots écrits avec un trait d’union et le troisième représente la proportion des mots unis par un trait d’union, exprimée en pourcentage. Étant donné que le nombre d’articles entrés dans le dictionnaire est différent pour chaque édition et chacun des dictionnaires, c’est le troisième chiffre, indiquant la proportion des mots avec un trait d’union, qui est le plus important pour notre étude.

Tableau 1 : Répartition des mots avec un trait d’union selon la date d’intégration

Petit Robert

Petit Larousse illustré

Millésime

Nombre d’articles

Nombre de mots à trait d’union

% sur total

Nombre d’articles

Nombre de mots à trait d’union

% sur total

2020

107

5

4,67 %

81

4

4,94 %

2019

131

7

5,34 %

81

7

8,64 %

2018

122

6

4.92 %

96

8

8,33 %

2017

118

9

7,63 %

101

7

6,93 %

2016

134

2

1,49 %

113

8

7,07 %

2015

105

7

6,67 %

89

5

5,62 %

2014

109

6

5,51 %

99

7

7,07 %

2013

101

0

0 %

87

5

5,75 %

2012

93

7

7,53 %

1882

129

6,85 %

2011

151

6

3,97 %

82

9

10,98 %

35Il ressort du tableau 1 que, si l’on mesure l’évolution entre 2011 et 2020, les résultats obtenus ne montrent pas de tendance nette à la diminution ou à l’augmentation de la proportion des mots écrits avec un trait d’union qui ont fait leur entrée dans Le Petit Robert ou Le Petit Larousse illustré au cours de la période considérée. Les pourcentages varient d’une année à l’autre, p. ex. dans Le Petit Larousse illustré, la proportion des mots unis par un trait d’union diminue entre 2012 et 2013 (de 6,85 % à 5,75 %), mais elle repart vite à la hausse en 2014 (avec 7,07 %). Il en résulte que ces données ne nous permettent pas de conclure que le trait d’union a tendance à disparaître des dictionnaires analysés au profit de la soudure.

36Pour mieux comparer la proportion des mots à trait d’union qui ont fait leur entrée dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré au cours de la période considérée et mettre en évidence des différences entre les deux dictionnaires, les données du tableau 1 sont encore présentées sous forme de graphique en courbes.

Graphique 1 : Proportion des mots à trait d’union intégrés dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré entre 2011 et 2020

Graphique 1 : Proportion des mots à trait d’union intégrés dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré entre 2011 et 2020

37Pour pouvoir mieux répondre à notre question initiale, nous nous pencherons sur l’étude des raisons pour lesquelles le trait d’union est maintenu dans 244 mots à trait d’union relevés dans les deux dictionnaires. L’analyse effectuée montre qu’il s’agit le plus souvent :

38a) des mots composés formés avec des mots autonomes (noms, adjectifs, pronoms, verbes, adverbes, etc.). Exemples : bas-culotte, bien-pensance, brasse-camarade, chasse-moustiques, court-termiste, dix-heures, faux-fruit, glisser-déposer, mort-vivant, pollueur-payeur, porte-chéquier, prête-plume, quart-temps, quatre-heures, vivre-ensemble, etc. Dans la plupart des cas, les termes mis ensemble sont sur le même plan, c’est-à-dire que l’un ne modifie pas l’autre (p. ex. pollueur-payeur désigne les pollueurs à qui l’on fait payer leur pollution). Mais, dans d’autres cas, l’emploi du trait d’union dépend du degré de cohésion des composants pour former une expression dont le sens est distinct de celui de la suite de mots dont il est formé (cœur-de-bœuf désigne une tomate charnue en forme de cœur, col-de-cygne indique une tuyauterie doublement coudée pour absorber la dilatation due aux produits chauds, etc.). Parmi les composés ainsi formés et écrits avec trait d’union, nous avons également relevé ceux qui ne respectent pas les règles ordinaires de la morphologie et de la syntaxe (grand-rue) ou ceux où le trait d’union sert à marquer une relation de coordination entre deux termes désignant des noms propres ou géographiques (syndrome de Guillain-Barré, Gros-Jean, austro-hongrois, judéo-arabe, etc.).

  • 8 Il est à noter que c‘est Le Petit Larousse illustré 2012 qui propose la forme avec le trait d’union (...)

39b) des mots composés construits avec un préfixe ou un élément savant. Les dictionnaires conservent le trait d’union pour éviter la rencontre de deux voyelles (ai, au, oi et ou) qui risquerait de susciter des prononciations défectueuses ou des difficultés de lecture (exemples : auto-infection, auto-intoxication, éco-industrie, radio-identification, rétro-inhibition, etc.), de deux voyelles identiques (micro-ondable), de deux consonnes identiques (post-traumatique) ou lorsque le premier élément n’est pas en fait le préfixe (c’est le cas de auto-scooterauto ne signifie pas par soi-même mais indique la voiture) ou que le deuxième élément commence par une majuscule (micro-État). Les dictionnaires analysés le conservent également avec les préfixes ou éléments savants demi- (demi-fin), semi- (semi-marathon, semi-précieux), vice- (vice-champion). Il est à noter que tout cela correspond aux règles d’application mentionnées en 1.1. Néanmoins, nous avons également observé quelques exceptions concernant la soudure avec le préfixe super- qui s’écrit généralement sans trait d’union, mais avec un trait d’union dans les mots composés occasionnels (néanmoins, la question se pose de savoir pourquoi proposer d’enlever le trait d’union à supergéant mais pas à super-héros ?), celle avec le préfixe post- qui est d’habitude soudé avec ce qui le suit sauf si ces mots sont issus du latin (néanmoins, dans plusieurs mots introduits dans les deux dictionnaires, post- est séparé par un trait d’union : post-ethnique, post-ado, post-traumatique, post-vérité, post-générique mais, dans ce cas, Le Petit Larousse illustré 2012 propose aussi la variante soudée postgénérique) ou encore celle avec l’élément savant électro- car Le Petit Larousse illustré 2016 garde le trait d’union dans électro-pop. Nous avons encore relevé d’autres incohérences dans l’emploi du trait d’union, lesquelles nous amènent à constater que les choix opérés ne sont pas toujours clairs. Par exemple, il n’y a pas de raison pour proposer primo-arrivant8 avec un trait d’union car les mots formés avec primo- s’écrivent généralement sans trait d’union et que le mot qui le suit ne commence pas par i ou u. Et pourquoi proposer encore de rendre variables les mots construits avec les préfixes anti- (anti-angiogenèse ou antiangiogenèse, anti-infectieux ou antiinfectieux), bi- (bi-mode ou bimode), pré- (pré-générique ou prégénérique) ou l’élément savant télé- (télé-crochet ou télécrochet), qui s’écrivent généralement en un seul mot, même si le second élément débute par une voyelle ? Il est aussi difficile d’expliquer pourquoi Le Petit Larousse illustré atteste l’orthographe recommandée dans bêtacarotène mais conserve le trait d’union dans bêta-lecteur. De plus, le distinguo ne se fait pas seulement sur la présence ou non de l’orthographe rectifiée mais aussi sur son placement et, dans les cas mentionnés ci-dessus, les mots soudés ne figurent pas en première position qui sous-entend la variante la plus utilisée aujourd’hui.

40c) des mots composés d’une préposition ou d’un adverbe. Comme il a déjà été dit, différents cas de soudure ont été préconisés par les propositions de rectifications de l’orthographe (rappelons que l’Académie française recommande la soudure pour les mots composés avec contre et entre) mais, à vrai dire, il est difficile de voir une logique dans la graphie choisie par Le Petit Larousse illustré pour les mots composés dont le premier élément est le préfixe contre. Pourquoi accepter la variation orthographique des noms contre-ténor/contreténor, contre-batteur/contrebatteur, contre-expert/contrexpert, contre-pas/contrepas mais pas contre-réaction ? Le trait d’union est maintenu avec les adverbes arrière (arrière-bouche, arrière-nièce) et quasi (quasi-régie), et c’est aussi l’adverbe de négation non qui est toujours uni par un trait d’union lorsqu’il précède un nom (non-appartenance, non-localité). Il en va de même pour les prépositions après- (après-shampooing ou après-shampoing), sous- (sous-information, sous-qualifié, sous-soler, sous-tasse) et sans- (sans-abrisme, sans-allure, sans-terre) qui s’écrivent toujours avec un trait d’union.

41d) des mots composés empruntés à d’autres langues, p. ex. : all-over, bar-mitsva, bore-out, burn-out, club-sandwich, hard-core, log-in, jet-lag, papy-boomer, pater-noster, pom-pom girl, pop-up, smoked-meat, spin-off, stand-up, ukiyo-e, etc. Dans notre corpus, nous avons aussi répertorié quelques mots composés avec la lettre e-, abréviation de électronique (electronic en anglais), où le trait d’union sépare les deux composants, ce qui explicite clairement qu’il s’agit de deux éléments distincts : e-commerce, e-learning, e-sport (mais l’acronyme electronic publication, publication électronique en français, est typographié ePub par Le Petit Robert 2017). Nous avons aussi relevé quelques mots qui sont présentés sous deux ou trois formes (on trouve dans Le Petit Larousse illustré 2014 bo bun, bo-bun, ou bobun, désignant un repas vietnamien).

42Comme il a déjà été mentionné dans la section 1.1., le Conseil supérieur de la langue française a proposé de remplacer le trait d’union par la soudure dans les compositions onomatopéiques. Néanmoins, dans notre corpus, nous n’avons trouvé qu’un seul exemple avec la forme traditionnelle en première position (tsoin-tsoin/tsointsoin : imitation comique du bruit d’un instrument de musique).

43Notre analyse montre que certaines recommandations orthographiques de 1990 portant sur la question du trait d’union et proposant la soudure des éléments dans de nombreux mots composés n’ont pour but que de régulariser certaines règles linguistiques et « ne vont pas dans le sens d’une simplification de l’orthographe », ce que souligne aussi Silberztein (2010 : 87).

2.2 Analyse des mots soudés introduits dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré pour les millésimes 2011-2020

44Rappelons brièvement que les règles des rectifications orthographiques recommandent la soudure pour un nombre restreint de mots, par analogie avec des mots semblables ne portant pas le trait d’union. Il s’agit notamment de la soudure avec contr(e)-, entr(e)-, extra-, infra-, intra-, ultra-, avec des éléments savants (agro-, bio-, hydro-, etc.), dans les mots d’origine étrangère, dans les onomatopées et dans quelques autres mots bien ciblés.

45Avant l’introduction de l’orthographe rectifiée, on trouvait parfois différentes variantes de ces mots dans les dictionnaires et ces derniers se contredisaient souvent. L’objectif de cette partie est donc de dresser une liste assez complète des mots affectés par la nouvelle soudure pour chacun des dictionnaires pour vérifier si ces derniers éliminent les traits d’union superflus et harmonisent ainsi certaines séries discordantes.

46L’analyse des mots nouvellement intégrés dans Le Petit Robert pour les millésimes 2011-2020 nous montre que, dans ce dictionnaire, le trait d’union est régulièrement remplacé par la soudure dans les mots composés de préfixes et d’éléments savants, même dans ceux d’une certaine longueur tels gastroduodénal ou immunohistochimie (sauf hypothalamo-hypophysaire où le trait d’union est conservé, peut-être pour marquer une relation de coordination entre les deux termes hypothalamus et hypohyse) ainsi que dans les mots composés de contr(e)-, entr(e)-, extra-, ifra-, intra- et ultra-, et que les mots d’emprunt sont allègrement soudés (sauf ceux que nous avons mentionnés dans la partie précédente : log-in, stand-up, spin-off, etc.). Les résultats obtenus figurent dans le tableau 2.

Tableau 2 : Exemples d’application de la soudure des mots composés dans Le Petit Robert 2011-2020

Règle d’application

Exemples

Mots composés de contr(e)- et entr(e)-

contrefaisant (aucun mot construit avec entre n’a été introduit sur la période considérée, sauf entre-soi où la préposition entre n’a rien perdu de sa valeur sémantique à l’intérieur du mot composé).

Mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-

extrascolaire, intrachromosomique, intragénérationnel, ultrarésistant (il n’y a aucun mot ainsi construit qui n’échappe à cette règle).

Mots composés avec des préfixes ou éléments savants

aérogénérateur, agrobusiness, agroécologie, agroforesterie, anticasseur, antijeune, anticriminalité, antimicrobien, antimoustique, antispécisme, antispéciste, antisystème, antiterrorisme, antitumoral, astroparticule, audiodescription, audiovision, autocomplétion, autoentrepreneur, autoentreprise, autopartage, autoproduction, autotest, biocapacité, biodéchet, biodisponibilité, biogaz, biomarqueur, biomimétisme, biomolécule, bioplastique, biosimilaire, biosourcer, bronchodilatateur, trice, cardiotraining, climatosceptique, cryptomonnaie, cyberattaque, cybercrime, cyberdéfense, cyberdépendance, cyberharcèlement, cybersécurité, cybersexe, cyclomotoriste, dorsoventral, écoblanchiment, écocentre, écocité, écoconception, écoconduite, écogeste, écolabelliser, écomatériau, écopâturage, écoresponsable, électrosensibilité, électrosensible, fluocompact, francocentrisme, gastroduodénal, géocroiseur, géolocaliser, géosphère, homéodomaine, hydroalcoolique, hypercalorique, hyperglycémiant, iante, hypersexualisation, hypervariable, hypnothérapie, hypoglycémiant, immunohistochimie, inhalothérapie, ischiojambier, mégavirus, microbille, microbiome, microbiote, microblog, microbrasserie, microfinance, microhistoire, micromonde, micropaiement, microparticule, monoroue, multifonction, multigénérationnel, multimodal, musculosquelettique, nanomatériau, nanoparticule, nanosciences, nanotube, néolatin, ine, néonaticide, néonicotinoïde, neurorécepteur, nucléosynthèse, orthopédagogue, paléoanthropologie, pédocriminalité, pédopornographie, pétromonarchie, photoreportage, photoreporteur, postapocalyptique, postbac, postsynaptique, psychogénéalogie, radiochirurgie, radiométrie, radiotoxicité, radiotoxique, rétroactivation, rétrocommission, rétrocontrôle, rétroéclairage, rétrofuturisme, rétrotranscription, superaliment, supercellulaire, supercellule, supergéant, thermorécepteur, toxicovigilance, vidéocapsule, vidéoludique, vidéoprotection, vidéoverbalisation

Mots composés d’origine étrangère

aquabike, blockbuster, butternut, coworking, cranberry, crossfit, crossover, cupcake, flashcode, hardcore, netbook, notebook, scrapbooking, skatepark

47Nous avons dressé la même liste pour Le Petit Larousse illustré. Néanmoins, étant donné que nous avons relevé plusieurs mots qui échappent aux règles de la soudure dans ce dictionnaire, les exceptions sont aussi mentionnées dans le tableau 3, même si nous avons déjà énuméré quelques-unes dans la section 2.1.

Tableau 3 : Exemples d’application de la soudure des mots composés dans Le Petit Larousse illustré 2011-2020

Règle d’application

Exemples

Mots échappant à la règle

Mots composés de contr(e)- et entr(e)-

Entrevoûter

contrebatteur, contrexpert, contrepas, contreténor – ces formes rectifiées sont données en deuxième position.

entre-soi, contre-réaction

contre-batteur, contre-expert, contre-pas, contre-ténor en première position

Mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-

extracommunautaire, intrafamilial, ultracourt, ultramince, ultraplat, ultraportable, ultrarésistant

Il n’y a aucun mot ainsi construit qui échappe à cette règle.

Mots composés avec des préfixes ou éléments savants

Les préfixes ou les éléments savants suivants sont soudés avec ce qui les suit : aéro-, agro-, andro-,angio-, anti-, arthro-, astéro-, astro-, audio-, auto-, bi-, bio-, broncho-, carbo-, climato-, co-, cryo-, crypto-, cyber-, cyclo-, cyto-, dynamo-, éco-, égo-, électro-, ethno-, euro-, exo-, gastro-, géno-, géo-, hélio-, hydro-, hyper-, hypno-, lympho-, maxi-, métro-, micro-, mini-, mono-, moto-, multi-, nano-, narco-, néo-, neuro-, paléo-, pédo-, péri-, photo-, phyto-, pluri-, poly-, post-, pré-, proto-, pseudo-, psycho-, radio-, rétro-, roto-, socio-, super-, sur-, télé-, thermo-, toxico-, trans-, vidéo-.

Quelques-uns s’écrivent avec trait d’union si le 2e élément commence par une voyelle :

micro-ondable, anti-angiogenèse (dans les deux cas, les formes soudées sont possibles), auto-infection, auto-intoxication, éco-industrie, lipo-aspiration, post-ado, post-ethnique, primo-arrivant, radio-étiquette, radio-identification

La graphie traditionnelle est en première position en cas des mots d’une certaine longueur :

cognitivo-comportemental ou cognitivocomportemental,

logico-mathématique ou logicomathématique,

médico-chirurgical ou médicochirurgical.

Quelques mots échappent à la règle : électro-pop, post-vérité, bi-mode (bimode possible), post-générique (postgénérique possible), pré-générique (prégénérique possible)

Mots composés d’origine étrangère

blockchain, britpop, crossover, cupcake, fanfiction, newsletter, paintball, sextoy, showcase, skicross, y compris des mots dérivés snowboardeur, startuper ou startupeur

48Il résulte de ce tableau que l’emploi du trait d’union est devenu moins aléatoire dans les mots construits avec des préfixes ou éléments savants. Plusieurs mots étrangers sont soudés aussi. Néanmoins, certains mots dans le dictionnaire s’écrivent encore avec ou sans trait d’union (la graphie traditionnelle donnée en première position), il y a donc un manque flagrant d’uniformité dans la graphie de ces mots. De plus, il y a quelques mots qui n’apparaissent dans Le Petit Larousse illustré qu’avec un trait d’union et échappent ainsi aux règles proposées (contre-réaction, primo-arrivant, radio-étiquette, etc.), ce qui nous amène à constater que les recommandations faites en 1990 de remplacer le trait d’union par la soudure, même dans les nouveaux mots, n’ont pas toujours reçu un accueil favorable de la part des lexicographes.

49Pour étayer cette constatation, il nous a semblé intéressant de comparer les résultats obtenus avec ceux provenant d’une recherche ciblée sur l’application des règles pour un cas bien délimité par les recommandations orthographiques. Nous avons étudié les mots en contr(e)-, entr(e)-, infra-, intra-, ultra- non seulement par le biais des mots nouveaux, mais également dans les mots déjà entrés dans le dictionnaire Le Petit Robert 2017. Il est particulièrement surprenant que, dans ce dictionnaire, il y ait 140 mots construits avec contr(e)- dont 76 restent encore unis par un trait d’union. Concernant les autres éléments susmentionnés, le dictionnaire analysé comprend 76 mots composés formés avec entr(e)-, parmi lesquels 1 mot est écrit avec un trait d’union (entre-soi) et 5 mots ont deux orthographes (avec ou sans trait d’union) dont entre-temps et s’entre-égorger en première position et entre-deux, entre-nœud et entre-rail en deuxième position. Les composantes de tous les mots construits avec l’élément infra- sont soudées de même que celles formées avec ultra- (sauf l’adverbe ultra-petita issu du latin). Parmi 19 mots construits avec intra-, il y en a 3 qui ne sont pas soudés (intra-atomique, intra-muros et intra-utérin).

Conclusion

50Trente ans après le lancement des rectifications de l’orthographe de 1990, il est évident que les deux dictionnaires analysés ont intégré dans leurs éditions 2011-2020 la nouvelle orthographe directement aux entrées des mots concernés. Néanmoins, notre analyse dévoile que cette intégration reste incomplète et prudente. Les deux graphies données possibles pour plusieurs mots (p. ex. anti-angiogenèse ou antiangiogenèse), des mots déjà proposés avec la graphie rectifiée, à côté de ceux qui conservent la graphie traditionnelle (bêtacarotène mais bêta-lecteur, supergéant mais super-héros), et beaucoup d’autres incohérences qui ressortent de notre analyse, nous amènent à penser que le trait d’union ne disparaît pas encore des dictionnaires. De plus, il est difficile de parler de la disparition de celui-ci car il y a assurément beaucoup de mots soudés parmi ceux relevés dans les dictionnaires analysés qui se seraient déjà écrits sans trait d’union avant 1990 et qui n’auraient pas donc eu besoin d’être rectifiés. Autrement dit, si nous ne savons pas que chacun d’eux s’écrivait obligatoirement avec un trait d’union en 1990, nous ne pouvons pas les utiliser pour illustrer la disparition du trait d’union.

51Il y a encore une question que nous nous sommes posée, qui nous a forcée à réfléchir mais à laquelle il nous est presque impossible de trouver une réponse : pourquoi, selon les dictionnaires, certains mots peuvent-ils s’écrire indifféremment avec ou sans trait d’union et d’autres pas ? Les règles générales précisant l’emploi du trait d’union, recommandées par le Conseil supérieur de la langue française en 1990, étaient présentées comme une proposition de simplification de l’orthographe. Alors, elles devraient nous permettre de ne plus hésiter sur l’orthographe des mots concernés. Cependant, même si l’emploi de la soudure devient de plus en plus systématique surtout dans les mots construits avec des préfixes et des éléments savants, nous pensons que les règles ne simplifient pas la langue autant que les experts le prétendent. Il reste quelques exceptions qui ne se justifient pas facilement. L’aide des dictionnaires serait ici plus que souhaitable mais il n’y a pas toujours d’harmonisation entre ceux-ci comme l’ont aussi montré plusieurs études précédentes. Il reste donc beaucoup à faire pour les lexicographes sur ce terrain.

52Les données que nous avons relevées sont intéressantes mais elles ne concernent que deux dictionnaires. Notre étude peut donc servir de point de départ pour d’autres recherches. Parmi les thèmes qu’il serait intéressant d’aborder, celui de la comparaison des normes proposées par ces dictionnaires avec l’usage constaté, par exemple dans des corpus de textes journalistiques, en est le plus important. L’utilisation d’une plateforme d’analyse linguistique pour appliquer le dictionnaire des mots composés français à des corpus d’archives de presse (p. ex. le journal Le Monde) pré- et post-réforme permettra de mieux étudier l’évolution de l’orthographe des mots touchés par les recommandations orthographiques de 1990 portant sur la question du trait d’union et de la soudure.

Haut de page

Bibliographie

Anizan, J.-C., Carignan, I., Contant, Ch., David, J., Desnoyers, A., Gruaz, C., Ramat, A., 2005, Le point sur les Rectifications de l’orthographe en 2005, Paris, Réseau pour la nouvelle orthographe du français.

Banque de dépannage linguistique, « Recommandations générales liées aux rectifications de l’orthographe : Questions fréquentes sur les rectifications de l’orthographe », [En ligne], consulté le 20 août 2020. URL: http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=3275#Rpourquoi

Banque de dépannage linguistique, « Rectifications liées au trait d’union et soudure – Numéraux », [En ligne], consulté le 28 août 2020. URL : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=2&t1=&id=3163

Catach, N., 1968, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, Droz.

Catach, N., 1981, Orthographe et lexicographie : les mots composés, Paris, Nathan.

Conseil supérieur de la langue française, « Les rectifications de l’orthographe », Journal officiel de la République française, 6 décembre 1990 (JODA n° 100/90) [En ligne], consulté le 5 août 2020. URL: http://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rectifications_1990.pdf

Contant, Ch., 2009, « Les dictionnaires et la nouvelle orthographe », Correspondance, 15 (1), [En ligne], consulté le 25 août 2020. URL : https://correspo.ccdmd.qc.ca/index.php/document/changement-et-continuite/les-dictionnaires-et-la-nouvelle-orthographe/

Dictionnaire de l’Académie française, « La 9e édition » [En ligne], consulté le 12 août 2020. URL :http://academie-francaise.fr/le-dictionnaire/la-9e-edition

Dupriez, D., 2009, La nouvelle orthographe en pratique, Bruxelles, Éditions Duculot.

Martinez, C., 2018, « Mots nouveaux du Petit Robert 2019 : Compte-rendu du Petit Robert 2019 » [En ligne], consulté le 10 septembre 2020. URL : https://orthogrenoble.net/mots-nouveaux-dictionnaires/entrees-petit-robert-2019

Martinez, C., DiCo (DIctionnaires COmparés). Mots nouveaux des dictionnaires [En ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://orthogrenoble.net/mots-nouveaux-dictionnaires/

Mathieu-Colas, M., 1988, « Variations graphiques des mots composés dans le Petit Larousse et le Petit Robert », Linguisticæ Investigationes, Philadelphia, Amsterdam, John Benjamins, 12 (2), 235-280.

Mathieu-Colas, M., 1994, Les origines du trait d’union (extrait de l’ouvrage Les mots à trait d’union, Paris, Didier Érudition [En ligne], consulté le 20 aout 2020. URL : http://www.mathieu-colas.fr/michel/Composes/Origines%20du%20trait%20d%27union.pdf

Mathieu-Colas, M., 1995, « Syntaxe du trait d’union : Structures complexes », Lingvisticae Investigationes, Philadelphia, Amsterdam, John Benjamins, 19 (1), 153-171.

Rey-Debove, J. & Le Beau-Bensa, B., 1991, La réforme de l’orthographe au banc d’essai du Robert, Paris, Le Robert.

Rey, A., 2017, « Préface – Le Petit Robert de la langue française » [En ligne], consulté le 30 août 2020. URL : https://petitrobert12.lerobert.com/AidePR/Pages/pdf/preface1.pdf

Rey, A., Rey-Debove J., 2008, Le Nouveau Petit Robert de la langue française 2009, Paris, Le Robert.

Riegel, M., Pellat, J.-C. & Rioul, R., 2010, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Silberztein, M., 2010, « Orthographe compliquée ou orthographe fidèle ? », Le français d’aujourd’hui, 170 (3), Paris, Armand Colin, 83-98.

Haut de page

Notes

1 Nous avons choisi ces dictionnaires car les deux sont largement consultés, surtout pour vérifier l’orthographe d’un mot.

2 Il a été adopté en français après diverses tentatives de notation graphique (usage de deux barres parallèles, de l’accent circonflexe ou renversé et de l’apostrophe).

3 Mathieu-Colas (1995) parle des emplois grammaticaux.

4 Exemple emprunté à l’Office québécois de la langue française, mentionné sur le site Banque de dépannage linguistique, page « Numéraux ».

5 Dupriez en ajoute encore micro- et post- (2009 : 66).

6 À titre d’exemple, nous pouvons citer Bilan des rectifications en France de Renée Honveault, publié dans Le point sur les rectifications de l’orthographe en 2005, ou Les dictionnaires et la nouvelle orthographe de Chantal Contant (2009).

7 Rappelons que, d’habitude, ce sont environ 150 nouveaux mots qui apparaissent chaque année dans les deux dictionnaires. Néanmoins, il est à rappeler que la nomenclature de l’édition 2012 du Petit Larousse illustré a été abondamment reconsidérée et que 1882 nouveaux mots ont fait leur entrée dans celui-ci.

8 Il est à noter que c‘est Le Petit Larousse illustré 2012 qui propose la forme avec le trait d’union, tandis que Le Petit Robert 2019 introduit ce mot sans trait d’union – primoarrivant.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Proportion des mots à trait d’union intégrés dans Le Petit Robert et Le Petit Larousse illustré entre 2011 et 2020
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/6308/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dagmar Koláříková, « Le trait d’union disparaît-il dans les mots nouvellement intégrés dans les dictionnaires ? »Cahiers de praxématique [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/6308 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.6308

Haut de page

Auteur

Dagmar Koláříková

Université de Bohême de l’Ouest, Plzeň (Tchéquie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search