Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46À propos de la relation entre la ...

8

À propos de la relation entre la grammaticalisation et la lexicalisation : le cas du verbe cita en coréen1

On the relation between grammaticalization and lexicalization : the case of Korean verb cita
Injoo Choï-Jonin
p. 141-160

Résumés

Le but de l’article est de défendre l’hypothèse selon laquelle la grammaticalisation et la lexicalisation sont deux processus de changement linguistique parallèles, et non opposés ou en miroir. Les deux processus sont graduels et unidirectionnels, et le passage de la grammaticalisation à la lexicalisation ainsi que le passage inverse sont possibles, sans pour autant violer le principe d’unidirectionnalité. L’exemple du verbe cita en coréen plaide en effet en faveur de cette hypothèse, permettant d’illustrer l’évolution progressive d’un lexème verbal vers un auxiliaire puis vers le composant d’un lexème verbal et finalement vers un auxiliaire exprimant la subjectivité du locuteur. Il est montré également que le sens lexical d’origine persiste aussi bien dans le cas de grammaticalisation que dans celui de lexicalisation.  

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier Michelle Lecolle et Sarah Leroy qui, par leur relecture attentive, m’ont perm (...)
  • 2  Voir Brinton & Traugott (2005) pour une synthèse de la théorie de grammaticalisation et pour la co (...)

1La grammaticalisation et la lexicalisation, décrites comme processus de changement linguistique, sont souvent considérées comme deux phénomènes opposés dans les travaux récents sur la grammaticalisation2. La grammaticalisation est initialement définie par Meillet (1982 : 131) comme « le passage d’un mot autonome au rôle d’élément grammatical ». Le changement d’un élément grammatical en une unité lexicale, comme l’exemple de bus, provenant du latin datif pluriel ibus de omnibus, peut alors être considéré comme un cas de lexicalisation ou de dégrammaticalisation, c’est-à-dire changement inverse de la grammaticalisation. C’est effectivement la position de Ramat (1992 : 550), pour qui la lexicalisation est un aspect de la dégrammaticalisation (cf. Brinton & Traugott 2005 : 80).

2Or, cette conception de la lexicalisation ne va pas sans poser problème à l’hypothèse défendue par les tenants de la théorie de grammaticalisation, à savoir l’unidirectionnalité. Selon cette hypothèse, le changement catégoriel opéré par le processus de grammaticalisation n’est ni fortuit ni abrupt, mais suit une série de transitions graduelles. Selon Hopper & Traugott (1993 : 7), le type de chaîne de grammaticalisation (cline of grammaticality) admis par la plupart des linguistes est le suivant :

content item > grammatical word > clitic > inflectional affix

3L’hypothèse de l’unidirectionnalité de la grammaticalisation devrait donc interdire le processus inverse. Plus récemment, pour certains linguistes qui se sont intéressés à la relation entre la grammaticalisation et la lexicalisation (Lehmann 2002, Lightfoot 2005, Brinton & Traugott 2005), les deux processus de changement linguistique sont plutôt complémentaires et non opposés. Par conséquent, la lexicalisation ne peut pas être confondue avec la dégrammaticalisation.

4Selon Brinton & Traugott (2005 : 92), les items lexicaux et grammaticaux s’opposent par leur « productivité », c’est-à-dire leur possibilité de s’intégrer dans la formation de nouvelles expressions linguistiques (« [a]bility of wordforming elements to be used to form new linguistic expressions »). Dans une perspective synchronique, les morphèmes flexionnels, qui se combinent obligatoirement avec un morphème lexical pour former un mot, sont les plus productifs. En revanche, les mots indépendants comme dog, paper sont les moins productifs. Il en va de même pour les morphèmes qui ne sont plus ou peu productifs (-t dans theft). Entre ces deux extrêmes se trouvent des morphèmes « semi-productifs » tels que les morphèmes dérivationnels qui se combinent plus ou moins régulièrement avec un morphème lexical pour le recatégoriser (-ness, -ly) ou pour en changer le sens (un- dans unhappy et -ful dans hopeful). Les items linguistiques peuvent ainsi être classés sur un continuum du plus lexical au plus grammatical. Dans une perspective diachronique, poursuivent les auteurs, un item linguistique peut devenir de plus en plus productif ou de moins en moins productif. Dans le premier cas, on assiste à une grammaticalisation et dans le second cas, à une lexicalisation.

5Les deux processus sont graduels et unidirectionnels et les chaînes de grammaticalisation et de lexicalisation proposées par les auteurs (2005 : 9394) comportent chacune trois étapes :

  • G1 = periphrases

  • G2 = semibound forms like function words and clitics

  • G3 = affixes such as derivational morphology that changes the grammatical class of the stem, including zero inflection

  • L1 = partially fixed phrases

  • L2 = complex semi-idiosyncratic Forms

  • L3 = simplexes and maximally unanalyzable idiosyncratic forms

6La lexicalisation ainsi conçue ne concerne pas les processus de création des mots comme troncation (le cas de bus) ou conversion (le cas de si et de mais dans trop de si et de mais). Autrement dit, il ne s’agit pas simplement de l’emploi d’un mot (ou morphème) grammatical comme un mot lexical. D’un point de vue diachronique, la lexicalisation concerne le développement d’une forme plus simple à partir d’une forme plus complexe, et parfois, mais pas toujours, le sens peut changer considérablement (Brinton & Traugott 2005 : 47).

7Brinton & Traugott fournissent des arguments convaincants en faveur de l’hypothèse selon laquelle la grammaticalisation et la lexicalisation sont deux processus de changement linguistique distincts, complémentaires mais non « en miroir ». Cependant, ils ne sont pas clairs quant à la possibilité de l’interaction entre deux processus. Une forme grammaticalisée peut-elle ensuite devenir lexicalisée et inversement ? L’analyse fournie par les auteurs sur le développement des emplois du participe présent en anglais semble néanmoins répondre positivement à cette question (2005 : 111-122). Ils postulent en effet que la forme Vende de l’ancien anglais peut être considérée comme une forme semi-lexicalisée (stade L2, d’après leur formule), qui a donné lieu à deux types d’emplois de la forme V-ing au début de l’anglais moderne, à savoir l’emploi adjectival d’une part et de l’autre les emplois prépositionnel, conjonctif et adverbial (comme modifieur intensif d’un adjectif). Dans le premier cas, il s’agirait toujours d’une forme semi-lexicalisée (L2) alors que dans le second cas, on aurait affaire à une forme semi-grammaticalisée (G2). Une forme semi-lexicalisée semble donc pouvoir subir la grammaticalisation, comme elle peut rester dans le processus de lexicalisation.

  • 3  Rappelons que cette phrase est formulée à l’instar de « today’s morphology is yesterday’s syntax » (...)

8La question de l’interaction entre la grammaticalisation et la lexicalisation apparaît intéressante surtout pour les langues à série verbale comme le coréen, où la grammaticalisation verbale est un phénomène fréquemment observé (cf. DeLancey 1991, Rhee 1996, Lee 2003) et le même verbe grammaticalisé peut de plus se trouver incorporé dans un lexème verbal. Ce phénomène est signalé par Ramat (1992 : 554) pour le verbe (‘venir’) du Lahu, utilisé d’abord dans une construction de séries verbales, puis comme une particule déictique liée (employé donc comme un élément grammatical), avant d’être incorporé dans une forme verbale et devenu synchroniquement inanalysable et sémantiquement opaque. Peut-on admettre avec Ramat (1992 : 557) que « today’s grammar may become tomorow’s lexicon3 » ?

9Je défendrai ici l’hypothèse selon laquelle la grammaticalisation et la lexicalisation sont deux processus de changement linguistique parallèles qui peuvent se relayer à un moment donné de l’évolution. Autrement dit, une forme grammaticalisée peut ensuite être introduite dans le processus de lexicalisation et inversement, une forme lexicalisée peut ensuite être introduite dans le processus de grammaticalisation. En admettant, suivant Brinton et Traugott (2005), que les deux processus sont graduels et unidirectionnels, je montrerai par ailleurs que le passage d’un processus à l’autre ne viole pas ces deux principes. Je défendrai également l’idée que le sens lexical d’origine persiste, et ce aussi bien dans le cas de grammaticalisation que dans celui de lexicalisation. Je prendrai pour exemple le cas du verbe ci-ta en coréen, qui me permettra d’argumenter l’hypothèse défendue. Les données du coréen sont essentiellement celles du coréen contemporain, faute d’études diachroniques disponibles sur la question. Néanmoins, elles s’avèrent assez significatives pour formuler une hypothèse concernant l’interaction des deux processus de changement linguistique.

1. Grammaticalisation et lexicalisation

10Le verbe coréen ci-ta illustre à la fois un cas de grammaticalisation et un cas de lexicalisation. Comme nous le verrons, il est utilisé aussi bien comme verbe lexical que comme auxiliaire et comme verbe support. L’emploi comme auxiliaire peut être considéré comme un cas de grammaticalisation et l’emploi comme verbe support comme un cas de lexicalisation.

1. 1. Emploi comme verbe lexical

  • 4  Le changement phonologique de /t/ en /c/ devant la voyelle /i/ est dû à la palatalisation, fréquem (...)

11Employé comme verbe lexical, le verbe ci-ta peut avoir plusieurs sens : il peut signifier en coréen contemporain ‘tomber, disparaître, apparaître, arriver, endosser, perdre à un jeu’. Le verbe ti-ta, ancienne forme de ci-ta4utilisée en ancien et moyen coréen, pouvait signifier aussi, d’après Rhee (1996 : 179-180), ‘finir (de parler)’, ‘baisser (en parlant du prix)’ ‘prendre (du poids)’.

  • 5  Le dictionnaire New Age Korean Dictionnary distingue trois entrées pour le verbe ci-ta : une entré (...)

12Pour Rhee (1996 : 180), les différents sens lexicaux du verbe ci-ta dériveraient métaphoriquement du sens central de ‘descendre’ ou ‘tomber’, et ce dernier impliquerait ‘something happened’ ‘by unknown agent’ (1996 : 186). Or, justifier la dérivation des sens ‘perdre à un jeu’, ‘endosser’ ou ‘prendre (du poids)’ à partir du sens de ‘tomber’ ne semble pas une tâche facile. Rhee laisse entendre d’ailleurs (1996 : 180, note 26) qu’on ne peut pas écarter complètement l’hypothèse de l’homonymie5. Sans entrer dans la discussion sur la polysémie et l’homonymie, ce qu’on peut néanmoins admettre sans difficulté est que le verbe ci-ta, lorsqu’il est employé comme verbe lexical, exprime un changement d’état, et ce, dans ses différentes acceptions. Et comme nous le verrons, c’est cette valeur sémantique qui persiste dans sa forme grammaticalisée et dans sa forme lexicalisée.

  • 6  La distribution de ces deux allomorphes est fonction de la voyelle précédente du radical verbal : (...)

13Dans le processus de sérialisation, un verbe lexical peut être précédé d’un autre verbe lexical, et le coréen dispose de deux types de construction de verbes sériels selon qu’il s’agit de la représentation d’un seul événement ou de deux événements ou plus. Dans le premier cas, le radical du premier composant verbal est suivi du suffixe conjonctif (indiquant la forme verbale non finie) -a/6, et dans le deuxième cas, il est suivi du suffixe conjonctif -ko :

(1) naushiph-i (norah-ke) multil-ə (sori-əpsi) ci-kois’-ta

 feuille-S jaune-SAdv teinter-SC bruit-sans tomber-Prog-ST(Décl)

 « Les feuilles (jaunies) tombent (sans bruit). »

(2) kinin sihape-e ci-ko (səul-esə) saraci-əs’ta

 lui-Th jeu-Loc perdre-SC Séoul-Abl Disparaître-Pft-ST(Décl)

 « Il a disparu (de Séoul), après avoir perdu au jeu. »

14Dans (1), le premier composant verbal (multil-ta ‘teinter’), suivi du suffixe conjonctif , exprime la propriété des feuilles lorsqu’elles tombent, alors que dans (2), le premier composant verbal (ci-ta ‘perdre’), suivi du suffixe conjonctif -ko, exprime un événement qui précède celui représenté par le second composant verbal. Notons que dans une série verbale, chaque composant peut être accompagné de son propre complément ou modifieur : dans (1), la forme adverbiale norahke (‘jaune’) modifie le verbe multil-ə (teinter-SC), et sori-əpsi (‘sans bruit’) modifie le verbe ci-kois’-ta (tomber-Prog-ST) ; dans (2), le locatif sihap-e (jeu-Loc) est un complément du verbe ci-ko (perdre-SC), et səul-esə (Séoul-Abl) est un complément du verbe saraci-əs’-ta (disparaître-Pft-ST).

1. 2. Emploi comme verbe support et lexicalisation du verbe ci-ta

15Le verbe ci-ta peut être employé comme un verbe support, formant avec un nom une unité prédicative. En voici quelques exemples :

(3) sum.cita ‘mourir’ < sum ‘souffle’ + ci-ta

məs.cita ‘être charmant’ < məs ‘charme’ + ci-ta

kirim.cita ‘être gras’ < kirim ‘huile’ + ci-ta

16La formation d’une unité prédicative par la combinaison d’un nom et d’un verbe support est un procédé très productif en coréen. Les verbes supports les plus productifs en coréen contemporain sont ha-ta (‘faire’), i-ta (‘être’) et is’-ta (‘avoir’). Les emprunts sont régulièrement verbalisés à l’aide de ces verbes : simathi-hata (< smart + ha-ta ‘être charmant’), thop-ita (top + ita ‘être meilleur’), picən-is’ta (< vision + is’ta ‘être prometteur’). L’emploi du verbe ci-ta comme verbe support n’est pas productif en coréen contemporain. Les exemples cités plus haut illustrent donc un cas de lexicalisation. Notons que les unités prédicatives formées à l’aide du verbe ci-ta sont toutes intransitives et expriment un changement d’état. Quant au nom avec lequel se combine le verbe ci-ta, il reste transparent d’un point de vue sémantique. On peut donc considérer que le changement d’état exprimé par les unités prédicatives comportant ci-ta est représenté par ce dernier. Le sens lexical du verbe ci-ta persiste ainsi dans la forme lexicalisée, et le phénomène appelé persistance mis en avant par Hopper (1991) pour la grammaticalisation s’observe dans la lexicalisation.

17Compte tenu de la non-productivité du verbe ci-ta comme verbe support ainsi que de la transparence sémantique du nom avec lequel se combine ce dernier, on peut supposer que le verbe ci-ta employé comme verbe support est semi-lexicalisé et est parvenu au stade L2 dans la lexicalisation.

1. 3. Emploi comme auxiliaire et grammaticalisation du verbe ci-ta

18Le verbe ci-ta peut également être employé comme auxiliaire. En coréen, un auxiliaire se caractérise par ses propriétés morphosyntaxiques. Présenté sous une forme finie (portant des marques grammaticales telles que morphèmes aspecto-temporels, modaux et suffixe terminal), il doit être précédé d’un autre verbe qui se présente, lui, sous une forme non finie (formée du radical verbal et du suffixe conjonctif a/ə). De ce point de vue, la construction [Va/ə + Aux] n’est pas différente de la construction de séries verbales, illustrée plus haut dans les exemples (1) et (2). Elle se différencie pourtant de celle-ci par la perte d’autonomie syntaxique, dans la mesure où elle ne peut être accompagnée ni de son propre complément ni d’un modifieur :

(4a) cəpsi-ka k’ɛ-ə ci-əs’-ta 1

  assiette-S casser-SC Aux-Pft-ST(Décl)

  « L’assiette est cassée. »

(4b) *cəpsi-ka k’ɛ-ə cal ci-əs’-ta

  assiette-S casser-SC bien Aux-Pft-ST(Décl)

(5a) kil-i nəlpə ci-əs’-ta

  route-S large-SC Aux-Pft-ST (Décl)

  « La route est élargie. »

(5b) *kil-i nəlpə pəls’ə ci-əs’-ta

  route-S large-SC déjà Aux-Pft-ST(Décl)

19Employé comme auxiliaire, le verbe ci-ta perd ainsi sa structure argumentale et s’intègre dans la représentation du procès exprimée par le verbe recteur qu’il accompagne.

20Ce qu’il faut noter aussi est que dans l’exemple (4a), le verbe recteur k’ɛ-ta (‘casser’) est un verbe transitif, et combiné avec l’auxiliaire ci-ta, il ne peut être employé que dans une construction intransitive. La plupart des linguistes et grammairiens coréens considèrent alors l’auxiliaire ci-ta comme auxiliaire passif dans ce cas. En revanche, dans l’exemple (5a), le verbe recteur nəlp-ta (‘être large’) est intransitif et descriptif ; lorsque l’auxiliaire ci-ta se combine avec ce type de verbe, Lee (1989) considère qu’il joue le rôle de formateur d’un verbe processif et Lee (2003) lui attribue un effet inchoatif. Notons aussi que pour Seo (2006 : 637-639), il fonctionne comme auxiliaire aspectuel inchoatif aussi bien quand il est combiné avec un verbe transitif que quand il est combiné avec un verbe intransitif.

21Or l’analyse de l’auxiliaire ci-ta comme auxiliaire passif ou comme auxiliaire inchoatif ne va pas sans poser problème. En coréen, il existe un suffixe passif, qui opère la réduction d’un actant d’un verbe transitif dans sa valence. Un verbe transitif peut se combiner à la fois avec un suffixe passif et avec l’auxiliaire ci-ta. Le verbe jəl-ta (‘ouvrir’), par exemple, est un verbe transitif (6a) et il peut se combiner avec le suffixe passif -li (6b), avec l’auxiliaire ci-ta (6c) et avec les deux en même temps (6d) :

(6a) na-nin mun-il jəl-əs’-ta

  moi-Th porte-Acc ouvrir-Pft-ST(Décl)

« J’ai ouvert la porte. »

(6b) mun-i cal jəl-li-n-ta

  porte-S bien ouvrir-SPassif-Inacc-ST(Décl)

  « La porte s’ouvre bien. »

(6c) mun-i cal jəl-ə ci-n-ta

  porte-S bien ouvrir-SC Aux-Inacc-ST(Décl)

  « La porte s’ouvre bien. »

(6d) mun-i cal jəl-li-ə ci-n-ta

  porte-S bien ouvrir-SPassif-SC Aux-Inacc-ST(Décl)

  « La porte s’ouvre bien. »

22La question qui se pose alors est de savoir quelle est la différence entre (6b), (6c) et (6d). Dans (6c) et (6d), l’auxiliaire ci-ta a-t-il le même rôle que le suffixe passif, à savoir la réduction d’un actant ? Dans (6d), la diathèse récessive est-elle marquée à la fois par le suffixe passif et par l’auxiliaire ci-ta ?

23Concernant l’aspect inchoatif de l’auxiliaire, défendu par Seo (2006), on peut constater également que l’auxiliaire ci-ta peut se combiner avec l’auxiliaire inchoatif sicak-ha-ta (‘commencer’) :

(7) pɛ-ka koph-a ci-ki sicakha-n-ta

  ventre-S avoir faim-SC Aux-SNom commencer-ST(Décl)

  « Je commence à avoir faim. »

  Litt. : « Mon ventre commence à être en état affamé. »

24On peut se demander là encore si l’aspect inchoatif est exprimé deux fois par deux auxiliaires.

25En revanche, ce qui est accepté généralement est que le verbe ci-ta, dans son emploi d’auxiliaire, exprime un changement d’état. Il semble s’agir pourtant d’un changement d’état particulier. Selon Forest (1988 : 150-151), si on dit Il a cassé la branche, ou La branche a été cassée par le voleur qui s’enfuyait, ou La branche s’est cassée, on vise le changement d’état en tant que tel ; si on dit La branche a cassé, on met en scène un changement conforme à une virtualité inscrite dans l’entité considérée. L’auxiliaire ci-ta semble en effet exprimer un changement conforme à une « programmation ». Dans les exemples (6c) et (6d), le rôle de l’auxiliaire ci-ta est d’exprimer un changement d’état normalement inscrit dans un programme (on a fait quelque chose, ou il s’est passé quelque chose pour que la porte s’ouvre mieux). Il peut ainsi se combiner aussi bien avec le suffixe passif qu’avec l’auxiliaire inchoatif, sans qu’il y ait redondance.

26Lorsque la diathèse récessive implique nécessairement un changement d’état conforme à une virtualité inscrite dans l’entité considérée, on a recours seulement à l’auxiliaire ci-ta. En effet, le verbe k’ɛ-ta (‘casser’), cité dans l’exemple (4a), ne se combine pas avec un suffixe passif. Or, une assiette a pour propriété potentielle d’être cassée. De ce fait, dans la construction intransitive du verbe k’ɛ-ta (‘casser’) apparaît seulement l’auxiliaire ci-ta, et non le suffixe passif. L’effet passif de l’auxiliaire ci-ta, dont parlent la plupart des linguistes et grammairiens coréens, lorsque cet auxiliaire figure dans la construction intransitive d’un verbe transitif, me semble donc être secondaire ; le rôle fondamental de l’auxiliaire en question est de mettre en avant un changement d’état conforme à un programme mis en œuvre. L’auxiliarisation du verbe ci-ta montre clairement la grammaticalisation. En effet, le passage de l’emploi comme verbe recteur à l’emploi comme auxiliaire est un cas de décatégorisation, constituant un des facteurs de la grammaticalisation. Le verbe ci-ta (ti-ta, ancienne forme) est déjà employé comme auxiliaire en moyen coréen (XVème-XVIèmesiècles), comme le montrent les exemples suivants cités dans Rhee (1996 : 186) :

(8) stah-i ta cintonghay-a pcayy-e ti-kenul

  terre-S tout trembler-SC déchirer-SC Aux-SCaus

  « Comme la terre tremble et se déchire » (Wonkakkyeng 1465).

(9) syely-e tuwithy-e ti-key ha-ko

triste-SC retourner-SC Aux-Prosp-SC

  « Fais en sorte que (son corps) soit retourné par la tristesse » (Welineskpo 1459).

27Or, dans l’exemple suivant, cité par l’auteur avec les exemples précédents pour illustrer l’emploi de notre verbe comme auxiliaire, son statut n’est pas tout à fait sûr. En effet, le verbe ti- peut signifier ‘tomber’ et le verbe qui précède peut seulement indiquer l’orientation du mouvement. Les deux verbes peuvent donc former une construction de séries verbales, tout en gardant une relative autonomie l’un par rapport à l’autre :

(10) sal hy-e noh-a pso-ni mal-key naly-e ti-ni

  flèche tirer-SC lâcher-SC viser-SCau cheval-Abl descendreSC ?-SCaus

  « Comme (le voleur) tire (sur l’homme), il tombe du cheval » (Nokeltay 1517 text).

28Il en va de même pour l’exemple suivant de l’ancien coréen (av. le XVèmesiècle), cité par Rhee (1996 : 182) pour illustrer l’emploi de notre verbe comme auxiliaire. Dans cet exemple aussi, le verbe ti- peut signifier ‘tomber’ formant avec le verbe qui précède une construction de séries verbales. Ainsi à la place de la traduction « Comme le pin ne flétrit pas » donnée par l’auteur, on peut proposer « Comme (les feuilles de) pin ne flétrissent pas et ne tombent pas » :

(11) cas-i kazal antal iwul-i ti-may

pin-S automne Nég flétrir-SC ?-SCaus

« Comme le pin ne flétrit pas » (Wonka 737 in 13 c. record) ou « Comme (les feuilles de) pin ne flétrissent pas et ne tombent pas. »

29Si mon interprétation est juste pour les exemples (10) et (11), les exemples (8) à (10) montrent qu’en moyen coréen, on observe à la fois le premier stade de la grammaticalisation (G1) du verbe ci-ta (ex. 10) et le stade G2 où sa grammaticalisation est plus avancée (ex. 89). Ceci reflète le phénomène appelé par Hopper (1991) layering, qui concerne la coexistence d’une forme moins grammaticalisée avec une forme plus grammaticalisée durant un certain laps de temps. Étant donné le peu de données dont je dispose, l’hypothèse formulée ici n’est évidemment qu’une spéculation.

30Ce qui est aussi remarquable, dans tous les exemples de l’ancien et du moyen coréen cités plus haut, est que le procès auquel participe le verbe ci-ta décrit un changement d’état naturellement survenu : dans (8), la terre se déchire à la suite d’un tremblement de terre ; dans (9), le corps est retourné à cause de la tristesse ; dans (10), l’homme est tombé parce que le voleur a tiré sur lui ; et dans (11), les feuilles de pin ne tombent pas parce qu’elles ne peuvent pas être flétries. Ceci correspond au sens fondamental de l’auxiliaire que j’ai proposé plus haut en examinant les données du coréen contemporain : l’auxiliaire ci-ta exprime un changement d’état conforme à un programme mis en œuvre. Le sens lexical persiste ainsi dans la forme grammaticalisée.

2. De la grammaticalisation à la lexicalisation

31Il existe en coréen des verbes complexes dans lesquels on reconnaît la forme de l’auxiliaire ci-ta précédé d’une forme verbale non finie suffixée du conjonctif . Il s’agit, par exemple, des verbes pələci-ta (‘s’ouvrir’, ‘se fendre’) et əpsəci-ta (‘disparaître’) :

(12) changmun-thim-i cəmcəm pələci-n-ta

fenêtre-fente-S de plus en plus s’ouvrir-Inacc-ST(Décl)

  « La fente de la fenêtre s’élargit de plus en plus. »

(13) phjənci-ka əpsəci-əs’-ta

  lettreS disparaître-Pft-ST(Décl)

  « La lettre a disparu. »

32Bien que ces formes soient présentées dans les dictionnaires comme des unités lexicales, leur premier composant peut être analysé comme une forme non finie des verbes pəli-ta (‘ouvrir’, ‘écarter’), əps-ta (‘ne pas avoir’). Il est à noter que dans les exemples (12) et (13), les verbes complexes comportant l’auxiliaire ci-ta sont tous intransitifs, alors que leur premier composant employé comme verbe simple peut être transitif ou intransitif. Dans d’autres cas, l’analyse des formes complexes en deux composants pose problème. C’est le cas par exemple des verbes chəci-ta (‘pendre’, dans le sens de quelque chose qui pend) et saraci-ta (‘disparaître’) :

(14) jəlmɛ-ga manhi jyəljə-sə kaci-ga chuk chəci-ə-is’-ta

  fruit-S beaucoup porter-SC branche-S sans force pendre-SC-être-ST

  « Les branches pendent sous le poids des fruits. »

(15) cənjək-e hɛ-nin ciphjəŋsən-iro saraci-n-ta

  soir-Loc soleil-Th horizon-Dir disparaître-Inacc-ST

  « Le soir, le soleil disparaît à l’horizon. »

33Dans ces verbes, les premiers composants chə et sara peuvent être rapprochés, à la limite, des verbes simples chi-ta (‘tendre (un rideau par exemple)’) et sari-ta (‘brûler’), si l’on admet que le verbe complexe chə-ci-ta (‘pendre’) partage avec le verbe simple chi-ta (‘tendre’) un sens commun qui pourrait être ‘déployer dans sa longueur’ et que le verbe complexe sara-ci-ta (‘disparaître’) est lié sémantiquement au verbe simple sari-ta (‘brûler’), étant donné que quand on brûle quelque chose, on le fait disparaître. Ceci étant dit, les locuteurs coréanophones ne reconnaissent pratiquement plus le sens du premier composant verbal de ces verbes complexes, qui sont perçus comme des unités lexicales simples. La forme ci-ta est donc considérée comme faisant partie de ces unités lexicales et non comme un auxiliaire. Notons que dans ces cas aussi, les formes verbales complexes comportant ci-ta sont toutes intransitives, alors que les formes simples sont toutes transitives. La transformation d’un verbe transitif en verbe intransitif à l’aide de l’auxiliaire ci-ta n’est cependant pas productive.

34Les données précédentes illustrent un cas de lexicalisation de l’auxiliaire ci-ta, au stade L2, compte tenu du sens plus ou moins transparent du premier composant et de la non productivité de ci-ta pour le changement de la sous-catégorie verbale.

35Dans les verbes complexes cités dans (12) et (13) ainsi que dans (14) et (15), la forme ci-ta ne commute avec aucune autre forme. Or, dans d’autres verbes complexes comportant ci-ta, ce dernier peut commuter avec t’iri-ta qui apporte un sens agentif au verbe et qui s’emploie comme un verbe transitif. En voici quelques exemples :

(16)

  • 7  Bien que traduite par l’auxiliaire factitif faire en français, la forme –t’iri-ta n’est pas utilis (...)

Intransitif

Transitif

V. simple

thə-ci-ta

‘éclater’

thə-t’iri-ta

‘faire éclater’7

thi-ta

‘percer’

nilə-ci-ta

‘pendre’

nilə-t’iri-ta

‘faire pendre’

nil-ta ou n’əl-ta

‘augmenter’ ou

‘étendre (du linge)’

nəmə-ci-ta

‘tomber (par terre)’

nəmə-t’iri-ta

‘faire tomber (par terre)’

#nəm-ta

‘franchir, passer’

sirə-ci-ta ‘tomber (et s’étendre par terre)’

s’irə-t’iri-ta

‘faire tomber (et s’étendre par terre)’

#s’il-ta

‘balayer’

p’a-ci-ta

‘tomber (dans un trou)’

p’a-t’iri-ta

‘faire tomber (dans un trou)’

*p’a-ta

munə-ci-ta

‘s’effondrer’

munə-t’iri-ta

‘faire tomber’

*mun-ta

  • 8  Le rapport sémantique entre nila-cita (‘pendre’) et nil-ta (‘augmenter’) m’a été suggéré par un de (...)
  • 9  La manière est encodée en coréen par le premier composant verbal dans une construction de verbes s (...)

36Dans ces verbes, si les verbes complexes thə-ci-ta (‘éclater’), nilə-ci-ta (‘pendre’) peuvent être mis en rapport sémantique avec les verbes simples thi-ta (‘percer’), nil-ta (‘augmenter’)8ou nəl-ta (‘étendre (du linge)’), les autres verbes ne semblent pas (ou plus) être en rapport avec un verbe simple. Le verbe simple nəm-ta signifie ‘franchir, passer’ et n’a plus de rapport sémantique avec le verbe complexe nəmə-ci-ta (‘tomber’). Il en va de même pour s’il-ta (‘balayer’) qui n’a plus de rapport sémantique avec s’irə-ci-ta (‘tomber par terre’). De plus, face aux verbes complexes p’a-ci-ta (‘tomber dans un trou’), munə-ci-ta (‘s’effondrer’), on n’a ni *p’a-ta ni *mun-ta. Le premier composant de ces verbes complexes n’a donc plus aucune signification et ne peut être employé que suivi de ci-ta ou t’iri-ta. Il exprime néanmoins la manière du procès, encodée dans la forme verbale9. Quant aux formes ci-ta et t’iri-ta, elles sont employées comme formateurs d’un verbe intransitif ou transitif. La forme ci-ta, employée uniquement dans une construction intransitive, s’est ainsi spécifiée de plus en plus dans le rôle de sous-catégorisateur, se trouvant dans le même paradigme que le sous-catégorisateur transitif t’iri-ta. Cependant, la possibilité de former une nouvelle unité à l’aide de ci-ta ou t’iri-ta n’est pas de mise, du moins en coréen contemporain. On a donc affaire ici à un cas de lexicalisation très avancé (L3), compte tenu de l’opacité sémantique du premier composant et de la non productivité du verbe ci-ta comme formateur de verbes intransitifs. Notons également que l’orthographe actuelle reflète la resyllabation de certains mots dont la structure interne est devenue inanalysable. C’est le cas par exemple de s’i.rə-cita (‘tomber’) (< s’il-ta ‘balayer’ + cita), de pu.sə-cita ‘être cassé’ (< pus.(u) -ta ‘casser’ + cita) et de pa.ra-cita ‘être trapu’ (< pal.i-ta ‘élargir’ + cita).

37D’un point de vue sémantique, tous ces verbes complexes comportant ci-ta ont un sémantisme particulier que Forest (1988 : 152) appelle entéléchique, terme emprunté à Aristote « qui parle d’entéléchie pour désigner la réalisation de ce qui est en puissance dans quelque chose, et qui distingue ce concept de celui de mouvement ou de changement, envisagé pour lui-même et indépendamment des potentialités d’un être ». Ils mettent en œuvre dans la description la conformité du changement à une virtualité inscrite dans la nature d’une entité. Par conséquent, ils nécessitent dans leur valence un seul actant, qui représente cette entité ; ils sont donc tous intransitifs. Le sens maintenu dans l’emploi du verbe ci-ta comme auxiliaire, à savoir le changement d’état conforme à un processus déjà programmé, persiste ainsi dans le cas de ci-ta maximalement lexicalisé. Ce qui est intéressant à noter dans le passage de la grammaticalisation à la lexicalisation est que l’auxiliaire ci-ta, forme grammaticalisée en G2, passe au stade L2 ou L3 et non au stade L1. Ceci peut plaider en faveur de l’hypothèse de l’unidirectionnalité aussi bien pour la grammaticalisation que pour la lexicalisation.

3. De la lexicalisation à la grammaticalisation

38Un dernier emploi du verbe ci-ta intéressant à mentionner est celui des formes lexicalisées p’aci-ta (‘tomber (dans un trou)’) et cap’aci-ta (‘tomber (par terre)’) comme auxiliaires. Les deux verbes en question comportent le verbe ci-ta, et les premiers composants p’a- et cap’a, peuvent être rapprochés du verbe p’ɛ-ta (‘faire sortir (quelque chose d’un trou)’), supposé être la forme contractée de p’a-i-ta (‘mettre (quelque chose dans un trou)’-SPassif-ST). Concernant la forme ca- qui figure dans cap’a, Rhee (1996 : 195) considère qu’il s’agit du verbe cjəc-ta (‘tourner en arrière’). Cependant, le sens du premier composant dans les deux verbes en question n’est pas transparent actuellement. Il s’agit donc de formes maximalement lexicalisées (L3).

39Les deux verbes en question peuvent être employés comme auxiliaires comme le mentionne Rhee (1996 : 192, 196), qui illustre ce cas à travers les exemples suivants :

(17) ki cha-nin nalk-a p’aci-əs’ta

  ce voiture-Th être usé-SC Aux-Pft-ST(Décl)

  « Cette voiture est complètement usée. »

(18) us-ki-ko cap’aci-əs’-nɛ

rire-SNom-SC Aux-Pft-ST(Décl)

« Ne me fais pas rire. »

Litt. : « Tu es en train de me faire rire. »

40Dans (17), le verbe p’aci-ta exprime l’état extrême du procès représenté par le verbe qui le précède et en même temps un effet dépréciatif. Dans (18), le verbe cap’aci-ta est employé à la place de l’auxiliaire anc-ta (employé comme verbe plein, ce verbe signifie ‘s’asseoir’) qui exprime l’aspect progressif. Notons que l’auxiliaire aspectuel anc-ta a une valeur axiologique dénotant un effet dépréciatif et que c’est la forme -kois’-ta qui est employée normalement pour exprimer l’aspect progressif en coréen. Le verbe cap’aci-ta employé comme auxiliaire aspectuel progressif dénote un effet encore plus dépréciatif que le verbe anc-ta. Les verbes p’aci-ta et cap’aci-ta représentent donc tous deux une évaluation du locuteur, et par conséquent une subjectivité. La « subjectification » constitue, pour Traugott (1995), un des facteurs importants de la grammaticalisation. Concernant l’unidirectionnalité, une forme employée pour exprimer une subjectivité se développe à partir d’une forme dénotant moins de subjectivité. On pourrait alors supposer que les deux verbes coréens en question ici en sont au stade maximal de la grammaticalisation (G3), alors que leur emploi comme verbes pleins est au stade maximal de la lexicalisation (L3). Ce sont donc les formes de L3 qui sont passées en G3. L’hypothèse de l’unidirectionnalité lors du passage de la lexicalisation à la grammaticalisation est ainsi sauvegardée.

Conclusion

41Les auxiliaires coréens ont attiré, depuis quelques années, l’attention de certains linguistes qui s’intéressent à la grammaticalisation (cf.entre autres Rhee 1996, Lee 2003). En revanche, la lexicalisation des auxiliaires reste, à ma connaissance, un domaine assez peu exploité. L’hypothèse avancée dans la présente étude est que la grammaticalisation et la lexicalisation ne sont pas nécessairement des phénomènes opposés mais au contraire complémentaires. Les deux processus de changement linguistique sont graduels et unidirectionnels. Le passage de la grammaticalisation à la lexicalisation et le passage inverse sont possibles, sans pour autant violer le principe de l’unidirectionnalité. L’analyse du verbe coréen ci-ta plaide en effet en faveur de cette hypothèse. Il semble que l’évolution progressive d’un lexème verbal vers un auxiliaire puis vers le composant d’un lexème verbal et finalement vers un auxiliaire permettant d’exprimer la subjectivité du locuteur soit possible dans des langues à série verbale comme le coréen. Il est montré également que le phénomène de persistance est un paramètre pertinent pour la lexicalisation, comme pour la grammaticalisation.

Haut de page

Bibliographie

Brinton L. J. & Traugott E. C. 2005, Lexicalization and Language Change, Cambridge, Cambrige University Press.

Choi-Jonin I. & Sarda L. à paraître, « The expression of Semantic Components and the Nature of Ground Entity in orientation motion verbs : a CrossLinguistic Account based on French and Korean », in Aurnague M., Hickmann N., Vieu L.  (éd.), The Categorization of Spatial Entities in Language and Cognition, Human Cognitive Processing, John Benjamins.

DeLancey S. 1991, « The origins of verb serialization in modern Tibetan », Studies in Language, 15/1, p. 1-23.

De Mulder W. 2001, « La linguistique diachronique, les études sur la grammaticalisation et la sémantique du prototype : présentation », Langue française, 130, p. 8-32.

Forest R. 1988, « Sémantisme entéléchique et affinité descriptive : pour une réanalyse des verbes symétriques ou neutres du français », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 83, p. 137-162.

Givón T. 1971, « Historical syntax and synchronic morphology : An archaeologist’s field trip », in Papers from the Seventh Regional Meeting, Chicago Linguistic Society, Chicago, Chicago Linguistic Society, p. 394-415.

Heine B. 1993, Auxiliaries. Cognitive Forces and Grammaticalization, New York & Oxford, Oxford University Press.

Heine B. & Traugott E. C.  (éd.) 1991, Approaches to Grammaticalization, Amsterdam, John Benjamins.

Hopper P. J. 1991, « On some principles of grammaticization », in Traugott E. C. & Heine B.  (éd.), Approaches of Grammaticalization, Amsterdam, Benjamins, vol. 1, p. 17-35.

Hopper P. J. & Traugott E. C. 1993, Grammaticalization, Cambridge, Cambridge University Press.

Lee H. Y. 2003, L’auxiliation aspectuelle en coréen et en français, Thèse de doctorat, Université Paris IV-Sorbonne.

Lee H. B., Hansol 1989, Korean Grammar, Oxford, Oxford University Press.

Lehmann Ch. [1982] 1995, Thoughts on Grammaticalization, LINCOM Studies in Theoretical Linguistics, 1, München & Newcastle, LINCOM Europa.

Lightfoot D. 2005, « Can the lexicalization/grammaticalization distinction be reconciled ? » Studies in Language, 29/3, p. 583-615.

Meillet A. [1912] 1982, « L’évolution des formes grammaticales », in Linguistique historique et linguistique générale, Genève-Paris, Slatkine-Champion, p. 130-147.

Ramat P. 1992, « Thoughts on degrammaticalization », Linguistics, 30, p. 540-560.

Rhee S. 1996, Semantics of Verbs and Grammaticalization. The development in Korean from a Cross-Linguistic Perspective, Ph. D. dissertation, The University of Texas at Austin, Seoul, Hankuk Publisher.

Seo J. S. [1994] 2006, kukə munpəp (« Korean Grammar »), Séoul, Hansepon.

Traugott E. C. 1993, « Subjectification in grammaticalization », in Stein D. & Wright S.  (éd.), Subjectivity and Subjectivisation. Linguistic perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, p. 31-54.

Haut de page

Annexe

Liste d’abréviations

Abl

Ablatif

Prog

Progressif

Acc

Accusatif

Prosp

Prospectif

Adv

Adverbialisant

S

Sujet

Aux

Auxiliaire

SAgent

Suffixe agentif

Comp

Comparatif

SAdv

Suffixe adverbialisant

Décl

Déclaratif

SC

Suffixe conjonctif

Dir

Directionnel

SCaus

Suffixe causatif

G

Génitif

SDR

Suffixe du discours rapporté

Inacc

Inaccompli

SNom

Suffixe nominalisant

Loc

Locatif

SPassif

Suffixe passif

Pft

Parfait

ST

Suffixe terminal

Pl

Pluriel

Th

Thème

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier Michelle Lecolle et Sarah Leroy qui, par leur relecture attentive, m’ont permis d’améliorer la première version de cet article. Je remercie également les deux relecteurs anonymes pour leurs remarques. Il va sans dire que les erreurs qui peuvent rester ne sont dues qu’à moi.

2  Voir Brinton & Traugott (2005) pour une synthèse de la théorie de grammaticalisation et pour la conception de la lexicalisation dans le cadre de celle-ci. Voir également, pour l’historique de la grammaticalisation, De Mulder (2001).

3  Rappelons que cette phrase est formulée à l’instar de « today’s morphology is yesterday’s syntax » de Givón (1971 : 413).

4  Le changement phonologique de /t/ en /c/ devant la voyelle /i/ est dû à la palatalisation, fréquemment observée en coréen contemporain. Rhee (1996 : 179) note que le dictionnaire de l’ancien et du moyen coréen Wulimal Khunsacen comporte les deux formes verbales ti-ta et ci-ta, ce qui montre que la palatalisation n’était pas complètement achevée avant le XVIIèmesiècle. Ceci dit, comme me l’a fait remarquer un des relecteurs, les dialectes du nord-est n’ont pas subi ce changement.

5  Le dictionnaire New Age Korean Dictionnary distingue trois entrées pour le verbe ci-ta : une entrée pour le sens de ‘endosser’ et une autre pour le sens de ‘perdre (à un jeu) ’, en plus de l’entrée qui regroupe les sens de ‘tomber’, ‘disparaître’, ‘apparaître’ et ‘arriver’.

6  La distribution de ces deux allomorphes est fonction de la voyelle précédente du radical verbal : -a, après la voyelle a ou o, et -ə, après la voyelle ə, u, i ou i.

7  Bien que traduite par l’auxiliaire factitif faire en français, la forme –t’iri-ta n’est pas utilisée comme un auxiliaire factitif, étant donné qu’elle fait partie du lexème verbal et qu’elle n’est pas précédée d’un verbe recteur. En coréen, l’auxiliaire factitif est représenté par le verbe ha-ta (‘faire’), qui doit être précédé d’un verbe recteur représenté sous forme adverbiale marquée par le suffixe -ke : thə-t’iri-ke ha-ta (‘faire faire éclater’).

8  Le rapport sémantique entre nila-cita (‘pendre’) et nil-ta (‘augmenter’) m’a été suggéré par un des relecteurs.

9  La manière est encodée en coréen par le premier composant verbal dans une construction de verbes sériels : dans ki-ə til-ə o-ta (ramperSC/ entrerSC/ venirST, ‘entrer à quatre pattes’), le premier composant verbal ki-ə exprime la manière, le second til-ə, la direction (ou path) et le dernier o-ta, le mouvement. L’ordre de ces composants sémantiques est fixe (Rhee 1996 ; Choi-Jonin & Sarda à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Choi-Jonin, I. (2007). À propos de la relation entre la grammaticalisation et la lexicalisation : le cas du verbe cita en coréen. Cahiers de praxématique 46. Montpellier : Pulm. 141-160

Référence électronique

Injoo Choï-Jonin, « À propos de la relation entre la grammaticalisation et la lexicalisation : le cas du verbe cita en coréen »Cahiers de praxématique [En ligne], 46 | 2006, document 8, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.643

Haut de page

Auteur

Injoo Choï-Jonin

Université de Toulouse-Le Mirail, CLLE-ERSS, UMR 5263
choi@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search