Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46L’objectif de cet article est de…...

L’objectif de cet article est de… Construction spécificationnelle et grammaire phraséologique

“L’objectif de cet article est de”: “specificational” constructions and phraseological grammar
Dominique Legallois et Philippe Grea
p. 161-186

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer que les énoncés spécificationnels du type l’objectif de cet article est de montrer que les énoncés spécificationnels... connaissent divers degrés de figement, et partant, doivent être considérés, à un niveau général, comme des constructions (au sens de la Grammaire de Construction) et comme des unités phraséologiques. Nous nous appuyons, pour l’étude, sur les données extraites d’une année (1995) du journal Libération. Notre conclusion est que les phénomènes de figement portent non seulement sur le lexique, mais aussi sur des unités grammaticales non lexicalement saturées, mais porteuses de signification.

Haut de page

Texte intégral

1Les processus de fixation langagière dans la compétence discursive sont le plus souvent perçus comme des phénomènes inhérents soit aux lexèmes/phrasèmes (lexicalisation), soit aux grammèmes (grammaticalisation). De nombreux travaux tant diachroniques que synchroniques, ont permis d’apprécier ces processus fort hétérogènes, mais centraux dans la vitalité d’une langue. L’objectif est ici de montrer, à la suite d’autres analyses, qu’il est concevable de considérer certaines séquences syntaxiques (supérieures au syntagme) comme des cas d’unités figées, « fixées » dans notre savoir discursif, douées de caractéristiques sémantiques ou pragmatiques spécifiques. Autrement dit, nous pensons qu’il est possible de déceler des unités phraséologiques là où l’on voit généralement une liberté combinatoire prise en charge par des règles de composition syntaxique. L’exemple étudié dans le cadre de cet article est celui des énoncés spécificationnels du type :

(1) N EST QUE P/N, C’EST QUE P : mon propos, c’était qu’on ne m’emmerde pas (20-03-95)  

(2) N EST DE INF/N, C’EST DE INF : la première mesure est de fixer la règle du jeu (23-01-95)

2Sauf mention, toutes les occurrences proviennent du journal Libération (l’intégralité de l’année 1995). C’est donc sur les données de ce corpus que portera notre investigation. Nous traiterons les différentes formes données ci-dessus (avec complément phrastique ou infinitif, avec présence ou non du pronom de reprise ce), comme les réalisations de la forme générale « nue » notée N EST QUE P. /INF. Nous ne prendrons pas en compte pour des raisons de place, les énoncés spécificationnels (fréquents) avec réalisation nominale du complément. Par exemple :

(3) À Tahiti, le problème est la crise sociale (14-09-95).

3La première partie de l’article étudie les caractéristiques syntactico-sémantiques et pragmatiques des énoncés spécificationnels ; la deuxième, en s’appuyant sur la notion de « construction », établit leur statut d’unités phraséologiques. Dans la troisième partie, nous analysons les données issues du corpus. Il s’agit d’examiner les noms employés dans la structure, aussi bien qualitativement que quantitativement, ainsi que d’apprécier les niveaux multiples d’idiomaticité : si la forme nue N EST QUE P. /INF. constitue, à un niveau général, une unité, un tout, elle connaît également des emplois lexicalement figés. De là, nous discutons dans la quatrième partie la capacité de cette forme à accueillir des noms non prédestinés, ainsi que sa complémentarité avec d’autres constructions pour former des énoncés innovants.

1. Caractéristiques syntaxiques, sémantiques et pragmatiques des énoncés spécificationnels

4La forme étudiée ici n’est pas récente, puisque nous en avons une première attestation dans Frantext dès le début du XVIe siècle :

(4) Vous sçavez la perversité de Banquet, qui a faulx couraige. Sa principalle habillité, c’est de tuer gens par oultraige (Nicolas de La Chesnaye, La Condamnation de Banquet, 1508).

  • 1  ES, donc, pour « énoncé spécificationnel », soit la réalisation en discours de la construction spé (...)
  • 2  . Pour une analyse de fond des pseudo-clivées, cf. Roubaud (2000) et Apothéloz (à paraître a et b) (...)

5Nous donnons ici les principales caractéristiques des énoncés spécificationnels (désormais ES1). Ces constructions sont évidemment à rapprocher des constructions pseudo-clivées2avec lesquelles elles partagent bien des propriétés. Si l’on considère l’exemple :

(5) Le piquant de l’affaire, c’est que Martine Anzani vient justement d’être nommée à la chambre criminelle de la Cour de cassation… (Libération 11-02-95)

  • 3  Cf. Gaatone (1998).

6dans lequel on observe un adjectif nominalisé3, on peut facilement proposer une structure pseudo-clivée correspondante :

(5’) Ce qui est piquant dans l’affaire, c’est que…

7Nous considérons, sans parler de dérivation, que la structure spécificationnelle court-circuite la pseudo-clivée, la simplifie dans une sorte d’économie communicationnelle, grâce à une grammaticalisation qui ne porte pas en tant que telle sur l’emploi nominal de l’adjectif piquant, mais sur la forme « abstraite » N EST QUE P. /INF. Pour les noms les plus employés dans ces énoncés (objectif, problème…), une pseudo-clivée équivalente, si elle est possible, se révèle immédiatement « lourde » :

(6) Ce qui est/constitue notre but → notre but, c’est que…

(6’) Ce qui est problématique pour nous, c’est que → notre problème, c’est que…

8La construction s’inscrit dans une double fonction informationnelle : la topicalisation, accentuée dans la structure avec le pronom de reprise, et la focalisation sur le constituant phrastique ou infinitif, grâce au retardement opéré par le dispositif syntaxique (la réalisation du complément attendu est en quelque sorte suspendue par ce). À cela s’ajoute un rôle de connecteur facilement repérable en contexte : parmi les relations de cohérence, celle de contraste est sans doute la plus saillante. Par exemple :

(7) Groucho invente une certaine mademoiselle Fifi et Carmen revient auditionner, en français, le visage masqué. Elle chante « Je vous aime mon chéri » et fait un triomphe. Le drame, c’est que Steve Hunt décide d’engager à la fois Carmen et mademoiselle Fifi. (Libération, 17-11-1995)

9Le drame, c’est que est ici un connecteur auquel pourrait se substituer — sans avantage — des adverbes comme pourtant, cependant :

(7’) Elle chante « Je vous aime mon chéri » et fait un triomphe. Cependant, Steve Hunt décide d’engager à la fois Carmen et mademoiselle Fifi

  • 4  Cf. Blanche-Benveniste (1992).

10Dans les emplois sans pronom de reprise, le dispositif topicalisation/ focalisation est certes moins marqué, mais est tout de même efficient en raison de la nature cataphorique du SN (et de l’incomplétude sémantico-référentielle du nom, cf. plus bas), en attente d’une identification par le complément. Ce qui est en attente est toujours, en quelque sorte, sujet d’une focalisation. On posera que la construction N EST QUE P. /INF. est composée d’une partie informativement « sous-spécifiée », le SN, et d’une partie spécifiante, le verbe être et le constituant phrastique41. La relation entre les deux mouvements n’est pas attributive au sens strict d’une caractérisation répondant à la question « comment ? » (pour cette raison, la pronominalisation par « le » est impossible) ; plutôt, le SN sous-spécifié et la séquence spécifiante (le complément) sont dans une relation de détermination ; il s’agit bien pour le constituant phrastique, d’apporter un contenu par lequel on identifie ou spécifie quel est le N en question. De ce fait, on trouve légitimité à considérer ces constructions comme en partie motivées par un jeu dialogal implicite, que justifient parfaitement les emplois avec pronom de reprise :

(8) quel est ton objectif ? — c’est de…

  • 5  Cf. Schmid (2000) et Ivanič (1991) pour l’anglais, Legallois (2006) pour le français.

11Ces constructions témoigneraient alors de la constitution interactionnelle sous-jacente de certains énoncés, mais également plus globalement, des textes monologiques eux-mêmes, puisque nombre de constructions spécificationnelles possèdent une fonction manifeste d’organisateur textuel5, fondée sur une dimension dialogale implicite : on les repère souvent à un point nodal du texte. Cette dimension n’est pas incompatible avec une autre fonction, interprétative et toujours interactionnelle : le nom sous-spécifié indique par anticipation comment interpréter, comprendre ou catégoriser le complément. Par exemple :

(9) L’hiver dernier, le gaz produisait à Sarajevo 500 mégawatts d’énergie par heure. Soit la quasi-totalité de l’énergie du chauffage. Sans gaz, Sarajevo gèlera en décembre. La vérité est que le gaz de Sarajevo est fourni par la Russie, payé par des fonds de la CEE, transité par la Serbie et la Bosnie serbe (qui se servent au passage). Son retour à Sarajevo est éminemment politique. (07-09-95)

  • 6  Cf. Schmid (2001) pour un examen des présupposés comme « bluffs ».
  • 7  Cf. Kleiber (1987).

12L’alimentation en gaz de Sarajevo par la Russie est donnée d’emblée comme un fait (ou une vérité) incontestable, donc à prendre comme tel dans le raisonnement général portant sur le contexte du rétablissement du gaz dans cette ville. La dimension argumentative de ces constructions (avec, par exemple, la contrainte de présupposés6) est bien sûr manifeste. Au niveau cognitif, les spécificationnelles possèdent un avantage certain sur les pseudo-clivées : leur forme nominale permet une hypostase, une substantialisation, ainsi qu’un étiquetage (comme nous l’avons vu) de la partie (phrastique) spécifiante. L’hypostase, qui procède pour ainsi dire d’une catégorisation ad hoc d’un référent discursif, s’inscrit ainsi en mémoire pour faciliter sa « manipulation » cognitive et discursive, sa confrontation à d’autres hypostases du même type (par exemple, plusieurs objectifs), sa participation à une série, etc. Il s’agit bien de construire l’illusion d’un concept délimité, chosifié, là où le référent n’est qu’un événement ou un fait, et non une « substance ». D’ailleurs, de façon paroxystique, les noms postiches, comme le mot chose7, jouent cette fonction de simple classificateur sans réel concept.

  • 8  Schmid (2000).
  • 9  Pour cette raison, nous préférons le terme d’adjectif nominalisé à celui d’adjectif substantivé.

13Les noms employés dans toutes ces constructions forment une famille, certes dispersée, mais identifiable extensionnellement (voir la partie 2). La caractéristique principale de ces noms est, bien sûr, leur incomplétude informationnelle, ainsi que leur faible consistance figurative (dans le sens sémiotique du terme, mais aussi, d’ailleurs, tropologique) : difficile en effet de concevoir l’image mentale d’un problème, d’une proposition, d’un prétexte, etc. En linguistique anglaise, le terme de shell nouns8a été donné à ces noms « creux », pour lesquels le terme de substantif est à proscrire9. Enfin, les ES font écho à d’autres constructions apparentées dans lesquelles figurent des noms sous-spécifiés :

  • SN consister à INF le but consiste à développer…

  • SN vouloir/exiger/stipuler que P : la logique voudrait que

    • 10  Sur ces constructions, cf. Riegel (1996

    Le N + que P/de INF : le fait que…, l’idée de faire intervenir la police10 (les noms opérateurs)

  • le N selon lequel : (l’hypothèse selon laquelle…)

  • 11  On lira les remarques de Furukawa (2005) sur les relations entre constructions détachées de ce typ (...)

14ou avec des emplois d’anaphores conceptuelles [ce N] (ce résultat), des emplois méta-énonciatifs évaluatifs en construction détachée11(chose étonnante, épineux problème, etc.).

(10) La carrière de la série 120 s’éteint en 1970, après 13 ans et 671 322 exemplaires produits. Chose étonnante, c’est en version deux portes, dite “coach”, que l’Amazon sera la plus appréciée (16-01-95).

15L’avantage communicationnel d’une telle forme est donc évident : elle concentre dans une seule période, un dispositif complexe de mise en saillance, de connexité, de catégorisation d’un référent discursif, en un « concept » ad hoc.

2. Les énoncés spécificationnels comme Constructions

  • 12  Nous avons repéré moins d’une dizaine d’emplois au pluriel sur 2 540 ES ; par exemple Les objectif (...)

16Nous avons jusqu’à présent employé le terme de construction dans son acception la plus générale ; désormais, le terme aura une intension très précise : il désignera l’appariement entre la forme N EST QUE P. /INF. et l’ensemble des effets pragmatiques associés. Autrement dit, nous considérons que la dimension grammaticale et formelle est empreinte d’une signification générale ; il s’agit là d’un phénomène décrit depuis une quinzaine d’années par les grammaires cognitives et de construction. L’implication la plus fondamentale est alors que la construction considérée devient une forme au sens gestaltiste et phénoménologique du mot — entendons une « structure » signifiante — sans que soit posée de distinction préalable entre syntaxe et sémantique. Mais ce qui nous importe ici, c’est le caractère prédonné, préconstruit, de ces formes qu’il est raisonnable d’identifier comme unités phraséologiques (par exemple, la contrainte du singulier est extrêmement forte12— l’article défini, très souvent employé, est cataphorique, en accord avec l’attente de la spécification) ; plutôt qu’à des règles combinatoires, elle doit sa constitution à une instanciation holistique : il s’agit bien d’un bloc, d’une « tournure toute faite », même si lexicalement non saturée. Faute de place pour une présentation de la Grammaire de Construction et de ses orientations (nous renvoyons à Fillmore et al.  (1988), Goldberg (1995, 2006), Lambrecht (2000), ainsi qu’à Legallois & François (2006) pour une discussion et des analyses), nous prendrons un exemple illustratif de la notion de construction. Dans une lecture récente, nous sommes tombés sur l’intrigant énoncé :

  • 13  Nous ferons grâce au lecteur de l’explication du sigle LQR, et ne nous soucierons pas de la répéti (...)

(11) On peut distinguer à l’euphémisme LQR deux fonctions distinctes (É. Hazan, LQR, la propagande au quotidien, 2006 : 28)13.

17Il serait possible de considérer cet énoncé comme une simple idiosyncrasie, mais l’examen de Frantext confirme à deux reprises (au moins) cet emploi :

(12) L’embryologie, l’histologie, l’anatomie et la physiologie permettent de distinguer deux parties à l’hypophyse : une partie antérieure glandulaire et une partie postérieure d’origine nerveuse (Sans mention d’auteur, Encyclopédie médicale Quillet, nouvelle encyclopédie pratique de médecine et d’hygiène, 1965).

(13) La philosophie devra, par exemple, sous peine de tout brouiller, distinguer trois sens au mot démocratie… (J. Maritain, Primauté du spirituel, 1927).

18Le verbe distinguer n’est pas ici dans un emploi ordinaire, sans que l’interprétation globale de l’énoncé ait cependant à en souffrir ; on comprendra 11 approximativement comme :

(11’) On peut attribuer à l’euphémisme LQR deux fonctions distinctes.

  • 14  www. crisco. unicaen. fr/

19D’où vient alors, par exemple, que le performant dictionnaire des synonymes du CRISCO14ne mentionne pas le rapprochement entre attribuer (ou accorder) et distinguer ? Les constructionnistes, que nous suivons, posent que l’interprétation est garantie par la structure syntaxique (la construction) elle-même, indépendamment du lexique ; ainsi :

SN1 + Verbe + SN2 à SN3

  • 15  La forme est polysémique puisqu’elle intègre les verbes de communication.
  • 16  Cf. Willems (1981 : 108) dont l’approche anticipe la conception constructionnelle de la grammaire.

20est une construction de transfert15(ou d’attribution) qui accueille un certain nombre de verbes réguliers (par exemple, parmi des dizaines16 :allouer, attribuer, accorder, donner, confisquer), mais aussi, comme c’est le cas dans notre exemple, d’autres verbes moins prédisposés. L’idée de transfert dans l’exemple est donc supportée par la construction elle-même, et non par le verbe qui garde sa signification propre et apporte sa spécificité.

21L’exemple de la construction de transfert est indiscutablement plus spectaculaire que celui des constructions spécificationnelles (CS) dans la mesure où la structure est plus « abstraite », plus schématique. Ici, SN1 + Verbe + SN2 à SN3 constitue une unité dont la combinaison syntagmatique dit peu de choses : c’est bien le tout, la « phrase » globale qui importe et forme l’unité première. Mais là encore, il faut concevoir que l’unité n’est pas construite par des règles générales, mais est donnée, à l’image d’une unité phraséologique. De ce fait, la construction ne découle pas de la compositionnalité

P → SN ∩ SV

22ni d’une projection du dispositif argumental du verbe (hypothèse lexicaliste) ; plutôt, les arguments sont propres à la construction. L’énoncé spécificationnel, comme toute construction, peut être vu comme un type d’expression idiomatique — une expression idiomatique schématique (Croft & Cruse 2004), non saturée. Paradoxalement, s’il n’y a pas figement au sens d’une saturation lexicale contrainte, on peut concevoir pourtant que la construction est lexicalisée, dans deux acceptions du terme. 1) La séquence grammaticale partage les mêmes propriétés que le lexique : polysémie de certaines unités, extension métaphorique (Goldberg 1995), et productivité à l’image de certaines expressions figées (voir plus bas) ; Goldberg parle parfois (à la suite de Jurafsky 1993) de constructicon pour souligner le lien entre lexicon et construction. 2) Si les constructions partagent les mêmes propriétés que le lexique (appariement forme/ signification), et si on accepte l’idée que le lexique d’un locuteur est mémorisé, on peut faire l’hypothèse qu’à l’image d’un lexème ou d’une expression idiomatique, les constructions sont en quelque sorte stockées en mémoire, et donc convoquées lors de leur énonciation, et non produites on line à partir de règles combinatoires générales.

3. Analyse du corpus

  • 17  Quelques cas n’ont pas pu être pris en compte parce qu’ils échappent à la fenêtre de notre concord (...)

23Nous avons relevé les ES d’une année complète du journal Libération (1995) ; les résultats qui en découlent sont bien sûrs inhérents au corpus et à son genre, mais ils offrent néanmoins une photographie intéressante. Nous avons recensé 2540 ES17, 1492 pour le complément phrastique en DE INF (avec pronom de reprise ou non), 1048 pour la complétive (avec pronom de reprise ou non). Nous donnons, pour les deux types, les dix premiers noms les plus fréquents, noms qui, de ce fait et comme nous le montrerons, jouent un rôle certain dans la productivité de la construction :

ÊTRE DE INF

ÊTRE QUE P

objectif

243

problème

241

but

127

fait

40

problème

73

ennui

35

question

71

important

35

rôle

42

vérité

32

ambition

35

hic

28

essentiel

30

pire

28

priorité

30

essentiel

24

enjeu

24

différence

24

solution

24

chose

22

  • 18  Ces dénominations sont données en majuscules pour les distinguer des simples noms.
  • 19  Nous ne mentionnons pas ici les noms du type « le premier, le second… », qui de par leur nature an (...)

241. Avec ÊTRE DE INF, 239 noms intègrent la construction. Il est intéressant de porter l’analyse au niveau des classes sémantiques nominales dégagées à partir du corpus. Sans pouvoir, à ce stade de nos travaux, garantir la précision du recensement des classes, et sans prétendre être immunisés contre une part d’arbitraire dans leur identification et leur dénomination18, nous donnons, une liste « temporaire » de ces classes, avec les principaux noms qui les composent19.

  • APPORT : apport, contribution

  • AVANTAGE : atout, avantage

  • CHANCE : aubaine, chance

  • CHOIX : alternative, choix, décision, résolution, attitude

  • CONSIGNE : consigne, conseil

  • CONTRAINTE : obligation, contrainte, condition, droit

  • DÉFI : défi, gageure, pari

  • DÉTERMINISME : destin, avenir

  • ENGAGEMENT : philosophie, doctrine, parti pris, position, religion, politique, engagement, orientation, responsabilité, attitude

  • ENJEU : jeu, débat, enjeu, bataille, controverse

  • ERREUR : erreur, fauxpas, faute, étroitesse, tort, crime

  • HONNÊTETÉ : transparence

  • IDÉE : idée, concept

  • INTÉRÊT : intérêt

  • L’IMPORTANT : impératif, important, essentiel, priorité, principal, urgence, tout

  • LE MIEUX : idéal, mieux, moindre mal, sagesse, meilleure chose, pire,  (meilleure) chose à faire, chic, nec plus ultra, top

  • MALHEUR : malédiction, malheur, drame, fin du monde

  • MOTIVATION : stimulant, motivation

  • MOYEN : voie, manière, moyen, façon

  • NORME : constance, pratique habituelle, règle, mode, norme, tradition, règlement, logique

  • NOUVEAUTÉ : innovation, nouveauté, révolution, changement, réforme

  • OBJECTIF : but, objectif, objet, ambition, intention, dessein, perspective, optique, finalité, recherche, désir, souhait, vœu, rêve, volonté

  • PARADOXE : paradoxe

  • PARTICULARITÉ : particularité, spécificité, originalité

  • SENTIMENT : angoisse, crainte, hantise, préoccupation, obsession, espoir

  • PLAISIR : plaisir, passion, pied, satisfaction

  • PROBLÈME : souci, problème, difficulté, dilemme, danger, risque, menace

  • QUALITÉ : charme, courage, force, vertu, richesse, titre de gloire, ressort, mérite, dignité, art, don, défaut, tour de force, qualité

  • RAISON : raison, motif, prétexte, argument

  • RÉACTION : réaction, réflexe, geste, action, riposte, mouvement

  • RÉSULTAT, CONSÉQUENCE : résultat, conséquence, effet, enseignement, préjudice

  • RÉUSSITECHEC : échec, succès, réussite, victoire

  • REVENDICATION : revendication, mot d’ordre, objection

  • SOLUTION : solution, remède, issue, réponse, trouvaille, clé

  • STRATÉGIE : stratégie, technique, tactique, astuce, parade, démarche, scénario, plan, truc

  • TÂCHE : mission, programme, projet, charge, travail, fonction, vocation, tâche, métier, boulot, devoir, rôle, occupation, activités, statut, spécialité

  • TENTATION : tentation, inclination, penchant, tendance.

25Il est évident qu’un examen plus précis permettra de faire des recoupements, et de réduire la liste. La classe OBJECTIF est la plus significative : au total, 462 occurrences (30, 96% des emplois). 16, 28% des emplois se font avec objectif. Ainsi, si on peut dire que la fréquence de objectif (c’) est de INF est importante, il est possible de généraliser en posant un taux de coalescence très fort entre la construction et la classe OBJECTIF : OBJECTIF EST DE INF. Plus encore, il nous paraît judicieux pour certaines classes nominales, d’envisager des frontières poreuses (ce qui permettrait, donc, de rendre plus rationnel le nombre de classes, ou d’opérer des regroupements selon les airs de famille). Ainsi, la classe ENGAGEMENT comprend-elle des emplois synonymiques, dans cette construction, avec la classe OBJECTIF. Soit l’exemple :

(14) « On ne pouvait pas, par exemple, traiter de la Bosnie sans un rappel éclair sur ce que sont les Casques bleus », explique Florence Thinard. Sa religion en matière d’information est de ne rien passer sous silence au prétexte que se serait ou trop aride ou trop sanglant (13-01-1995).

  • 20  Cf. Taylor (1998) qui emprunte le terme de coercition à Pustejovsky. Notons que Gadet et al. (1984 (...)

26Nous voyons dans cet énoncé « métaphorique » l’expression d’une finalité particulière qui se caractérise par un engagement, perçu comme éthique par l’énonciateur. Notre lecture, si elle est correcte, est induite par la prégnance des emplois nominaux signifiant explicitement dans la construction une finalité (objectif, but, objet…). Le mot religion apporte sa part de signification, en aspectualisant la finalité : il s’agit d’un objectif absolu, immuable, marqué par une conviction forte. Mais le mot religion lui-même ne porte pas le trait « finalité ». La classe ENGAGEMENT est composée de noms dénotant un engagement fort vers la réalisation (impliquée par l’infinitif) d’un objet ; cette classe hérite d’un effet de sens typique des emplois avec des noms OBJECTIF. Il s’agit d’un phénomène de coercition : la construction exerce une pression sur le lexème, pour que celui-ci devienne sémantiquement compatible avec le tout20. La coercition, qui rend compte également de l’emploi de 11 peut être vue comme caractéristique de la productivité des unités phraséologiques (cf. plus bas). La fréquence manifeste de la classe OBJECTIF permet de conclure que cette classe possède un degré supplémentaire de fixation dans la construction. Mais un autre cas de figement est tout aussi spectaculaire : la CS avec l’infinitif savoir ; en effet, 7, 57% des compléments se construisent avec ce verbe (113 occurrences), loin devant les autres verbes (faire 70, mettre 23, créer 20), avoir (85) et être (75) étant employés la plupart du temps comme auxiliaires. 7, 57 peut sembler un pourcentage faible, mais au regard des autres cooccurrents, savoir se détache sans discussion du peloton des infinitifs. Cet écart forme une prégnance tout à fait réelle et sensible à la suite de laquelle il est légitime de conclure à la « fixation » dans la compétence langagière de N est de Savoir + SUB. INTERROGATIVE. Qui plus est, on relève 64 « question est de savoir » (56, soit 63% des emplois de « est de savoir… »), soit 90, 14% des emplois de question dans la construction, et 23 « problème est de savoir » (20, 35% des emplois de « est de savoir… »), soit 31, 5% des emplois de problème dans la construction. Problème et question sont alors interchangeables sans modification significative de sens. On peut à nouveau souligner un degré supplémentaire de fixation : N est de savoir + Sub. Interrogative indirecte se réalise préférentiellement dans la question est de savoir + Sub. Interrogative indirecte. On posera donc que [OBJECTIF EST DE INF], [N EST DE SAVOIR + SUB. INTERRO. IND. ] sont des constructions spécificationnelles secondaires (CSS) possédant un degré supplémentaire de figement par lexicalisation. Si on ajoute à ces CSS une expression idiomatique avec « postiche » [une chose est de INF, une autre de INF] :

(15) Une chose est de bricoler des peintures sonores urbaines hantées de musiques de films oubliées et parasitées de slogans ultraviolents, une autre de les mettre en forme scénique (25-04-95)

27on est en droit de concevoir plusieurs dimensions figées dans la réalisation de N EST INF. 2. Pour les CS en que P., 177 noms entrent dans la construction, dont voici les classes retenues à ce stade de l’analyse :

  • AVANTAGE : avantage, atout, bénéfice, côté positif, aspect positif, bon côté, bonne chose, point positif, revers de la médaille, faiblesse, lacune

  • AVIS : opinion, avis, conviction, point de vue, sentiment, évaluation, analyse, position, impression, pronostic

  • CARACTÉRISTIQUE : caractéristique, spécificité, originalité, particularité, qualité

  • CHANCE : chance

  • DIFFÉRENCE : différence, dénominateur commun

  • ÉTONNANT : gag, croustillant, étonnant, piment, miracle, événement, charme, ironie, tristesse, extraordinaire, chose incroyable, merveilleux, paradoxe, beauté

  • FOND : nœud (du problème), fond (du message), l’élément de fond

  • IDÉE : idée, hypothèse, calcul, théorie

  • INTÉRESSANT : intéressant, intérêt, utilité

  • L’IMPORTANT : important, essentiel, priorité, principal, tout, fait majeur, élément déterminant, point essentiel, point capital

  • LE MIEUX : idéal, mieux, comble, pire

  • MODALITÉ : vérité, réalité, apparence, fait, certitude, probabilité, présomption

  • NORME : règle, constantes, principe, postulat

  • NOUVEAUTÉ : fait nouveau, innovation, nouveauté, évolution

  • OBJECTIF : but, ambition, objectif, souhait, désir, vœu, rêve, volonté

  • PREUVE : indice, preuve, évidence

  • PROBLÈME : problème, souci, difficulté, emmerdant, ennui, malaise, malheur, embêtant, écueil, drame, piège, inconvénient, hic, point négatif, point noir, point troublant, chose difficile, danger, risque

  • PROPOS : message, propos

  • QUALITÉ : talent, force, génie, grandeur

  • RAISON : alibi, argument, argumentation, argument massue, explication, thèse, raisonnement, raison

  • RÉSULTAT : conséquence, effet boomerang, résultat, enseignement, leçon, morale, conclusion

  • SENTIMENT : peur, crainte, espoir, regret

  • SOLUTION : réponse, solution, trouvaille, clé, choix, procédé, manière, système

  • SOULAGEMENT : soulagement, consolation

2830% des emplois du corpus convoquent le nom problème (une attention prêtée aux conversations quotidiennes convaincra d’ailleurs le lecteur que cette unité, par sa fréquence et son emploi pragmatique, fait partie du langage formulaire) ; la classe PROBLÈME est la mieux représentée avec 350 occurrences (33, 5 %). On conclura là encore, après examen de ces chiffres, que PROBLÈME EST QUE constitue une unité phraséologique, une CSS.

  • 21  Nous nous inspirons pour cette méthode de Schmid (2001).

29On peut mesurer, et la dépendance du nom à la structure, et la préférence de la construction pour le nom. Ainsi, en prenant en compte à la fois les compléments infinitivaux et phrastiques, la dépendance se calcule de la manière suivante21 :

30Dépendance = [nombre d’occurrences du nom X (lemme) dans la construction] divisé par [nombre d’occurrences du nom X (lemme) dans le corpus]. Les résultats, pour quelques exemples, sont donnés en pourcentage :

problème = 4, 67 ; objectif = 8, 9 ; rôle = 0, 4 ; essentiel = 4, 55 ; hic = 37, 33.

31On constate qu’un nom comme hic est fortement dépendant de la construction spécificationnelle, beaucoup plus que problème par exemple. Le hic (c’) est de/que sera donc dit figé du point de vue de sa dépendance. Mais du point de vue de la préférence de la structure pour le nom, les résultats diffèrent :

  • 22  Nous avons pris en considération les lemmes pour les emplois absolus du nom, sachant que les forme (...)

32Préférence = [nombre d’occurrences du nom X (lemme22) dans la construction] divisé par [nombre d’occurrences de la construction dans le corpus].

problème = 12, 36 ; objectif = 9, 88 ; rôle = 1, 65 ; essentiel = 2, 12 ; hic = 1, 10.

  • 23  Nous n’avons pu prendre en compte dans nos calculs la nature du déterminant, mais il est incontest (...)

33Hic se montre ainsi assez peu attractif par rapport à problème ou objectif. Il y a donc, mis en évidence d’une autre façon que par la simple prise en considération des données directes ou brutes, un emploi figé de problème (c’) est de/que23(qui n’interdit évidemment pas les modifications du nom : relative, complément déterminatif, adjectif), mais un figement cette fois-ci considéré du point de vue de la préférence de la structure pour le nom. L’intérêt de marquer la différence entre dépendance et préférence permet selon nous d’identifier quel est l’item, qui, employé dans la construction, sert de base à une généralisation. C’est sur la préférence que se fonde ce rôle ; en effet, en accord avec l’intuition, mais aussi avec les chiffres, la généralisation PROBLÈME est de/que se fait à partir de problème (c’) est de/que plutôt que hic (c’) est de/que malgré sa plus forte dépendance. Autrement dit, c’est autour de problème que se compose la classe PROBLÈME. La haute fréquence d’un mot dans une construction particulière facilite la corrélation, pour ainsi dire inconsciente, entre le sens du nom dans la construction et le pattern constructionnel lui-même (Goldberg 2006 : 79). Problème est que P est donc fortement enraciné, implanté dans notre compétence discursive, qui se nourrit, non pas (seulement) de règles syntaxiques, mais de l’ensemble des occurrences rencontrées dans l’expérience discursive.

4. La productivité

34Les analyses des phénomènes phraséologiques n’ont peut-être pas accordé une place assez grande à la capacité productive de ces unités, préférant cerner au mieux le continuum sur lequel se mesurent les degrés de figement. Martin (1997), passant en revue les facteurs du figement lexical, introduit la notion de modèle locutionnel ; en se fondant sur les données fournies par Bernet & Rézeau (1989), il rappelle qu’un modèle comme

(15) Il n’a pas inventé X

  • 24  Franckel (2006 : 59) signale le même phénomène : « il s’avère que la seule forme de cet énoncé (c’ (...)

35sert à la réalisation de plusieurs occurrences ; à date ancienne : il n’a pas inventé [les paratonnerres, les tire-bouchons, les porte-pipes] ; à date plus récente [l’eau chaude, l’eau tiède, la lune, l’autobus, la bretelle à coulisses, l’eau gazeuse, les œufs durs] ; il s’agit là encore d’une construction, certes plus lexicalisée et idiomatique, qui, de façon systématique (et quelle que soit la saturation lexicale), disqualifie le référent du syntagme nominal X (et par contagion le sujet)24.

4. 1. La production d’hapax

36La construction que nous étudions possède également un type de productivité semblable ; nous l’avons partiellement décrite avec l’exemple 14. Nous nous intéresserons cependant ici à un hapax repéré non pas dans notre corpus qui, de par son genre, ne propose pas d’exemples significatifs d’emplois innovants, mais dans Frantext :

(16) Le pauvre homme faisait pitié. Il était devenu la parfaite illustration de l’expression populaire : « une âme en peine » ! à quelles occupations pouvait-il consacrer ses journées ? Nous étions réduits à l’imaginer, sans y parvenir, tant ses horaires demeuraient fantaisistes. L’assuré est qu’il ne pouvait s’agir que d’expédients pitoyables, compte tenu des sommes infimes qu’il remettait, de temps à autre, à ma belle-sœur Yvonne, muée en intendante de la tribu, charge ingrate, et qui devait absorber la totalité de ses appointements, plus sa pension de veuve de guerre.  (A. Simonin, Confessions d’un enfant de la chapelle, 1977).

37Plusieurs niveaux « constructionnels » sont ici en jeu, dont l’influence est distribuée de la façon suivante : au niveau le plus général, bien sûr la CS N EST QUE P. /INF. À un autre niveau, la coercition nominale de l’adjectif : la construction nominalise l’adjectif, sur le modèle abstrait d’ES fort nombreux et ancrés, du type [l’essentiel, l’important, le principal, le curieux est que/de INF]. Enfin, la CS MODALITÉ EST QUE P. /INF. En effet, l’assuré est ici un nom modal. Or, il apparaît que dans Frantext catégorisé, vérité est le nom le plus souvent employé dans la structure avec complétive (seulement en 5e position dans le corpus Libération). La classe MODALITÉ vérité, fait, certain, évident, réalité, etc. possède donc une prégnance suffisante pour initier des emplois venant « court-circuiter » des possibles pseudo-clivées ; par exemple, un autre hapax :

(17) Le sûr est que tous deux par des chemins bien dissemblables, nous en sommes venus à tuer les heures en les regardant en personne (Valéry).

38Aussi, l’emploi quelque peu curieux et unique de l’assuré hérite-t-il de plusieurs couches constructionnelles, fortement ancrées dans les discours et la grammaire « interne » de l’énonciateur ; on pourrait aller jusqu’à dire que cet emploi est prédictible. Malgré les différents niveaux de fixité, la CS reste donc une structure accueillante, ouverte (façon plus pacifique de parler de sa fonction coercitive), principalement, évidemment, dans les genres qui favorisent (ou autorisent) la créativité lexico-grammaticale. Au fil des discours, des énoncés spécifiques rencontrés, sont abstraits des schémas généraux, à partir desquels une certaine créativité est possible, mais contrôlée par la familiarité sémantique avec le lexique régulier. Ainsi, plus une classe sémantique est rencontrée, plus elle constitue un modèle de productivité.

4. 2. Les énoncés définitoires

39On peut mesurer la productivité des CS d’une tout autre façon, en considérant leur investissement dans la formulation d’énoncés « mixtes », c’est-à-dire d’énoncés héritant de la complémentarité de traits de constructions différentes. Certains énoncés, peu fréquents (au plus une trentaine dans le corpus), se démarquent de l’ensemble des occurrences relevé dans Libération. Par exemple :

(18) Pendant des années, Marie-Christine est partie en caravane, mais on allait camper sur l’Atlantique. Le Midi, c’était vraiment trop loin. Avec le bungalow, c’est possible et on n’a pas besoin de déménager la maison. Le camping sans le camping, en quelque sorte. Les vraies vacances, c’est d’avoir la même vie qu’à la maison, moins le travail. On passe les vacances en famille. Pendant l’année, je n’ai pas de temps pour moi, là, voyez, je me repose, je peux tricoter, explique Marie-Christine (16-08-95).

  • 25  Cf. Legallois (2002) sur l’enclosure.

40Mis à part le pluriel du nom (qui est de toute façon contraint pour vacances), l’occurrence semble emprunter la forme d’un énoncé spécificationnel ; pourtant, le nom vacances n’est pas un nom a priori sous-spécifié ; le complément à l’infinitif n’a pas d’ailleurs ici de fonction spécifiante, ne répondant pas, selon nous, à la question quelles sont les vraies vacances ? Mais plutôt à qu’est-ce que les vraies vacances ?, question qui implique une définition. On a donc un type d’énoncé définitoire dans lequel le definiens est un infinitif, qui possède un fondement plus évaluatif qu’analytique, et où le definiendum est un SN renvoyant à une activité. La particularité de ce definiens est de ne pas renvoyer à un trait typique, mais à un trait spécifique dans le sens où il émane d’un jugement personnel (l’enclosure vraies est une marque d’opinion subjective incompatible avec une « prédication seconde », dans le sens de Ducrot (1980))25. Dans ce type d’emplois figurent le plus souvent des modalisateurs du type vrai, véritable, pour moi. Faut-il alors considérer la forme de ces énoncés comme « homonyme » des formes spécificationnelles ? Nous voyons plutôt dans ces structures — mais cela reste une hypothèse à travailler, que nous soumettons au lecteur — une intégration de deux constructions : un amalgame entre une construction « définitionnelle » et une construction « spécificationnelle », amalgame qui témoigne de l’efficience des formes générales, abstraites des formes spécifiques.

41Un raisonnement portant sur la constitution dialogale des énoncés permet sûrement de mieux comprendre le phénomène en question. Les énoncés définitionnels attributifs répondent à la question qu’est-ce que un N ? Les ES répondent à la question quel est le N ? deux questions différentes, certes, qui pourtant peuvent être subsumées par une interrogation générale facilitant l’amalgame : c’est quoi un/le N ? ; c’est quoi les vacances ?/c’est quoi l’objectif ? ; les différentes réponses rendent compte de deux interprétations possibles de la question en c’est quoi ? Cette parenté pourrait être un facteur déterminant dans la constitution des énoncés définitionnels mixtes. Les constructions attributives définitoires du type [definiendum (GN générique) ÊTRE definiens] possèdent des traits propres. Ici, la construction définitoire complète ses traits avec ceux de la CS (mais le mouvement est peut-être réciproque) : par exemple, le dispositif de topicalisation et de focalisation, mais surtout le trait + spécificité. En effet, la spécification des CS, réalisée dans des ES, est contextuelle, locale : les noms sous-spécifiés prennent leur détermination en discours (chaque problème, objectif, enjeu, etc. est propre à une situation donnée, chaque rôle prend une valeur dans un cadre précis). Le trait + spécificité dans le cas des énoncés définitoires mixtes est opératoire dans la source du definiens : il s’agit de la définition propre à un individu, donc d’une définition localisée, située, spécifique. De plus, le trait pragmatique contraste, assez caractéristique de beaucoup d’ES, nous semble opérant là encore : les définitions sont toujours données en contraste avec une définition implicite générale, partagée. Enfin, la définition des vacances en question dans l’exemple, forme un programme, autrement dit un objectif, un idéal à réaliser : trait hérité de la CS secondaire OBJECTIF est de INF. On pourrait paraphraser :

(19) le but des vacances c’est d’avoir la même vie qu’à la maison.

42L’exemple suivant, en plus d’illustrer le phénomène (une conception de la poésie toute personnelle est mise implicitement en contraste avec une doxa), montre de façon surprenante — car la syntaxe laisse entendre que le definiens s’applique au mot définition — la particularité de ces énoncés définitoires qui perdent toute valeur analytique :

(20) Il ressent, comme une nostalgie, le souvenir de son équilibre d’“avant” (avant la crise). Dans les années 30, il (Tardieu) se lie avec Francis Ponge et publie sa première plaquette de vers, le Fleuve caché. « La définition pour moi de la poésie est d’essayer de définir ce qui ne peut pas l’être et se voit remis en question par cette tentative même », dira-t-il dans Libération en 1984. (28-01-1995).

43Ou encore cet énoncé où la spécificité du definiens est patente, tant elle est dépendante du contexte :

(21) « Comment accepter que la France expulse et incarcère des gens misérables à qui nous venons de tuer un de leurs enfants ? », demande le comité, « l’humanisme, c’est d’accorder le droit d’asile à la famille de Todor auprès de qui nous avons une dette ». (1-10-1995).

44Ainsi, la construction définitionnelle apporte ses spécificités (GN générique, rapport definiendum/definiens) et en emprunte d’autres à la CS (spécificité, contextualité, focalisation). Cet amalgame, que nous voyons comme le fruit de transposition de propriétés plutôt que comme le résultat d’une dérivation, est pour la langue un moyen d’expressivité particulièrement fort.

Conclusion

  • 26  Sur le rapport entre mémoire, langage et idiomaticité, voir le remarquable article de Bolinger (19 (...)
  • 27  En parallèle aux travaux d’outre-Atlantique, on peut se référer à la tradition contexualiste brita (...)

45Lexèmes, phrasèmes et grammèmes sont affectés de façon évidente par le phénomène du figement ; mais les grammaires cognitives et de constructions, et surtout un examen sur corpus de certaines formes, montrent que la phraséologie porte également sur des structures presque « nues », généralisées à partir des réalisations effectives et des saturations lexicales. Ces séquences, qui constituent des unités holistiques, possèdent pourtant une relative productivité. Elles sont selon nous mémorisées26, tant au niveau des classes sémantiques des lexèmes qui les « habillent » qu’au niveau de la construction généralisée. Un point de vue phraséologique sur la grammaire, qui demande bien sûr à être discuté de façon plus précise, en prenant en compte d’autres objets, permet de remettre en cause les problématiques règles de génération des combinatoires, qui semblent de moins en moins réalistes au fur et à mesure que progresse l’observation empirique des corpus27.

Haut de page

Bibliographie

Apothéloz D. à paraître a, « À l’interface du système linguistique et du discours : l’exemple des constructions identificatrices (e. g. pseudo-clivées) », in Bertrand O., Charolles M., François J., Prévost S., Schnedecker C.  (éd.), Langue, discours et diachronie, Berne, Peter Lang.

Apothéloz D. à paraître b, « Pseudo-clivées et constructions apparentées », in Berrendonner A., Apothéloz D., Béguelin M. J., Benetti L. (éd.), Grammaire de la période.

Bernet C. & Rézeau P. 1989, Dictionnaire du français parlé : le monde des expressions familières, Paris, Seuil.

Blanche-Benveniste C. 1992, « Sur un type de nom “évaluatif” portant sur des séquences verbales », Review of Applied Linguistics, 9798, p. 125.

Bolinger D. 1976, « Meaning memory », Forum Linguisticum, 1, p. 114.

Conte M.-E. 1996, « Anaphoric encapsulation », Belgian Journal of Linguistics, 10, p. 19.

Croft W. & Cruse D. A. 2004, Cognitive Linguistics, Cambridge, Cambridge University Press.

Ducrot O.  (éd.) 1980, Les Mots du discours, Paris, Minuit. Fillmore C. J., Kay P., O’Conner M. C. 1988, « Regularity and idiomaticity in grammatical constructions : the case of let alone », Language, 64, p. 501-538.

Franckel J. J. 2006, « Situation, contexte et valeur référentielle », Pratiques 129-130, p. 51-70.

François J. & Sénéchal M. 2006, « Le sémantisme propre des cadres prédicatifs et la polysémie des verbes de production de parole », in Legallois D. & François J., Cahier du CRISCO 21, Université de Caen [prépublication accessible en ligne] http://elsap1.unicaen.fr/.

Furukawa N. 2005, Pour une sémantique des constructions grammaticales : thème et thématicité, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Gaatone D. 1998, « Réflexions sur un adjectif substantivé », La Ligne claire, de la linguistique à la grammaire. Mélanges offerts à Marc Wilmet à l’occasion de son 60e anniversaire, Louvain-la-Neuve, Duculot, p. 301-310.

Gadet F., Léon J., Pêcheux M. 1984, « Remarques sur la stabilité d’une construction linguistique. La complétive », Linx, 10, 2347.

Goldberg A. E. 1995, Constructions : A Construction Grammar Approach to Argument Structure, Chicago, University of Chicago Press.

Goldberg A. E. 2006, Constructions at work : the nature of generalization in language, Oxford, Oxford University Press.

Ivaniˇc R. 1991, « Nouns in search of a context », RAL, XXIX2, p. 93-114.

Jurafsky D. 1993, A cognitive model of sentence interpretation : The construction grammar approach, Technical Report TR93077, International Computer Science Institute, Berkeley.

Kay P. & Fillmore C. J. 1999, « Grammatical constructions and linguistic generalizations : The What’s X doing Y ? construction », Language, 75, p. 133.

Kleiber G. 1987, « Mais à quoi sert donc le mot CHOSE ? Une situation paradoxale », Langue française, 73, p. 109-127.

Lambrecht K. 2000, « Prédication seconde et structure informationnelle. La relative de perception comme construction présentative », Langue Française, 127, p. 49-66.

Legallois D. 2002, « Incidence énonciative des adjectifs vrai et véritable en antéposition nominale », Langue Française, 136, p. 46-59.

Legallois D. 2006, « Quand le texte signale sa structure : la fonction textuelle d’une certaine catégorie nominale », Corela, numéro spécial Organisation des textes et cohérence des discours [en ligne] http://edel.univ-poitiers.fr/corela/.

Legallois D. à paraître, « Du bon usage des expressions idiomatiques dans l’argumentation de deux modèles anglo-saxons : la Grammaire de Construction et la Grammaire des Patterns », Cahiers de l’Institut Linguistique de Louvain.

Legallois D. & François J. 2006, « Autour des grammaires de construction et de patterns », Cahier du CRISCO, 21 [prépublication accessible en ligne] http://elsap1.unicaen.fr/cahiers/.

Martin R. 1997, « Sur les facteurs du figement lexical », in Martins-Baltar M.  (éd.), La Locution entre langue et usages, Fontenay/SaintCloud, E. N. S. Éditions, p. 291-305.

Riegel M. 1996, « Les noms à compléments propositionnels : en quoi sont-ils plus abstraits que les autres ? », in Flaux N., Glatigny M., Samain D. Les Noms abstraits : histoire et théories, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 313-321.

Roubaud M. N. 2000, Les Constructions pseudo-clivées en français contemporain, Paris, Honoré Champion.

Ruwet N. 1983, « Du bon usage des expressions idiomatiques dans l’argumentation en syntaxe générative », Revue québécoise de linguistique, 13, p. 9-145.

Schmid H. J. 2000, English Abstract Nouns as Conceptual Shells : From Corpus to Cognition, Berlin/New York, Walter de Gruyter.

Schmid H. J. 2001, « “Presupposition can be a bluff” : How abstract nouns can be used as presupposition Triggers », Journal of Pragmatics, 33, p. 15291552.

Sinclair J. 1991, Corpus, Concordance, Collocation, Oxford, Oxford University Press.

Taylor J. R. 1998, « Syntactic Constructions as Prototype Categories », in Tomasello M. The New Psychology of Language : Cognitive and Functional Approaches to Language Structure, Mahwah NJ/London, Lawrence Erlbaum.

Willems D. 1981, Syntaxe, lexique et sémantiques des constructions verbales, Gent.

Haut de page

Notes

1  ES, donc, pour « énoncé spécificationnel », soit la réalisation en discours de la construction spécificationnelle, notée CS.

2  . Pour une analyse de fond des pseudo-clivées, cf. Roubaud (2000) et Apothéloz (à paraître a et b). Les articles d’Apothéloz abordent également, dans une perspective à la fois syntaxique et discursive, « nos » énoncés spécificationnels. Nous le remercions de nous avoir communiqué son précieux travail, non encore publié.

3  Cf. Gaatone (1998).

4  Cf. Blanche-Benveniste (1992).

5  Cf. Schmid (2000) et Ivanič (1991) pour l’anglais, Legallois (2006) pour le français.

6  Cf. Schmid (2001) pour un examen des présupposés comme « bluffs ».

7  Cf. Kleiber (1987).

8  Schmid (2000).

9  Pour cette raison, nous préférons le terme d’adjectif nominalisé à celui d’adjectif substantivé.

10  Sur ces constructions, cf. Riegel (1996

11  On lira les remarques de Furukawa (2005) sur les relations entre constructions détachées de ce type et pseudo-clivées.

12  Nous avons repéré moins d’une dizaine d’emplois au pluriel sur 2 540 ES ; par exemple Les objectifs de ce comité sont de s’assurer que les décisions annoncées par Jean Tiberi seront bien respectées (29-06-95).

13  Nous ferons grâce au lecteur de l’explication du sigle LQR, et ne nous soucierons pas de la répétition malheureuse distinguer-distinctes étrangère à notre démonstration.

14  www. crisco. unicaen. fr/

15  La forme est polysémique puisqu’elle intègre les verbes de communication.

16  Cf. Willems (1981 : 108) dont l’approche anticipe la conception constructionnelle de la grammaire.

17  Quelques cas n’ont pas pu être pris en compte parce qu’ils échappent à la fenêtre de notre concordancier ; l’extraction a été faite par Intex.

18  Ces dénominations sont données en majuscules pour les distinguer des simples noms.

19  Nous ne mentionnons pas ici les noms du type « le premier, le second… », qui de par leur nature anaphorique, renvoient à d’autres noms sous-spécifiés.

20  Cf. Taylor (1998) qui emprunte le terme de coercition à Pustejovsky. Notons que Gadet et al. (1984) employaient le terme de forçage pour désigner le même phénomène.

21  Nous nous inspirons pour cette méthode de Schmid (2001).

22  Nous avons pris en considération les lemmes pour les emplois absolus du nom, sachant que les formes plurielles dans la construction sont très rares.

23  Nous n’avons pu prendre en compte dans nos calculs la nature du déterminant, mais il est incontestable que l’article défini cataphorique est un élément figé participant à l’unité.

24  Franckel (2006 : 59) signale le même phénomène : « il s’avère que la seule forme de cet énoncé (c’est la porte ouverte à X) suffit à déterminer la valeur référentielle de c’ et à déterminer le type de termes susceptibles d’en constituer la suite et son interprétation en terme de dommageable ».

25  Cf. Legallois (2002) sur l’enclosure.

26  Sur le rapport entre mémoire, langage et idiomaticité, voir le remarquable article de Bolinger (1976).

27  En parallèle aux travaux d’outre-Atlantique, on peut se référer à la tradition contexualiste britannique, Sinclair (1991) ou Hunston & Francis (2000), pour l’élaboration d’une grammaire fondée sur corpus. Pour une comparaison entre Grammaire de Construction et Grammaire Contextualiste, voir Legallois (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Legallois, D. & Grea P. (2007). L’objectif de cet article est de… Construction spécificationnelle et grammaire phraséologique. Cahiers de praxématique 46. Montpellier : Pulm. 161-186

Référence électronique

Dominique Legallois et Philippe Grea, « L’objectif de cet article est de… Construction spécificationnelle et grammaire phraséologique »Cahiers de praxématique [En ligne], 46 | 2006, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.657

Haut de page

Auteurs

Dominique Legallois

CRISCO, MODESCOS, Université de Caen
dominique.legallois@unicaen.fr

Articles du même auteur

Philippe Grea

MODYCO, Université de Nancy II
philippe.grea@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search