Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Les rectifications orthographique...

Les rectifications orthographiques de 1990 et leur application dans lʼespace francophone, 30 ans plus tard

Jan Lazar et Radka Mudrochová

Texte intégral

1Chaque langue vivante évolue constamment et il est logique que ses composants changent progressivement au cours des siècles. Bien que le lexique représente le composant le plus dynamique dans la variation, lʼévolution permanente se manifeste aussi sur lʼorthographe. Si l’on observe lʼécriture française médiévale, on peut sʼapercevoir quʼelle était assez proche de sa forme orale et les graphèmes correspondaient aux phonèmes. Aujourdʼhui, il est plutôt difficile de retrouver un mot français dont l’orthographe reproduit avec précision la prononciation.

2Lʼorthographe française est connue pour son opacité et il nʼest pas surprenant de voir que de nombreux linguistes ont essayé de proposer sa réforme et donc sa simplification. Parmi les principaux militants des rectifications, il faut surtout mentionner Nina Catach, linguiste éminente, qui a publié un grand nombre de travaux sur lʼorthographe française (1971, 1980, 1981, 1989). En 1983, elle a créé une organisation, lʼAIROE (Association pour lʼInformation et la Recherche sur les Orthographes et les systèmes dʼÉcriture), composée de linguistes, de membres du CNRS et de militants qui se battaient pour une nouvelle orthographe.

3Malheureusement, le ministre de lʼÉducation nationale sʼest prononcé contre toutes les modifications. La réaction des linguistes nʼa pas tardé et, le 7 février 1989, dix éminents linguistes (Nina Catach, Bernard Cerquiglini, Jean-Claude Chevalier, Pierre Encrevé, Maurice Gross, Claude Hagège, Robert Martin, Michel Masson, Jean-Claude Milner et Bernard Quémada) ont fait paraître un manifeste, souvent surnommé le « Manifeste des Dix », à la une du journal Le Monde. Son titre Moderniser lʼécriture du français résume parfaitement son contenu et il sʼest vite popularisé auprès des intellectuels français qui ont encore augmenté la pression sur les institutions françaises.

4Ainsi, le Premier ministre français, Michel Rocard, se vit obligé de réagir à ces exigences et il décida de créer une nouvelle institution appelée le Conseil supérieur de la langue française (CSLF), qui est composé de ressortissants français, québécois, belges et suisses. En 1990, le CSLF présenta les premières propositions de rectification de lʼorthographe française et celles-ci furent ensuite discutées à lʼAcadémie française. Après avoir reçu un avis favorable de lʼAcadémie, un compromis de 400 propositions fut officiellement présenté dans le Journal officiel de la République française, connu également sous le titre Les rectifications orthographiques.

5Plusieurs associations, notamment dans les pays francophones, ont été créées pour faire connaître les règles de la nouvelle orthographe. L’Association pour l’information et la recherche sur les orthographes et les systèmes d’écriture (AIROÉ) existait déjà en France avec la fondatrice Nina Catach, comme nous l’avons mentionné supra. En 1991, André Goose a fondé en Belgique l’Association pour l’application des recommandations orthographiques (APARO), et la Suisse, en 2000, l’Association pour la nouvelle orthographe (ANO). Ces trois associations se réunissent pour créer le Réseau pour la nouvelle orthographe du français (RENOUVO) et conçoivent ensemble le Vadémécum de l’orthographe recommandée, avec le surtitre Le millepatte sur un nénufar, contenant près de 2 000 mots touchés par les rectifications, comme le souligne G. Farid (2012 : 2056) dans son article « La “nouvelle orthographe”, 21 ans plus tard ». Dans le même but, a été créé au Québec en 2004 le Groupe québécois pour la modernisation de la norme du français (GQMNF) qui traduit au grand public les changements de la norme du français approuvés par des instances francophones.

6Ainsi, plusieurs auteurs (cf. par exemple : Blondet, 2002 ; Catach, 2011 ; Colignon, 2003 ; Contant, 2009 ; Contant-Muller, 2009 ; Dupriez, 2009) ont publié des ouvrages ou ont créé des sites Internet dont lʼobjectif était de populariser l’orthographe rectifiée. Dans ce but a été également créé en 2002 le Groupe de modernisation de la langue qui a mis en place le site officiel www.orthographe-recommandee.info, contenant les détails des rectifications orthographiques qui peuvent être classées dans dix catégories essentielles présentées en bref infra avec des exemples pour chaque domaine abordé :

71. Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

vingt et un

vingt-et-un

deux cents

deux-cents

quatre cent quarante-cinq mille

quatre-cent-quarante-cinq-mille

82. Les noms composés avec trait d’union du type V+N, préposition + N sont marqués au pluriel au second élément. Exceptions : quelques noms composés dont le second terme comporte un article (trompe-l’œil) ou commence par une majuscule (prie-Dieu).

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

des après-midi

des après-midis

des abat-jour

des abat-jours

des brise-glace

des brise-glaces

93. L’emploi de l’accent grave dans un certain nombre de mots lorsque la prononciation n’est pas en accord avec l’accent aigu, devant une syllabe contenant un « e » muet, on écrit « è » et non « é », au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder. Exceptions : (a) les préfixes dé- et pré- (dégeler, prévenir, etc.) ; (b) les « é » initiaux (échelon, édredon, élever, etc.) ; (c) médecin et médecine.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

événement

évènement

je céderai

je cèderai

céleri

cèleri

104. La disparition de l’accent circonflexe sur « i » et « u ». Néanmoins, il est maintenu dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif et dans des cas d’ambigüité.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

paraître

paraitre

coût

cout

brûler

bruler

115. Les verbes en « -eler » ou « -eter » se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en « -ment » suivent les verbes correspondants. Exceptions : les verbes appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

j’amoncelle

j’amoncèle

amoncellement

amoncèlement

tu feuillettes

tu feuillètes

126. Les emprunts forment leur pluriel de la même façon que les mots français (la règle s’applique également aux noms qui étaient des pluriels dans la langue d’origine : un errata, des erratas, etc.) et sont accentués conformément aux règles du français. En cas de concurrence dans l’usage, la forme la plus francisée est privilégiée (leadeur plutôt que leader). Exceptions : les noms qui ont conservé valeur de citation, ils restent donc invariables : des requiem, etc.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

des matches

des matchs

diesel

diésel

des maxima

des maximums

137. La soudure est imposée dans un certain nombre de mots, à savoir :
- dans les mots composés de
contr(e)- et entr(e)- ;
- dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra- ;
- dans les mots composés avec des éléments « savants » (hydro-, socio-, etc.) ;
- dans les onomatopées et dans les mots d’origine étrangère.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

week-end

weekend

extra-terrestre

extraterrestre

infra-rouge

infrarouge

148. Les mots anciennement en « -olle » et les verbes anciennement en « -otter » s’écrivent avec une consonne simple. Les dérivés de ces verbes ont également une consonne simple. Exceptions : colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en « -otte » (par exemple : botter, de botte).

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

corolle

corole

frisotter

frisoter

159. Le tréma se déplace sur la lettre « u » prononcée dans les suites « güe » et « güi », et est ajouté dans quelques mots.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

aiguë

aigüe

arguer

argüer

ambiguïté

ambigüité

1610. Le participe passé du verbe laisser (par ailleurs, comme celui de faire) suivi d’un infinitif est invariable.

ancienne orthographe

nouvelle orthographe

elle s’est laissée maigrir

elle s’est laissé maigrir

les enfants que tu as laissés partir

les enfants que tu as laissé partir

17Enfin, la nouvelle orthographe supprime quelques anomalies (notamment graphiques) de la langue, à savoir : absout, absoute (participe passé), appâts (nom masculin pluriel), assoir, messoir, rassoir, sursoir, bizut, bonhommie, boursoufflement, boursouffler, boursoufflure, cahutte, charriot, charriotage, charrioter, chaussetrappe, combattif, combattive, combattivité, cuisseau, déciller, dentelier, dissout, dissoute (participe passé), douçâtre, embattre, exéma, exémateux, exémateuse, guilde, imbécilité, innommé, innommée, interpeler (j’interpelle, nous interpelons, etc.), levreau, lunetier, nénufar, ognon, ognonade, ognonière, pagaille, persifflage, persiffler, persiffleur, persiffleuse, ponch (dans le sens de « boisson »), prudhommal, prudhommale, prudhommie, prunelier, relai, saccarine (et ses dérivés), sconse, sorgo, sottie, tocade, tocante, tocard, tocarde, ventail. Bien que les rectifications aient été proposées il y a trois décennies, lʼusage des graphies rectifiées nʼest pas généralisé dans lʼespace francophone (Lazar-Dedková, 2017 ; Lenoble-Pinson, 2005, 2006a, 2006b).

18Le numéro thématique de cette revue aborde ce problème en observant le statut actuel de ces réformes dans le monde francophone. Les questions qui se posent pourront se formuler comme suit : Peut-on toucher à l’orthographe sans nuire à la langue ? S’agit-il d’une révolution ? Les graphies rectifiées gênent-elles la lecture ? Cohabitent-elles avec les anciennes ? Les rectifications de 1990 répondent-elles aux besoins des locuteurs natifs ? La liste des mots rectifiés est-elle suffisante ? Les maisons dʼédition appliquent-elles ces réformes dans leurs publications ? Comment ces rectifications sont-elles perçues par les linguistes ? Lʼusage des mots rectifiés varie-t-il dans lʼespace francophone ? Les mots rectifiés sont-ils présents dans les manuels scolaires ? Les étudiants francophones sont-ils capables dʼappliquer ces rectifications en pratique ? Cette liste nʼest sans doute pas exhaustive, mais présente les questions les plus souvent soulevées lors dʼune discussion autour de la réforme. Nous espérons que le recueil dʼarticles que nous avons réussi à assembler pourra apporter des réponses à ces questions intéressantes.

19Le premier texte de Virginie Conti (Délégation suisse à la langue française et Conférence Intercantonale de lʼInstruction Publique – CIIP), de Jean-François de Pietro (Institut de recherche et de documentation pédagogique – IRDP) et de Daniel Elmiger (Université de Genève) est intitulé Les recommandations de rectifications orthographiques du français et la réforme de lʼorthographe allemande : que deviennent-elles dans l’école en Suisse ? Les auteurs nous précisent que les orthographes française et allemande ont toutes deux connu dʼimportants changements à travers le temps et elles continuent sans cesse dʼévoluer. Si la France et son Académie ont longtemps joué un rôle important dans la codification de la langue, la situation est différente pour lʼallemand : une orthographe « officielle » – contraignante uniquement pour lʼusage administratif et scolaire – nʼexiste que depuis le début du XXe siècle. Leur objectif est de décrire la manière dont la question des rectifications a été abordée dans l’école romande, les décisions qui ont été prises – voire qui sont en cours de discussion – et ce qui a concrètement été réalisé, en particulier dans des plans dʼétude et des manuels dʼenseignement du français.

20Radka Mudrochová (Université Charles de Prague), dans son texte La francisation des emprunts à l’anglais d’après l’orthographe rectifiée : son application en français de France et en français québécois, présente les quatre catégories de francisation des emprunts à l’anglais sur l’exemple de la pratique du français de France et du français québécois tout en s’appuyant sur les données lexicographiques et les outils de la linguistique de corpus.

21Dagmar Kolaříková (Université de Bohême de lʼOuest) aborde la question du trait d’union dans son article Le trait d’union disparait-il dans les mots nouvellement intégrés dans les dictionnaires ? Dans son étude, elle se focalise sur les questions suivantes : Comment utiliser un trait d’union avec l’orthographe rectifiée ? Les règles où le trait d’union disparait et est remplacé par la soudure sont-elles respectées par les dictionnaires usuels ? Le trait d’union a-t-il tendance à disparaitre au profit de la soudure des mots nouvellement intégrés dans les dictionnaires Le Petit Robert et Le Petit Larousse ?

22Le texte suivant qui porte le titre L’orthographe moderne vue par les grammaires (Parcours historique et regard contemporain), rédigé par Sophie Piron (UQAM), propose d’évaluer la perspective que les grammaires adoptent face à l’orthographe moderne de leur époque. Pour ce faire, lʼauteure analyse un corpus de grammaires parues entre le XVIe siècle et aujourd’hui en les associant aux réformes successives de l’orthographe et à la question de l’orthographe plus généralement.

23Zuzana Puchovská (Université Comenius de Bratislava) a intitulé son texte L’attitude et la pratique des locuteurs francophones face à la nouvelle orthographe : la résistance de la double consonne dans la conjugaison des verbes en -eler et -eter ? Lʼarticle se donne pour objectif d’analyser la place que les changements orthographiques de 1990 occupent dans la langue française et sous quelles formes ils se manifestent auprès des locuteurs francophones. Cette analyse et la réflexion qui la suit s’appuient sur l’observation et l’évaluation des données recueillies dans le corpus web Araneum Francogallicum.

24Iva Dedková (Université dʼOstrava) et Jan Lazar (Université dʼOpole/dʼOstrava) sʼintéresseront dans leur texte intitulé La formation du singulier et du pluriel des noms composés faisant l’objet de la dernière rectification orthographique : entre recommandation et application à la formation du singulier et du pluriel des noms composés et des mots qui ont été concernés par les rectifications orthographiques de 1990. Après avoir examiné la graphie de lexèmes choisis dans un corpus composé de cinq dictionnaires français disponibles en ligne, ils désirent montrer si, une trentaine d’années plus tard, les nouvelles règles recommandées sont appliquées dans la presse actuelle, ce qui a été vérifié à l´aide du corpus Timestamped JSI web corpus 2014-2020 French.

25Le dernier texte La réforme de l’orthographe en Belgique francophone : de la politique linguistique aux pratiques effectivesAnne Dister (Université Saint-Louis) nous amène encore une fois en Belgique. Lʼauteure sʼintéresse à la politique linguistique avec les travaux menés au sein du Conseil de la langue française et de la politique linguistique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La question des pratiques effectives sera envisagée notamment à travers un corpus de 9 000 dictées réalisées par des élèves en fin de primaire et recueillies lors d’un concours célèbre en Belgique (Dister et Moreau, 2019), mais aussi à travers des manuels scolaires.

Haut de page

Bibliographie

Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique (1997), L’essentiel de la nouvelle orthographe. Bruxelles, APARO.

Blondet, S., 2002, Orthographe française, Paris, J.-P. Gisserot.

Catach, N., 1971, Orthographe et lexicographie (tome 1 : variantes graphiques, mots latins et grecs, mots étrangers), Paris, Nathan.

Catach, N., 1980, Lʼorthographe française (Traité théorique et pratique), Paris, Nathan.

Catach, N., 1981, Orthographe et lexicographie (tome 2 : les mots composés), Paris, Nathan.

Catach, N., 1989, Les délires de lʼorthographe, Paris, Plon.

Catach, N., 2011, L’orthographe, 10e éd. corr., Paris, Presses universitaires de France.

Colignon, J.-P. 2003, L’orthographe c’est logique !, Paris, Albin Michel.

Conseil supérieur de la langue française, 1990, Les rectifications de l’orthographe, Documents administratifs 100. Paris, Direction des Journaux officiels.

Contant, C. – Muller, R., 2009, Les rectifications de l’orthographe du français, Bruxelles-Québec, Éditions ERPI et De Boeck-Duculot.

Contant, C., 2009, Grand vadémécum de l’orthographe moderne recommandée : cinq millepattes sur un nénufar, Montréal, Éditions De Champlain S. F.

Dedková, I. &Lazar, J., 2017, La nouvelle orthographe : Quel usage dans le milieu universitaire tchèque ?. LINGUA VIVA 25. 2017, vol. XIII, n° 25, 22-35.

Dister, A. & Moreau, M.-L., 2019, « Les tribulations d’une réforme dans un championnat d’orthographe. Comment des élèves en fin de scolarité primaire ont intégré les rectifications de 1990. », Le français moderne 2, 281-295.

Dupriez, D., 2009, La nouvelle orthographe en pratique, Bruxelles, De Boeck.

Farid, D., 2012, « La « nouvelle orthographe », 21 ans plus tard », Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2012, 2055-2069.

Lenoble-pinson, M., 2005, « L’usage des recommandations orthographiques en Belgique », Liaisons-AIROÉ 38, Spécial Renouvo. Le point sur les Rectifications de l’orthographe, 9 & 35-37.

Lenoble-Pinson, M., 2006b, « Diffusion et application des rectifications orthographiques en Belgique », Langues et cité. Bulletin de l’Observatoire des pratiques linguistiques 7, 9.

Lenoble-Pinson, M., 2006a, « Les avancées des rectifications en Belgique », Les rectifications orthographiques de 1990. Analyse des pratiques réelles (Belgique, France, Québec, Suisse, 2002-2004), coll. Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques 1, 111-115.

Les règles de la nouvelle orthographe…en bref, [En ligne], consulté le 20/9/2020. URL : https://www.orthographe-recommandee.info/enseignement/regles.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Lazar et Radka Mudrochová, « Les rectifications orthographiques de 1990 et leur application dans lʼespace francophone, 30 ans plus tard »Cahiers de praxématique [En ligne], 74 | 2020, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/6658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.6658

Haut de page

Auteurs

Jan Lazar

Université d’Ostrava (Tchéquie) et Université d’Opole (Pologne)

Articles du même auteur

Radka Mudrochová

Université Charles de Prague (Tchéquie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search