Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75Le dialogisme en interaction : se...

Le dialogisme en interaction : se positionner vis-à-vis du discours autre dans un débat à 11

Dialogism in interaction: positioning oneself vis-à-vis other discourse in an 11-party debate
Laetitia Guyon et Marion Sandré

Résumés

Nous proposons, dans cet article, d’analyser le débat de la campagne présidentielle de 2017 opposant les 11 candidats du premier tour. Notre objectif est de montrer comment les débattants interagissent avec le discours de l’autre dans un échange dialogal orchestré. Nous montrons les différentes configurations possibles : intervenir de façon différée – et ce en utilisant des formes délocutives ou allocutives – ou de façon directe par rapport au discours de l’autre – en allocution. Ce classement des occurrences à la fois dialogiques et dialogales permet d’étudier comment les participants se positionnent les uns par rapport aux autres - de façon individuelle ou collégiale, en accord ou en désaccord -, et comment les discours se répondent dans l’interaction d’un tour de parole à l’autre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous proposons, dans cet article, d’analyser les stratégies discursives utilisées pour interagir avec le discours autre. Cette étude s’inscrit en analyse du discours, en s’intéressant à l’interdiscours et aux problématiques de l’énonciation ; et en analyse des interactions verbales, en traitant d’un corpus multidialogal particulier : le débat politique télévisé.

  • 1 Qui apparaissent dans le corpus sous leurs initiales, soit respectivement NA, FA, JC, NDA, FF, BH, (...)
  • 2 Respectivement LF et RE.
  • 3 Conventions de transcription [présentées et justifiées dans Sandré, 2010 : 200-211], mises en évide (...)
  • 4 Les 4 candidats qui interviennent le plus sont, dans l’ordre décroissant : NDA, EM, MLP et JLM ; le (...)

2Le corpus choisi est le débat « Élysée 2017 – le Grand Débat », c’est-à-dire le débat de la campagne présidentielle française de 2017 opposant les 11 candidats : Nathalie Arthaud, François Asselineau, Jacques Cheminade, Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon, Benoît Hamon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou1. Ce débat, du 04 avril 2017, a été animé par Laurence Ferrari – pour CNews – et Ruth Elkrief – pour BFMTV2. Il a duré 3 h 50 et a été intégralement transcrit par Laetitia Guyon dans le cadre d’un stage de recherche du laboratoire Babel de l’université de Toulon. L’objectif d’un tel travail est de pouvoir étudier à la fois le discours tenu et la façon dont il a été tenu. Ainsi, nous avons utilisé une transcription orthographique aménagée, avec des conventions3 permettant de rendre compte des phénomènes verbaux, paraverbaux et non verbaux (dans la mesure où ils apparaissent à l’écran – la transcription étant sur ce point dépendante de la réalisation de l’émission) et en portant une attention particulière aux phénomènes interactifs de passation de parole (chevauchement et interruption). Présenté sous forme de tableau, le résultat fait apparaître 1 308 prises de parole, inégalement réparties entre les 11 candidats : certains interviennent très souvent, qu’ils aient officiellement la parole ou non, quand d’autres interviennent surtout à leur tour4. Les 2 animatrices sont responsables de 38 % des prises de parole, devant assurer toutes les transitions, ainsi que les rappels à l’ordre.

3Ce débat s’est déroulé selon un dispositif inédit à la télévision française : tous les candidats du premier tour étaient invités à présenter successivement leurs propositions sur différents sujets, et à réagir aux propos des autres participants. Ce dispositif, qui a permis à tous les candidats de participer également à l’interaction, s’apparentait davantage à des interviews croisées qu’à un vrai débat : le dialogue direct était limité par le dispositif et les droits de réponse normalement encadrés par les animatrices. En effet, la structure de ce débat est composée de grandes séquences thématiques pré-organisées, comprenant des prises de parole de chacun des candidats, interrogés successivement, qui doivent répondre à des questions précises (dans un ordre particulier, variant selon les sujets), avec parfois la possibilité de réagir aux propos des autres. Pour dialoguer les uns avec les autres, les débattants doivent donc se positionner par rapport au discours des autres, en rappelant les éléments discursifs sur lesquels ils veulent revenir.

  • 5 Dans Termes et concepts pour l’analyse du discours, Détrie et al. (éds), entrée « Dialogisme ».

4Notre analyse porte donc sur les phénomènes dialogiques (Bakhtine, 1978 [1975]). Nous englobons sous cette étiquette :
– toute référence à un discours autre (Rosier (éd.), 2002 ; Bres et al. (éds.), 2005 ; voir aussi Authier-Revuz, 1992-1993 et 2020 qui parle de « représentation de discours autre ») ;
– repérable par des marqueurs verbaux, paraverbaux et non verbaux ;
– et analysable comme un dédoublement énonciatif entre un énoncé enchâssant et un énoncé enchâssé (Bres, 2001 : 855).

  • 6 Avec présence d’un marqueur discursif, qu’il s’agisse de formes de discours rapportés, de modalisat (...)
  • 7 Soit les formes d’« hétérogénéité énonciative non marquée » (Bres, 2017 : § 22-25)

5Nous n’avons retenu ici que les références explicites6 sans conserver les simples répétitions/reformulations : il est ainsi fréquent que les candidats reprennent les discours des autres, ou des formules, sans indiquer clairement qu’il s’agit d’un emprunt. Il s’agit alors de formes implicites – peut-être inconscientes – que nous avons décidé d’écarter7.

6Parmi l’ensemble des phénomènes dialogiques disponibles, nous avons décidé de limiter notre objet d’étude en précisant différents paramètres :
– nous n’avons retenu que les cas où le discours entre en interaction avec le discours du tu, soit les cas de dialogisme interlocutif (Bres, 2017) : on exclut donc les cas de reprises d’un discours tiers (dialogisme interdiscursif) ou de son propre discours (autodialogisme), par ailleurs présents dans ce débat ;
– parmi ces discours, nous avons sélectionné les cas où le discours entre en interaction avec le discours des autres candidats : on exclut donc les reprises du discours des animatrices, même si elles interviennent parfois dans nos exemples ;
– et enfin, seulement les discours tenus par les autres candidats à l’intérieur du débat : on ne traitera pas des reprises du discours de l’interlocuteur tenu avant le débat, qui ne dépendent pas de la stratégie interne au débat, mais de la préparation de celui-ci (Sandré, 2012) : notamment les critiques sur les discours ou actions politiques antérieures.

  • 8 Il parle, lui, de « reprises diaphoniques ».

7Nous avons donc relevé tous les cas où un candidat revient sur les propos d’un autre candidat, soit à l’invitation d’une animatrice, soit de sa propre initiative. Ces phénomènes sont bien sûr liés au dispositif générique : « on retrouve ce schéma dans toute espèce de dialogue plus ou moins différé, où les tours de parole ne passent pas librement d’un intervenant à l’autre » (Perrin, 19958 : 227), ce qui est le cas ici.

8Ces références au discours autre, qui sont à la fois dialogales et dialogiques, ont donc retenu notre intérêt. Nous voulions comprendre comment ces deux caractéristiques s’articulaient, dans ce dispositif générique particulier. Il nous a semblé que, parmi ces occurrences dialogico-dialogales, on avait une sorte de graduation entre les formes plus dialogiques que dialogales, les formes autant dialogiques que dialogales et les formes moins dialogiques que dialogales.

1. Différentes façons de se positionner vis-à-vis du discours autre

9Après avoir défini les types d’occurrence que nous voulions étudier, nous avons relevé dans le corpus tous les cas qui correspondaient. Ils étaient facilement identifiables, grâce à la présence des marqueurs discursifs, mais les 140 occurrences présentaient une grande diversité de formes, de sources énonciatives, de stratégies discursives… Nous avons donc décidé de les classer en nous appuyant sur quatre critères de natures différentes qui nous ont paru bien rendre compte de la graduation observée.

10En premier lieu, nous avons distingué les cas où un candidat intervient de façon directe des cas où il intervient de façon différée par rapport au discours sur lequel il veut se positionner. Pour les premiers, le locuteur utilise les possibilités du dialogue offertes par le dispositif générique en intervenant directement sur la parole de l’autre. Dans les seconds, le locuteur a recours à un procédé dialogique pour faire référence à un discours produit précédemment.

11En second lieu, nous avons analysé le mode d’adresse du locuteur envers le candidat cité. Nous avons ainsi distingué les formes en allocution des formes en délocution (Constantin de Chanay, 2010). Autrement dit, nous distinguons les cas où le candidat dont on reprend les propos est traité de façon directe, au moyen de la personne de rang 5, des cas où il est traité indirectement, au moyen d’une non-personne (Benveniste, 1966). Les occurrences en allocution sont clairement plus dialogales que celles en délocution, qui excluent le locuteur co-présent de la sphère interlocutoire.

12En troisième lieu, nous avons analysé la nature de la source citée. Nous reprenons ici la distinction proposée par Elisabeth Miche pour analyser le débat parlementaire (1995 : 259-260), soit une autre forme de polydialogue orchestré. On distingue ainsi les cas où la source énonciative convoquée est plurielle, des cas où elle est individuelle ; que cette source soit nominativement identifiée ou non. Les sources individuelles, très largement majoritaires et identifiées, sont plus dialogales : de cette façon, le candidat se positionne nominativement par rapport à un co-débattant. Les sources plurielles et non identifiées sont plus dialogiques : le candidat se positionne alors seulement par rapport à un discours, sans mentionner ses partenaires d’interaction.

13Enfin, nous avons analysé la visée de la référence. Cette reprise des propos peut obéir à une visée convergente (on est d’accord avec les propos qu’on rappelle) ou à une visée divergente (on s’oppose aux propos qu’on rappelle) (Sandré, 2012). Bien sûr, cette distinction est à prendre comme un continuum. Il y a des cas de référence purement convergente, d’autres purement divergente. Et entre les deux, il y a aussi des cas où la convergence n’est qu’une stratégie pour s’opposer à l’autre. La visée divergente est largement majoritaire durant le débat. La visée convergente, quant à elle, participe à la stratégie politique d’un candidat de créer des coalitions temporaires sur certains points, soit très précis, soit très généraux. Nous voulions, avec ce dernier critère, voir si une des configurations précédentes était plus utilisée pour rendre compte d’une visée particulière.

14Nous présentons donc dans ce point le classement issu de ces critères, en commençant par les occurrences qui nous ont semblé plus dialogiques que dialogales, en finissant par celles plus dialogales que dialogiques.

1.1. Les interventions différées

15Le dispositif mis en place par le genre du discours favorise ce type d’intervention : le candidat parle lorsqu’une animatrice lui donne la parole et rappelle dans son tour de parole les discours précédents par rapport auxquels il veut se positionner. 85 % des occurrences sont des interventions différées.

1.1.1. Les références délocutives

16Il s’agit du cas le plus fréquent durant le débat (2/3 des occurrences relevées). On parle de référence délocutive lorsqu’un locuteur revient sur les propos antérieurs d’un ou de plusieurs autre(s) locuteur(s) en s’adressant aux autres candidats, aux animatrices ou au public sans s’adresser directement au locuteur co-présent dont il reprend le discours. Nous pouvons ainsi considérer cela comme un cas de délocution in praesentia. Le candidat visé peut alors réagir soit au moyen du verbal, soit au moyen du non-verbal (si la réaction du locuteur est montrée à l’écran).

1.1.1.1. Source énonciative plurielle

17Parmi les références délocutives, 40 % mentionnent un groupe. Il s’agit donc de citer un discours tenu par plusieurs locuteurs afin de se positionner par rapport à lui.

18La quasi-totalité de ces cas renvoient à une source non identifiée, l’auteur du phénomène dialogique ne précise donc pas de quels locuteurs il reprend le discours et se contente d’y faire référence. C’est alors le cotexte amont – les interventions précédentes – qui permet de retrouver de quels locuteurs il s’agit, et si la source est plurielle ou individuelle. Pour les occurrences suivantes, l’objectif est simplement de présenter un discours comme déjà dit, sans en préciser les auteurs, en utilisant certains outils linguistiques.

19Ainsi, sont utilisés des pronoms indéfinis :

[1] j’ai écouté les uns et les autres + c’est extravagant ↑ (NDA 99a)

[2] on m’explique que c’est pas possible (FF 334)

[3] tout le monde est d’accord (BH 556)

[4] je veux faire un point sur une proposition faite par plusieurs↓ (BH 556)

[5] il faut absolument avoir ce référendum d’initiative populaire je me réjouis que certains le proposent (NDA 1031)

20L’utilisation de ces pronoms permet de rester flou, et de ne mentionner qu’une quantité indéfinie.

21Certains utilisent des formules passives :

[6] ensuite il faut créer d’l’emploi↓ + et comme il a été dit [si on veut créer d’l’emploi↑ + il faut des sommes très importantes pour RENverser le cours des choses] (JC 60)

[7] [le] cumul des mandats qui a déjà été évoqué (EM 928)

22Ces formes permettent bien sûr de ne pas citer le complément d’agent et de se concentrer sur le discours repris plutôt que sur les auteurs.

23On a aussi relevé l’utilisation d’adverbes confirmatifs comme marqueurs du dialogisme (Bres, 1999) :

[8] et un parlement avec en effet moins de membres↓ (EM 928).

24L’utilisation de cet adverbe permet de confirmer un discours précédemment tenu par plusieurs candidats (respectivement PP, BH et JC) sans les citer. Ainsi EM ne crée aucune coalition personnelle.

25Enfin, on retrouve des formes de discours rapportés très vagues :

[9] d’abord je tiens à dire que:: ces discours sur l’europe c’est vraiment de la diversion↓ (NA 266)

  • 9 On peut analyser cette forme comme du discours narrativisé qui « permet de mentionner qu’un discour (...)

26Les discours auxquels NA fait référence sont simplement repris par un groupe nominal introduit par un déterminant démonstratif, et mis en valeur par la dislocation à gauche, sans qu’elle en précise la teneur (puisqu’ils viennent d’être dits, et qu’elle va s’appliquer à les critiquer dans la suite de son intervention)9.

[10] j’entends beaucoup parler de de on rase gratis et tout ça c’est quand même terrible venant de gens hein qui des qui prônent les politiques ultra-libérales jusqu’à présent (PP 1245)

27Ici PP nominalise la formule « on rase gratis », qui vient résumer les discours qu’il attribue à d’autres candidats (qualifiés d’ultra-libéraux), sans préciser lesquels.

  • 10 Nous analyserons 2 de ces occurrences dans notre seconde partie (exemples [2] et [3]).

28Parmi les occurrences faisant référence à une source énonciative plurielle, 410 sont nominativement identifiées : le locuteur cite alors plusieurs candidats à la suite.

[11] ce que [des amalgames] vous faites en permanence madame le pen et monsieur fillon (NA 628)

[12] alors moi quand j’entends bah madame le pen […] monsieur dupont aignan euh monsieur asselineau expliquer que c’est l’europe qui est la source de tous les maux↓ [eh bien je dis] que c’est tromper les travailleurs↓ (NA 266-270)

29Dans ces deux exemples, NA cite un discours qu’elle attribue à plusieurs locuteurs, coordonnés ou juxtaposés : elle présente ainsi leur discours comme commun. Cette énumération est d’autant plus aisée à faire pour NA que les candidats qu’elle cite sont clairement à l’autre extrémité de l’échiquier politique.

30La référence groupale est donc utilisée principalement pour reprendre un discours, présenté comme déjà dit plusieurs fois sans en mentionner la source. Ainsi, on n’entre pas directement en dialogue avec les autres candidats, mais seulement avec leurs discours. La moitié des occurrences est à visée convergente et l’autre moitié à visée divergente : dans le premier cas, il s’agit de faire groupe avec les autres, dans le second cas, de se démarquer.

1.1.1.2. Source énonciative individuelle

31Ces cas de référence sont les plus fréquents, et permettent de se positionner face à un discours d’un seul autre candidat. De façon attendue, la quasi-totalité des occurrences sont ici identifiées clairement. Mais on a quand même relevé 8 cas de référence individuelle non identifiée. On retrouve alors les mêmes outils que précédemment (formules passives, marqueurs dialogiques, formes de discours rapporté), mais dans ce cas, le travail sur le cotexte amont fait apparaitre que le discours cité n’a été tenu que par un seul locuteur, généralement le locuteur qui vient juste de parler.

[13] ça passe par la réduction du temps de travail et ça a été dit et ça s’ra dit par d’autres candidats↓ (PP 65e)

[14] oui il faudra renforcer le renseignement territorial cela a déjà été fait faudra le faire encore↓ oui il faudra améliorer la coordination du renseignement↓ (BH 556)

32Dans ces deux exemples, sont respectivement cités JLM et NDA, qui viennent juste de parler de la réduction du temps de travail et du renseignement. PP utilise une formule passive et BH l’adverbe oui pour entériner les discours mentionnés. Ces deux exemples sont à visée convergente (la moitié des 8 occurrences relevées).

  • 11 On a aussi relevé quelques cas d’utilisation d’un pronom personnel, lorsque la mention explicite du (...)

33Dans tous les autres cas, la source énonciative est clairement identifiée par des formules de type {monsieur/madame + patronyme} ou {prénom + patronyme}11. Les locuteurs utilisent des formules de modalisation en discours second (Authier-Revuz, 1992) :

[15] comme madame arthaud l’a dit↓ (BH 771)

[16] comme le disait jean lassalle (EM 1191)

34On trouve aussi des cas de discours rapporté :

[17] alors euh monsieur fillon a dit tout à l’heure euh donné des chiffres complètement délirants qui doivent venir encore de l’institut montaigne je suppose↓ (MLP 574)

[18] monsieur fillon a parlé des investissements du qatar en france (FA 643)

[19] je n’ai jamais été justement dans CETTE situation ou ces situations qu’évoquaient monsieur dupont-aignan↓ (EM 793)

[20] le pen a sorti un mensonge (PP 895)

  • 12 Voir aussi « même fillon qui se dit préoccupé par la dette » (1245) ; puis « une petite remarque à (...)

35Le dernier exemple, où seul le patronyme est utilisé pour désigner un autre candidat, est une forme uniquement utilisée par PP12. On note que les formes de discours rapporté, comme on l’a vu précédemment, restent floues. Il ne s’agit donc pas de reprendre précisément le discours d’un autre candidat au moyen d’un discours direct ou indirect, mais simplement d’y faire vaguement référence pour construire son propre discours. Ici on a le double d’occurrences à visée divergente : la référence individuelle identifiée en délocution sert surtout à s’opposer au discours de l’autre, comme on le voit dans ces 4 exemples.

1.1.2. Les références allocutives

36Parmi les occurrences relevées, les références allocutives ne représentent que 20 %. Il s’agit des cas où le candidat s’adresse directement au(x) locuteur(x) qu’il cite.

1.1.2.1. Source énonciative plurielle

37Les références groupales en allocution sont rares dans le débat et n’apparaissent que 2 fois dans la bouche de JLM :

[21] vous n’êtes pas raisonnables vous allez d’un extrême à l’autre et vous oubliez la question centrale qui est la puissance de la france↓ (JLM 466)

[22] [enfin] il faut sortir de l’état d’urgence permanent mes amis↓ c’est une ∆erreur∆ (JLM 570)

38Dans ces deux occurrences, JLM s’adresse à d’autres candidats de façon groupée, sans préciser desquels il parle. Dans le premier exemple, il utilise une personne de rang 5 sans viser personne (il regarde d’ailleurs droit devant lui, sans se tourner vers les autres candidats). Il intervient ici juste après que RE a tenté de clôturer la thématique sur l’Europe : JLM décide, lui, de viser les précédents discours. Dans le second exemple, la formule « mes amis » pour s’adresser directement à ses concurrents est assez inattendue dans le débat, comme l’est cette façon d’intervenir. En effet la référence groupale en allocution est rare comme l’indique le faible nombre d’occurrences relevées.

1.1.2.2. Source énonciative individuelle

39Les références allocutives de type individuel se construisent à l’aide d’une forme nominale d’adresse (FNA) (Kerbrat-Orecchioni, 2010) sous forme {monsieur/madame + patronyme} et/ou de la personne de rang 5 :

[23] ∆ce n’est pas l’europe ce n’est pas la cathédrale européenne (en montrant FF du doigt) du général de gaulle monsieur fillon↓∆ c’est autre chose↓ (JLM 294)

[24] l’appropriation de la révolution numérique et euh informatique et informationnelle↓+ […] permettra de faire ce que vous dites monsieur mélenchon↓ beaucoup plus vite un contrôle des élus + et organiser une révocabilité qui mettra les élus sous pression↓ (JC 924)

[25] vous parliez des dettes monsieur fillon↓ (JC 1157)

40On retrouve aussi des formes de discours rapporté et de marqueurs du dialogisme (la négation dans l’exemple de JLM). Mais ce qui compte ici, ce n’est pas de rapporter un discours, mais de se positionner vis-à-vis de ce discours en s’adressant directement à son auteur. La quasi-totalité des occurrences sont à visée divergente (seules 3 sont à visée convergente, comme l’exemple de JC ci-dessus) : c’est un face-à-face dialogal avec un autre candidat, dans un objectif de confrontation des discours.

1.2. Les interventions directes

41Les interventions directes sont plus rares : elles ne sont pas attendues par le dispositif générique – puisque la parole est normalement distribuée par les animatrices – mais sont rendues possibles par le dispositif médiatique (la co-présence) et le contexte politique (adversaires à une élection). Elles rendent bien compte de l’interaction directe entre les candidats. Dans ce type d’occurrence, un candidat réagit au discours de l’autre, sans passer par l’intermédiaire d’une journaliste : il s’auto-sélectionne et intervient soit à une TRP (Transition Relevance Place, c’est-à-dire une place de transition pertinente), soit en chevauchement ou en interrompant le premier locuteur. Ce type d’occurrence est toujours individuel et clairement identifié : le locuteur intervient pour se positionner vis-à-vis du discours du locuteur en train de parler. Le candidat peut donc intervenir de façon ponctuelle ou plus longue en gardant la parole : il peut s’agir d’un simple régulateur ou d’une remarque plus développée.

42Presque la moitié des occurrences est à visée convergente, et il s’agit surtout de courtes interruptions dans le discours d’un autre candidat :

[26] et oui (JLM 83 au milieu du discours de BH)

[27] c’est exact (JL 642 dans le discours de JLM)

43Les cas à visée divergente sont également souvent des interventions ponctuelles venant contredire le locuteur en place. Souvent ces occurrences apparaissent dans des passages problématiques marqués par de très nombreux ratés du système des tours.

[28] mais c’est totalement faux (NDA 189 dans le discours d’EM)

[29] pardon mais c’est pas possible […] (MLP 615 dans le discours de FF)

[30] c’est complétement faux c’est complétement faux (NDA 861 dans le discours de FA)

[31] [non] ce sont nos traditions monsieur [mélenchon] (MLP 961 dans le discours de JLM)

44Il n’y a alors pas forcément de formule d’adresse ou de personne de rang 5 utilisées, le fait d’intervenir directement dans le discours de l’autre pour se positionner vis-à-vis de son discours suffit à ce que le public comprenne les rapports de force ainsi construits par les candidats. Ce type d’occurrence est difficile à circonscrire : le débat présente un très grand nombre d’interruptions et/ou de chevauchements, sans forcément que leur auteur ne se positionne explicitement par rapport au discours tenu. Nous n’avons donc gardé ici que les cas où l’expression d’un accord/désaccord était clairement faite.

45Les candidats recourent donc à ces différentes stratégies pour se positionner dans le débat vis-à-vis des autres : soit de façon différée, en reprenant le discours de l’autre, sans s’adresser à lui ou en s’adressant directement à lui ; soit de façon directe, en s’auto-sélectionnant pour répondre immédiatement à un concurrent.

2. Comment s’organisent les différentes références au discours autre dans le débat ?

46Ces différentes catégories sont souvent liées les unes aux autres. Nous avons donc choisi 5 exemples qui présentent plusieurs catégories à la suite, afin de pouvoir les traiter conjointement.

2.1. Références différées délocutive et allocutive individuelle identifiée

47L’exemple [32] est lui un cas de mélange d’adresse indirecte et directe. On est alors au tout début du débat : après leur tour de présentation (où ils devaient tous répondre à la question : « comment vous présentez-vous devant les Français ? »), le premier thème est « comment créer des emplois ? ». La parole est donnée d’abord à FF puis à JLM, chacun avec des questions précises sur le thème, mais JLM préfère dialoguer avec le discours de FF :

[32]

58

JLM

[…] il s’agit de rétablir l’ordre public social dans notre pays↓ du coup je suis en désaccord total avec ce que vient de dire monsieur fillon↓ pas question qu’y ait un code du travail par entreprise + pas plus que + comme je l’ai déjà dit euh un code de la route par rue + tout ça est absurde↓ […] je pense à la modification du modèle agricole car contrairement à vous (en se tournant vers FF) je ne crois pas + que le modèle agricole actuel mérite euh de continuer car il est extrêmement contre-productif pour la santé euh des gens↓ + […]

  • 13 En effet, FF est situé immédiatement à la droite de JLM. Ainsi, ils sont disposés en arc de cercle (...)

48Dans cette prise de parole, il cite FF à quatre reprises : les 2 occurrences citées ici sont la première et la troisième. Ce qui nous a intéressées ici est la façon dont il s’adresse à lui : d’abord indirectement (« monsieur fillon »), puis directement en l’interpellant au moyen de la personne de rang 5 (« vous ») et en se tournant vers lui. Dans les deux cas, la divergence est clairement exprimée : « je suis en désaccord total », « contrairement à vous », et le discours attribué à FF est mis à distance par les formules introductives « pas question que » et « je ne crois pas que ». Les applications politiques des propositions de FF sont d’abord parodiées par l’absurde (la comparaison avec le code de la route) puis considérées comme « extrêmement contre-producti[ves] », ces 2 critiques justifiant l’opposition de JLM. Dans ce premier face-à-face du débat, JLM se positionne clairement, posturellement et discursivement, dans le dialogue et l’opposition avec son voisin13.

2.2. Références différées délocutives plurielle – identifiée et non identifiée – et individuelle identifiée

49Dans l’exemple [33], on a des références au groupe, et à des candidats en particulier :

[33]

222

FA

[…] + je viens d’entendre ici un certain nombre de candidats qui ont tous des idées tout à fait intéressantes↑ + sauf qu’elles sont totalement inapplicables dans le cadre des traités européens↑ + et notamment dans le cadre du rapport des grandes orientations de politique économique (en montrant le document) publiée chaque année + par la commission européenne en vertu de l’article cent-vingt-et-un + du traité sur l’fonctionnement de l’union européenne↓ alors monsieur monsieur monsieur dupont-aignan↑ par exemple↑ vous propose↑ h de limiter↑ euh les baisses de charges↑ aux entreprises↑ sur d- >s’appliquant sur le seuil national↓< c’est évidemment interdit par les traités européens↓ \\

223

NDA

ça j’m’en fiche complèt’ment↑

224a

FA

monsieur mélenchon↑ madame le pen↑ proposent &

225

NDA

ça m’est égal

224b

FA

& bien entendu de lutter contre la &

226

MLP

ça recommence (sourire)

224c

FA

& directive des travailleurs détachés↑ sauf que + sauf que les polonais les roumains + par exemple refusent absolument↑ la remise en cause↑ de cette directive↓ + h monsieur ≠ donc je pourrais prendre ainsi tous les candidats en réalité ils ne vous disent pas la vérité↓ ++

50FA parle ici après MLP, JLM et EM, et après un moment particulièrement cacophonique entre eux, et RE demande à FA de « réagir là-dessus ». La première occurrence fait référence à un discours tenu par « un certain nombre de candidats », et FA catégorise ces discours sous l’étiquette « idées tout à fait intéressantes ». On peut considérer qu’il s’agit ici d’une référence convergente suivi d’une divergence marquée par la conjonction de subordination « sauf que » venant requalifier ces idées qui passent d’« intéressantes » à « inapplicables ». On peut aussi considérer que la première partie est totalement ironique et donc déjà franchement divergente. Cette critique groupale est suivie par des attaques plus ciblées délocutives, d’abord sur NDA, dont le discours est repris sous forme de DI introduit par le verbe proposer et suivi d’un commentaire invalidant le discours : « c’est évidemment interdit par les traités européens ». Dans cette occurrence, la délocution est expliquée par l’utilisation du pronom de la personne de rang 5 qui précise l’interlocuteur : « monsieur Dupont-Aignan vous propose » : ici FA s’adresse directement au public, auquel NDA a précédemment proposé une mesure. Ensuite, il cible l’attaque sur JLM et MLP, qui sont ici identifiés comme 2 énonciateurs d’un même discours (cas où la source énonciative est à la fois plurielle et identifiée). Leur discours est aussi repris sous forme de DI introduit par le verbe proposer, immédiatement suivi par « sauf que » qui introduit une raison invalidant la promesse attribuée à JLM et MLP. Il semble ensuite vouloir s’opposer nominativement à un autre candidat (« monsieur ») mais change de parcours discursif et finalement, il élargit de nouveau ses critiques à « tous les candidats » en les accusant de mensonge. On a donc ici plusieurs attaques, groupales et individuelles, identifiées et non identifiées. Cette superposition d’occurrences produit un effet « mitraillette », le but de FA étant de s’opposer ici aux discours de différents candidats et globalement de tous.

51On peut ici remarquer les réactions différentes des candidats ainsi mis en cause : NDA affiche son détachement à la critique dans ses 2 remarques, une fois en interrompant FA en 223, l’autre fois en chevauchement en 225. MLP affiche son détachement par le sourire qui met à distance cette critique, considérée comme une rengaine (elle se plaint souvent d’être la cible de toutes les critiques). Enfin, JLM ne dit rien et ne laisse rien paraître alors qu’il apparaît à l’écran quelques secondes : fixant la caméra, tête penchée sur le côté gauche, avec un air très sérieux.

2.3. Référence différée délocutive plurielle identifiée

52Il arrive que les candidats privilégient l’interaction avec le discours d’autres candidats aux questions précises des animatrices. C’est l’exemple [34] :

[34]

315

RE

philippe poutou est-ce que votre projet d’ouverture des frontières est compatible avec la protection des emplois en france↑

316a

PP

euh juste j’voulais répondre &

317

RE

oui

316b

PP

& à à un truc qu’était un peu avant là sur les: les charges &

318

RE

oui

316c

PP

& sociales↓ parce que (raclement de gorge) y a \\

319

RE

sur les travailleurs détachés↓

320

PP

non ouais ‘fin sur les charges sociales euh c’est le mot qui revient souvent qu’i’ faut diminuer les charges sociales euh y a (montre avec ses doigts) fillon macron ou le pen qui défendent ça \\

321

RE

sur la création d’emploi↓

322

PP

euh ouais non mais c’est pour dire qu’ça fait des décennies qu’on nous dit qu’il faut diminuer les charges sociales et les charges sociales en réalité c’est quoi↑ c’est les cotisations sociales↑ + on fait croire qu’c’est neutre mais en réalité c’est c’est c’qui alimente les caisses de la sécurité sociale↑ + h donc à chaque fois qu’on diminue des charges sociales↓ + on attaque la sécurité sociale et on attaque donc le salaire socialisé d’tout ce qui peut être commun ou collectif↓ […]

53Ici, PP s’oppose au discours libéral qu’il attribue en groupe à FF, EM et MLP (en 320) sur la question de la diminution des charges sociales. On a ici aussi un effet mitraillette, accentué par la gestualité. Le discours de ces 3 énonciateurs est catégorisé comme un « mot qui revient souvent ». PP ensuite s’oppose à ce discours en expliquant la fonction des charges sociales et argumente. On voit, au début de cet extrait, que RE lui donne officiellement la parole sur un sujet particulier (315) et qu’il lui répond clairement avoir envie de parler d’autre chose (316). L’animatrice qui essaie, après 2 régulateurs (en 317 et 318), de recentrer le sujet, en interrompant le candidat à 2 reprises, n’est ici pas écoutée par PP (qui commence son tour 322 par « euh ouais non mais » pour justifier la poursuite de sa critique). Ces interruptions fréquentes de l’animatrice sur le discours de PP amèneront le candidat, une heure plus tard, à lui rétorquer : « c’est pas parce que j’ai pas de cravate qui faut me couper » (PP 710).

  • 14 La 4e occurrence est le fait de FA en 224a – voir exemple [2].

54Comme on l’a vu en 1.1. a), les références groupales identifiées sont assez rares et sont utilisées par des candidats assez radicaux sur l’échiquier politique, cette position leur permettant de s’opposer à un discours groupal de l’autre bord14.

2.4. Référence différée délocutive individuelle identifiée et échange direct

55Le quatrième exemple se situe lors du thème sur le terrorisme, et les candidats trouvent alors un terrain d’entente. C’est de nouveau FA qui parle :

[35]

531

LF

[et dans la lutte contre le] terrorisme qu’est-ce que vous proposez↑

532

FA

mais justement + parce que comme le disait monsieur poutou et je suis d’accord avec lui↑ ++ (sourire forcé de PP) “lorsque l’on a↑ + des GOUvernements qui trouvent par exemple que al-nostra fait du bon boulot alors que la que il s’agit + quand même” d’a- d’action terroriste qui sont de temps en temps classés avec al-qaïda ou non↑ + il faut mettre un terme à c’la↓ il faut mettre égal’ment un terme + à toute complaisance avec l’émirat du QAtar + ou avec l’arabie saoudite↑ + h qui sont↑ + on le sait↑ + parmi les principaux p’rvoyeurs financiers et d’armes + de du terrorisme islamiste↓ j’aim’rais d’ailleurs que monsieur macron nous dise ce qu’il en pense↓

533

EM

je suis d’accord avec vous sur ce dernier point↓

534

FA

ah vous êtes toujours d’accord av’c tout le monde↓

535

EM

non (rire public + candidats notamment MLP) “ça n’est pas vrai↑” +++ ça monsieur poutou + ça monsieur poutou vous pouvez reprendre les éléments d’langage de certains autres↑ […]

56Sur ce second grand thème du débat, se sont d’abord exprimés PP et EM. FA est le troisième à intervenir. En 532, il dit qu’il est d’accord avec PP pour la deuxième fois en moins d’une minute. La MDS « comme le disait PP » est ici en emploi délocutif suivi d’un témoignage convergent clair (et sans concession) « je suis d’accord avec lui↑ ». Le réalisateur nous montre la réaction de PP à cette référence : il sourit de façon forcée montrant bien qu’il n’est pas tout à fait confortable dans cette coalition contrainte. Mais sa réaction reste non verbale et n’est perceptible que grâce au réalisateur qui décide de la montrer à l’écran. FA se tourne ensuite vers EM, auquel il pose une question, mais là encore de façon indirecte, en délocution. EM s’auto-sélectionne pour lui répondre directement, en allocution, par l’utilisation de la personne de rang 5 et posturellement en se tournant vers lui, alors que FA reste droit et ne le regarde pas. EM marque ici aussi une convergence claire limitée à « ce dernier point », s’ensuit un échange direct entre les deux. La répartie de FA en 534 fait rire le public et les autres candidats, notamment MLP qui marque très nettement sa réaction (vocalement, sans qu’elle apparaisse à l’écran). Dans la seconde partie de cet extrait, les deux candidats court-circuitent donc l’intermédiaire des animatrices en dialoguant directement. On peut noter enfin qu’EM, en répondant, en 535, se trompe de FNA et appelle FA « monsieur Poutou », confondant ainsi le locuteur et la source énonciative qu’il a convoquée. EM, juste après, s’excusera auprès de PP en se tournant vers lui et rectifiera sa FNA : « pardon monsieur asselineau pardonnez-moi » (EM 537), sous-entendu : « pardon monsieur Poutou, je voulais dire tout à l’heure “monsieur Asselineau” ».

2.5. Références différées délocutives plurielle et individuelle non identifiées

57Enfin, le dernier exemple se situe juste avant les conclusions. NA est l’avant-dernière candidate à s’exprimer sur le dernier thème : le service public.

[36]

NA

1255

j’ai beaucoup de retard mais j’voudrais repartir quand même sur euh l’idée euh tout à l’heure on discutait euh à de comment redonner le pouvoir au peuple↓ et bien regardez c’qui se passe ++ en guyane hein bah je crois que la population l’a trouvé euh elle a trouvé + l’idée hein pour reprendre en tout cas pour s’imposer↓ pour taper du poing sur la table justement↓ parce que oui bah ces luttes collectives ces grèves et bah moi je crois que c’est la ∆meilleure∆ arme finalement pour que les travailleurs fassent respecter leur besoin↓ […] parce que je vais pas redire hein tout ce que tout ce qui a été dit là bien sûr qu’il faut embaucher dans les hôpitaux bien sûr qu’il faut embaucher dans les écoles dans les transports il faut créer des maisons de retraites des crèches↓ mais y a une réalité aussi↓+ c’est que l’état + il n’est pas suspendu en l’air hein l’état il suit une politique qui sert aujourd’hui les intérêts effectivement d’une classe sociale↓ […]

58NA fait d’abord référence à plusieurs énonciateurs (référence groupale non identifiée) en utilisant un on inclusif. C’est une forme particulière que nous n’avons relevée qu’à 3 reprises, par laquelle le locuteur cite un discours attribué à plusieurs locuteurs dont lui-même. En effet, à la fin du débat, certains thèmes ont déjà été traités par tous les candidats. La locution adverbiale « tout à l’heure » inscrit le discours convoqué à l’intérieur du débat (au cours des 3 h 23 qui ont précédées). Dans cette forme, NA est donc la seule énonciatrice identifiée, les autres restent flous. Il s’agit ici de revenir sur un grand principe « redonner le pouvoir au peuple », qu’elle va développer avec l’exemple de la Guyane. Plus tard, elle s’exclut de l’énonciation source avec une formule impersonnelle : « je vais pas redire tout ce qui a été dit là ». Ainsi, on ne sait pas clairement si le discours repris est attribué à un ou plusieurs locuteurs. Mais l’utilisation de l’adverbe pointe plus directement l’intervenant précédent – PP – qui vient justement de tenir le discours qu’elle valide immédiatement après grâce aux adverbes confirmatifs bien sûr. Nous avons donc classé ces occurrences dans la référence individuelle non identifiée. De même qu’il est attendu que ces 2 candidats s’opposent en bloc aux candidats de l’autre bord de l’échiquier politique (voir exemple [34]), il est également attendu qu’ils se rencontrent sur certains points : toutes ces formes sont donc à visée convergente.

Conclusion

  • 15 On peut aussi ajouter les formes délocutives avec adresse posturale, qui apparaissent comme un entr (...)

59À travers ce travail, nous avons voulu montrer comment les candidats dialoguaient avec le discours des autres : pour ce faire, ils intervenaient soit de façon différée et ce, en utilisant des formes délocutives (le candidat dont on reprend les propos est alors traité indirectement) ou allocutives (le candidat est alors traité directement)15, soit de façon directe (en allocution). Les premières formes sont plus dialogiques que dialogales – et sont clairement les plus utilisées –, les dernières sont, elles, beaucoup plus dialogales. Durant ce débat à onze, les candidats dialoguent donc avec le discours des autres de manière assez régulière dans le but de servir leur propre discours et leur propre argumentation.

60Nous n’avons pas relevé de corrélation absolue entre le mode d’intervention et la visée convergente/divergente, mais des tendances se dégagent. Comme attendu par le genre, la divergence est plus représentée dans chacune des catégories, sauf pour les références délocutives groupales non identifiées. Il semble donc être plus facile pour les candidats d’exprimer un accord avec une source vague, sans préciser les sources. La délocution favoriserait donc la convergence quand l’allocution – plus directe – serait plus propice à l’affrontement. Cependant, en intervention directe, la convergence représente tout de même 43 % des cas relevés. Ainsi, la configuration la plus dialogique (les références différées et délocutives) et la plus dialogale (les références directes allocutives) laisse une place importante à la convergence, quand la configuration intermédiaire (les références différées allocutives) est très majoritairement à visée divergente (89 % des cas). Les thématiques influent aussi sur la convergence et la divergence des candidats. Ainsi, le thème où les candidats sont le plus d’accord est le terrorisme : voir exemple [35] ; et celui où il y a le plus de divergence est le thème sur l’Europe : exemple [33].

61L’analyse menée nous a permis de mettre au jour des tendances de coalition/opposition intéressantes à souligner :
– Les locuteurs avec lesquels on est le plus d’accord sont JLM (6 occurrences), PP (5) et NA (4), par des candidats de tous bords politiques. L’idée étant de prendre d’éventuels électeurs à ces candidats. Les grands candidats, EM, MLP et FF, ne sont jamais cités ici.
– Un candidat est particulièrement attaqué par les autres, il s’agit de FF (25 occurrences), MLP est en seconde position (14 occurrences), puis EM (13) et JLM (9). Les petits candidats, en revanche, ne sont que très peu cités pour s’y opposer (2 pour NA, 1 pour BH, aucun pour JL et JC). On attaque donc plus frontalement les gros candidats, dont les positions sont plus connues, en espérant ainsi les affaiblir.

62Mais ces tendances peuvent être biaisées par l’organisation même du débat : les phénomènes de dialogue entre les discours sont souvent liés à l’ordre dans lequel les questions sont posées : on réagit souvent à celui ou ceux qui viennent de prendre la parole, parfois à l’invitation des animatrices, parfois de sa propre initiative.

63De plus, ces stratégies d’accord et de désaccord, internes au débat, sont souvent préparées. En effet, les candidats savent ce que les autres vont dire, il est donc plus facile pour eux de riposter. Et parfois ils peuvent être déçus parce qu’ils avaient préparé une réponse à un discours qui n’a pas été tenu, on entend ainsi BH dénoncer : « c’que monsieur fillon a oublié d’nous dire » (BH 82). On voit donc que si, dans ce corpus, les candidats dialoguent – il y a bien alternance des tours de parole –, le dispositif est surtout une mise en interaction des discours, et donc dialogique.

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz J., 2020, La Représentation du Discours Autre. Principes pour une description, Berlin/Boston, De Gruyter.

Authier-Revuz J., 1992 et 1993, « Repères dans le champ du discours rapporté (I et II) », L’Information grammaticale 55 et 56, 38-42 et 10-15.

Bakhtine M., 1978 [1975], Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Benveniste É., 1966, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard.

Bres J., 2017, « Dialogisme, éléments pour l’analyse », Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne] 14-2. URL : http://journals.openedition.org/rdlc/1842

Bres J., 1999, « Vous les entendez ? Analyse du discours et dialogisme », Modèles linguistiques XX 2, 72-88.

Bres J., Haillet P. P., Mellet S., Nølke H. & Rosier L. (éds), 2005, Dialogisme et polyphonie : Approches linguistiques, Bruxelles, De Boeck.

Constantin de Chanay H., 2010, « Adresses adroites, les FNA dans le débat Royal-Sarkozy du 02 mai 2007 », in C. Kerbrat-Orecchioni (éd.), S’adresser à autrui. Les Formes nominales d’adresse, Chambéry, Éditions de l’université de Savoie, 249-294.

Détrie C., Siblot P. & Verine B. (éds), 2001, Termes et concepts pour l’analyse du discours, Paris, Honoré Champion.

Kerbrat-Orecchioni C., 2010, « Introduction », in C. Kerbrat-Orecchioni (éd.), S’adresser à autrui. Les Formes nominales d’adresse, Chambéry, Éditions de l’université de Savoie, 7-30.

Miche E., 1995, « Les formes de diaphonie dans un débat parlementaire », Cahiers de linguistique française 16, 241-165.

Perrin L., 1995, « Du dialogue rapporté aux reprises diaphoniques », Cahiers de linguistique française 16, 211-240.

Rosier L., 2008, Le Discours rapporté en français, Paris, Ophrys.

Rosier L. (éd.), 2002, Faits de langues 19 : Le discours rapporté, Paris, Ophrys.

Sandré M., 2012, « Discours rapporté et stratégies argumentatives : Royal et Sarkozy lors du débat de l’entre-deux tours », Langage et société 140 : Analyse du discours à la française : continuités et reconfigurations, 71-88.

Sandré M., 2010, « Constantes et spécificités des dysfonctionnements interactionnels dans le genre débat politique télévisé : une application au débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle de 2007 », Thèse de doctorat, université Montpellier 3, [thèse téléchargeable à l’adresse : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00600272].

Haut de page

Notes

1 Qui apparaissent dans le corpus sous leurs initiales, soit respectivement NA, FA, JC, NDA, FF, BH, JL, MLP, EM JLM et PP.

2 Respectivement LF et RE.

3 Conventions de transcription [présentées et justifiées dans Sandré, 2010 : 200-211], mises en évidence ici par les guillemets français : « + ++ +++ » pause très brève, brève, moyenne ; « : : : » allongement vocalique ; « ↑↓ » intonation montante/descendante ; « >…< <…> » accélération/ralentissement du débit de parole ; « ∆…∆ » passage prononcé avec une voix forte ; « RENverser » accentuation de la syllabe ; « ≠ » modification de la thématique discursive au milieu d’un énoncé ; « (rire) » : indication non verbale ; « soulignement » chevauchement de parole entre 2 locuteurs ; « & » continuation du tour de parole après un chevauchement ; « \\ » hétéro-interruption. Les élisions phoniques sont notées par l’apostrophe, aucune majuscule graphique, les aspirations audibles sont notées « h ». Les prises de paroles sont numérotées et indiquées dans la première colonne. Les locuteurs sont identifiés par leurs initiales dans la seconde. Certains extraits ont été modifiés pour une meilleure lisibilité, ce qu’indiquent les crochets. Le gras souligne les occurrences analysées.

4 Les 4 candidats qui interviennent le plus sont, dans l’ordre décroissant : NDA, EM, MLP et JLM ; les 4 candidats qui interviennent le moins sont, dans l’ordre décroissant : FA, NA, JL et JC.

5 Dans Termes et concepts pour l’analyse du discours, Détrie et al. (éds), entrée « Dialogisme ».

6 Avec présence d’un marqueur discursif, qu’il s’agisse de formes de discours rapportés, de modalisation en discours second ou même simplement d’un marqueur dialogique.

7 Soit les formes d’« hétérogénéité énonciative non marquée » (Bres, 2017 : § 22-25)

8 Il parle, lui, de « reprises diaphoniques ».

9 On peut analyser cette forme comme du discours narrativisé qui « permet de mentionner qu’un discours […] a eu lieu sans donner d’existence effective au discours cité. » « Le discours narrativisé condense, en un discours citant, un DR, sous une forme verbale ou nominale » (Rosier, 2008 : 105 et 107).

10 Nous analyserons 2 de ces occurrences dans notre seconde partie (exemples [2] et [3]).

11 On a aussi relevé quelques cas d’utilisation d’un pronom personnel, lorsque la mention explicite du candidat a été faite précédemment, par le locuteur ou par un animateur qui demande au locuteur de réagir aux propos d’un concurrent.

12 Voir aussi « même fillon qui se dit préoccupé par la dette » (1245) ; puis « une petite remarque à macron » (1247) en allocution.

13 En effet, FF est situé immédiatement à la droite de JLM. Ainsi, ils sont disposés en arc de cercle dans l’ordre suivant : FF, JLM, JL, NA, MLP, BH, JC, PP, EM, NDA et FA.

14 La 4e occurrence est le fait de FA en 224a – voir exemple [2].

15 On peut aussi ajouter les formes délocutives avec adresse posturale, qui apparaissent comme un entre-deux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Guyon et Marion Sandré, « Le dialogisme en interaction : se positionner vis-à-vis du discours autre dans un débat à 11 »Cahiers de praxématique [En ligne], 75 | 2021, mis en ligne le 03 mars 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/6836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.6836

Haut de page

Auteurs

Laetitia Guyon

Université de Toulon – Laboratoire Babel

Marion Sandré

Université de Toulon – Laboratoire Babel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search