Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76De la polyphonie linguistique à l...

De la polyphonie linguistique à la polyphonie discursive : un chemin à trois étapes

From linguistic polyphony to discursive polyphony : a three-step path
Kjersti Fløttum, Øyvind Gjerstad et Francis Badiang Oloko

Résumés

Cette contribution présente et illustre un développement de la polyphonie en trois étapes. Notre ambition est de parvenir à une analyse qui montre et explique la richesse polyphonique de l’interprétation discursive. Pour ce faire, la ScaPoLine s’est ouverte au dialogisme ainsi qu’au modèle de Genève. Toutefois, pour simplifier l’outil méthodologique et donc permettre de dévoiler des interprétations spontanées de l’énoncé, le cadre méthodologique a été restreint aux apports de la ScaPoLine et à ceux de la praxématique. Nous testons l’application de ces développements sur la tribune de Paul Biya, président du Cameroun, parue dans Le Monde du 30/11/2015. L’analyse des phénomènes polyphoniques repérés révèle que la configuration polyphonique est un outil dynamique, susceptible de se combiner avec d’autres approches, élargissant ainsi son spectre. La polyphonie discursive qui en résulte permet une interprétation rhétorique du discours. Sur la base des phénomènes analysés, l’on retient que Paul Biya propose le consensus et des actions concertées pour juguler la crise du climat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objectif de la présente contribution est d’illustrer et de discuter un développement de la polyphonie en trois étapes qui permet de combiner le linguistique avec le contexte de production du discours. Notre but est de montrer l’intérêt du passage de la polyphonie linguistique dans la version de la ScaPoLine (Nølke et al., 2004) à la polyphonie discursive, et plus précisément de dévoiler ce qui peut se passer dans un texte en termes de rhétorique et de manipulation en prenant en compte le contexte. Sur le plan de l’hétérogénéité énonciative, la polyphonie discursive opère une simplification qui porte essentiellement sur les facteurs linguistiques de la configuration polyphonique, notamment les êtres discursifs, c’est-à-dire des images de différentes ‘personnes linguistiques’ présentes dans le discours, et les liens énonciatifs qui relient les êtres discursifs aux points de vue (pdv) (Nølke et al., 2004). Pourtant, cette simplification peut entrainer une perte d’information et un relâchement de la rigueur des analyses scapoliniennes. Pour autant, il s’opère concomitamment un élargissement de la sphère de repérage et d’exploitation de l’hétérogénéité énonciative en général.

2Depuis les années 2000, la polyphonie a connu un développement considérable, à en témoigner par le nombre d’auteurs qui enquêtent sur ce phénomène, de même que le nombre et la qualité des publications ces deux dernières décennies. Nølke et al. (2004) pointaient déjà la remarquable diversité des orientations sur ce phénomène pourtant pas si récent si l’on s’en tient aux travaux de Bakhtine (1970 [1920]) ou encore à ceux de Ducrot (1984) et Authier-Revuz (1984). Cette diversité des orientations témoigne de l’intérêt, de la richesse mais aussi en même temps de la complexité de ce qui mérite désormais d’être décrit comme une branche à part entière de la linguistique de l’énonciation. La ScaPoLine est l’une de ses orientations et a comme objectif principal de

rendre compte des phénomènes polyphoniques proprement linguistiques, c’est-à-dire phénomènes relevant du système de la langue, tout en anticipant l’influence qu’aurait ce type de phénomènes sur les interprétations des textes. (Nølke et al. 2004 : 15)

3Pourtant, Nølke (2009) reconnaît la pertinence des informations extralinguistiques en vue d’une interprétation polyphonique plus globale du discours dont l’essence se constitue d’une composante linguistique et d’une composante contextuelle. Il reconnaît que l’analyse polyphonique peut se combiner avec d’autres domaines de connaissance pour faire le pas nécessaire en vue de l’analyse discursive. Toutefois, l’on est en droit de s’interroger si la démarche interdisciplinaire qu’il préconise est la seule possible pour effectuer ce pas. Nølke en reconnaît toute la complexité et la délicatesse. Une autre voie est pourtant envisageable ; et celle-ci permet au chercheur de rester au sein du domaine de l’hétérogénéité énonciative.

4C’est dans ce contexte qu’émergera une première ébauche, celle de Gjerstad (2011), puis une deuxième par Badiang Oloko (2019) (voir aussi Fløttum et al., 2020). Elles postulent le cadre d’une polyphonie discursive comme un maillage entre la ScaPoLine (Nølke et al., 2004), le dialogisme (Bres & Nowakowska, 2006) et le modèle de Genève (Roulet et al., 2001). Avec la ScaPoLine comme point de départ, ces deux orientations offrent un aperçu des développements récents de la polyphonie et notamment du pôle norvégien. Qu’est-ce qui marque le passage de cette polyphonie dite linguistique à la polyphonie discursive ? Quels intérêts l’application de ce passage peut-elle avoir pour l’analyse polyphonique d’une part et pour la compréhension des enjeux du discours d’autre part ?

5Nous observons notamment que la polyphonie discursive porte l’étude et l’exploitation de l’hétérogénéité énonciative vers l’interprétation du discours authentique. Elle rompt par ailleurs la cloison entre la polyphonie et le dialogisme (Dendale & Coltier, 2006 ; Belanger & Van Drom, 2011). Nous reviendrons sur ce passage de la ScaPoLine à la polyphonie discursive.

6Dans la suite de cet article, nous ferons d’abord une brève introduction à la polyphonie linguistique, inspirée par la ScaPoLine. Ensuite, nous introduirons quelques principes importants de la polyphonie discursive. Ces deux parties seront accompagnées d’exemples tirés d’un texte du président camerounais, Paul Biya. Il s’agit d’une tribune publiée dans le journal Le Monde, parue en marge du sommet international sur les changements climatiques (COP21) tenu à Paris en novembre-décembre 2015. Ce texte politique permettra d’illustrer notre chemin théorique, et de résumer un tant soit peu l’orientation empirique des études sur la polyphonie. Nous terminerons par une discussion incluant quelques pistes possibles pour des recherches futures.

1. La polyphonie linguistique : un bref aperçu de la ScaPoLine

7D’après Ducrot (1984 : 172), la polyphonie linguistique conteste le préalable de l’unicité du sujet parlant. Ducrot l’applique à l’énoncé – et non pas à une suite d’énoncés telle qu’envisagée par l’application de la théorie de Bakhtine au texte littéraire. Quelques décennies plus tard, Nølke (2017) maintient le même paradigme comparatif entre polyphonie littéraire et polyphonie linguistique. Pour lui, la polyphonie linguistique s’intéresse à un aspect de la signification de l’énoncé susceptible d’être encodé dans la forme linguistique, c’est-à-dire susceptible de laisser des traces au niveau de la langue (ibid. : 39). L’objectif en polyphonie linguistique est donc d’identifier et d’expliquer les instructions que nous fournit la langue pour l’interprétation polyphonique des énoncés. En prenant comme point de départ les instructions résidant dans les marqueurs polyphoniques, la ScaPoLine propose une démarche qui s’opère principalement au niveau lexico-syntaxique, afin de révéler le potentiel sémantique contribuant à analyser des énoncés. Son ambition rappelée par Nølke (2009 : 81) était de « créer une théorie formalisée qui soit en mesure de prévoir et de préciser les contraintes proprement linguistiques qui régissent l’interprétation polyphonique ».

8Par son ancrage strictement linguistique, la ScaPoLine se passe des informations qui se situent en dehors du champ de la langue. Dans une perspective discursive, une telle approche peut paraître inintéressante. Cependant, elle présente un avantage scientifique indéniable : étant donné que l’approche de la ScaPoLine se base sur des marqueurs qui peuvent être caractérisés comme polyphoniques par défaut, les analyses entreprises dans cette perspective sont réplicables. Elles peuvent donc être « contrôlées » ou vérifiées. Bien qu’il y ait pour certains marqueurs des propositions d’analyse différentes (dont par exemple le connecteur mais), la plupart du temps les instructions inhérentes aux marqueurs invitent à un consensus plus ou moins général.

9Le texte de Biya, où le président camerounais plaide pour un accord contraignant sur le climat, nous offre une série de phénomènes polyphoniques différents (dont la négation, la concession, la reformulation, le discours rapporté, la présupposition) et par là nous avertit d’une pluralité de pdv et de voix qui traversent le discours. Pour laisser plus de place aux approches discursives, nous nous contentons ici d’illustrer la démarche de la ScaPoLine par un seul extrait du texte. Les marqueurs polyphoniques sont mis en gras :

[1] Certes, le chemin a été long depuis Rio, en 1992. Nombre de conférences, à Kyoto, Bali, Copenhague, Cancun, Durban, Doha, Varsovie, Lima, ont jalonné ce parcours. Mais ces efforts n’ont pas été vains.

10La construction certes – mais marque la concession. L’intérêt d’une telle construction p mais q réside dans le fait que l’annonceur certes sert à concéder un point de vue ou argument (p), alors que le connecteur mais permet d’avancer un contre-argument (q) que le locuteur juge plus fort. De cette manière, la concession avec mais sert à signaler la polyphonie de différents pdv, dont le dernier (q) est celui que le locuteur juge le plus important. Cette structure cristallise les pdv qui s’orientent vers des conclusions différentes (r et non-r). Le locuteur accepte ou concède p, qui, à travers le topos ‘si p alors r’, s’oriente vers la conclusion r, laquelle s’interprétera seulement par un recours au contexte. Cependant, l’instruction inhérente au contre-argument q est plus forte que p, et s’oriente vers la conclusion non-r. Une analyse simplifiée de cette construction se présente comme suit :
pdv1 : le chemin a été long depuis Rio, en 1992. Nombre de conférences, […], ont jalonné ce parcours (p)
pdv2 : si p alors r
pdv3 : ces efforts n’ont pas été vains (q)
pdv4 : si q alors non-r

11Cette structure annonce déjà une polémique, mais une polémique assez « douce ». Par contre, la phrase introduite par mais, contient également une négation, ne – pas, qui, quant à elle, marque une polémique plus forte : le locuteur réfute le pdv sous-entendu ‘ces efforts ont été vains’.

12Ainsi l’approche scapolinienne a permis d’identifier des échanges entre différents pdv, mais pour poursuivre l’interprétation, il est nécessaire de passer aux perspectives discursives. Ce passage fera l’objet de la section suivante.

2. La polyphonie discursive : ouverture de la configuration au dialogisme

13La polyphonie discursive reprend le postulat de Nølke (2008 : 129) selon lequel l’interdiscursivité est dans l’essence du discours :

[t]out discours semble en cacher un autre, simplement en raison du fait qu’il ne se produit jamais dans le vide, mais toujours dans un contexte qui appelle d’autres discours, déjà produits, à venir ou simplement imaginés.

14Il est donc primordial en polyphonie discursive d’établir les preuves de cette polyphonie au-delà des phénomènes qui sont engendrés dans la langue, en principe indépendamment de son emploi et auxquels Nølke (2002 : 446) limite le champ de la ScaPoLine. La polyphonie discursive a pour ambition d’identifier des voix, qui peuvent relever soit des instructions sémantiques de marqueurs linguistiques, correspondant ainsi à la polyphonie telle qu’elle est analysée par la ScaPoLine, soit de l’ancrage contextuel de mots, de syntagmes ou d’énoncés. Ainsi, toute expression linguistique est potentiellement polyphonique, en fonction des informations co(n)textuelles qui contribuent à son interprétation (Gjerstad, 2011 : 75). Afin d’identifier ces voix qui relèvent non pas de marqueurs linguistiques mais de facteurs co(n)textuels, l’approche de Gjerstad s’inspire à la fois du modèle modulaire de l’École de Genève, en particulier de l’analyse des relations entre constituants textuels (argumentation, reformulation, etc.) (Roulet et al., 2001) et du dialogisme tel que conçu par la praxématique (Bres & Nowakowska, 2006). Rappelons que le dialogisme consiste en l’orientation de tout discours vers d’autres discours, sous forme de dialogue interne (Bres et al., 2019 : 11-12). Reprenons ensuite l’exemple 1 :

[1] Certes, le chemin a été long depuis Rio, en 1992. Nombre de conférences, à Kyoto, Bali, Copenhague, Cancun, Durban, Doha, Varsovie, Lima, ont jalonné ce parcours. Mais ces efforts n’ont pas été vains. Initialement affaire de spécialistes, le réchauffement climatique a ébranlé la conscience des nations, de leurs dirigeants et de leurs populations.

15Comme nous l’avons vu dans l’analyse de cet exemple, la ScaPoLine considère que certains connecteurs (contre-)argumentatifs, comme mais, construisent des topoï implicites sur lesquels le locuteur se base pour tirer ses conclusions. Or, il peut y avoir des relations argumentatives entre des constituants textuels qui ne relèvent pas de tels marqueurs mais du contenu sémantique des énoncés et du savoir contextuel qui informe leur interprétation. Ce type de relation textuelle se trouve dans une séquence comme ‘Je n’irai pas au cinéma, j’ai trop de travail’ (voir Roulet et al. 2001 : 170). Cela semble aussi être le cas dans l’exemple [1], à la suite de la construction concessive, car le deuxième argument de celle-ci se voit étayé par l’énoncé qui le suit, interprétation qui se confirme par l’introduction de la conjonction car :

[…] ces efforts n’ont pas été vains, [car] initialement affaire de spécialistes, le réchauffement climatique a ébranlé la conscience des nations, de leurs dirigeants et de leurs populations.

16Nous constatons qu’il s’agit d’un enthymème, par le fait que l’argument et la conclusion sont reliés logiquement par une prémisse majeure implicite (correspondant au topos chez Nølke et al. [2004 : 88-92]) :
Prémisse mineure : le réchauffement climatique a ébranlé la conscience des nations, de leurs dirigeants et de leurs populations.
Prémisse majeure : si le réchauffement climatique a ébranlé la conscience des nations, de leurs dirigeants et de leurs populations, alors les efforts politiques contre le réchauffement climatique n’ont pas été vains.
Conclusion : ces efforts n’ont pas été vains.

17Comme pour les topoï occasionnés par l’emploi d’un connecteur comme mais, la prémisse majeure de cette construction argumentative, quoique non marquée linguistiquement, doit être considérée comme une vérité que le texte prend pour acquise, c’est-à-dire comme étant partagée par l’allocutaire et le locuteur. Cela en fait un contenu appartenant à une voix collective, comme dans l’analyse polyphonique de connecteurs (contre-)argumentatifs.

18Ensuite, la conclusion comprend une négation, qui engendre un point de vue positif sous-jacent, réfuté par le locuteur. Cette réfutation est ensuite étayée par un argument. La relation argumentative qui en résulte est rétroactive, du fait que la conclusion précède l’argument. Cela fait de l’argument une justification d’un énoncé, et lui confère une valeur interlocutive, en créant ce que Bres & Nowakowska (2006 : 42) considèrent comme un dialogue virtuel, dans lequel le locuteur essaie d’anticiper sur les questions ou objections éventuelles de la part de l’allocutaire :
– Ces efforts n’ont pas été vains.
Si, ces efforts ont été vains.
[Non, car] Initialement affaire de spécialistes, le réchauffement climatique a ébranlé la conscience des nations, de leurs dirigeants et de leurs populations.

19Il existe une autre relation discursive qui permet également de faire apparaître un tel dialogue virtuel. Il s’agit de la reformulation, qui s’analyse non pas comme la réponse à une objection mais comme la réponse à une demande de clarification. On en trouve un exemple au début de la tribune de Biya :

[2] L’heure est à l’urgence. L’urgence climatique.

20En commençant la tribune par une telle reformulation, le président camerounais souligne à la fois l’urgence et la nature de cette urgence. Le texte construit ainsi l’image d’un lecteur curieux, qui exige des informations supplémentaires :
– L’heure est à l’urgence
Quel type d’urgence ?
– L’urgence climatique.

21Si l’approche de Gjerstad permet d’ouvrir les perspectives polyphoniques à l’extralinguistique, l’outil d’analyse demeure complexe. Car la polyphonie linguistique s’analyse avec les notions de la configuration polyphonique, alors que l’hétérogénéité énonciative qui dépend de l’ancrage co(n)textuel de l’énoncé reste en dehors de cette configuration. La question reste de savoir comment intégrer ces informations émanant du contexte dans un schéma d’analyse originellement conçu pour des matériaux linguistiques.

22L’une des solutions envisagées par Badiang Oloko est la simplification de la configuration polyphonique. Cet objectif de simplification vise principalement la ScaPoLine et son modèle d’analyse. En effet, le modèle de Badiang Oloko emboîte le pas à Fløttum dans son ébauche d’une ScaPoLine étendue (Nølke et al., 2004 : 99) et dont l’un des principaux objectifs était de mettre la configuration polyphonique au service de l’interprétation d’énoncés textuels. Vu qu’une analyse polyphonique d’un texte d’une certaine envergure peut être extrêmement complexe et demander un très long travail, relevait Fløttum, une telle analyse pourrait se révéler extrêmement difficile à appliquer (Nølke et al., 2004 : 102-103). L’intégration de paramètres extralinguistiques – contexte situationnel, social, culturel (Kerbrat-Orecchioni, 2002 : 134) – ne ferait donc que complexifier davantage l’analyse. Pour ce faire, le modèle discursif de Badiang Oloko, sans reprendre le cheminement de la ScaPoLine étendue (voir Nølke et al. 2004 : 99-116), propose, comme elle, de combiner la description sémantique avec des éléments textuels et discursifs jugés pertinents. En plus, il opère une réduction des éléments de la configuration qui peuvent être convoqués pour interpréter le discours. Il en va ainsi de certains êtres discursifs et notamment les images du locuteur et celles de l’allocutaire dans le discours. Ainsi envisagée, la polyphonie discursive n’opère pas un relevé systématique de toutes les instructions sémantiques des marqueurs polyphoniques du discours, ni celui de tous les êtres discursifs hérités de la ScaPoLine. En effet, si tous les éléments de la configuration peuvent être pertinents pour la description sémantique des énoncés, il est probable que cette pertinence s’amenuise lorsque l’on en vient à vouloir démontrer leur fonctionnement discursif. La polyphonie discursive interprète en revanche l’hétérogénéité énonciative au-delà du strict marquage linguistique.

23Il en résulte une polyphonie revisitée à travers l’ébauche d’une configuration polyphonique dite discursive. La configuration polyphonique ainsi revisitée poursuit son ouverture amorcée par Gjerstad (2011) grâce au dialogisme (voir plus haut), sans pour autant y incorporer les éléments méthodologiques empruntés à l’École de Genève. Cette configuration intègre des paramètres que l’on qualifierait de discursifs parce que relevant de l’interprétation faite de la situation du discours au départ. Il est en effet tout à fait possible qu’un discours interagisse avec des discours antérieurs ou postérieurs (hypothétiques) indépendamment de tout marquage linguistique. On l’observe notamment à travers le dialogisme de la nomination (Bres et al., 2019 : 19-20). Bres et al. (ibid. : 163) parlent de « marqueurs contextuels ». Cela justifie l’intégration de la voix au sein de la configuration polyphonique. Elle y décrit « quelque chose de plus proche de la réalité sociale ou humaine qu’avec la notion de pdv qui relève de la virtualité sémantique telle que perçue par les scapoliniens » (Badiang Oloko, 2019 ; voir aussi Perrin, 2006). Ainsi, dans la configuration polyphonique revisitée, le point de vue (pdv) réfère aussi à des cas où les mots de l’énoncé véhiculent un contenu condensé. Cette situation peut être illustrée par le discours narrativisé (Genette, 1972 ; Rosier, 2008) où le propos attribué à un tiers est souvent condensé pour résumer l’acte d’énonciation plutôt que pour rendre compte de son contenu propositionnel. A contrario, la voix fait référence à l’énoncé proprement dit. En discours, elle aurait donc un statut ubiquitaire car tout énoncé renfermerait au moins une voix lorsque l’on tient compte de son contexte. Ce mouvement vers l’extralinguistique est rendu possible par la nature duelle de l’objet discours composée de matériaux linguistiques et d’informations contextuelles (Maingueneau, 2002), nature duelle prise en compte par le dialogisme. En effet et contrairement à la ScaPoLine qui est plus axée sur l’interprétation des énoncés du point de vue de leur forme linguistique, la praxématique ambitionne d’analyser, en amont, la production du sens (Bres et al., 2019). On peut l’observer à travers le dialogisme de la nomination qui, s’appuyant sur la mémoire discursive de l’énonciateur – nous utilisons plutôt la terminologie « locuteur » – permet de remonter à la position du sujet parlant à l’égard de l’objet discours. C’est en prenant position à l’égard de cet objet qu’il prend de fait position à l’égard des autres locuteurs.

24Pour parvenir à cette polyphonie discursive, il faut au préalable surmonter des défis qui portent sur deux aspects. Le premier consiste à pouvoir combiner harmonieusement deux approches de l’hétérogénéité énonciative, dans la conception d’Authier-Revuz (1984), qui ont chacune leur histoire, leur orientation et leur méthodologie propres. Plusieurs publications reviennent dans le détail sur les ressemblances et les dissemblances entre la polyphonie et le dialogisme ; Dendale & Coltier (2006), Belanger & Van Drom (2011), Gjerstad (2011) ou Badiang Oloko (2017) n’en sont que quelques exemples. Il est toutefois important de relever que la polyphonie et le dialogisme ciblent tous deux les niveaux macrotextuel (global/entre textes), méso-textuel (niveau syntaxique des énoncés) et microtextuel (lexico-sémantique des mots) (Nølke, 2008 : 16-17, Bres et al., 2019 : 16). De plus, le dialogisme et la ScaPoLine ont tous les deux la langue comme point de départ. Par conséquent ces deux approches ont en commun le marquage linguistique de l’hétérogénéité énonciative. Autrement dit, les marqueurs de polyphonie sont souvent aussi des marqueurs de dialogisme même s’il reste à s’accorder sur la terminologie. Le second aspect consiste à ouvrir la configuration polyphonique, outil structural, à des données nouvelles. Il s’agit concrètement de pouvoir analyser des données extralinguistiques avec un appareil conçu principalement pour des données ayant un point de départ linguistique.

25Dans ce qui suit, nous mettrons l’accent sur la négation, la présupposition et l’hypothèse ; ensuite, nous analyserons deux occurrences de l’hétérogénéité énonciative à la frontière du marquage linguistique.

26Prenons une occurrence de la négation polémique pour illustrer les incidences du passage de la polyphonie linguistique au modèle discursif de Badiang Oloko. Soit le passage suivant extrait de la tribune de Biya :

[3] Quand bien même elle [la responsabilité] serait plus importante du côté des pays industrialisés que de ceux en développement, le problème n’est pas là.

27L’analyse dans les deux modèles peut être illustrée de la manière suivante :

Tableau 1 : De la configuration linguistique à la configuration discursive

Tableau 1 : De la configuration linguistique à la configuration discursive

28Ce tableau inspiré de Badiang Oloko (2017 : 10) offre un exemple des changements qui s’opèrent lorsqu’on passe de la ScaPoLine à la polyphonie discursive. Ainsi, la configuration dans l’analyse discursive semble retracer le cheminement énonciatif qui aboutit à la voix. Celle-ci représente l’énoncé tel qu’il a été exprimé, et est prise en charge par un locuteur. Quant au jugement, il est maintenu dans la configuration du modèle de Badiang Oloko parce qu’il y joue le même rôle essentiel qu’on lui reconnaît dans la ScaPoLine et dans certaines autres approches de la polyphonie. Grâce au jugement, et selon Rabatel (2016 : 14), l’analyse polyphonique n’apparaît pas comme un étiquetage des voix au risque de les dissocier mais elle permet de « comprendre ce qui se joue dans la scénographie des voix et des points de vue, l’analyse énonciative gagnant à être prolongée par une appréhension herméneutique soucieuse d’un vrai et d’un bien commun ». L’exemple [3] illustre l’ouverture de la configuration polyphonique par l’intégration d’un niveau qui reprend le discours. On peut relever que si la multiplication des êtres discursifs dans l’approche de la ScaPoLine, entités sémantiques par excellence, permet une description pointue du potentiel sémantique de l’énoncé, elle va toutefois à l’encontre de l’entreprise de simplification qui voudrait se rapprocher de l’interprétation naïve des énoncés. De plus, la perte de la distinction entre les images du locuteur dans l’analyse discursive par exemple n’affecte pas nécessairement la conclusion de l’interprétation. De même, cette réduction du nombre d’êtres discursifs ouvre le chemin à une exploitation rhétorique du potentiel polyphonique du discours notamment dans ses rapports avec d’autres discours et l’enjeu du discours dans le contexte.

29Considérons un autre exemple qui met en exergue les marqueurs de la présupposition. La présupposition est polyphonique (Ducrot, 1969 ; Nølke, 1994) et revient souvent dans la tribune de Biya. Concentrons-nous sur l’exemple qui suit :

[4] Le Cameroun entend pleinement respecter son engagement de réduction de 32 % de l’empreinte carbone de son développement par rapport à 2010, à l’horizon 2035.

30Le marqueur polyphonique de la présupposition dans [4] est le syntagme nominal « son engagement de réduction ». Par l’annonce de l’intention de son pays de respecter cet engagement, le président camerounais présuppose que le pays s’était engagé au préalable à réduire de 32 % l’empreinte carbone de son développement, d’où la bivocalité :
– Le Cameroun a pris un engagement de réduction de 32 % de l’empreinte carbone de son développement par rapport à 2010, à l’horizon 2035
– Le Cameroun entend respecter cet engagement

31Le but de cette présupposition est, pour reprendre l’argument de Fløttum et Gjerstad (2013), de présenter et ainsi faire accepter à l’allocutaire le contenu posé. Il s’en dégage un respect de la parole donnée, mais aussi une certaine cohérence et une constance dans les décisions en faveur de la réduction de l’empreinte carbone. Remarquons un cas de nominalisation dialogique (Bres et al., 2019 : 299) : la phrase verbale « le Cameroun s’engage à réduire … » s’est transformée en syntagme nominal : « son engagement de réduction ». Le nom, observent Bres et al. (2019), a le caractère d’une chose et le fait qu’il soit un déverbatif lui confère un contenu sémantique de processus ou de fait historique dans le cas de [4]. Ce qui donne au processus ainsi décrit un caractère factuel et attribue en même temps au locuteur un ethos de sérieux et de constance.

32L’exemple [5] doit sa nature polyphonique à l’hypothèse. Elle permet au locuteur d’interagir avec un être collectif dont il est lui-même membre :

[5] Si les participants font preuve d’assez de courage politique pour prendre des décisions, certes difficiles mais indispensables, pour mobiliser les moyens appropriés et coordonner leurs efforts, alors la conférence de Paris aura atteint son but et marqué un tournant historique.

33La polyphonie discursive en propose une analyse qui reprend les postulats de Kronning (2009) et qui commence par une identification des arguments p (les participants font preuve d’assez de courage politique pour prendre des décisions, certes difficiles mais indispensables, pour mobiliser les moyens appropriés et coordonner leurs efforts) et q (la conférence de Paris aura atteint son but et marqué un tournant historique).

34Il en ressort le schéma suivant :
– Les participants font preuve d’assez de courage politique pour prendre des décisions, certes difficiles mais indispensables, pour mobiliser les moyens appropriés et coordonner leurs efforts (p)
– La conférence de Paris aura atteint son but et marqué un tournant historique (q)
– [ON] (si p alors q)

35Le locuteur met en relation deux arguments qui, hors de cet énoncé, pourraient ne pas nécessairement avoir un lien tel que q est une conséquence de p. Si l’on admet cette relation, il faut y voir que le locuteur conditionne le succès de la conférence de Paris à la satisfaction de l’exigence de courage politique.

36L’hétérogénéité énonciative dans cette tribune se manifeste aussi par des phénomènes qui se trouvent à la frontière du linguistique et qui sont souvent analysables principalement grâce à l’apport du contexte. Il s’agira, dans la plupart des cas, de faits de dialogisme interdiscursif. Reprenons le titre de la tribune qui semble orienter vers un tour de parole antérieur :

[6] L’enjeu de la COP21 est la survie de la planète.

37Si l’on prend en considération l’actualisation nominale – le déterminant défini (l’) + le nom (enjeu) – qui s’opère en [6], on peut observer qu’elle renvoie à une énonciation antérieure. Sa position initiale thématique renforce l’impression d’écho (Bres et al., 2019 : 204). Les organisateurs de la COP21 en avaient en effet fixé les enjeux avant la conférence. Et lorsqu’on envisage [6] à la lumière de ce contexte, il ressort que le locuteur reprend le thème « L’enjeu de la COP21 » auquel il adjoint un prédicat – « la survie de la planète » – qui est une reformulation requalifiante de l’enjeu originel proposé par les organisateurs de la COP21 : « trouver un nouvel accord international pour contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C ».

38La polyphonie dans [6] s’appuie donc sur la combinaison de la forme linguistique et des informations disponibles dans le contexte de cette tribune. Il en résulte une bivocalité qui se décline en :
– L’enjeu de la COP21 est de trouver un nouvel accord international pour contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C
– L’enjeu de la COP21 est d’assurer la survie de la planète

39Il ne s’agit pas d’une réfutation ou même d’une substitution d’argument. Le locuteur semble reformuler l’enjeu original afin de mettre en exergue son importance à travers le soulignement de la planète tout entière comme bénéficiaire de l’accord international auquel devait parvenir la COP21. Il met ainsi en exergue l’importance capitale de cette conférence internationale sur le climat.

40Pour la praxématique, l’interrogation totale est un marqueur de dialogisme (Bres et al., 2019 : 243-249). En effet, l’interrogation dans [7] semble mettre en débat un énoncé présupposé qui peut correspondre en contexte à une assertion préalable (ibid. : 243). Cette assertion, souvent affirmative, est en œuvre dans [7].

[7] La question est désormais posée : quelle planète allons-nous laisser aux générations futures ?

41L’énoncé présupposé pour le cas de cette occurrence est Nous allons laisser une planète aux générations futures. Cette présupposition introduit le dialogisme interdiscursif :
– Nous allons laisser une planète aux générations futures
– Quelle planète allons-nous laisser aux générations futures ?

42Le jeu de l’interrogation dans [7] porte sur l’état de la planète dans le futur. À travers elle, le locuteur pointe la responsabilité de l’humain dans la crise du climat. Les causes anthropiques des changements climatiques sont établies et sans équivoque comme le souligne le cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) que le locuteur cite plus loin dans le texte. Au vu de cette responsabilité, il incombe aux humains de changer la donne et de protéger la planète. Comme motif pour ce changement de cap et d’attitude vis-à-vis de la planète, le locuteur propose la prise en compte des générations futures.

43Au vu de ce qui précède, il convient de relever que la polyphonie discursive permet une intégration du contexte tôt dans l’analyse. Cette intégration rend possible la prise en compte des faits de dialogisme qui ne relèvent pas exclusivement du marquage linguistique. Par conséquent, elle élargit le spectre de l’hétérogénéité énonciative, tout en conservant un outil théorique – la configuration polyphonique – mis au point au départ pour analyser le marquage linguistique de la polyphonie strictement.

Discussion

44Le passage de la polyphonie linguistique à la polyphonie discursive est l’occasion de relancer le débat sur des aspects importants de cette branche de la linguistique énonciative. Dans ce contexte nous rappelons que nous nous appuyons principalement sur la ScaPoLine que nous ouvrons dans la mesure du possible grâce aux apports de la praxématique. Ceci permet de reposer la question de l’utilité fonctionnelle de la description puissamment sémantique de la langue dans un discours. Pour y répondre, nous estimons que la description sémantique doit se mettre au service d’un projet heuristique viable, elle gagnerait sans doute à alléger son outil méthodologique. Ainsi, passer d’une sémantique de la langue à travers des microtextes (énoncés) à une sémantique du discours pris au niveau macrotextuel nécessite a priori, comme on l’a vu, de revisiter l’appareil de la ScaPoLine.

45Il est vrai que toute simplification est susceptible d’entrainer une perte d’information. Toutefois, si la polyphonie discursive ne met pas en exergue et de manière exhaustive les éléments de la signification de la phrase (Nølke et al., 2004 : 23), elle se sert néanmoins de ces informations sémantiques pour proposer une interprétation du discours authentique. Ce faisant, elle se positionne comme outil à part entière de l’analyse du discours. La prise en compte du contexte dans la configuration polyphonique permet d’interpréter le discours en le prenant pour ce qu’il est véritablement, un objet composé d’éléments linguistiques et de paramètres contextuels. Ce ‘gain’ est rendu possible par l’association de deux approches énonciatives distinctes, preuve que l’on peut décloisonner les frontières entre ces théories qui analysent souvent quasiment les mêmes phénomènes, et révélant au passage un autre point fort de la ScaPoLine : elle est une approche ouverte et dynamique.

46De cette ouverture de la polyphonie au dialogisme, il résulte un élargissement du spectre de la polyphonie dans le discours à travers la multiplication des phénomènes à analyser. Des phénomènes d’écho, par exemple, qui n’auraient pas pu être pertinents pour l’analyse en ScaPoLine pure, bénéficient d’une attention méritée avec la polyphonie discursive. En somme, la ScaPoLine ne disparaît pas avec l’avènement de la polyphonie discursive. Bien au contraire, elle peut saisir l’occasion pour s’auto-évaluer et en même temps explorer des horizons textuels et discursifs nouveaux.

47La tribune de Biya s’appuie solidement sur l’hétérogénéité énonciative pour communiquer les messages aussi bien explicites qu’implicites. Le sujet du réchauffement climatique est un sujet éminemment polémique. Pourtant, le discours de Biya semble éviter toute controverse, en témoigne la rareté de la négation polémique dans ce discours. Cette observation est conforme aux conclusions de Badiang Oloko (2019) sur l’activité discursive de Biya sur le climat. Biya semble ainsi ne pas (ou plus ?) vouloir polémiquer mais rechercher le consensus comme en témoigne le recours à la concession. La présupposition quant à elle permet au locuteur de présenter l’action de son pays en l’inscrivant dans la durée et dans une cohérence. Le but est sans doute d’en faire émerger la crédibilité aux yeux de ses partenaires lors des négociations sur le climat lors de la COP21. Grâce à cette crédibilité, il peut se permettre d’interpeler les consciences – y compris la sienne – sur l’avenir de la planète. L’interprétation de cette tribune offre un aperçu des apports de l’ouverture de la configuration polyphonique à des phénomènes non linguistiques, mais également des apports liés à la simplification de l’outil méthodologique.

48Le caractère ouvert de la ScaPoLine lui permet de rentrer dans une combinatoire avec d’autres domaines de l’analyse textuelle et du discours au-delà des approches sur l’hétérogénéité énonciative. C’est le cas de la rhétorique et d’autres approches des dimensions interactionnelles du discours, telles que la microsociologie, donc de perspectives qui s’intéressent aux positionnements du locuteur et de l’allocutaire – protagonistes – dans le discours. Le postulat d’une polyphonie discursive balise le chemin vers l’exploitation de la polyphonie en discours. La polyphonie discursive sera bénéfique pour l’analyse des discours authentiques – textes non fictionnels aussi bien que textes de fiction. Un tel développement renforcera la position de la polyphonie au sein de l’analyse du discours et en relèvera également l’utilité sociale.

Haut de page

Bibliographie

Authier-Revuz J., 1984, « Hétérogénéité(s) énonciative(s) », Langages 73, 98-111.

Badiang Oloko F., 2019, La polyphonie dans le discours climatique officiel du Cameroun 2005-2017, Thèse de doctorat, Université de Bergen.

Badiang Oloko F., 2017, « La polyphonie discursive : un modèle ancré sur la ScaPoLine et le dialogisme », Bergen Language and Linguistics Studies 10 (1). DOI : 10.15845/bells.v10i1.1362

Bakhtine M., 1970 [1920], La poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil.

Belanger A. & Van Drom A., 2011, « Les apports de la linguistique à la théorie des contrats : panorama des principales théories du dialogisme et de la polyphonie à inscrire au sein du phénomène contractuel », Les Cahiers de Droit 52 (1), 37.

Bres J. & Nowakowska A., 2006, « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive », in L. Perrin (éd.) Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université Paul Verlaine, coll. « Recherches Linguistiques » 28, 21-48.

Bres J., Nowakowska A. & Sarale J.-M., 2019, Petite grammaire alphabétique du dialogisme, Paris, Classiques Garnier.

Dendale P. & Coltier D., 2006, « Éléments de comparaison de trois théories linguistiques de la polyphonie et du dialogisme », in L. Perrin (éd.), Le sens et ses voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université de Metz, coll. « Recherches Linguistiques » 28, 271-299.

Ducrot O., 1984, « Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation », Le dire et le dit, Paris, Minuit, 171-233.

Ducrot O., 1969, « Présupposés et sous-entendus », Langue française 4 (1), 30-43, DOI : 10.3406/lfr.1969.5456

Fløttum K. & Gjerstad Ø., 2013, « Arguing for climate policy through the linguistic construction of narratives and voices: the case of the South-African green paper “National Climate Change Response” », An Interdisciplinary, International Journal Devoted to the Description, Causes and Implications of Climatic Change 118 (2), 417-430. DOI : 10.1007/s10584-012-0654-7

Fløttum K., Gjerstad Ø. & Badiang Oloko F. 2020, « Les voix dans le discours climatique : essai d’une combinaison de la polyphonie avec l’analyse de contenu, l’analyse narrative et l’analyse rhétorique », Cahiers de praxématique 73, URL : https://journals.openedition.org/praxematique/5747

Genette G., 1972, Figure III, Paris, Éditions du Seuil.

Gjerstad Ø., 2011, La polyphonie discursive : pour un dialogisme ancré dans la langue et dans l’interaction, Thèse de doctorat, Université de Bergen.

Kronning H., 2009, « Polyphonie, constructions conditionnelles et discours rapporté », Langue française 4, 97-114.

Kerbrat-Orecchioni C., 2002, « Contexte », in P. Charaudeau & D. Maingueneau (éds), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 134-136.

Maingueneau D., 2002, « Discours », in P. Charaudeau & D. Maingueneau (éds), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 185-190.

Nølke H., 2017, Linguistic Polyphony. The Scandinavian Approach: ScaPoLine, Leiden, Brill.

Nølke H., 2009, « Types d’êtres discursifs dans la ScaPoLine », Langue française 164, 81-96.

Nølke H., 2008, « La polyphonie linguistique avec un regard sur l’approche scandinave », in J. Durand, B. Habert & B. Laks (éds), Congrès mondial de linguistique française, Paris. DOI : 10.1051/cmlf08343

Nølke H., 2002, « Polyphonie », in D. Maingueneau & P. Charaudeau (éds), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 444-448.

Nølke H., 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain-Paris, Peeters, coll. « Bibliothèque de l’Information grammaticale » 28.

Nølke H., Fløttum K. & Noren C., 2004, ScaPoLine : la théorie scandinave de la polyphonie linguistique, Paris, Kimé.

Perrin L., 2006, « Voix et points de vue dans le discours. De l’opacité linguistique à l’opacité référentielle des expressions », Le Français moderne 1 (74), 22-31.

Rabatel A., 2016, « L’énonciation problématisante : En dialogue avec Le Royaume d’Emmanuel Carrère », Arborescences. Revue d’études françaises 6, 13-38.

Rosier L., 2008, Le discours rapporté en français, Paris, Ophrys.

Roulet E., Fillettaz L. & Grobet A., 2001, Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Frankfurt, Peter Lang.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : De la configuration linguistique à la configuration discursive
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/7413/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kjersti Fløttum, Øyvind Gjerstad et Francis Badiang Oloko, « De la polyphonie linguistique à la polyphonie discursive : un chemin à trois étapes »Cahiers de praxématique [En ligne], 76 | 2021, mis en ligne le 23 février 2022, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/7413 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.7413

Haut de page

Auteurs

Kjersti Fløttum

Université de Bergen

Articles du même auteur

Øyvind Gjerstad

Université de Bergen

Articles du même auteur

Francis Badiang Oloko

Université de Bergen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search