Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Menaces sur le nous. De l’usage p...

Menaces sur le nous. De l’usage problématique des pronoms dans le discours politique français contemporain

Threats to the nous. On the problematic use of pronouns in contemporary French political discourse
Camille Bouzereau et Damon Mayaffre

Résumés

Appuyée sur un important corpus de discours politiques français contemporains (Macron, Sarkozy, Le Pen), cette contribution analyse l’usage et la fonction du nous en concurrence d’une part avec le je, d’autre part avec le on. Si le discours politique sous la Ve République se doit d’énoncer le collectif (nous), il doit également construire l’image charismatique du chef (je). Si le discours doit fermement définir les contours consensuels du groupe (nous), il peut également servir l’expression plus problématique de la foule (on). En d’autres termes, une double menace pèse sur le nous démocratique, celle d’un je autocrate et celle des on-dit populistes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En posant le nous comme le mot le plus politique de la langue française, sans doute que les auteurs du numéro « Le nous politique » de la revue Mots (1985) voulaient dire que le politique commence lorsque le chaos des égos isolés laisse la place à une polis organisée : énonciativement, dans les discours, c’est lorsque la force agrégative ou cohésive d’un nous remplace la compétition anarchique des je, que le nous — son périmètre, son empan, ses vertus inclusives ou exclusives, sa représentativité — devient enjeu.

2La cité, la nation, l’ordre ou la classe, le parti ou la caste : l’individu renonce à sa solitude égotique et parle désormais au nom du groupe, sinon au nom de tous. L’énonciation passe de l’individuel au collectif : le politique c’est, pour paraphraser, du côté de la linguistique, la définition aristotélicienne, un « dire en commun ».

3La pronominalisation des discours est ainsi une entrée inévitable dans l’analyse politique. Quelles forces politiques se cachent derrière un pronom de première personne du pluriel ? Mieux encore : quelles forces politiques s’instituent ou se performent en tant que telles, par un nous dont le discours a précisément pour fonction de construire les contours ? Plus généralement, qui est je, nous, vous, on, il ou elles dans un discours politique qui, au-delà du périmètre énonciatif cohésif que trace le locuteur, doit définir ses acteurs, ses agents, ses objets pour les soumettre au débat ?

4Il se trouve qu’en français dire le collectif, c’est-à-dire le politique, passe principalement par deux pronoms concurrentiels dont cette contribution entend comparer l’usage : le nous et le on. Les corpus politiques très contemporains que nous soumettons au traitement (Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy ou Jean-Marie et Marine Le Pen) laissent ainsi percevoir un usage distinct, déjà bien identifié en langue, mais aux répercussions pragmatiques et sociopolitiques à définir.

5Si le recouvrement énonciatif du nous (inclusif) a ceci d’explicite qu’il rassemble grosso modo le locuteur (un candidat qui parle par exemple) et l’auditoire (les électeurs qui écoutent dans notre exemple) dans l’optique de constituer le groupe (une majorité électorale en l’occurrence), l’usage du on renvoie à un collectif plus flou et non explicite, jusqu’à interroger son pouvoir politique constituant — en un mot, le nous formerait vertueusement la polis, le on la désagrègerait. Si l’on suit Régis Debray (2020) qui définit le politique comme « le passage du tas au tout », le nous dirait le tout, là où le on renverrait au tas.

6Le on serait ainsi un nous dégradé comme la plèbe constitue une image abîmée du demos, et le populisme, une altération de la démocratie. Lorsque les « on dit » de la foule prennent la place du « nous voulons » d’un locuteur collectif identifiable et constitué (un journal, un parti, une assemblée, une nation) ou d’un locuteur démocrate porte-parole (un représentant, un député, un élu), la rumeur, le sous-entendu, le qu’en-dira-t-on, pour ne pas dire l’affect, se substituent à la revendication argumentée, au programme explicite, et finalement à la raison (politique).

7La démonstration se fera en deux temps en réfléchissant à la double menace qui pèse sur le nous politique dans le discours contemporain.
(i) Nous illustrerons d’abord les allers-retours rhétoriques entre le je et le nous dans le discours de politiciens soucieux, certes, d’élever leur énonciation de l’individuel au collectif (le président, par exemple, se doit de parler « au nom de tous les Français » : nous), mais aussi enclin à construire une énonciation charismatique, sinon autoritaire, personnelle ou césarienne (le leader se doit d’affirmer et de construire son autorité, son leadership discursif, sinon sa supériorité : je).
(ii) Nous illustrerons ensuite le propos en étudiant le glissement du nous vers le on, par lequel le référent de la souveraineté démocratique (le peuple constitué en nous politique) semble se diluer dans la foule. Par un retournement sémantique que son ambiguïté référentielle autorise, le on divorce parfois du nous pour, non plus construire positivement le vivre ensemble, mais pour désigner à la vindicte des autres nécessairement menaçants (eux, ils).

1. Éléments sur la dialectique je/nous

1.1. Je et nous : deux conceptions complémentaires de l’énonciation politique ?

8Dans le discours contemporain, la concurrence du je et du nous vise idéalement l’harmonie. Dans cette perspective, il nous semble possible d’affirmer qu’un discours réussi est un discours qui règle de manière équilibrée son régime énonciatif entre le je du leader, le vous des auditeurs, et le nous d’un tous-ensemble qui additionne et rassemble, précisément, le locuteur (c’est-à-dire le président, le chef de parti, le chef de gouvernement) et l’interlocuteur (soit les citoyens, les militants, la nation).

9Le 10 décembre 2018, la France est en feu, secouée par le mouvement des Gilets jaunes. Le pouvoir tangue, et Macron prend solennellement la parole à la télévision :

[1] Nous sommes à un moment historique pour notre pays : par le dialogue, le respect, l’engagement, nous réussirons. Nous sommes à la tâche et je reviendrai m’exprimer devant vous pour vous rendre compte. Mon seul souci, c’est vous ; mon seul combat, c’est pour vous. Notre seule bataille, c’est pour la France. (EM, le 10 décembre 2018)

10Introduit par trois nous préalables qui commencent, non sans habileté, par postuler l’unité que le discours cherche précisément à construire, le passage revient sur l’identité individuelle du président de la République qui fait face aux Français avec une confrontation je/vous lourdement répétée (« je […] devant vous » ; « mon seul […] c’est vous » ; « mon seul […] pour vous »). Puis, la tension énonciative créée se résout positivement dans une énonciation collective et rassembleuse qui conclut le passage comme elle l’avait commencé à la première personne du pluriel : « notre seule bataille, c’est… ».

11Inutile ici d’entrer dans les détails de l’habileté rhétorique de Macron. Il serait intéressant, par exemple, de remarquer, dans la précision, que le recouvrement du nous initial dans « nous sommes à la tâche » (i.e. le gouvernement et l’Élysée sont à la tâche) n’est pas le recouvrement du notre final dans « notre seule bataille, c’est… », qui semble désigner, lui, la bataille des Gilets jaunes en même temps que celle du gouvernement, pour finalement recouvrir tout le pays. Tant et si bien que la visée politique ou agrégative du discours passe non seulement par un glissement du je/vous au nous, mais par la répétition d’un nous et d’un notre qui, loin d’être identiques, changent subrepticement de dimension pour phagocyter in fine la nation entière (« la France »).

12Au-delà des détails donc, admettons seulement que nous avons ici un exemple typique d’une rhétorique à visée intégrative réussie : le locuteur (je, mon) n’apparaît qu’au service du vous (explicitement : « mon seul combat, c’est pour vous ») en même temps qu’il se fond dans un collectif au périmètre élargi qu’il performe (un nous ou un notre très inclusif qui prennent les frontières du pays).

13Et il est parfois des extraits plus explicites encore sur les vertus du nous en politique ; explicites néanmoins seulement sous condition d’en couper des passages (entre crochets) qui les obscurcissent et sur lesquels nous reviendrons.

[2] L’autre écueil, ce serait le repli individualiste. Jamais de telles épreuves ne se surmontent en solitaire. C’est au contraire en solidaires, en disant “nous” plutôt qu’en pensant je, que nous relèverons cet immense défi. […] Chacun d’entre nous détient une part de la protection des autres, à commencer par ses proches. […] prendre soin des plus vulnérables de nos compatriotes […]. (EM, le 12 mars 2020)

14En ce 12 mars 2020, dans sa première grande adresse télévisée aux Français sur la crise sanitaire de la Covid, qui annonce la fermeture des classes pour 12 millions d’élèves, et laisse deviner le confinement à venir, le président s’applique à faire nation ou à faire société.

15Sans surprise, c’est le nous qui est alors convoqué comme sujet de l’énonciation (« nous relèverons ») : le président, de manière classique, s’exprime au nom de tous, il se fait le porte-parole autorisé de la nation meurtrie avec laquelle il semble entretenir une relation horizontale inclusive ; de manière habituelle dans le discours contemporain, en pareilles circonstances, c’est-à-dire devant une situation critique et de lourdes mesures possiblement dissensuelles, il performe ainsi une unité ou unanimité dont il fait lui-même évidemment partie.

16Mais, phénomène plus rare, il convoque le nous également comme objet métalangagier du discours (« en disant nous ») pour définir finalement l’opposition du je et du nous comme l’essence même du discours et du fait politiques. Au-delà de la dialectique pronominale évoquée (« dire nous » et « non plus penser je ») qui est essentielle à notre propos, il développe lexicalement l’opposition entre le « repli individualiste » et les vertus du collectif, entre le risque de l’action « solitaire » et les avantages d’une attitude « solidaire ». Enfin, de manière remarquable, le sujet de la dernière phrase « chacun d’entre nous » dépasse la contradiction entre la nécessité du respect de l’individu (peut-être le président lui-même contesté personnellement par les manifestants) et le besoin du collectif. Si chacun doit être considéré, c’est au sein du groupe, et soudé dans un entre nous harmonieux, qu’il doit l’être (« chacun d’entre nous »).

17Faut-il ici conclure à nouveau à la réussite de l’orateur Macron ? Rien n’est moins sûr, car, de manière extraordinaire et dirimante, le président dans la suite du discours convoque les je qu’il vient de dénoncer ! Et il utilise la première personne du singulier comme pour déconstruire la politique (le nous) qu’il vient de vanter. Nous reproduisons la séquence dans son intégralité tant elle semble paradoxale et illustre les difficultés du régime énonciatif de Macron, et plus profondément peut-être la crise de la Ve République présidentielle ou le malaise démocratique de la France du XXIe siècle (concentration du pouvoir à l’Élysée, abstention record, désaffection des partis et des syndicats, etc.) :

[3] L’autre écueil, ce serait le repli individualiste. Jamais de telles épreuves ne se surmontent en solitaire. C’est au contraire en solidaires, en disant “nous” plutôt qu’en pensant je, que nous relèverons cet immense défi. C’est pourquoi je veux vous dire ce soir que je compte sur vous pour les jours, les semaines, les mois à venir. Je compte sur vous parce que le Gouvernement ne peut pas tout, seul, et parce que nous sommes une nation. Chacun a son rôle à jouer. Je compte sur vous pour respecter les consignes qui sont et seront données par les autorités, et en particulier ces fameux gestes barrières contre le virus. (EM, le 12 mars 2020)

18Là où le nous, tout à l’heure, venait résoudre la tension je/vous dans une fédération, ici, tout au contraire, c’est un je/vous vertical (« je veux vous dire… je compte sur vous…. je compte sur vous…. je compte sur vous ») qui vient désagréger le nous politique sinon l’idéal égalitaire national ou républicain (« nous sommes une nation »).

19Les allers-retours, ratés comme réussis, entre le je et le nous sont ainsi significatifs de l’orateur Macron comme ils le sont sans doute des hommes politiques contemporains : le traitement statistique du corpus Macron montre que les deux pronoms je et nous sont cooccurrents — sinon concurrents (Mayaffre, 2021) ; rares sont les paragraphes où le je ou les nous apparaissent seuls ; ils se trouvent constamment tricotés dans le discours.

20En ce qui concerne Macron, ces allers-retours entre je et nous attestent d’une énonciation problématique et semblent trahir une double difficulté politique. La première relève de la Constitution même qui donne un pouvoir ambigu au président de la République : simple porte-parole pour les uns qui partage le pouvoir exécutif avec le gouvernement, véritable élu pour les autres, oint par l’élection au suffrage universel. La seconde difficulté relève du positionnement ambivalent d’un président horizontal par ses origines (le mouvement En Marche, la convocation de la société civile chez les députés néophytes de LRem ou au gouvernement ; l’usage du nous donc) et d’un président jupitérien dans son épiphanie (par exemple le discours de la victoire devant la pyramide du Louvre du nouveau président, la concentration très vite de la plupart des décisions à l’Élysée en 2017 en face d’un gouvernement aux personnalités effacées ; l’usage du « moi, je » présidentiel donc).

Quoi qu’il en soit, l’ambiguïté énonciative je/nous du discours de Macron peut aller jusqu’à des formulations extraordinaires aux limites de la correction syntaxique :

[4] Nous devons, pour les mois à venir, fournir chacun un effort supplémentaire. C’est cela que je nous demande collectivement. (EM, 31 mars 2021)

21« Je nous demande », mais aussi dans le corpus Macron 2017-2022, « je nous vois nous diviser… », « je nous donne jusqu’à… », « quand je nous compare… », « je nous sais capable… », « je nous connais collectivement… » : la confusion pronominalisée entre le je sujet du président tout puissant et le nous objet des Français atteint parfois un paroxysme chez Macron. On objectera peut-être que le locuteur s’inclut ou se fond ici modestement dans le nous du destinataire, mais il s’agirait alors d’une fausse modestie, puisque l’auditoire entend bien derrière la formule « je nous demande », un « je vous demande » plus habituel.

1.2. Du nous restreint au nous élargi : exclusion et inclusion dans le discours

22Nous venons de montrer que, dans le cadre du discours élyséen, le nous qui inclut, jusqu’à la nation entière, peut s’imposer discursivement et peut faire référence extra-linguistiquement en raison de l’autorité de l’énonciateur (le président élu). Classiquement, rappelons que les conditions de félicité d’un performatif (ici un nous performatif) dépendent du statut du locuteur. Dès lors, qu’en est-il pour les discours de campagne ? Si performer un nous élargi est possible pour le président, comment dire « nous » pour ceux qui se battent justement pour l’obtention de ce titre ? Par ailleurs, est-ce que la place sur l’échiquier politique joue un rôle qui contraindra un locuteur à opter pour un nous restreint ou pour un nous élargi ? Ou bien ce choix relève-t-il plutôt du choix idéologique ?

23À l’analyse, il s’avère que, dans les discours de campagne, l’usage du nous peut aussi bien servir à définir une identité partisane (e.g., le verbe « être » qui figure systématiquement dans les profils co-occurrentiels) qu’à construire un nous collectif élargi. Force est de constater ainsi que non seulement les locuteurs-candidats n’utilisent pas le même régime énonciatif (plus de je chez les uns, plus de nous chez les autres, plus de ils ou de eux chez d’autres encore), mais qu’ils n’utilisent pas le nous de la même manière.

24Par exemple, dans le cadre de la campagne présidentielle de 2017, le traitement logométrique rend compte du fait que le nous macronien co-occurre systématiquement avec la première personne, quand le nous lepénien co-occurre avec la sixième, c’est-à-dire avec un tiers, avec un eux. Du côté des substantifs les plus fortement associés au pronom nous, différents contextes émergent selon les candidats. Ainsi le nous chez Sarkozy, en 2007, se trouve significativement associé aux termes : « culture », « identité », « histoire », « fierté », « liberté », « république » quand ce sont les substantifs « solidarité », « précarisation », « inégalité » qui sont surutilisés chez Ségolène Royal durant la même campagne. Du côté de la campagne électorale de 2012 et, chez Mélenchon, le contexte peut aussi être considéré comme révélateur du programme du candidat : on retrouve ainsi associés au pronom les substantifs : « peuple », « camarade », « révolution », « parti », « humanité », « syndicaliste ». Enfin, du côté du discours FN, les contextes du pronom rendent compte de l’évolution du parti sur l’échiquier. Ainsi, l’idéologie du parti se manifeste plutôt dans des formules typiques en 2007, via les formules « chez nous », « nous dit-on », « on nous dit » et par les substantifs associés au nous en 2017, avec les termes « peuple », « nation », « souveraineté », « union », « mondialisation », « système », « immigration », « patriotisme », « identité ». C’est ce contexte qui nous permet d’étudier l’exemple suivant :

[5] Ce que l’islamisme attaque, c’est notre communauté nationale. Nous devons défendre notre nation, notre notion de la citoyenneté, tout ce qui nous unit en tant que Français. C’est pourquoi nous inscrirons dans la Constitution : La République ne reconnaît aucune communauté. C’est la communauté nationale qui nous rassemble, nous devons refuser fermement de la subdiviser. (MLP, le 15 mars 2017 à Saint-Raphaël)

25Dans cet exemple, la forme coïncide avec le fond, et cela est justement dû aux usages du pronom nous corrélés aux substantifs employés. Cet exemple développe, en effet, l’idéologie FN/RN en construisant discursivement un continuum cheminant d’un nous restreint à un nous élargi qui recouvrent partiellement — et nous reviendrons sur les nuances — ce que la terminologie désigne, depuis Benveniste (1966), par un nous exclusif et un nous inclusif.

26L’énoncé « nous devons défendre notre nation » correspond typiquement à un argument d’autorité puisque, s’il vise à construire un nous en l’énonçant, il repose par ailleurs sur un fond ambigu. En effet, Marine le Pen (MLP) a l’autorité pour produire ce discours et pour construire une cohésion autour d’une base qui serait commune (à savoir la communauté nationale et l’ennemi commun). Toutefois, cette cohésion repose sur une incohérence dans la référenciation des différentes occurrences du pronom nous. Les référents portés dans l’énoncé « ce que l’islamisme attaque c’est notre communauté nationale » coïncident avec les référents auxquels renvoie la quatrième personne dans l’énoncé « tout ce qui nous unit en tant que Français ». Cependant, ces référents ne coïncident pas totalement avec les référents énoncés dans « nous devons défendre ». Ici, l’auditeur peut en effet hésiter entre le fait de se sentir intégré ou non dans le collectif construit par MLP et, c’est justement dans cette hésitation manipulée ou orientée que se joue l’enjeu du discours. En juxtaposant le nous au déontique, dans « nous devons défendre », il s’agit de dissimuler une déclinaison du programme FN, puisque ces déontiques ne prennent pas la forme d’un je vous dis qu’il faut défendre la nation (qui serait plus vertical). En somme, il s’agit d’imposer la construction d’un collectif (collectif construit d’ailleurs sur la base de l’exclusion d’un ennemi commun).

27Il ne s’agit pas de l’unique orientation forcée ou manipulée du discours : cet extrait montre comment le FN tente d’imposer ses thèses comme des enjeux de campagne. La défense de la nation et de la communauté nationale contre l’islamisme est un enjeu politique du FN qui a été effectivement repris par d’autres candidats en 2017. Aussi l’action que vise le discours de MLP est-elle d’autant plus visible avec l’énoncé au futur « c’est pourquoi nous inscrirons dans la constitution : la République ne reconnaît aucune communauté ». Dans ce cadre, il s’agit bien d’un nous restreint en ce qu’il semble ne renvoyer qu’aux membres du Front national (dans ce cadre, le nous renvoie plutôt à un je (Marine Le Pen) + ils (les partisans du FN) ce que confirme, par ailleurs, l’usage du futur renvoyant implicitement à l’enjeu de l’élection électorale, voire du meeting où a été prononcée cette déclaration. En effet, c’est bien le Front national qui, une fois élu, inscrira dans la Constitution que la République ne reconnaît pas les communautés. Enfin, l’énoncé se termine par un nous plus élargi rappelant la base commune.

28La démonstration est dans ce cadre syllogistique et procède en trois temps — trois temps que permettent d’éclairer les différents référents auxquels renvoient les pronoms nous. En effet, en suivant le raisonnement syllogistique de MLP : si je + vous égale nous et que ce nous doit défendre la communauté nationale, ce qu’un second nous promet de faire, vous voterez donc pour nous. Cette oscillation entre la restriction et l’élargissement, entre l’exclusion et l’inclusion, n’est pas anodine et devient bien, dans cette perspective, politique. Cet exemple a révélé que MLP essaye de faire collectif autour de la communauté nationale en excluant les communautés qui n’y correspondraient pas. MLP tente d’élargir le nous restreint des partisans FN vers un nous identitaire plus vaste, mais qui reste, par définition, exclusif.

29Ce focus sur le discours FN ne signifie pas que le FN est représentatif des discours politiques, toutefois on peut s’interroger sur la manière dont le FN emploie le pronom et, surtout, autour de quels contextes ? En somme, autour de quoi le FN fait-il communauté ?

30La fonction identitaire du pronom est très forte dans le discours lepénien et se manifeste dans le co-texte immédiat. Du côté de la campagne de 2017, le profil cooccurrentiel du pronom renvoie aux verbes « battre », « défendre », « réarmer », « protéger », soit à des verbes dont le contexte sous-tend systématiquement la défense du territoire. Il s’avère que, comme pour les substantifs, le retour au contexte, via ces entrées, mène effectivement au discours substantiel du FN. Ainsi, les exemples réunissant le pronom aux verbes « défendre » et « protéger » renvoient à un contexte où il est question de protéger et de défendre une culture au singulier. Du côté des contextes des verbes « se battre » ou « se réarmer », les termes renvoient, au sens littéral ou figuré, à la thématique de l’indépendance de la France — thématique substantielle du discours FN :

[6] Nous ne ferons plus de guerres qui ne sont pas les nôtres. Notre diplomatie, et notre coopération avec les États engagés contre nos ennemis terroristes, se mettront en cohérence avec les objectifs militaires que nous nous sommes fixés. Nous nous réarmerons sans complexe et massivement, mais pour assurer notre sécurité ! (MLP, le 26 février 2017 à Nantes)

[7] Prendre un car, et un jour de congé pour aller se soigner ? En acceptant enfin de relever le défi qui nous est lancé, en commençant enfin de nous réarmer contre la mondialisation sauvage, en retrouvant notre souveraineté économique et monétaire, en nous comportant à nouveau comme les propriétaires de notre pays et non plus comme des occupants sans droit, ni titre, nous pourrons mener toutes ces politiques dont je parle. (MLP, le 11 mars 2017 à Châteauroux)

31Dans ces exemples figure la thématique souverainiste nationaliste, thématique structurelle du discours FN qui se décline à travers trois sous-thématiques, à savoir la grandeur de la France, l’indépendance de la nation et le rejet des immigrés (Bouzereau, 2020) :

[8] Nous sommes ici pour dire que nous voulons renouer avec la grandeur de notre pays, nous voulons retrouver l’indépendance de la nation, le règne de nos lois, la douceur de la liberté. Dans cette élection, il y a les gens du système et nous. Ce qui nous différencie de nos adversaires, c’est que nous croyons en la France. Eux ont cessé d’y croire et ils professent un discours de soumission, d’abandon et je le dis, avec peine, avec effroi, de trahison. (MLP, le 27 mars 2017 à Lille)

32Cet exemple est représentatif de l’usage du nous dans le discours FN puisque, précisément dans son discours, le pronom nous ne devient inclusif que lorsqu’il s’inscrit dans une relation d’opposition. En effet l’actualisation d’un nous inclusif sert systématiquement à imposer discursivement un nous victime d’un ils — et, dans cette structure, le pronom nous figure en position d’objet. En somme, le nous inclusif dans le discours FN sert à construire une relation d’identité entre auditeurs et locuteur sur la base d’une opposition au ils. Le pronom nous est bien souvent victime d’un ils, d’un eux, au sein du discours FN, comme le montre le dernier exemple de cette section :

[9] Tout ce que l’univers politico-médiatique compte de soi-disant experts, de soi-disant sachants se mobilise pour tenter de cadenasser le débat, de contredire notre projet, de nier la possibilité du changement ! Il n’y a pas d’alternative, nous répètent-ils ! Mondialisation, immigration sont les deux mamelles de la France nouvelle, nous serinent-ils ! (MLP, le 2 avril 2017 à Bordeaux)

33Ces oppositions nous/eux sous-tendent ce que Van Dijk (2006) a déjà nommé le « carré idéologique » nationaliste (voir aussi Schapira, 2010). Si la propriété du nous n’est pas d’exclure, le nous du Front national qui recouvre un sens élargi ne peut être, paradoxalement, qu’identitaire. Les référents contenus dans ce “ils” sont les mêmes qui figurent dans les formules du type « nous dit-on » / « on nous dit que » — formules régulièrement utilisées au sein des discours politiques étudiés. Ce sont ces formules précisément que nous allons maintenant analyser. En effet, si sur le plan linguistique le pronom on est un pronom à multiples facettes, comme le soulignait, dès 1984, F. Atlani, sur le plan politique, le pronom on interroge sur son rapport à l’inclusion et à l’exclusion. Notre seconde étude s’ouvrira par une analyse diachronique rendant compte d’un glissement du nous vers le on et nous nous poserons dès lors la question suivante : si les deux pronoms sont différents sur le plan linguistique, que deviennent ces différences quand les pronoms sont mis en confrontation dans le monde politique ?

2. Le pronom on, un autre nous, un anti-nous ou un nous populiste ?

2.1. On et nous, des équivalents ou des concurrents ?

34Dans le discours politique contemporain, le on occupe de plus en plus de place.
Par exemple, en 60 ans, dans le discours élyséen, entre 1958 et 2021, de De Gaulle à Macron, le on progresse ainsi :

Figure 1 : Distribution du pronom on sous la Ve République (1958-2021)

Figure 1 : Distribution du pronom on sous la Ve République (1958-2021)

35Certes la croissance n’est pas régulière et nous enregistrons trois pics successifs sous les mandats de Mitterrand, de Sarkozy, puis de Macron. Mais il ne fait pas de doute que nos politiciens contemporains — comme tous les Français peut-être — utilisent plus on que ceux des années 1950, 1960, 1970.

36L’explication la plus rapide à cette croissance du on en alternative possible au nous est purement économique : le on remplace le nous, car sa conjugaison sur le modèle du il est plus facile.

37Pourtant, nous voudrions montrer, en corpus et d’un point de vue praxématique, que loin d’être en équivalence, et seulement différents morphologiquement, les on et les nous diffèrent fondamentalement pour des usages politiques parfois orthogonaux.

38Depuis Atlani (1984) et Herschberg-Pierrot (1993), puis plus récemment depuis Fløttum, Jonasson & Norén (2007) et Norén (2009), en raison de l’« extrême flexibilité référentielle » de on (Norén, 2009 : 144), les linguistes s’accordent sur le fait que l’interprétation du pronom n’est pas seulement indéfinie, mais dépend du contexte et peut se modifier à chaque occurrence, sa référence se trouvant réinitialisée à chaque occurrence. L’indéfinition, ou la plasticité référentielle, la valeur omnipersonnelle du pronom on ont été réinterprétées en praxématique comme valeur prépersonnelle rendant le pronom apte à prendre en discours n’importe quelle valeur référentielle (Détrie, 1998).

39Dit autrement et de façon générale, le on est ainsi un collectif qui ne dit pas son nom et, dans le meilleur des cas, un nous qui refuse d’avouer son périmètre. De manière critique, nous allons voir qu’il permet de sous-entendre le groupe plutôt que de le définir, d’amalgamer plutôt que de constituer ; il permet encore de jeter à la vindicte un autre, d’autant plus menaçant qu’il est indéfini, plutôt que de s’opposer rationnellement à lui. Le on est un pronom doxique plus que politique, il construit une connivence entre le locuteur et l’interlocuteur qui semblent s’accorder sur la valeur de « on dit » dont il est difficile d’expliciter la rationalité politique ; mais il ne structure pas politiquement le groupe.

40Robert Benoit (1985) décrit la force intégrative ou identitaire des appositions réflexives en nous dans le discours communiste, comme « nous, le Parti, nous » ou « nous, les ouvriers, nous ». Le procédé permet de souligner « la volonté du locuteur d’impliquer le récepteur dans l’acte de parole : nous (émetteur) sommes nous (récepteur). La symétrie suggère l’équivalence, facilite l’identification » (Benoit, 1985 : 130). Or il est facile de constater que l’apposition ne fonctionne pas avec le pronom personnel on ; plus généralement l’usage tonique du nous est banal alors qu’il est interdit pour le on par la langue même.

Dans les corpus nous trouvons par exemple :

[10] … je veux là aussi être très clair avec vous ce soir nous, Européens, nous ne laisserons pas une crise financière… (EM, le 12 mars 2020, allocation télévisée)

[11] C’est pour nous, Français, un seul et même problème, un seul et même combat… (NS, le 05 mai 2009 à Nîmes)

41Dans le premier exemple notamment, les usages tonique puis clitique des nous, qui enchâssent Européens, permettent d’en donner strictement l’empan référentiel, et de développer toutes ses vertus politiques (performer le groupe). De manière très élargie, ici, ce sont non seulement tous les Français, mais même tous les Européens qui se trouvent inclus dans le discours par l’énonciation en nous. Or, faute de forme tonique du on, nous ne pouvons pas trouver d’attestation équivalente en on (« on, les Français, on… », « on, les Européens, on… ») comme si la valeur intégrative du on était contestée par la syntaxe même.

42Et c’est bien ce qui ressort pragmatiquement du discours contemporain : d’apparence équivalents, le nous et le on relèvent d’usages différents. En dernière instance, le nous semble constituant et constitutif d’un discours démocratique, populaire et intégratif ; le on semble relever d’un usage démagogique, populiste et désintégratif. Autrement dit, le référent du nous semble d’essence politique (les citoyens constitués en assemblée ou en parti, une nation consciente d’elle-même, l’Europe et ses pays vus comme une fédération, etc.), là où le référent du on est volontairement ambigu et renvoie à des entités moins constituées (les gens, la foule, voire de manière non plus inclusive, mais exclusive, eux, "les autres", cf. infra.)

2.2. On illusionniste ou mensonger ?

43Poussons plus loin l’analyse critique, en prenant quelques exemples chez Nicolas Sarkozy qui est le président qui, entre tous, a produit un sur-usage massif, statistique, du pronom on (Mayaffre, 2012 ; voir la figure 1).

44Si dans un article marquant, Atlani (1984) définit le on comme illusionniste, il est parfois des usages extrêmes qui confinent eux à la falsification — falsification énonciative d’identité s’entend.

45Dans sa première interview-bilan de son quinquennat commençant, Nicolas Sarkozy est invité à justifier à la télévision les premières mesures fiscales prises : en cause, la suppression des droits de succession sur les grandes fortunes. L’accusation de l’opposition et de la presse est forte et le président français est soupçonné d’être le « président des riches » (Pinçon-Charlot, 2010) ou d’avoir fait des cadeaux aux plus fortunés. Nicolas Sarkozy répond :

[12] C’est un cadeau aux riches ? Quand on a travaillé toute sa vie, de devoir en plus payer un impôt parce qu’on laisse à ses enfants le produit d’une vie de travail ? (NS, 29 novembre 2007, interview télévisée)

La valeur de la réponse du président tient tout entière dans l’usage rhétorique du on qui, dans le discours, par sa dimension indéfinie, omnipersonnelle sinon impersonnelle, permet de tromper l’auditeur.

46En effet, à lire strictement, le on fait référence au travailleur vivant (celui qui « a travaillé toute sa vie ») et au père de famille vivant (celui qui a des enfants). Et cet homme, désigné par ce on, dans lequel chacun pourra se reconnaître, serait contraint, selon Sarkozy, de payer les droits de succession (« devoir en plus payer un impôt… »). Or, évidemment, l’impôt de succession, par définition même, n’a jamais concerné le travailleur ou le père de famille. Il concerne seulement, une fois la personne disparue, l’héritier. Mais un on mensonger, amalgamant, permet de tout confondre (le futur défunt et le futur héritier, le travailleur et le « riche ») pour valoriser au final dans le discours, non sans contradiction politique, à la fois le mérite personnel via la célébration du travail et la rente ou l’héritage via la suppression des droits de succession ; il permet surtout, loin de la réalité du système fiscal, de surfer sur l’humeur poujadiste dominante : « ON paye trop d’impôt » que l’on soit mort ou vivant.

2.3 Un on de connivence

47L’efficacité du on — c’est-à-dire sa bonne réception — suppose une connivence entre le leader et un public qui devra comprendre lui-même les limites du pronom que le locuteur ne fixe pas ; le on induit ainsi et construit la collusion entre le locuteur et l’auditoire qui devra adhérer, sinon au contenu même du discours prononcé, au moins à ses mécanismes discursifs (i.e., précisément, à la délimitation complice du collectif qui s’exprime via le on).

2.3.1 Connivence par l’exclusive

Dans un passage sur la violence en banlieue, Nicolas Sarkozy s’indigne :

[13] Pourquoi des médecins, des femmes et des hommes qui soignent sont-ils agressés et ont-ils peur ? Comment peut-on l’accepter ? (NS, le 20 avril 2010)

48Que recouvre ici le on ? Quelles sont son étendue et sa valeur ? Qui est ce collectif qui accepte que des femmes et des hommes qui soignent soient agressés ? Le procédé est efficace. Il est aisé de comprendre, dans cet exemple, que le locuteur — Sarkozy — s’exclut lui-même du on : tout son discours sécuritaire cherche à montrer qu’il prend au contraire des mesures contre l’insécurité. On attend ensuite que l’auditeur s’exclut à son tour du on (sauf à être favorable aux agressions !), rejoignant par là même le camp du locuteur. Que reste-t-il donc ? Qui est inclus dans ce on excluant ? Qui sont ces personnes qui acceptent l’inacceptable (que l’on agresse des femmes ou des médecins) ? La gauche, sans doute, toujours soupçonnée de faiblesse et de laxisme, mais cela reste à définir.

2.3.2 Connivence par l’inclusive

Dans une démarche d’inclusion/exclusion opposée, il faut noter chez l’orateur Sarkozy lors de la campagne électorale 2007 :

[14] Personne n’est obligé, je répète, d’habiter en France, mais quand on habite en France, on respecte ses règles, c’est-à-dire qu’on n’est pas polygame […]. On ne pratique pas l’excision sur ses filles, on n’égorge pas le mouton dans son appartement et on respecte les règles républicaines. (NS, le 5 février 2007, interview télévisée, TF1, 21 heures)

49À l’inverse de l’exemple précédent, Sarkozy est partie intégrante du on (il habite effectivement en France). De la même manière que lui, le public intégrera le on pour rejoindre le camp du locuteur, en se démarquant de ces gens polygames. La question devient alors : qui est exclu de ce on englobant, qui recouvre l’opinion publique majoritaire, voire universelle (tous les Français à l’exclusion de ceux qui pratiquent l’excision et l’égorgement des moutons dans les appartements) ? Et il faut noter dans ce passage que le on indéfini permet d’assimiler, par la négative, et de rejeter ensemble, des populations hétéroclites : certaines populations africaines pratiquant l’excision et les populations musulmanes fêtant l’Aïd el-Kébir. Sarkozy joue ainsi du flou de l’indéfini pour mieux amalgamer les dangers qui pèsent, selon lui, sur les non-nous et la société française.

50Dans les deux citations, en tout cas, le mécanisme est identique. D’abord, c’est au public de définir un périmètre énonciatif suggéré par le locuteur : l’empan du on est établi par connivence, et l’accord entre Sarkozy et son public sur cet empan est infalsifiable, puisqu’il s’établit sur un sous-entendu complice, un (n)on-dit, une vérité ou une évidence doxiques. Ensuite, au terme du processus interprétatif qui permet de donner le contenu qu’il souhaite à un pronom savamment indéfini, l’auditoire se retrouve le plus souvent dans le camp de Nicolas Sarkozy : le on inclut ou exclut à discrétion, mais finit toujours par rassembler le président et la majorité des Français contre des forces extérieures (respectivement : Sarkozy et les Français contre ces on qui acceptent les agressions des médecins ; Sarkozy et les Français au sein du on contre ces personnes qui excisent leurs filles).

Lors de son discours d’investiture, Sarkozy conclut son premier discours de président :

[15] Le 6 mai, il n’y a eu qu’un seul vainqueur, le peuple français qui ne veut pas renoncer, qui ne veut pas se laisser enfermer dans l’immobilisme et dans le conservatisme, qui ne veut plus que l’on décide à sa place, que l’on pense à sa place. (NS, le 16 mai 2007, cérémonie d’investiture).

51Et quelques jours après, Nicolas Sarkozy s’adresse à « la France de la jeunesse qui a le sentiment qu’on lui vole ses rêves » (NS, 29 mai 2007). De l’indéfini jusqu’aux confins de l’impersonnel, le on représente cette force occulte, ce pouvoir maléfique — ces voleurs de rêves ; ce système qui décide à notre place ; la pensée unique — contre lesquels le nouveau président se promet de défendre les Français.

2.4. On, un pronom populiste ?

2.4.1. Flou énonciatif et mise en place d’un être discursif

52Cette valeur floutée du on peut aller jusqu’à la sixième personne et loin d’une équivalence au nous, le on en politique ne s’avoue pas toujours comme un pronom de l’inclusion ou de la fédération, mais bien, au contraire, comme un pronom de l’exclusion. Ces emplois sont réguliers dans les discours de certaines familles politiques comme le montrent nos travaux sur Nicolas Sarkozy (Mayaffre, 2012) et sur le Front national (Bouzereau, 2020).
Dans le discours FN, les verbes qui apparaissent géographiquement proches du pronom on montrent la relation entre la référence indéfinie et les verbes de parole, de croyance ou d’opinion.

Figure 2 : Verbes proches du pronom on dans le discours FN

Figure 2 : Verbes proches du pronom on dans le discours FN

53Parmi les principaux cooccurrents figurent les verbes de parole « dire », « parler », « appeler », « diaboliser », « promettre » et « accuser ». Dans ce cadre, si les verbes de parole associés au pronom sont un indice de l’interprétation indéfinie (Norén, 2009) — ou omnipersonnelle —, cela signifie-t-il que le pronom on renvoie systématiquement, dans ces associations, à un être discursif homogène aplanissant les différences entre tous les opposants ? Stratégie discursive effectivement récurrente lorsque le FN rapporte le discours des autres.

54Parmi ce nuage de mots présenté précédemment, figurent également des verbes qui s’inscrivent dans un lexique réprobateur, soit les verbes « mettre [en cause] », « diaboliser » et « accuser ». En contexte, l’association du pronom on et du verbe « diaboliser » renvoie toujours à la diabolisation des « patriotes » et, dans ce cadre, il s’agit systématiquement de dénigrer les militants qui soutiennent le Front national :

[16] La classe politique impuissante et corrompue, incapable de mettre en œuvre les réformes qui s’imposent, a trouvé dans le fantasme européiste un exutoire à ses responsabilités.
[…] Par la pente naturelle de la décadence, les impuissants ont condamné la virilité, les lâches le courage, les voleurs l’honnêteté et les tyrans la liberté ! La censure règne et la persécution s’installe. Il est vrai qu’en France, on libère les incendiaires et on condamne les pompiers, comme l’avait déjà noté Chamfort. Ne pouvant les faire taire ni les décourager, on diabolise les patriotes, on les calomnie, on les insulte et de surcroît, on les fait condamner par des magistrats complices. Les politiciens décadents ont cru trouver dans le projet européen, la panacée qui leur assurait la victoire sans combattre. Ils vous disent : Unissons nos faiblesses, nous ferons une force. Unissons nos vices, nous forgerons la vertu. (JMLP, le 1er mai 2005 à Paris)

[17] Vous avez observé, comme moi-même, que mes concurrents ont mis au centre de leur campagne les thèmes de l’immigration, du patriotisme et de l’identité nationale, pour lesquels pourtant on m’a diffamé, insulté et diabolisé depuis 30 ans, en même temps que vous, et les millions d’électeurs du Front national ! Aujourd’hui, tous font assaut de références françaises, oubliant qu’il y a peu encore, ils écartaient la nation, Jeanne d’Arc et le drapeau d’une moue dédaigneuse. (JMLP, le 15 avril 2007 à Paris)

55En [16], le pronom on est sujet des verbes « diaboliser », « calomnier », « insulter » et « condamner », et le même lexique figure dans la citation suivante avec les verbes « diffamer », « insulter », « diaboliser ». Le pronom est exclusif, il n’inclut ni le locuteur, ni les auditeurs et renvoie à la classe politique en [16] et au syntagme « mes concurrents » en [17].

56En [16], les premiers énoncés visent à dénoncer plusieurs paradoxes actuels. Selon Marc Bonhomme (1998 : 81), le paradoxe oppose la liberté d’esprit d’un « je-pense » contre le « on-pense » et il s’agit de créer une « tension dans la communication » pour déstabiliser les certitudes (id.), d’une tension sémantique « nouée — et ensuite dénouée — en discours » (Wołowska, 2008 : 237). Dans cette perspective, les paradoxes naissent ici de l’association de plusieurs termes antithétiques et de structures qui visent à instaurer une impertinence. Cet exemple entend effectivement dénoncer les valeurs négatives qu’auraient prises certains concepts à cause des « impuissants », des « lâches », des « voleurs » et des « tyrans ». Partant de la structure « les impuissants (–) condamnent (–) la virilité (+) » et de ladite citation empruntée à Chamfort : « En France on libère les incendiaires et on condamne les pompiers », JMLP oppose ces concepts qui revêtent, pour lui, une valeur positive à leur dessein actuel. Dans cette logique du renversement ainsi posée, l’énoncé « on diabolise les patriotes, on les calomnie, on les insulte » entend faire écho avec ces énoncés : le terme « patriotes » doit être entendu positivement et le pronom on faire référence au syntagme « classe politique » qui précède puis avec le SN qui suit « les politiciens décadents », responsables de cette politique de la « décadence ».

57En [17] le pronom on est aussi exclusif et renvoie aux concurrents de JMLP qui, après l’avoir diffamé, insulté et diabolisé, lui emprunteraient désormais ses thématiques de campagne. Dans cette logique, le pronom on entend bien poser une frontière très nette entre ces voleurs de thèmes et le candidat FN. On retrouve souvent l’association du pronom on et du verbe « accuser » ainsi que le balancement « on nous dit que » vs « je dis que » :

[18]
(i) On nous dit que des opinions salafistes ne justifient pas une arrestation. Je dis surtout que de telles opinions, aussi évidemment affichées et assumées, méritaient au minimum une surveillance active, et des mesures de sécurité immédiates.
(ii) Que l’on ne m’accuse pas de récupérer ce drame à des fins politiques. Ceux qui nous disent cela méprisent le peuple de France dans sa souffrance. J’accuse moi à l’inverse ceux qui nous empêchent de poser des questions : ils sont irresponsables, ils sont dangereux, et ils nous mènent en bateau ! Que par idéologie ou par électoralisme on cherche à étouffer les vérités concernant cette histoire immonde est inacceptable. C’est un appel épouvantable à l’entretien d’une culture de mort sur notre territoire, je ne l’accepte pas.
(iii) On nous dit que l’histoire de Mohamed Merah est une histoire exceptionnelle. Celle d’un gamin de banlieue qui aurait mal tourné, que quelque démon aurait tourné vers une idéologie radicale, et qui aurait agi sous l’emprise de la folie. (MLP, le 25 mars 2012 à Nantes)

58MLP s’exprime ici, après la cérémonie d’hommage aux victimes des attentats de 2012. Dans ce cadre, elle critique les « élites », « idéologues » et « politiciens » qui, non seulement refuseraient de voir dans cet acte terroriste une affaire politique, mais qui lui attribueraient par ailleurs la responsabilité de ces actes. Ainsi, les occurrences du pronom on (très fréquente dans ce texte) sont aussi exclusives et renvoient aux « élites » et aux « idéologues » précédemment dépréciés.

59Les extraits opposent aussi et explicitement le dire des adversaires « on nous dit » au discours de Marine Le Pen « je dis ». En (i), la parole de l’autre est aussitôt prononcée qu’elle est opposée au discours de la locutrice « je dis surtout » qui reproche les propos présents et les actions passées « de telles opinions […] méritaient une surveillance ». En (ii) le subjonctif en indépendante « que l’on ne m’accuse pas » marque la conséquence attendue, il s’agit d’un marqueur de discours anticipatif.

60Dans l’énoncé « ceux qui nous disent […] méprisent le peuple », MLP caractérise le discours d’autrui comme étant du mépris juste avant de faire résonner le verbe « accuser » précédent avec une mise en relief de son propre discours « j’accuse moi à l’inverse ceux qui nous empêchent ». Cet énoncé résonne tant au niveau intradiscursif qu’au niveau interdiscursif, en renvoyant à l’article de Zola publié dans L’Aurore en 1898, qui dénonçait par cette formule introductive les coupables corrompus de l’accusation contre Dreyfus. L’irruption du point de vue de la locutrice, dans cet extrait, a pour objectif de réfuter le discours de l’autre. En effet, en (iii), le syntagme « histoire exceptionnelle » imputé au on de sens indéfini s’oppose à la dénomination de MLP « histoire immonde ». En réalité, dans ce discours, la critique de MLP est omniprésente et veut rallier l’adhésion des auditeurs. Le balancement du « on nous dit que » vs « je dis que » rappelle l’usage sarkozyste de la structure qui fait de ce balancement une des signatures populistes (cf. 2.4.2.). Et il s’agit bien de cette stratégie dans l’exemple suivant :

[19] Il faut analyser et comprendre le fonctionnement du monde avec honnêteté, avec rigueur. On présente à nos jeunes la mondialisation comme l’alpha et l’oméga, comme un univers indépassable, le seul dans lequel ils pourront s’épanouir, créer, entreprendre. On leur dit cela, encore aujourd’hui, alors même que le monde entier s’oriente vers moins de mondialisation, alors même que le Royaume-Uni d’abord, les États-Unis ensuite, ont choisi l’inverse et veulent corriger les excès de la mondialisation. On leur dit donc d’aller à contre-courant de l’histoire du monde ! Vous le savez, la mondialisation économique a eu pour effet une déréglementation généralisée selon le principe du libre-échange total. Ce phénomène a été accentué en France par l’Union européenne, véritable cheval de Troie de cette idéologie mondialiste. [...]. Je vous propose ce changement de logiciel. Le projet que je défends dans cette élection est fondé sur ce que j’appelle « la révolution de la proximité ». (MLP, le 2 avril 2017 à Bordeaux)

61Les « on-dit » renvoient ici encore aux discours des adversaires et mènent dans cet extrait à une caractérisation négative du discours d’autrui. Il s’agit de faire allusion au discours des adversaires sur la mondialisation en le rejetant d’emblée, sans le citer véritablement. Ces caractérisations sont présentes seulement pour amener la contre-proposition lepénienne qui repose sur le nouveau concept de « révolution de proximité ». L’énoncé « alors même que le monde entier s’oriente vers moins de mondialisation » contredit les propos rapportés du « on-dit ». Une fois la parole du « on-dit » rapportée puis contredite, MLP peut conclure ainsi : « on leur dit donc d’aller à contre-courant de l’histoire du monde ! ». Dans cet énoncé exclamatif, le connecteur « donc » impose un énoncé conclusif qui vise à synthétiser, à la lumière de la vision FN, la conséquence du discours des adversaires. Cette vision est ensuite développée et surreprésentée énonciativement dans le second énoncé : « Je vous propose ce changement de logiciel. Le projet que je défends dans cette élection est fondé sur ce que j’appelle la « révolution de proximité. » On retrouve ici le lexique libéral apposé au projet « patriote » que défend MLP durant cette campagne.

Dans le discours FN, le pronom on, sujet d’un verbe de parole, renvoie donc bien systématiquement à une source énonciative dont il s’agit de rejeter le discours.

62Le on-dit déprécié renvoie au discours de la doxa dominante, de la doxa du système et ce qui est particulier c’est que les discours alternent entre cette valeur indéfinie et une source énonciative au singulier. Le pronom on suivi de verbes de parole permet bien de construire dans le discours populiste un tiers collectif homogène (Fløttum et al., 2007 ; Norén, 2009) dont le candidat FN se détache systématiquement et dont la parole n’existe que pour être contredite. Une fois la parole de l’autre déconstruite, le locuteur FN peut amener progressivement ou même abruptement son contre-discours, dans un balancement systématique et repérable entre « on dit » et « je dis que », balancement qui rapproche dès lors le discours du FN du discours populiste tel qu’il est utilisé chez Nicolas Sarkozy.

2.4.2. On faire valoir du je

63L’usage du on ne serait rien, en effet, dans le discours sans l’usage contrastif d’un autre pronom, strictement défini quant à lui, et avec lequel, pour cette raison, il détonne : le je. Et nous posons que si l’articulation entre je et nous doit se penser en termes de complémentarité concurrentielle (supra 1. Éléments sur la dialectique je/nous), l’articulation entre le on et le je doit se penser en termes de mise en valeur (ou au contraire de mise à l’index) de l’un par l’autre.

64Le discours de Nicolas Sarkozy est à nouveau la meilleure illustration d’un phénomène qui devient majeur dans le discours : statistiquement, dans des proportions impressionnantes, Sarkozy surutilise le on, nous l’avons dit, en même temps qu’il surutilise le je, pour mieux les faire contraster ; le on constitue même sa plus forte spécificité statistique avec le ça dans le corpus présidentiel français depuis 1958 (Mayaffre, 2012 ; cf. ici supra Figure 1) et le je une autre de ses plus fortes spécificités. La vraie caractéristique énonciative de Sarkozy tient ainsi dans le face-à-face entêté du on et je, du je et du on, c’est-à-dire de manière décisive dans les allers-retours entre l’indéfini pluriel et le défini singulier.

65À l’analyse en effet, Sarkozy se singularise (je) — et le discours n’a de cesse de construire cette singularité charismatique — d’autant mieux que son discours est peuplé de fantômes à l’identité incertaine (on). À propos des mesures gouvernementales contre l’échec scolaire, Sarkozy dialectise son énonciation :

[20] Je suis impressionné du nombre de jeunes qui, à 16 ans, sortent de l’école. Et entre 16 et 18 ans font rien. On ne sait pas où ils sont. J’ai demandé que l’on constitue un fichier pour que tout jeune sortant de l’école à 16 ans soit obligé d’avoir une formation ou un travail. Parce qu’être deux ans dans la rue à ne rien faire, ça prépare à quoi ? À rien sinon à la délinquance (NS, le 12 juillet 2010, interview télévisée)

66À l’incertitude de la forme énonciative de l’extrait (ces on indéfinis ; qui sont ces on dans ce passage ?) comme du fond sémantique (« ne pas savoir où ils sont », « ça prépare à quoi ? ») répond la certitude du chef qui exige (« j’ai demandé ») et prend des décisions fermes (création d’un fichier, obligation d’avoir une formation ou un travail).
À propos de l’immigration et de la politique d’intégration :

[21] Il est quand même invraisemblable que des jeunes gens de la deuxième, voire de la troisième génération se sentent moins Français que leurs parents ou leurs grands-parents. […] Pourquoi ne le dit-on pas ? On a peur ? Moi ce n’est pas de faire le constat qui me fait peur, c’est la réalité. (NS, le 30 juillet 2010, discours à Grenoble)

67Ici, c’est le moi tonique et viril du locuteur — plus fort encore qu’un je — qui répond aux on incertains et lâches de ceux qui n’osent pas parler (et, en l’occurrence, qui semblent ne pas oser s’identifier, là où c’est l’orateur qui, précisément, ne les définit pas).
Plus complice avec l’auditoire, il faut citer ce morceau de bravoure rhétorique tiré de la campagne électorale 2007 :

[22] On vous a souvent trompés. Je le sais. On vous a parfois menti. Je le sais. On vous a même trahis. Je le sais. Et pourtant vous êtes là ! (NS, 20 mars 2007)

Un on, indéfini et menaçant, défie le vous du public avant que le je de Sarkozy ne le soulage. Et le candidat de préciser dans la suite :

[23] « Vous êtes là […] parce que vous ne voulez plus que l’on vous trompe, vous ne voulez plus que l’on vous mente, vous ne voulez plus que l’on vous trahisse. […] Vous êtes là, parce que vous avez compris que je ne vous tromperais pas, que je ne vous mentirais pas, que je ne vous trahirais pas (ibid).

Et notre dernier exemple sera ironique et souligne toute l’habileté démagogique du phénomène :

[24] Je n’ai pas menti pendant la campagne, je n’ai pas menti depuis la campagne, et j’assume. Alors je comprends que c’est curieux en France parce qu’on n’assume pas quand on fait partie des élites françaises en général, c’est même la marque de fabrique. On se réfugie derrière la pensée unique, tous, comme des moutons, on pense la même chose au même moment. Moi, j’essaye d’assumer. (NS, le 8 janvier 2008, conférence de presse)

68Sarkozy accuse ainsi lui-même ce on qu’il surutilise des maux que l’analyste lui prête, à savoir son imprécision et sa valeur doxique. Ici et comme souvent, les je, mon, moi sans retenue de Sarkozy (6 dans le passage) s’opposent, en communion avec le peuple, aux « élites en général » qui se masqueraient derrière des on, que Sarkozy dénonce comme l’instrument de la « pensée unique ». Empli de on jusqu’à saturation (4 dans le passage, des milliers dans le corpus), surfant lui-même sur les idées communes, sur les on-dit, les qu’en-dira-t-on ou les « on est bien d’accord », le discours de Sarkozy dénonce donc, avec l’air du temps, ces « on pense tous la même chose au même moment ». Sarkozy se singularise voire construit son autorité charismatique (je, moi) en faisant son miel des idées reçues majoritaires (« la pensée unique nous menace ») et utilise la force du « on pense » de la foule pour dénoncer les « on pense » des élites. Quand le démagogue dénonce la démagogie, tout devient affaire d’appréciation : celle que l’auditoire donnera à la valeur des on parfois inclusifs parfois exclusifs, parfois complices, parfois adverses, toujours à définir, toujours sous-entendus, en correspondance avec « la doxa ou la voix publique » dont Sarkozy se fait la caisse de résonance.

Conclusion

69Loin d’être réservé à quelques noms emblématiques du discours comme « révolution », « liberté », « capitalisme » ou « nation », le combat politique s’engage aussi, avec force, dans l’usage que fait le locuteur des pronoms.

70Cette contribution a ainsi essayé de montrer que derrière les choix pronominaux, c’est-à-dire la tonalité énonciative élémentaire et fondamentale des discours, se réalise une vision du monde, du pouvoir et de l’autre, riche d’enseignement politique ou idéologique.

71C’est évidemment d’abord dans la tension entre le singulier et le pluriel de P1 et de P4 que l’orateur se donne les moyens de pencher soit du côté de l’autorité incarnée soit du côté de la représentativité, ou au contraire soit du côté de l’expression collective et démocratique soit du côté de l’égotisme et du césarisme.

72C’est ensuite dans l’élargissement ou la restriction ad hoc de l’empan du nous que se jouent des phénomènes d’inclusion, pour mieux dire son identité politique, en cercle dé-concentrique, du parti étroit jusqu’à la nation ou jusqu’à l’Europe élargies ; à défaut d’envisager un nous totalement universel, rare dans nos corpus.

  • 1 Les références bibliographiques de l’article sont consultables dans la bibliographie générale du nu (...)

73Enfin, c’est de manière plus subtile dans la confrontation entre un nous identifié avec un on indéfini (et avec un eux et un ils) que les pronoms jouent de l’ambiguïté, excluent autant qu’ils rassemblent, définissent autant qu’ils invisibilisent, disent autant qu’ils sous-entendent ; ils interrogent ainsi fondamentalement le présupposé de la consensualité du discours politique qui, à l’usage, n’exprime pas seulement le vivre ensemble (performer l’unanimité), mais affirme le positionnement contre (préparer au combat)1.

Haut de page

Notes

1 Les références bibliographiques de l’article sont consultables dans la bibliographie générale du numéro.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Distribution du pronom on sous la Ve République (1958-2021)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/7778/img-1.png
Fichier image/png, 128k
Titre Figure 2 : Verbes proches du pronom on dans le discours FN
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/7778/img-2.png
Fichier image/png, 550k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bouzereau et Damon Mayaffre, « Menaces sur le nous. De l’usage problématique des pronoms dans le discours politique français contemporain »Cahiers de praxématique [En ligne], 77 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/7778 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.7778

Haut de page

Auteurs

Camille Bouzereau

Université Nice Côte d’Azur, Laboratoire Bases Corpus Langage (UMR 7320)

Articles du même auteur

Damon Mayaffre

Université Nice Côte d’Azur, Laboratoire Bases Corpus Langage (UMR 7320)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search