Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48L’anaphore au sein des « configur...

6

L’anaphore au sein des « configurations syntactico-discursives1»

Anaphora within syntactic configurations
Outi Duvallon
p. 163-192

Résumés

L’objectif de cet article est de définir d’abord une unité macrosyntaxique, configuration syntaxique, qui est un regroupement de plusieurs constructions verbales. Les propriétés essentielles de cette unité se dégagent dans une analyse grammaticale de données orales : les configurations syntaxiques se fondent sur le parallélisme des unités qui les composent et peuvent être discontinues. Nous montrerons ensuite que les configurations syntaxiques constituent des domaines d’exercice de l’anaphore. Les anaphoriques suivent les organisations hiérarchiques du texte, et non les principes de la proximité linéaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Nous remercions Claire Blanche-Benveniste et Henri-José Deulofeu ainsi que les deux relecteurs ano (...)
  • 2  La littérature sur l’anaphore est abondante. Nous nous contentons de citer dans cet article seulem (...)

1Ce travail concerne un problème syntaxique et pragmatique bien connu, souvent traité au cours des années récentes : il s’agit de délimiter le domaine d’exercice des relations anaphoriques dans des discours  (par ex. Apothéloz 1995 ; Corblin 1995 ; B. A. Fox 1987 ; Kleiber 1992, 1994 ; Reichler-Béguelin 1997 ; Schnedecker 1997 ; Zay 19952). On s’intéressera ici à un aspect seulement, à l’emploi des pronoms de type il au sein des passages de textes oraux dotés d’une complexité structurelle.

2Notre travail repose sur deux hypothèses :

  • 1) il existe des organisations hiérarchiques à fondement syntaxique au-delà du domaine phrastique et

  • 2) ces organisations sont pertinentes dans la gestion de l’anaphore.

3Nous développerons, dans un premier temps, un modèle d’analyse qui convient particulièrement aux productions orales, parce qu’il exploite de façon fondamentale des spécificités de l’oral, telles les répétitions, les retouches, les reformulations et les incidentes. L’objectif sera de définir la notion de configuration syntactico-discursive, qui permet de faire ressortir, dans des textes, des organisations structurelles qui s’étendent parfois sur de longs passages. Les propriétés qui caractérisent cette unité et qui la différencient des autres unités proposées dans l’analyse des organisations textuelles au-delà du domaine phrastique, telles la « période » (Charolles 1988 ; Berrendonner 1990, 1993, 2002, 2003), se dégagent dans une description grammaticale de données orales, abordées sans découpage préalable.

4Nous montrerons, dans un deuxième temps, que les configurations syntactico-discursives forment des domaines d’exercice de l’anaphore. On sait que l’emploi des anaphoriques ne suit pas toujours les principes de la proximité linéaire ou de la plus grande saillance (voir par ex. B. A. Fox 1987 ; Reichler-Béguelin 1988 ; Velvic-Canivez 1999). La notion de configuration syntactico-discursive permet d’expliquer, d’une part, comment les locuteurs arrivent à maintenir des réseaux anaphoriques à grande distance et, d’autre part, comment ils gèrent certaines mises en scène référentielles complexes. On verra que le point de vue syntaxique est à plusieurs reprises plus adapté à la description que les notions d’accessibilité et de saillance.

5Dans ce qui suit, nous présenterons d’abord brièvement nos données (partie 1) et les fondements théoriques de ce travail (partie 2). Dans la partie 3, nous définirons les propriétés des organisations structurelles que nous appellerons configurations syntactico-discursives. La partie 4 examinera les domaines de l’anaphore.

1. Le corpus

6Les arguments que nous défendrons ici se fondent sur l’analyse grammaticale de textes oraux. Les exemples sont tirés de quatre enregistrements différents appartenant aux corpus de français parlé du Groupe aixois de recherches en syntaxe (GARS) de l’Université de Provence : Apostrophes, émission littéraire de télévision ; Mulhouse, enregistrement d’une conversation en face-à-face entre femmes ; Navale, entretien informel avec un ouvrier syndicaliste sur les conditions de travail dans une entreprise de réparation navale ; et Émission SIDA, extrait d’une émission interactive de radio (voir les conventions de transcription en fin d’article).

2. Fondements théoriques du travail

2.1 La notion de domaine pour l’interprétation des pronoms anaphoriques

7Certains éléments « anaphoriques » sont automatiquement co-indexés avec un autre élément au sein du même domaine syntaxique (Reinhart 1983). C’est le cas du pronom réfléchi se (dont nous ne traiterons pas ici) :

(1) Pierreisei regarde dans la glace. (cité par Corblin 1995, p. 157)

8Le pronom de type il peut également trouver sa source d’interprétation au sein du domaine syntaxique que constitue la phrase. On peut considérer qu’en (2a), le pronom il et le syntagme nominal aucun philosophe entretiennent un rapport de liage qui repose sur la structure hiérarchique de la phrase :

(2a) Aucun philosophei n’ignore qu’ili est mortel. (cité par Berrendonner 1990, p. 27)

(2b) Aucun philosophei n’ignore qu’ilj est mortel.

9Cependant, le pronom de type il n’est pas une variable liée dans la même mesure que le pronom réfléchi, puisque son interprétation au sein du domaine phrastique n’est pas une contrainte, mais seulement une possibilité (Corblin 1995, p. 157 ; voir aussi Cornish 1987). Dans un cas comme en (2), il peut également ne pas y avoir de coréférence entre aucun philosophe et le pronom il (2b).

10Les travaux en syntaxe générative se sont intéressés au problème que pose la définition des règles hiérarchiques permettant à une relation de co-référence de s’établir entre deux éléments au sein d’un domaine syntaxique. La question de l’« anaphore libre » et de l’interprétation des formes pronominales « non liées », quant à elle, a été étudiée essentiellement dans le cadre des approches textuelles et fonctionnelles, qui l’ont abordée en termes d’accessibilité, définie comme la saillance du référent dans la mémoire discursive et dépendant de la distance linéaire de la dernière mention du référent dans le texte (Givón 1983, 1992 ; Ariel 1988, 1990 ; Gundel et al. 1993).

11Nous avancerons ici l’idée d’existence des organisations à fondement syntaxique au-delà du domaine phrastique, pertinentes pour l’emploi des pronoms anaphoriques.

2.2 L’approche syntaxique

12Le présent travail s’inspire des études grammaticales du français parlé proposées par l’équipe du GARS (voir par ex. Blanche-Benveniste et Jeanjean 1986 ; Blanche-Benveniste et al. 1990 ; Blanche-Benveniste 1997). Notre approche se base sur la notion de construction verbale.

13Un verbe, tel annoncer en (3a), est doté de la capacité de régir d’autres éléments, qui peuvent être des valences (Hélène, la nouvelle, à Marie), mais aussi des compléments non essentiels (calmement) :

14(3a)

Hélène a annoncé la nouvelle calmement à Marie
(3b) elle la lui a annoncée ainsi
(3c) c’est à Marie qu’elle a annoncé la nouvelle
(3d) elle ne l’a annoncée qu’à Marie
(3e) selon lui, elle ne l’a annoncée qu’à Marie

15Les éléments construits par le verbe se reconnaissent à certaines propriétés, telles une équivalence syntaxique avec une proforme, (3b), la possibilité d’entrer dans plusieurs arrangements avec le verbe, comme le dispositif clivé (Blanche-Benveniste 1997, p. 96) en (3c), ainsi que la possibilité d’être soumis aux jeux de modalités (3d).

  • 3  Les termes noyau, préfixe et suffixe proviennent d’une approche « macrosyntaxique » (Blanche-Benve (...)

16Une construction verbale peut s’agréger des éléments associés qui ne sont pas régis par le verbe, comme selon lui en (3e). Les éléments associés ont tendance à se détacher de la partie verbale de l’énonce : ils peuvent former des préfixes ou des suffixes autour du noyau verbal3.

17De même, un complément de verbe peut être construit avec un effet de détachement (Sabio 1995).

18Les associés tels selon lui en (3e), les éléments « disloqués à gauche » (4) et les compléments temporels placés en tête d’énoncé (voir (7) plus loin) sont des exemples typiques de préfixes. Un complément introduit par même si, placé après le noyau verbal comme en (5), est un exemple de suffixes. Une construction verbale et les éléments associés forment une unité d’énoncé.

 (4) beaucoup d’avantages qu’on avait on on les a perdus hein (Navale)

 (5) il fallait vendanger même si les raisins n’étaient pas tout à fait mûrs (cité par Blanche-Benveniste 1997, p. 120)

19Outre les unités syntagmatiques rectionnelles et les regroupements entre construction verbale et associé (s), il existe un troisième type de rapport pertinent dans notre approche. En effet, les éléments qui se suivent dans la chaîne linéaire du texte n’entrent pas que dans des combinaisons syntagmatiques. En (6), les éléments aux malades et aux gens qui viennent se renseigner ne forment pas de syntagme ; ils instancient tous les deux une valence de type lui dans la construction du verbe faire passer :

 (6a) vous informez-vous pour pouvoir (.) à votre tour (.) euh : faire passer l’information aux malades aux : gens qui viennent se renseigner (Émission SIDA)

20Ces deux éléments entretiennent une relation identique avec leur entourage. Il convient de dire que le rapport entre aux malades et aux gens qui viennent se renseigner est paradigmatique (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 20-22 ; Blanche-Benveniste 1990 ; voir aussi Auer dans ce volume). L’idée d’une chaîne discursive se répartissant selon deux dimensions, syntagmatique et paradigmatique, peut être illustrée sur une « grille » exploitant l’axe horizontal et l’axe vertical de la page :

(6b)

… faire passer l’information

aux

malades

aux

gens qui viennent se renseigner

  • 4  Le fait de tenir compte de la dimension paradigmatique permet d’intégrer à l’analyse grammaticale (...)

21Ci-dessus, les éléments paradigmatiques sont situés les uns sous les autres, alors que les combinaisons syntagmatiques se développent sur la dimension horizontale, de gauche à droite4.

22La dimension paradigmatique est une propriété des valences et d’autres éléments régis par le verbe. Le pouvoir recteur du verbe porte sur un paradigme de réalisations possibles d’une valence ou d’une rection, et non sur les réalisations singulières. Pour le dire autrement, les valences et autres éléments régis peuvent avoir, dans un énoncé, plusieurs instanciations se situant hors du développement syntagmatique de la construction verbale.

23Les éléments associés, en revanche, ne connaissent pas ce mode d’organisation : leur rapport avec le verbe est unique en son genre, et ils se situent toujours sur l’axe syntagmatique de l’énoncé, soit dans la position de préfixe ou dans la position de suffixe, soit dans le corps de la partie verbale.

24Notons encore qu’un noyau verbal peut être précédé de plusieurs préfixes sémantiquement du même type, notamment temporels, qui s’organisent en série d’inclusions (Blanche-Benveniste 1997, p. 117), comme en quatre-vingt-trois et quand il y a eu les licenciements en (7) :

 (7) eh bien euh (.) en (.) quatre-vingt-trois quand il y a eu les licenciements (.) beaucoup d’avantages qu’on avait on on les a perdus hein (Navale)

3. Configuration syntactico-discursive

25Nous avons vu dans la partie 2.2 que les éléments régis par le verbe pouvaient être instanciés à plusieurs reprises sans que le verbe recteur soit répété. Il arrive aussi que le locuteur réédite tout un schéma syntaxique comportant le verbe et ses rections, comme en (8) :

(8b) pour euh exercer ce métier il faut prendre la matière (.) il faut pouvoir prendre la matière (Apostrophes)

26Le parallélisme des deux constructions verbales qui réalisent le même schéma syntaxique est mis en valeur dans la disposition graphique en (8b) :

(8b)

pour euh exercer ce métier

il faut

prendre la matière   

il faut pouvoir

prendre la matière   

27La réédition sert ici à insérer sur l’axe syntagmatique un élément (pouvoir) qui n’y était pas lors de la première édition.

28La répétition d’un schéma syntaxique est un procédé typique de passages explicatifs qui prolongent un thème déjà abordé dans le discours. Un contexte qui lui est particulièrement favorable est le couple question-réponse. L’exemple (9) provient d’une émission de radio :

 (9a)

1

L3

---

2

L2

ça veut dire que le virus (.) peut ne pas se développer de

3

[la vie (.) de toute la vie]

4

L3

[il peut] très bien ne jamais se développer (.)

5

L2

O-K

6

L3

enfin avec le recul qu’on a qui est un recul de douze ans peut-être que :

7

bon : plus tard on ne dira plus ça mais en tous les cas avec le recul

8

qu’on a il peut très bien ne jamais se développer (.) (Émission SIDA)

29À la ligne 2, L2, animatrice, résume une explication que vient de donner L3, invité de l’émission. Le tour de parole de L2 met en attente une confirmation ou une réfutation de la part de L3.

30L3 commence sa réponse (ligne 4) en rééditant le verbe se développer, utilisé d’abord par L2 :

 (9b)

(L2)

le virus

peut

ne pas

se développer

de

la vie

(L3)

il

peut très bien

ne jamais

se développer

de toute

la vie

31Lorsqu’il est réédité, le verbe se développer est construit avec un clitique sujet (il) et un syntagme adverbial (très bien) est inséré après le modal peut. On note aussi que l’expression à valeur temporelle de (toute) la vie, qui est soumise à la modalité négative du verbe, est remplacée par jamais.

32À la ligne 6, après l’intervention de L2 (O-K), L3 continue en introduisant, à l’aide de enfin, l’élément avec le recul qu’on a qui est un recul de douze ans. Cet élément provoque une incidente (peut-être que bon plus tard on ne dira plus ça) qui est en rapport de contraste avec tout l’énoncé cadre. Ensuite, les éléments mais en tous les cas servent de charnière pour la réédition de l’élément avec le recul qu’on a, après quoi le locuteur relance la construction du verbe se développer. On constate alors que l’élément avec le recul qu’on a est ajouté comme un associé en tête de la construction du verbe se développer.

33La grille en (9c) propose une visualisation de l’organisation structurelle du passage analysé. L’incidente (peut-être que…) y est séparée des unités construites autour du verbe se développer :

 (9c)

34En (8) et (9), la répétition d’un schéma syntaxique se fait avec retouche. Le même procédé est exploité pour mettre en œuvre un jeu de contraste :

  • 5  Agence française de lutte contre le SIDA.

 (10a) cette idée euh Dechavanne ne l’a ne l’a pas euh continuée mais l’A.F.L.S.5oui elle fait quand même quelque chose de temps en temps (.) l’a continuée (Émission SIDA)

35En (10), deux constructions du verbe continuer s’opposent par leur modalités négative et affirmative, mettant ainsi en contraste les réalisations de la valence sujet (Dechavanne ; l’A.F.L.S). Le rapport de contraste est marqué par mais.

36On note aussi que dans la deuxième construction, une incidente (oui elle fait quand même quelque chose de temps en temps) s’insère entre la valence sujet (l’A.F.L.S.) et le verbe (l’a continuée) sans que la réédition du schéma syntaxique soit perturbée :

 (10b)

37En (11), l’effet de contraste repose sur la symétrie des unités d’énoncé qui sont construites autour des verbes sémantiquement proches, les antonymes perdre et garder :

 (11a) eh bien euh (.) en (.) quatre-vingt-trois quand il y a eu les licenciements (.) beaucoup d’avantages qu’on avait on on les a perdus hein oh ça il faut pas se faire des idées (.) dans le premier collège (.) et euh deuxième et troisième collège euh (.) tous les atan-avan-les avantages qu’ils avaient ils les ont gardés (.) (Navale)

38La valence sujet de chaque verbe est réalisée par un pronom clitique (on ; ils), alors que la valence complément a une double réalisation : la proforme les auprès du verbe et une réalisation avec du lexique, associée en tête de noyau verbal. Les deux syntagmes nominaux associés répètent la même tête lexicale (avantages) qui est précédée d’un quantifieur (beaucoup ; tous) et suivie d’une relative où la forme sujet est identique à celle du verbe recteur principal.

 (11b)

39La dernière paire d’opposition est formée des éléments dans le premier collège et deuxième et troisième collège. Ces éléments répètent le même lexème (collège), mais leur syntaxe et leurs emplacements sont différents. L’élément dans le premier collège, qui est ajouté après une incidente (oh ça il faut pas se faire des idées), réalise une rection locative dans la construction du verbe perdre, tandis que l’élément deuxième et troisième collège constitue un associé lexical placé en tête de la deuxième unité, avant le premier syntagme nominal associé.

40La répétition d’un schéma syntaxique peut alors apporter un réarrangement des constituants. Lorsqu’un élément « glisse vers la gauche », comme en (11), le réarrangement aboutit à une figure de « chiasme », avec le schéma A B B A : verbe + dans le premier collège/deuxième et troisième collège + verbe (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 179-181). Dans les exemples (8)-(11), la structuration (macro) syntaxique ne s’arrête pas là où les verbes avec leurs valences et rections ont formé des constructions, qui se sont agrégé des éléments associés dans la position de préfixe. Les constructions verbales, ou les unités d’énoncé entières forment des regroupements qui se fondent sur le parallélisme entre les unités qui les composent. Nous appelons ces regroupements des configurations syntactico-discursives (cf. Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 181-183, 177). Les configurations syntactico-discursives se caractérisent par plusieurs propriétés. Premièrement, un associé peut être mis en facteur commun (cf. Blanche-Benveniste 1995) à plusieurs constructions verbales qui s’organisent en configuration. C’est le cas en (8) avec l’élément pour exercer ce métier, et en (9) avec l’élément avec le recul qu’on a qui apparaît dans le développement de la configuration. Deuxièmement, les configurations syntactico-discursives sont susceptibles de s’appuyer sur un jeu de contraste ((10) - (11)). Une troisième propriété essentielle des configurations syntacticodiscursives est qu’elles ne se présentent pas forcément comme des unités limitables dans la linéarité du texte. Dans les exemples (9) - (11), les unités d’énoncé qui forment des configurations avec une autre unité d’énoncé abritent des incidentes, nommées aussi parenthèses, c’est-àdire des éléments syntaxiquement et sémantiquement non connexes qui ne se situent pas sur l’axe syntagmatique de l’énoncé hôte, ni ne sont en rapport paradigmatique avec un composant de celui-ci (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 147-150 ; Berrendonner 1993 ; Zay 1995 ; Mondada et Zay 1999 ; Duvallon et Routarinne 2005). Une inci

41dente peut donc suspendre momentanément une configuration sans la détruire pour autant et sans que sa mise en place en soit perturbée.

42Les configurations syntactico-discursives peuvent aussi émerger à distance. Dans ce cas, deux constructions verbales se rejoignent pardessus un passage de texte plus ou moins long. À l’intérieur d’une configuration peut même se former une autre configuration :

(12a)

1.L3

euh Dechavanne qu'est-ce qu'il a fait il a lancé une campagne de publicité(s)

2

où on allait à d- chez un dans un pharma- chez un pharmacien (.) on

3

donnait un franc et il nous donnait un préservatif (.) je crois [pas

4

donnait un franc et il nous donnait un préservatif (.) je crois [pas

5.L1

[ouais]

6.L3

critiquable ensuite il a lancé autre chose c’était le train (.) qui passait dans

7

toutes les villes de Fran[ce]

8

[ouais] (Émission SIDA)

43En (12), à la ligne 1, la valence complément du verbe lancer est réalisée par le syntagme nominal une campagne de publicité (s) auquel se greffe le relatif . Le premier verbe introduit par le relatif est suivi de deux autres. Ces trois verbes, tous à l’imparfait, ont l’élément en facteur commun. Ils s’organisent en configuration :

 (12b)

44À la ligne 6, après un énoncé évaluatif (je crois pas que…) avec lequel se chevauche le ouais de l’interlocuteur, le verbe lancer est réutilisé dans un noyau introduit par ensuite. Les deux constructions du verbe lancer s’organisent en configuration à l’intérieur de laquelle est emboîtée la configuration des relatives, ainsi que l’énoncé évaluatif :

 (12c)

45Un tel emboîtement de deux configurations syntactico-discursives crée dans le texte une organisation hiérarchique complexe. Nous avons examiné ci-dessus des facteurs qui caractérisent les configurations syntactico-discursives :

  • Les configurations syntactico-discursives se fondent sur le parallélisme entre les unités qui les composent, et non sur leur succession linéaire.

  • Les configurations peuvent être discontinues.

  • Les composants d’une configuration sont susceptibles d’entrer dans des rapports de contraste et/ou de symétrie.

  • Un associé peut être mis en facteur commun à plusieurs constructions verbales s’organisant en configuration.

46L’originalité de la notion de configuration syntactico-discursive, en comparaison des autres unités proposées dans l’analyse des organisations textuelles au-delà du domaine phrastique, telles la période (Charolles 1988 ; Berrendonner 1990, 1993, 2002, 2003), réside dans son fondement syntaxique et dans son caractère non linéaire. Les configurations syntactico-discursives forment dans des textes des organisations hiérarchiques qui s’étendent parfois sur de longs passages.

4. Domaine de l’anaphore

47Cette partie étudiera les relations anaphoriques dans les passages de textes structurés par des configurations syntactico-discursives. Notre but est d’attirer l’attention sur le rôle que l’organisation structurelle du texte joue dans l’emploi et la résolution référentielle des pronoms anaphoriques. Nous montrerons que dans la gestion de l’anaphore, les faits structurels, tels la répétition d’un schéma syntaxique, les effets de symétrie et de contraste, et les hiérarchies syntaxiques, sont parfois plus explicatifs que la notion de saillance, la distance linéaire de la dernière mention du référent ou la présence dans le contexte proche de plusieurs sources d’interprétation concurrentes.

48Les observations seront limitées aux pronoms de type il, qui sont des indicateurs de cohérence bien particuliers : « il désigne un référent en continuité avec une situation manifeste dans laquelle le référent se trouve impliqué comme un actant principal » (Kleiber 1994, p. 82-83).

49Considérerons d’abord l’exemple (13) (déjà examiné dans la partie 3 en (9)) :

 (13a)

1.L3

---

2.L2

ça veut dire que le virus (.) peut ne pas se développer de [la vie (.) de toute la

3

vie]

4.L3

[il peut] très bien ne jamais se développer (.)

5.L2

O-K

6.L3

enfin avec le recul qu’on a qui est un recul de douze ans peut-être que : bon :

7

plus tard on ne dira plus ça mais en tous les cas avec le recul qu’on a il

8

peut très bien ne jamais se développer (.) (Émission SIDA)

50Lorsque le verbe se développer est utilisé pour la première fois à la ligne 2, sa valence sujet est réalisée par un syntagme nominal, le virus. Par la suite, le verbe se développer est réédité à deux reprises (lignes 4, 8), avec un clitique sujet il, coréférentiel avec la forme sujet lexicale. On constate que l’ajout d’un associé en tête de la construction verbale et l’incidente qui suspend momentanément la configuration ne déclenchent pas la redénomination du référent.

51Notre hypothèse est que les interlocuteurs, de même que les locuteurs, s’orientent vers les ensembles structurels dépassant une simple unité d’énoncé, comme les configurations syntactico-discursives formées de plusieurs constructions verbales parallèles. En (13), la résolution référentielle du pronom il de la ligne 7 se fonderait sur la reconnaissance de la configuration des trois constructions du verbe se développer. Plus précisément, le domaine d’interprétation du pronom il de la ligne 7 se trouve dans le paradigme des réalisations de la valence sujet de se développer :

 (13b)

52En (13), la configuration syntactico-discursive apparaît alors comme un domaine d’exercice pour les anaphoriques qu’elle comporte. Pour étayer cette idée, nous analyserons ci-dessous quatre exemples présentant chacun un aspect particulier.

4.1 Symétries de la mise en opposition

53En (14), la répétition d’un schéma syntaxique met en œuvre un jeu de contrastes. Pour expliquer le fonctionnement de certains pronoms de cet exemple, les symétries structurelles et les effets de contraste sont plus révélateurs que la saillance des sources d’interprétation due à leur proximité.

54L’exemple est tiré d’une conversation entre plusieurs femmes. Avant l’extrait cité, L4, Mulhousienne native, a raconté l’histoire d’une enfant adoptive mal reçue dans une école rurale par les autres élèves. Ensuite, L2, intervieweuse portugaise, s’est adressée à L6, fille adolescente de L4, pour l’interroger sur les rapports entre élèves de son école. Dans un premier temps, L6 a dit qu’il n’y avait pas de problèmes particuliers :

(14a)

1

L2

et et les profs font pas la différence non plus

2

L6

les profs (.) ça dépend (.)

3

Lx

e[uh: ]

4

L6

L6 [il y en] a qui sont : un peu racistes hein il y en a qui XXX même pas (.)

5

Lx

hum

6

L6

par exemple ma prof de : de math elle est un peu raciste (.)

7

Lx

hum

8

L2

comment comment vous le sentez qu’est-ce qu’elle fait

9

L6

mais : par exemple (.) on lui demande quelque chose par exemple c’est moi (.)

10

elle me le dit calmement tout (.) et si c’est euh par exemple ma copine

11

italienne Nadia (.) eh ben elle elle gueule tout de suite el-elle lui parle pas

12

doucement quoi elle parle t-elle gueule

13

L2

hum

14

L4

elle fait une différence (Mulhouse)

55À la ligne 11, on trouve deux pronoms sujets elle qui sont immédiatement précédés d’un syntagme nominal, ma copine italienne Nadia. Les pronoms partagent avec ce syntagme nominal les mêmes traits syntaxiques et sémantiques, le nombre singulier et le genre féminin. Notons aussi qu’il n’y a pas d’incompatibilité sémantique entre le verbe gueuler et un sujet coréférentiel avec un syntagme nominal tel que ma copine. Cependant, selon l’interprétation la plus plausible, il y a une disjonction référentielle entre le syntagme nominal ma copine italienne Nadia et les pronoms elle suivants. Les pronoms sujets elle de la ligne 11 s’associent référentiellement au pronom sujet elle de la ligne 10, qui, pour sa part, reprend, sans équivoque, le même référent que le pronom complément lui de la ligne 9 et le pronom sujet elle de la ligne 8. Ce référent a été nommé à la ligne 6 par le syntagme nominal ma prof de math.

56En effet, l’interprétation de l’unité si c’est euh par exemple ma copine italienne Nadia eh ben elle elle gueule tout de suite est guidée par les symétries dans le contexte linguistique, plus précisément par la mise en opposition de deux référents par rapport à un troisième dans une scène d’échange.

57La scène d’échange est établie aux lignes 9-10 par les verbes demander et dire :

(14b)

on

lui

demande quelque chose

elle

me le

dit

calmement tout

58Entre ces deux constructions, l’élément par exemple c’est moi forme un segment flottant (cf. Bilger et al. 1997, p. 74-80) qui peut être affilié à la fois au contexte précédent et au contexte subséquent. Par rapport au verbe demander, il s’agit d’une réinstanciation de la valence sujet. Le verbe c’est fonctionne comme un support servant à extraire une réalisation particulière, moi, du paradigme instancié dans un premier temps par le pronom indéfini on :

 (14c)

on lui demande quelque chose

par exemple c’est

moi

59D’un autre côté, l’élément par exemple c’est moi constitue un associé en tête du noyau verbal avec dire :

 (14d) par exemple c’est moi (.) elle me le dit calmement tout (.)

60Le schéma d’un regroupement entre associé et construction verbale est réédité par la suite, mais cette fois avec les joncteurs et si… eh ben…. Le regroupement en si… eh ben… fournit une « séquence maximale » par rapport à laquelle le premier regroupement peut être (ré) interprété :

 (14e)

61Au sein de cette configuration syntactico-discursive, l’élément par exemple c’est moi transmet à l’élément si c’est euh par exemple ma copine… le lien qu’il a avec le verbe demander dans le contexte précédent : il s’agit d’extraire une deuxième réalisation particulière du paradigme de la valence sujet de demander (cf. (14c)).

62Les effets de contraste que produit la configuration reposent sur les choix lexicaux. Sont opposées, d’une part, les éléments moi et ma copine italienne Nadia, et d’autre part, les blocs verbaux dire calmement et gueuler tout de suite. En revanche, les valences sujets des verbes dire et gueuler sont réalisées par le pronom elle.

63Le verbe gueuler est suivi d’une liste de verbes qui, avec leur modalité et leur complémentation, se spécifient les uns les autres. Avec ces reformulations, les oppositions avec le verbe dire deviennent plus symétriques (cf. lui et me ; calmement et (pas) doucement) :

 (14f)

64La réalisation progressive des complémentations symétriques a pour effet de symétriser aussi les relations référentielles. Dans le premier regroupement entre préfixe et noyau verbal, « par exemple c’est moi elle me le dit calmement », il y a un lien référentiel entre moi et me. La scène d’échange dont la construction du verbe dire fait partie concerne le professeur et un deuxième actant, réalisé dans un premier temps par le pronom indéfini on (voir (14b) ). Le verbe support c’est sert à extraire du paradigme des réalisations possibles de ce deuxième actant une réalisation particulière, moi, avant qu’elle ne soit saisie en position de valence complément dans la construction du verbe dire.

65La même organisation se répète avec le verbe parler (ligne 11). Selon le modèle du regroupement précédent, le pronom complément lui s’associe au référent présenté dans le préfixe : « si c’est par exemple ma copine italienne Nadia… elle lui parle pas doucement ».

66Enfin, les pronoms elle qui réalisent la valence sujet des verbes dire, gueuler et parler ont leur domaine d’interprétation sur la dimension paradigmatique de la configuration, et leur histoire référentielle remonte jusqu’au syntagme nominal ma prof de math.

4.2 Domaines référentiels distincts

67L’exemple (15) (cf. (12) ci-dessus) est structuré par l’emboîtement de deux configurations syntactico-discursives. Dans le fonctionnement des pronoms il de cet exemple, l’organisation hiérarchique est plus explicative que la proximité linéaire des sources d’interprétation potentielles.

(15a)

1

L3

euh Dechavanne qu’est-ce qu’il a fait il a lancé une campagne de publicité (s)

2

où on allait à d-chez un dans un pharma-chez un pharmacien (.) on

3

donnait un franc et il nous donnait un préservatif (.) je crois [pas

4

que ce soit]

5

L1

[ouais]

6

L3

critiquable ensuite il a lancé autre chose c’était le train (.) qui passait dans

7

toutes les villes de Fran[ce]

8

L2

[ouais] (Émission SIDA)

68Aux lignes 3 et 6, deux pronoms il se succèdent (il nous donnait un préservatif ; il a lancé autre chose), mais il ne semble pas y avoir de lien référentiel entre eux. En effet, ces deux pronoms appartiennent à deux configurations différentes, qui forment aussi des domaines référentiels distincts.

69Le pronom il de la ligne 3 trouve sa source d’interprétation dans la configuration introduite par le relatif . À l’intérieur de cette configuration, les deux derniers noyaux avec le verbe donner forment une scène d’échange :

 (15b)

70Le verbe donner est d’abord utilisé avec le clitique sujet on, comme le verbe aller du premier noyau, et un syntagme nominal (un franc) qui réalise une valence de type le. Dans le troisième noyau, le verbe donner se construit avec le clitique sujet il et le clitique complément nous qui instancie une valence de type lui, la valence de type le étant réalisée à nouveau par un syntagme nominal (un préservatif).

71L’ancrage référentiel du pronom il se fait dans le contexte immédiat de la scène d’échange, dans la première relative on allait… chez un pharmacien : le référent du pronom il peut être identifié par sa classe sémantique (cf. Ziv 1996).

72Le pronom il de la ligne 6, quant à lui, se trouve dans une construction verbale introduite par ensuite. Cet élément incite à interpréter l’énoncé comme un prolongement textuel d’une autre unité. L’unité à laquelle cet énoncé constitue une suite n’est pas l’énoncé évaluatif immédiatement précédant, ni la dernière relative. La construction verbale il a lancé autre chose se rattache à la première construction du verbe lancer (ligne 1) avec laquelle elle forme une configuration syntactico-discursive. Cette configuration, à laquelle participe aussi l’énoncé interrogatif Dechavanne qu’est-ce qu’il a fait (ligne 1), fournit le domaine d’interprétation du pronom il de la ligne 6.

73 (15c)

74Dans cet exemple, la configuration des relatives forme donc un domaine référentiel distinct à l’intérieur de la configuration des constructions du verbe lancer. La résolution référentielle de l’anaphorique utilisé dans la configuration cadre n’est pas gênée par les sources d’interprétation qui se trouvent à proximité immédiate, mais qui se situent dans le domaine référentiel distinct.

4.3 Organisations complexes

75Des organisations très régulières, s’étendant sur de longs passages de texte, résultent de la répétition de plusieurs schémas syntaxiques successifs. L’extrait cité en (16), qui est structuré par trois schémas syntaxiques, montre comment les organisations complexes conditionnent les liens anaphoriques :

(16a)

1

L1

et les ouvriers enfin les emp- enfin (.) les gens avec qui tu travailles ils pensent à

2

leur retraite déjà ou pas (.)

3

L2

les jeunes autour de (.) autour de moi euh de mon âge quoi trente-cinq quarante

4

(.) quarante ans (.) peut-être qu’ils en parlent plus qu’avant (.) plus qu’avant

5

des vieux de (.) de l’époque hein (.) parce que (.) c’est un problème (.) avec

6

tout ce qui se passe (.) mais ils sont (.) pas tellement tellement motivés (.) non

7

pas tellement (.) non (.) il y a que quand tu arrives à autre chose (.) à cinquante

8

ans que tu commences à te faire du souci tu vois euh est-ce que tu as assez cotisé

9

(.) euh (.) tu commences à rechercher ce que tu as fait ce que tu as pas fait (.)

10

mais quand tu es jeune bon tu penses qu’à travailler (.) et tu penses tu penses à

11

(.) à gagner le maximum d’argent c’est vrai que il y a il y a que quand tu es

12

jeune que tu as vraiment besoin de pognon (.) mais enfin ils pensent (.) pas

13

tellement à la retraite (.) non maintenant non les jeunes (.) sont pas tellement

14

tellement mo- motivés --- (Navale)

76Le premier schéma syntaxique est mis en place aux lignes 1-2 dans l’énoncé interrogatif de L1 : les ouvriers… ils pensent à leur retraite déjà ou pas. Ce schéma est réédité aux lignes 3-4, dans l’énoncé par lequel commence la réponse de L2. Les choix lexicaux proposés par l’énoncé interrogatif sont modifiés : L2 raffine non seulement la désignation lexicale du référent auquel renvoie le clitique sujet ils, mais il remplace aussi le verbe penser par parler (voir la grille en (16b, page ci-contre) ).

77Le deuxième schéma syntaxique est introduit à la ligne 6 à l’aide de mais : mais ils sont pas tellement… motivés. Puis le troisième schéma est établi aux lignes 7-8 : il y a que quand tu arrives à autre chose (.) à cinquante ans que tu commences à te faire du souci tu vois. Dans cette unité, le verbe recteur est dans les éléments te faire du souci. Il est précédé d’un verbe modal (commencer à) et construit avec une rection à valeur temporelle (quand tu arrives à…), soumise à la modalité restrictive à l’aide de l’auxiliaire de dispositif il (n’) y a que… que (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 65, 103).

78Après un énoncé interrogatif (euh est-ce que tu as assez cotisé, ligne 8, supprimé sur la grille), les différentes parties du troisième schéma sont rééditées, avec des modifications lexicales. Ensuite, aux lignes 12-14, sont réédités les deux autres schémas.

79La configuration syntactico-discursive des unités qui réalisent le troisième schéma (il y a que quand…) forme un domaine référentiel distinct au sein duquel les valences sujets sont instanciées par un tu « générique », alors que les unités réalisant les deux autres schémas sont référentiellement liées. La configuration qui constitue le domaine d’interprétation des pronoms ils (lignes 1, 4, 6, 12) se forme de deux blocs, distancés par la configuration emboîtée, dans lesquels se succèdent, dans le même ordre, les unités réalisant deux schémas différents. Cette organisation apparaît sur la grille en (16b, page suivante).

(16b)

  • 6  La dernière unité propose une redénomination du référent. La forme sujet lexicale les jeunes, qui (...)

80On note en effet que lorsqu’il pointe à nouveau, après le passage référentiellement distinct, sur le référent nommé au début du passage et repris par les pronoms ils, L2 ne le saisit pas dans la même perspective que la fois précédente, à la ligne 6 (ils sont pas tellement… motivés). Il revient d’abord sur l’énoncé interrogatif initial en rééditant le verbe penser (ils pensent à leur retraite déjà ou pas, lignes 1-2 ; ils pensent pas tellement à la retraite, lignes 12-13), et c’est seulement après qu’il réédite le deuxième schéma (les jeunes sont pas tellement… motivés, lignes 13-146).

81Deux configurations peuvent aussi être référentiellement liées, mais former dans le même temps des domaines distincts, chacune proposant une mise en scène différente du ou des référents. L’exemple en (17), qui englobe certains extraits déjà analysés ci-dessus, fournit une illustration des mises en scène diverses du même référent :

 (17a)

1

L1

--- il y a: certaines stars qui en fait se font de la promo (.) au travers du SIDA

2

(.)

3

L3

c’est-à-dire

4

L1

notamment euh moi j’avais pas supporté le: la version euh Dechavanne qui

5

va lutter contre le SIDA et: je sais pas ben depuis il fait plus rien (.)

6

L2

il en parle tout le temps hein

7

L3

si il continue à en parler bon [euh Dech- Decha- Dechavanne]

8

L1

[oui il en parle ouais]

9

L3

il a lancé plein de choses quand même hein enfin moi je suis pas non plus pour

10

dire que c’est bien ou c’est pas bien euh (.) par contre pour AIDE

11

PROVENCE tout ce qui est bien (.) ce sont les gens (.) qui font quelque chose

12

pour lutter contre le SIDA euh quel que soit ce qu’ils puissent ce qui pui- ce

13

qui peut être derrière c’est pas important (.) s’ils ont sauvé quelques vies parce

14

que on les a vus parce qu’ils ont une certaine notoriété ben c’est bien (.) euh

15

Dechavanne qu’est-ce qu’il a fait il a lancé une campagne de publicité(s) où

16

on allait à d- chez un dans un pharma- chez un pharmacien on donnait un

17

franc et il nous donnait un préservatif (.) je crois [pas que ce soit]

18

L1

[ouais]

19

L3

critiquable ensuite il a lancé autre chose c’était le train (.) qui passait dans

20

toutes les villes de Fran[ce]

21

L2

[ouais]

22

L3

qui s’arrêtait (.) euh cette idée euh Dechavanne ne l’a ne l’a pas euh continuée

23

mais l’A.F.L.S. oui elle fait quand même quelque chose de temps en temps

24

(.) l’a continuée (.) et euh: cette année le train euh sera à Marseille le sept

25

décembre (.) toute la journée (.) en euh ah oui j’ai pas le droit de faire de pub

26

pour les autres radios enfin en tout cas il y aura une station de radio nationale

27

qui sera (.) sur le train et qui toute la journée euh: interviewera les acteurs de

28

terrain (.) euh: SIDA (.) à Marseille en fait Marseille c’est euh: Aix c’est Gap

29

hein parce qu’on on a une antenne qui est très large et c’est aussi Avignon (.)

30

ah: oui oui oui oui [euh voilà]

31

L1

[donc] le train continue donc il y a quand même les les actions qu’il a mises

32

L3

au départ en place (.) (Émission SIDA)

82Aux lignes 7 et 9, l’énoncé Dechavanne il a lancé plein de choses quand même hein fonctionne comme un « énoncé titre » des tours de paroles de L3 aux lignes 9-32. L’énoncé titre est suivi d’un passage référentiellement distinct (enfin moi je suis pas non plus pour…), puis à la ligne 15, un énoncé interrogatif (Dechavanne qu’est-ce qu’il a fait) réintroduit le référent qui a été nommé à la ligne 7 (désigné par la suite par « référent 1 »). Ensuite, le verbe lancer est réédité à deux reprises (lignes 15 et 19). L’énoncé interrogatif et les deux rééditions de lancer constituent un sous-groupement à l’intérieur de la configuration syntactico-discursive qu’ils forment avec l’énoncé titre (voir la grille en (17b, page suivante)).

83Chaque réédition du verbe lancer est suivie d’un passage qui se rattache référentiellement à la réalisation de la valence complément (une campagne de publicité (s) où on allait… (cf. (15)) ; autre chose c’était le train qui…). À l’intérieur du passage qui suit la deuxième réédition de lancer, le référent 1 est redénommé de nouveau (ligne 22). Cette fois, il s’agit d’une mise en opposition du référent 1 et d’un autre, nommé l’A.F.L.S., dans une configuration formée de deux constructions du verbe continuer (cf. (10)). Le passage concernant le « train » est conclu à la ligne 31 par l’énoncé donc le train continue.

 (17b)

84Le premier énoncé conclusif est suivi d’un autre : donc il y a quand même les les actions qu’il a mises au départ en place. Voici la grille schématique du passage :

85Le dernier énoncé conclusif aux lignes 31-32 présente des propriétés communes avec l’énoncé titre initial des lignes 7 et 9. Premièrement, les verbes lancer et mettre (au départ) en place peuvent être considérés comme des paraphrases dans ce contexte. Deuxièmement, il y a un rapport de spécification entre les réalisations des valences compléments, plein de choses et les actions. De plus, l’élément quand même se répète dans les deux unités.

86En effet, ces deux constructions verbales forment une configuration syntactico-discursive avec une figure de chiasme « verbe + complément/complément + verbe » (cf. (11) ) : à la ligne 9, les valences du verbe lancer sont arrangées selon le dispositif direct (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 55), alors qu’aux lignes 31-32, le verbe mettre en place est utilisé à l’intérieur de la construction d’un autre verbe, il y a, et ses valences sont arrangées selon le dispositif nominalisé (ibid., p. 68).

87La configuration qui encadre le passage des lignes 9-31 fournit un domaine d’interprétation au pronom il de la ligne 31 : le clitique sujet il du verbe mettre en place se relie au clitique sujet il du verbe lancer de la ligne 9 par la perspective dans laquelle le référent 1 est saisi. En même temps, le passage qui reste à l’intérieur de la configuration de l’énoncé titre et de l’énoncé conclusif, notamment le sous-groupement des constructions verbales qu’est-ce qu’il a fait et il a lancé… (lignes 15-16, 19) fournit au pronom il de la ligne 31 d’autres ancrages référentiels. En revanche, la dernière mention du référent 1 à la ligne 22 (cette idée euh Dechavanne ne l’a… pas euh continuée…), qui se trouve à l’intérieur d’une configuration différente, caractérisée par la mise en contraste de deux référents, semble avoir moins d’importance, au moins dans un premier temps, dans la résolution référentielle du pronom il de la ligne 31.

  • 7  Le syntagme nominal cette idée (ligne 22) pointe déjà globalement sur le référent introduit par le (...)

88Cet exemple montre non seulement comment l’anaphore s’exerce au sein des configurations discontinues, mais aussi comment le choix de l’expression référentielle peut traduire l’organisation hiérarchique du texte. À la ligne 22, le recours à une forme lexicale ne s’explique pas par la présence d’autres sources d’interprétation concurrentes dans le contexte précédent7, mais par l’introduction du référent 1 dans un nouveau domaine référentiel où il est mis en contraste avec un autre référent (cf. B. A. Fox 1987, p. 150). À la ligne 31, en revanche, le recours à une forme lexicale pourrait paraître motivé, si l’on ne regardait que la proximité des autres sources d’interprétation (par exemple le syntagme nominal le train à la même ligne), mais en fait, ces sources ne font pas partie du même domaine référentiel que le clitique sujet il du verbe mettre en place.

89Nous avons tâché de montrer dans cette section que les configurations syntactico-discursives forment des domaines d’exercice de l’anaphore. Le domaine référentiel que constitue une configuration syntactico-discursive peut être conçu comme un système de relations pertinentes pour la résolution des anaphoriques. Chaque configuration se caractérise par la mise en scène des référents qu’elle propose.

90Au sein des configurations, les liens référentiels ne s’établissent pas que dans le déroulement linéaire du texte : les anaphoriques se rattachent aux formes référentielles qu’ils « rencontrent » sur la dimension paradigmatique de la configuration. En effet, la résolution référentielle d’un anaphorique est guidée par son histoire dans la configuration.

91L’ancrage référentiel des anaphoriques se détermine alors selon l’organisation interne de la configuration. Lorsque la configuration met en scène plusieurs référents sémantiquement concurrents, la résolution des anaphoriques s’appuie sur la symétrie des unités qui composent la configuration. Dans une configuration qui émerge à distance, un anaphorique est relié à une autre forme référentielle qui se trouve à une certaine distance dans le texte. Dans le même temps, l’anaphorique peut être insensible à des sources d’interprétation potentielles qui se trouvent à proximité immédiate, mais qui appartiennent à un domaine référentiel distinct.

92La « saillance » d’une source d’interprétation dépend en fait, non de sa proximité linéaire, mais de sa position dans l’organisation hiérarchique du texte.

Conclusion

93Nous avons défini dans cet article la notion de configuration syntactico-discursive, qui permet de rendre compte de faits de structuration tels la symétrie de constructions et les organisations hiérarchiques dépassant les unités construites autour d’un verbe et pouvant s’étendre sur de longs passages de texte. La particularité de cette unité réside, d’une part, dans son fondement syntaxique, et, d’autre part, dans son caractère non linéaire. Les configurations syntacticodiscursives peuvent être discontinues et elles peuvent émerger à distance.

94Nous avons examiné aussi la gestion de la référence dans les contextes linguistiques structurés par des configurations syntacticodiscursives. L’objectif était de monter que les configurations forment des domaines d’exercice de première importance pour les anaphoriques qu’elles comportent. Qu’il s’agisse du réglage de l’anaphore dans les mises en opposition des référents sémantiquement semblables ou dans les organisations hiérarchiques de plusieurs configurations emboîtées, c’est l’histoire des anaphoriques dans les configurations qui guide leur résolution référentielle.

95Les configurations syntactico-discursives créent dans le texte une complexité structurelle qui conditionne l’emploi des anaphoriques. Ainsi la résolution référentielle d’un anaphorique doit-elle passer aussi par le repérage de l’organisation structurelle du texte. La construction hôte de l’anaphorique joue un rôle capital dans la détermination de l’ancrage référentiel : la « saillance » d’une source d’interprétation dépend de sa position par rapport à la position de l’anaphorique dans l’architecture du texte. Les anaphoriques suivent les organisations hiérarchiques, et pas forcément les principes de la proximité linéaire.

Haut de page

Bibliographie

Apothéloz D. 1995, Rôle et fonctionnement de l’anaphore dans la dynamique textuelle, Droz : Genève.

Ariel M. 1988, « Referring and accessibility », Journal of Linguistics 24, 65-87.

Ariel M. 1990, Accessing noun-phrase antecedents, London : Routledge.

Avanzi M. 2007, à paraître, Regards croisés sur la notion de macrosyntaxe, TRANEL 48, version provisoire consultée le 02-11-2007, www2. unine. ch/webdav/site/structuration_periodes/shared/articles_AM/AM_2007_Tranel. pdf.

Berrendonner, A. 1990, « Pour une macro-syntaxe », Travaux de Linguistique 21, 25-36.

Berrendonner, A. 1993, « Périodes », in Parret H. (éd.), Temps et discours, Louvain : Presses universitaires de Louvain, 47-61.

Berrendonner, A. 2002, « Les deux syntaxes », Verbum XXIV/1-2, 25-36.

Berrendonner, A. 2003, « Éléments pour une macro-syntaxe : actions communicatives, types de clauses, structures périodiques », in Scarano A. (éd.), Macro-syntaxe et pragmatique. L’analyse linguistique de l’oral, Roma : Bulzoni, 93-110.

Bilger M., Blasco M., Cappeau P., Pallaud B., Sabio F., Savelli M. -J. 1997, « Transcription de l’oral et interprétation. Illustration de quelques difficultés », Recherches sur le français parlé 14, 57-86.

Blanche-Benveniste C. 1990, « Un modèle d’analyse syntaxique =en grilles = pour les productions orales », Anuario de Psicologia 47, 11-28.

Blanche-Benveniste C. 1995, « Répéter ou ne pas répéter », in Bat-Zeev Shyldkrot H., Kupferman L. (éds), Tendances récentes en linguistique française et générale, Amsterdam : Benjamins, 55-74.

Blanche-Benveniste C. 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris : Ophrys.

Blanche-Benveniste C. 2003, « Le recouvrement de la syntaxe et de la macrosyntaxe », in Scarano A. (éd.) Macro-syntaxe et pragmatique. L’analyse linguistique de l’oral, Roma : Bulzoni, 53-75.

Blanche-Benveniste C., Bilger M., Rouget C., Eynde K. van den 1990, Le français parlé. Études grammaticales, Paris : Éditions du C. N. R. S.

Blanche-Benveniste C., Jeanjean C. 1986, Le français parlé. Transcription et édition, Paris : Didier Erudition

Charolles M. 1988, « Les plans d’organisation textuelle. Périodes, chaînes, portées et séquences », Pratiques 57, 3 -13.

Corblin F. 1995, Les formes de reprise dans le discours. Anaphores et chaînes de référence Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Cornish F. 1987, « Anaphoric pronouns : under linguistic control or signalling particular discourse representations ? », Journal of Semantics 5, 233 -260.

Deulofeu H.-J. 2001, « La notion de construction corrélative en français : typologie et limites », Recherches sur le français parlé 16, 103 -124.

Deulofeu H.-J. 2003, « L’approche macrosyntaxique en syntaxe : un nouveau modèle de rasoir d’Occam contre les notions inutiles ? », SCOLIA 16, 77 -95.

Duvallon O., Routarinne S. 2005, « Parenthesis as a resource in the grammar of conversation », in Hakulinen A., Selting M. (éds), Syntax and Lexis in Conversation : Studies on the use of linguistic resources in talk-in-interaction, Amsterdam : John Benjamins, 45-74.

Fox B. A. 1987, Discourse structure and anaphora, Cambridge : Cambridge University Press.

Givón T. 1983, « Introduction », in Givón T. (éd.) Topic Continuity in Discourse : A Quantitative Cross-language Study, Amsterdam : Benjamins, 5-41.

Givón T. 1992, « The grammar of referential coherence as mental processing instructions », Linguistics 30, 5-55.

Gundel J. K., Hedberg N., Zacharski, R. 1993, « Cognitive status and the form of referring expressions in discourse », Language 69, 274 -307 .

Kleiber G. 1992, « Cap sur les topiques avec le pronom il », L’information grammaticale 54, 15-25.

Kleiber G. 1994, Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve : Duculot.

Marandin J. -M. 1988, « À propos de la notion de thème de discours. Éléments d’analyse dans le récit », Langue française 78, 67-87.

Mondada L., Zay F. 1999, « Parenthèses et processus de configuration thématiques : vers une redéfinition de la notion de topic », in Verschueren J. (éd.), Pragmatics in 1988. Selected Papers from the 6th International Pragmatics Conference, vol. 2, Antwerp : IprA, 396-411.

Reichler-Béguelin M. -J. 1988, « Anaphore, cataphore et mémoire discursive », Pratiques 57, 15-43.

Reichler-Béguelin M. -J. 1997, « Anaphores pronominales en contexte d’hétérogénéité énonciative : effets d’ (in) cohérence », in de Mulder W., Tasmowski L., Vetters C. (éds), Relations anaphoriques et (in) cohérence, Amsterdam : Rodopi, 31-54.

Reinhart T. 1983, Anaphora and semantic interpretation, London : Groom Helm.

Sabio F. 1995, « Micro-syntaxe et macro-syntaxe : l’exemple des =compléments antéposés = en français », Recherches sur le français parlé 15, 111-155.

Schnedecker C. 1997, Nom propre et chaînes de référence, Paris : Klincksieck.

Velcic-Canivez M. 1999, « L’anaphorique ils et le contournement de l’acte de dénomination », Le français moderne LXVII/2, 147-164.

Zay F. 1995, « Notes sur l’interprétation des expressions référentielles dans les parenthèses », TRANEL 23, 203-223.

Ziv Y. 1996, « Pronominal reference to inferred antecedents », in Tasmowski L., De Mulder W. (éds), Coherence and Anaphora. Belgian Journal of Linguistics 10, Amsterdam : Benjamins, 55-67.

Haut de page

Annexe

Conventions de transcription

(.)

pause d'une longueur non spécifiée

i-

amorce de mot

[…]

chevauchements de paroles

que:

allongement d'une voyelle

il(s)

alternance orthographiques

XXX

suite quelconque de syllabes incompréhensibles

L1

les locuteurs sont distingués à l'aide des numéros

---

omission du début ou de la fin d'un tour de parole

omission de quelques éléments sur la grille

Haut de page

Notes

1  Nous remercions Claire Blanche-Benveniste et Henri-José Deulofeu ainsi que les deux relecteurs anonymes de la revue pour leurs commentaires et suggestions qui nous ont permis d’améliorer notre article.

2  La littérature sur l’anaphore est abondante. Nous nous contentons de citer dans cet article seulement les travaux qui ont le plus influencé notre recherche.

3  Les termes noyau, préfixe et suffixe proviennent d’une approche « macrosyntaxique » (Blanche-Benveniste et al. 1990, p. 113-157 ; Blanche-Benveniste 1997, p. 111-123 ; 2003 ; Sabio 1995 ; Deulofeu 2001) dans laquelle on s’intéresse à des regroupements qui se fondent sur des dépendances et interdépendances non rectionnelles. L’idée défendue par Blanche-Benveniste et al. (1990, p. 114) à laquelle nous souscrivons est que les regroupements macrosyntaxiques ont un fondement grammatical. Les marques prosodiques peuvent jouer un rôle discriminant dans la reconnaissance des unités macrosyntaxiques, et une analyse prosodique pourrait accompagner les analyses grammaticales dans un travail avec les objectifs différents (voir par ex. Sabio 1995.) À noter qu’une acception différente du terme « macrosyntaxe » se trouve chez Berrendonner (1990, 1993, 2002, 2003) pour qui la « macrosyntaxe » concerne les liens entre les « actions communicatives », et non entre les segments linguistiques. Dans l’approche « macrosyntaxique » par Berrendonner, la définition des unités se base sur des critères intonatifs (pour les différentes acceptions du terme « macrosyntaxe », voir aussi Deulofeu 2003 ; Avanzi 2007).

4  Le fait de tenir compte de la dimension paradigmatique permet d’intégrer à l’analyse grammaticale les phénomènes tels les répétitions, les recherches lexicales, les retouches.

5  Agence française de lutte contre le SIDA.

6  La dernière unité propose une redénomination du référent. La forme sujet lexicale les jeunes, qui réédite la tête du syntagme nominal de la ligne 3 (les jeunes autour de (.) autour de moi…), rajoute à la configuration un lien lexical supplémentaire : elle fonctionne comme une sorte de « fermoir » (cf. Marandin 1988, p. 74) qui relie le début et la fin du passage.

7  Le syntagme nominal cette idée (ligne 22) pointe déjà globalement sur le référent introduit par le syntagme nominal complexe le train qui passait… aux lignes 19-20 et 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Duvallon, O. (2008). L’anaphore au sein des « configurations syntactico-discursives ». Cahiers de praxématique 48. Montpellier : Pulm. 163-192.

Référence électronique

Outi Duvallon, « L’anaphore au sein des « configurations syntactico-discursives» »Cahiers de praxématique [En ligne], 48 | 2007, document 6, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/812 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.812

Haut de page

Auteur

Outi Duvallon

INALCO — 2, rue de Lille — 75343 Paris cedex 07
Otiainen@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search