Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Le rapport scientifique à l’unive...

Le rapport scientifique à l’université Paris Nanterre (1970-2018) : émergence, institutionnalisation et transformation d’un genre

The scientific activity report at the University of Paris Nanterre (1970-2018): emergence, institutionalisation and transformation of a genre
Émilie Née et Sabine Lehmann

Résumés

Faisant dialoguer analyse du discours, linguistique diachronique et linguistique de l’écrit, cet article livre quelques premiers éléments de caractérisation du rapport scientifique à l’université de Nanterre. Après avoir situé ce genre de discours par rapport au macro-genre rapport, nous interrogeons la nature de ses interactions avec la politique de l’institution sur une diachronie récente (1970-2018). De la sorte, nous évaluons le poids de l’histoire externe sur ce genre et les dynamiques internes propres au genre lui-même.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Faisant dialoguer analyse du discours, linguistique diachronique et linguistique de l’écrit, nous souhaitons livrer dans cet article quelques premiers éléments de caractérisation du genre professionnel, institutionnel et administratif rapport scientifique (ou rapport de laboratoire) à l’université de Nanterre en tenant compte du « cadre institutionnel » (Duchêne, 2004) où il est produit et des enjeux politiques dans lesquels il est pris.

  • 1 Diachronie récente renvoie ici à un même état de langue, lequel est soumis à une instabilité, à des (...)

2À cette occasion, nous identifierons ce qui relie ce genre de discours au macro-genre rapport, puis nous interrogerons la nature des interactions entre genre du rapport scientifique et politique de l’institution sur une diachronie récente1 (des années 1970 à 2018). Ainsi évaluerons-nous le poids de l’histoire externe sur ce genre (transformations de la profession académique et de l’institution universitaire) et les dynamiques internes propres au genre lui-même comme forme sémiotique articulée à une pratique sociale et dotée d’une visée pragmatique.

3Dans un premier temps, nous abordons le macro-genre du rapport dans une diachronie longue (de la période médiévale à la période moderne), à partir d’une étude lexico-sémantique du « nom de genre » (cf. Mellet & Sitri, 2010) et de l’acte de parole associé. L’objectif, double, est de retracer le cadre dans lequel se produit le passage d’un acte de communication et de langage (faire rapport, rapporter) à un macro-genre (le rapport) et de situer le rapport scientifique par rapport à ce macro-genre. Nous nous concentrons ensuite sur le rapport d’activité scientifique de l’université de Nanterre, et plus particulièrement sur l’émergence et l’institutionnalisation de ce genre de discours durant les premières années qui ont suivi la fondation de l’université (1971-1984). Enfin, par des incursions dans les périodes qui suivent et des mises en perspective avec des « moments » plus récents du genre, nous indiquerons différentes transformations qu’il connaît jusqu’en 2018. Tout au long de ce parcours, nous serons amenées à rendre compte de la force pragmatique propre à cet écrit et genre de discours, en lien avec son fonctionnement institutionnel.

  • 2 Liberté et responsabilités des universités.
  • 3 Une description du corpus se trouve en annexe 1.

4Sur un corpus de rapports recouvrant trois périodes institutionnelles (la loi Faure, la loi Savary et la contractualisation, la réforme LRU2 et l’évaluation de la recherche par une agence externe, AERES puis HCERES) et représentant plusieurs disciplines3, nous nous attachons d’une part à un faisceau de traits relativement stables qui caractérisent le genre du rapport scientifique et d’autre part aux facteurs d’instabilité à la source de la dynamique d’un genre en perpétuelle reconfiguration : les interactions complexes entre généricité et singularité ainsi qu’entre le local (microstructure) et le global (macrostructure, plan de texte). Cette articulation de traits stables et instables produit des tensions génériques reconfigurant le genre au fil de son histoire et des réceptions qui en sont faites.

1. De l’acte de rapporter au macro-genre rapport

5Pour commencer, nous nous proposons d’identifier les conditions socio-discursives de l’acte de rapporter sur un axe diachronique. C’est à partir des coordonnées du procès de rapporter, envisagées en diachronie longue, que l’on peut comprendre l’émergence de son produit – le macro-genre rapport – avec ses caractéristiques constitutives. Ce faisant, nous affinerons la définition du macro-genre rapport proposée par Née, Oger & Sitri (2017), « dire ce qui est à l’intention d’un destinataire intéressé », définition qui insiste sur le caractère adressé du rapport, et corollairement sur l’engagement de l’énonciateur dans son texte.

  • 4 C’est-à-dire un acte qui, pour avoir lieu, doit être entendu, impliquant autrui, et supposant d’êtr (...)

6Deux bases textuelles (DMF et FRANTEXT) ont permis de réaliser cette enquête, à partir du lemme rapport. Dans la mesure où le genre narratif y est dominant, nous avons étendu notre recherche à la bibliothèque numérique de la BNF (Gallica) afin d’y identifier quelques exemples de rapports rédigés entre le 18e et le 20e siècle et s’inscrivant dans des contextes socio-discursifs qui font du rapport un « acte social » (Reinach cité par Fraenkel, 2006)4, élément constitutif d’un circuit communicationnel officiel. Ce corpus secondaire ne complète pas uniquement la perspective diachronique, mais permet, en même temps, de prendre en considération l’importance croissante de la dimension verbo-visuelle.

7L’analyse des occurrences s’est effectuée à partir d’une série de paramètres permettant de reconstituer les régularités de l’acte de rapporter, et d’évaluer son rôle et son fonctionnement dans les textes : la distinction entre parole orale et discours écrit ; la mise en évidence du caractère « adressé » du rapport ; l’identification des actants impliqués dans l’acte de rapporter ; les domaines (contextes socio-discursifs) dans lesquels s’inscrit l’objet du rapport.

1.1. Les coordonnées du procès et de son produit : des contraintes génériques aux actants

8L’identification des coordonnées du procès de rapporter et de son produit – le rapport – nécessite avant tout la prise en considération du facteur générique. En diachronie, et plus particulièrement en ancien français (9e-13e s.), on observe que le macro-acte de langage rapport est surtout une unité constituante de séquences narratives ou dialogales de romans, premier genre littéraire destiné à la lecture. À la lecture à voix haute, certes : l’usage de la lecture individuelle ne se répandra véritablement que plus tard. Mais ce trait suffirait à en faire une forme toute nouvelle qui laisse l’attention se concentrer sur le récit tout en privilégiant la narration et la complexification des séquences textuelles. Cette première tentative de mise en relation du mode de lecture et de l’organisation compositionnelle témoigne du fait que les pratiques discursives ne sont pas uniquement déterminées par des enjeux esthétiques et sociaux, mais également par des paramètres cognitifs qui conditionnent l’apparition d’une textualité verbo-visuelle (cf. Goody, 1977).

  • 5 L’acte de rapporter peut aussi se rencontrer dans les domaines politiques, militaires, amoureux.

9L’inscription du macro-acte de langage rapport – mise en scène discursive de la parole adressée dans le tissu du discours se réalise également à travers la mise en place, sur le plan isotope du discours, de relations paradigmatiques entre le terme désignant l’acte de rapporter et d’autres éléments délimitant la portée sémantico-pragmatique du macro-acte rapport par son ancrage usuel dans le domaine administratif/juridique (déposition, témoignage, enquête, information, relacion)5. Dans la plupart des cas, cette relation paradigmatique s’établit par une structure de coordination (ouy la relacion et rapport dudit maistres Jehan de Cessieres [Registre criminel du Châtelet, t. 1, c.1389]), particulièrement fréquente dans les registres administratifs et ayant le caractère d’une formule, d’un couple de termes à rapprocher des doublets. La nature orale ou écrite du rapport et de ses équivalents paradigmatiques n’étant pas toujours explicitement inscrite dans la signification des termes, l’identification des conditions de réalisation est déterminée par des contraintes génériques (théâtre ou genre narratif bref vs document administratif) et, surtout, la prise en compte de la dimension syntagmatique des occurrences (faire le/son rapport à ; dire le rapport face à l’escripture d’icelui (rapport) ; le rapport de x, ci-après escripte).

  • 6 Ces observations entrent en résonance avec l’analyse proposée par Oger (2021) du rapport comme disc (...)

10D’un point de vue sociopragmatique et actanciel, l’acte de rapporter rend compte d’une organisation sociale au sein des sphères d’activités où il intervient, avec des rôles (commanditaire, rapporteur) occupés par des types d’acteurs détenteurs ou non d’un savoir qui représente un enjeu pour l’action (et pour l’exercice du pouvoir, judiciaire, politique, militaire…) : dans le rôle du commanditaire une autorité (le roi, la reine, le conseil (de guerre), les administrateurs de la justice… voire Jésus-Christ !) et dans celui du rapporteur un témoin et/ou un acteur qui possède une expertise dans le domaine concerné... et dans la rédaction du rapport (dans les domaines où l’écrit fait autorité) : les ambassadeurs du roi, le soldat, les plus experts médecins (dans le domaine judiciaire), les apôtres, etc.6. S’ensuit un circuit communicationnel avec retour vers et prise de décision par l’autorité commanditaire.

1.2. De la performance orale vers le produit écrit

  • 7 Par analogie avec l’acte de langage (Austin), « un acte d’écriture suppose à la fois l’énoncé d’un (...)

11Les occurrences attestées dans les bases textuelles consultées laissent penser que dans certains domaines – plus particulièrement le domaine juridique – l’acte de rapporter est un « acte d’écriture » (Fraenkel, 2006)7 et que le déverbal rapport renvoie dès la fin de l’époque de l’ancien français à une production écrite. Même si le latin, en tant que langue de prestige, résiste bien dans le domaine juridique, où il apparaît comme le garant de décisions prises, les premiers documents administratifs (registres, transcriptions des dépositions des témoins, rapports de jugements) en français se rencontrent dès la fin du 12e siècle dans le Nord de la France. C’est dans ce cadre officiel/juridique que s’inscrivent dès la fin du Moyen Âge les « actes d’écritures » réalisant le macro-acte de rapporter. Cette émancipation du français s’intensifie en moyen français qui voit apparaître des pratiques d’écriture réalisées par un corps de professionnels (les officiers royaux) et s’inscrivant dans des situations socio-discursives qui sont à l’origine du macro-genre rapport (faire un compte-rendu sous une forme officielle, souvent à la suite d’une mission ; rédiger un rapport écrit dans le cadre d’une enquête de justice). Comme le souligne Fraenkel, les écrits judiciaires assurent au droit sa permanence et une authenticité obtenue par un traitement spécial du texte écrit (sceaux, signatures, « style curial »). Il en résulte une capacité de monstration qui s’incarne dans et par l’écriture :

[la] valeur [de l’acte juridique] dépendait en grande partie du fait même d’être écrit. Le droit tire des spécificités de l’énonciation écrite tout un formalisme et en retour fait de la langue écrite, le lieu de l’agir juridique. (ibid.)

12L’évolution du macro-genre rapport passe donc par la mise en place progressive d’actes d’écriture appartenant à une sphère d’activité spécifique et se caractérisant par « le haut degré d’élaboration de la culture graphique, la profondeur historique des pratiques d’écriture et la diversité des compétences mises en œuvre au sein de métiers » (ibid.).

13L’évolution décrite est ainsi étroitement liée à l’apparition de nouveaux types de textes dominés par des séquences explicatives/argumentatives. Tandis que, dans les textes à dominante narrative de l’époque médiévale, l’acte de rapporter (au sens de « faire un récit », « action de raconter ») est l’une des étapes du dispositif narratif déployé par les auteurs, l’écriture en moyen français se caractérise par un phénomène de complexification des structures textuelles par emboîtement des différents modèles séquentiels :

  • 8 À la fin du Moyen Âge, on assiste à une intensification de la « communication politique » qui ne ci (...)

[Narration] relater un événement (reproduire un témoignage) – [Description] décrire ses circonstances de réalisation – [Explication/Argumentation] exposer les raisons d’une décision politique8 ou juridique.

14Cette complexification va de pair avec l’apparition de nouveaux genres, comme celui du rapport. À partir du sens premier renvoyant à l’énonciation orale (« action de raconter ce qu’on a vu ou entendu ») émerge un genre qui rend visible ce qui était à l’origine « uniquement » audible. Cette monstration par l’écrit n’est cependant pas suffisante pour décrire l’évolution du macro-genre en diachronie.

1.3. Un écrit de et du pouvoir

15L’interaction des différents rôles actanciels impliqués dans la réalisation du macro-acte de langage et de son produit peut entraîner une petite « mise en scène » autour de l’acte de rapporter, laquelle pèse sans doute sur le matériau discursif, textuel et graphique (lorsqu’il s’agit d’un écrit). Énoncé sur lequel on s’appuie pour agir, le rapport doit être fiable. Ainsi le lemme rapport s’accompagne-t-il fréquemment, dans les occurrences des bases consultées, d’adjectifs évaluatifs (et, pour certains, axiologiques ou affectifs) comme ample, sûr, fidèle, vrai, mais aussi vain, faux, mauvais ou vilain. Énoncé de pouvoir et du pouvoir (commandité par le pouvoir), le rapport est doté d’une force illocutoire, ce dont les évaluatifs dur, traitre, maudit, malheureux, mais aussi avantageux témoignent.

  • 9 Nous retrouvons ici la réflexion de M. Foucault (1973, 1975b), pour qui savoir et pouvoir sont indi (...)
  • 10 Ce type de lecture témoigne de changements importants dans la communication écrite qui, dès la fin (...)

16L’évolution du macro-genre est ainsi inséparable de celle des instances de pouvoir qui célèbrent leur autorité par une écriture de pouvoir. Dans une perspective diachronique, il est important de rappeler que, par « pouvoir », on entend les trois grandes formes d’organisation au sein desquelles la production écrite progresse : le pouvoir religieux et sa tradition écrite en latin, le Regnum représenté par le pouvoir royal qui connaît un développement administratif notable du 12e au 14e siècle, fondé sur une maîtrise croissante de la communication écrite et un recours intensif à diverses pratiques de l’écrit, telles que les ordonnances, les enregistrements, les enquêtes, les comptabilités, etc., et le Studium, pouvoir qui entretient un rapport particulier à l’écrit (lecture et commentaire des textes faisant autorité, mise en circulation des traductions, intensification de la copie des livres). Ce rappel est digne d’intérêt dans cette perspective d’hybridation de pratiques discursives observée dans l’évolution du macro-genre rapport. En effet, tandis que les pratiques discursives médiévales fonctionnent comme des institutions de parole articulant de façon plus stricte une identité énonciative avec une institution de pouvoir, le macro-genre rapport se nourrit de traditions discursives mises en place par les instances officielles du pouvoir ainsi que par l’écrit scientifique représentant le pouvoir comme savoir9. C’est de la combinaison de ces deux pratiques génériques (administrative et scientifique) qu’émergent la dimension argumentative et l’effet perlocutoire qui lui est attaché, la persuasion. La production du sens passe par des formes de mise en texte complémentaires : le récit (incorporant des séquences narratives, explicatives…) et la composante verbo-visuelle qui deviendra l’une des caractéristiques du macro-genre. Elle émerge dans le cadre de l’évolution des institutions de parole tout en étant influencée par les modes de lecture (passage à la lecture silencieuse10) et les formats utilisés (du manuscrit au texte imprimé). Les exemples ci-dessous, plus tardifs et se distinguant par les modalités de la production et diffusion de l’écrit, témoignent du fait que l’écriture permet une distribution spatiale de l’information en la consignant sous diverses formes (récits, listes, tableaux…).

[1] Rapport sur l’état de la flotte anglaise en 1714 (page de garde). Source : Gallica

[1] Rapport sur l’état de la flotte anglaise en 1714 (page de garde). Source : Gallica

[2] Rapport scientifique adressé par un maître de conférences à la Caisse des Recherches scientifiques, 1912. Source : Gallica

[2] Rapport scientifique adressé par un maître de conférences à la Caisse des Recherches scientifiques, 1912. Source : Gallica
  • 11 La Caisse des recherches scientifiques est une ancienne institution de financement de la recherche (...)

17Comme en témoigne ce dernier exemple, le macro-genre est soumis à des cadrages de nature économique et institutionnelle qui conditionnent son évolution. Tandis qu’en 1912, dans le domaine scientifique, le destinataire du travail de restitution réalisé par le rapport est encore la Caisse des Recherches scientifiques11, l’histoire externe fera apparaître de nouvelles instances commanditaires qui vont influencer l’évolution de l’écrit. Cette articulation entre contraintes externes et dynamiques énonciatives internes est l’objet de notre investigation sur les rapports de laboratoire de l’université de Nanterre.

2. Le rapport de laboratoire dans les années 1970, un moment clé dans l’histoire du macro-genre

18Les années 1970-1980 sont marquées par l’émergence et l’institutionnalisation d’un genre dans les universités, le rapport de laboratoire, toujours existant, même s’il est à première vue considérablement transformé. C’est pourquoi nous nous concentrons d’abord sur cette période, qui, vue d’aujourd’hui, porte en germe certains invariants et annonce plusieurs transformations, à partir du cas d’école que constitue l’université de Nanterre.

2.1. Un écrit au service d’une politique scientifique locale

19Au début des années 1970 à l’université de Nanterre, le rapport d’activité scientifique est un écrit inédit qui scelle la fondation institutionnelle des laboratoires de recherche, entités au sein desquelles s’effectue désormais la recherche. Produit annuellement, il rythme ensuite leur existence au sein d’une institution elle-même en construction, qui joue le rôle de tutelle (le CNRS en est une autre, pour une partie d’entre eux) tout en participant à la mise en place d’une politique scientifique locale volontariste. La loi Faure préside en effet à une rénovation des missions de recherche, traditionnelles à l’Université et, pour ce qui est du cas nanterrois, « au renforcement progressif du poids des laboratoires, et au passage d’une recherche atomisée à une recherche de plus en plus organisée collectivement » (Le Cocq, 2021 : 173).

  • 12 Comme le note Le Cocq (op. cit.), l’existence et le fonctionnement d’une telle instance ne sont en (...)

20Dans ce cadre, un conseil scientifique, créé en 1970, anime la politique de recherche de l’université de Nanterre, se donnant pour tâche de « déterminer les programmes de recherche et [de] répartir les crédits correspondants inscrits au budget de l’université » (article 38 des statuts de l’université, ibid. : 174). Cette instance accompagne ainsi la création des laboratoires de recherche, contrôle leur activité, répartit et distribue les fonds budgétaires12.

  • 13 Nous analyserons plus précisément dans un travail ultérieur la double logique d’emboîtement qui sem (...)
  • 14 Outre le rapport, ce dossier est constitué d’un formulaire prérempli par le commanditaire.

21Du point de vue du circuit institutionnel, tout se passe donc « en interne », au niveau des instances décisionnaires de l’université, sauf pour les laboratoires sollicitant une reconnaissance du CNRS. Le rapport est aussi un de ces écrits par lequel un laboratoire interagit avec l’université et s’inscrit (ou non) dans le jeu politique de ses instances. Un rapport d’activité scientifique et financier qui, dans une logique d’emboîtement13, accompagne un dossier plus important – Dossier de demandes de crédits de matériel, de mission, de vacations et de postes de collaborateurs techniques. Présentées à la commission de la recherche14 – est adressé par un directeur (et plus rarement une directrice) de laboratoire au conseil scientifique de l’université – un dossier analogue peut être adressé au CNRS. Dans une notice explicative, le commanditaire précise, pour le volet scientifique du rapport, les thèmes à aborder :

  • 15 Dans l’ensemble des extraits reproduits, nous essayons de restituer la disposition et la mise en pa (...)

[3] Le rapport scientifique doit éclairer le rapporteur sur l’intitulé, le thème, l’état d’avancement de chacune des recherches entreprises au Laboratoire. Les publications dont ces recherches ont fait l’objet doivent être signalées avec précision. De même pour les thèses soutenues ou en voie d’achèvement. (extrait de la notice explicative adressée par l’université)15.

22À ce moment-là, le rapport conditionne en termes de moyens (humains, financiers, matériels) l’existence de l’institution qui le produit. Cet écrit a le pouvoir de déclencher ou non une action, l’octroi d’une subvention, ce qu’on perçoit à travers les évaluations et décisions du conseil scientifique. Un cas extrême, l’absence de rapport (scientifique ou financier) ou un rapport lacunaire, suspend toute décision :

  • 16 On est frappé par la liberté de ton et l’absence d’euphémisation qui caractérise dans la décennie 1 (...)
  • 17 L’ensemble du passage est en gras dans le texte original.

[4] Le Conseil Scientifique, dans sa séance du 21 Décembre 1971, a décidé d’attribuer à votre Centre un crédit global de : 5.950 frs. Vous aviez demandé : 117.722 frs. […]
La commission n’a proposé pour ce Centre qu’un ballon d’oxygène
16 pour les trois raisons suivantes :
1. Aucun exposé des objectifs généraux du Centre n’est fourni ;
2. le programme de recherche n’est pas explicité si ce n’est sous forme de demandes de crédits ;
3. le rapport scientifique sur les premières réalisations de 1971 n’est pas fourni
17.
[…] (extrait de la lettre adressée par Robert Mandrou, Président de la Commission du budget du Conseil scientifique au Centre d’étude des documentations des recherches des études sociales [C.E.D.R.E.S], 22/12/1971)

23De plus, s’il apparaît de prime abord, du côté du mandataire (le conseil scientifique), comme un outil d’aide à la décision et, du côté de l’instance qui le produit (le laboratoire), comme un écrit permettant, s’il est suffisamment convaincant, d’obtenir un soutien financier et humain, les consignes – même sommaires – présidant au rapport scientifique et les évaluations qui en sont effectuées dans les rapports du Conseil scientifique véhiculent des normes pratiques sur le fonctionnement d’un laboratoire, sur l’activité de recherche ou sur la forme même de l’écrit à produire :

[5] 1. Rapport scientifique rend bien compte des activités et justifie les crédits mais on aurait souhaité avoir un organigramme plus clair de l’ensemble des activités du Centre. Ce Centre apparaît en effet comme un regroupement de petites équipes. Un certain manque d’homogénéité apparaît dans la présentation des travaux de chaque section ou sous-section. […]
Conclusions :
Centre qui paraît sérieux et productif. Caractérisé cependant par un grand nombre de thèmes de recherches. […]
Il faudrait peut-être recommander à ce centre de ne plus ouvrir de nouveaux thèmes de recherche avant d’avoir publié abondamment les travaux en cours. (Rapport sur le rapport scientifique du Centre d’Etude des Sciences de la Littérature [CSL], CS, 1974)

24De ce point de vue, l’activité de rapportage s’accompagne d’une tentative de rationalisation de l’activité scientifique selon des critères ou routines spécifiques et le rapport se voit ainsi potentiellement doté d’une certaine performativité (cf. Née et al., 2017).

2.2. Enjeux et dynamiques énonciatives

  • 18 Les boîtes d’archives consultées contiennent un certain nombre de documents qui fournissent pour l’ (...)

25Au début de la décennie 1970, le rapport de laboratoire à l’université est une production symbolique institutionnelle annuelle, « portée » et « incarnée » par le directeur de laboratoire et qui passe par lui. Une partie de cette production peut être co-portée par les directeurs de recherche du même laboratoire dans le cas où le laboratoire s’organise en plusieurs sous-équipes, mais les échanges écrits qui précèdent, accompagnent et suivent le rapport se font toujours entre le conseil scientifique (par l’intermédiaire de son président) et le directeur de laboratoire. À ce titre, un point paraît important à mentionner concernant la fabrique matérielle des rapports. On comprend à la lecture des documents archivés avec les rapports de laboratoire18 que ces textes étaient dans un premier temps manuscrits, puis adressés à un service de dactylographie. Des corrections pouvaient ensuite être apportées par le directeur de laboratoire à la main sur l’écrit dactylographié. Ces conditions matérielles de production favorisent l’apparition d’un écrit individuel.

26Assumée et rendue visible, la responsabilité de l’écrit et l’auctorialité du rapport se manifestent matériellement par la présence du nom du directeur de laboratoire-rapporteur (ou des directeurs de recherche pour certaines parties du rapport) à plusieurs endroits stratégiques du texte : page de couverture, titre du document/de la partie, signature, introduction :

[6] Rapport pour l’année 1975
présenté par Louis FORESTIER
responsable du centre
(sous-titre du rapport 1975 du CSL)

[7] Première et dernière pages du rapport scientifique du Centre de néologie lexicale [CNL], 1974

[7] Première et dernière pages du rapport scientifique du Centre de néologie lexicale [CNL], 1974
  • 19 Lorsqu’il se manifeste ainsi, l’énonciateur peut parler « au nom des » membres de l’équipe.
  • 20 Le pronom nous est alors interprétable comme un nous « auctorial ».
  • 21 Une étude plus approfondie et systématique de l’emploi des personnes dans les rapports de cette épo (...)

27Dans le même temps, le discours du rapport est pris en charge au moins partiellement par un je19 ou un nous désignant le directeur de laboratoire/de recherche20 ou tantôt l’équipe de recherche, tantôt le directeur de laboratoire/de recherche, ou encore brouillant la frontière entre ces deux instances21 :

[8] Rapport du CSL, 1972, extrait reproduit

[8] Rapport du CSL, 1972, extrait reproduit
  • 22 Éditée par le Service des Affaires générales, cette brochure expose notamment la politique scientif (...)

28On peut parler, pour les rapports de ce début de période, d’engagement marqué de l’énonciateur dans le texte produit, même si l’on observe des variations d’un rapport et d’une discipline à l’autre. Un tel engagement contraste avec les rapports de laboratoire adressés au CNRS (pour le laboratoire de linguistique par exemple), mais aussi avec les textes de présentation des laboratoires produits au même moment pour la brochure locale Le Point de la recherche22. Ces derniers contiennent un certain nombre d’informations en commun avec le rapport de laboratoire, mais se caractérisent par une énonciation désubjectivisée.

[9] Extrait du Point de la recherche, no 1, 1971

[9] Extrait du Point de la recherche, no 1, 1971

29Comme par un effet de cette auctorialité assumée et de cet engagement énonciatif appuyé, les rapports d’un laboratoire à l’autre paraissent marqués d’une empreinte personnelle perceptible dans la construction du texte, les choix énonciatifs, stylistiques et graphiques, ou encore « l’image du texte » (Souchier, 1998) ; à ce titre les cultures disciplinaires « sautent aux yeux », pour ainsi dire, le lecteur-commanditaire est plongé dans différents univers et champs de pratiques disciplinaires. Nous n’avons pas la place ici d’aborder en détail tous les aspects mentionnés, et reviendrons plus loin sur la dimension compositionnelle des rapports à cette période, laquelle permet de mesurer le processus de codification de ces écrits. Mais on peut déjà dire qu’au tout début des années 1970, le rapport est un genre d’abord « librement » investi par le directeur de laboratoire, qui donne lieu à des représentations différentes de l’instance qui le porte (le laboratoire) et de l’activité dont il « fait le rapport » (la recherche) et ce à l’intérieur de champs disciplinaires et au sein d’une institution en construction (l’université de Nanterre), lesquels agissent néanmoins comme lieux de déterminations sur le discours et l’écrit produit.

  • 23 Sur une période plus longue (1970-2018), les rapports consultés témoignent de nombreuses recomposit (...)

30Quelles que soient les disciplines concernées (cf. annexe 1), au fur et à mesure qu’on avance dans le temps, l’énonciateur (et la personne du directeur de laboratoire) se fait plus discret. Ainsi, au début des années 1980, la 3e personne domine, sauf pour les laboratoires nouvellement créés. Quand le « nous » est employé, c’est le plus souvent pour désigner une instance collective. Ce ne sont alors plus des hommes, mais déjà des organisations institutionnelles qui parlent – et se donnent à voir/à lire – abritant dans une apparente et toute relative stabilité23 le savoir en train de se construire :

[10] Rapport du CSL, 1980, extrait reproduit

[10] Rapport du CSL, 1980, extrait reproduit

2.3. Composition textuelle et argumentation

31Le verbo-visuel constitue, on l’a vu, une caractéristique saillante du macro-genre rapport. Cet aspect peut être considéré du point de vue plus large de la composition textuelle, dont on fait ici l’hypothèse que c’est un des lieux et moyens de l’institutionnalisation et de la standardisation du genre en même temps qu’un élément important par lequel se construit une image de l’institution – ici le laboratoire.

32Par composition textuelle, nous entendons plusieurs niveaux d’organisation du texte et du discours, prenant en compte non seulement des éléments linguistiques, mais aussi des éléments matériels (dispositionnels et graphiques).

  • 24 Lefebvre (2018, 2022) montre que tout discours à l’écrit, dans le monde occidental, est découpé en (...)

33Du point de vue de sa composition matérielle et de la disposition du texte sur la page, le rapport de laboratoire s’inscrit dès son émergence dans l’institution universitaire et la sphère académique, présentant un air de famille avec des écrits qui y sont produits au même moment. Il se distribue en parts de textes24 rappelant d’un côté la correspondance administrative et/ou le document juridique, et de l’autre, les écrits académiques monographiques (et auctoriaux) (tableau 1), lesquels s’affinent peu à peu, complexifiant l’architecture de l’écrit et l’organisation du discours.

Tableau 1 : Lieux textuels des rapports de laboratoire (1970-1986)

Tableau 1 : Lieux textuels des rapports de laboratoire (1970-1986)

34Sur le plan intratextuel et séquentiel, et en lien avec sa visée pragmatique, se construit un discours à dominantes explicative et argumentative, avec la possibilité de moments narratifs – lesquels viennent cependant soutenir l’argumentation :

[11] Rapport du CSL, 1977, extraits reproduits

[11] Rapport du CSL, 1977, extraits reproduits
  • 25 Nous renvoyons, plus particulièrement, aux travaux de R. Amossy (2005, 2012 [2000] et 2018), ainsi (...)

35La pratique argumentative dans les rapports s’inscrit, selon nous, dans le cadre de la conception étendue de l’argumentation dans le discours. Cette conception correspond à la notion de « dimension argumentative » qui a été mise en évidence pour penser et identifier des formes d’argumentation alternatives25. La dimension argumentative « situe l’argumentativité au cœur même du discours » (Amossy, 2018 : 2) ; elle inclut l’argumentation directe (conception restreinte de l’argumentation) tout en élargissant son champ d’action à « l’épaisseur du discours en dehors de schèmes argumentatifs repérables » (Amossy, 2005, 2009).

36Ce qui fait l’une des spécificités du rapport de laboratoire, dès cette époque, c’est que cette dimension argumentative est appuyée par la structuration textuelle et, plus particulièrement, par l’aspect compositionnel qui acquiert un statut d’argument de persuasion. En tant qu’objet de communication qui actualise le dialogue entre les chercheurs et le commanditaire, le rapport scientifique déploie une trame discursive dans laquelle s’inscrit la nature du lien entre les parties prenantes. De façon extradiscursive, cette trame est orientée vers l’effet perlocutoire attaché à la place stratégique occupée par le genre dans la sphère scientifique : celle de rendre compte de la recherche en train de se faire, d’en identifier les avancées et de faire ainsi du rapport une production de savoirs à part entière. Au niveau intradiscursif, cette dimension argumentative ne se manifeste pas uniquement aux niveaux micro- et mésotextuels par la construction d’un point de vue lié à la production d’un savoir, mais aussi par l’organisation spécifique d’une configuration d’énoncés.

37C’est ce dont témoigne l’extrait [8] cité plus haut :

Le Centre a été fondé et pourvu de crédits en janvier 1972.
Les activités sur lesquelles nous fournissons ici un rapport…
n’ont donc couvert qu’une courte période de six mois.
Dès le départ, la section que je dirige s’est fixé une double objectif
d’une part, créer…
en le pourvoyant…
en y faisant travailler…
d’autre part,…

Une des difficultés rencontrées est que…

38ou encore l’extrait [12].

  • 26 Nous utilisons ici le gras pour l’objet de discours, l’italique pour les informations remontant à c (...)

[12] Rapport CNRS du CNL, 1971, extraits schématisés26

[12] Rapport CNRS du CNL, 1971, extraits schématisés26
  • 27 D’après la distinction proposée par Favriaud (2018), relèvent de la ponctuation blanche les blancs, (...)

39On note, au fur et à mesure qu’on avance dans le temps, une tendance de plus en plus forte à la segmentation (intertitres, changements marqués de paragraphes, numérotation des développements, création de listes) et au marquage du texte par la ponctuation grise et blanche27 – ce dans les limites autorisées par la technologie de l’époque. Ce mode de présentation souligne explicitement les plans de texte, les arguments, les demandes, les conclusions à retenir, les mots-clés.

[13] Rapport du CNL, 1973, extraits schématisés

[13] Rapport du CNL, 1973, extraits schématisés

40Par les listes et une segmentation mettant en jeu de nombreuses nominalisations, le rapport de laboratoire évolue rapidement vers un écrit plus abstrait (cf. Goody, 1977). La ponctuation blanche objective ce dont on parle : par une logique de monstration, les productions scientifiques ou les objets de la recherche sont ainsi rendus palpables. Enfin, certains rapports se distinguent par une tendance à l’exhaustivité, saluée par le commanditaire.

41Dans le même temps, la structure du texte témoigne durant toute cette période d’une relativement grande souplesse, en fonction de l’objet de recherche et du scripteur (exemple [11]), produisant de l’hétérogénéité d’un rapport de laboratoire à l’autre.

42La prise en compte de l’histoire externe conditionne la caractéristique commune à tous les rapports scientifiques : un dispositif discursif lié, on l’a vu, à la nature de la relation entre chercheurs et commanditaires. Mais le rapport n’est pas uniquement un document contractuel (au sens large du terme), c’est aussi un texte (par opposition au discours) qui donne forme et configure – via l’inscription d’une dimension argumentative – les données à considérer. Leur mise en discours témoigne de variations au niveau de l’engagement énonciatif (d’un engagement marqué de l’énonciateur vers une énonciation de plus en plus désubjectivisée) et au niveau mésotextuel par l’hétérogénéité séquentielle au service de l’argumentation. Les plans de texte déclinent les « lieux communs » du rapport scientifique en fonction de la culture disciplinaire et des possibilités offertes par les « technologies de l’écrit » (Gardey, 2008).

3. Bilan intermédiaire

  • 28 Pour des questions de place, nous ne pouvons présenter ici les choses que de façon très synthétique (...)

43Partant des éléments étudiés jusqu’ici, et sur la base des rapports de notre corpus28, quelles transformations peut-on entrevoir du genre de discours rapport de laboratoire tel qu’il se manifeste à Nanterre ?

44Le tableau 2 synthétise l’évolution des coordonnées institutionnelles et des enjeux pragmatiques de cet écrit.

Tableau 2 : coordonnées du rapport de laboratoire à l’université de Nanterre (1970-2018)

Tableau 2 : coordonnées du rapport de laboratoire à l’université de Nanterre (1970-2018)
  • 29 Lire notamment Piponnier, 2017 ; Barats et al., 2017 ; Sargeac, 2018 ; Barats & Née, 2020 ; Lethier (...)

45Un premier point marquant est le passage, à partir de la loi Savary et de la « contractualisation », d’un commanditaire interne (le conseil scientifique de l’université) à un commanditaire externe (le ministère). Le cadre institutionnel de production des rapports est ensuite modifié en profondeur avec l’apparition de l’agence AERES puis HCERES29. D’un instrument de reconnaissance et de contrôle (interne puis externe) de l’activité scientifique, le rapport devient un outil d’évaluation externe de cette même activité, standardisé sur le plan national. Il s’agit alors de rendre compte avant tout d’une activité collective de recherche qui réponde à des normes exogènes (normes internationales, comptables communes à des ensembles disciplinaires), explicitées par un certain nombre de critères.

  • 30 Le terme de « chaîne d’écriture » est proposé par Fraenkel (2001) pour désigner « l’ensemble des do (...)

46Toujours à partir de la contractualisation, fabrique de l’écrit et chaîne d’écriture30 sont à la fois complexifiées et standardisées. Les rapports sont le fruit d’une scription collective contrainte par un plan standardisé sur le plan national et, à partir de la fin des années 2000, par une trame et une technologie intellectuelle issue de la stratégie d’entreprise (matrice SWOT) (Barats & Née, 2020).

Extrait du guide rédactionnel HCERES - 2018

Extrait du guide rédactionnel HCERES - 2018
  • 31 Par exemple, dans les rapports produits pour la contractualisation (années 1990-2000), les listes d (...)
  • 32 Du point de vue de l’énonciation éditoriale, envisagée dans sa dimension polyphonique (Souchier, 19 (...)
  • 33 Ce terme désigne ici l’« ensemble des éléments graphiques [logo, couleur, typographie, pictogrammes (...)
  • 34 Cette subjectivité est également guidée par d’autres éléments – comme les mots « unité », « politiq (...)

47Ainsi le commanditaire s’immisce-t-il de plus en plus dans la rédaction même du rapport. Il soumet au rapporteur un formulaire qui sert de trame, lui fait remplir de nombreux tableaux, dans des formats dématérialisés, lui fait construire des listes codifiées31. Dans les rapports de laboratoire de 2018, par un référentiel, un plan imposé, une charte graphique et un guide de rédaction, il intervient à tous les niveaux de la textualité : thématique, lexical, énonciatif, compositionnel, éditorial32. La subjectivité de l’institution « laboratoire » se manifeste alors dans le texte à la marge, au niveau microtextuel dans la longueur et la complexité des phrases (Lethier et al., 2022), au niveau macrotextuel dans la réorganisation des plans imposés, enfin encore au niveau éditorial par la création d’identités visuelles33 (illustrations ci-après)34.

Rapports du CSLF et du LAVUE, 2018, extraits

Rapports du CSLF et du LAVUE, 2018, extraits
  • 35 Les rapports produits à partir des années 1990 peuvent largement dépasser la centaine de pages.
  • 36 Ce phénomène est particulièrement manifeste pour les laboratoires qui sont en relation étroite avec (...)

48Produits non plus tous les ans, mais tous les quatre ou cinq ans, et obéissant, semble-t-il, tant du côté du commanditaire que du côté du rapporteur, à une logique d’exhaustivité, les rapports se font plus volumineux35, s’apparentant pour certains dans la période 1990-2010 à de véritables monographies36. Si l’on ajoute à ces phénomènes un changement technologique majeur, le recours au traitement de texte, et une évolution de format, le passage à des textes nativement numériques, la textualité devient plus étendue, dense et compacte. Par un effet, sans doute, de ces deux évolutions, la tendance à la segmentation et au marquage du texte par les ponctuations blanche et grise est, quant à elle, fortement accentuée en 2018, comme si la recherche de vi-lisibilité (Adam, 1992) se faisait plus impérieuse.

49Sur le plan énonciatif enfin, on peut repérer dans un certain nombre de rapports, un énonciateur, mais sa présence demeure discrète et celui-ci est pluriel (Lethier & Née, 2022), renvoyant à plusieurs instances : le collectif institutionnel et humain formé par le laboratoire, tel ou tel chercheur, la direction du laboratoire, le rapporteur-scripteur… L’évolution technologique que nous venons d’évoquer et le développement d’ordinateurs personnels, associés sans doute à la difficulté de s’engager dans un écrit fortement contraint, facilitent ici sans doute la division du travail de scription et, avec elle, le brouillage énonciatif et auctorial.

50Tous ces éléments réunis finissent d’orienter le genre rapport de laboratoire vers un document conçu, non plus pour être uniquement lu, mais pour être vu et traité, par l’humain, mais aussi la machine, se prêtant à une lecture sélective ainsi qu’à des opérations comptables. De plus, la discipline du texte opérée par le commanditaire, laquelle obéit explicitement à un objectif de comparabilité (Barats & Née, 2020), agit sur les esprits et les corps : normes discursives et rédactionnelles (des façons de dire et d’écrire l’activité de recherche) permettent d’imposer des normes pratiques (des façons de faire de la recherche).

Conclusion

51Tel qu’il se manifeste dans cette institution spécifique qu’est l’université de Nanterre, le rapport scientifique est constitutif d’un savoir et ne peut être dissocié du régime de production et de régulation de la science (cf. Dumoulin, ici-même). Par l’activité rédactionnelle qu’il implique, s’exerce une influence – et un contrôle – de l’institution sur toute une catégorie de professionnels, les universitaires qui, quant à eux, importent les traditions de l’écrit académique dans le format administratif qui leur est imposé. Invariablement, il s’agit d’un discours forgé dans le contexte de politiques scientifiques, locales ou nationales soumis à des « règles d’écriture » permettant au dialogue contractuel de prendre forme. Cette discipline du texte, d’abord très discrète, s’accentue avec le temps. De plus, la visée illocutoire globale du rapport scientifique conditionne la mise en place de caractéristiques compositionnelles (plus particulièrement au niveaux macro-et mésotextuel) qui répondent aux contraintes imposées par l’institution tout en véhiculant la dimension argumentative développée par l’équipe de recherche représentée par le laboratoire. Les procédures d’organisation du discours préfigurent le sens et apportent une forte unité configurationnelle résumable par le macro-acte argumenter.

52Le dispositif énonciatif, la nature des séquences impliquées dans la configuration textuelle et discursive, la dimension verbo-visuelle influencée par la culture disciplinaire et une volonté de singularisation/distinction, sont eux des lieux de la variation. À ce titre, un des prolongements possibles à cette étude concerne les variations disciplinaires et l’interprétation qu’on peut en faire, et ce à différentes échelles, en fonction notamment de la position des disciplines dans le champ académique (cf. Bourdieu, 1984) et de la position des laboratoires dans l’institution (cf. Lethier et al., 2022).

53Une autre perspective de recherche qui se dégage de notre étude est d’éclairer la construction de la dimension argumentative du point de vue de ses liens avec le verbo-visuel, l’éthos éditorial et les nouvelles technologies modernes qui contribuent à la délinéarisation du discours.

54D’un point de vue méthodologique, la mise en place de la perspective diachronique permet de suivre un acte d’écriture – et un objet – qui se reconfigure en fonction de contraintes externes (institutionnelles, professionnelles, disciplinaires, technologiques, matérielles) tout en s’inscrivant dans l’histoire des formes du texte. Elle permet aussi de montrer que le changement se reflète tout d’abord dans la variation synchronique, autrement dit qu’il se prépare dans une synchronie dynamique qui conduit à la restructuration du macro-genre comme espace dynamique dans lequel interagissent sans cesse des facteurs différents (communicationnels, institutionnels, technologiques, etc.).

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Présentation du corpus

Annexe 1. Présentation du corpus

Sources : Archives départementales des Hauts de Seine, boîtes 1334W, Archives de l’université de Nanterre, boîtes 2008013, 2019016 et 2019018. Bases Frantext, BFM, Gallica

Haut de page

Notes

1 Diachronie récente renvoie ici à un même état de langue, lequel est soumis à une instabilité, à des dynamiques qui affectent aussi bien les structures langagières que les genres.

2 Liberté et responsabilités des universités.

3 Une description du corpus se trouve en annexe 1.

4 C’est-à-dire un acte qui, pour avoir lieu, doit être entendu, impliquant autrui, et supposant d’être extériorisé (ibid.).

5 L’acte de rapporter peut aussi se rencontrer dans les domaines politiques, militaires, amoureux.

6 Ces observations entrent en résonance avec l’analyse proposée par Oger (2021) du rapport comme discours d’autorité : « Mais les rapports, et en particulier les rapports publics, constituent des discours d’autorité en d’autres sens encore : leurs commanditaires comme les mandataires chargés de les rédiger occupent la plupart du temps ou ont occupé, des fonctions d’autorité. Parfois, sollicités “ès qualités”, ils jouissent d’une autorité fondée sur la compétence » (54).

7 Par analogie avec l’acte de langage (Austin), « un acte d’écriture suppose à la fois l’énoncé d’un message […] et la fabrication d’un artefact spécifique [objet écrit] » (ibid.). Fraenkel donne à titre d’exemple, dans le domaine juridique, la signature, le testament, le contrat, ou encore le constat. De plus, l’acte d’écriture est doté d’une force illocutoire : en l’effectuant, on « [pose] un acte qui modifie le cours des choses, petites et grandes » (ibid.).

8 À la fin du Moyen Âge, on assiste à une intensification de la « communication politique » qui ne circule plus exclusivement entre les représentants du pouvoir, mais s’adresse à une plus grande partie de la société : « […] ce qui est nouveau, c’est que ces textes officiels sont précédés de toute une partie explicative, dont le but est de justifier les décisions, d’en expliquer les raisons » (Combettes, 2020 : 72).

9 Nous retrouvons ici la réflexion de M. Foucault (1973, 1975b), pour qui savoir et pouvoir sont indissociables, s’engendrant réciproquement.

10 Ce type de lecture témoigne de changements importants dans la communication écrite qui, dès la fin du Moyen Âge, n’est plus réservée à un nombre restreint de spécialistes. Le texte est conçu comme un tout cohérent fonctionnant avec ses règles spécifiques (qui contrastent avec celles de la tradition orale) et allant de pair avec une nouvelle façon de lire (voir Combettes, 2020 : 74).

11 La Caisse des recherches scientifiques est une ancienne institution de financement de la recherche française, créée par la loi du 14 juillet 1901 et destinée à financer l'équipement des laboratoires de recherche.

12 Comme le note Le Cocq (op. cit.), l’existence et le fonctionnement d’une telle instance ne sont en rien une originalité, ces derniers découlant de l’article 13 de la loi Faure. L’historien rappelle aussi qu’on comptait en 1973 près de 30 000 laboratoires dans les universités françaises.

13 Nous analyserons plus précisément dans un travail ultérieur la double logique d’emboîtement qui semble caractériser ce genre de discours (et cet écrit « gigogne »), le rapport de laboratoire, et ce quelles que soient les périodes étudiées : emboîté, il procède lui-même par emboîtements d’autres écrits.

14 Outre le rapport, ce dossier est constitué d’un formulaire prérempli par le commanditaire.

15 Dans l’ensemble des extraits reproduits, nous essayons de restituer la disposition et la mise en page du texte d’origine (utilisation du gras, des blancs, des capitales notamment) et n’intervenons pas sur les choix orthographiques. Pour la mise en évidence de certains passages, nous privilégions l’italique.

16 On est frappé par la liberté de ton et l’absence d’euphémisation qui caractérise dans la décennie 1970 tant le texte du rapport que les échanges autour de ce texte.

17 L’ensemble du passage est en gras dans le texte original.

18 Les boîtes d’archives consultées contiennent un certain nombre de documents qui fournissent pour l’analyse des rapports un « co-texte » précieux : en plus du dossier complet qui englobe le rapport, les correspondances administratives entre le laboratoire et ses tutelles, ainsi que les évaluations, publiques, mais aussi non officielles, du conseil scientifique.

19 Lorsqu’il se manifeste ainsi, l’énonciateur peut parler « au nom des » membres de l’équipe.

20 Le pronom nous est alors interprétable comme un nous « auctorial ».

21 Une étude plus approfondie et systématique de l’emploi des personnes dans les rapports de cette époque reste cependant à mener. En particulier, si le nous ou le je sont systématiquement présents, leur emploi semble concerner certaines parties stratégiques de ces textes. Pour une première analyse sur un échantillon, lire Cormier, dans ce numéro.

22 Éditée par le Service des Affaires générales, cette brochure expose notamment la politique scientifique de l’université – par la voix du président – et présente l’ensemble des laboratoires et formations scientifiques.

23 Sur une période plus longue (1970-2018), les rapports consultés témoignent de nombreuses recompositions des centres de recherche, au gré des changements de direction et des renouvellements des personnels notamment. Un exemple assez parlant est celui du laboratoire de linguistique, qui est reconfiguré (et transfiguré) à plusieurs reprises.

24 Lefebvre (2018, 2022) montre que tout discours à l’écrit, dans le monde occidental, est découpé en parts dans lesquelles il se distribue, ainsi encadré et construit par un système de lieux textuels où se tient l’énonciation. Rendant compte du « système de lieux textuels actuellement en vigueur dans les écrits scientifiques imprimés de type “essai” en lettres et sciences humaines et sociales » (2022 : 229), Lefebvre opère une double distinction : entre parts de textes architecturales, liées à « l’architecture interne du dire » (ibid. : 226), et parts de textes matérielles (page, volume, etc.), relevant d’un autre ordre, celui du support écrit ; au sein du premier ensemble, entre les parts relevant du paratexte (sommaire, index, etc.) et les parts structurant le corps interne du texte (section, chapitre, etc.).

25 Nous renvoyons, plus particulièrement, aux travaux de R. Amossy (2005, 2012 [2000] et 2018), ainsi qu’à ceux de Rabatel (2004, 2014, 2016) qui caractérise cette pratique étendue de l’argumentation comme « indirecte ». Amossy situe la conception large au centre d’un continuum qui « comprend à l’une de ses extrémités la polémique comme confrontation violente de thèses antagonistes, et de l’autre une orientation des façons de penser et de voir, de questionner et de problématiser, qui ne s’effectue pas par la voie du raisonnement formel » (2018 : 1-2).

26 Nous utilisons ici le gras pour l’objet de discours, l’italique pour les informations remontant à ces objets, le bleu pour les marqueurs de structuration et le rouge pour les listes. Le soulignement est d’origine.

27 D’après la distinction proposée par Favriaud (2018), relèvent de la ponctuation blanche les blancs, espacements, retraits, tandis que la ponctuation grise touche aux usages des ressources de police, de taille, de couleur, au trait de soulignement, au surlignement, à l’accolade.

28 Pour des questions de place, nous ne pouvons présenter ici les choses que de façon très synthétique. Plusieurs des points mentionnés seront développés dans des travaux ultérieurs. Pour les aspects pragmatiques, énonciatifs et textuels des rapports HCERES, lire Barats & Née, 2020 ; Lethier & Née, 2022 ; Dumoulin ; Cormier, dans ce numéro.

29 Lire notamment Piponnier, 2017 ; Barats et al., 2017 ; Sargeac, 2018 ; Barats & Née, 2020 ; Lethier & Née, 2022.

30 Le terme de « chaîne d’écriture » est proposé par Fraenkel (2001) pour désigner « l’ensemble des documents produits à partir d’un document source, mêlant plusieurs agents, plusieurs types d’activités, plusieurs lieux et moments d’écriture ».

31 Par exemple, dans les rapports produits pour la contractualisation (années 1990-2000), les listes de publications doivent suivre un système de classement préconstruit à l’aide de clés.

32 Du point de vue de l’énonciation éditoriale, envisagée dans sa dimension polyphonique (Souchier, 1998), deux ensembles d’agents interviennent : des agents faisant partie de l’organisation HCERES et des agents faisant partie de l’organisation laboratoire.

33 Ce terme désigne ici l’« ensemble des éléments graphiques [logo, couleur, typographie, pictogrammes] qui permet au premier coup d’œil d’identifier une entreprise, une institution, un collectif, une association [...] » (Cauwet, 2017).

34 Cette subjectivité est également guidée par d’autres éléments – comme les mots « unité », « politique », ou le pronom « on » – qui construisent et imposent une entité collective distincte du scripteur et de sa subjectivité.

35 Les rapports produits à partir des années 1990 peuvent largement dépasser la centaine de pages.

36 Ce phénomène est particulièrement manifeste pour les laboratoires qui sont en relation étroite avec le CNRS et qui demandent d’être reconnus comme unités mixtes de recherche. En termes de lieux textuels, un des rapports consultés contient par exemple un avertissement, des remerciements, une bibliographie, en plus des lieux textuels académiques mentionnés plus haut (2.3.), et se présente matériellement en deux « volumes » d’un même ensemble.

Haut de page

Table des illustrations

Titre [1] Rapport sur l’état de la flotte anglaise en 1714 (page de garde). Source : Gallica
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-1.png
Fichier image/png, 447k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-2.png
Fichier image/png, 429k
Titre [2] Rapport scientifique adressé par un maître de conférences à la Caisse des Recherches scientifiques, 1912. Source : Gallica
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-3.png
Fichier image/png, 148k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-4.png
Fichier image/png, 196k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-5.png
Fichier image/png, 218k
Titre [7] Première et dernière pages du rapport scientifique du Centre de néologie lexicale [CNL], 1974
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-6.png
Fichier image/png, 334k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-7.png
Fichier image/png, 358k
Titre [8] Rapport du CSL, 1972, extrait reproduit
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre [9] Extrait du Point de la recherche, no 1, 1971
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-9.png
Fichier image/png, 791k
Titre [10] Rapport du CSL, 1980, extrait reproduit
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau 1 : Lieux textuels des rapports de laboratoire (1970-1986)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre [11] Rapport du CSL, 1977, extraits reproduits
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre [12] Rapport CNRS du CNL, 1971, extraits schématisés26
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-14.png
Fichier image/png, 127k
Titre [13] Rapport du CNL, 1973, extraits schématisés
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-15.png
Fichier image/png, 133k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-16.png
Fichier image/png, 116k
Titre Tableau 2 : coordonnées du rapport de laboratoire à l’université de Nanterre (1970-2018)
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Extrait du guide rédactionnel HCERES - 2018
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-18.png
Fichier image/png, 230k
Titre Rapports du CSLF et du LAVUE, 2018, extraits
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-19.png
Fichier image/png, 103k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-20.png
Fichier image/png, 18k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-21.png
Fichier image/png, 18k
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-22.png
Fichier image/png, 61k
Titre Annexe 1. Présentation du corpus
Légende Sources : Archives départementales des Hauts de Seine, boîtes 1334W, Archives de l’université de Nanterre, boîtes 2008013, 2019016 et 2019018. Bases Frantext, BFM, Gallica
URL http://journals.openedition.org/praxematique/docannexe/image/8256/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Née et Sabine Lehmann, « Le rapport scientifique à l’université Paris Nanterre (1970-2018) : émergence, institutionnalisation et transformation d’un genre »Cahiers de praxématique [En ligne], 78 | 2022, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/8256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.8256

Haut de page

Auteurs

Émilie Née

Céditec — Université Paris-Est Créteil Val de Marne

Articles du même auteur

Sabine Lehmann

MoDyCo — Université Paris Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search