Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Séquentialité et mouvements dans ...

Séquentialité et mouvements dans le discours : Présentation

Denis Apothéloz, Anne Grobet et Simona Pekarek Doehler
p. 7-12

Texte intégral

1Le terme de séquence est familier aux linguistes. Il est abondamment utilisé, notamment dans le domaine de l’analyse du discours. Vraisemblablement, sa commodité explique une part de ce succès : il permet en effet de désigner des fragments discursifs de toutes sortes, quelle que soit leur grandeur syntagmatique, sans avoir à se prononcer sur ce qui fonde leur cohésion : la syntaxe, un ordre au-delà de la syntaxe, un « mouvement » du discours, etc. En analyse de texte, plus particulièrement, il est utilisé pour désigner divers niveaux de structuration se situant entre la « phrase » et le « texte ». C’est alors le plus souvent des facteurs fonctionnels qui déterminent l’unité désignée, d’où des expressions comme séquence argumentative, séquence descriptive, séquence narrative, etc.

2Cependant en dépit de cette familiarité, certaines implications de la notion de séquence semblent parfois oubliées. Il n’est peut-être pas inutile de rappeler ici que ce mot saisit tout d’abord une propriété incontournable du langage, qui est sa nécessaire inscription dans le temps, « qui exclut la possibilité de prononcer deux éléments à la fois », précisait Saussure. On se souvient que le linguiste genevois faisait de la linéarité du signifiant l’une des deux propriétés fondamentales du signe linguistique, à côté de l’arbitraire : « Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et a les caractères qu’il emprunte au temps […] » ; et il ajoutait : « ce principe est fondamental et les conséquences en sont incalculables » (Saussure, p. 170 et 103). Certes, dans ces lignes Saussure avait davantage en tête la langue comme système que sa mise en œuvre dans la parole — d’où le terme de linéarité et non celui de séquence. Mais les propos évoqués ci-dessus valent pour les deux points de vue, et, rétrospectivement, l’insistance qui est mise ici sur la temporalité n’a rien perdu de son actualité. Elle suggère un point de vue processuel, dynamique sur le discours et la séquence, par opposition à un point de vue statique.

3Mais c’est sans doute le domaine de l’analyse conversationnelle qui fait aujourd’hui l’usage le plus systématique du terme de séquence. Ce terme y apparaît dans de nombreuses expressions, qui font désormais partie de l’arsenal des notions analytiques classiques en la matière : séquence d’ouverture, séquence de clôture, séquence latérale, séquence d’insertion, séquence topicale, pré-séquence, summons-answer sequence, etc. On sait que dans ce cadre analytique, la dynamique temporelle et interactionnelle dans laquelle se déroule la parole est considérée comme centrale, la temporalité du langage y étant indissociable de celle de l’action (Goodwin, 2002). Aussi, les notions évoquées ci-dessus renvoient-elles non pas à des produits stables, à des segments de discours préfabriqués, mais à l’organisation séquentielle (du tissu conversationnel, des tours, des actions) en tant qu’accomplissement pratique des interlocuteurs. Cette dynamique mobilise de manière centrale la reconnaissabilité même des trajectoires séquentielles, et donc l’orientation mutuelle des interlocuteurs vers leur organisation. Il s’avère que les ressources du système linguistique (prosodie, syntaxe, lexique) jouent un rôle central tant dans la projection des trajectoires séquentielles que dans leur interprétabilité.

4Les contributions réunies ici s’inscrivent en rupture avec les conceptions segmentales et réifiantes de la notion de séquence. De façon générale elles adoptent une conception dans laquelle la séquence est considérée dans la dynamique de sa production, c’est-à-dire dans son déroulement même, quel que soit le niveau considéré. Une séquence est donc fondamentalement inscrite dans le temps, en devenir, « émergeante » — ce que vise à rendre le terme de séquentialité. Elle est conçue comme une succession de moments ou de phases marquées par des actions (la production de matériau linguistique n’étant qu’un aspect de ces actions), de telle sorte qu’à aucun de ces moments ou aucune de ces phases, il n’est possible de prévoir avec certitude quelle va être l’action suivante. Chaque action, d’une part manifeste rétrospectivement une certaine interprétation de ce qui la précède temporellement, d’autre part exerce prospectivement certaines contraintes sur ce qui va suivre, en déterminant des « préférences » sur les propriétés de l’action suivante.

5Dans leur article introductif, Denis Apothéloz, Anne Grobet et Simona Pekarek Dœhler développent une conception de la séquentialité qui se veut radicalement dynamique et inscrite dans la temporalité. La pertinence de cette conception est illustrée à travers trois problèmes : (1) la relation entre la séquentialité et la prosodie, (2) entre la temporalité et la syntaxe, (3) entre la grammaire considérée comme ressource et l’organisation séquentielle de l’action. Les auteurs montrent en particulier que les indices prosodiques peuvent tantôt converger avec le donné syntaxique, et en confirmer ainsi l’interprétation, tantôt s’inscrire dans un rapport de déphasage. La prise en compte de la temporalité dans l’analyse syntaxique fait apparaître divers phénomènes, comme le recyclage d’un segment antérieurement produit (syntagmes « Janus ») ou le phénomène de rétroprojection. Elle montre également que la grammaire, par la plasticité des structures qu’elle permet d’engendrer, est elle-même mobilisée à des fins actionnelles, par exemple pour organiser l’interaction et gérer l’alternance des tours de parole.

6Peter Auer et Stefan Pfänder proposent une étude comparative du phénomène de la « rétraction multiple » (angl. multiple retraction) dans les interactions en français et en allemand. Définissant la rétraction comme un réinvestissement du même créneau paradigmatique (comme dans c’était un roi qui était né au Maroc qui a été élevé qui a été élevé au Maroc qui faisait ses études au Maroc…), les auteurs en démontrent les différences formelles et fonctionnelles entre l’allemand et le français. Alors que dans les deux langues les rétractions multiples sont régulièrement associées à la construction de listes ou à la manifestation d’hésitations, en français elles semblent de surcroît servir à organiser des arguments complexes. Les locuteurs du français utilisent les rétractions avec un haut degré de parallélisme lexical et surtout syntaxique, ce qui a pour effet d’établir des cohérences discursives fortes là où la cohérence syntaxique ou sémantique paraît faible. Selon les auteurs, ces différences témoignent de « styles rhétoriques » distincts associés à ces deux langues.

7Le « double marquage » d’un argument (sujet ou régime lexical + pronom clitique) est généralement considéré comme l’indice d’une construction disloquée. Partant de corpus écrits et oraux, Alain Berrendonner montre, sur la base de plusieurs indices, que certains doubles marquages du sujet sont incompatibles avec cette description, le clitique pouvant être alors analysé comme un flexif verbal marquant la personne. Ces observations conduisent à formuler l’hypothèse suivant laquelle la flexion verbale est le lieu d’une variation libre mettant en jeu deux variantes de grammaire. L’auteur propose une analyse sémantique des divers types de sujets (disloqués, nominaux, pronominaux) et considère qu’il n’est pas nécessaire, pour rendre compte des faits de dislocation, de recourir au « principe de séparation de la référence et de la relation » postulé par Lambrecht. Il montre enfin que, par analogie avec le double marquage des sujets, un double marquage des régimes tend à se développer, autrement dit qu’une « conjugaison objective » est en germe dans la syntaxe du français contemporain.

8Bernard Combettes s’intéresse quant à lui à la séquentialité à travers le phénomène de l’ajout à une structure phrastique après une ponctuation forte. Il examine ces constructions d’un point de vue syntaxique, énonciatif et discursif, à partir d’un corpus d’article de presse. L’auteur distingue le cas où l’ajout reproduit une relation syntaxique déjà présente dans le contexte antérieur, du cas où il réalise une « nouvelle » relation. Il montre que les ajouts peuvent être utilisés pour faire intervenir une nouvelle source énonciative. Il observe que ce fonctionnement polyphonique trouve une application naturelle dans le discours argumentatif, notamment dans les mouvements de rectification. Mais les ajouts ont également des implications au plan du dynamisme communicatif : dans la mesure où ils concernent généralement le syntagme verbal, ils sont en relation avec la partie rhématique de la phrase (« restes de rhèmes »). L’auteur montre enfin que les ajouts peuvent servir à des fins proprement textuelles, par exemple quand ils sont conclusifs.

9Dans sa recherche basée sur l’étude d’un corpus de la presse écrite italienne, Angela Ferrari s’intéresse à un type de discontinuité apparaissant en forte augmentation : l’insertion syntaxique, définie comme l’introduction d’un constituant grammaticalement facultatif entre les éléments nucléaires ou adverbiaux de la phrase. Après avoir passé en revue différentes caractéristiques de la syntaxe des journaux italiens au xxe siècle et les principales raisons motivant les insertions syntaxiques, l’auteur propose une analyse informationnelle et textuelle de ces insertions, qui s’inscrit dans un modèle de l’organisation du paragraphe écrit. Ce dernier est décrit comme un ensemble « d’Unités Communicatives » (« Énoncés »). Les Unités Communicatives situées dans les plans secondaires du texte sont des « Incises », et sont typiquement signalées par des parenthèses ou des tirets. Les Incises se distinguent des unités informationnelles situées au plan principal du texte, tels que les « Cadres », « Noyaux » et « Appendices ».

10Pour interroger la séquentialité au-delà du domaine phrastique, Outi Duvallon choisit l’entrée des pronoms anaphoriques, ce qui la conduit à définir un nouveau type d’unité macro-syntaxique, qu’elle appelle « configuration syntaxique ». S’appuyant sur l’approche grammaticale développée par le GARS de l’Université de Provence et reprenant la notion de domaine pour la résolution des pronoms anaphoriques, elle développe une analyse située à l’intersection de la syntaxe et de la macro-syntaxe. Les configurations syntaxiques sont ainsi décrites comme des unités regroupant des noyaux verbaux parallèles, c’est-à-dire réalisant le même schéma syntaxique, et qui peuvent présenter des discontinuités, entrer dans des rapports d’opposition ou de symétrie, ou encore partager un associé commun. Ces configurations syntaxiques construisent des domaines référentiels parallèles, en opposition ou hiérarchisés, qui conditionnent l’emploi et l’interprétation des pronoms, ces derniers échappant alors aux principes de la proximité linéaire.

11Anne Lacheret étudie la séquentialité prosodique dans le cadre d’une conception constructiviste et située de l’activité du langage. Développant une approche inductive, elle présente son modèle de segmentation automatique en périodes intonatives et l’applique pour la première fois à des corpus radiophoniques. La question de la segmentation intra-périodique est également évoquée. L’auteur développe ensuite la question de la mise en relation entre les formes prosodiques et leurs fonctions, proposant un « principe d’économie et d’équilibrage structural ». Dans le discours, la prosodie intervient de manière centrale, avec les marqueurs linguistiques, dans le processus de co-construction d’un espace intersubjectif (« scène verbale »). Lacheret relève les limites de l’influence des projections micro-syntaxiques sur la structure prosodique, pour souligner que les contraintes régissant la prosodie sont plutôt d’ordre informationnel et communicationnel (distinction figure/fond), et visent à orienter l’interprétation de la formulation tout en préparant le discours ultérieur.

12Enfin, la contribution de Gabriele Müller-Blaser étudie les formes et les fonctions de la construction pseudo-clivée en français conversationnel. S’inscrivant dans le courant de la linguistique interactionnelle et fondant son argumentation sur l’étude de données empiriques, l’auteur démontre l’insuffisance des interprétations fonctionnelles de la pseudo-clivée selon lesquelles cette structure sert à marquer le focus.

13Sans pour autant nier que cette fonction existe, l’auteur observe la récurrence d’un fonctionnement interactif non attesté jusqu’ici : la structure pseudo-clivée constitue une ressource grammaticale pour l’organisation des tours complexes : la partie A du schéma [A c’est B] projette l’activité qui va être accomplie par la partie B ; la partie B, quant à elle, ne se présente souvent pas sous la forme d’une proposition unique, mais comme un ensemble complexe de propositions dont la frontière droite est souvent difficile à déterminer. La projection émanant de A permet alors aux interlocuteurs de « naviguer » à travers la complexité du B.

14Comme on le voit, ces études offrent des éclairages très diversifiés sur la nature dynamique de la continuité discursive. À partir de données empiriques variées (écrit, oral, oral conversationnel), elles mettent en évidence chacune à sa manière toute la complexité du problème des unités et de la délimitation des séquences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Apothéloz, D., Grobet A. & Pekarek Doehler, S. (2008). Présentation. Cahiers de praxématique 48. Montpellier : Pulm. 7-12

Référence électronique

Denis Apothéloz, Anne Grobet et Simona Pekarek Doehler, « Séquentialité et mouvements dans le discours : Présentation »Cahiers de praxématique [En ligne], 48 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/praxematique/874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/praxematique.874

Haut de page

Auteurs

Denis Apothéloz

Université de Nancy 2 & ATILF

Articles du même auteur

Anne Grobet

Université de Genève

Articles du même auteur

Simona Pekarek Doehler

Université de Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Praxiling
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH PLUS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search