Navigation – Plan du site
Dossier Primates et Sociétés : La sortie de l'état de nature
7

De l’inégalité parmi les chimpanzés : Sexe, drogues et individuation1

Of Inequality Among Chimpanzees: Sex, Drugs and Individuation
David Jaclin

Résumés

Plusieurs milliers de chimpanzés vivent aujourd’hui en Amérique du Nord. Plus tout à fait « sauvages » ni complètement « domestiques », ces animaux habitent une zone trouble de nos savoirs naturalistes. En l’espace de quelques générations, leurs conditions de vie se sont radicalement transformées. Les réponses de certains organismes à ces pressions environnementales constituent un matériel éthologique précieux. Cet article présente les premiers résultats d’une ethnographie transpécifique menée dans un sanctuaire pour chimpanzés qui abrite plusieurs de ces existences pionnières.

Haut de page

Historique

Soumis 7 juillet 2012. Accepté 11 octobre 2012.

Texte intégral

  • 1  L’auteur tient à remercier Gloria Grow ainsi que Kim, Linda et les autres membres de la fondation (...)

La difficulté, pour une biographie au présent, c’est de ne pouvoir gommer la figure advenue, encore au futur pour l’instant qu’on décrit : il faut rebrousser chemin depuis ce qu’on sait pour tenter de retrouver ce qui, à chaque instant, est indéterminé, tient du hasard et informe le destin.
François Bon, Rolling Stones, une biographie.

Tout pesé, je choisis pour mes enfants le mieux, ou ce que je crus l'être. J'aurais voulu, je voudrais encore avoir été élevé et nourri comme ils l'ont été.
J. J. Rousseau, Les Confessions.

1 Couplage

1La petite histoire rapporte un amour ancillaire, une belle-famille problématique, un père tiraillé. Elle raconte que Jean-Jacques Rousseau fit placer ses cinq enfants à l’Hôpital des Enfants-Trouvés. Elle revient sur l’abandon parental et la lâcheté du père, souligne avec plus ou moins de justesse le décalage qui existe trop souvent entre ce que les hommes savent si bien prôner et ce qu’ils savent si mal faire. Entre la belle morale et les actes d’une moralité discutable, la petite histoire bavarde. La grande Histoire, quant à elle, retient plutôt l’œuvre d’un penseur singulier et rappelle la postérité importante de ses livres : De l’inégalité parmi les hommes (1755), Le contrat social (1762) ou encore Émile, ou De l’éducation (1762). Sans pour autant oublier la conduite de l’intellectuel, l’Histoire ne dira pas (ou si peu) ce que devinrent les enfants en question, ni quelle éducation fut la leur. Elle ne s’attardera pas plus sur les inégalités qu’ils subirent (ou encore infligèrent), ni d’ailleurs sur ce fameux contrat social que fort probablement ils ne signèrent jamais. Mais tout ceci appartient au passé, aux vicissitudes et aux désenchantements des affaires humaines.

2Cependant, la réalité des discours ne saurait être complètement dissociée de celle des existences, ni d’ailleurs des actes qui les échafaudent. Voilà pourquoi je reviens dans cet article sur une forme particulière d’existence : celle, problématique, d’une population déplacée, coincée pourrait-on dire, entre une carte perpétuellement retravaillée (ce que l’on se représente comme étant une vie chimpanzé) et un territoire continuellement négocié (la vie que mènent effectivement certains chimpanzés). Je m’intéresse ainsi au parcours de certains primates nord-américains et à l’existence qu’ils mènent dans plusieurs « Hôpitaux des Enfants-Trouvés » qui leur sont dédiés. En effet, vivent désormais en Amérique du Nord plusieurs milliers de chimpanzés, dont plusieurs centaines dans des sanctuaires spécialement conçus pour accueillir celles et ceux qu’un commerce animal prospère a laissé pour compte (Ross, 2012). Nés en captivité, nourris, logés, blanchis, parfois même « occupés », ces derniers composent désormais une population pionnière, à bien des égards énigmatique. Je présente ici les premiers résultats d’une ethnographie transpécifique et développe une réflexion de nature éthologique sur l’étrange cas des jungles de garage (espaces hybridés composés d’artificialités et d’animalités). En m’attachant ainsi au destin d’un sanctuaire canadien et aux animaux qu’il accueille – pour la plupart rejets de l’industrie biomédicale, d’entreprises militaires obsolètes ou encore de studios hollywoodiens en faillite (Laufer, 2010) – je reviens sur l’importance d’une économie animalière florissante où s’échangent quotidiennement dollars et cobayes, protocoles et scénarios, chairs et représentations.

2 Relais

3Au cours de l’année 2011, j’ai couvert plus de 25 000 kms à travers le continent nord-américain. Je suis parti à la rencontre de plusieurs sanctuaires animaliers (Fauna Foundation, Save The Chimps, Wildlife Way Station) où vivent, loin de leurs écosystèmes habituels, centaines d’animaux rescapés. En suivant les principes d’une ethnographie multi-sites (Marcus, 1995), j’ai « visité » ces sanctuaires (au Québec, en Floride et en Californie), interviewé responsables et soigneurs (entretiens directifs et semi-directifs), documenté ce que j’avais pu y voir (notes manuscrites, photographies, vidéos) tout en m’efforçant de consigner ce que j’avais su en penser (archives numériques et blogue). J’ai ainsi tâché de rendre compte d’un commerce humanimal complexe, à la fois matériel et immatériel, économique et affectif. Verticalement organisé (filières de « production ») et horizontalement structuré (réseaux de « distribution »), un tel commerce implique la cohabitation parfois étrange d’individus appartenant à des espèces différentes mais dont les existences, spatio-temporellement agencées, s’entrelacent toujours plus singulièrement.

4Plus tout à fait « sauvage » ni encore complètement « domestique », la vie même de ces organismes défie nombre de nos conceptions éthologiques traditionnelles (Leblan, 2011). Entre nature et culture, leur réalité s’éloigne sensiblement du giron de nos représentations. Marginaux, ces animaux composent aujourd’hui une communauté pour le moins baroque. Car, tandis que la tutelle humaine sous laquelle ils ont été placés semble se radicaliser, tous vivent ce qu’aucun de leurs ancêtres n’avait encore vécu, tant ont changé leur environnement et leurs conditions de vie. Les ressorts de leur existence (nutrition, reproduction, territorialisation et rapports sociaux associés) sont sous contrôle étroit tandis que les relations interspécifiques qu’agencent ces hybridités négociées ne cessent d’exercer quantité de pressions sélectives.

5Ce ne sont pas les résultats d’une éthologie branchée primatologie que je présente ici mais bien les premiers éléments d’une ethnographie multi-spécifique telle que l’anthropologie américaine commence à la développer (Hamilton et Placas, 2011), c’est-à-dire impliquant humains et chimpanzés. Ethnographie qui s’intéresse aux environnements organiques et inorganiques qui permettent et que permettent les relations humaines : « Multispecies ethnography centers on how a multidude of organisms’ livelihoods shape and are shaped by political, economic, and cultural forces » (Kirksey et Helmreich, 2010). Il ne s’agit donc pas ici de comparer ce que seraient les conditions d’existence de certains chimpanzés vivant dans des sanctuaires de béton à celles, plus conventionnelles, de chimpanzés évoluant au grand air (en liberté, en semi-liberté ou en captivité). Il s’agit plutôt de rendre compte d’une dynamique transpécifique (Kohn, 2007) où la vie partagée d’humains et de chimpanzés produirait non seulement des situations nouvelles mais bien aussi des conditions de possibilité et d’individuation inédites.

6Dès lors, je concentre mon propos sur deux niveaux : celui, organique, d’un animal, et celui, tectonique, d’un lieu. Je tâche d’abord de brosser, en en faisant la (trop) rapide biographie, les leviers d’une existence particulière : celle d’un chimpanzé nommée Rachel. Puis, je reviens sur les origines, les acteurs et le fonctionnement d’un sanctuaire pour animaux réfugiés : la fondation Fauna. Enfin, à partir de ce centre animalier où vivent désormais plusieurs chimpanzés, je dessine quelques lignes de fuite en direction d’autres sanctuaires, sous bien des aspects familiers (non seulement dans leur mission, mais dans le principe de leur représentation politique, dans leur modes de financement, dans leur plan de construction, dans la passion et le dévouement qu’ils abritent). Entre ces deux existences, celle d’un lieu improbable et celle d’une bête invraisemblable, je tâche de rendre compte non plus seulement de ce qu’est un Animal (un Chimpanzé, un Humain) mais bien plutôt de ce que peut être (ou ne plus être), à l’aube du XXIème siècle, une existence animale. Je tâche ainsi de mieux cerner les modalités d’une vie animale partagée, qu’elle soit chimpanzé ou humaine. De cette façon, je m’attache à ce petit bout d’histoire « culturelle » solidement épinglé à la suite d’une longue évolution « naturelle ». Ainsi, j’entends problématiser ces existences pour lesquelles plusieurs de nos appareillages conceptuels traditionnels semblent ne plus suffire. Plutôt, donc, que d’articuler ces données à partir de classiques concepts bicéphales, tels nature/culture, objet/sujet, bourreau/victime, je propose de penser ces vies animales en termes d’individuation (Simondon, 2005) et d’involutions créatrives (Massumi, 2011). J’entends ainsi offrir, aux Études Animales grandissantes, quelques pistes de réflexion – à la fois sur la vie humanimale partagée mais aussi sur le potentiel adaptatif et créatif que celle-ci recèle.

3 Amplification

7Rachel aura 30 ans cette année. Elle est née en Oklahoma, à Norman exactement, dans les cages de l’Institute for Primate Studies, centre de reproduction actif qui devait jouer un rôle de premier ordre dans l’existence et la composition d’une colonie américaine de chimpanzés (il est intéressant de noter ici que ce même institut sera aussi le point de départ de chimpanzés appelés à devenir célèbres comme Washoe ou Nim Chimpsky). Acheté par un couple fortuné, Rachel a grandi en Floride, dans une propriété luxueuse, sous le regard fasciné de ces « parents » sans enfants. Pendant trois ans, elle a vécu dans un appartement privé, doté d’une garde-robe taillée sur mesure et d’un spa. Régulièrement, Rachel fut l’attraction de dîners mondains, régalant de ses grimaces petits et grands convives. Elle a grandi ainsi, sans aucun contact avec les siens, en s’attachant à ses parents trop humains pour comprendre qu’elle deviendrait un jour adulte, qu’elle serait non plus seulement cute mais big. Après la séparation du couple (Rachel avait alors trois ans), le chimpanzé a été confiée aux bons soins de sa nanny qui, pour quelques centaines de dollars, la revendit aussitôt au Laboratory for Experimental Medecine and Surgery in Primates (LEMSIP). Elle habita alors une petite cage, au centre de laquelle se balançait un pneu. Elle participa à trois études, toutes invasives, et fit les frais de trente-neuf biopsies du foie. Derrière les barreaux, elle rencontra, pour la première fois, quelques-uns de ses congénères, retrouvant peut-être frères et sœurs comme elle dispersés. Elle eut alors le violent loisir de détester les armes tranquillisantes, de s’attacher à ceux qui la nourrissaient et de se méfier de ceux (souvent les mêmes) qui la piquaient. Après plusieurs années de bons et loyaux services, Rachel aurait dû être euthanasiée, à l’instar de nombreux cobayes dès lors devenus inutiles. Mais le laboratoire en question, menaçant de fermer ses portes, fut approché par un sanctuaire canadien en construction, prêt à accueillir et à racheter plusieurs de ces animaux en fin de carrière. On accepta alors de « donner » Rachel, qui après onze années passées au LEMSIP, traversa les frontières, quittant l’état de New York pour le Québec. Depuis plus de quinze ans, elle vit à Carignan, en compagnie d’autres chimpanzés, tous rescapés. Ensemble, ils habitent un étrange hospice, espace architectural spécialement conçu, aménagé et organisé pour accueillir ces étranges pensionnaires. La fondatrice du lieu, Gloria Grow, décrit l’endroit comme un curieux mélange entre une prison de haute sécurité, un monastère Zen, une maison de retraite et un deli montréalais à l’heure de pointe (Westoll, 2011).

8

Figure 1

Figure 1

Plan de la Chimp House. Fondation Fauna, QC, Canada.
Map of the Chimp House. Fondation Fauna, QC, Canada.

9Depuis plus de 10 ans, Gloria Grow vit le quotidien de plusieurs chimpanzés et partage avec eux le plus clair de son temps, de son argent et de son énergie. Dévouée et engagée de longue date dans de nombreuses causes de défense du droit des animaux mais sans formation en primatologie, la directrice de la fondation Fauna a un jour décidé (elle se dit elle-même born again) de faire tout son possible pour sauver quelques-uns des chimpanzés américains en déshérence dont on commençait alors, en dehors des cercles autorisés, à découvrir le triste sort. À ces cousins infortunés qu’une bifurcation obscure condamna à la cage, elle a voué sa vie. Ses armes, elle les a faites progressivement, développant ses connaissances suite à un stage chez Roger et Deborah Fouts (dont l’expérience, les conseils et les contacts l’aideront énormément puisque Gloria suivra finalement leurs pas et leurs plans pour construire son sanctuaire). Sans que ce soit réellement prémédité, elle fut responsable du premier centre canadien pour primates en fin de vie (Westoll, 2011). Avec l’aide de son mari vétérinaire, elle fit construire un bâtiment unique, spécialement conçu pour recevoir et soigner autant de chimpanzés que d’individualités et de cas particuliers. Il aura fallu penser à l’aménagement d’espaces hermétiques mais ouvrables, à la circulation et à la communication des différentes aires, à la sécurité et au bien être d’animaux dont on savait qu’ils seraient tout sauf normaux. Mais, avant même de savoir quels chimpanzés sauver (la rencontre avec Rachel se fera plus tard, lorsqu’une dizaine de chimpanzés seront exfiltrés en catimini du LEMPSIP déclinant), le couple avait décidé d’offrir à ces animaux un sanctuaire, un lieu où ils pourraient finir leurs jours et ce, sans qu’aucune « contribution » ne soit exigée de leur part. Les animaux de Fauna ne « travaillent » donc pas, ils ne sont ni exposés au public, ni véritablement publicisés (seul le voisinage inquiet de devoir cohabiter avec des « singes qui ont le sida » reçoit beaucoup d’information). Ces animaux ne servent donc directement aucune cause, aucun commerce, aucun caprice ni autre envie anthropomorphe. Ils sont pourtant nourris, logés, blanchis et… divertis. À noter ici, la liste d’attente des bénévoles prêts à donner un peu de leur temps pour participer à l’aventure, qui est non seulement longue (plus d’un an en moyenne) mais passée au crible des motivations puisque les bénévoles sont triés sur le volet, devenant ainsi le plus souvent, au bout de quelques temps, membres à part entière de cette communauté. Une communauté qui est à la fois hybride (Lestel, 2004) et faite de devenirs réciproques (Herzfeld et Van Schuylenbergh, 2011), c’est-à-dire composée de membres hétérogènes mais dont précisément l’hétérogénéité transforme chacun des membres. Il s’agit là d’un environnement multispécifique duquel émerge quantité de processus transpécifiques, à la fois adaptatifs et créatifs, souvent individuants mais toujours psychogénique.

10C’est ainsi que Gloria et son équipe rapprochée pourvoient quotidiennement aux besoins d’une douzaine de chimpanzés, formant ensemble une colonie humanimale organisée pour et autour des primates. Chaque semaine, une cuisinière élabore et concocte des petits plats tandis qu’un accord passé avec les agriculteurs de la commune permet d’acheter des fruits et légumes biologiques, victuailles disponibles en permanence sur des chariots roulants situés à l’entrée des chambres (ce système de nourriture en libre service est d’ailleurs une des inventions et des fiertés de Gloria – pour qui cela gomme petit à petit le sentiment de manque et de privation desquels certains animaux souffrent, en même temps que cela évite les contacts répétés, souvent trop proches et par conséquent dangereux, entre les chimpanzés et les équipes chargées de leurs soins). Partie intégrante du dispositif d’ « enrichissement actif », une télévision est souvent allumée dans la grande salle, à gauche de la cuisine. Les chimpanzés aiment particulièrement les séries américaines, les publicités pour voitures de sport ou encore, les scènes dénudées. Rien d’érotique pour Gloria, simplement une curiosité enfin assouvie à l’encontre de ces corps humains trop souvent dissimulés derrière des blouses ou des vêtements. Autre particularité, tout les pensionnaires raffolent de la bière Budweiser. Lorsque que, par accident, certains chimpanzés arrivent à s’évader de leur quartier et qu’ils peuvent enfin circuler à l’intérieur des espaces habituellement réservés aux humains de la Chimp House, ils ne cherchent pas à sortir ou à s’évader du bâtiment mais se précipitent plutôt vers le frigo. Ils se gavent alors de nourriture et vident les bouteilles disponibles avant d’enfiler les gants de caoutchouc pour jouer à faire la vaisselle (les enregistrements des caméras de surveillance sont en ce sens un précieux matériel éthologique). Voilà donc ce que produit aussi ce lieu unique où humains et animaux vivent, d’une manière tout aussi unique, ensemble - et où l’expérience mutuelle de l’altérité produit autant qu’elle ouvre des modalités d’interactions nouvelles. Dévoiement disent certains, expérience live diront les autres. Ce qui est sûr, c’est que la vie partagée de la fondation Fauna laisse suffisamment de latitude aux acteurs pour que s’expriment des comportements a priori peu évidents, pas toujours prévisibles mais d’une richesse et d’une diversité à même d’intéresser primatologues et éthologues mais aussi anthropologues, philosophes et biologistes.

11De ce contact unique avec les chimpanzés, Gloria et ses équipes disent en retirer une immense sagesse, une connaissance approfondie de l’autre que l’on apprend à découvrir au fur et à mesure mais aussi de soi-même qui se dessine en filigrane de cette interaction répétée, de cette cohabitation avec d’autres formes de vies. La fondation Fauna abrite ainsi quantités de médiations (organiques, machiniques, discursives) et offrent aux humains comme aux chimpanzés le privilège d’un devenir médium, c’est-à-dire que s’y dessinent les conditions de possibilité d’une communication interspécifique, transindividuelle et collective. Il s’agit là d’un passage crée à destination d’un monde animal aussi rarement écouté que régulièrement menacé et d’un échange bien réel d’informations entre plusieurs systèmes qui, bien que de natures différentes, restent non seulement compatibles mais irrémédiablement attirés. La captivité renvoie ici au statut du captif mais aussi à la fascination de celui dont on dit qu’il est captivé. En ce sens, ces jungles de garage qui reproduisent en miniature des écosystèmes complexes, hautement artificialisés où chacun des participants doit trouver (et souvent faire) sa place, ces jungles de garage donc fournissent autant d’exemples qu’il existe d’occasions d’interactions renouvelées entre organismes vivants. Une telle écologie, médiatique et organique, renvoie au travail chamanique, à ces capacités partagées de faire communiquer non plus seulement les vivants et les morts mais bien les vivants d’espèces différentes (Jaclin, 2012). Écouter, fréquenter, travailler avec, c’est souvent (re)découvrir un monde animal oublié (sien compris), c’est cultiver une facette supplémentaire de cette réalité que les contacts communs d’un zoo ou d’une animalerie ne font jamais qu’effleurer. Les chimpanzés et les humains qui composent cette étrange communauté qu’est la fondation Fauna nourrissent ainsi, depuis plus de dix ans, les leviers hybrides d’une existence collective partagée et ce faisant se découvrent acteurs et vecteurs d’une communication inédite entre organismes vivants.

4 Transduction

12À la fondation Fauna donc, plus d’aiguilles ni de tranquillisants, mais bien une autre modalité du vivre ensemble, une autre facette de la vie animale partagée. Là-bas, l’animal est affranchi de toute objectivation et n’est plus un simple moyen permettant d’atteindre une fin. Il n’est ni un cobaye au service de la science, ni un NAD (Nouvel Animal Domestique), ni même un compagnon de substitution affective. Ce changement de statut (et de considération) libère ainsi les pensionnaires d’une identité jusqu’ici essentiellement indexée sur leur utilité. En ce sens, la biographie de Rachel et les existences qu’elle exemplifie sont révélatrices d’un pendule affectif puissant au bout duquel balancent des milliers de vies animales. En effet, la vie de Rachel n’est pas sans rappeler celle de nombreux animaux ayant passé ou passant leur existence à la croisée des chemins, au gré d’une économie politique déterminante (Gruen, 2011; Herzfeld, 2012). Animaux de cirque, animaux de laboratoire, animaux de compagnie, combien d’existences dépendent aujourd’hui de ce commerce des plus lucratifs, où la bête sert tour à tour de cobaye, de clown ou encore de poupée ? Le Docteur Steven Ross, du Regenstein Center for African Apes de Chicago, responsable « chimpanzé » de l’Association for Zoos and Aquariums américaine, estime la population US à plus de deux mille individus (Ross, 2012). Autant d’existences pionnières donc, autant d’explorateurs dont les conditions et les expériences de vie oscillent selon des considérations humaines à géométrie variable. Bien entendu, la captivité détermine la plupart des modalités et des interactions qui font et défont ces existences. Cependant, la vie partagée, fut-elle derrière ou devant des barreaux, ne va pas sans permettre aux humains et aux chimpanzés l’expérience de la nouveauté, la rencontre et le jeu des identités (comme on dirait d’une roue qu’elle joue sur son axe).

13Ce frayage biographique est important non seulement pour les individus qui y participent, mais aussi pour leur descendance. Et l’on aurait tort de croire que ces conditions de vie mutantes n’affectent que les individus qui les subissent. Car, dès lors que les logiques reproductives sont sous contrôle humain (on ne parle bien entendu jamais de « sexe » dans les laboratoires mais de « reproduction assistée »), l’avenir de l’espèce ou de la lignée tout entière s’en trouve bouleversé. Je rappelle ici que la population américaine de chimpanzés aura oscillé, au gré de la recherche subventionnée (militaire d’abord, dans le cas de la NASA, biomédicale ensuite, dans le cadre de la recherche sur les hépatites et le VIH), de quelques dizaines d’individus à plusieurs milliers (Argo, 2008). Récemment, de nombreuses associations de défense des animaux ont réclamé l’abolition de toute forme d’expérimentation sur les primates. À la suite d’un lobbying savamment orchestré, le parlement américain a finalement voté, en décembre dernier, une loi condamnant l’utilisation de chimpanzés dans l’industrie biomédicale (Gorman, 2011). Désormais, les centres de reproduction ne seront plus financés par la recherche gouvernementale. Une décision qui risque de mener à l’engorgement des quelques sanctuaires existants, ces derniers préférant « adopter » les déclassés plutôt que de les voir euthanasier. Cette loi pourrait donc bien avoir au moins autant d’impact sur la vie des chimpanzés américains, en terme de natalité mais aussi de population, qu’un virus ou une déforestation pourraient en avoir sur des populations ne vivant pas en captivité. Il s’agirait dans ce cas d’une véritable pression sélective, non plus seulement naturelle ou encore culturelle mais bien biopolitique (Wolfe, 2013).

14Que ce soit pour aider la conquête spatiale ou pour enrichir les connaissances épidémiologiques, les chimpanzés auront sérieusement contribué à l’avancement des sociétés humaines (Bolton et Degnen, 2010). Sacrifiées sur l’autel du progrès, plusieurs milliers de ces existences auront ainsi marquées notre Histoire (sans jamais que l’on ne les commémore, ni d’ailleurs que l’on se souvienne véritablement d’une telle contribution). Pourtant, le fait que l’humanité se cultive au contact des animaux n’est pas nouveau. La tradition d’un apprentissage sapiens qui ne serait possible que grâce à l’observation ou à la vie partagée d’autres animaux remonte au moins jusqu’à l’Antiquité, où la notion grecque de Mètis disait bien la forme d’intelligence développée par les hommes au contact de l’animal (Detienne et Vernant, 1974). En ce sens, le XXe siècle aura sans conteste donné à ce trope ancestral la forme et le visage d’une véritable exploitation. Au creux de notre Mètis contemporaine git ainsi un rapport violent d’asservissement, reposant sur une supériorité fantasmée mais performative, aux conséquences souvent dramatiques. A cet égard, la rédemption hollywoodienne mise en scène dans la dernière version de La planète des singes est éclairante. Que ce soit dans un laboratoire de biotechnologie ou dans un foyer américain recomposé, que cela passe par le travail en commun (la triade du scientifique, du cobaye et de l’institution) ou par la cohabitation domestique (recueillir et élever un bébé chimpanzé comme on le ferait d’un petit humain), la vie partagée recèle toujours une part de découverte et de créativité. Modalités indécidables a priori, à la fois réflexives et révélatrices, toujours productrices de connaissances et de pratiques nouvelles. Autrement dit, vivre avec un animal n’est jamais neutre, en tant que cela débouche toujours sur une forme individuante de relation. Cependant, chaque époque et chaque société déploie une série de rapports qui lui sont propres. Tel un marqueur important des dynamiques individuelles et collectives, la cohabitation humanimale repose sur une conception marquée, bien que changeante, de l’altérité. En ce sens, elle dit beaucoup des hommes et de leurs temps. Et, de ce point de vue, le notre est particulièrement schizophrénique. D’un côté, nous traitons certaines bêtes comme si elles n’étaient que de simples objets, de l’autre nous choyons certains animaux comme si ils étaient plus que des demi-dieux. Ceux destinés à nos assiettes vivent ainsi des existences véritablement concentrationnaires tandis que ceux destinés aux coussins brodés coulent des jours on ne peut plus paisibles. Au creux de ce système se dessine une conception relative de la vie animale où toutes les vies ne semblent pas disposer de valeurs égales mais plutôt devoir être valorisée en fonction des liens qui relient, entre-elles, différentes existences. Voilà pourquoi, s’intéresser sérieusement à ces sanctuaires et à la vie qui s’y mène pourrait bien aider à mieux mesurer l’importance animale pour la vie humaine et le pouvoir de ces vies partagées. Pour ce qui concerne les sanctuaires, qu’il s’agisse des fondateurs, directeurs, soigneurs ou bénévoles, tous semblent unanimes : vivre au contact de chimpanzés a littéralement changé leur vie, sauvé leur couple, aidé à leur réinsertion sociale, à un sevrage ou encore donné à leurs existences précédentes, en quête de sens, la consistance d’un véritable combat, parfois même d’une vocation. Il est ici permis de mieux saisir la nature de ces liens humanimaux tissés entre des chimpanzés rescapés et des humains qui, bien que sauveurs, se disent souvent eux-mêmes sauvés comme leurs animaux. Dans ces conditions, acter le simple fait que quelques individus (rares si l’on mesure le privilège qui est celui de vivre au quotidien avec des chimpanzés) cultivent précieusement l’interspécificité de rapports hybrides est, me semble-t-il, très important. Ces rapports, faits de patience, de résilience, parfois de dévotion, ne sont pas sans rappeler le sens premier du mot sanctuaire et certaines de ses connotations religieuses qui renvoient directement à l’idée de sacré. Et peut-être cette cohabitation humanimale extra-ordinaire est-elle effectivement un peu sacrée, un peu religieuse dans cet accès à un au-delà qu’elle permet. Le latin religare ne dit-il pas justement ce lien tissé entre deux mondes. Et si il ne s’agit pas ici nécessairement de terrestre et de spirituel, il s’agit assurément de tangible et d’intangible, d’existences et de disparitions. Tout primatologue sait le privilège, quasi chamanique, qui est le sien… Lui qui partage, avec une forme de vie non-humaine, à la fois si proche et si lointaine, la richesse d’une communication. En ce sens, les acteurs des sanctuaires dont il est question dans cet article, peuvent apparaître tels les médiums singuliers d’une espèce humaine plus habituée aux images hollywoodiennes d’une planète singée qu’à l’existence véritablement criante de ces singes vivant désormais un peu partout sur notre planète. Passeurs d’un autre monde donc, ils ont de notre appartenance vivante une autre vision, d’autant plus renforcée qu’elle est dès lors partagée.

15Plutôt donc, que de définir a priori ce qu’est (ou n’est plus) un animal, un chimpanzé ou un humain, l’analyse d’une jungle de garage (comme peut la figurer sans l’y restreindre un sanctuaire pour chimpanzés, une collection privée de félins ou un élevage reproductif d’animaux exotiques) permet de s’attacher à ce qu’est (ou n’est pas) une existence animale et aux différentes manières dont se réorganise un quotidien partagé lorsque émergent des conditions de vie inédites.

5 Métastabilité

16Dans cet article, j’ai tâché de rendre compte d’un lieu étrange où la vie partagée d’humains et de chimpanzés génère autant qu’elle active le potentiel d’existences jusqu’ici infréquentées, à la fois baroques et originales. Cette culture humanimale contemporaine, marginale et parfois souterraine (Laufer, 2010), donne désormais naissance à de véritables espaces postnaturalisés (Pell et Allen, 2010), espaces où de nombreux chimpanzés vivent « humainement » tandis que plusieurs humains vivraient presque « chimpanzément ». Plus exactement : où humains et chimpanzés, ensemble (même si différemment, et de manière différentielle), s’individuent selon des logiques partagées. Bien entendu, les comportements des uns et des autres répondent encore et toujours à l’héritage millénaire qui les a forgés. En d’autres termes, un chimpanzé reste un chimpanzé ; un humain, humain. Pour autant, difficile de ne pas considérer la puissance epigénétique de certains facteurs, intra et interspécifiques (Danchin et al., 2011). Difficile, en fait, de ne pas accorder d’importance à la reproduction assistée et intensive, aux régimes alimentaires calibrés, aux interventions biomédicales répétées, à la prise quotidienne d’expédients, bref, à un spectre de liens affectifs hybrides et, plus généralement, à toutes ces interactions mutagènes qui participent désormais de ces communautés composites. Difficile en effet de ne pas repenser formes et forces, places et dynamiques, aujourd’hui capables de redonner à nos ontologies spécifiques la gueule et le visage d’existences particulières. Sexe sous surveillance, drogues obligatoires et individuations pionnières transforment désormais non seulement les corps et les identités de nombreux primates – humains compris – mais aussi les sociétés et les représentations mentales qu’ensemble, nous nous voyons capables de recomposer.

17La nouveauté, le caractère presque surréaliste de certaines situations (un chimpanzé qui joue aux poupées, mange bio, consomme des antidépresseurs et raffole des séries télé), l’inédit et l’aspect problématique de ces existences animales, tout cela ne saurait complètement répondre à une simple logique d’adaptation - logique qui renverrait à un mode prédéterminé de normalité ainsi maintenue. Dans ces conditions, penser en termes d’involutions créatives (plutôt donc que d’adaptation, ou de logiques adaptatives) souligne le caractère innovant et viable de certains comportements (Deleuze et Guattari, 1980 ; Massumi, 2011). Cela permet ainsi de rendre compte des élévations au carré qu’induisent ces situations nouvelles et de traduire la vie partagée d’organismes qui, bien que cousins, restent aujourd’hui encore, éloignés. Il n’y a pas si longtemps, les sociétés occidentales découvraient l’existence des grands singes. Fascinés, nous les aurons capturés, enfermés, étudiés, dressés et finalement, peut-être, redécouverts. Certains primatologues auront heureusement ouvert les portes à une meilleure compréhension de ces animaux tandis que les industries culturelles continuent de forger les représentations populaires associés à ces derniers (de ce point de vue, les publicités, les dessins animés comme les productions cinématographiques sont à la fois révélateurs d’une fascination collective, d’une peur partagée et d’une attirance indélébile vis-à-vis de ceux qui nous ressemblent tout en étant si différents). Cette étrange relation, infiniment récente au regard de nos histoires évolutives respectives, aura inéluctablement rapproché ces familles taxonomiques (Abram, 1996). À un point tel que, dans certains cas, l'union sera consommée. Suffisamment proches de nous pour servir de modèles épidémiologiques ou de moteurs scénaristiques, les protocoles scientifiques comme les oeuvres de science-fiction arbitrent nécessairement entre points communs et différences, oubliant peut-être qu'une opposition est aussi une certaine forme d'association.

18Coincée entre une série de savoirs biologiques, éthologiques mais aussi anthropologiques et culturels, à la fois réels et fictifs, alimentée par quantité de discours politiques, historiques, cinématographiques et éthiques qui accompagnent les savoirs en question, nourrie à la diversité de conditions de vies menées par des organismes de moins en moins « sauvages » et de plus en plus artificialisés, à la fois sujets à manipulation et producteurs de liens psycho-affectifs, fraye donc aujourd’hui la fragile existence d’une colonie animalière pénitencière à bien des égards exemplaire.

Haut de page

Bibliographie

Abram D (1996). The spell of the sensuous: perception and language in a more-than-human world (1st ed.). New York: Pantheon Books.

Argo A (2008). Chimpanzees. An Unnatural History. Chicago: Questar.

Bolton M, Degnen C (2010). Animals and Science: From Colonial Encounters to the Biotech Industry. Cambridge Scholars Publishing.

Danchin E, Charmantier A, Champagne FA, Mesoudi A, Pujol B, Blanchet S (2011). Beyond DNA: integrating inclusive inheritance into an extended theory of evolution. Nat Rev Genet 12, 475-486. doi:10.1038/nrg3028

Deleuze G, Guattari F (1980) Mille plateaux. Paris : Éditions de Minuit.

Detienne M, Vernant JP (1974). Les ruses de l’intelligence: la mètis des Grecs. Paris: Flammarion.

Gorman J (2011, décembre 15). U.S. Suspends Use of Chimps in New Research. The New York Times. Consulté de http://www.nytimes.com/2011/12/16/science/chimps-in-medical-research.html?_r=1&emc=eta1

Gruen L (2011). Chimpanzee Stories - The First 100. Consulté décembre 16, 2011, de http://www.nytimes.com/interactive/2011/11/08/science/08science-chimps.html?ref=science

Hamilton JA, Placas AJ (2011). Anthropology becoming...? The 2010 sociocultural anthropology year in review. American Anthropologist 113, 246-261.

Herzfeld C (2012). Petite histoire des grands singes. Paris: Editions du Seuil.

Herzfeld C, Van Schuylenbergh P (2011). Singes humanisés, humains singés: dérive des identités à la lumière des représentations occidentales. Social Science Information, 50, 251-274.

Jaclin D (2012). Beastness is our culture: les legs de marshall mcluhan aux études animales. Canadian Journal of Communication. Sous presse.

Kirksey E, Helmreich S (2010). The emergence of multispecies ethnography. Cultural Anthropology 25, 545-576.

Kohn E (2007). How dogs dream: Amazonian natures and the politics of transspecies engagement. American Ethnologist 34, 3-24. doi:10.1525/ae.2007.34.1.3

Laufer P (2010). Forbidden creatures: inside the world of animal smuggling and exotic pets. Guilford Conn.: Lyons Press.

Leblan V (2011). Les rendez-vous manqués de l’ethnologie et de la primatologie de terrain (1960-2010). Revue de primatologie 3. doi:10.4000/primatologie.808

Lestel D (2004). L’animal singulier. Paris: Editions du Seuil.

Marcus G (1995). Ethnography In/Of The World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography. Annual review of anthropology 24, 95-117.

Massumi B (2011). Ceci n’est pas une morsure. Animalité et abstraction chez Deleuze et Guatarri. Philosophie animale française Hiver 2011(112), 67-91.

Pell R, Allen L (2010). Strategies in genetic copy prevention. Vol. 1., A catalog of the techniques and technologies that have been used for the prevention of biological reproduction. Pittsburgh, PA: Center for PostNatural History.

Ross S (2012). Where Are Chimpanzees in the United States? Consulté mai 17, 2012, de http://www.chimpcare.org/map

Simondon G (2005). L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information. Grenoble: Millon.

Westoll A (2011). The chimps of Fauna Sanctuary (1st Canadian ed.). Toronto: HarperCollins Publishers.

Wolfe C (2013). Before the law: humans and other animals in a biopolitical frame. Chicago; London: The University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1  L’auteur tient à remercier Gloria Grow ainsi que Kim, Linda et les autres membres de la fondation Fauna. Non seulement pour leur temps, leur patience et leurs explications mais bien aussi pour cette passion, toute contagieuse, qui les habite. Merci aussi, et peut-être surtout, à Rachel. Sans elle, sans ses regards et ce pneu qu’elle ne quitte jamais, aucune des analyses livrées ici n’auraient eu de force, ni d’ailleurs de sens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Plan de la Chimp House. Fondation Fauna, QC, Canada.Map of the Chimp House. Fondation Fauna, QC, Canada.
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1067/img-1.png
Fichier image/png, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Jaclin, « De l’inégalité parmi les chimpanzés : Sexe, drogues et individuation », Revue de primatologie [En ligne], 4 | 2012, document 7, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 24 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/1067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.1067

Haut de page

Auteur

David Jaclin

Université de Montréal, Département de communication, C.P. 6128, succursale Centre-ville, Montréal QC H3C 3J7 Canada et Muséum National d’Histoire Naturelle, Laboratoire. d’Eco-Anthropologie et Ethnobiologie, CP 135, 57 rue Cuvier, 75231 Paris Cedex 05, France
Auteur pour la correspondance :
davidjaclin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals