Navigation – Plan du site

AccueilVolumes4In memoriamHommage à Annie Gautier-Hion

In memoriam
13

Hommage à Annie Gautier-Hion1

Obituary
Jean-Pierre Gautier

Texte intégral

  • 1  Hommage présenté à Grenoble, octobre 2011, à l’occasion du 24e Colloque de la SFDP

1Annie Gautier-Hion est décédée en juillet 2011 des suites d’une récidive foudroyante d’une "longue maladie".

A. G-H (1940-2011)

A. G-H (1940-2011)

Annie Gautier-Hion

2Je voudrais retracer ici sa carrière qui fut la nôtre pendant 25 ans. Annie commença à travailler en 1964 au Gabon sur les Gorilles. Elle répondait à un appel du professeur Grassé, qui demandait de jeunes chercheurs pour travailler sur le comportement des gorilles à la Mission Biologique au Gabon (M.B.G.) qu’il venait de créer. Il s’agissait d’élever et d’observer une dizaine d’individus captifs, tous orphelins de la chasse. Deux articles sur des problèmes de détour furent ses premières publications. Quand je la rejoignis en 1965, notre élevage fut décimé par une épizootie de Yersiniose.

3Nous dûmes changer notre fusil d’épaule. Après avoir travaillé sur le plus gros des singes africains, nous choisîmes d’étudier le plus petit : le talapoin.

L’écologie et les comportements du talapoin (Miopithecus ogouensis)

4Cette espèce colonise la forêt primitive inondée. Chaque soir, les groupes sociaux établissent leurs dortoirs, au dessus d’une rivière. En cas de danger les individus plongent et s’échappent en nageant sous l’eau. Trop petits pour être chassés, les talapoins sont devenus des commensaux des hommes. Les bandes commensales établissent leurs dortoirs à proximité d’un village. Elles peuvent atteindre plus d’une centaine d’individus, alors que les bandes non-commensales n’en comprennent qu’une cinquantaine. La forêt inondée, étant impraticable pour l’homme, nous passâmes beaucoup plus de temps à les observer la nuit que le jour en dénombrant les individus dans leurs dortoirs, ainsi que la composition des sous-groupes de sommeil. C’est sur l’écologie et le comportement de cette espèce qu’Annie publia plusieurs articles et soutint sa thèse en 1972.

5En tentant de suivre les pérégrinations journalières des talapoins dans leur habitat, nous rencontrâmes d’autres espèces de cercopithèques.

6Nous décidâmes de nous focaliser sur ces espèces, qui n’avaient jamais été étudiées dans la nature.

La synécologie des cercopithèques forestiers

7Cinq espèces sont présentes : quatre cercopithèques, Cercopithecus nictitans, C. cephus, C. pogonias, et C. neglectus, et un mangabey, Lophocebus albigena. Nous entreprîmes leur étude systématique sur le terrain, protégé, et aménagé dans la réserve de M’passa – Station de recherche créée par le CNRS. Annie se consacra à étudier leur écologie, et moi leurs vocalisations. Nous fûmes frappés par le fait qu’il était plus fréquent de rencontrer des bandes composées de plusieurs espèces, que des bandes mono-spécifiques. Notre sujet d’étude était choisi.

Les associations poly-spécifiques

8Les groupes rencontrés comprennent 2, 3, ou 4 espèces, qui semblent vivre ensemble en permanence. Toutefois, certaines espèces se déplacent à la cime des arbres comme C.pogonias et C. nictitans, d’autres dans de plus basses strates, comme le C.cephus. A contrario, le singe de Brazza, C. neglectus se déplace au sol, vit en couple et évite de s’associer aux autres espèces (Gautier-Hion et Gautier, 1978). Dans les groupes poly-spécifiques, il existe des espèces "leaders", et des "suiveuses" — ceci implique une organisation sociale supra-spécifique ; ce mode d’organisation social est général, puisqu’il s’observe en Afrique de l’ouest, et de l’Est entre les mêmes groupes d’espèces qu’au Gabon, bien que différentes.

9Plusieurs questions se posent :

- Comment ce fait-il que ces espèces ne soient pas en concurrence ?

- Quel est donc le déterminisme de ces associations ? En d’autres termes : quels avantages les espèces participantes en tirent-elles ?

10Répondre à ces questions nécessitait de connaître les régimes alimentaires spécifiques, pour savoir si, à ce niveau, les espèces associées étaient ou non en concurrence. Annie travaillera sur ce problème pendant plusieurs années.

L’étude des régimes alimentaires

11Les observations directes, et l’examen de contenus stomacaux, montrent que toutes ces espèces sont à 80 % "frugivores". Elles ne se distinguent que sur des compléments alimentaires : les plus grosses espèces complètent leur régime par des feuilles ; les plus petites espèces, par des insectes. Les espèces associées sont donc bien en concurrence au niveau des ressources alimentaires. Elles trouvent donc un avantage d’un autre ordre en s’associant. Les études minutieuses de l’organisation spatio-temporelles des espèces démontrèrent que les associations constituent principalement une stratégie anti-prédatrice.

12L’analyse détaillée des régimes alimentaires spécifiques conduisit Annie vers une découverte majeure qui lui ouvrira d’autres perspectives : la saisonnalité de la production forestière en fruits, et leur consommation par les espèces de primates.

13La saisonnalité de la production — consommation des fruits. Il existe, même sous l’équateur, une variation saisonnière marquée de la consommation des fruits par les primates, en corrélation avec la production forestière.Les maxima ont lieu en saison des pluies, les minima en saison sèche. Les études d’Annie montrèrent en outre que les variations saisonnières affectent différemment les espèces et les sexes — ceci témoignant d’une stratégie différentielle, selon l’âge et le sexe dans la recherche des ressources.

14Les chercheurs de M’passa, travaillant sur les antilopes, les rongeurs et les oiseaux constatèrent que leurs animaux étaient aussi frugivores. La prise en compte de l’ensemble de cette communauté, et de son impact sur la forêt, permis d’accéder aux fonctionnements des écosystèmes forestiers.

Le fonctionnement des écosystèmes forestiers tropicaux — leur conservation

15Le minimum de production de fruits en saison sèche constitue une véritable pénurie. Seules quelques espèces végétales y fructifient. Au Gabon, c’est le cas des Myristicacées (la noix de muscade appartient à cette famille). La survie de la communauté de vertébrés dépend de la fructification de ces arbres. De ce constat est le né le concept de "Ressources clés", dont la disparition, par l’action de l’homme, menacerait l’existence des vertébrés. Ces derniers, en retour, jouent un rôle primordial dans la dispersion des graines, et donc dans la régénération de la forêt.

16Comme pour les associations poly-spécifiques, les variations saisonnières de la production et de la consommation des fruits s’observent dans toute l’Afrique tropicale. Toutefois, les espèces végétales clés diffèrent selon les régions. Toutes ces études nous ont conduits, à nous engager dans les programmes de conservation des écosystèmes forestiers tropicaux. Ce fut le cas avec les programmes européens ECOFAC, appliqués dans sept pays d’Afrique, Annie fut chargée de faire la synthèse de tous ces travaux par de multiples publications.

17 Mais un autre rebondissement se fit jour dans l’orientation de nos recherches, grâce à la rencontre avec Jonathan Kingdon.

La Biologie Evolutive – la phylogénie des cercopithecinés

18Jonathan Kingdon cherchait un modèle animal lui permettant de tester ses hypothèses sur l’évolution des colorations des pelages, particulièrement diversifiées chez les primates forestiers. Par l’intermédiaire de F. Bourlière, il prit contact avec nous en 1974. Ceci réorientera nos recherches vers la biologie évolutive. Un colloque international organisé à Paimpont en 1985 réunit 30 spécialistes de 8 pays. Neuf disciplines étaient représentées : Anatomie, Anthropologie, Biogéographie, Biologie évolutive, Biologie moléculaire, Ecologie, Ethologie, Paléontologie et Systématique. Annie, regroupa toutes les contributions, et assura en 1988 la publication d’un ouvrage, qui fit date par son contenu et les illustrations de Kingdon (Gautier-Hion et al. 1988). Nous retiendrons de cet ouvrage :

19- Que les cercopithèques actuels sont le fruit d’une évolution récente pendant le pléistocène, au gré des fluctuations climatiques de cette période ;
- Que les reconstructions phylogénétiques proposées, basées sur différents types de caractères reconnaissent d’un commun accord, que les cercopithèques se subdivisent en 2 groupes frères : les plus dérivées étant les formes arboricoles ; les plus archaïques étant les formes terrestres, avec à leur base le singe des marais (Allenopithecus nigroviridis).
- Qu’à côté de données nouvelles concernant leur écologie et leurs comportements sociaux, celles sur la reproduction, les cycles de renouvellement de mâles ("le male tenure") et les possibilités d’hybridation, corroborent les résultats phylétiques.

A primate radiation

A primate radiation

Phylogénie des cercopithecinés

20Les recensements menés dans sept pays d’Afrique Centrale sous l’égide d’ECOFAC ont permis à Annie Gautier-Hion de rédiger un guide des espèces qui y vivent (Gautier-Hion et al., 1999). Il débute par les descriptions des milieux colonisés. Il décrit ensuite les espèces présentes, leurs distributions géographiques, ainsi que leurs caractéristiques socio-écologiques, sous le titre "d’Histoire naturelle". Le CD joint à cet ouvrage permet d’identifier les espèces grâce à leurs vocalisations.

ECOFAC 1999

ECOFAC 1999

Histoire naturelle des primates d’Afrique Centrale

Le retour vers les gorilles

21Annie retourna à ses études initiales sur les gorilles en 1995, tant sur le plan scientifique que sur celui de la diffusion des connaissances.

22Les observations scientifiques : elles ont été effectuées par l’équipe de recherche, dirigée par Annie, sur les groupes de gorilles fréquentant régulièrement des clairières au nord du Congo. Ce "milieu ouvert", a permis d’obtenir plus de connaissances sur cette espèce que les observations préalables effectuées dans leur habitat de prédilection, la forêt. Les études portèrent sur la structure sociale, la dynamique des groupes, les relations intergroupes ; l’identification des individus et la génétique de la population. Cinq thèses, et 29 Publications couronnèrent dix années de suivi des groupes de gorilles visitant régulièrement ces espaces ouverts.

23La diffusion des connaissances vers le public : l’acquisition des connaissances sur les gorilles, ainsi que la réalisation de nombreuses photographies et de films constituaient un matériel conséquent permettant l’organisation d’expositions destinées au grand public sur cet animal mythique. Elles furent enrichies par les créations d’œuvres de grand format du peintre Catherine Fiault pour qui les multiples regards des gorilles fut source d’inspiration. Annie dirigea la conception et la réalisation de trois expositions : à Rennes en 2005, à l’espace des Sciences ; au palais de la Découverte à Paris, en 2007 ; à Dinard en 2008, au centre Culturel, sous le titre "Quel avenir pour les grands singes", posant ainsi le problème grave de leur conservation. Des primatologues de renom, ainsi que des personnalités engagées dans la conservation de ces espèces, animèrent un cycle de conférences associées à ces expositions. Ce fut le cas d’Annie Gautier-Hion elle-même, sur les gorilles de plaine, de Sandy Harcourt, sur les gorilles des montagnes, De Pascal Picq, du collège de France, d’Yves Coppens, et d’Emmanuelle Grudman sur les Orang outans.

24L’annonce du décès d’Annie Gautier-Hion, me valut d’innombrables messages de condoléances et de sympathie de la part de ses amis et de toute la communauté scientifique internationale, pour qui son travail scientifique avait valeur d’exemple. Parmi eux je retiendrai ceux de R. Vercauteren Drubbel, pour le groupe belge de primatologie : "The French primatology community recently lost one of its best contributors, taken away by the illness against which she was fighting…….", in(Primate Tidings, July 2011);de Claude Marcel et Annette Hladik, pour notre propre société : "Pour ce qui concerne le futur, les jeunes chercheurs en primatologie s’impliquent énormément dans les programmes de sauvegarde de la biodiversité et des aires protégées dont Annie Gautier-Hion avait favorisé le développement.. et l'implication de la primatologie dans une multitude de nouvelles directions qui apparaissent sur le site de notre société présage d’un avenir qu’Annie avait toujours souhaité" (Revue de primatologie, 2011) ; de Damien Caillaud, Thomas Struhsaker, John Oates, Elizabeth Williamson, Fiona Maisels, pour la communauté de nos collègues britanniques et américains : "Dr. Gautier-Hion was an outstanding scientist. We will remember her passion for African forests and their primates, and her dedication to their study and protection. Annie will be greatly missed by all who knew her” (Primate Conservation – 2011); de Jonathan Kingdon : "….For all those who knew and loved her there was much, much more – beauty, wit, warmth and fellowship – our hearts go out to Jean-Pierre and Nacha at this sad time. Farewell dear Annie".

25Que toutes et tous, ici soient remerciés.

Haut de page

Bibliographie

Gautier-Hion A, Bourlière F, Gautier J-P, Kingdon J (1988). A primate radiation : evolutionary biology of the African guenons. Cambridge University Press. 560 pages.

Gautier-Hion, A., Colyn M, Gautier J-P (1999). Histoire naturelle des primates d’Afrique Centrale. Ecofac editions. 162 pages.

Gautier-Hion A, Gautier J-P (1978). Le singe de Brazza : une stratégie originale. Z Tierpsychol, 46 : 84-104.

Haut de page

Notes

1  Hommage présenté à Grenoble, octobre 2011, à l’occasion du 24e Colloque de la SFDP

Haut de page

Table des illustrations

Titre A. G-H (1940-2011)
Légende Annie Gautier-Hion
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre A primate radiation
Légende Phylogénie des cercopithecinés
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre ECOFAC 1999
Légende Histoire naturelle des primates d’Afrique Centrale
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/1156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Gautier, « Hommage à Annie Gautier-Hion », Revue de primatologie [En ligne], 4 | 2012, document 13, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/1156 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.1156

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Gautier

jp.gautier410@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search