Navigation – Plan du site

AccueilVolumes5Résumés du 26e colloque de la SFD...Comment faire une « sociologie de...

Résumés du 26e colloque de la SFDP (Kinshasa, 4-11 Novembre, 2013)
16

Comment faire une « sociologie des singes » et une « éthique » de l’expérimentation animale ?

Sophie Gallino‑Visman

Résumé

Cette communication m’offre la possibilité d’exposer les avancées de ma thèse de sociologie à la Société Francophone De Primatologie, laquelle a soutenu le projet à travers la bourse tremplin en 2010. Dans un premier temps, j’aimerais pouvoir légitimer ma position de sociologue à étudier les singes de laboratoire – et autres primates non humains – et leurs rapports avec les hommes et les femmes qui travaillent dans le domaine de l’expérimentation animale. Cette légitimation se situe dans le cadre du désert théorique de ma discipline, laquelle ne possède pas, à ce jour, de champ propre à la question animale. Peut être est-ce dû au mépris pour cet objet d’étude, comme l’entendent beaucoup de philosophes. Pourtant, il me semble possible et nécessaire de créer une sociologie de la question animale qui, en plus d’inspirer tous les autres champs sociologiques, pourrait apporter un nouveau regard sur les animaux et servir aux autres disciplines. A noter qu’à l’appellation de « sociologie des études animale » nous pourrions préférer celui d’« anthropozoologie » ou encore « sociologie des singes » (pour Bruno Latour, Shirley Strum serait une « sociologue des singes », et les babouins qu’elle étudia, « des sociologues à fourrure ») car ce champ, en processus de construction, nous l’aurons compris, reste à être défini. Afin d’illustrer celui-ci, je dresserai, toujours dans le premier temps de ma présentation, un rapide état des lieux de la manière dont les sociologues, ou les socio-anthropologues, analysent ce nouvel objet – pour les sciences humaines – avec leurs propres outils. Il s’agit, donc, de montrer en quoi le sociologue est aussi légitime que l’éthologue, ou le zoologue, dans l’étude des animaux. Dans le second temps de ma communication, je m’attarderai sur la façon dont la morale ou l’éthique se conçoivent, et se vivent, dans l’expérimentation animale et semblent même en être les socles. Aussi, je tenterai d’expliquer pour quelles raisons, malgré les polémiques autour de ce sujet sensible, cette pratique peut être considérée comme étant éthique.

Haut de page

Historique

Présenté le 6/11/2013

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Gallino‑Visman, « Comment faire une « sociologie des singes » et une « éthique » de l’expérimentation animale ? », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 16, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/1401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.1401

Haut de page

Auteur

Sophie Gallino‑Visman

Laboratoire de Sociologie de Grenoble – « Emotion-Médiation-Culture-Connaissance » – Département de Sociologie – UFR SHS – Université Pierre-Mendès-France – Domaine universitaire – BP 47 – 38040 Grenoble cedex 9
Auteur pour la correspondance :
Sophie.Gallino-Visman@bvra.etu.upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search