Navigation – Plan du site

AccueilVolumes13Conferences en Primatologie - Rés...Résumés du 34ème colloque de la S...

Conferences en Primatologie - Résumés

Résumés du 34ème colloque de la Société francophone de primatologie (SFDP) – Dans la tête des primates, 5-7 octobre 2022, Université Aix-Marseille, France

Abstracts of the 34th conference of the SFDP – Inside the mind of primates, 5-7 October 2022, Aix-Marseille University, France

Notes de la rédaction

Les résumés sélectionnés ont été soumis à relecture critique par le Comité Scientifique du colloque SFDP 2022. Les résumés sont classés selon les thèmes abordés pendant le colloque, et au sein de chaque thème par ordre alphabétique selon le nom du premier auteur. Lorsqu'il y a plusieurs auteurs, celui dont le nom est souligné est l'intervenant (présentation orale ou poster) qui a communiqué.

Veuillez noter que certains résumés sont susceptibles de ne pas apparaître dans ce document lorsque les auteurs n’ont pas accepté sa publication sous ce format.

Texte intégral

SESSION 1 : COMMUNICATION ET LANGAGE

1Variation systématique dans l’ordre des cris d’une séquence vocale de salutation entre deux populations de chimpanzés
Cédric Girard-Buttoza,b,c, Tatiana Bortolatoa,b,c, Marion Laported,e, Mathilde Gramppa,b,c, Klaus Zuberbühlerf,g,h, Roman M. Wittiga,b,c, Catherine Crockforda,c
aThe Ape Social Mind Lab, Institut des Sciences Cognitives Marc Jeannerod, UMR 5229, CNRS, Lyon, France
bDepartment of Human Behavior, Ecology and Culture, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany
cTaï Chimpanzee Project, Centre Suisse de Recherches Scientifiques, Abidjan, Ivory Coast
dHistoire naturelle de l'Homme préhistorique, UMR 7194, PaleoFED, MNHN, France
eInstitut des Sciences du Calcul et des Données, Sorbonne Université, Paris, France
fUniversite de Neuchatel, Institut de Biologie, Cognition Compare, Neuchatel, Switzerland
gSchool of Psychology and Neuroscience, University of St Andrews, St Andrews, Scotland
hBudongo Conservation Field Station, Masindi, Uganda
Mots-clés : communication, apprentissage vocal, socialité, soumission, pant-hoot, pant-grunt
Résumé : Les primates apprennent très rarement de nouvelles vocalisations, mais ils peuvent apprendre à combiner certains types de cris pour former des séquences vocales. Ce type d’apprentissage est qualifié d’apprentissage d’utilisation et est un des fondements du langage humain. Ce phénomène reste cependant très peu étudié chez les primates non-humains. Nous avons examiné les capacités pour l’apprentissage d’utilisation chez les chimpanzés en comparant la structure d’une séquence vocale de salutation entre quatre communautés sauvages dans deux populations différentes à Taï et Budongo. Dans toutes les communautés, ces séquences vocales résultent de la combinaison d’un pant-hoot (un cri de contact longue-distance) et d’un pant-grunt (un cri de soumission). Néanmoins, l’ordre de ces deux types de cris diffère systématiquement entre les deux populations. Les chimpanzés de Taï débutent leurs salutations avec un pant-hoot alors que ceux de Budongo commencent avec un pant-grunt. Cette inversion dans l’ordre des cris n’est pas liée à une utilisation de cette séquence de salutation dans des contextes différents entre les deux populations. Après avoir considéré de nombreuses autres hypothèses alternatives, nous concluons que le taux bien plus élevé d’agressions intra-groupe à Budongo qu’à Tai a pu mener à un phénotype vocal local où les individus signalent la soumission en premier. Notre étude met en lumière à quel point les variations intra-espèce en terme de pressions sociales peuvent conduire à une flexibilité dans l’agencement des différents types de cris au sein des séquences vocales. Nous émettons l’hypothèse que cette flexibilité pourrait être permise par un apprentissage vocal d’utilisation.

2Comportements olfactifs chez les bonobos sauvages et captifs
Elisa Demurua,b, Clément Cornecb, Lindsay Neelb, Aourell Lanfreyb, Florence Levrérob
aDynamique Du Langage, CNRS-UMR 5596, Université de Lyon 2, Lyon, France
bENES Bioacoustics Research Laboratory, Université de Saint-Etienne, CRNL, CNRS UMR 5292, Inserm UMR_S 1028, Saint-Etienne, France
Mots-clés :
olfaction, communication, socio-sexualité, reproduction, Pan paniscus
Résumé :
La communication olfactive chez les singes de l'Ancien Monde et les grands singes a été négligée pendant des décennies car ceux-ci étaient considérés comme microsmatiques, c’est à dire ayant un odorat peu développé. En revanche, l'importance des odeurs corporelles a été démontrée à plusieurs reprises chez l'humain, notamment pour le choix du partenaire. Seule une étude récente en captivité a montré que les quatre espèces de grands singes utilisent fréquemment le sens de l’odorat dans divers contextes. Ici, nous nous intéressons aux comportements olfactifs des bonobos Pan paniscus aussi bien in situ (RD Congo) qu'en captivité (La Vallée des Singes, France). Tous les comportements de reniflement ont été recueillis à l'aide des méthodes d'échantillonnage Ad libitum ou All Occurrences, selon le site d'étude. D‘abord, nous confirmons in situ que les bonobos utilisent le sens de l’olfaction pour explorer leur environnement physique et social. Ensuite, nous avons étudié les facteurs sociaux qui influencent ces comportements de reniflement dirigé vers les congénères en captivité. Nous avons constaté que les femelles, et en particulier les femelles reproductrices, sont majoritairement la cible de ces comportements de reniflement. la zone anogénitale est reniflée uniquement chez les femelles reproductrices, et particulièrement lorsqu’elles sont en phase de gonflement maximal. Concernant les acteurs de ces reniflements, aucune différence concernant leur âge ou sexe n'a été trouvée. Notre étude préliminaire indique donc que l'olfaction chez les bonobos pourrait jouer un rôle non négligeable dans la prise d’information sur leur environnement et surtout dans le contexte reproductif et socio-sexuel.

3Acoustic analysis of vocal development in an old-world monkey the mandrill (Mandrillus sphinx)
Floriane Fourniera, Marie Charpentierb , Florence Levreroa
aENES Bioacoustics Research Laboratory, University of Saint-Etienne, CRNL, CNRS UMR 5292, Inserm UMR_S 1028, Saint-Etienne, France
bInstitute of Evolutionary Sciences of Montpellier (ISEM), Université de Montpellier, CNRS, IRD, EPHE, Montpellier, France
Keywords: vocalization types, acoustic structure, nonlinear phenomenon, vocal development
Abstract: The acoustic structure of vocalization types in nonhuman primates has been assumed to be largely fixed and genetically determined at birth or completed only at the early stage of the developmental period. Here we studied the vocal repertoire of a large population (N = 230) of mandrills (Mandrillus sphinx) habituated to human presence in Gabon, and specifically compared the acoustic structure of the crowing calls - a long-distance vocalization - from infancy to adulthood. First, we found that the vocal repertoire of mandrills is composed of eight vocalization types (NTotal = 3807 vocalizations) based on their acoustic structure (duration, fundamental frequency at the end, peak time, ascending and descending slope) and these vocalization types are context-, age- and sex-dependent. Second, we showed that the presence and the type of nonlinear phenomenon in crowing calls (N = 116) significantly change with the age of individuals. Deterministic chaos - a nonlinear phenomenon - is dominant and only present in unweaned mandrills whereas sexually mature individuals mostly produce tonal vocalizations. Last, we observed a behavioural change in crowing production with age. While adult mandrills spend most of their time on the ground, they seem to prefer producing the crowing calls from trees. This behaviour may optimize the sound propagation in dense forest. Our findings can be one of the rare pieces of evidence of a development of vocalization structure during ontogeny, and suggest a learning ability about the usage of a vocalization in an Old-World monkey.

4Complexité des séquences de salutations multimodales et multicomposantes chez les babouins de Guinée (Papio papio) et effets du contexte interactionnel
Lise Habib-Dassettoa, Océane Schottb, Alban Lemassonc, Cristel Portesd, Marie Montante
aUniversité de Rennes 1, Rennes, France
bUniversité de Caen, Caen, France
cUniversité de Rennes, CNRS, EthoS (Ethologie animale et humaine) UMR 6552, Paimpont, France
dAix Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage, UMR 7309, Aix-en-Provence, France
eAix Marseille Université, CNRS, Laboratoire de Psychologie Cognitive, UMR7290, Marseille, France
Mots-clés : communication, diversité, flexibilité, réseau social
Résumé : Afin de comprendre l’histoire évolutive du langage humain, de plus en plus d’études comparatives sont réalisées sur les systèmes de communication des primates non humains. Ces travaux, pour la plupart, ne prennent en compte les différents canaux de communication (vocalisations, gestes ou expressions faciales) que de façon indépendante. Il parait nécessaire d’intégrer la communication multimodale (signaux perçus sur plus d’un canal sensoriel) et multicomposante (association de différents types de signaux) à ces recherches pour mieux appréhender la complexité des systèmes de communication et leur évolution dans différents contextes environnementaux ou sociaux. Notre étude consistait à décrire les séquences multimodales/multicomposantes de salutations de 10 babouins de Guinée (Papio papio) et les effets des caractéristiques sociales et du contexte interactionnel sur la complexité de ces séquences. Nous avons répliqué des méthodes d’analyse de séquences, de clustering et de mesure de la complexité afin de définir, décrire et quantifier les séquences et les unités comportementales de tous types (signaux corporels, faciaux et vocaux) et de toutes modalités (visuelle, auditive et tactile) composant ces séquences. Nous avons pu décrire 108 séquences que nous avons regroupé en sept clusters. Nous avons montré une utilisation complexe (ni stéréotypée, ni aléatoire) des unités comportementales dans les séquences, influencée, notamment, par leur fréquence d’utilisation par les individus. En mesurant également le réseau social, nous avons montré des effets de la centralité et du sexe de l’émetteur sur la complexité des séquences. Nos résultats mettent en évidence la nécessité d’une approche multimodale/multicomposante dans la compréhension et la comparaison de la complexité des systèmes de communication.

5Towards building a large labeled and high-quality marmoset vocalizations dataset using Machine Learning approaches
Charly Lamothea,b, Manon Obligera, Thierry Artièresa,b, Pascal Belina,c
aUMR7289, Institut de Neurosciences de la Timone Aix Marseille Université, CNRS, Marseille, France
bUMR7020, Laboratoire d'Informatique et Systèmes Aix Marseille Université, Université de Toulon, CNRS, Toulon, France
cDépartement de Psychologie, Université de Montréal, Montreal, Canada
Keywords: marmoset, vocalization, database, machine learning, deep neural networks
Abstract:
There has been considerable interest recently in the common marmoset (Callithrix jacchus) as a neuroscientific model organism (Miller et al., 2016), and many attempts have been made to study and characterize the vocal repertoire of their vocalizations (Bezerra et al., 2008; Pistorio et al., 2006; Zhao et al., 2019). However, among the past and recent literature, the recording setups did not allow recording above a sampling rate of 48 kHz, nor labeling a sufficient number of vocalizations to leverage the use of DNNs-based analyses. In this work, we are interested in building and analyzing a large labeled and high-quality marmoset vocalizations dataset. We have already acquired and segmented over 200 000 vocalizations with a sampling rate of 96 kHz, from the stabulation room which contains 3 cages (about 20 marmosets), that we're currently labeling. First, time-frequency representations were computed for each sample. The among of data being too gigantic for manual labeling, we are in parallel exploring unsupervised and semi-supervised learning strategies to explore the manifold of the vocalization space and label the vocalization type. We then split automatically the vocalization samples with a continuous element segmentation algorithm using the vocalization segmentation (Sainburg et al., 2020). From these segmented vocalizations, we estimated high-level representations of Marmoset vocalizations using Deep Neural Networks (Sainburg et al., 2021). These representations were subsequently treated as points in a feature space using a dimensionality reduction algorithm (McInnes et al., 2018). We visually inspected the learned space, which provides a meaningful, topologically organized description of each sound, and reveals clusters of vocalization types as well as a continuum of changes between two types.

L'importance de la fréquence fondamentale dans la communication vocale des chimpanzés
Marion Laportea,b, Louis-Jean Boëb,c, Nicolas Audebertd
aUMR 7194, PaleoFED, MNHN, Paris, France
bInstitut des Sciences du Calcul et des Données, Sorbonne Université, Paris, France
cGIPSA Lab, CNRS, Grenoble, France
d
CEDRIC (EA4629), Conservatoire National des Arts et Métiers, HESAM Université, Paris, France
Mots-clés :
chimpanzés, répertoire vocal, fréquence fondamentale, classification supervisée et non supervisée
Résumé :
Plusieurs espèces de primates ont la capacité de produire des vocalisations semblables à des voyelles, malgré un larynx haut. Comme beaucoup de ces primates vivent dans des environnements où la visibilité est faible et où ils doivent communiquer sur de longues distances, leurs signaux vocaux impliquent une haute intensité associée à des fréquences fondamentales (f0) élevées qui ne permettent pas toujours de déterminer les formants. C'est le cas des chimpanzés. Alors que leur répertoire vocal a été largement étudié, aucune étude ne s'est penchée sur la modulation de la f0 et sur son importance. Pour cela, nous déterminons un espace vocal grâce à N = +6000 unités vocales par des approches différentes mais complémentaires en utilisant : la modulation de la f0, les MFCC utilisés dans la reconnaissance de la parole humaine et les CNN 2D utilisés pour la classification d'images. Nous avons testé à la fois des méthodes de classification supervisées (SVM) et un réseau neuronal auto-encodeur pour la classification non supervisée qui ne repose pas sur une classification manuelle a priori et permet d'identifier des modèles sans biais humain (t-SNE). Nos résultats montrent que la modulation de la f0 est un facteur important de différenciation des vocalisations et que l’approche CNN 2D permet d’affiner. Nous présentons un clustering fourni par la visualisation t-SNE qui permet de mieux comprendre les liens entre les différentes vocalisations et l'importance de leur gradation. Ces résultats et l'importance de la modulation f0 dans la communication vocale des chimpanzés sont discutés dans une perspective évolutive.

6Combinatoire chez le chimpanzé, le cas d’une structure proto-syntactique compositionnelle ?
Maël Lerouxa,b,c, Anne M. Scheld, Claudia Wilkea,b,c, Bosco Chandiab, Klaus Zuberbülherb,c,e,f, Katie E. Slocombeg, Simon W. Townsenda,c,h
aDepartment of Comparative Linguistics, University of Zürich, Zürich, Switzerland
bBudongo Conservation Field Station, Masindi, Uganda
cCenter for the Interdisciplinary Study of Language Evolution (ISLE), University of Zürich, Zürich, Switzerland
dAnimal Behaviour and Cognition, Utrecht University, Utrecht, Netherlands
eDepartment of Comparative Cognition, University of Neuchâtel, Neuchâtel, Switzerland
fSchool of Psychology and Neuroscience, University of St Andrews, St Andrews, UK
gDepartment of Psychology, University of York, York, UK
hDepartment of Psychology, University of Warwick, Warwick, UK
Mots-clés : syntaxe, évolution du langage, grands singes, Pan troglodytes, communication vocale.
Résumé : La syntaxe est considérée comme une caractéristique clé distinguant le langage d’autres systèmes de communication. Cependant, de récentes données expérimentales démontrant une structuration proto-syntactique des cris chez les singes suggèrent que la syntaxe pourrait être évolutivement plus ancienne. Des données similaires chez les grands singes, nos plus proches cousins, sont essentielles pour le confirmer. Bien que les capacités combinatoires des grands singes soient documentées, il n’y a, à ce jour, pas d’expérimentation permettant de valider la nature proto-syntactique de ces combinaisons. Dans cette étude, nous validons expérimentalement la présence de proto-syntaxe chez les chimpanzés sauvages. Les chimpanzés produisent des « alarm-hoos » lorsque surpris ou effrayés et des « waa-barks » pour recruter des conspécifiques lors d’agressions ou de chasses. Des observations anecdotiques suggèrent que les chimpanzés combinent ces deux vocalisations lorsque, isolés, ils rencontrent un serpent. En menant des expériences de présentations de serpents, nous avons i) confirmé que les combinaisons étaient produites davantage lorsque d’autres individus étaient potentiellement recrutables et ii) démontré que plus d’individus rejoignaient le sujet lorsque ce dernier produisait cette combinaison. Enfin, pour vérifier la nature proto-syntactique de cette structure, nous avons mené des expériences de repasse. Les repasses de combinaisons ont généré les plus fortes réponses comparées aux deux vocalisations produites indépendamment. Nous concluons que cette combinaison représente une structure proto-syntactique compositionnelle, où la signification de la séquence est dérivée de celle des unités la composant. Notre travail indique que la syntaxe était potentiellement déjà présente chez notre dernier ancêtre commun avec les chimpanzés.

7Cognition comparée chez le primate et évolution du langage
Anne Reboul
Aix-Marseille Université, CNRS, LPC, Marseille, France
Mots-clés :
cognition comparée, communication, sensibilité au contexte, combinaire, multi-modalité, évolution du langage
Résumé : Je vais passer en revue rapidement les difficultés auxquelles se heurtent les recherches sur l’évolution du langage et les apports de la psychologie comparée. Un des problèmes majeurs de l’évolution du langage est que le langage ne se fossilise pas, ce qui rend difficile de dater son apparition dans la lignée homo. Cependant, des capacités liées au langage ou à son usage dans la communication peuvent être mises en évidence chez des primates non humains, permettant de dater leur apparition via les séparations entre les différentes lignées de primates. Par ailleurs, les données de la primatologie peuvent permettre de falsifier certaines théories (comme celle de Lieberman). La psychologie comparée peut donc avoir deux apports : fixer la chronologie et falsifier des théories. Une des grandes déceptions des Animal Language Programs a été l’absence de toute syntaxe et la pauvreté combinatoire des productions des grands primates engagés dans ces programmes. Ces résultats semblaient justifier un certain pessimisme quant aux capacités combinatoires, syntaxiques ou sémantiques, des espèces concernées. Ce pessimisme doit cependant être nuancé : d’une part, les programmes utilisaient des modes de communication (langage des signes, pictogrammes, etc.) qui sont peu écologiques ; d’autre part, les études récentes des systèmes de communication des primates non-humains montrent que ces systèmes sont fondamentalement multi-modaux, utilisant le geste et les vocalisations, ce qui suggère que c’est peut-être là qu’il faut chercher l’émergence d’une combinatoire et d’une complexité communicationnelle non-linguistique. Enfin des travaux récents ont montré que, contrairement à l’idée reçue selon laquelle les systèmes de communication des primates non humains sont purement codiques, ces systèmes ont un degré de flexibilité sémantique et une sensibilité au contexte, deux caractéristiques centrales de la communication linguistique humaine.

SESSION 2 : COGNITION

8Influence maternelle et héritabilité de la latéralité manuelle chez les babouins olives (Papio anubis)
Bérénice Ambiellea,b, Siham Bouzianeb, Grégoire Boulinguez-Ambroiseb, Adrien Meguerditchianb
aUniversité de Strasbourg, Strasbourg, France
b Aix-Marseille Université, CNRS, LPC, Marseille, France
Mots-clés : babouin, héritabilité, langage, latéralité, maternel
Résumé : Des études montrent que les préférences manuelles sont associées à une latéralisation cérébrale dans l’espèce humaine et plus récemment chez les primates non-humains. Alors que des facteurs à la fois génétiques et environnementaux ont été suggérés pour expliquer leur émergence, cette question reste ouverte. Nous avons testé l’influence maternelle et l’héritabilité de cette latéralité à travers l’étude de 61 babouins olive composés de 24 mères, 7 pères, et 30 de leurs enfants. Nous nous attendions à observer une corrélation entre préférences manuelles des jeunes et facteurs génétiques et/ou apprentissage/imitation des comportements maternels. La latéralité manuelle des parents et de leur progéniture a été mesurée via une tâche de coordination bimanuelle (i.e., la tâche du tube) ainsi que des observations de comportements manuels spontanés (gestes communicatifs), et ce, dès l’âge de 6 mois chez les juvéniles puis à plusieurs stades de développement. Comme indice environnemental précoce, nous avons pris en compte le côté (droit ou gauche) que les mères préfèrent pour porter leur bébé. Cet indice de portage se base sur les utilisations totales des bras gauche et droit. Aucune corrélation n’a été mise en évidence entre les petits et leurs parents sur l’ensemble des comportements latéralisés mesurés. Ce résultat contraste avec une étude précédente qui avait montré un effet du biais de portage maternel sur les toutes premières mesures de latéralité manuelle des bébés avant l’âge de 4 mois pour des tâches de saisie simple d’objet. La disparition de cet effet pour des tâches manuelles plus complexes dès 6 mois pourrait s’expliquer par une diminution de la dépendance du jeune vis-à-vis de sa mère au cours du développement. Nous discuterons des facteurs environnementaux et/ou maturationnels potentiels qui pourraient participer au développement d’une latéralité indépendante des facteurs maternels précoces.

9Discrimination apparence-réalité chez deux espèces de primates non-humains
Alice Beauda,b, Hélène Meuniera,b
aLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, UMR 7364, Université de Strasbourg,
Strasbourg, France

bCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
Mots-clés : cognition, perception, illusion, macaque, capucin
Résumé : La perception visuelle permet de recevoir une multitude d’informations sur notre environnement physique et social. La plupart du temps, la réalité est conforme à ce que l’on perçoit. Cependant, à l’instar des humains, les primates non-humains peuvent être confrontés à des illusions d’optique, potentiellement désavantageuses dans un contexte de prédation ou de fourragement. L’objectif de cette recherche est de comprendre si deux espèces de primates non-humains, le macaque de Tonkean et le capucin brun, possèdent la capacité de distinguer l’apparence de la réalité dans le cadre d’une illusion de taille. Face à deux cubes qui ne diffèrent que par leur taille, placés derrière des lentilles grossissantes, rétrécissantes ou non déformantes, les individus sont testés sur leur capacité à choisir le cube de taille réelle la plus grande. Les trois lentilles aux propriétés différentes sont identifiables par les individus et sont présentées deux à deux. Elles sont associées à sept tailles de cubes différentes pour former des illusions où les différences de tailles relatives ou absolues changent. Le protocole d’apprentissage des propriétés des lentilles est inédit, se découpe en plusieurs phases, et permet d’éliminer différents mécanismes d’apprentissages alternatifs possibles présents dans de précédentes études. Nos résultats permettront ainsi de conclure de manière plus fiable quant à la présence ou l’absence de cette capacité à distinguer l’apparence de la réalité chez les deux espèces testées.

10Développement longitudinal de la spécialisation hémisphérique chez le babouin nouveau-né : une étude IRM anatomique de l’asymétrie des sillons
Siham Bouzianea,c, Kep Kee Loha,b,d, Yannick Beckera , Julien Seinb, Olivier Coulonb,d, Lionel Vellyb, Luc Renaudb, & Adrien Meguerditchiana,c,d
aLaboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS, Aix-Marseille Université, Marseille, France
bInstitut de Neurosciences de la Timone, CNRS, Aix-Marseille Université, Marseille, France
cStation de Primatologie CNRS, Rousset-sur-Arc, France
dInstitute for Language Communication and the Brain, Aix-Marseille Université, France
Mots-clés : primates, préférences manuelles, langage, IRM anatomique, spécialisation hémisphérique
Résumé : Les asymétries cérébrales entre les deux hémisphères - appelées « spécialisations hémisphériques » - constituent l’une des caractéristiques majeures de l’organisation cérébrale des animaux. Dans l’espèce humaine, certaines fonctions leurs sont directement associées comme le langage ou encore les préférences manuelles, en lien notamment avec des asymétries anatomiques interhémisphériques le long de trois sillons : le sillon arqué inférieur, le sillon temporal supérieur et le sillon central. L’émergence de telles asymétries au cours du développement cérébral reste peu documentée, en raison des difficultés à réaliser des études longitudinales IRM chez les jeunes enfants. Dans la présente étude IRM anatomique in vivo menée sur 15 babouins nouveau-nés (Papio anubis), nous avons suivi le développement longitudinal des asymétries de profondeur sulcale le long de ces trois sillons, et ce, à trois stades de développement (t0 : 5 jours à 2 mois ; t1 : 9 à 10 mois ; t2 : 2 ans). Les images IRM cérébrales T1weighted et T2weighted ont été acquises au centre IRM de l’Institut des Neurosciences de la Timone à Marseille, segmentées automatiquement via MACAPYPE et manuellement via ITK-SNAP, puis implémentées dans le pipeline BRAINVISA afin d’en extraire les sillons et leurs mesures de profondeur. Les résultats obtenus montrent que ces trois sillons présentent des asymétries interhémisphériques dès le plus jeune âge, qui varient peu au cours du développement. Cette étude décrit pour la première fois l’émergence de marqueurs neuroanatomiques clés de la spécialisation hémisphérique chez le primate et questionne donc le développement des fonctions cognitives qui leur sont associées.

11Evaluation de la métacognition chez le capucin brun (Sapajus apella) via la persistance
Tony Calmettea,b, Hélène Meuniera,b
aCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
bLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, UMR 7364, CNRS et Université de Strasbourg, Strasbourg, France
Mots-clés : métacognition, persistance, capucin brun, éthologie cognitive
Résumé : La métacognition, notamment définie comme la capacité à surveiller ses propres états mentaux (p. ex., je sais ce que je sais), est une composante cruciale de la conscience de soi chez l’humain. A l’aide de paradigmes expérimentaux non verbaux impliquant entre autres la recherche d’information et la possibilité de refuser un essai, l’existence de capacités métacognitives a également été étudiée en dehors de l’humain. Si plusieurs espèces de primates non-humains ont passé avec succès ces tests, le cas du capucin brun (Sapajus apella) reste énigmatique. En effet, malgré les capacités cognitives complexes qui lui sont généralement attribuées, les études de métacognition chez le capucin brun rapportent souvent des résultats négatifs. L’objectif du présent travail est de tester l’existence de capacités métacognitives chez le capucin brun via un nouveau paradigme expérimental, adapté d’une récente étude chez l’enfant et inédit chez le primate non-humain. Pour cela, le sujet est tout d’abord entraîné à récupérer une récompense alimentaire cachée dans une des deux boîtes qui lui sont présentées. Une fois la tâche comprise, un délai est introduit, durant lequel l’expérimentateur retire subrepticement la récompense. Le sujet choisit ensuite l’une des deux boîtes et la durée pendant laquelle il persiste à rechercher la récompense est mesurée. Si le sujet possède des capacités métacognitives, il devrait alors persister davantage après un choix correct. L’étude est en cours au moment où ces lignes sont écrites. Les résultats seront analysés et discutés au regard des connaissances actuelles.

12Du beurre pour le cerveau des bébés ? Effets d’une nutrition à base de matière grasse laitière sur les fonctions cognitives au cours du développement chez Microcebus murinus
Yohann Chaudrona, Mohammed Taouisb, Constance Boyerc, Fabien Pifferia
aUMR CNRS/MNHN 7179, Brunoy France
bUMR 9197 CNRS/Institut NeuroPSI, Saclay France
cCNIEL, Paris, France
Mots-clés : cognition, croissance, lipides, nouveau-nés, nutrition, psychomoteur
Résumé : Le lait constitue le premier apport alimentaire des nouveau-nés et demeure l’aliment principal et presque exclusif jusqu’au sevrage. Il est l’aliment le plus adapté et le plus équilibré nutritionnellement au regard des besoins du nourrisson. En particulier, le lait présente un profil lipidique unique dont l’impact sur les fonctions cognitives n’a pas encore été documenté chez les primates non humains. Le microcèbe gris, Microcebus murinus, petit primate lémuriforme endémique de Madagascar, est un modèle primate intéressant pour les études nutritionnelles de par son caractère omnivore et sa facilité d’élevage. Afin de tester l’impact des lipides laitiers sur les fonctions cognitives au cours du développement, nous avons mis en place deux régimes expérimentaux, l’un à base de matières grasses laitières et l’autre à base de matières grasses végétales (n=12 animaux/groupe). Pour cette étude nous avons développé une nouvelle batterie de tests adaptés aux nouveau-nés et inspirés des tests de Fox afin d’évaluer les fonctions cognitives et psychomotrices au cours des stades précoces de la croissance (dès 8 jours), avec un suivi jusqu’à l’âge adulte (15 mois). A l’issue du suivi, des méthodes d’imagerie cérébrale permettront d’établir des corrélats anatomiques avec les résultats aux tests cognitifs. Nos résultats montrent que les lipides laitiers impactent favorablement la cognition des juvéniles sur l’ensemble des tests conçus, et ce dès les 8 premiers jours, par rapport aux lipides végétaux. Des dosages de biomarqueurs plasmatiques chez ces individus nous permettront de vérifier plusieurs hypothèses mécanistiques expliquant ces effets, en particulier une régulation épigénétique par les microARN.

13Effet de magnitude lumino-spatiale chez le babouin Papio papio
Laure Deynaa, Joel Fagotbc, Isabelle Dautricheb , Adrien Meguerditchian bc, Konstantina Margiotoudi bc
aUniversité Nice Côte d’Azur, Nice, France
bLaboratoire de Psychologie Cognitive,Aix-Marseille University, CNRS, Marseille, France
cStation de Primatologie-Celphedia, CNRS, Rousset-sur-Arc, France
Keywords : babouins, luminosité, position gauche-droite, quantités
Abstract : Chez l’espèce humaine, un effet de magnitude gauche/droite a été rapporté pour les nombres, la taille des objets, l’intensité sonore et l’intensité lumineuse : les participant.e.s associent plus rapidement les petites quantités à l’espace situé à gauche de leur corps, et les grandes quantités à l’espace situé à droite. L’association entre luminosité et position spatiale gauche/droite (faible intensité à gauche, forte intensité à droite) a également été observée chez des poussins, ce qui montre qu’il ne peut pas être totalement attribué aux habitudes d’écriture et de lecture des cultures occidentales humaines. Nous avons recherché ce même effet d’association lumino-spatiale chez des babouins (N=23, Papio papio). Pour cela, nous avons utilisé une tâche d’appariement (matching-to-sample) sur écran tactile en libre-accès au cours de laquelle les sujets devaient apparier les stimuli en fonction de leur luminosité. Pour onze babouins, les stimuli à forte luminosité étaient présentés sur la gauche de l’écran, et ceux à faible luminosité étaient présentés sur la droite. Le positionnement spatial de ces stimuli était inversé pour les autres sujets. L’analyse des temps de réponse n'a montré aucune différence significative entre les deux groupes et ne nous permet pas de conclure à une association spontanée entre magnitude et position dans l’espace chez les babouins Papio papio. Ces résultats pourraient être expliqués par le surentrainement de nos sujets aux taches visuelles.

14L’aptitude au marchandage dans l’échange chez les singes et les grands singes
Valérie Dufour, Bernard Thierry
UMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements, CNRS-Université de Tours-IFCE, Nouzilly, France
Mots-clés : négociation, primates, cognition, échange, commerce
Résumé : Lors d’une transaction économique les individus évaluent les coûts et bénéfices associés et ont la possibilité de réviser leurs choix afin d’optimiser leur satisfaction. Cela peut parfois faire intervenir du marchandage. Lorsqu’un acheteur montre une forte motivation pour acquérir un bien, par exemple, le vendeur a la possibilité de faire monter le prix. Nous avons évalué la capacité de trois macaques de Tonkean (Macaca tonkeana), sept capucins bruns (Sapajus apella), trois chimpanzés (Pan troglodytes) et un gorille (Gorilla gorilla) à faire monter le prix d’un objet pour le vendre plus cher que son prix initial à un expérimentateur acheteur. Pour cela, les sujets (vendeurs) avaient à leur disposition deux types d’objets qu’ils pouvaient échanger avec l’acheteur contre une récompense. L’un des objets, dit « négociable », était fortement désiré par l’acheteur qui augmentait son offre (le nombre de récompenses) si le vendeur refusait de le céder après trois requêtes. L’autre objet, dit objet contrôle, n’était échangeable qu’à la valeur initiale. Etant moins désiré par l’acheteur, cet objet n’entrainait jamais d’augmentation de l’offre. Les résultats montrent que tous les sujets ont eu l’opportunité d’optimiser leurs gains en refusant plusieurs fois d’échanger les objets. Cependant, seul le gorille a utilisé des stratégies de réponse différentes en fonction du type d’objet. Ces résultats indiquent que même si elle est rare, l’aptitude à tenir compte des motivations d’un partenaire acheteur et à exploiter cette motivation pour optimiser sa propre satisfaction est bien présente chez au moins une espèce de grand singe.

15Reconnaissance intermodale d’objets (haptique/visuelle) chez le babouin olive
Salomé Fazia,b, Anne Reboula,b,e, Hélène Meunier c,d , Marie Montanta, b, e
aLaboratoire de Psychologie Cognitive, Aix-Marseille Université, Marseille, France
bStation de Primatologie, Rousset-sur-Arc, France
cLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, France
dCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
eInstitute for Language, Communication and the Brain, Marseille, France
Mots-clés :
transfert intermodal, toucher, vue, forme, perception, représentation
Résumé :
Le transfert intermodal est l’opération cognitive par laquelle les caractéristiques d’un objet perçu au moyen d’une modalité sensorielle sont extraites de manière à reconnaître ce même objet perçu plus tard au moyen d’une seconde modalité sensorielle. Cette reconnaissance repose sur l’existence de propriétés partagées par les modalités considérées, ici haptique et visuelle, telles que la forme ou la taille de l’objet. D’après la littérature, ce type de transfert existe chez l’humain et certains grands singes, mais les données relatives aux Cercopithécoïdes quant à cette même capacité restent peu concluantes. La présente étude s’intéresse pour la première fois à cette faculté chez des babouins olive (Papio anubis), à la station de primatologie de Rousset, grâce à la mise en place d’une tâche consistant à explorer bimanuellement un objet placé dans une boîte opaque, pour ensuite le reconnaître parmi deux objets présentés visuellement (par pointage). Les données préliminaires montrent que cette reconnaissance intermodale est possible chez le babouin olive, à condition d’entraîner les individus à l’exploration haptique et au pointage, avec au préalable l’utilisation d’une boîte transparente et divers objets. Ces données d’entraînement ont également été relevées et analysées sous forme de scores et de courbes d’apprentissage afin de les mettre en lien avec les performances des individus lors de la phase de test. Une fois cette étude terminée, nous projetons de tester d’autres espèces de primates Cercopithécoïdes à l’anatomie et aux écologies différentes avec le même dispositif afin de voir l’influence de ces facteurs sur leur capacité de transfert intermodal.

16Une voie vers l'évolution de la coopération humaine : des primates peuvent apprendre à être prosociaux et à coopérer
Anthony Formauxa, b, Thomas Augierc, Maud De Saint Seined, Joel Fagota, b, e, Nicolas Claidièrea, b,e
aLaboratoire de Psychologie Cognitive, UMR 7290, Université Aix-Marseille/CNRS, Marseille, France
bStation de Primatologie-Celphedia, CNRS UAR 846, Rousset-sur-Arc, France
cUniversité Paul Sabatier Toulouse III
dUniversité de Limoges
eInstitute for Language, Communication and the Brain, Université Aix-Marseille, CNRS, Aix-en-Provence, France
Mots-clés :
cognition sociale du primate, comportements prosociaux, évolution de la coopération, choix du partenaire
Résumé :
Aider, partager, prendre soin de l’autre sont des exemples de comportements coopératifs omniprésents chez l’être humain. Chez le primate non-humain, on retrouve de tels comportements mais ceux-ci sont moins nombreux et font l’objet de controverses. Notamment, les conditions d’émergence et de maintien de ces comportements prosociaux sont mal connues. Les résultats des études qui s’y intéressent sont souvent contradictoires et présentent une méthodologie variée, avec peu d’individus testés, peu d’essais réalisés, et de faibles tailles d’effets. Nous montrons ici que des babouins de Guinée (Papio papio) en groupe ont développé des comportements coopératifs robustes et stables dans une tâche prosociale. Un dispositif automatisé s-ALDM (social Automated Learning Device for Monkeys) a permis de tester les capacités coopératives de paires d’individus en leur laissant le choix du partenaire. Dans cette tâche, deux objets étaient présentés sur un écran tactile à un singe acteur, et nous avons constaté que 8 singes sur 18 préféraient significativement faire un choix prosocial récompensant leur partenaire et eux-mêmes (1/1), plutôt plus qu'un choix égoïste qui ne récompensait qu'eux-mêmes (1/0), avec une taille d’effet élevée. Ce phénomène n'a pas été constaté dans la phase de contrôle sans partenaire.

17Flexibilité cognitive et socialité chez le babouin de Guinée (Papio papio)
Julie Gullstranda,b, Nicolas Claidierea,b, Joël Fagota,b
aLaboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS UMR 7290, Aix-Marseille Université, Marseille, France
bStation de Primatologie, Rousset-sur-Arc, France
Mots-clés : cognition, socialité, persévération, latence d’apprentissage, rang hiérarchique, centralité
Résumé :
La flexibilité cognitive est une fonction exécutive permettant de basculer son attention et de passer d’une tâche à une autre. Elle permet l’adaptation aux changements de l’environnement (physique ou social). Dans une étude antérieure, nous avons testé la flexibilité cognitive d’une troupe de babouins de Guinée (Papio papio) en utilisant une adaptation du « Wisconsin Card Sorting Test » présentée sur des systèmes de conditionnement opérant ALDM (Automated Learning Device for Monkeys) en libre accès. Cette étude a montré des effets d’âge, avec des performances en développement chez les jeunes, optimales chez les adultes, déclinant déjà chez les sujets d’âge mûr, et altérées chez les plus âgés. Dans cet exposé, je présenterai un autre volet de cette étude qui consiste à rechercher les liens éventuels entre les performances individuelles dans le test de flexibilité cognitive et le comportement social. Nous avons ainsi analysé les cas de supplantations et de co-présence en situation de test dans les systèmes ALDM pour en inférer les rangs hiérarchiques (supplantations) et le positionnement social (coprésence) de chaque individu dans son groupe (N= 18). Nous présenterons les résultats d’analyses montrant une corrélation positive entre le positionnement des individus au sein de leur réseau social et leur flexibilité cognitive telle que mesurée dans nos tests.

18Perception d’autrui comme une menace au sein du genre Macaca
Mathieu Legranda,b, Héléne Meuniera,b, Sébastien Ballestaa,b
aLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, France
bCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
Mots-clés : digit-tracking, macaques, contact oculaire, toilettage, tolérance sociale
Résumé :
Contrairement aux macaques rhésus (Macaca mulatta) qui entretiennent des liens de dominance forts et asymétriques, les macaques de Tonkean (M. tonkeana) sont socialement plus tolérants et égalitaires. En comparant les dynamiques de toilettage social de ces deux espèces, nous avons observé que macaques rhésus passent plus de temps à épouiller le dos de leurs congénères que les macaques de Tonkean. Chez les primates, le contact oculaire permet aux individus d’entrer en contact affiliatif avec leurs congénères mais peut aussi présenter le risque que cette interaction soit considérée comme une défiance pouvant aboutir à un conflit social. Nous posons l’hypothèse que des différences de traitement de l’information sociale entre ces deux espèces pourraient être à l’origine des différences comportementales observées lors de l’épouillage. Plus précisément la prise en compte d’autrui comme une menace potentielle serait d’avantage marquée chez les macaques les plus intolérants. Ces individus préféreraient éviter d’établir des contacts oculaires lors des interactions sociales. Afin de tester cette hypothèse, nous avons mis en place un protocole de digit-tracking nous permettant de mesurer, à l’instar de l’eye-tracking, les dynamiques d’exploration des visages de congénères (en particulier le temps passé à explorer la zone des yeux) présentés en photo sur un écran pendant cinq secondes. Nous avons proposé cette expérience à deux groupes multimâles-multifemelles de M. mulatta (N=18) et M. tonkeana (N=29). Les différences comportementales sont aussi analysées à la lumière des relations sociales préexistantes entre les individus.

19Apprentissage implicite et explicite de séquences : procédure de dissociation de processus chez des adultes humains et des babouins de Guinée (Papio papio)
Raphaëlle Malassisa,b, Joël Fagotc, Amanda M. Seedd, Dezső Nemethb,e,f
aLaboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique, CNRS UMR-8554, Ecole Normale Supérieure (ENS-PSL), Paris, France
bLyon Neuroscience Research Center (CRNL), INSERM U1028, CNRS UMR5292, Université de Lyon 1, Université de Lyon, Lyon, France
cLaboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS UMR-7290, Université Aix-Marseille, Marseille, France
dSchool of Psychology and Neuroscience, St Andrews University, St Andrews, Scotland
eInstitute of Psychology, ELTE Eötvös Loránd University, Budapest, Hungary
fBrain, Memory and Language Research Group, Institute of Cognitive Neuroscience and Psychology, Research Centre for Natural Sciences, Budapest, Hungary
Mots-clés : conscience, apprentissage, mémoire, serial reaction time task
Résumé :
Deux grandes formes d'apprentissage peuvent être distinguées en psychologie humaine : l'apprentissage implicite, donnant lieu à des connaissances non-conscientes, et l'apprentissage explicite, qui donne lieu à des connaissances conscientes. L'hypothèse d'une distinction similaire chez d'autres espèces n'a été que peu explorée à ce jour. Je présenterai une tâche dérivée de la Procédure de Dissociation de Processus (PDP ; Jacoby, 1991), dans laquelle un apprentissage explicite est mis en évidence lorsque les participants peuvent contrôler la production du comportement appris (i.e. le reproduire ou ne pas le reproduire). L’objectif de cette étude était de tester une version de cette tâche que nous avons cherché à adapter aux primates non-humains. Les participants ont d'abord appris des séquences dans une tâche de suivi de cible sur écran tactile. Ils étaient ensuite testés dans deux conditions PDP : l'une dans laquelle ils devaient reproduire les séquences apprises, et l'autre dans laquelle ils devaient s'empêcher de les reproduire. Les résultats de notre expérience chez des participants humains (n = 32) répliquent ceux de la littérature : les participants ayant conscience des séquences apprises sont capables de les reproduire comme d'éviter de les reproduire ; tandis que les autres tendent à les reproduire quelque-soit la condition PDP. Les résultats préliminaires d'une expérience réalisée chez des babouins de Guinée (Papio papio, n = 8) suggèrent que, dans certains cas, ceux-ci sont capables d'appliquer les deux conditions PDP. Ces données ouvrent la voie à une approche comparative pour mieux comprendre les conditions d'émergence, les mécanismes et les fonctions des apprentissages implicites et explicites.

20The application of deep learning to the study of gibbons’ facial gestures
Camilla Mancassolaa, Filippo Carugatia, Olivier Friarda, Chiara De Gregorioa, Brice Lefauxb, Marco Gambaa
aUniversity of Turin, Turin, Italy
bZoological and Botanical Park of Mulhouse, Mulhouse, France
Keywords: facial gestures, deep learning, gibbon
Abstract:
Zoological parks are ideal places to experiment and develop new methodologies that can be used on a larger scale. This is the case with algorithms that can map a facial expression in species other than ours. We evaluated the application of a straight-on-the-edge methodology of movement detection, based on deep learning algorithms, in nonhuman primate facial gestures. We collected 22 hours of video recordings from three species of captive crested gibbons (Nomascus gabriellae, Nomascus siki and Nomascus leucogenys) hosted at the Mulhouse Zoo. Using clips framing gibbons' faces as inputs, we trained a neural network on the software DeepLabCut. This allowed us to develop a model that recognizes a custom set of key points marking the primary muscles involved in facial movements. This model quantitatively estimated gibbons’ facial configurations by extracting each key-point coordinate for each frame, expressed as matrices of the normalized distances across the marked points. Further analyses such as cluster analyses will be conducted to group the primary facial gestures according to differences in facial configurations. In conclusion, this methodology can contribute to developing a new quantitative approach to describing facial movements in animals and pave the way for the automatic recognition of primate faces.

21Causal perception in Papio papio: Discrimination and categorisation of Michottean launches
Floor Meewisa,b, Joël Fagota,b, Nicolas Claidièrea,b, Isabelle Dautrichea,b
aAix Marseille Université, CNRS, LPC, Marseille, France
bStation de Primatologie-Celphedia, CNRS UAR 846, Rousset-sur-Arc, France
Keywords: causality, perception, Guinea baboon, Michotte’s launching effect, event cognition, categorisation
Abstract :
In humans, simple 2D visual displays of geometric shapes can evoke high-level percepts such as causality. In particular, when object A moves into a stationary object B, and if B starts moving as soon as A stops (a launching event), people infer that A caused B to move. A rich body of literature since Michotte’s seminal work reveals that introducing a temporal or spatial gap between the movements of the two objects disrupts the impression of causality altogether. This seemingly higher-order cognitive capacity to discriminate between causal and non-causal events appears to be largely perceptual in nature and develops early and preverbally in infants. In this study we tested the evolutionary origins of this ability. We presented Guinea baboons (Papio papio) with short 2D videos to sort in a touch screen task using a match-to-sample paradigm. We successfully trained eleven Guinea baboons to discriminate between launching events (causal) and the same events involving a spatial and temporal delay (non-causal). Subsequently, we studied whether the perception of causality or low-level spatiotemporal properties played a role in this discrimination. We introduced two new videos, one with a temporal delay and one with a spatial delay and let them be sorted either in the causal or in the non-causal category. Data collection is ongoing and we will test if the learning speed is higher for the classification that complies with the (human) causal-non-causal distinction.

22Lab cognition going wild: implementing a portable touchscreen system in vervet monkeys
Tecla Mohra,b, †, Rachel A.Harrisonb, †, Erica van de Waala,b
aInkawu Vervet Project, Mawana Game Reserve, South Africa
bDepartment of Ecology & Evolution, University of Lausanne, Lausanne, Switzerland
These authors contributed equally to this paper
Keywords: touchscreen, captivity, free time hypothesis, participation, cognition
Abstract:
Many experiments in cognition using touchscreens have been carried out in captivity where certain factors such as number of individuals, identity traits, light and food availability can be controlled. Given the effectiveness of testing animals with touchscreens, the diversity of tasks that can be realised and the increase in the number of trials performed, we decided to adapt and bring touchscreen testing into the wild. We compared the participation level of four captive and four wild vervet monkeys groups (Chlorocebus pygerythrus). As a first interaction, for habituation, we tested monkeys in three training tasks, showing a blue square on a screen. After the training, we tested individuals with classical associative learning exercises, by presenting two stimuli simultaneously on the screen. We first looked at difference in participation between contexts (wild vs captive), age (juvenile vs adult) and sex (male vs female). In addition, we compared the number of touches needed to pass the second training task. This new method demonstrates that there are differences in the level of participation between wild and captive individuals. We found a difference in the percentage of participation between adults and juveniles males living in captivity but we did not find any difference between females in both environment. This new procedure, using touchscreen in the wild, gives us a starting point to test animals in natural condition with daily activity, all conditions which are not present in captivity. With some improvements in our method, we hope to give an inspiration for further touchscreens experiment in the wild.

23Spacing of repetitions in statistical learning
Laura Ordonez Magro, Joël Fagot, Jonathan Grainger, Arnaud Rey
Laboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS & Aix-Marseille Université, Marseille, France
Abstract: Repetition is fundamental in the creation of a memory trace when learning statistical regularities in the environment. Here, we tested a non-human primate species (Guinea baboons, Papio papio) with an adaptation of the Hebb repetition paradigm to a serial reaction time task. In this visuo-motor pointing task, baboons had to touch a moving target on a touch screen. On each trial, they had to produce three touches to receive a reward. A repeated target sequence composed of three positions was presented under four spacing conditions. In the first no-spacing condition, the target sequence was repeated on every trial. In the second condition, one random sequence was interposed between two repetitions of the target sequence. In the third and fourth conditions, the spacing was composed of three and six random sequences, respectively. We found that, for all spacing conditions, baboons were able to learn the repeated sequence. Results also suggest that learning should still take place when the target sequence is spaced by up to 18 random sequences. The present study therefore provides a novel quantified estimation of the time a sequential memory trace can survive as a function of spacing of repetitions.

24Effet de l’inactivation du Locus Coeruleus sur la prise de décision chez le macaque rhésus
Pauline Pereza, Estelle Chavret-Reculonb, Philippe Ravassardc, Sébastien Boureta
aMotivation, Brain and Behaviour Team, Institut du Cerveau (ICM), INSERM UMRS 1127, CNRS UMR 7225, Pitié-Salpêtrière Hospital, 75013 Paris, France
bPhenoparc Core Facility, Institut du Cerveau (ICM), INSERM UMRS 1127, CNRS UMR 7225, Pitié-Salpêtrière Hospital, 75013 Paris, France
cIVector Core Facility, Institut du Cerveau (ICM), INSERM UMRS 1127, CNRS UMR 7225, Pitié-Salpêtrière Hospital, 75013 Paris, France
Mots-clés : noradrénaline, effort, pharmacogénétique, inhibition neuronale, Locus Coeruleus, primates
Résumé : Le Locus Coeruleus (LC), noyau noradrénergique du tronc cérébral, est impliqué dans de multiples processus tels que la vigilance, l’attention et la prise de décision. Celle-ci implique de considérer un compromis effort-récompense, dans lequel l’effort est associé à un coût puisqu’il nécessite d’investir des ressources, physiques ou cognitives pour faire face à un défi. La quantité d’effort qui est mobilisée permet d’améliorer la performance et ainsi, le taux de récompense obtenue. Des études récentes suggèrent que le LC est également impliqué dans la gestion de l’effort. Cependant, ces études utilisent des traitements pharmacologiques systémiques, qui touchent l’ensemble du système noradrénergique. Le rôle spécifique du LC reste donc à démontrer. Nous avons mis en œuvre une approche pharmacogénétique qui permet de manipuler l’activité neuronale de manière spécifique et réversible via l’expression de récepteurs exogènes DREADD (i.e Designer Receptors Exclusively Activated by Designer Drug). L’activation de ces récepteurs par un agent pharmacologique neutre (le DCZ) permet de moduler sélectivement l’activité des neurones qui les expriment. Dans notre étude, nous avons utilisé un DREADD inhibiteur exprimé spécifiquement dans le LC chez un macaque rhésus et testé l’effet de son activation sur le compromis effort-récompense. Après avoir quantifié l’effet inhibiteur du traitement (DCZ, 0.1-0.5 mg/kg) sur les neurones du LC, nous avons évalué ses effets sur le comportement dans une tâche de choix impliquant un compromis effort/ récompense. Lorsque le LC est inhibé, on observe une diminution de la production d’effort physique associé une diminution de la performance et des temps de réaction mais sans modification de la sensibilité à l’effort lors des choix. Ces résultats confirment l’implication du LC dans la gestion de l’effort physique, mais ils soulèvent de nouvelles questions concernant sa capacité à traiter l’effort cognitif.

25Influence de la position sociale dans un groupe sur les performances dans une tâche d’apprentissage chez le ouistiti commun.
Sabrina Ravela, Cléo Schoeffela, Banty Tiab
aInstitut des Neurosciences de la Timone, CNRS-AMU, Marseille, France
bLaboratory for Symbolic Cognitive Development RIKEN Center for Biosystems Dynamics Research, Kobe, Japan
Mots-clés : ouistiti, apprentissage, groupe social, flexibilité cognitive
Résumé :
Le ouistiti commun (Callithrix jacchus) est un petit primate du nouveau monde de plus en plus utilisé en neurosciences. Il vit en groupe familial organisé autour d’un couple reproducteur et des descendants qui vont aider au soin aux jeunes. La coopération et la prosocialité font partie des caractéristiques qui en font un modèle de choix pour l’étude des processus cognitifs en lien avec les interactions sociales. L’un des objectifs de notre projet est d'étudier la relation entre la position des individus dans un groupe et les performances individuelles dans une tâche d'apprentissage d’une association stimulus-récompense avec inversion de contingence. Selon notre prédiction, les individus les plus hauts placés dans le groupe seront meilleurs dans l’apprentissage des associations mais surtout des inversions de contingence qui nécessitent une flexibilité cognitive plus importante. Cinq individus apparentés ont été testés dans la tâche d’apprentissage grâce à des systèmes de tests automatisés placés dans les cages d’hébergement. Ils ont également été soumis à des tests de réactivité et d’approche vers des objets nouveaux ou non. Les tests réalisés ont permis de mettre en évidence la possibilité d’étudier les capacités cognitives des ouistitis dans leur hébergement, sans contrainte hydrique ni alimentaire. Nous avons observé une différence significative dans la vitesse d'apprentissage d’associations stimulus-récompense entre les individus d’un même groupe. En outre, les individus plus audacieux, qui occupent généralement les positions les plus hautes dans le groupe, apprenaient plus rapidement. L’apprentissage des inversions de contingence n’a pas montré cette corrélation. Nos résultats suggèrent une influence des interactions interindividuelles sur la flexibilité cognitive. Ces résultats indiquent que les capacités cognitives individuelles ainsi que la position des individus dans le groupe affectent la vitesse d'apprentissage chez les ouistitis. Nous avons pu montrer que l’utilisation de systèmes de tests automatisés en cage d’hébergement permet d’établir un lien entre le phénotype individuel et l’influence du groupe. A plus long terme, le but est d’explorer la construction des capacités cognitives des ouistitis communs en parallèle de la structuration des groupes familiaux.

26Comment concevoir l’activité mentale consciente d'un primate non-humain ?
Arnaud Rey
CNRS, Aix-Marseille Université, Marseille, France
Mots-clés : pensées, langage, mémoire de travail, maintenance
Résumé :
Les primates non-humains disposent de pensées ou d’activités mentales, elles-mêmes sous-tendues par des activités cérébrales. Pour autant, il nous est difficile de concevoir ce que peuvent être des pensées sans langage et notamment, sans cette capacité de maintenance des informations en mémoire de travail que nous confère le recodage verbal et la boucle phonologique. Dans cette présentation, je propose d’utiliser l’un des modèles les plus influents dans l’étude de la mémoire de travail chez l’humain, le modèle « Time-Based Resource Sharing » (TBRS), pour tâcher de mieux comprendre le contenu des activités mentales des primates non-humains ainsi que leur capacité à maintenir des informations visuelles sans avoir recours au langage. En combinant un protocole d’apprentissage associatif de symboles visuels avec un protocole de pointage sériel, il est possible de créer chez le primate non-humain un paradigme d’empan mnésique complexe similaire à celui employé chez l’humain pour étudier précisément les processus impliqués dans la mémoire de travail, siège de toute activité mentale consciente. Cette approche devrait nous permettre de générer de nouvelles hypothèses sur le contenu et les ressorts mnésiques à court terme de l’activité mentale de primates ne disposant pas de langage.

27Corrélats neuroanatomiques des grades sociaux au sein du genre Macaca
Sarah Silvèrea,b, Mathieu Legranda,b, Chrystelle Poc, Julien Lamyc, Hélène Meuniera,b, Sébastien Ballestaa,b
aLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, France
bCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
cICube (UMR 7357), Université de Strasbourg-CNRS, Strasbourg, France
Mots-clés : neuroanatomie, sous-cortical, tolérance sociale, macaques
Résumé :
Le genre Macaca présente une grande variabilité interspécifique des comportements et structures sociales. Une classification en grade sociaux a été proposée allant de sociétés de grade 1 très hiérarchisées, agressives et intolérantes (despotiques) jusqu’à des sociétés de grade 4 plus égalitaires, bienveillantes et tolérantes. À ce jour, aucune explication des bases neurobiologiques de ces grades sociaux n’a été proposée. Ce travail explore l’existence d’un lien entre neuroanatomie et grades sociaux au sein du genre Macaca. Nous avons étudié la neuroanatomie (atlas SARM) de 25 échantillons post-mortem de 11 espèces de macaques de différents grades, provenant soit du Centre de Primatologie de Strasbourg (IRM 7T), soit de bases de données existantes (PRIMate Data Exchange, Japan Monkey Centre, IRM 9.4T). De précédentes études ont montré que le volume de régions sous-corticales, comme l’amygdale, le striatum ou le noyau raphé, peut être modifié par des variables sociales, comme le rang hiérarchique de l’individu. Nous émettons donc l’hypothèse que des variations volumiques de ces régions pourraient refléter les grades sociaux des espèces étudiées. Nos résultats montrent qu’aucune différence volumique du système limbique (e.g. amygdale) ne semble être liée à ces grades sociaux. En revanche, le volume du système sérotoninergique varie avec le grade social des espèces. En particulier, les noyaux du raphé dorsal, entre autres impliqués dans la régulation de l’agressivité et de la vigilance, ont un volume supérieur chez les espèces plus égalitaires. Ces résultats permettent d’affiner nos hypothèses concernant les bases neuroanatomiques des différences comportementales organisant le genre Macaca à l’aide d’une échelle de grades sociaux.

28The shared dynamics of sequence learning: comparing chunking in humans and guinea baboons
Laure Tosattoa,b, Joël Fagota,b,c, Arnaud Reya,b
aLaboratoire de Psychologie Cognitive, CNRS, Aix-Marseille Université, France
bInstitute of Language Communication and the Brain, Aix-Marseille Université, France
cStation de Primatologie-Celphedia, CNRS UAR846, Rousset-sur-Arc, France
Keywords : associative learning, chunking, sequence learning, comparative cognition
Abstract :
Learning sequences is crucial to a range of behaviours (e.g., from peeling fruit to speech processing) but memory limits may be encountered when sequences are long. Chunking is a cognitive process allowing the compression of information in short-term memory involved in sequence learning. The aim of our study is to compare the dynamics of chunking during the learning of a visuo-motor sequence in humans (Homo sapiens) and Guinea baboons (Papio papio) to isolate common chunking phenomena rooted in associative learning processes. To do so, we used a similar experimental paradigm in both species. On each trial, participants had to point to a moving target on a touch screen. The experiment involved the repetition of the same sequence of 9-items over a thousand trials. To equate as much as possible the conditions under which baboons and humans performed the task, both species were tested at their own pace and were not provided with verbal instructions. Results revealed that baboons and humans shared similar chunking dynamics: in both species, the sequence was initially parsed into small chunks that became longer and fewer with practice through two reorganization mechanisms (recombinations and concatenations). Differences were also observed regarding the global decrease in response times that was faster and more pronounced in humans compared to baboons. Analyses of these similarities and differences provide new empirical evidence for understanding the general properties of chunking mechanisms in sequence learning and its evolution across species.

29Evaluation des capacités de détection des prédateurs chez le macaque de Tonkean (Macaca tonkeana)
Karl Zellera, Sébastien Ballestab,c, Hélène Meunierb,c, Audrey Maillea, d, Julie Duboscqa, Luca Morinoe, Adam Rimelec, Guillaume Dezecachef, Xavier Bonnetg, Cécile Garciaa
aUnité Eco-anthropologie (EA), UMR 7206, MNHN, CNRS, Université Paris Cité, Musée de l’Homme, Paris, France
bLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, France
cCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, Niederhausbergen, France
dDGD Musées, Jardins Botaniques et Zoologiques, MNHN, Paris, France
eMénagerie du Jardin des Plantes, MNHN, Paris, France
fUniversité Clermont Auvergne, UMR 6024, LAPSCO, UCA - CNRS, Clermont-Ferrand, France
gCentre d’Etudes Biologiques de Chizé, UMR 7372, CNRS ULR, Villiers-en-Bois, France
Mots-clés : Snake Detection Theory, tâche de recherche visuelle, prédateurs, temps de détection
Résumé :
D’après la Snake Detection Theory (SDT), les serpents auraient exercé une pression de sélection au cours de l’évolution sur les primates, lesquels auraient développé de hautes aptitudes visuelles pour détecter ces prédateurs. De nombreuses études ont testé la SDT en mesurant le temps de détection d'une image de serpent parmi des distracteurs (par exemple des fleurs). Mais les serpents sont souvent les seuls prédateurs de primates utilisés comme stimulus dans ces études ; félins, rapaces et crocodiliens sont ignorés. Ce manque de données incite à la prudence avant de conclure que la détection rapide de prédateurs est spécifique aux serpents. Dans cette étude, nous entrainons 29 macaques de Tonkean (Macaca tonkeana) vivant en semi-liberté au Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg à réaliser une tâche de recherche visuelle sur un écran tactile. Cette tâche consiste à présenter aux macaques quatre images simultanément : une image cible que l’individu testé doit repérer et toucher, et trois images distracteurs qui peuvent être identiques (discrimination) ou différentes (catégorisation). Trois sessions d’entrainement précèdent deux sessions de test de discrimination puis deux sessions de test de catégorisation, avec 30 essais par session. Le but est de comparer les temps de détection pour quatre types de prédateurs : félins, rapaces, crocodiliens et serpents. Ce protocole devrait permettre de tester de manière mieux contrôlée l’hypothèse selon laquelle il existerait une aptitude spécifique à la détection des serpents chez les primates. Nos résultats pourraient nuancer les conclusions des études précédentes affirmant que seuls les serpents sont à l’origine de l'évolution du système visuel des primates.

SESSION 3 : ANTHROPOLOGIE

30Comportements latéralisés chez les humains : application dans le contexte de l'évolution du cerveau chez les hominines
Ameline Bardoa,b, Andréa Filippoa, Antoine Balzeaua,c
aUMR 7194, CNRS, PaleoFED team, Département Homme et Environnement, MNHN, Paris, France
bSkeletal Biology Research Centre, School of Anthropology and Conservation, University of Kent, Canterbury, United Kingdom
cDepartment of African Zoology, Royal Museum for Central Africa, Tervuren, Belgium & Laboratory of Histology and Neuropathology, Université Libre de Bruxelles, Brussels, Belgium
Mots-clés :
asymétries comportementales, profil de latéralité, dextérité, performance, formes des mains, évolution
Résumé :
L'augmentation de la spécialisation des hémisphères cérébraux et l’évolution de la morphologie de la main chez les primates sont généralement associées à une augmentation des capacités cognitives ainsi qu’à une dextérité plus développée. Cependant, la compréhension cognitive et fonctionnelle des archives fossiles ne peut être déduite que par une analyse inférentielle et comparative de la morphologie et de la fonction des capacités des hominidés actuels. Des études précédentes ont permis de mieux comprendre la spécialisation hémisphérique liée au langage, à la préférence manuelle et aux compétences visuospatiales, mais nous en savons encore très peu sur les possibles interactions fonctionnelles entre les différentes parties du corps chez les primates. Dans cette étude, notre objectif principal est d’évaluer des profils individuels de latéralité. Nous avons quantifié des asymétries comportementales clés (e.g., manipulation, vision, perception auditive) sur 69 humains volontaires (hommes et femmes âgés de 21 à 79 ans), et avons testé leur relation avec la forme et la performance (e.g., force manuelle) de leurs mains. En effet, la fonction de la main est affectée en partie par des facteurs démographiques et de style de vie, mais une compréhension globale de la relation entre les asymétries manuelles, la dextérité et ces facteurs, est très peu comprise. Nous présenterons nos premiers résultats montrant des profils individuels de latéralité très variés et des différences marquées entre hommes et femmes pour la force manuelle et la dextérité, illustrant l’importance d’étudier plusieurs comportements latéralisés ensemble pour discuter des relations possibles entre spécialisation hémisphérique et les asymétries comportementales chez les humains vivants. Nous discuterons aussi des perspectives sur les liens potentiels entre anatomie du cerveau et les comportements latéralisés au sein du projet PaleoBRAIN.

31New associated postcranial remains of early Homo from the Shungura Formation, Lower Omo Valley, southwestern Ethiopia
Alicia Blasi-Toccaccelia, Tiphaine Brussea, Guillaume Davera, Laurent Pallasa, Mathieu Domalainb, Jean-Renaud Boisseriea,c
aPALEVOPRIM, UMR-CNRS 7262, Université de Poitiers, Poitiers, France
bInstitut PPrime UPR CNRS 3346, ENSMA, Université de Poitiers, Poitiers, France
CCentre Français des Etudes Ethiopiennes, UAR CNRS 3137, Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Addis Abeba, Ethiopie
Keywords:
Homo, Plio-Pleistocene, shoulder, behaviour, functional morphology
Abstract:
The genus Homo emerged between possibly 2.8 Ma and ca. 2 Ma in a context of high taxonomic and behavioural diversity, where bipedal species increasingly used their thoracic limb for non-locomotor activities. New associated postcranial remains, OMO VE 3-10063, was discovered in the Member H of the Shungura Formation (Lower Omo Valley, Ethiopia) and dated to ca. 1.84 Ma. This individual is represented by a complete humerus, a half clavicle, a partial scapula, two vertebral fragments, and a rib fragment. This would provide one of the oldest and best-preserved fossil shoulder reliably assigned to Homo in Africa. Here we present a preliminary description of the most diagnostic parts of OMO VE 3-10063 with a special focus on the shoulder. We compared OMO VE 3-10063 to samples of extant (G. beringei, n=10 ; P. troglodytes, n=8; P. paniscus, n=5; P. abelii, n=8; H. sapiens, n=96) and fossil hominoids (A. prometheus, n=1; A. anamensis, n=1; A. africanus, n=3; A. afarensis, n=6; A. sediba, n=2; P. robustus, n=1; P. boisei, n=5; H. erectus, n=4; H. naledi, n=5) using qualitative and quantitative data (i.e., orientation of the glenoid cavity, relative clavicle length, angle of humeral torsion, and distal trochlear angle). Lastly, the shape of the section of the distal humeral diaphysis (19% of biomechanical length), which has been demonstrated to taxonomically discriminate hominids, was compared using 2D geometric morphometrics. Our results show that OMO VE 3-10063 shares more morphological affinities with the genus Homo than with Australopithecus or Paranthropus. The shoulder of OMO VE 3-10063 displays characters potentially issued from long-term selection and favoring high-speed throwing such as horizontal glenoid. Some plastic traits, such as low humeral torsion, distal trochlear angle, and glenoid retroversion, could also be linked with the practice of demanding manipulatory activities.

32La biomécanique du fémur reflète-t-elle les comportements locomoteurs ? Etude de l’organisation structurelle de la diaphyse fémorale chez les catarrhiniens
Quentin Cosnefroya, Gilles Berillonb, Laurence Bellaichec, Robert Carlierd, Cyrille Cazeaue, Kathia Chaumoîtrea,f, Franck lambertong, Antoine Perrierh,i, Jean-Christophe Theilj, François Marchala
aUMR 7268 ADES, AMU-CNRS-EFS, Marseille, France
bUMR 7194 HNHP, CNRS-MNHN-UPVD, Paris, France
cCentre d’Imagerie Bachaumont-Montmartre, Paris, France
dDMU Smart Imaging, Service d’imagerie médicale, Hôpital Universitaire Raymond Pointcarré, APHP, Paris, France
eClinique Victor Hugo, Paris, France
fService de radiologie et imagerie médicale, hôpital Nord, CHU de Marseille, APHM, Marseille, France
gCERMEP-imagerie du vivant, Bron, France
hService de Chirurgie Osseuse et Traumatologique, Groupe Hospitalier Diaconesses-Croix Saint-Simon, Paris, France
iUniversité Grenoble Alpes, CNRS-TIMC-IMAG, Grenoble, France
jUMR 7179, CNRS-MNHN-MECADEV, Département Adaptations du Vivant, Paris, France
Mots-clés : biomécanique, locomotion, relation forme-fonction
Résumé :
Durant la locomotion, la diaphyse fémorale subit des charges mécaniques impactant son organisation structurelle. L’étude de la structure corticale des vestiges fossiles représente donc un potentiel accès à la reconstruction de l’environnement mécanique des hominines fossiles, et donc à leur locomotion. Cependant, peu d’études ont abordé expérimentalement cette question et d’autres facteurs tels que l’âge, la masse et le niveau d’activité viennent complexifier cette relation entre structure fémoro-diaphysaire et locomotion. Une première étude menée sur un échantillon ontogénétique de babouins olive vivant à la Station de Primatologie du CNRS (UAR 846), a démontré une faible correspondance entre les variations de l’organisation du tissu cortical de la diaphyse fémorale et celles du répertoire posturo-locomoteur au cours de l’âge. Pour poursuivre l’étude de cette relation entre les propriétés biomécaniques de la diaphyse fémorale et la locomotion, nous avons analysé et comparé les cartographies d’épaisseur corticale et des paramètres de géométrie de section sur plus de 50 fémurs de primates catarhiniens adultes (genres Homo, Gorilla, Pan, Hylobates, Papio, Macaca), de morphologies et de répertoires posturo-locomoteurs différents. Nos résultats montrent l’existence de schémas biomécaniques variés, montrant une certaine proximité entre grands singes africains et hylobatidés, dont les babouins et surtout les humains se distinguent. Les propriétés biomécaniques de la diaphyse fémorale permettent de distinguer des grands groupes, mais pas de caractériser précisément les répertoires posturo-locomoteurs les plus diversifiés. Pour permettre une différenciation plus fine des répertoires posturo-locomoteurs complexes, exploitable dans une perspective paléoanthropologique, nous proposons l’intégration de l’approche biomécanique à de la morphométrie géométrique.

33Evaluation of a deep learning approach to study kinematics of primate locomotion: effect of training database and anatomical landmarks
Mathieu Domalaina, Gregory Ponsa, Guillaume Daverb
aInstitut PPrime, CNRS – Université de Poitiers – ENSMA, UPR 3346, Poitiers, France
bPALEVOPRIM, CNRS – Université de Poitiers, UMR 7262, Poitiers, France
Keywords: locomotion, motion analysis, macaque, deep learning
Abstract: The study of primate locomotion has helped unravelling form-function relationships of the postcranial skeleton which, in return, has helped supporting evolutionary scenarii. The conventional approach, in the laboratory, includes putting paint or adhesive tape on the animals to: (1) decrease intra- and inter- observer variation and (2) facilitate the automatic identification of anatomical landmarks by enhancing contrast in the images. Here we evaluate MacaquePose, a framework based on Deep Learning and a database of 13,000 hand-labeled images that was developed to study social interactions among macaques in the wild and in captivity. This offers the capability to detect anatomical landmarks (n= 17, full-body) in pictures/videos without the need of physical contrast enhancement. We tested the performance of landmarks detection among 3 conditions, using: (1) the original model, (2) the model retrained on a specific subset (n= 240 images) of the original database, and (3) a new model that comprises 17 landmarks localized on the upper-body only, trained on 50 images. Using a limited but more specific training dataset led to improved predictions (less misattribution errors and greater accuracy). The new model led to poor results with numerous landmarks being not detected at all in some images. This study highlights limitations of current landmarks detection approaches that rely on Deep Learning. The study of form-function relationships requires detailed kinematics that need a comprehensive set of landmarks that are hardly detectable by current algorithms. The procedure would certainly beneficiate from using (1) multiple calibrated cameras and (2) an a priori kinematic model based on the knowledge of primate anatomy to supervise the algorithm.

34Using non-human primates to assess the vocal abilities of fossil hominins
Marouane El Moussa, Pablo Alvareza,b, Pascal Perrierc, Yohan Payanb, Louis-Jean Boéc, Anca Belmea,d, Florent Goussarde, Franck Lambertonf, Gilles Berillong, Adrien Meguerditchianh, Dominique Grimaud-Hervég, Amélie Vialetg
aInstitut des Sciences du Calcul et des Données (ISCD), Sorbonne Université, Campus Pierre et Marie Curie, Paris, France
bUniversité Grenoble Alpes, Laboratoire TIMC (équipe GMCAO), Pavillon Taillefer, La Tronche, France
cUniversité Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble INP, GIPSA-lab, Grenoble, France
dInstitut Jean le Rond d'Alembert, Sorbonne Université, Paris, France
eUMR 7207 CR2P MNHN-CNRS-SU, Paléontologie, Paris, France
fCERMEP-imagerie du vivant, 6977, Bron, France
gHNHP, UMR 7194 MNHN-CNRS-UPVD, Musée de l'Homme, Paris, France
hLaboratoire de Psychologie Cognitive UMR7290, CNRS, Institut du langage, Aix-Marseille Université
Keywords: speech emergence, baboon, image registration, orofacial biomechanics, uncertainty quantification
Abstract: Vocal abilities of fossil hominins are one of the most exciting questions about human evolution. It is also one of the most complex, since vocal organs do not fossilize. We are currently working on a long-term research project, which ultimate goal is the design of a biomechanical model of the tongue and vocal tract of human fossils with which their capacity to articulate differentiated sounds could be quantitatively evaluated. In the first instance, using medical image registration, we have worked on the transformation of a 3D Finite Element (FE) mesh of a modern human tongue into a 3D FE mesh of a fossil hominin. First, using X-Ray scans from an adult female baboon, we evaluated the method by comparing the baboon tongue mesh designed when the registration integrates information about both soft tissue and bony structures with the baboon tongue mesh designed when only bony structures are taken into account. Registration accuracy was evaluated using several metrics and the uncertainty resulting from the registration process was quantified using a non-intrusive adaptive stochastic collocation approach based on simplex elements. Second, we have applied this method for estimating a tongue mesh of a fossil hominin (Neandertal from La Ferrassie) relying on bony structures only. Geometrical characteristics of the predicted tongue geometry are discussed in relation to tongue mobility in the vocal tract.

35Redonner vie au cerveau des hominines fossiles
Andréa Filippoa, Ameline Bardoa,b, Eric Bardinetc, Mélanie Didierc, Mathieu Santind, Antoine Balzeaua,e
aUMR 7194, CNRS, PaleoFED team, Département Homme et Environnement, MNHN, Paris, France
bSkeletal Biology Research Centre, School of Anthropology and Conservation, University of Kent, Canterbury, United Kingdom
cCM institut du cerveau et de la moelle épinière, hôpitaux universitaires Pitié-Salpêtrière - Charles-Foix, Paris, France
dSorbonne Université, Institut du Cerveau - Paris Brain Institute - ICM, INSERM, CNRS, Paris, France ; CM, Centre de NeuroImagerie de Recherche - CENIR, Paris, France
e Department of African Zoology, Royal Museum for Central Africa, Tervuren, Belgium & Laboratory of Histology and Neuropathology, Université Libre de Bruxelles, Brussels, Belgium
Mots-clés : hominines, paléoneurologie, imagerie, endocrâne, cerveau
Résumé : L’étude du cerveau des humains préhistoriques est complexe puisque le cerveau ne se fossilise pas. Cependant, il est possible d’accéder aux empreintes superficielles du cerveau visibles sur la surface interne du crâne, appelée endocrâne. Il est largement étudié chez les espèces de primates actuels et, dans un contexte comparatif, chez les hominines fossiles afin de pouvoir inférer la forme et la structure de leur cerveau. Néanmoins, les liens potentiels entre le cerveau et l’endocrâne sont peu étudiés. Un aspect majeur dans le cadre du projet PaleoBrain est de caractériser la corrélation entre la forme du cerveau et celle de l’endocrâne au sein d’un large échantillon d’humains actuels. Pour cela, nous exploitons des séquences d’IRM sur un échantillon de volontaires. Une séquence IRM est un ensemble d’impulsion excitatrices dont les paramètres (les temps de répétition ; c.a.d l’intervalle de temps entre deux excitations) sont ajustés pour obtenir des images ayant un contraste donné (e.g., appelé T1 ou T2). On obtient ainsi des images avec différents contrastes (on parle d’hyper- et d’hypo-intensité) en fonction de la nature des tissus. Ces différentes séquences d’images nous permettent de segmenter le cerveau, ainsi que le crâne et l’endocrâne. Les reconstructions se font grâce à des méthodes développées en neurosciences : alignement, modélisation 3D puis comparaison avec des outils adaptés (tel que le logiciel Brainvisa). Nous détaillons ici les premiers résultats obtenus, tels que la détection et l’identification des sulci (i.e., sillons parcourant la surface du cerveau) sur le cerveau et l’endocrâne associé, illustrant l’intérêt évident de l’endocrâne pour inférer la morphologie cérébrale mais aussi les limites Certaines zones des principaux sillons cérébraux ont une correspondance nette entre les deux structures (sillon central, latéral et les sillons des lobes temporaux), d’autres marques endocrâniennes reflètent par contre la morphologie osseuse uniquement. .

36Modélisation du plancher pelvien chez la femelle Papio anubis : implications pour la compréhension de la paléo-obstétrique
Pierre Frémondièrea,b, Gilles Berillonc, Franck Lambertond, Lionel Thollone, François Marchalb
aAix Marseille Université, Faculté des Sciences Médicales et Paramédicales, Ecole de Maïeutique, Marseille, France
bAix Marseille Université, CNRS, EFS, ADES, Marseille, France
cUMR 7194 CNRS-MNHN-UPVD, HNHP, Musée de l’Homme, Paris
dCERMEP-imagerie du vivant, 6977, Bron, France 
eAix Marseille Université, UMR-T24, Marseille, France
Mots-clés : périnée, bassin, obstétrique, assistance, occipito-pubien
Résumé : L’objectif de l’étude est de construire un modèle tridimensionnel du plancher pelvien d’une femelle Papio anubis, puis de comparer l’orientation et la forme des structures musculaires à celles des humains modernes. Enfin, il s’agit d’interpréter ces différences dans une perspective évolutive pour mieux comprendre les mécanismes à l’origine de l’accouchement des humains modernes. Nous avons étudié un CT-scan de femelle adulte Papio anubis provenant de la station de Primatologie du CNRS (UAR 846), ainsi qu’un maillage de plancher pelvien féminin d’humain moderne. La reconstruction est faite par segmentation manuelle à l’aide du logiciel Avizo 7.1.0. Nous constatons en premier lieu des muscles du plancher pelvien plus épais chez Papio anubis, notamment le muscle ilio-caudal comparé au muscle ilio-coccygien chez l’humain moderne. Du fait de l’orientation du muscle pubo-caudal, le plancher pelvien est vertical chez Papio anubis tandis qu’il est orienté horizontalement chez les humains modernes. Enfin, on note une absence de protrusion des épines sciatiques, qui sont orientées postérieurement. Le plancher pelvien chez Papio anubis constitue un support incomplet et occasionnel du contenu abdominal, tandis que cette fonction est prépondérante chez les humains modernes, générant une forme de carène ayant des implications obstétricales. Au cours de l’accouchement humain, le plancher pelvien guide la tête fœtale, et dirige l’occiput en regard de la symphyse. Ainsi, la mère ne peut attraper seule son fœtus au risque d’entraîner un traumatisme du cou. La forme du plancher pelvien aurait favorisé l’émergence de l’assistance obligatoire à l’accouchement dans notre lignée.

37Distribution géographique du genre Trachypithecus durant le dernier maximum glaciaire sur le plateau de la Sonde : inférences sur l’Homme et les environnements passés
Thomas Ingicco
Département Homme et Environnement, UMR 7194, MNHN, CNRS, Paris, France
Mots-clés : song terus, langur, contours d’orbites, morphométrie géométrique, endémisme insulaire, migrations
Résumé : Dans la première moitié de l’Holocène, les chasseurs-cueilleurs préhistoriques des Gunung Sewu (Java, Indonésie) avaient une économie centrée sur les peqtits singes qui étaient une source de protéines, de matière première pour une industrie osseuse et des comportements symboliques. Parmi ces restes rituels on trouve plusieurs faces de singes parfaitement conservées. Les Homo sapiens de ces grottes ciblaient préférentiellement le taxon Trachypithecus (N = 96%) et, dans une moindre mesure, Macaca fascicularis (N = 4%). Les faces retrouvées appartiennent très certainement à l'espèce javanaise actuelle Trachypithecus auratus bien que certains spécimens ressemblent, notamment au niveau de l’orbite, à l'espèce de Bornéo Trachypithecus cristatus. Dans la configuration géographique actuelle de l'Asie du Sud-Est, ces deux populations présentes sur deux îles distinctes devraient être scindées en deux espèces. Toutefois, Java et Bornéo ayant été jusqu’à récemment reliées ensembles lors de la régression marine de 120 m du dernier maximum glaciaire, cette distinction ne fait pas consensus. Nous comparons ici les fossiles javanais avec les populations actuelles de singes d'Asie du Sud-Est au moyen d’une analyse de contour de leur orbite par décomposée de Fourier elliptique. Nos objectifs sont de i) clarifier le statut des fossiles javanais et ii) contribuer au débat sur la distinction biologique des deux taxons d'Asie du Sud-Est. Sur trois des cinq fonction discriminantes, équivalent à 50% de la variabilité totale de l’échantillon, les fossiles analysés, sont très éloignés des groupes de T. auratus et de T. cristatus. Nos résultats portent sur les migrations récentes alors que le plateau de la Sonde était exondé, et, par extension, sur l’environnement de la zone émergée qui était, selon certains auteurs, couverte de savane, un milieu peu propice à ces primates arboricoles.

38Comment la connaissance de la diversité posturolocomotrice des primates a-t-elle transformé la compréhension de celle des hominines ?
Mathilde Lequina, François Marchalb
aUMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux / CNRS, PESSAC, France
bUMR 7268 ADES - Anthropologie Bioculturelle, Droit, Ethique et Santé, Université d'Aix-Marseille / CNRS / EFS, Marseille, France
Mots-clés : épistémologie, histoire des sciences, hominines, locomotion, modèles, bipédie
Résumé : Au cours des dernières décennies, la manière dont les paléoanthropologues conçoivent la bipédie s’est considérablement modifiée. Si la bipédie a jadis pu être pensée comme une caractéristique unique, propre à la lignée des hominines et marquant son origine, l’hypothèse de sa diversité anatomique et comportementale, envisagée dès les années 1960, est aujourd’hui largement admise. Par une approche d’histoire et de philosophie des sciences, nous proposons d’analyser la contribution de la primatologie à la transformation du cadre théorique employé en paléoanthropologie pour penser l’évolution de la bipédie. Alors que les découvertes fossiles sont souvent présentées comme l’élément moteur du changement théorique dans cette discipline, nous montrons que les études sur la diversité locomotrice des primates non-humains actuels ont également joué un rôle fondamental pour déconstruire certains schémas interprétatifs fréquemment utilisés dans l’analyse des restes fossiles d’hominines. À travers notre approche épistémologique, nous montrons comment les méthodologies novatrices employées dans les études comportementales et expérimentales en primatologie fournissent des outils conceptuels et analytiques susceptibles d’être mobilisés en paléoanthropologie, pour construire une compréhension plus fine de la relation entre traits anatomiques et comportementaux ou encore de l’articulation entre changement évolutionnaire et plasticité développementale. Ces outils permettent de s’affranchir d’un certain anthropocentrisme fondé sur l’équivalence entre « bipède » et « hominine » et par conséquent de s’affranchir du raisonnement circulaire dans lequel la réflexion sur la bipédie des hominines s’est longtemps trouvée enfermée. Nous proposons des pistes pour construire un autre cadre interprétatif cohérent avec la conception actuelle de la diversité locomotrice des hominines.

39Developmental trajectories of grasping complexity during tool-use in wild chimpanzees (Pan troglodytes verus)
Mathieu Malherbea,c, Liran Samunic,d, Catherine Crockfordb,c, Roman Wittigb,c
aMax-Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany
bInstitut des Sciences Cognitives-Marc Jeannerod, UMR5229, CNRS/Université Claude Bernard, Lyon, France
cTaï Chimpanzee Project, Taï, Côte d'Ivoire
dHarvard University, Department of Human Evolutionary Biology, Cambridge, MA, USA
Keywords: chimpanzee, tool-use, manipulation, development, cognition
Abstract: Using a suitable tool grasp to efficiently perform a tool use develops slowly through human childhood, as motor control and planning capacities develop. We would expect the same through chimpanzee ontogeny, where adult chimpanzees use sticks to access several highly nutritious, but otherwise inaccessible, foods. Here, we examined the developmental trajectories of grasping types during stick tool-use behaviour in 71 wild chimpanzees between the ages 1-54, at the Taï National Park, Côte d’Ivoire. In Taï, chimpanzees use at least three hand grasp types (ie: Full Hand Grasp, Full Hand Thumb Grasp and Complex Grasp), which varied according to the number of digits used, with higher number of digits representing a more complex and precise hand grasp type. We predicted that grasps that offer greater precision in tool use movement develop later during ontogeny. We tested this prediction using a Bayesian regression model to determine developmental trajectories of each grasp used. In line with our prediction, we found that the most precise hand grasp type, showed a clear developmental pattern with its use increasing with age. Our results demonstrate that the mastering of tool-use techniques is a slow process in wild chimpanzees potentially driven by motor control, learning, and planning mechanisms.

40Répertoire posturo-locomoteur du bonobo (Pan paniscus) : fonction et habitat
Amira Perrota, Victor Naratb, François Druelleb
aMNHN, Paris, France
bCNRS-MNHN, Paris, France
Mots-clés : répertoire posturo-locomoteur, flexibilité, pan paniscus, parc animalier
Résumé : Les primates non-humains actuels (PNHs) possèdent une locomotion hautement diversifiée. La compréhension des capacités multiples des PNHs représente un enjeu important pour les questions de locomotion et d’évolution de ces espèces et de l’être humain. L’objectif général de cette étude est de décrire le répertoire posturo-locomoteur du bonobo, Pan paniscus, vivant en parc zoologique et sa flexibilité en fonction des caractéristiques individuelles et du milieu. Les données ont été collectées sur une communauté de 17 bonobos à la Vallée des Singes grâce à la méthode du focal sampling. Cette étude est la première du répertoire posturo-locomoteur global du bonobo incluant tous les contextes comportementaux, ainsi que la terrestrialité et l’arboricolie. Les résultats révèlent que les juvéniles sont plus en mouvement, sont plus arboricoles et pratiquent plus la suspension que les adultes. Les proportions de saut et de suspension diminuent avec l’augmentation de la masse corporelle au sein du groupe étudié. En revanche, les résultats ne révèlent aucune différence entre les sexes. Nous avons mis en évidence que les bonobos ont un répertoire flexible qui varie en fonction des caractéristiques individuelles (âge et poids) et du milieu. Ce répertoire est proche de celui trouvé chez les chimpanzés, l’autre espèce du genre Pan, vivant en milieu naturel, mais nos résultats diffèrent des quelques études existantes sur le bonobo en milieu naturel. Cette étude questionne la flexibilité des répertoires posturo-locomoteurs des grands singes actuels et offrent des pistes de réflexion sur la potentielle flexibilité des répertoires des grands singes archaïques.

41« Le singe, l’Afrique et Yves Coppens »
Brigitte Senut
CR2P MNHN-CNRS-SU, CP 38, Paris, France
Mots-clés : Afrique, divergence grands singes-homme, environnement, chronologie, Rift Est-Africain
Résumé : Le Prof. Yves Coppens, un grand scientifique et humaniste s’est éteint le 22 juin 2022. Intéressé, dès son enfance, par les témoins du passé, il se passionna pour l’archéologie et les mégalithes bretons. Il était aussi un naturaliste dans le sens le plus large et la paléontologie, la préhistoire, la géologie, la zoologie n’avaient pas de secret pour lui. Bien qu’il ait débuté ses travaux par l’étude des proboscidiens fossiles, son intérêt était plus large et il s’orienta vers les origines de l’homme, notamment en Afrique. Il les aborda dans un cadre large, car il ne concevait pas que l’on puisse isoler l’homme de sa culture et de son environnement. Ses nombreux travaux sur le Tchad ou l’Ethiopie restent des références. En 1972, il bâtit la première biozonation du Pliocène et du Pléistocène de l’Afrique et sur la base des grands mammifères, puis, en 1975, il propose une répartition biostratigraphique des différentes espèces d’hominidés en Afrique orientale. Ses travaux en Afrique orientale vont le conduire à formuler en 1981 sa célèbre East Side Story qui permettait d’expliquer la répartition des hominoïdes africains en lien avec la formation du Rift : les ancêtres des grands singes à l’ouest et ceux de l’homme à l’est. Si cette hypothèse a été bousculée, puis rejetée sur l’aspect géographique, elle s’avère toute de même validée pour certains aspects -chronologiques et écologiques.

42Une nouvelle tangente pour l’étude des forces de contact : un capteur innovant conçut grâce aux débats sur les origines des primates
Séverine Toussaint
AG Vergleichende Zoologie, Institut für Biologie, Humboldt Universität zu Berlin. Berlin, Allemagne.
Mots-clés : forces surfaciques, préhension, locomotion, biomécanique, robotique
Résumé : La majorité des espèces de primates sont adaptées à un mode de vie arboricole et ce, dès leur origine il y a environ 60 millions d’années où ils ont acquis des caractères uniques tels que des pouces opposables et des doigts à ongles. Or, la(les) fonction(s) initiale(s) de ces spécificités sont encore floues. L’étude de la biomécanique du mouvement et des forces exercées par les mains et les pieds pendant la locomotion arboricole chez les primates et autres mammifères arboricoles actuels permet de mieux comprendre l’impact de ce mode de vie sur leurs adaptations morpho-fonctionnelles. Dans ce contexte, j’ai développé un capteur de forces innovant, permettant de mesurer la direction et l’intensité des forces de contact, de façon spatialement résolue (en différents points d’une même surface) et dynamique (sur toute la durée du mouvement). Cette technologie brevetée permet de concevoir des capteurs avec des formes et résolutions variables, et est utilisable en milieu naturel car autonome, transportable et constitué de matériaux biocompatibles. Une version de ce système en forme de branche me permet notamment d’étudier des espèces jusqu’à présent difficiles à observer dans ce contexte. En particulier une application consiste à investiguer la variation des forces exercées entre les différentes régions anatomiques des doigts, afin notamment d’élucider si les ongles des primates leur permettent d’appliquer plus de force comparé aux griffes des autres mammifères. Cette méthode a de multiples applications qui dépassent le cadre de la primatologie, allant de la biomécanique à l’haptique, la santé et la robotique.

43Loph morphologies in relation to diet in cercopithecids
Axelle Walker, Vincent Lazzari, Franck Guy
PALEVOPRIM UMR 7262, Laboratoire Paléontologie Evolution Paléoécosystèmes Paléoprimatologie, CNRS, Université de Poitiers, Poitiers, France
Keywords: geometric morphometrics, dental occlusal patterns, primates, adaptation
Abstract: The cercopithecids are one of the most successful adaptative radiation among primates. The extant Cercopithecidae are known to inhabit varied environments and present diverse behaviours and diets. Yet, they all share a distinctive molar morphology named bilophodonty, wherein molariform teeth are composed of an asymmetrically high crown with four marginal cusps connected by transverse ridges (called lophs) and three fovea separated. Lophs are hypothesized to represent dental features adapted to guide occlusal movements and/or to fragment leaf-like food. We aim to understand their function and how they relate to life history traits such as diet. We characterize their shape using geometric morphometrics in a sample of 19 cercopithecid species, including 21 cercopithecines and 13 colobines representative of the family’s dietary range. Three datasets were acquired on 3D virtual models of second upper molars using landmarks and semi-landmarks in order to characterize individual loph morphologies and dental occlusal pattern. According to the literature, we considered 4 classical food categories covering the diet of our cercopithecid sample. We used these categories to define a principal and a secondary diet, in order to test the relationship between various aspects of their diet and loph morphology. Our results show different loph morphologies for both primary and secondary diets. Colobines consuming mainly leaves have significantly higher lophs and distant cusps, whereas cercopithecines have deeper lophs and closer cusps. Our results corrected by phylogeny however do not show significant differences in loph forms between our selected cercopithecids diets. Difference in loph morphology in extant cercopithecids seems thus highly related to their initial radiations, but the functional adaptation that yielded to lophs selection need to be better understood especially in terms of food consumption.

SESSION 4 : CONSERVATION

44Exploitation sélective accélérée et perturbations anthropiques associées dans les paysages forestiers intacts du nord de la République du Congo
Crépin Eyana Ayinaa, Wen Mayoukoua, Crickette Sanza,b, Samantha Strindbergc, William Winstond, Colleen Stephensb, David Konia, David Morgane
aProgramme Congo, Wildlife Conservation Society, Brazzaville, République du Congo
bDépartement d'Anthropologie, Université de Washington à Saint Louis, Saint Louis, MO, USA
cProgramme Congo, Wildlife Conservation Society, New York, USA
dData Services, Washington University in Saint Louis, Saint Louis, MO, USA
eLester E. Fisher Center for the Study and Conservation of Apes, Lincoln Park Zoo, Chicago, IL, USA
Mots-clés : exploitation forestière, grands singes, durabilité, forêts intactes
Résumé : Les forêts tropicales d'Afrique centrale abritent une biodiversité extraordinaire, notamment des chimpanzés (Pan troglodytes troglodytes) et des gorilles sympatriques (Gorilla gorilla gorilla). La région comprend également d'importants peuplements de paysages forestiers intacts (IFL) qui connaissent un déclin rapide. Dans le cadre d'un effort de surveillance, les chercheurs du Projet Grands Singes du Triangle de Goualougo se sont associés à des représentants du gouvernement local, des ONG de conservation et une société d'exploitation forestière pour évaluer l'abondance des grands singes en fonction des caractéristiques de l'habitat et des perturbations anthropiques dans la concession de Kabo, au nord du Congo. Un total de 55,7 kilomètres de transects linéaires a été réalisé en 2002 et répété en 2018, ce qui a permis de calculer des estimations d'abondance pour les chimpanzés et les gorilles en utilisant l'analyse de la distance avant et après l'exploitation forestière. Le suivi de l'IFL a indiqué une perte de 207 km2. Les grands singes sont présents à des densités élevées tant dans les zones IFL que dans les zones non IFL récemment converties. Notre suivi à long terme montre que l'accès accru aux IFL facilite la chasse illégale, ce qui est une préoccupation majeure pour la faune et la certification de bonne gestion forestière. Cet effort de collaboration entre les chercheurs, les ONG de conservation, les partenaires industriels et le gouvernement s'est avéré efficace pour documenter l'expansion des routes et l'empiètement humain sur les habitats des grands singes.

45Occupation spatiale par les primates du genre Galagoides en fonction de la saison
Larson Boundengaa,b, Michel Neil Longo-Pendya, Barthelemy Ngoubangoyea,b,c, Joanna Setchellb
aCentre Interdisciplinaire de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF), Franceville, Gabon
bDepartment of Anthropology, Durham University, Durham, Royaume-Uni
cLabEx ECOFECT, Eco-evolutionary Dynamics of Infectious Diseases, Université de Lyon, Lyon, France
Mots-clés : Galagoïdes, occupation de l’espace, saison, capture-marquage-recapture, Gabon
Résumé : De toutes les espèces de primates non-humains qu’abrite la forêt gabonaise, les Galagoides sont les moins connus. Ainsi, cette étude qui s’est déroulée à Franceville au Sud-est du Gabon, avait pour objectif d’identifier l’espèce de Galagoïdes (Galagoïdes demidoff et Galagoïdes thomasi), mieux comprendre leurs écologies et d’évaluer les facteurs pouvant influencer leur capture. Pour cela, nous avons mis en place entre Février 2016 à Mars 2018 (28 mois) un protocole de capture des galagos grâce à une approche par Capture-Marquage (transpondeur)-Recapture en utilisant des pièges Tomahawk appâtés avec de la banane, puis, nous avons déterminé les facteurs environnementaux (saison et abondance des insectes) pouvant influencer le taux de capture des galagos. Nous avons capturé les insectes nocturnes à l’aide de 20 pièges artisanaux. Les résultats montrent que le nombre des Galagoides capturés était de 195 dont 103 mâles et 92 femelles (sexe ratio de 1,12 mâles-femelles). Ils montrent également que le nombre de captures avait un lien avec la quantité d’insectes disponible dans le milieu et la saison, ce qui impliquerait que les Galagoïdes se déplacent au gré de la disponibilité alimentaire. Nos résultats nous montrent que l’espace exploité par les mâles était plus grand que celui des femelles et celui d’un mâle pouvait chevaucher celui de plusieurs femelles. En conclusion, la superficie du domaine vital exploitée par un galago pour la ressource varie suivant la saisonnalité de pluies.

46Identification des facteurs associés à la fréquentation des rivières par les gorilles des plaines occidentales : Cas du groupe de gorille BUKA
Jancy Boungoua, Alice Zambardab, David Morganc, Crickette Sanzd, Vittoria Estiennee, Julia Kunzf
aWildlife Conservation Society, Programme Congo, Brazzaville, République du Congo
bFondation Nouabalé-Ndoki, Brazzaville, République du Congo
cFisher Center for the Study and Conservation of Apes, Lincoln Park Zoo, Chicago, États-Unis;
dDepartment of Anthropology, Washington University in Saint Louis, Saint Louis, États-Unis
eWildlife Conservation Society, Programme Congo, Brazzaville, République du Congo
fUniversité de Montpellier, Montpellier, France
Mots-clés : gorilles, habitat utilisé, visite, domaine vital
Résumé : Les gorilles des plaines utilisent les points d'eau pour boire, se nourrir et traverser. Pendant plusieurs années, nous avons étudié l'utilisation de l'habitat du groupe Buka (5 individus, 4 males et 1 femelle) au centre de recherche de Mondika, situé au nord de la République du Congo. Les recherches indiquent que le groupe Buka visite couramment la rivière Mondika. Nous avons mené une étude de 12 mois en collectant des données du groupe quotidiennement afin de vérifier l’existence d’une relation entre les visites à la rivière et la météo, un facteur connu pour influencer l'utilisation de l'habitat. Un total de 1876 heures de suivi focal et scan ont révélé que le groupe a visité la rivière Mondika 172 fois. Le groupe n'a pas visité la rivière quotidiennement, et le nombre de visites a variée selon la saison. Il y a eu 107 visites pendant la saison sèche contre 65 visites en saison de pluie. Il n'y a pas de relation significative entre les visites à la rivière et les précipitations. L’emplacement de la rivière influence les visites, car la rivière Mondika est située au centre du domaine vital du groupe. Selon les résultats il n’y a pas de corrélation entre visites – pluviométrie (rs = 0.3017, p = 0.3405) ; et présence de corrélation visites – températures ; (rs = -0.6995, p = 0.0113). Les visites à la rivière sont aussi probablement liées à la phénologie, actuellement des enquêtes supplémentaires sur la qualité de l'eau et de l'habitat sont en cours d'investigation.

47Comment la gestion ex situ à long terme de deux populations de lémuriens (Eulemur flavifrons et E. rubriventer) peut-elle servir la conservation intégrée ?
Charlotte Desboisa,b, Benoît Quintarda, Hélène Birota, Brice Lefauxa
aParc Zoologique et Botanique de Mulhouse, Mulhouse, France
bEAZA Executive Office, Population Management Centre, Amsterdam, Pays-Bas
Mots-clés : conservation ex situ, blue-eyed black lemur, red-bellied lemur, EEP, long-term management plan
Résumé : Les zoos modernes collaborent activement à la conservation de nombreuses espèces menacées par le biais de programmes ex situ. En Europe, ces programmes s‘appellent EEPs (EAZA Ex situ Programs) et sont gérés par l'EAZA (Association européenne des zoos et aquariums). Le Zoo de Mulhouse coordonne huit EEPs, dont ceux des lémuriens aux yeux turquoise (Eulemur flavifrons) et des lémuriens à ventre roux (Eulemur rubriventer), respectivement classés en danger critique d’extinction et vulnérable par l’UICN. En 2018, l’EAZA a rappelé l’importance de maintenir des EEPs pour ces deux espèces, et récemment, des plans de gestion ont été développés pour les deux programmes. Pendant les cinq prochaines années, ils guideront les actions de management nécessaires en termes d'élevage (pour promouvoir le bien-être animal et les bonnes pratiques), de nombre de naissances et d'appariements afin que ces populations puissent atteindre les objectifs démographiques et génétiques requis pour leur maintien. Parallèlement, la recherche et la conservation in situ de ces deux espèces avancent grâce au travail d’associations et d’universités, et différents projets de recherche, comme celui sur l’étude du rythme d’activité des E. rubriventer, sont menés conjointement in et ex situ. De leur statut dans la nature, à leur état démographique et génétique en captivité (E. flavifrons : n= 24 ; DG= 86.7 ; F=0.05, E. rubriventer : n= 175 ; DG= 88.7; F=0.07) ces deux populations diffèrent en de nombreux points, qui modifient sensiblement les stratégies de gestion et de conservation in et ex situ (groupes créés, contraception, échanges internationaux…) qui ont été adoptées pour chaque espèce.

48Nidification du chimpanzé de savane (Pan troglodytes verus) dans la zone de Bantankiline (Kédougou, Sénégal)
Dame Dialloa, Papa Ibnou Ndiayea, Landing Badjib
aLaboratoire d’écologie animale, département de Biologie animale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
bTombo Conservation, Petowal Mining Company SA, Kédougou, Sénégal
Mots-clés : chimpanzé, nids, conservation, savane, bantankiline
Résumé : Le chimpanzé occidental (Pan troglodytes verus) est classé « en danger critique d'extinction » depuis 2016 d’après l’UICN suite au déclin de ses effectifs. Le but de l’étude est d'examiner les habitudes de nidification du chimpanzé en termes d'espèces d'arbres utilisées et de hauteur de nidification sur le site de Bantankiline (sud-est du Sénégal). Nous avons utilisé principalement la méthode des transects de reconnaissances pour le recensement des nids et les plots pour l’évaluation de l’abondance des espèces végétales. Globalement, nous avons effectué trois missions de terrain en 2018, 2020 et 2021 et parcourue 155,123 kilomètres répartis sur 37 transects. Nous avons enregistré un total de 809 nids de chimpanzés. La majorité des nids (N=655 ; 80,96 %) sont portés principalement par six espèces végétales : Pterocarpus erinaceus, Parkia biglobosa, Anogeissus leiocarpus, Diospyros mespiliformis, Cola cordifolia, Hexalobus monopetalus. Le Khaya senegalensis, le Piliostigma thonningii et l’Adansonia digitata sont faiblement utilisés par les chimpanzés (5.31 %). Pour l’abondance des espèces végétales, nous avons répertorié 50 espèces sur un total de 3 582 pieds. Cependant, nous avons noté la prédominance de quatre espèces lors du recensement : Hexalobus monopetalus, Pterocarpus erinaceus, Combretum glutinosum et Combretum micranthum. Le Parkia biglobosa avec une très faible abondance (0,2%) représente la deuxième espèce utilisée par le chimpanzé pour la nidification. La hauteur moyenne des arbres supports est de 13 mètres et celles des nids de 9,9 mètres. Nous pensons que la maîtrise du comportement de nidification est d’une importance capitale pour une meilleure conservation de l’espèce.

49Structure et écologie de la bande de singe Patas (Erythrocebus patas) de la Réserve Naturelle Communautaire de Koyli Alpha (Ferlo, Sénégal)
Stella Dunasa, Anna Niangb, Papa Ibnou Ndiayeb
aUniversité de Bordeaux, Bordeaux, France
bUniversité Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal
Mots-clés : écologie, Sénégal, Koyli Alpha, réserve, Erythrocebus patas
Résumé : Au Sénégal, la Grande Muraille Verte est un projet permettant de restaurer la biodiversité, notamment dans des zones de forte dégradation des écosystèmes comme au Ferlo. Notre étude s’est effectuée dans la réserve naturelle communautaire de Koyli Alpha au niveau de cette zone. Son objectif est d’apporter des connaissances écologiques sur la bande de singes semi-nomades appelés Patas (Erythrocebus Patas) fréquentant la réserve. Lors des trois semaines de terrain réalisées (mai-juin 2022) en saison sèche, nous avons utilisé différentes méthodes : 1) la prospection pédestre (suivi des empreintes), 2) l’observation en point fixe (réalisée de façon aléatoire aux points d’entrée de la réserve entre 7h et 11h et quotidienne au forage de 13h à 18h), 3) le piégeage photographique (pose de deux pièges au forage). Le but étant d’obtenir des informations sur la structure et composition du groupe, leur régime alimentaire et l’utilisation du milieu. Nous avons recensé 47 individus répartis en trois groupes (deux de 10-14 individus et un de 23 individus). Leurs activités diurnes (alimentation, hydratation) se font principalement à l’intérieur de la réserve. Les observations de terrain confirment leur régime alimentaire herbivore (herbes grasses), frugivore (gousses d'acacias et fruits de Balanites aegyptiaca) et insectivore.  Le forage est un des seuls points d’eau qu’ils utilisent pour s’abreuver. On peut aussi noter la présence d’animaux domestiques et sauvages sur ce site, faisant augmenter le risque de zoonose, sujet pouvant être étudié dans les mois à venir.

50Variabilité saisonnière et disponibilité des ressources alimentaires végétales consommées par les Mones de Lowe Cercopithecus lowei dans la forêt de l’Université Nangui Abrogoua, en Côte d’Ivoire
Sami Blaise Kambirea,b, Karim Ouattaraa,b, Inza Konea,b
aUniversité Félix Houphouët Boigny, Laboratoire des Milieux naturels et Conservation de la Biodiversité, Abidjan, Côte d’Ivoire
bCentre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire, Conservation et Valorisation des Ressources Naturelles, Abidjan, Côte d’Ivoire
Mots-clés : Mone de Lowe, diversité végétale, préférence alimentaire, milieu urbanisé
Résumé : L’Université Nangui Abrogoua située à Abidjan en Côte d’Ivoire abrite une relique forestière dans laquelle vivent des Mones de Lowe Cercopithecus lowei. Dans un contexte de pressions grandissantes dû à l’urbanisation, cette étude a évalué la variabilité de la disponibilité des ressources alimentaires pour cette espèce. Les méthodes d’observation du scan sampling et du focal sampling ont permis de noter lors des suivis continus journaliers les occurrences alimentaires sur deux groupes sociaux de 13 individus de Mones « habitués à la présence humaine » de janvier 2018 à décembre 2019. Des relévés phénologiques se faisaient tous les 15 jours sur la base des observations pilotes de 60 jours de 74 arbres fruitiers ciblés. Ces arbres dont les fruits sont consommés par ces Mones ont été géoréférencés dans les différents habitats de la relique forestière. Nos résultats montrent que 115 espèces végétales appartenant à 46 familles et 79 genres sont consommées par cette population de Mone de lowe, avec une trentaine d’espèces consommées à 64,4% d’occurrence sur l’ensemble des 115 espèces contenues dans leur répertoire alimentation. Les fruits sont majoritairement consommés à 79,6% et leur consommation augmente en saisons des pluies. L’ensemble des items (fruits, fleurs, feuilles, bourgeons, moelle, tige et racine ou tubercule) consommés sont plus inféodés à la strate végétale moyenne et localisés plus principalement dans la jachère que dans la forêt secondaire et les espaces cultivés. Des études supplémentaires seront nécessaires pour évaluer l’habitat préferentiel et la valeur énergétique des items d’origine végétale consommés par ces Mones.

51Caractérisation des facteurs de menace sur une population sauvage de Mones de Lowe Cercopithecus lowei dans la relique forestière de l’Université Nangui Abrogoua en Côte d’Ivoire
Sami Blaise Kambirea,b, Karim Ouattaraa,b, Inza Konea,b
aUniversité Félix Houphouët Boigny, Laboratoire des Milieux naturels et Conservation de la Biodiversité, Abidjan, Côte d’Ivoire
bCentre Suisse de Recherches Scientifiques,, Conservation et Valorisation des Ressources Naturelles, Abidjan, Côte d’Ivoire
Mots-clés : primates non-humains, milieu urbain, université Nangui Abrogoua, Côte d’Ivoire
Résumé : La survie des Primates Non-Humains observés en milieux périurbains est menacée par l’urbanisation galopante qui réduit l’habitat et la disponibilité alimentaire. C’est le cas d’une population de Mones de Lowe Cercopithecus lowei localisée dans la forêt de l’Université Nangui Abrogoua- Côte d’Ivoire. Cette étude a pour but de caractériser les principales menaces qui pèsent sur ces primates. Les méthodes d’observation du scan sampling, du focal sampling et du Ad libitum ont permis de noter lors des suivis continus journaliers les indices directs d'agression sur 13 individus de Mones habitués à la présence humaine de janvier 2018 à décembre 2019. La dégradation de leur habitat a été mise en évidence grâce aux indices de défrichement collectés pendant ces suivis journaliers. L’identification des indices indirects s’est basée sur des interviews semi-directs auprès de 401 personnes issues de la population riveraine. Nos résultats montrent que trois facteurs directs liés aux activités anthropiques constituent les grandes menaces des Mones et leur habitat : la pollution physique avec 71, 24 % des observations (N = 1510) ; le défrichement agricole avec 15, 21 % et le braconnage avec 13,50 %. Quant aux facteurs indirects, les personnes interrogées évoquent principalement le manque de volonté administrative à 32,7%, l’inaction des autorités en charge de la protection de la faune à 20,9 % et le manque de surveillance des Mones (16,8 %). Une surveillance et une campagne de sensibilisation auprès de cette population riveraine pourraient assurer la protection et la sauvegarde de ces Mones.

52Déprédations de cultures par les Primates à la périphérie de la Forêt des Marais Tanoé-Ehy et risque de transmission de maladies aux humains
Marthe Lydie Kouaoa, Inza Konéb
aLaboratory of Zoology and Animal Biology, Félix Houphouët Boigny University, Abidjan, Côte d'Ivoire
bCentre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire, Abidjan, Côte d'Ivoire
Mots-clés : déprédation, gestion des conflits humains et faune sauvage, méthodes de gestion, exploitation forestière, conservation durable
Résumé : Les déprédations de cultures surviennent généralement quand les humains et la faune sauvage partagent le même habitat. La Forêt des Marais Tanoé-Ehy (FMTE), située en Côte d’Ivoire, est l’un des "hotspots" de biodiversité le plus important pour la conservation de certains animaux en Afrique de l’ouest. Les cultures pratiquées par les humains à sa périphérie attirent les animaux en créant un contact permanent entre ces deux entités. Ainsi, il s’agit dans cette étude, d’inclure le concept d’Ecohealth dans la politique de conservation de la FMTE, pour une gestion intégrée et pérenne des questions de cohabitation humains et faune sauvage et des questions liées à l’exploitation des forêts sur la santé publique. Pour se faire, des enquêtes ont été menées dans 103 ménages de quatre villages environnants la FMTE suivies d’observations directes sur des parcelles de cultures (n=35). Nos résultats montrent qu’entre autres animaux sauvages vivant dans la FMTE cités dans les déprédations, figurent les singes parmi lesquels sont retrouvés deux espèces classées En Danger critique d’extinction par l'UICN. Il s’agit de Cercopithecus roloway et de Colobus vellerosus. Les déprédations se produisent principalement sur les plants de manioc, de bananiers et de maïs. Lorsque tout l’organe n’est pas consommé, les parties non consommées, déjà exposées aux moisissures, sont également récoltées. De ce qui précède, nous disons, qu’autant les méthodes conventionnelles pour la protection des cultures sont recommandées car ces déprédations pourraient être source d’insécurité alimentaire, autant les recherches approfondies s’imposent pour prévenir tout risque de transmission de zoonoses.

53Quels modèles agricoles pour la conservation des chimpanzés en Afrique de l’Ouest ?
Vincent Leblan
Patrimoines Locaux, Environnement et Globalisation (PALOC), Institut de recherche pour le Développement, MNHN, Sorbonne Universités, Paris, France
Mots-clés : agriculture sur brûlis, monoculture commerciale, chimpanzé, Afrique de l’Ouest, conservation
Résumé : L'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a établi en 2020 un plan d'action pour la conservation des chimpanzés d’Afrique de l’Ouest pour la période 2020-2030. Selon des estimations récentes, cette population de chimpanzés a diminué de 80 % entre 1990 et 2014. Parallèlement, on estime que 83 % de ces chimpanzés vivent en dehors de toute aire fortement protégée. Le déclin drastique des chimpanzés de Côte d'Ivoire, dans un contexte de monoculture commerciale, a largement inspiré ce nouveau plan d'action centré sur la création et l’extension d’aires protégées. Nous distinguons deux mécanismes ayant contribué au déclin de la population de chimpanzés en Côte d’Ivoire, perte d’habitat et augmentation de la pression cynégétique, et examinons leurs rapports aux crises politico-militaires des années 2000, afin d'évaluer leur pertinence pour planifier leur conservation à l'échelle ouest-africaine. Nous examinons ensuite le rôle que pourrait jouer l'agriculture itinérante sur brûlis, qui domine l'économie de subsistance des pays voisins, dans la conservation de cette sous-espèce. Comment les chimpanzés utilisent-ils les jachères agricoles ? De quelles connaissances écologiques les agriculteurs disposent-ils pour penser leur coexistence avec les chimpanzés ? Nous invitons les acteurs de la conservation à prendre en compte les habitats communs aux agriculteurs et aux chimpanzés dans les régions dominées par l’agriculture sur brûlis à révolution. Cette démarche pourrait contribuer au passage d’un paradigme conservationniste axé sur les aires protégées, sources récurrentes de conflits entre riverains et agents de l’Etat, vers une approche fondée sur la coexistence entre humains et animaux.

54One Plan Approach, l’avenir du singe de Roloway sur Terre ?
Brice Lefauxa, Inza Konéb, Charlotte Desboisac
aParc Zoologique et Botanique de Mulhouse, Mulhouse, France
bCentre Suisse de Recherche Scientifique, RASAP-CI, Adidjan, Côte d’Ivoire
cEAZA Executive Office, Population Management Centre, Amsterdam, Pays-Bas
Mots-clés : conservation ex situ & in situ, singe de Roloway, EEP, conservation communautaire
Résumé : Alors que Les populations du singe de Roloway n’ont été recensées ces dernières années que dans trois forêts en Côtes d’Ivoire et Ghana, que l’UICN a classé l’espèce en danger critique d’extinction en 2017, deux programmes de conservation communautaires font espérer une protection durable dans le milieu naturel. Ces programmes sont portés par la « West African Primate Conservation Action » pour la forêt de Kwabre au Ghana et le programme « Recherche et Action pour la Sauvegarde des Primates en Côte d’Ivoire » du CSRS en Côte d’Ivoire pour la forêt des marais de Tanoé. Ils sont eux-mêmes soutenus depuis leur fondation par les parcs zoologiques européens participant au programme de reproduction des singes de Roloway en Europe (EEP). Ils mènent sur le terrain des recensements et études écologiques et développent avec les communautés des mesures de protection et de gestion durable des forêts. Les rôles de l’EEP ont évolué pour aboutir en 2021 à une stratégie qui vise à assurer le soutien financier et technique des deux programmes in situ cités. Nous interrogeons son efficacité présente et future ainsi que l’impact indirect que l’éducation environnementale des visiteurs de zoo peut avoir pour la population in situ. Enfin le maintien d’une population d’assurance dans les institutions européennes est-elle durable ? L’approche globale de planification stratégique de conservation (One Plan Approach) mettant autour d’un table commune toutes les parties prenantes et les populations en zoos comme les populations dans le milieu naturel est-elle l’avenir du singe de Roloway ?

55Community-led conservation of gorilla (Gorilla Gorilla): ‘Club des Amis des Gorilles’ case in the Ebo forest, Littoral Region-Cameroon
Daniel M. Mfossaa,b, Ekwoge. E. Abweb,c, Roger I. Tchouamod, Roseline J. Beudelse, Fany Brotcorne f
aERAIFT,The University of Kinshasa, Kinshasa, DRC
bEbo Forest Research Project, Douala, Cameroon
cSan Diego Zoo Wildlife Alliance, San Diego, USA
dThe University of Dschang, Dschang, Cameroon
eThe Royal Institute of Natural Sciences of Belgium, Brussels, Belgium
fThe University of Liège, Liege, Belgium
Keywords: Ebo forest, biodiversity, Gorilla gorilla, community, livelihood activities, conservation
Abstract : Ebo gorillas live in a sub-mountane mature forest with dense herbaceous undergrowth and open canopy in the Littoral Region of Cameroon. This forest is under threat due to over hunting and land occupation. Our main goal with this study was to assess how far empowering community conservation initiatives as “Club des Amis des Gorilles” (CAG) can effectively contribute to preserve natural resources. CAG is a legal association gathering volunteers and operating in three bordering villages to Ebo gorilla habitat with objectives of undertaking various conservation activities. Questionnaires were administered to 146 villagers to appreciate the impacts of this association in wildlife preservation within the Ebo landscape. In addition to wildlife survey and sensitization campaigns organized by CAG members, the group also implemented some livelihood micro-projects as sustainable farming to improve life condition of local populations. After five years of existence, CAG has increased people’s attention to the Ebo biodiversity. The majority of interviewees (80 %) acknowledged their pride in the gorillas and other wildlife thanks to CAG efforts. The gorilla habitat is on process to be declared as No Go Zone to human after a consensus between CAG members and traditional rulers. We conclude that community associations can play a great role in biodiversity conservation in this region. However, to ensure a long-term conservation program in this ecosystem, we propose to increase households’ incomes with substantial livelihood activities such as agroforestry, integrated fish farming, animal breeding, and the promotion of ecotourism, which will lead to the improvement of community welfare.

56Résultats préliminaires sur le suivi de la vitesse de dégradation des nids de chimpanzés au Parc National du Niokolo Koba (Sénégal)
Yaya Hamady Ndiayea, Papa Ibnou Ndiayea, Stacy M. Lindshieldb, Jill Pruetzc
aLaboratoire d’écologie animale, département de Biologie animale, Faculté des Sciences et Techniques, UCAD, Dakar, Sénégal
bDepartment of Anthropology, Purdue University, West Lafayette, IN, USA
cDepartment of Anthropology, Texas State University, San Marcos, TX, USA
Mots-clés : vitesse de dégradation, nid, chimpanzé, Parc National du Niokolo Koba
Résumé : Les Primatologues et les conservateurs de la faune sont unanimes sur le fait que la clé de la gestion efficace des grands singes passe avant tout par une évaluation fiable des populations. La faible densité et la difficulté d’observer les chimpanzés en milieu naturel ont rendu quasi impossibles les collectes de données par observation directe. Pour cette raison, les indices de présence comme les nids de repos sont le plus utilisés pour l’estimation des densités et la taille des populations de chimpanzés. Les nombreuses publications qui lui sont consacrées montrent son importance et sa fiabilité. Lors de cette étude, 61 nids frais de chimpanzé ont été marqués entre mars et juin 2021 au Mont Assirik, dans le Parc National du Niokolo Koba (PNNK), au sud-est du Sénégal pour suivre la vitesse de dégradation des nids. Après le marquage des nids frais, nous effectuons un passage tous les 30 jours pour évaluer l’évolution des nids à travers l’état des feuilles d’arbre qui le constituent. Ceci nous a permis de constater que le taux moyen de dégradation des nids, c’est-à-dire le passage de l’état d’un nid avec des feuilles fraiches à un nid ayant perdu toutes ses feuilles suite à l’assèchement sous le soleil, est compris entre 107 et 109 jours. Nous supposons que d’autres paramètres écologiques comme la saison et la pluviométrie peuvent aussi accélérer la vitesse de désintégration des nids, d’où la nécessité d’approfondir ces études afin de disposer d’informations scientifiques fiables pour la conservation du chimpanzé dans ce site.

57Quarantaine des orphelins dans leur pays d’origine : une difficile balance entre bien-être animal et risque épidémiologique
Dominique Puidupin-Grassineaub, Sophie Gallino-Ndjangangoyea, b, Larson Boundengaa, Thierry Tsoumboua, Barthélémy Ngoubangoyea,b
aCentre de Primatologie du Centre International de Recherche Médicale de Franceville, Gabon
bSave Gabon’s Primate, Gabon-France
Mots-clés :
quarantaine, résilience, éthique, bien-être, psycho-traumatisme, épidémiologie
Résumé :
Au Gabon, le CIRMF - centre de recherches médicales sur les maladies infectieuses - dispose d’un centre de primatologie (CDP). Mais depuis 2013, les expériences biomédicales sur les primates y ont définitivement cessées et, avec l’appui de l’association Save Gabon’s Primates, le CDP se transforme en centre d’accueil pour les primates orphelins victimes du braconnage. Lors de l’arrivée de ces derniers, une quarantaine dite « chaude » de 21 jours est réalisée avant d’envisager leur réhabilitation. Elle se déroule dans un lieu fermé où l’enrichissement social est restreint. Un antagonisme apparait alors entre deux objectifs : préserver la santé de la population humaine et la « faune sauvage » (One Health) et accueillir le primate orphelin de manière à favoriser ses capacités de résilience et respecter le bien-être animal. Or les contraintes sanitaires (interactions avec les animaliers limitées au temps de nettoyage et nourrissage (1h/jour) ; barrières physiques avec la cage, le port d’EPI et la séparation des individus) ont un impact négatif. Dernièrement, un jeune orphelin de 2 mois présentait un comportement sain à son arrivée. Après un mois de quarantaine, il développait des troubles du comportement. Ce contrôle sanitaire s’est révélé être rétrospectivement, indispensable : le chimpanzé était séropositif VHC. Ce résultat sérologique conforte ainsi les précautions prises. En revanche, l’apparition des troubles du comportement confirme la nécessité de revoir les processus de socialisation durant cette période qui peut survenir à un moment critique pour le développement psychomoteur individuel des primates et notamment des grands singes.

58Impacts des activités anthropiques sur l’habitat du chimpanzé, Pan troglodytes verus au niveau de la concession minière de Petowal Mining Company (PMC) : Kédougou, Sénégal
Serigne Fallou Sylla, Papa Ibnou Ndiaye
Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Sciences et Techniques, Département de Biologie Animale, Laboratoire de Biologie Evolutive, Ecologie et Gestion des Ecosystèmes, Dakar, Sénégal
Mots-clés :
chimpanzé, nidification, conservation, Petowal Mining Company, Parc National du Niokolo-Koba, Sénégal
Résumé :
Le chimpanzé d’Afrique de l’Ouest, Pan troglodytes verus est une espèce classée en danger critique d'extinction par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Ce travail est une étude comparative de l'écologie du chimpanzé dans un habitat de savane et de paysage anthropique. Cet habitat particulier coïncide avec l'emplacement de la mine d'or de Mako (13° 04’ 00’ N, 12° 43’ 00’ O). La collecte de données a été réalisée pendant la saison des pluies entre Juillet-Août 2017 (période de construction de la mine) et Août-Septembre 2020 sur une distance totale (transect et recce) d'environ 598 km pour chaque année. Nous avons effectué des prospections de terrain en utilisant les transects de reconnaissance pour identifier tout indice de présence de chimpanzé (nid, crotte, empreinte, vocalisation, reste d’alimentation, observation directe). Au cours de ces deux prospections, nous avons collecté 664 nids en 2017 et 433 en 2020 dans la zone d'étude en parcourant les mêmes transects sur la même distance. Les résultats montrent qu'en 2017, la majorité des nids ont été trouvés dans la galerie forestière avec 45,8%, contre seulement 31,4% en 2020. La répartition des nids par rapport aux arbres supports montre 664 nids répartis sur 40 espèces végétales en 2017 contre 433 nids sur 37 espèces en 2020. Afin de mieux protéger les chimpanzés dans ce pays, cette étude contribuera à nos connaissances en fournissant des informations sur l'écologie du chimpanzé d'Afrique occidentale dans un habitat de savane et dans un paysage perturbé par l'homme.

59Nouvelle approche de l’habituation des gorilles des plaines de l’ouest
Prospère Teberda,b, Alice Zambardab, Ivonne Kienastb, Fabrice Thierry Ebombib, Gaston Abeab, Terry Brncicb, Julia Kunzb, Vittoria Estienneb, Crickette Sanzb, David Morganb,c,d
aWildlife Conservation Society Program Congo, Brazzaville, République du Congo
bParc National de Nouabale-Ndoki
cDepartment of Anthropology, Washington University in Saint Louis, Saint Louis, États-Unis
dCenter for the Study and Conservation of Apes, Lincoln Park Zoo, Chicago, États-Unis
Mots clefs
: habituation, femelles habituées, femelles non habituées, évolution, pistage
Résumé : Deux espèces de gorilles (Gorilla gorilla et Gorilla beringei) colonisent les forêts tropicales d’Afrique centrale. Les gorilles des plaines de l’ouest (G. g. gorilla) sont les plus nombreux et les plus répandus, mais les moins étudiés, d’où la nécessité d’habituer des groupes pour mieux les connaître. L’habituation de cette sous-espèce est sujette à plusieurs obstacles (végétation dense et effort de marche). Nous avons implémenté et adapté un processus d’habituation composé de quatre phases (reconnaissance, suivi, contact et habituation). Nous décrivons l’habituation d’un groupe de 14 individus (1 dos argenté, 8 femelles et 5 enfants) dont 3 déjà habitués dans le Triangle de Djéké, nord de la République du Congo, de janvier 2019 à août 2021 (32 mois). Ce groupe avait un domaine vital d’environ 9,6 km2 chevauchant avec des groupes habitués. Nous avons évalué le progrès d’habituation en fonction du nombre de contacts établis, des réactions des différents individus face aux observateurs humains et du temps passé en présence des gorilles. Les réactions (nervosité, agressivité et fuite) des gorilles face aux observateurs ont fortement diminué en 8 mois pour le dos argenté (n=1, rs=0,56, P=0,000849), et 12 mois pour les femelles non habituées (n=5, rs=0,59, P=0,00018). Il existe une corrélation significative entre la réaction calme et le temps d’habituation chez toutes les catégories d’individus. La méthodologie employée a conduit à l’habituation rapide de ce groupe de gorilles. La présence des individus habitués et l’expérience de l’équipe en charge de l’habituation sont entre autres facteurs qui expliquent cette réussite.

60Etude multicritères sur les régimes sans fruits pour les cébidés et cercopithécidés
Flore Viallarda, Alexandre Petryb, Sébastien Lefebvrec, Benoît Quintardb
aVetAgroSup, Campus agronomique, Lempdes, France
bParc zoologique et botanique de Mulhouse, Mulhouse, France
cVetAgro Sup, Campus vétérinaire, Marcy L’Etoile, France
Mots-clés :
nutrition, ration, santé, comportement, fibre, selles
Résumé :
En parc zoologique, les rations miment le régime alimentaire sauvage et sont élaborées à partir de l’expérience terrain. Cependant l’apport nutritif pour les espèces en captivité ne reflète pas forcément celui du milieu naturel. La présente étude est basée sur cinq espèces de primates du zoo de Mulhouse : Ateles fusciceps rufiventris (3 individus), Cercopithecus hamlyni (3 individus), Allochrocebus lhoesti (5 individus), Cercopithecus roloway (3 individus) et Sapajus xanthosternos (6 individus). Des suivis nutritionnels et éthologiques de 5 heures au total par espèce ont été effectués en mai, juin et juillet 2021 pour suivre le passage à un régime sans fruits. Ils comprenaient une évaluation de la composition en nutriments à partir de grilles de référence existantes, un suivi de la consistance des selles et un suivi du choix des aliments pendant les repas par observation en scan et l’occurrence de comportements agressifs et vocalisations. Le nouveau régime offre une plus grande diversité de légumes. Il a été observé une amélioration de la consistance des selles pour l’ensemble des espèces et notamment pour les atèles et les cercopithèques d’Hamlyn. On note une augmentation des temps de repas pour les capucins et les Hamlyn. Ces régimes avec plus de fibres et moins de fruits sont de plus en plus mis en œuvre auprès des espèces en captivité et se rapprochent de ceux des espèces en milieu naturel.

SESSION 5 : ETHOLOGIE

61Quand des singes vervets rencontrent un robot ANYmal dans leur milieu naturel
Charlotte Canteloupa,b, Joonho Leec, Samuel Zimmermannc, Marco Hutterc, Erica van de Waala,b
aDépartement d’Ecologie et Evolution, Université de Lausanne, Suisse
bInkawu Vervet Project, Afrique du Sud
cRobotic Systems Lab, ETH Zürich, Suisse
Mots-clés :
intégration sociale, primates, habituation, interaction animal-robot
Résumé :
Des distributeurs automatiques de nourriture aux robots domestiques, militaires et industriels, les robots ont une place importante dans notre société. A ce jour, aucune étude comportementale n'a testé l'intégration sociale d'un robot dans un groupe de primates sauvages. Pour combler cette lacune, nous avons étudié la réaction de singes vervets sauvages à l’introduction d’un robot sur leur territoire. Le robot ANYmal est un robot quadrupède télécommandé de la taille d'un mouton portant une boîte ouverte sur son dos remplie de morceaux de maïs et de pommes. Nous avons présenté ce robot à un groupe de 37 singes vervets du Inkawu Vervet Project en Afrique du Sud. Nous l'avons amené dans le territoire des singes 9 fois sur 6 jours pendant environ 10h. Nous avons introduit le robot en suivant différentes étapes : i) le robot était allongé et entouré de nourriture au sol ; ii) le robot se tenait debout de manière stable, quadrupède, entouré de nourriture au sol ; iii) le robot se tenait debout en bougeant légèrement avec nourriture au sol ; et iv) le robot se tenait debout en bougeant légèrement sans nourriture au sol. Nous avons filmé les sessions, et nous analysons actuellement les vidéos pour enregistrer la réaction des singes au robot, l'identité des singes et les réseaux de proximité spatiale autour du robot. Cette étude pilote offre des perspectives passionnantes sur les phénomènes d'acceptation sociale des machines dans les sociétés de mammifères.

62La familiarité et le sexe des soigneurs influencent les comportements sociaux chez les bonobos
Marta Casellia*, Elisa Demurub,c*, Emilio Russoa, Jean-Pascal Guéryd , Ivan Norsciaa
aDepartment of Life Sciences and Systems Biology, University of Torino, Italie
bDynamique Du Langage, CNRS-UMR 5596, Université de Lyon 2, Lyon, France
cENES Bioacoustics Research Laboratory, Université de Saint-Etienne, CRNL, CNRS UMR 5292, Inserm UMR_S 1028, Saint-Etienne, France
dLa Vallée des Singes, Romagne, France
Mots-clés : nourissage, captivité, socialité, bien-être, Pan paniscus
Résumé : Pour les animaux captifs, un pic d'activité est observé pendant les nourrissages. Chez les espèces sociales, cette excitation se manifeste par une augmentation des relations affiliatives, compétitives ou liées au stress. Cette étude explore si et comment les dynamiques sociales des bonobos sont modifiées par la nourriture (présence/absence et typologie) ainsi que par les caractéristiques des soigneurs (sexe et familiarité). Les données ont été collectées dans le groupe des bonobos (N=17 ; 7 femelles adultes, 4 mâles adultes, 6 sujets immatures) à La Vallée des Singes (juillet-décembre 2019) en se focalisant sur cinq catégories comportementales : stress ; jeu ; socio-sexualité ; agression ; gestes. Les résultats des GLMMs démontrent un effet hautement significatif de la présence et du type d'aliments dans ces cinq catégories. Cela a permis d'identifier les comportements caractérisant le contexte d'attente (stress, jeu, socio-sexualité) ou de compétition (gestes, agressions, socio-sexualité). Les résultats ont aussi démontré que les comportements liés au stress sont moins fréquents en présence d'un soigneur femme et familier - un aspect peut-être lié à la hiérarchie féminine chez les bonobos. La même tendance a été enregistrée pour le jeu et les gestes, suggérant que ces caractéristiques du soigneur favorisent une ambiance plus détendue. Les comportements socio-sexuels sont plus fréquents en présence d’un soigneur familier et montrent une « double nature » en étant présents dans la phase d’attente et de compétition. Dans l’ensemble, cette étude montre que les comportements d'attente et de compétition les bonobos sont influencés par des facteurs externes, dont une meilleure compréhension pourrait contribuer à améliorer la gestion et le bien-être de cette espèce en captivité.

63Evaluation du bien-être des Primates en captivité au Bénin, Afrique de l’Ouest
Rockis Gérovenso Sèdodjitché Gansoa, Farid Amadou Bahlemana, Sadam Mamaa, Laurent Gbenato Houessoub
aSOS Savane-ONG, Tanguiéta, Bénin
bUniversité de Parakou, Parakou, Bénin
Mots-clés : primates, captivité, bien-être, éthologie, Bénin, Afrique de l’Ouest
Résumé : La captivité est devenue l’un des moyens les plus utilisés pour protéger les animaux sauvages menacés en raison des différentes pressions sur ces derniers dans leur milieu naturel, par l’intermédiaire du tourisme, de la recherche et/ou grâce à un engagement passionné. Cette approche de conservation n’est pas sans effet sur la santé comportementale des animaux concernés. La présente étude réalisée au Bénin a consisté à faire un état des lieux de la détention en captivité sur le bien-être des primates à travers l’inventaire des espèces de primates en captivité, la caractérisation des sites de détention, l’examen des conditions de détention et l’étude des facteurs (stress, faim) influençant le bien-être des primates en captivité. Les données ont été collectées auprès de différentes structures/individus détenant des primates en captivité dans les villes de Porto-Novo, Cotonou, Abomey-Calavi, Bohicon et Bassila. 150 individus appartenant à cinq espèces de primates ont été inventoriés : le Mona, le Patas, le Babouin, le Vervet et le Singe à ventre rouge. Ils sont majoritairement acquis auprès des chasseurs (71%) vivants dans les zones riveraines aux aires protégées à savoir les forêts classées, les parcs Pendjari et W. Les abris de détention sont les cages (50%), les chaînes (35%) et en paysage libre (15%). Le suivi en alimentation, entretien et soins aux animaux diffèrent d’un site à un autre et sont fonction du type de site de détention (maisons, zoos). Les facteurs déterminant le bien-être des primates en captivité sont l’alimentation, l’espace vital, l’environnement physique, ou le suivi sanitaire.

64Social complexity increases signalling complexity during social approaches in sympatric chimpanzees and sooty mangabeys
Mathilde Gramppa, b, c, Julian Leond, e, Liran Samunib,f, Patrick Tkaczynskib, g*, Roman M. Wittig a, b, c*, Catherine Crockforda, b, c *
aEvolution of Brain Connectivity, Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany
bTaï Chimpanzee Project, Centre Suisse de Recherches Scientifiques, Abidjan, Côte d’Ivoire
cThe Ape Social Mind Lab, Institut des Sciences Cognitives, CNRS, Bron, France
dTaï Monkey Project, Centre Suisse de Recherches Scientifiques, Abidjan, Côte d’Ivoire
eComparative Cognition Lab, Neuchâtel University, Switzerland
fDepartment of Human Evolutionary Biology, Harvard University, Cambridge, MA, United States
gLiverpool John Moores University, United Kingdom
*Joint last authors

Keywords: multimodal signals, signal sequences, fission-fusion dynamics, social competence, Pan troglodytes verus, Cercocebus atys
Abstract: The social intelligence hypothesis posits that more complex social environments require greater behavioural flexibility and communicative skills for individuals to effectively manage their social interactions. However, disentangling the implications of different socio-ecological factors on behaviour is not straightforward, especially in comparative studies. Social uncertainty, namely unpredictability of the outcome of a social interaction, is emphasised as a driver of social and communicative complexities. High degrees of fission-fusion dynamics may limit access to information from or about third-parties, thus increase risks of social conflicts and uncertainty. We examined the influence of social uncertainty on signalling complexity in wild chimpanzees and mangabeys, two sympatric-living species with varying degrees of fission-fusion dynamics (higher in chimpanzees), by observing dyadic close-range communication during approaches. We conducted focal follows of mature individuals (N=89, 2900 h), recording approaches across different social contexts (fusion, inter-party communication and post-conflict events). We defined increasing signalling complexity on two scales: 1) emitting multiple sensory modalities (visual and auditory), 2) multiple signal types. Overall, chimpanzees used more auditory and multisensory signals than mangabeys, thus their use of signals offers more information available to third-parties. For chimpanzees, approaches following a conflict with a third-party and during fusions involved more complex signalling. In mangabeys, only the number of signal types increased during fusion events. Multimodal signals may serve to disambiguate messages, especially when social uncertainty is high. High fission-fusion dynamics may thus increase social and communicative complexities. Chimpanzees showed higher behavioural flexibility of signalling strategies to the social environment, thus social competence, than mangabeys.

65The evolution of intersexual power in primates: a comparative analysis
Elise Hucharda, Dieter Lukasb, Claudia Fichtelc, Nikolaos Smita, Peter Kappelerc
aInstitut des Sciences de l’Evolution de Montpellier, CNRS, Université de Montpellier, Montpellier, France
bMax Planck Institute of Anthropology, Leipzig, Allemagne
cGerman Primate Center, Leibniz Research Center, Goettingen, Allemagne
Keywords :
sexual conflict, power asymmetries, social dominance, reproductive conflicts
Abstract : Power reflects the ability of an individual or group to elicit particular behaviours in others. Identifying its underpinnings can provide insights into the emergence, dynamics and consequences of social and gender inequalities in human and animal societies. Intersexual power reflects the degree of control over resources and reproduction that members of one sex exert over members of the other sex, and can be measured by sex-biases in the outcome of intersexual conflicts. Here we gather comparative data on intersexual social hierarchies using 208 observations from 106 non-human primate species in order to investigate the extent of variation in intersexual power within and across species, as well as some evolutionary determinants of such variation. Intersexual power covers the full range of variation from strict male dominance (n=44 species) to strict female dominance (n=38 species) through no clear sex bias (n=59 species), and can vary within species. Phylogenetic inertia in intersexual power is low but significant. We test four hypotheses regarding the emergence and maintenance of female-biased power, positing that it reflects variation in (1) female reproductive control across various mating systems, (2) female capacity to form alliances, (3) self-organization processes driven by group sex-ratio, or (4) female-female competition driven by ecological harshness. Our results support the first hypothesis, showing that transitions towards female-biased power are considerably more likely in monogamous systems, and that polygynous systems promote male power. These results shed new light on the evolution and variation of intersexual power across (non-human and human) primates.

66Social traditions in neighbouring groups of wild vervet monkeys
Elena Kerjeana,b, Erica van de Waalb,c, Charlotte Canteloupb,c
aÉcole Normale Supérieure de Paris, France
bDepartment of Ecology and Evolution, University of Lausanne, Switzerland
cInkawu Vervet Project, Afrique du Sud
Keywords:
culture, sociality, grooming reciprocity, demographic, primate
Abstract : Across space and across time, social traditions greatly shape the way we interact with each other. However, little is known about the existence and persistence of social traditions in other primate species, especially in the wild. In this study, we investigated the existence of stable differences in the proportion of affiliative behaviours and the level of grooming reciprocity among three overlapping groups of wild vervet monkeys (Ankhase, Baie Dankie, and Noha). We used behavioural observations collected using ad libitium sampling over nine years at the Inkawu vervet Project (IVP). Two metrics of social behaviours have been studied: the proportion of affiliative behaviours (both within the group and at the individual level) and the level of grooming reciprocity (both at the level of the group and at the level specific to dyads). We measured and statistically controlled for the influence of demographic factors (size of the group, sex ratio, and age ratio). Moreover, we assessed the role of individuals' socio-demographic categories (age, sex, and dominance). Despite yearly fluctuations in demography, we found that Ankhase had a higher proportion of affiliative behaviours and level of grooming reciprocity. All members from Ankhase irrespective of their sex, age, and dominance contributed to the specificity of social behaviours of this group. Genetics and ecology are unlikely to explain these results. As a whole, our study suggests the existence of social traditions in wild vervet monkeys and underlines the importance of longitudinal studies and demographic controls in the evaluation of social diversity.

67Un intérêt pour les visiteurs chez les orangs-outans de la Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes : attirance ou méfiance ?
Cerise Petita,b, Audrey Mailleb,c
aLaboratoire Eco-anthropologie, UMR 7206 MNHN, CNRS, Université Paris Cité, Paris, France
bEcole Normale Supérieure Paris-Saclay, Gif-sur-Yvette, France
cPôle parcs zoologique, Direction des Jardins, Musées, Zoos MNHN, Paris, France
Mots-clés
 : relations humains – autres animaux, parcs zoologiques, bien-être, utilisation de l’espace, préférence, biais cognitif
Résumé
 : Les rares études qui s’intéressent à l’effet des visiteurs sur les primates dans les parcs zoologiques se focalisent sur le nombre de visiteurs mais négligent leurs comportements, ce qui pourrait expliquer pourquoi elles montrent des résultats contrastés. Afin de quantifier l’effet des visiteurs sur l’état émotionnel des cinq orangs-outans (Pongo pygmaeus) de la Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes, nous avons analysé si leur comportement et utilisation de l’espace variait en fonction du nombre, mais aussi du niveau sonore et de l’attitude des visiteurs. Les jours de forte fréquentation, les orangs-outans se rapprochaient des visiteurs, leurs faisaient face et les regardaient davantage, en particulier quand des visiteurs cherchaient à interagir avec eux. Si les vitres de l’enclos étaient partiellement occultées, les orangs-outans préféraient se positionner du côté où ils pouvaient voir et être vus des visiteurs. L’attirance de ces orangs-outans pour les visiteurs indique qu’ils les perçoivent positivement, mais elle pourrait également révéler un état de vigilance à leur égard. Pour mieux caractériser la valence des réactions des orangs-outans face aux visiteurs, nous avons développé un test de biais cognitif de jugement. Un individu a appris à discriminer un stimulus positif (gobelet blanc associé à une récompense alimentaire) et un négatif (gobelet noir vide), puis a été exposé à un stimulus ambigu (gobelet gris récompensé aléatoirement). Sa latence de quémande vers le stimulus ambigu ne dépendait pas du nombre quotidien de visiteurs. Des indicateurs supplémentaires restent requis pour pouvoir objectiver la relation entre visiteurs et orangs-outans dans les zoos.

68Le soutien des apparentés n’a pas la même importance chez tous les macaques
Odile Petit, Bernard Thierry
UMR Physiologie de la Reproduction et des Comportements, CNRS, Université de Tours, Strasbourg, France
Mots-clés : parenté, dominance, alliances, Macaca tonkeana
Résumé : Les macaques vivent en groupes de mâles et femelles qui s’organisent en lignées maternelles. Le jeu des alliances entre apparentés aboutit à une stratification de la société où une lignée en domine une autre. Chez une espèce fortement hiérarchisée comme le macaque japonais, les alliances se décident exclusivement en fonction du degré de parenté : dans des expériences où l’on confronte des femelles de différentes lignées, une femelle macaque d’une lignée dominante qu’on prive de ses alliées est immédiatement renversée par les femelles d’une lignée subordonnée. Chez une espèce comme le macaque de Tonkean, les relations entre lignées sont moins rigides, probablement en raison d’une plus faible influence de la parenté. Dans cette étude, nous avons testé si des femelles macaques de Tonkean (N=10) parviennent à conserver leur rang hiérarchique en l’absence d’alliées dans un contexte de compétition alimentaire, soit par dyades (45 combinaisons), soit par triades (35 combinaisons). Les confrontations dyadiques ont permis de mesurer la relation de dominance caractérisant chaque paire de femelles en l’absence d’alliées. Ensuite, une femelle d’une lignée dominante était testée seule contre une paire de femelles d’une lignée subordonnée. Il s’avère qu’une femelle dominante est capable de conserver son rang face à une paire de subordonnées dans 86% des cas (en monopolisant l’accès à la nourriture), contrairement au macaque japonais. Cette différence confirme que le biais de parenté varie entre espèces et est associé à une plus grande densité des liens sociaux chez le macaque de Tonkean, même entre femelles de lignées maternelles différentes.

69Mesure de la tolérance sociale comportementale individuelle chez le macaque de Tonkean (Macaca tonkeana)
Adam Provina,b,c, Marie Hirelc, Hélène Meuniera,b , Sébastien Ballestaa,b , Stefanie Keuppc
aLaboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives, Université de Strasbourg, France
bCentre de Primatologie de l’Université de Strasbourg , Niederhausbergen, France
cGerman Primate Center, Göttingen, Allemagne
Mots-clés : cofeeding, dyades, compétition alimentaire, comportement de tolérance
Résumé : La tolérance sociale comportementale est la propension d’un individu à pouvoir être à la fois à proximité de congénères et de ressources, sans que cela engendre systématiquement d’agression. Cet aspect individuel est à différencier de la tolérance sociale structurelle, caractérisée par un ensemble de facteurs (i.e, taux d’agressions, réconciliations) concernant le groupe ou l’espèce. L’objectif de notre étude est de tester si un paradigme de cofeeding (alimentation simultanée) 1/ est un bon évaluateur de la tolérance sociale comportementale et 2/ révèle des différences interindividuelles au sein d’un groupe de tolérance sociale structurelle donnée. Ce paradigme a été mis en place sur un groupe de macaques de Tonkean (Macaca tonkeana) au Centre de Primatologie de l’Université de Strasbourg, espèce décrite comme une des plus structurellement tolérantes. Des paires d’individus ont été confrontées à trois situations de compétition alimentaire différentes : a) une seule source de nourriture, b) deux sources de nourriture proches et c) deux sources de nourriture distantes. Nous avons relevé la présence de cofeeding, la distance interindividuelle et les comportements agonistiques. Afin d’évaluer la pertinence du paradigme à révéler des comportements réellement dus à de la tolérance par rapport à des facteurs sociodémographiques ou structurels, nous avons pris en compte l’âge, le sexe, la hiérarchie et la parenté pour chaque paire de sujets. La collecte de données en cours semble déjà révéler des variations individuelles, notamment lorsque les sources de nourritures sont distantes. La tolérance sociale comportementale pourrait être un trait individuel, et non une caractéristique propre à l’espèce.

70La nouveauté module-t-elle la prise de décision sous risque de gain ? Une étude comparative
Anthony Roiga, Régis Thouvarecqb, James Rivièrea
aCentre for Research on Psychological Functions and Disorders (CRFDP) Scientific Team (UR 7475), Normandy University (UNIROUEN) Mont-Saint-Aignan, France
bCETAPS Lab (UR 3832), Normandy University (UNIROUEN), Mont-Saint-Aignan, France
Mots-clés : cognition comparée, prise de décision, risque, primates non humains, psychologie du développement
Résumé : La majorité des primates non-humains et des jeunes enfants sont appétents au risque en situation de gain. Ce comportement pourrait être lié à un attrait pour l’inattendu et la nouveauté. Afin de tester cette hypothèse, nous avons mis en place deux expérimentations chez deux populations présentant une attitude différente face à la nouveauté. Nous avons soumis, à 24 enfants humains âgés de deux ans et demi (12 filles, 12 garçons) et 7 capucins bruns (2 femelles, 5 mâles), deux situations de choix binaire. Dans la première expérience, nous présentons un bol vert dissimulant une petite quantité de nourriture (l’option garantie) et quatre bols bleus dont un seul dissimule une quantité plus grande de nourriture (l’option risquée). Au cours de l’expérience, les bols bleus de l’option risquée sont remplacés par des boites rouges. Dans la seconde expérience, le bol vert est remplacé par un bol transparent. Nos résultats montrent que, à la différence des capucins qui sont averses au risque (10.71 % de choix risqué dans la première expérience et 0 dans la seconde), les enfants sont appétents au risque (91,67 % de choix risqué dans la première expérience et 93,48 % dans la seconde). Ces patterns comportementaux diamétralement opposés pourraient refléter des stratégies différentes pour faire face à l’incertain. Le comportement exhibé par les capucins semble correspondre à une stratégie d’exploitation des options sûres et connues alors que les enfants manifesteraient une stratégie d’exploration motivée par l’attrait pour la nouveauté.

71Dynamics of intersexual dominance in a highly dimorphic primate
Nikolaos Smita, Barthélémy Ngoubangoyeb, Marie JE Charpentiera,†, Elise Hucharda,†
aInstitut des Sciences de l'Évolution, Université de Montpellier, Montpellier, France
bCentre International de Recherches Médicales de Franceville, Franceville, Gabon
These authors have contributed equally to this work
Keywords: intersexual dominance, hierarchy, agonistic interactions, social bonds, mandrills
Abstract: In sexually dimorphic mammals, intersexual dominance measured by the probability that members of one sex win agonistic interactions over members of the other sex, is often skewed in favor of males due to their physical superiority over females. However, even in male-dominated species, several factors may influence intersexual dominance. Here, we use an 8-year dataset to examine the dynamics of intersexual dominance in wild-living mandrills (Mandrillus sphinx). Mandrills exhibit extreme sexual size dimorphism but females show pronounced kin-differentiated social relationships and occasionally form coalitions against males. We established the intersexual dominance hierarchy across consecutive 6-months blocks (representing either mating or birth seasons), and found that on average, an adult female outranks 11% of males. In a second step, we show that the intrasexual rank of an individual predicts its position in the intersexual hierarchy, underlining an interdigitation of the male and female intrasexual hierarchies. Further, we show that social integration, through affiliation with female groupmates, promotes the dominance status of both males and females. Finally, in accordance with other primate populations, females have a higher probability to outrank males (i) during the mating season, when males are more numerous than in the birth season, and (ii) when males are young or old adults, than when they are in their prime. These results extend our understanding of intersexual dominance by showing that female mandrills are occasionally able to outrank some males who are considerably larger than them and can, through their affiliative relationships among them and with males, influence the intersexual dominance hierarchy.

SESSION 6 : PHYSIOLOGIE / SANTE

72Etude comparative des charges parasitaires internes des espèces de lémuriens Eulemur flavifrons et Lepilemur sahamalazensis en fonction du niveau de dégradation des forêts au Parc National Sahamalaza (Madagascar)
Sonia Antoine
Ecole Nationale vétérinaire de Toulouse
Mots-clés : Eulemur flavifrons, étude coprologique, coproscopie, conservation, Lepilemur sahamalaza
Résumé : Le Lémurien aux yeux turquoises (Eulemur flavifrons) et le Lépilémur de Sahamalaza (Lepilemur sahamalaza) sont deux espèces de primate présentes au Sahamalaza National Park (Madagascar) et classées par l’UICN en danger critique d’extinction. Elles sont principalement menacées par la destruction de leur habitat due à l’exploitation non durable des ressources. La restauration et la protection de cet habitat sont donc capitales pour leur conservation. Il s’agit ici de réaliser une étude comparative de la charge parasitaire de ces espèces de primates afin de participer à l’amélioration des stratégies de conservation mises en place dans le programme de restauration des forêts de la réserve naturelle de Sahamalaza. L’objectif de cette étude est d’établir des comparaisons entre des zones présentant des niveaux de dégradation de forêt différents en se munissant d’un indicateur évaluant la santé des individus. Cette méthode est non invasive et relativement simple à mettre en œuvre. Nous prévoyons de récolter environ 120 échantillons de matière fécale entre avril et juillet 2023. Pour chaque échantillon, 1 g sera conservé dans 1,5 ml de Formol 10% permettant une analyse coproscopique par lecture directe, et 0,5 à 1 g sera conservé dans 1,5 ml d'Éthanol pur pour mener ensuite des analyses par PCR ciblant les genre Lemuricola et Callistorea. Les populations de lémuriens vivant dans des forêts secondaires devraient être significativement plus infestées que celles vivant dans les forêts primaires.

73Risque infectieux et conservation : la cohabitation Homme et primates non humains favorise les échanges de pathogènes
Larson Boundengaa,b, Clark Mbou-Boutambea, Barthelemy Ngoubangoyeb,c,d, Nancy Diamella Moukodouma, Virginie Rougerone, Franck Prugnollee
aUnit of Wildlife Parasites and Neglected Parasitosis, Parasitology Department of Interdisciplinary Centre for Medical Research of Franceville (CIRMF), Franceville, Gabon
bDepartment of Anthropology, Durham University, Durham, United Kingdom
cPrimatology Center of Interdisciplinary Centre for Medical Research of Franceville (CIRMF), Franceville, Gabon
dLabEx ECOFECT, Eco-evolutionary Dynamics of Infectious Diseases, University of Lyon, France
eIRL REHABS, Nelson Mandela University, George, South Africa
Mots-clés :
Plasmodium, grands singes, humain, transferts Homme-PNH, environnements confinés, Gabon
Résumé :
Au Gabon, la création de sanctuaires et de centres de primatologie contribue fortement à l’effort de conservation de la biodiversité faunique et vient renforcer le choix des autorités pour une gestion durable des écosystèmes. Cependant, ces sites pourraient constituer des carrefours infectieux où cohabitent vecteurs, humains et diverses espèces de primates, d’autant plus que les grands singes africains sont connus pour être des réservoirs d’une grande diversité de Plasmodium dont certains sont capable de franchir la barrière d’espèces. Ainsi, notre étude avait pour objectif de documenter la diversité et les échanges parasitaires entre différents groupes d’hôtes vivant en contact étroit dans des environnements confinés, tels que les sanctuaires et centres de primatologie. Pour se faire, nous avons collecté dans deux sites, 280 échantillons de sang de primates (211 provenant de trois espèces des Primates Non-Humains et 69 des Humains) et effectué des analyses moléculaires. Nous avons obtenu une prévalence globale de 49,3% pour l’infection à Plasmodium spp. L’analyse phylogénétique a montré la circulation de plusieurs espèces plasmodiales appartenant au sous-genre Laverania et Plasmodium. Nos résultats révèlent la présence des parasites humains chez les autres primates : P. ovale-curtesi (2.39%), P. ovale-wallikeri (1,98%), et P. falciparum (3,31%), parasites de l’homme, chez les grands singes. De même, nous avons décrit P. vivax-like (2,89%), parasite simien, dans la population humaine. Si ces résultats confirment la circulation d’une large diversité de Plasmodium chez les singes africains et illustrent le potentiel anthropozoonotique des parasites du genre Plasmodium, ils soulèvent surtout la question de l’incidence en santé publique et dans le processus de conservation de ces transferts sachant que ces parasites ont effets délétères sur la santé de primates.

74Mise au point d’un protocole de congélation des spermatozoïdes de babouin (Papio anubis) et impacts sur la capacitation et la réaction acrosomique
Slaveia Garbita, Paula Cotsb, Lucie Faccina, Valérie Moulina, Christophe Arnoulta,c
aStation de Primatologie – CNRS UAR 846, Rousset-sur-Arc, France
bUniversity of Mursia, Mursia, Espagne
cInstitut pour l'Avancée des Biosciences (IAB), INSERM 1209, CNRS UMR 5309, Université Grenoble Alpes, Grenoble, France
Mots-clés : reproduction, cryopréservation, spermatozoïde, babouin
Résumé :
La cryoconservation de gamètes est une technique très répandue, largement utilisée dans la reproduction assistée de diverses espèces. Elle permet la maitrise de la production animale et le maintien de la diversité génétique. La difficulté de la cryopréservation des spermatozoïdes par rapport à une congélation d’autres types de cellules est que la vitalité mais également la motilité des spermatozoïdes doivent être conservées. En 2021 nous avons commencé un projet sur le développement de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) à la Station de Primatologie de Rousset afin d’optimiser la gestion des colonies de PNH (primate non humain) du centre. La première étape de ce projet est la constitution d’une banque de sperme. Pour cela nous avons testé 15 protocoles et identifié un protocole fiable de cryopréservation de spermatozoïdes de babouin Papio anubis. La qualité des différents protocoles de cryopréservation a été testée en analysant la mobilité, la capacitation ou encore la réaction acrosomique post décongélation. Le protocole identifié permet d’obtenir une moyenne de 40 % de spermatozoïdes vivants et mobiles après décongélation. Ce nouveau protocole sera utilisé pour constituer une banque de sperme de babouin. La prochaine étape sera l’insémination artificielle de femelles dont le cycle menstruel est suivi. Un axe complémentaire du travail sera de continuer nos recherches pour améliorer notre protocole de congélation ainsi que de l’utiliser ou de l’adapter à d’autres espèces, afin d’améliorer la gestion de la diversité génétique des populations PNH captives sans déplacement d’individus.

75Facteurs affectant l'incidence des naissances gémellaires dans la population captive de Eulemur coronatus
Luca Morinoa, Cecile Garciab, Guillaume Martinezc, Charlotte Desboisd,e, Brice Lefauxd
aMénagerie du Jardin des Plantes, MNHN, Paris, France
bUnité Eco-anthropologie, UMR 7206, MNHN, CNRS, Université Paris Cité, Paris, France
c Département de Génétique et Procréation, Hôpital Couple-Enfant - CHU Grenoble-Alpes, INSERM 1209, CNRS UMR 5309, Université Grenoble-Alpes, Grenoble, France
dParc zoologique et botanique de Mulhouse, Mulhouse, France
ePopulation Management Center, European Association of Zoos and Aquaria (EAZA), Amsterdam, Pays-Bas
Mots-clés : gémellité, génétique, alimentation, gestion des populations en captivité
Résumé :
Les facteurs qui affectent le taux de reproduction sont multiples et ne sont pas entièrement élucidés. Outre leur intérêt théorique, ils sont également très pertinents pour les efforts de conservation, dans la nature comme en captivité. L'accès à des données de studbooks de plus en plus nombreuses, précises, diverses et bien organisées peut aider à clarifier certaines de ces interrogations. Nous prenons l'exemple de l'incidence de la gémellité dans la population captive de lémur couronnés (Eulemur coronatus) pour illustrer la valeur potentielle de telles investigations. Les résultats préliminaires, basés sur 360 naissances dans 49 zoos en Afrique (N=45), en Europe (N=249) et aux États-Unis (N=66), révèlent une augmentation significative des naissances de jumeaux dans cette population au cours des 65 dernières années. La forte proportion de jumeaux de sexe différent suggère que les facteurs génétiques pourraient jouer un rôle relativement mineur. Nous discutons des facteurs qui pourraient être mis en jeu dans ces processus – tels que les facteurs métaboliques – des moyens de les identifier, des interprétations évolutives expliquant cette augmentation et des choix de gestion qui en découlent.

76Analyse One Health du partage de virome intestinal entre humains et grands singes
Victor Narata,d, Maud Salmonab,c, Mamadou Kampod, Thibaut Heyerd, Severine Mercier-Delarueb, Noémie Rangerb, Stéphanie Ruppe, Philippe Ambataf, Richard Njouomg, François Simonb, Jérôme Le Goffb, Tamara Giles Vernickd
UMR 7206 Eco-anthropologie (MNHN/CNRS/Université Paris Cité), Musée de l’Homme, Paris, France
bUniversité de Paris, Equipe INSIGHT, Inserm U976, Paris, France
cDépartement des Agents Infectieux, Virologie et Greffes, AP-HP, Hôpital Saint-Louis, Paris, France
dInstitut Pasteur, Anthropology and Ecology of Disease Emergence Unit, Paris, France
eDepartment of Anthropology, City University of NewYork – Lehman College, NewYork, USA
fMinistry of Agriculture and Rural Development, Yaounde, Cameroun
gCentre Pasteur du Cameroun, Yaounde, Cameroun
Mots-clés :
virome intestinal, one health, interdisciplinarité, cameroun, gorille, chimpanzé
Résumé :
La propagation des infections zoonotiques par les animaux en milieu naturel constitue une menace pour la santé humaine. Les processus qui conduisent à la propagation des agents pathogènes dans la population humaine par les animaux sont complexes. Les données de terrain et les analyses existantes ne fournissent qu'un aperçu partiel de leur dynamique. Menée au Cameroun et dans un zoo européen, cette étude réunit des analyses métagénomiques (33 feces de grands singes et 30 feces humaines), historiques, anthropologiques (93 entretiens et 150h d’observation participante) et écologiques des grands singes (6 km de transects parcourus mensuellement pendant une année), ainsi qu'une évaluation des types et fréquences de contact entre les humains et les grands singes (18 humains suivis quotidiennement pendant 10 mois). Le partage du virome intestinal est plus prononcé entre les humains et les grands singes au Cameroun que dans le zoo européen, avec notamment une convergence du virome entre les humains et les gorilles au Cameroun, contrairement à ce que nous attendions. Par ailleurs, les adénovirus et les entérovirus sont les virus les plus fréquemment partagés entre les grands singes et les humains. Nos données de terrain anthropologiques, historiques et socio-écologiques permettent d’interpréter ces résultats biologiques et soulignent par exemple que les champs cultivés constituent un espace d’usage commun qui pourrait aussi favoriser des contaminations croisées. Cette étude souligne l'importance d'évaluer les pratiques humaines au-delà de la chasse et d'utiliser une investigation multidisciplinaire pour aider à expliquer les transmissions de pathogènes potentiels entre humains et espèces animales.

77Mise en évidence du SARS-CoV-2 chez le Cercopithèque à queue de soleil (Allochrocebus solatus) au centre de primatologie du CIRMF, Gabon
Barthélémy Ngoubangoyea,b,c, Larson Boundengaa,c, Désiré Otsaghéa, Yasmine Okomo Nguemaa, Thierry Tsoumboua, Cyr Moussadjia, Jumafra P Koumbaa, Serges Ely Dibakua, Gael D Magangaa,d
aCentre Interdisciplinaire de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF), Franceville, Gabon
bLabEx ECOFECT, Eco-evolutionary Dynamics of Infectious Diseases, University of Lyon, Lyon, France
cDepartment of Anthropology, Durham University, Durham, United Kingdom
dInstitut National Supérieur d'Agronomie et de Biotechnologies (INSAB), Université des Sciences et Techniques de Masuku (USTM), Franceville, Gabon
Mots-clés
: SARS-CoV-2, betacoronavirus, primates non humains, ELISA, PCR, santé
Résumé : Le SARS-CoV-2 responsable de la pandémie actuelle de COVID-19 revêt un intérêt particulier de par son expansion, sa capacité à muter, sa persistance et son potentiel à infecter différents hôtes. Plusieurs études menées sur des animaux domestiques, en captivité dans les zoos et sauvages ont rapporté des infections naturelles ou expérimentales de ces animaux par le SARS-CoV-2. La présente étude avait pour objectif d’évaluer dans des conditions de sanctuaire, la présence et la circulation du SARS-CoV-2 et d’autres Betacoronavirus au Centre de Primatologie (CDP) du CIRMF et au parc de Lekedi au Gabon. Pour se faire, 182 échantillons composés d’écouvillons buccaux/nasaux et de sang provenant de six espèces de Primates Non Humain (PNH) ont été récoltés. Ces échantillons ont été analysés à l’aide de techniques de sérologie (ELISA) et de biologie moléculaire (PCR). Les résultats de l’étude ont montré une séroprévalence de 6,7% dont deux cercopithèques (Allochrocebus solatus) contrôlés positifs et les techniques moléculaires ont permis d’identifier l’ARN de Betacoronavirus chez un chimpanzé (Pan troglodytes). Si cette étude confirme la sensibilité des PNH et la circulation du SARS-CoV-2 dans les sites échantillonnés, elle nous interpelle non seulement sur notre responsabilité en tant qu’humains dans les interactions avec les PNH en cette période de pandémie, mais aussi sur ce potentiel d’échange de parasites entre l’Homme et les PNH. Par ailleurs, ces échanges entre diverses espèces hôtes pouvant entrainer de nouvelles mutations aux conséquences imprévisibles, les sanctuaires devraient intégrer des plans de gestion de risque infectieux pour garantir la santé des PNH.

78Emergence de la résistance antibiotique en milieu anthropisé et semi-anthropisé chez les PNH au Gabon à travers les modèles « entérobactéries »
Otsaghe Ekore Désiréa, Nzamba Belyb, Cyr Mousadji a, Dibakou Serge Eliea, Tsoumbou Thyerry-Audreya, Larson Boundengaa,d,b, Ngoubangoye Barthelemya,c,d
aCentre Interdisciplinaire de Recherche Médicale de Franceville (CIRMF), Franceville, Gabon
bUniversité des Sciences et Techniques de Masuku (USTM), Franceville, Gabon
cLabEx ECOFECT, Eco-evolutionary Dynamics of Infectious Diseases, University of Lyon, Lyon, France
dDepartment of Anthropology, Durham University, Durham, UK
Mots-clés : entérobactéries, centre de Primatologie, parc de la Lékédi, antibio-résistance
Résumé : L’utilisation des antibiotiques est connue comme la principale source d’émergence de la résistance antimicrobienne (RAM). Toutefois, des données récentes révélant des résistances dans la faune sauvage alimentent le débat sur les conditions d’émergence de la RAM et de l’importance des résistances naturelles. Dans cette étude, menée au Gabon en milieu anthropisé (centre de primatologie du CIRMF) et semi-anthropisé (Parc de Lékédi), l’objectif était de décrire l’antibio-résistance associée aux entérobactéries isolées des primates non humains (PNHs). Ainsi, 145 échantillons de feces ont été collectés chez trois espèces de PNHs (Pan troglodytes, Mandrillus sphynx, Erythrocebutes patas patas). Les cultures ont été réalisées sur milieux spécifiques suivies de tests de caractérisation et d’identification des isolats d’entérobactéries. La susceptibilité aux antibiotiques a été recherchée par disque de diffusion pour un panel d’antibiotiques. Parmi les entérobactéries, Klebsiella spp. et Pseudomonas spp. étaient majoritaires. En milieu anthropisé, les tests de susceptibilité ont révélé des résistances à tous les groupes d’antibiotiques testés allant de 100% à la Cefsulodine, 38% à l’Amikacine, 32% à l’Ampicilline, 30% à la Tétracycline, 5% à l’Acide Nalidixique et 4% à la Netilmicin alors qu’en milieu naturel, seul deux groupes d’antibiotiques ont présentés des résistances (Cefsulodine, 100% et l’Amikacine, 79%). Si ces résultats confirment le rôle des activités anthropiques dans l’émergence de la RAM, ils interpellent surtout sur la nécessité de développer des réflexes antibiogrammes dans les protocoles médicaux pour réduire les risques d’échecs thérapeutiques et garantir la survie des individus, avec des applications importantes en médecine de la conservation et en primatologie.

79Gestion de l’équilibre énergétique chez les chimpanzés, Pan troglodytes verus (Schwarz, 1934) du Parc National de Taï, Côte d’Ivoire
Prince D. Valéa,b,c,d, Jean-Claude K. Bénéc, Antoine K. N’guessanc, Catherine Crockfordd,e,f, Tobias Deschnerd, Inza Konéa,b, Cédric Girard-Buttozd,e, Roman M. Wittigd,e, f
aCentre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire, Abidjan, Côte d'Ivoire
bUnité de Formation et de Recherche Biosciences, Université Félix Houphouët Boigny, Abidjan, Côte d'Ivoire
cUnité de Formation et de Recherche Environnement, Université Jean Lourougnon Guédé, Daloa, Côte d’Ivoire
dMax Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig, Germany
eTaï Chimpanzee Project, Centre Suisse de Recherches Scientifiques, Abidjan, Côte d'Ivoire
fInstitut des Sciences Cognitives, CNRS UMR 5229, Lyon, France
Mots-clés : gestion de l’équilibre énergétique, disponibilité alimentaire, peptide C, modèle socio-écologique, compétition alimentaire, compétition sexuelle
Résumé : Selon les théories socio-écologiques de gestion de l’énergie chez les mammifères, la condition énergétique des femelles serait fortement impactée par la compétition alimentaire et celle des mâles par la compétition sexuelle. Cependant, les études examinant simultanément la condition énergétique des mâles et des femelles sont rares. Notre étude, réalisée au Parc National de Taï durant 12 mois sur une communauté de chimpanzés adultes habitués, a analysé simultanément les effets de la compétition sexuelle, du rang hiérarchique et de la disponibilité alimentaire sur la condition énergétique des mâles et des femelles. Nous avons combiné des données phénologiques, des observations comportementales (échantillonnage par individu focal) et des mesures physiologiques de peptide C urinaire (PCU) dans 175 échantillons urinaires. L’étude a montré un effet positif de la variation de la disponibilité alimentaire sur les niveaux de PCU chez les mâles et les femelles, contrairement aux théories socio-écologiques de gestion énergétique chez les mammifères. Le statut de dominance affecte également les niveaux de PCU des chimpanzés, mais cet effet varie en fonction du sexe des individus et dépend de la présence de femelles en œstrus. En effet, la présence de telles femelles s’est révélée énergétiquement bénéfique chez les mâles de haut rang, mais coûteuse chez les femelles, ce qui indique que la compétition sexuelle entre mâles affecte la condition énergétique des femelles. Enfin, les mesures comportementales des gains et des dépenses énergétiques ne présentaient aucune corrélation avec les niveaux de PCU, ce qui souligne la valeur des marqueurs hormonaux pour les études non invasives.

SESSION 2 : COGNITION 2

80Searching for vocal categorical rhythms in the crested gibbons (Nomascus spp.)
Valeria Bevilacquaa, Chiara De Gregoriob, Filippo Carugatib, Brice Lefauxc and Marco Gambab
aUniversity of Padua, Padua, Italy
bUniversity of Turin, Turin, Italy
cZoological and Botanical Park of Mulhouse, Mulhouse, France
Keywords: rhythm, music, gibbon, singing primates
Abstract: Musical universals in humans are those characteristics that remain fundamental, regardless of the function of a particular musical display or the culture of which it is the product. The search for musical universals in the vocal emissions of nonhuman species has been one of the most exciting aspects of the search for the origins of human musicality. Rhythmic categories are those rhythmic aspects that often recur with values similar to small-integer ratios in human music (e.g., 1:2, 1:1). While isochronous patterns (1:1) have been observed in birds, for example, the occurrence of multiple categories corresponding to small-integer ratios is currently limited to one lemur, Indri indri, among primates. These findings increased interest in investigating the phenomenon in other singing primates. This study focuses on the chorus of three species of crested gibbons of the genus NomascusN. gabriellae (n. of individuals: 3, n. of songs: 96), N. siki (n. of individuals: 4, n.of songs: 40), and N. leucogenys (n. of individuals: 3, n. of songs: 87), recorded at the Mulhouse Zoo from April to June 2022. In our contribution, we will detail rhythmic differences in the singing of the three groups. We will also present the methodology we used to quantify the inter-onset intervals between units of each chorus and how to derive the distribution of the categorical rhythms.

81Du babouin au chimpanzé : sur les traces de l’émergence de la parole
Louis-Jean Boëa, Marion Laporteb,c, Thomas R. Sawallisd, Pierre Badina, Jean-Luc Schwartza
aGIPSA-lab, CNRS, Grenoble Alpes Université, France
bUMR 7194, MNHN, Paris, France
cISCD, Sorbonne Université, Paris, France
dNew College, University of Alabama, Tuscaloosa,USA
Résumé : Après un demi-siècle de controverses, l’argument anatomique de la position du larynx et de la taille du pharynx chez les primates non humains n’est plus retenu comme pouvant être à l’origine d’une supposée inaptitude à émettre des vocalisations différentes. Récemment deux publications ont montré l’aptitude speech ready du conduit vocal du macaque et mis en évidence la production par les babouins de call types différenciés et associés à des situations éthologiques différentes. La production de sons vocaux utilisés pour communiquer repose en grande partie chez tous les primates sur les mêmes éléments et processus de base. Les recherches sur la parole ont permis d’accumuler des données sur les systèmes sonores des langues. La primatologie peut récupérer une partie des résultats et des méthodes de ces recherches. Cependant l’étude des systèmes de vocalisations des primates non humains ne pourra se cantonner à une simple transposition des protocoles utilisés pour la parole. Les vowel like, associées aux contextes éthologiques dans lesquelles elles ont été produites, offrent ainsi un champ de recherche articulatoire et acoustique. Les premiers résultats montrent une différence significative entre les babouins qui produisent des séquences répétitives de même call type et les chimpanzés qui produisent en plus des séquences vocales combinatoires. L’hypothèse selon laquelle les vocalisations actuelles des primates seraient des relics fournit une fenêtre sur l’évolution de ces fossiles vocaux structurés en proto systèmes basés en partie sur des différenciations formantiques. Les vocalisations des primates non humains seraient en quelque sorte des milestones de l’émergence de la parole.

82The application of deep learning to the study of gibbons’ facial gestures
Camilla Mancassolaa, Filippo Carugatia, Olivier Friarda, Chiara De Gregorioa, Brice Lefauxb and Marco Gambaa
aUniversity of Turin, Turin, Italy
bZoological and Botanical Park of Mulhouse, Mulhouse, France
Keywords: facial gestures, deep learning, gibbon
Abstract: Zoological parks are ideal places to experiment and develop new methodologies that can be used on a larger scale. This is the case with algorithms that can map a facial expression in species other than ours. We evaluated the application of a straight-on-the-edge methodology of movement detection, based on deep learning algorithms, in nonhuman primate facial gestures. We collected 22 hours of video recordings from three species of captive crested gibbons (Nomascus gabriellae, Nomascus siki and Nomascus leucogenys) hosted at the Mulhouse Zoo. Using clips framing gibbons' faces as inputs, we trained a neural network on the software DeepLabCut. This allowed us to develop a model that recognized a custom set of key points marking the primary muscles involved in facial movements. This model quantitatively estimated gibbons’ facial configurations by extracting each key-point coordinate for each frame, expressed as matrices of the normalized distances across the marked points. Further analyses such as cluster analyses will be conducted to group the primary facial gestures according to differences in facial configurations. In conclusion, this methodology can contribute to developing a new quantitative approach to describing facial movements in animals and pave the way for the automatic recognition of primate faces.

83Voice Discrimination in Marmoset Monkeys using Behavioural Testing
Manon Obligera, Régis Trapeaua, Bruno Nazariana, Xavier Degiovannia, Sabrina Ravela, Pascal Belina,b
aCNRS-AMU, Institut des Neurosciences de la Timone, UMR 7289, Marseille, France
bPsychology Department, Montreal University, Montreal, Canada
Keywords: voice discrimination, automated cage testing, individualized learning, marmosets
Abstract: Marmosets are able to perform vocalization labeling tasks or identity discrimination in playback experiments. In this study, we trained marmosets in an operant sound discrimination task to determine the acoustic parameters involved in sound discrimination. We adapted an in-cage automated test system, allowing ad libitum access and individualized learning. In the first task, 14 individuals were trained to perform a Same/Different task on pairs or calls. They heard two successive sounds (non-vocal or vocal sounds) and then touched the left part of the screen when the sounds were the same, and the right part of the screen when they were different. In the second task, the same colony of monkeys was trained to perform a sound discrimination task, the goal is to train the monkeys to discriminate between two calls from different individuals. They successively heard a random number of the same call (a syllable of a twitter call) before a different call from a different identity. The monkeys were required to touch the screen when the different stimulus was played. The results of the first task show that 12 marmosets, out of 14 tested, understood the sound-touch-reward association, however most of them were unable to perform the full task and discriminate the sounds. The preliminary results of the second task indicate that the sound discrimination task is more suitable for marmosets to test their abilities to discriminate sounds. The use of Automated Test Modules allows us to test many monkeys simultaneously, without water or food restriction, while leaving them in their family groups. The “discrimination task” will help us to test the discrimination among voice parameters (fundamental frequency, duration,…) and compare it in comparable tasks in other primate species.

84Investigation of cortical voice-selectivity in anesthetized marmosets using fMRI at 3T
Manon Obligera, Régis Trapeaua, Lina Boudina, Julien Seina, Bruno Nazariana, Jean-Luc Antona, Emilie Raphaa, Luc Renauda, Pascal Belina,b
aCNRS-AMU, Institut des Neurosciences de la Timone UMR 7289, Marseille, France
bPsychology Department, Montreal University, Montreal, Canada
Keywords: marmosets, fMRI, voice perception, primate voice patch system
Abstract: Functional MRI studies in humans and macaques suggest the existence of a “primate voice patch system”: a set of interconnected areas selective to conspecific vocalizations and subtending representations of increasing abstractness and invariance. To date, a single marmoset auditory fMRI study compared conspecific vocalizations to nonvocal sounds, with results suggesting the existence of bilateral voice patches in the marmoset anterior temporal lobe (Sadagopan et al, 2015). Here we aimed to replicate and extend those results by scanning around 20 marmosets under anesthesia during auditory stimulation. We used a 3T scanner and a 16-channel marmoset head coil. Anesthesia was performed using sevoflurane. In later scanning sessions N2O was added to reduce the sevoflurane level to 0.5-0.8%. Functional scanning was performed with a spatial resolution of 1 or 1.25mm and a TR of 600-950ms, using a ‘clustered-sparse’ design. The comparison of EPI volumes acquired after sound stimulation vs. the silent baseline yielded varying results depending on the runs and sessions, with some subjects showing mostly subcortical activation and others showing bilateral activation of auditory cortex. The comparison of EPI volumes acquired after the marmoset vocalizations vs. the nonvocal sounds did not yield any convincing voice-selective activation, probably owing to the large difference in spectral distribution between the two categories. However, the comparison with scrambled vocalizations did result in bilateral voice-selective activation in one subject. Ongoing work is including more animals and the addition of a contrast agent. These results will allow us to better understand the neural architecture of vocal information processing in marmosets.

85Un geste atypique chez une femelle babouin olive (Papio anubis) : un cas de communication déclarative chez un primate non humain ?
Nina Truffaza, Adrien Meguerditchianb
aMaster éthologie fondamentale et comparée, Université Sorbonne Paris Nord, Villetaneuse, France
bLaboratoire de psychologie cognitive, CNRS, Station de primatologie de Rousset, Rousset-sur-Arc, France
Mots-clés : attention conjointe, intentionnalité, cognition sociale, évolution du langage, primates
Résumé : Des recherches comparatives suggèrent une continuité phylogénétique entre des propriétés de la communication gestuelle des primates non humains et certaines impliquées dans le langage humain, telles que la flexibilité, l'intentionnalité, la référentialité et la spécialisation hémisphérique cérébrale. Ces travaux soulignent le rôle critique du système de communication gestuelle dans l'évolution du langage. Néanmoins, la communication déclarative, une propriété clé du langage humain, semble être absente chez les primates non-humains. La communication déclarative gestuelle s’illustre par le pointage déclaratif qui consiste à attirer l’attention d’un tiers individu sur un objet extérieur dans le seul but de partager son attention. Cependant, cette dichotomie entre humains et primates non-humains sur la capacité à déclarer est très discutée. En effet, certains auteurs défendent l'idée que la communication déclarative, notamment par le biais du pointage, est une spécificité humaine car les autres primates ne sont pas capables d’attribuer des états mentaux à autrui. D’autres considèrent le pointage comme le résultat d'un renforcement positif de la part du récepteur. Dans cette présentation, nous essayons de répondre à ces questions en étudiant le geste atypique d'une femelle babouin olive (Papio anubis) envers son bébé. Ce geste consiste à présenter de manière répétée un objet à son bébé. Cette étude est basée sur l’analyse de 19 vidéos et 124 occurrences de ce comportement. Les résultats montrent que ce geste répond aux critères d'intentionnalité, d’attention conjointe et de communication déclarative à travers l’effet d'audience, la persistance, la référentialité, l’ajustement vers un regard mutuel et l’absence de récompense immédiate pour l’émetteur. Cependant, nous n’avons pas montré d’intentionnalité partagée. Ainsi, ce geste suggère que la communication déclarative n'est pas spécifique à l’espèce humaine et pourrait reposer sur un renforcement positif de la part du receveur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Résumés du 34ème colloque de la Société francophone de primatologie (SFDP) – Dans la tête des primates, 5-7 octobre 2022, Université Aix-Marseille, France »Revue de primatologie [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 17 mars 2023, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/15135 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.15135

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search