Navigation – Plan du site

AccueilVolumes14Dossier Spécial - Communication e...Comparaison entre espèces chez le...

Dossier Spécial - Communication et langage

Comparaison entre espèces chez le primate et évolution du langage

Inter-species comparison between primates and language evolution
Anne Reboul

Résumés

Le langage est à l’heure actuelle spécifique aux êtres humains modernes. Un des problèmes majeurs liés à l’évolution du langage est que le langage ne se fossilise pas, ce qui rend difficile de dater son apparition dans la lignée homo. Cependant, des capacités liées au langage ou à son usage dans la communication peuvent être mises en évidence chez des primates non humains, permettant de dater leur apparition via les séparations entre les différentes lignées de primates. Par ailleurs, les données de la primatologie peuvent permettre de réfuter certaines théories quant à la spécificité du langage aux êtres humains modernes. La comparaison entre espèces de primate peut donc avoir deux apports : fixer la chronologie de l’apparition de certains composants du langage et réfuter des théories sur les raisons pour lesquelles il est spécifique à l’espèce humaine. Ainsi la comparaison entre espèces a permis de réfuter l’hypothèse de Lieberman qui liait la spécificité du langage aux êtres humains modernes à la spécificité anatomique de leur tractus vocal. De façon plus importante, on peut essayer d’identifier dans la communication naturelle des primates non humains ou dans des expériences menées en laboratoire différentes composantes de la communication linguistique comme la syntaxe, la compositionnalité sémantique ou la pragmatique. Si la syntaxe semble absente, la connectivité et la négation ont été mises en évidence grâce à des expériences de laboratoire. L’existence d’une compositionnalité sémantique au sens propre dans la communication naturelle des primates non humains reste controversée, mais, en revanche, l’existence de lois statistiques longtemps considérées comme propres au langage est avérée dans la communication gestuelle et vocale de primates non humains. L’investigation de la communication des primates non humains est un champ en plein essor, qui devrait apporter des perspectives intéressantes sur l’évolution du langage et qui gagnera à s’intéresser à la communication multimodale (gestes et vocalisations).

Haut de page

Notes de la rédaction

Soumis le 03/02/2023, accepté après révisions le 28/07/2023, publié en ligne le 22/12/2023 dans le cadre du numéro spécial « Communication et langage : apports et limites de la comparaison espèce humaine / autres primates » (Varia 2023).

Une version traduite, en anglais, est disponible en ligne (voir le document en annexe)

A translated version, in english, is available online (see Annex).

Texte intégral

1 Introduction

1Travailler sur l’évolution du langage est une tâche difficile avec pour conséquence le fait que de nombreuses questions, dont certaines sont fondamentales, restent ouvertes. Le but du présent article n’est pas de proposer une revue générale et exhaustive de la littérature sur l’évolution du langage, mais beaucoup plus modestement d’insister sur l’importance des études comparatives entre espèces, notamment entre espèces de primates, pour augmenter les données dont nous disposons à l’heure actuelle. Ce propos sera illustré par quelques exemples particulièrement saillants, choisis parmi les nombreuses possibilités qu’offrent les études récentes.

2Le langage est généralement décrit, selon les termes de Wilhelm von Humboldt, comme « l’usage infini de moyens finis », c’est-à-dire comme permettant la production d’une variété sans limite d’expressions linguistiques bien formées à partir d’un ensemble limité de mots et de règles. Cette caractéristique du langage, aussi appelée infinité discrète ou productivité, repose sur 3 ensembles de règles :
• La syntaxe, l’ensemble de règles qui déterminent si une séquence de mots est bien ou mal formée ;
• La sémantique, l’ensemble de règles qui déterminent le sens des mots en isolation et le sens des séquences de mots produites selon les règles de la syntaxe ;
• La pragmatique, l’ensemble de règles, basées sur un usage optimal du langage dans la communication, qui permet de choisir la « bonne » interprétation lorsque plusieurs sont possibles.

3À partir de cette définition du langage, il semble que le langage soit spécifique aux êtres humains modernes. Cependant, on ne sait pas s’il l’est parce qu’il a émergé seulement dans notre espèce, ou s’il a émergé dans une autre espèce d’hominines, et est devenu spécifique à notre espèce par accident, à la suite de l’extinction d’espèces précédentes.

4La difficulté principale pour répondre à des questions apparemment simples comme celle de la chronologie de l’émergence du langage est que le langage est un comportement qui ne se fossilise pas. Ceci implique que les réponses à de telles questions s’appuient sur des indices indirects, laissés par des comportements qui se fossilisent. On a ainsi proposé trois facteurs qui seraient indicatifs d’une capacité linguistique :
• La reconstruction du tractus vocal des différentes espèces et leur similarité avec celui des êtres humains modernes (Lieberman et al., 1969 ; Lieberman, 1984 ; 2007) ;
• La complexité et le taux d’innovation de l’ensemble d’outils dont disposaient les différentes espèces (Ambrose, 2001 ; 2010) ;
• La capacité à produire des représentations symboliques telle qu’elle se manifeste dans l’art pariétal et les os ou les pierres gravées (Miyagawa et al., 2018).

5Ces trois facteurs pourraient favoriser l’hypothèse que les Néandertaliens avaient aussi le langage. Mais cette conclusion doit être prise avec précaution. Bien qu’il y ait un large consensus sur le fait que les Néandertaliens avaient un tractus vocal semblable au nôtre, leur permettant de produire de la parole (Boë et al., 2007), faire de la parole une pré-condition pour le langage est discutable. L’existence des langues des signes, qui n’utilisent pas le tractus vocal pour produire des énoncés, mais qui sont des langues à part entière comme le français, l’anglais ou le Tagalog, montre que le langage et la parole ne coexistent pas nécessairement (Emmorey, 2001). Quant au second facteur, la complexité et l’innovation dans les outils, les Néandertaliens avaient des outils composites, dont les différents éléments étaient collés avec du goudron, mais leur taux d’innovation était très lent relativement à celui des êtres humains modernes (Sykes, 2015). Enfin, il y a un débat quant à la capacité des Néandertaliens à produire des représentations symboliques et la question est loin d’être tranchée (pour une réponse positive, Hoffman et al., 2018 ; et pour des réactions critiques, Aubert et al., 2018 ; White et al., 2020).

6Il faut ajouter, de façon plus générale, qu’aucun de ces trois facteurs n’est complètement convaincant. Mis à part le lien discutable entre parole et langage, avons-nous vraiment des raisons fortes et consensuelles de penser que le langage est une pré-condition pour un usage sophistiqué et innovant d’outils ou pour la production de représentations symboliques ? Certes chez les êtres humains modernes, ces trois capacités coexistent, mais est-ce un argument suffisant ? En ce qui concerne les représentations symboliques, Zeki (1999) a remarqué, de façon plutôt convaincante, que le réalisme manifesté dans les peintures rupestres ne dépend pas de la maitrise de mots ou de concepts, mais d’une capacité entièrement différente, celle de voir une scène visuelle comme des lignes, des valeurs et des couleurs, ce qui suscite une illusion visuelle chez le spectateur. En ce qui concerne la complexité et l’innovation dans l’usage d’outils, Osiurak et al. (2016 ; 2022 ; 2023) suggèrent qu’elles dépendent principalement de la compréhension physique et causale de leurs fonctions. Que cette capacité de compréhension dépende en quelque façon que ce soit du langage reste à démontrer.

7En d’autres termes, il n’est pas facile de donner des réponses claires aux questions liées à l’évolution du langage si l’on s’appuie exclusivement sur les données paléo-anthropologiques. C’est ici que la comparaison entre espèces entre en jeu. Bien qu’aucune autre espèce ne semble avoir un système de communication aussi complexe et flexible que le langage, la présence ou l’absence chez d’autres espèces de capacités fortement associées au langage dans l’espèce humaine fourniraient des indications pertinentes relativement à l’évolution du langage.

2 Comparaison entre espèces

8Il y a au moins trois types de contribution que la comparaison entre espèces peut apporter à la question de l’évolution du langage :
• La première est de falsifier une hypothèse cherchant à expliquer pourquoi le langage est ou semble être spécifique à l’espèce humaine ;
• La deuxième est de montrer que certaines capacités cognitives impliquées de façon centrale dans la communication linguistique se retrouvent chez des primates non-humains ; ceci permet de proposer des chronologies ;
• La troisième est d’examiner les systèmes de communication animaux pour essayer d’y détecter les lois statistiques universelles dans les langues ; ceci permettrait de combler quelque peu la distance entre ces systèmes de communication et le langage.

2.1 Réfutation d’hypothèses

9Dès les années 60-70, Lieberman a proposé une théorie de l’évolution du langage basée sur trois hypothèses fortes :
• La descente du larynx est spécifique à l’espèce humaine ;
• Elle produit un tractus vocal qui permet la production des voyelles spécifiques de la parole (i a u) ;
• Sans parole, pas de langage.
De ces trois hypothèses, Lieberman tire la conclusion que tant le langage que la parole sont apparus récemment, exclusivement chez les êtres humains modernes, c’est-à-dire il y a 250/300 000 ans.

10Il est important de noter que Lieberman a basé sa théorie sur un programme de recherche empirique, robuste et multi-disciplinaire. Il a utilisé l’analyse acoustique d’enregistrement de vocalisations de primates non- humains (chimpanzés, gorilles et macaques rhesus), ainsi que de nouveaux-nés humains (avant la descente du larynx). Il a aussi utilisé la reconstruction des tractus vocaux des macaques rhesus, des chimpanzés et des Néandertaliens et modélisé leur potentiel acoustique qu’il a comparé à celui d’adultes et de nouveaux-nés humains. Sa conclusion (Lieberman et al., 1969 ; 1972 ; Lieberman 1984 ; 2007) est qu’aucun de ces groupes, sauf les humains adultes, n’est capables de produire les voyelles en question.

11Cependant, la théorie de Lieberman a été rapidement remise en question. Sa reconstruction du tractus vocal des Néandertaliens a été rejetée et le consensus actuel est que les Néandertaliens avaient un tractus vocal (y compris la descente du larynx) très semblable si ce n’est identique au nôtre (Boë et al., 2007). L’idée que la descente du larynx est spécifique aux êtres humains modernes a de nouveau été attaquée quand on a montré que la descente du larynx, permanente ou occasionnelle est largement répandue chez les mammifères où elle a pour fonction d’exagérer la taille du corps (Fitch & Reby, 2001). En d’autres termes, il est peu probable qu’elle ait évolué pour faciliter la production des voyelles dans l’espèce humaine. Mais le coup de grâce s’est produit lorsqu’il a été démontré que la descente du larynx n’est même pas nécessaire à la production des voyelles. En 2017, Boë et al. ont montré que les babouins, avec un larynx haut, produisent naturellement dans leurs vocalisations des « segments semblables aux voyelles ». Des travaux antérieurs (Boë et al., 2007) avaient aussi montré que les nouveaux-nés humains produisent les voyelles /i a u/ avant la descente du larynx.

12En bref, par la comparaison impliquant (entre autres) des primates non-humains, les hypothèses de Lieberman ont toutes été falsifiées. La descente du larynx n’est pas spécifique aux humains modernes. Elle n’est pas nécessaire à la production des voyelles. Les voyelles ne sont pas spécifiques à la parole humaine, mais se retrouvent aussi dans les vocalisations des primates non-humains. Enfin, comme on l’a vu (cf. Introduction), le langage peut exister sans la parole comme le montrent les langues des signes (Emmorey, 2001). Ainsi, que le langage et la parole aient émergé récemment et exclusivement chez les êtres humains modernes ne peut pas être démontré sur la base de la descente du larynx et/ou de la capacité à produire des voyelles.

2.2 Chronologie

13L’exemple précédent n’illustre pas seulement la réfutation d’hypothèses. Il donne aussi d’importantes indications pour la chronologie. Si on laisse de côté la descente du larynx, qui apparaît non pertinente, pour se concentrer sur la production des voyelles, en montrant que les vocalisations des babouins incorporent des segments semblables aux voyelles, Boë et al. (2017) renvoient potentiellement cet élément central de la parole humaine à l’ancêtre commun aux Catarhiniens et aux êtres humains modernes. C’est seulement une possibilité parce que cette capacité aurait pu évoluer plus récemment chez les babouins, mais c’est une possibilité intrigante, qui en ferait remonter la chronologie à environ 25 millions d’années.

14De façon évidente, ceci ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de modifications importantes dans l’anatomie vocale humaine, liées à la parole. Nishimura et al. (2022) montrent par exemple que l’anatomie vocale humaine s’est simplifiée (relativement à celle des primates non-humains) comme une adaptation pour la parole. Il reste néanmoins important pour la chronologie qu’un élément central de la parole puisse être renvoyée aussi loin dans le passé.

15Mis à part la parole, il y a d’autres éléments importants du langage. Certains sont structuraux, par exemple, la syntaxe, la connectivité et la compositionnalité sémantique. D’autres sont liés à l’usage du langage dans la communication : par exemple, la sensibilité à l’informativité et l’exhaustification. La connectivité fait partie des universaux linguistiques et ressortit du lexique : quand un mot s’applique à deux objets différents, il s’applique aussi aux objets entre ceux-ci. Ceci vient d’un biais d’apprentissage pour la connectivité chez les êtres humains modernes, qui peut être ou ne pas être spécifique à l’espèce humaine et être ou non dépendant du langage. Chemla et al. (2019) ont montré que les babouins aussi utilisent la connectivité dans la catégorisation, démontrant qu’il s’agit d’une capacité qui n’est pas dépendante du langage et pas spécifiquement humaine. En ce qui concerne la chronologie, la connectivité pourrait dater du dernier ancêtre commun aux babouins et à l’espèce humaine, il y a environ 25 millions d’années.

16Quant à la compositionnalité sémantique, à première vue, il s’agit d’une opération simple, ce qui suggère qu’elle pourrait se retrouver chez les primates non humains. Elle se produit quand deux items lexicaux ou plus sont combinés, comme dans vache rousse. Chaque composant, vache et rousse, a une signification propre. Mais dans la compositionnalité, chacune de ces significations contribue à la signification de l’ensemble, vache rousse, qui n’est pas réductible à la signification de l’un ou l’autre des composants. On peut distinguer deux sortes de compositionnalité sémantique (Schlenker et al., 2023). La compositionnalité sémantique au sens propre, qui implique un unique locuteur produisant un unique énoncé complexe (par exemple, « Regarde la vache rousse »). La compositionnalité sémantique triviale intervient lorsque l’interlocuteur combine deux informations tirées de deux énoncés indépendants qui peuvent avoir été produits par deux locuteurs différents. Les informations ne sont pas composées sémantiquement dans l’énoncé lui-même. Seule la compositionnalité sémantique au sens propre est pertinente ici.

17Les études de terrain ont rapporté des cas intrigants, notamment la suffixation -oo dans des séquences de signaux d’alarme chez les singes de Campbell (Ouattara et al., 2009), et des séquences de deux signaux chez les chimpanzés (Leroux et al., 2023). Dans un article récent, Schlenker et al. (2023) examinent les conditions qui permettraient d’affirmer qu’une séquence de signaux obéit à une règle syntaxique et que sa signification est le résultat d’un processus de compositionnalité sémantique. Leur proposition s’apparente au canon de Morgan (1894) qui enjoint de n’expliquer un comportement animal par des processus cognitifs de haut niveau que s’il est impossible de les expliquer par des processus cognitifs de niveau plus bas. Schlenker et al. (2023) proposent une contrainte semblable, mais plus explicite. Pour qu’une séquence de deux signaux soit considérée comme le résultat d’une règle syntaxique, ou leur interprétation comme le résultat d’un processus de compositionnalité sémantique, il faut pouvoir écarter avec certitude deux théories déflationnistes alternatives. La première affirme que, malgré les apparences, il y a un signal unique, mais acoustiquement complexe, (donc pas de combinaison syntaxique) qui est interprété de façon holistique (non compositionnelle). La seconde théorie déflationniste accepte l’existence de deux signaux, mais nie qu’ils fassent l’objet d’une combinatoire syntaxique ou de compositionnalité sémantique. Il s’agit plutôt de la production de deux signaux indépendants l’un de l’autre, mais produits en succession rapide. L’interprétation correspond simplement à l’addition de l’information véhiculée par le premier signal et de l’information véhiculée par le second signal. On a là tout au plus une compositionnalité sémantique triviale. Sans entrer dans les détails de la discussion, l’application de cette méthode au cas du suffixe -oo chez les singes de Campbell ne permet pas d’affirmer qu’il y ait là combinaison syntaxique ou compositionnalité sémantique, parce que les théories déflationnistes alternatives ne peuvent être complètement écartées.

18Il est important de noter que la méthode proposée par Schlenker et al. (2023) n’est pas si sévère qu’elle écarterait automatiquement toute possibilité d’identifier une combinaison syntaxique ou une interprétation sémantique compositionnelle pour toute séquence de signaux. Ainsi, le cas de la mésange du Japon (Suzuki et al., 2016 ; 2017 ; 2018 ; Suzuki & Matsumoto, 2022), qui produit des séquences de forme ABC-D reçoit au contraire une réponse favorable en ce qui concerne la compositionnalité sémantique. Le signal ABC est un signal d’alarme qui suscite une vigilance accrue. Le signal D est un signal de recrutement. La séquence ABC-D déclenche à la fois la vigilance et l’approche de l’émetteur. En revanche, la séquence D-ABC ne produit guère de réaction. Sans entrer dans le détail de leur argumentation, bien que Schlenker et al. restent réservés sur l’attribution de la syntaxe aux séquences ABC-D (l’ordre pourrait s’expliquer par le principe pragmatique d’Urgence proposé par Schlenker et al. 2016, plutôt que par une règle syntaxique), ils sont optimistes quant à une compositionnalité sémantique. Au-delà du fait que la théorie déflationniste proposant un signal unique ne tient pas (Suzuki et al., 2017), la théorie déflationniste proposant deux signaux indépendants ne tient pas non plus. L’élément déterminant est apporté par Suzuki & Matsumoto (2022) qui ont montré que lorsque le signal ABC et le signal D sont reproduits par deux haut-parleurs différents éloignés de quelques mètres, le comportement associé aux séquences ABC-D disparaît.

19Si on considère maintenant le comportement des chimpanzés, décrit par Leroux et al. (2023), il s’agit de séquences de deux signaux, produites en présence d’un serpent. Le premier signal (huu) est un signal d’alarme assez général. Le second est un signal de recrutement (waa). Leroux et al. (2023) ont confirmé expérimentalement que la présentation d’un serpent suscitait la production de séquences huu+waa. Ils ont également comparé les séquences huu+waa à la présentation en isolation de l’un ou l’autre signal. Ils ont constaté que la durée du regard vers le haut-parleur était supérieure pour la séquence que pour l’un ou l’autre des deux signaux. Par ailleurs dans 50 % des cas, pour la séquence huu+waa, les sujets ont approché le haut-parleur et certains ont produit des comportements associés aux serpents. On peut regretter que les auteurs n’aient pas appliqué à ces données intéressantes la méthode de Schlenker et al. (2023). Si on l’applique aux données rapportées, il faut remarquer que même si la séquence huu+waa est le résultat d’une combinaison syntaxique, ce sera difficile à montrer. La séquence inverse (waa+huu) n’a pas été testée et on ne sait donc pas si l’ordre est important. Mais même s’il s’avérait qu’une séquence waa+huu ne suscitait pas les mêmes réactions que la séquence huu+waa, étant donné le principe pragmatique d’Urgence, cela ne suffirait pas établir qu’il y a là une règle syntaxique. En ce qui concerne la compositionnalité sémantique, vu le comportement associé aux serpents manifesté par certains participants, il ne semble pas que l’interprétation de huu+waa dépende uniquement de la signification de chacun des deux signaux pris en isolation. En effet, huu est un signal d’alarme général (pas spécifiquement associé aux serpents) et waa est un signal de recrutement. Il est difficile de voir comment la composition sémantique de ces deux significations peut aboutir à une spécification pour les serpents. A partir de là, une hypothèse assez naturelle est d’adopter la théorie déflationniste avec un seul signal : huu-waa est un unique signal d’alarme pour les serpents. Une façon de rejeter cette théorie serait de tester avec des playbacks où les deux composants de la séquence sont produits par des individus différents ou depuis deux haut-parleurs différents éloignés de quelques mètres. Si les chimpanzés réagissent de la même façon à ces playbacks qu’à ceux où la séquence est produite par un seul individu ou un unique haut-parleur, on pourra rejeter la théorie déflationniste à un seul signal. Mais ce résultat ouvrirait la porte à une théorie déflationniste à deux signaux indépendants (cf. la discussion ci-dessus de cet élément chez Suzuki & Matsumoto, 2022), ce qui ne permet pas non plus d’établir la compositionnalité sémantique. En tout état de cause, les données rapportées par Leroux et al. (2023) méritent un examen plus approfondi et probablement de nouvelles expériences. On remarquera pour finir que tout ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de syntaxe ou de sémantique compositionnelle chez les PNH, mais qu’il est extrêmement difficile de le montrer de façon définitive.

20Gabrić (2022) a ré-analysé des données de terrain rapportées par Boesch (1991) pour un groupe de chimpanzés dans une forêt de Taï. Il s’agit de séquences de tambourinage produites par le mâle alpha (Brutus) lors de déplacements pour le fouragement :
• 2A (deux tambourinages successifs sur le même arbre), interprété comme initiant une période de repos ;
• 1A+1B (un tambourinage sur un arbre suivi par un tambourinage sur un autre arbre), interprété comme indiquant un changement de direction ;
• 1A+2B ou 2A+1B (un tambourinage sur un arbre suivi par deux tambourinages successifs sur un autre arbre ou deux tambourinages successifs sur un arbre suivi par un tambourinage sur un autre arbre), interprété comme initiant une période de repos suivie par un changement de direction.

21C’est le troisième type de séquence qui intéresse Gabrić. Il l’interprète comme un exemple de compositionnalité sémantique. Un de ses arguments principaux est qu’il ne s’agit pas de la simple juxtaposition des deux signaux 2A et 1A+1B, sinon on devrait avoir 3A+1B. Le fait qu’on ne trouve pas cette séquence, mais 1A+2B ou 2A+1B est interprété par Gabrić comme la marque d’un phénomène de réduction du signal (ou blending) courant dans les langues humaines (il donne l’exemple de motel — motor + hotel). Si on revient à la méthode de Schlenker et al. (2023), l’argument de la réduction du signal contredit une théorie déflationniste basée sur deux énoncés indépendants. On remarquera cependant que l’hypothèse d’une réduction du signal fait davantage sens pour 2A+1B que pour 1A+2B, un problème que Gabrić ne commente pas. Si on admet l’analyse en termes de réduction du signal, cependant, on n’écarte pas la théorie déflationniste selon laquelle on est face à un seul signal (pas de compositionnalité sémantique). On peut bien évidemment avoir une réduction du signal et de la compositionnalité sémantique au sens propre (c’est par exemple le cas en anglais dans « I wanna go to the movie », où wanna est la réduction de want to). Mais la notion de blending mise en avant par Gabrić et un exemple comme motel ne vont pas dans ce sens. De façon un peu contradictoire, Gabrić propose dans la suite de la discussion une interprétation parataxique de la séquence 1A+2B/2A+1B, comme la conjonction de deux impératifs. Il faut noter que ceci revient à une théorie déflationniste à deux énoncés, ce qui permettrait seulement d’argumenter pour une compositionnalité sémantique triviale.

22Vu la fréquence de séquences multimodales (gestes + vocalisations) dans la communication des primates non-humains, il paraitrait souhaitable d’y chercher de la compositionnalité sémantique (Pleyer et al., 2022). Cependant la manipulation expérimentale qui est un outil central pour établir de façon indiscutable la compositionnalité sémantique en utilisant la méthode de Schlenker et al. (2023) semble difficile, voire impossible pour des séquences multimodales. Cela n’exclut bien évidemment pas l’observation et l’analyse de telles séquences multimodales, mais rend plus fragiles les hypothèses que l’on pourrait en tirer relativement à la compositionnalité sémantique.

23Il ne semble donc pas y avoir, en l’état actuel des choses, de données de terrain établissant de façon irréfutable l’existence d’une compositionnalité sémantique au sens propre chez des PNH.

24Le travail de laboratoire avec des primates non-humains n’a pas rencontré davantage de succès, à une exception près, la négation. La négation a une fonction logique qui consiste à renverser le contenu sémantique de l’élément (mot, expression, phrase) auquel elle s’applique. Par exemple, une vache pas rousse réfère à une vache de n’importe quelle autre couleur. Il est important de noter que le travail de terrain sur la communication des primates non humains n’a pas détecté d’élément de ce type. Cependant, une étude de laboratoire (Dautriche et al., 2022) a montré que les babouins peuvent traiter la négation, laissant place à un optimisme prudent.

25Si on considère maintenant les capacités pragmatiques qui sont centrales pour l’usage du langage dans la communication humaine, on trouve la sensibilité à l’informativité. Un signal peut être plus ou moins informatif relativement à une question donnée. Supposons que vous soyez face à une étagère avec une douzaine de mugs de différentes couleurs, dont trois sont jaunes et un jaune avec une poignée ébréchée. Je veux que vous me passiez celui-là. Je peux dire soit :
1. S’il te plait, passe-moi le mug jaune.
2. S’il te plait, passe-moi le mug jaune avec la poignée ébréchée.

26Etant donnée que la seconde demande identifie une possibilité unique, alors que la première vous laisse face à trois cibles potentielles, la seconde est plus informative que la première. On sait que la sensibilité à l’informativité est importante dans l’interprétation des phrases, notamment pour la communication implicite très fréquente dans l’espèce humaine. Jusqu’à récemment, on pensait que la communication implicite n’existait pas chez les primates non humains. Mais, en 2014, Schlenker et al. ont proposé d’analyser un apparent changement d’interprétation dans les signaux d’alarme des singes de Campbell dans des environnements différents comme un cas de communication implicite. Les singes de Campbell ont deux cris d’alarme qui ont été interprétés grâce à du travail de terrain de la façon suivante :
Hok : cri d’alarme pour les aigles ;
Krak : cri d’alarme pour les léopards.

27Cependant, en 2013, Arnold et al. ont noté que krak semble avoir deux significations différentes, selon le lieu où il est produit. Dans la forêt de Taï, où il y a des léopards, c’est un cri d’alarme pour les léopards. Mais sur l’île de Tiwaï, où il n’y a pas de léopard, c’est un cri d’alarme général. Initialement, Arnold et al. (2013) ont suggéré que la « signification lexicale » de krak est elle-même différente dans les deux localisations : ce qui est encodé comme un cri d’alarme pour les léopards pour le groupe de singes de Campbell de Taï, est encodé comme un cri d’alarme général pour le groupe de Tiwaï. Schlenker et al. (2014) ont proposé une analyse alternative, selon laquelle krak a une unique signification (cri d’alarme général) dans les deux lieux. Mais à Taï, où il y a des léopards, cette signification est enrichie pragmatiquement et interprétée comme indiquant la présence d’un léopard, alors que ce n’est pas le cas à Tiwaï. Le mécanisme d’enrichissement pragmatique proposé par Schlenker et al. est identique à celui qui opère dans la communication implicite humaine. Il est basé sur un Principe d’Informativité :
Quand une alternative est strictement plus informative qu’une autre, la plus informative doit être utilisée si possible.

28Pour les singes de Campbell, l’ensemble d’alternatives est composé de hok (cri d’alarme pour les aigles) et de krak (cri d’alarme général). Hok est strictement plus informatif que krak parce qu’il s’applique dans un sous-ensemble des cas où krak s’applique. Sur la base du Principe d’Informativité, quand krak est utilisé à Taï, où il y a à la fois des aigles et des léopards, un mécanisme d’exhaustivité contraint par l’informativité conduit à son interprétation comme non-hok et donc comme un cri d’alarme pour les léopards. Si Schlenker et al. ont raison, les singes devraient être sensibles à l’informativité. Reboul et al. (2022) ont testé la sensibilité des babouins (Papio papio) à l’informativité en manipulant l’informativité d’un indice relativement à un choix de réponses (plus il y a de réponses compatibles avec l’indice, moins l’indice est informatif et vice versa). Les singes pouvaient anticiper leurs réponses ou attendre que la bonne réponse soit indiquée sur l’écran. Deux hypothèses devaient être vérifiées si les babouins sont sensibles à l’informativité. Le nombre de réponses anticipées augmenterait avec l’informativité de l’indice (plus l’indice est informatif, plus il y aura de réponses anticipées). Le temps de réponse dans les essais où le singe a attendu qu’on lui révèle la bonne réponse diminuerait en fonction de l’informativité de l’indice (plus l’indice est informatif, plus le temps de réaction sera court). Ces deux hypothèses ont été vérifiées. On peut en déduire que les babouins sont sensibles à l’informativité. Certes, ceci ne vérifie pas l’analyse de Schlenker et al. (2014) quant au changement de signification de krak, mais c’est un résultat encourageant. Et de nouveau, cela suggère qu’un ingrédient central de la communication linguistique humaine, la sensibilité à l’informativité, pourrait remonter au dernier ancêtre commun entre les babouins et les êtres humains modernes, il y a environ 25 millions d’années.

2.3 Régularités statistiques

29Il y a quelques « lois » statistiques que l’on détecte dans toutes les langues et qui sont considérées comme des universaux linguistiques :
• La loi rang-fréquence de Zipf : le mot le plus fréquent est deux fois plus fréquent que le second mot le plus fréquent, trois fois plus fréquent que le troisième mot le plus fréquent, et ainsi de suite ;
• La loi de la brièveté dit que la longueur d’une unité linguistique est inversement corrélée à sa fréquence (les unités les plus fréquentes sont plus courtes que les unités les moins fréquentes, et vice versa) ;
• La loi de Menzerath-Altmann dit qu’il y a une corrélation inverse entre la longueur d’une séquence (le nombre de ses composants) et la taille des composants (plus la séquence est longue, plus les composants sont courts et vice versa).

30Toutes ces lois sont liées à l’efficacité de la communication linguistique et à l’équilibre entre l’unification linguistique (qui place le fardeau de l’interprétation sur l’interlocuteur) et la diversification linguistique (qui place le fardeau de l’interprétation sur le locuteur). Montrer que ces lois se retrouvent dans des systèmes de communication animaux contribuerait à combler le fossé qui sépare le langage de ces systèmes de communication. Hors des primates non humains, les trois lois statistiques mentionnées plus haut (Zipf, brièveté, Menzerath-Altmann) ont été détectées dans les répertoires de sifflements des grands dauphins (McCowan et al., 1999). On a aussi montré qu’elles se retrouvent dans le répertoire de clicks de la même espèce (Stepanov et al., 2022). En ce qui concerne les primates non humains, on a trouvé des indications de compression dans les vocalisations des lémuriens Indri indri (Valente et al., 2021), des macaques de Formose (Semple et al., 2010 ; 2013), les babouins gelada (Gustison et al., 2016), des chimpanzés (Fedurek & Sclocombe, 2011) et des gorilles de montagne (Watson et al., 2020). Des recherches sur la communication gestuelle des gorilles (Genty & Byrne, 2010) et des chimpanzés (Heesen et al., 2019 ; Safryghin et al., 2022) ont également découvert des indices de compression. Il pourrait se révéler fructueux d’examiner les séquences multi-modales (gestes et vocalisations) des primates non humains, dans la mesure où elles constituent l’essentiel de la communication dans la plupart des espèces (Fröhlich et al., 2019).

3 Conclusion

31L’évolution du langage est un problème complexe et il y a beaucoup de choses que non seulement nous ignorons à l’heure actuelle, mais que nous continuerons probablement à ignorer, notamment en ce qui concerne la chronologie de l’évolution du langage. Cependant, il y a de bonnes raisons d’espérer, notamment grâce à la comparaison entre espèces, comme j’ai essayé de le montrer ici. Les contributions de la comparaison entre espèces sont de trois sortes. D’abord, elle peut falsifier des théories cherchant à expliquer pourquoi le langage est spécifique à l’espèce humaine par une spécificité humaine supposée. Ensuite, elle permet de clarifier la chronologie de l’évolution, si ce n’est du langage, au moins de certaines capacités cognitives qui lui sont associées et qui se retrouvent parfois chez des espèces de primates non humains. Enfin, l’examen des systèmes de communication animaux et la détection dans ces systèmes de lois statistiques considérées comme des universaux linguistiques peuvent aider à combler l’abime qui sépare le langage de ces systèmes.

Conflits d’intérêts

32L’auteur déclare qu’il n’y a aucun conflit d’intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Ambrose SH. 2001. Paleolithic technology and human evolution. Science 291: 1748-1753.

Ambrose SH. 2010. Coevolution of composite-tool technology, constructive memory, and language: implications for the evolution of modern human behavior. Current Anthropology 51: S135-S147.

Arnold K, Keenan S, Lemasson A, Zuberbühler K. 2013. Population differences in wild Campbell’s monkeys alarm call use. University of St Andrews (Manuscrit non évalué).

Aubert M, Brumm A, Huntley J. 2018. Early dates for 'Neanderthal cave art' may be wrong. Journal of Human Evolution 125: 215-217.

Boë LJ, Berthommier F, Legou T, et al. 2017. Evidence of a vocalic proto-system in the baboon (Papio papio) suggests pre-hominin speech precursors. PloS one 12: e0169321.

Boë LJ, Heim JL, Honda K, Maeda S, Badin P, Abry C. 2007. The vocal tract of newborn humans and Neanderthals: Acoustic capabilities and consequences for the debate on the origin of language. A reply to Lieberman (2007). Journal of Phonetics 35: 564-581.

Boesch C. 1991. Symbolic communication in wild chimpanzees? Human Evolution 6: 81–89.

Chemla E, Dautriche I, Buccola B, Fagot J. 2019. Constraints on the lexicons of human languages have cognitive roots present in baboons (Papio papio). Proceedings of the National Academy of Sciences 116: 14926-14930.

Dautriche I, Buccola B, Berthet M, Fagot J, Chemla E. 2022. Evidence for compositionality in baboons (Papio papio) through the test case of negation. Scientific Reports 12: 1-12.

Emmorey K. 2001. Language, cognition, and the brain: Insights from sign language research. London, Psychology Press.

Fedurek P, Slocombe KE. 2011. Primate vocal communication: a useful tool for understanding human speech and language evolution? Human Biology 83: 153–173.

Fitch TW, Reby D. 2001. The descended larynx is not uniquely human. Proceedings of the Royal Society of London. Series B: Biological Sciences 268: 1669-1675.

Fröhlich M, Sievers C, Townsend SW, Gruber T, van Schaik CP. 2019. Multimodal communication and language origins: integrating gestures and vocalizations. Biological Reviews 94: 1809-1829.

Gabric P. 2022. Overlooked evidence for semantic compositionality and signal reduction in wild chimpanzees (Pan troglodytes). Animal Cognition 25: 631-643.

Genty E, Byrne RW. 2010. Why do gorillas make sequences of gestures? Animal Cognition 13: 287–301.

Gustison ML, Semple S, Ferrer-i-Cancho R, Bergman TJ. 2016. Gelada vocal sequences follow Menzerath’s linguistic law. Proceedings of the National Academy of Sciences 113:2750–2758.

Heesen R, Hobaiter C, Ferrer-i-Cancho R, Semple S. 2019. Linguistic laws in chimpanzee gestural communication. Proceedings of the Royal Society B 286: 20182900.

Hoffmann DL, Standish CD, García-Diez M, et al. 2018. U-Th dating of carbonate crusts reveals Neandertal origin of Iberian cave art. Science 359: 912-915.

Leroux M, Schel AM, Wilke C, et al. 2023. Call combinations and compositional processing in wild chimpanzees. Nature Communications 14: 2225.

Lieberman P. 1984. The biology and evolution of language. Cambridge, MA, Harvard University Press.

Lieberman P. 2007. The evolution of human speech: Its anatomical and neural bases. Current anthropology 48: 39-66.

Lieberman P, Crelin ES, Klatt DH. 1972. Phonetic ability and related anatomy of the newborn and adult human, Neanderthal man, and the chimpanzee. American Anthropologist 74: 287-307.

Lieberman PH, Klatt DH, Wilson WH. 1969. Vocal tract limitations on the vowel repertoires of rhesus monkey and other nonhuman primates. Science 164: 1185–1187.

McCowan B, Hanser SF, Doyle LR. 1999. Quantitative tools for comparing animal communication systems: Information theory applied to bottlenose dolphin whistle repertoires. Animal Behaviour 57: 409–419.

Miyagawa S, Lesure C, Nóbrega VA. 2018. Cross-modality information transfer: a hypothesis about the relationship among prehistoric cave paintings, symbolic thinking, and the emergence of language. Frontiers in Psychology 9: 115.

Morgan CL. 1894. An Introduction to Comparative Psychology. Londres, W. Scott.

Nishimura T, Tokuda IT, Miyachi S. et al. 2022. Evolutionary loss of complexity in human vocal anatomy as an adaptation for speech. Science 377: 760-763.

Osiurak F, De Oliveira E, Navarro J, Lesourd M, Claidière N, Reynaud E. 2016. Physical intelligence does matter to cumulative technological culture. Journal of Experimental Psychology: General 145: 941-948

Osiurak F, Claidière N, Bluet A, et al. 2022. Technical reasoning bolsters cumulative technological culture through convergent transformations. Science advances 8: eabl7446.

Osiurak F, Claidière N, Federico G. 2023. Bringing cumulative technological culture beyond copying versus reasoning. Trends in Cognitive Sciences 27: 30-42.

Ouattara K, Lemasson A, Zuberbühler K. 2009. Campbell’s monkeys use affixation to alter call meaning. PLoS one 4: e7808.

Pleyer M, Lepic R, Hartmann S. 2022. Compositionality in different modalities: A view from usage-based linguistics. International Journal of Primatology 1-33.

Reboul A, Mascaro O, Claidière N, Fagot J. 2022. Are monkeys sensitive to informativeness: An experimental study with baboons (Papio papio). PLoS one 17: p.e0270502.

Safryghin A, Cross C, Fallon B, Heesen R, Ferrer-i-Cancho R, Hobaiter C. 2022. Variable expression of linguistic laws in ape gesture: a case study from chimpanzee sexual solicitation. Royal Society Open Science 9: 220849.

Schlenker P, Chemla E, Arnold K, et al. 2014. Monkey semantics: two ‘dialects’ of Campbell’s monkey alarm calls. Linguistics and Philosophy 37: 439-501.

Schlenker P, Chemla E, Schel AM, Fuller J, et al. 2016. Formal monkey linguistics. Theoretical linguistics 42: 1-90.

Schlenker P, Coye C, Leroux M, Chemla E. 2023. The ABC-D of animal linguistics: are syntax and compositionality for real? Biological Reviews 98: 1142-1159.

Semple S, Hsu MJ, Agoramoorthy G. 2010. Eciency of coding in macaque vocal communication. Biological Letters 6: 469–471.

Semple S, Hsu MJ, Agoramoorthy G, Ferrer-i-Cancho R. 2013. The law of brevity in macaque vocal communication is not an artefact of analysing mean call durations. Journal of Quantitative Linguistics 20: 209–217.

Stepanov A, Zhivomirov H, Nedelchev I, Stateva P. 2022. Bottlenose dolphins' broadband clicks are structured for communication. BioRxiv: https://doi.org/10.1101/2023.01.11.523588

Suzuki TN, Matsumoto YK. 2022. Experimental evidence for core-merge in the vocal communication system of a wild passerine. Nature Communications 13: 5605.

Suzuki TN, Wheatcroft D, Griesser M. 2016. Experimental evidence for compositional syntax in bird calls. Nature Communications 7(1): 1–7.

Suzuki TN, Wheatcroft D, Griesser M. 2017. Wild birds use an ordering rule to decode novel call sequences. Current Biology 27: 2331–2336 e3.

Suzuki TN, Wheatcroft D, Griesser M. 2018. Call combinations in birds and the evolution of compositional syntax. PLoS Biology 16: e2006532.

Sykes RW. 2015. To see a world in a hafted tool: birch pitch composite technology, cognition and memory in Neanderthals. In F Coward, R Hasfield, M Pope & F. Wenban-Smith (Eds.), Settlement, society and cognition in human evolution (pp. 117-137). Cambridge, Cambridge University Press.

Valente D, De Gregorio C, Favaro L, et al. 2021. Linguistic laws of brevity: conformity in Indri indri. Animal Cognition 24: 897–906.

Watson SK, Heesen R, Hedwig D, Robbins MM, Townsend SW. 2020. An exploration of Menzerath’s law in wild mountain gorilla vocal sequences. Biological Letters 16: 20200380.

White R, Bosinski G, Bourrillon R, Clottes J, et al. 2020. Still no archaeological evidence that Neanderthals created Iberian cave art. Journal of Human Evolution 144: 102640.

Zeki S. 1999. Art and the brain. Journal of Consciousness Studies 6: 76-96.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Reboul, « Comparaison entre espèces chez le primate et évolution du langage »Revue de primatologie [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/16656 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.16656

Haut de page

Auteur

Anne Reboul

Aix Marseille Univ, CNRS, LPC, Marseille, France
areboul50@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search