Navigation – Plan du site

AccueilVolumes14Dossier Spécial - Communication e...Communication et langage : apport...

Dossier Spécial - Communication et langage

Communication et langage : apports et limites de la comparaison espèce humaine / autres primates

Communication and language: contributions and limitations of the comparison between the human species and other primates
Marie Montant

Texte intégral

1 Version Française

1La communication humaine est souvent présentée comme l’une des fonctions cognitives qui distingue notre espèce des autres animaux. A ce titre, elle est connue sous un nom qui lui est propre : le mot « langage ». Dans l’usage, en sciences, le terme langage est effectivement réservé à notre seule espèce, de telle sorte qu’il n’est pas nécessaire de l’associer à l’adjectif « humain » : il va de soi que le langage est humain, et seulement humain, inutile de préciser l’évidence. Dans un autre genre, il va de soi que l’expression « dans le sens des retours » -utilisée par les médias pour donner des informations sur l’état du trafic routier en France- signifie « retour vers Paris ». Inutile en effet de rappeler à la population française, dont 97 % n’habite pas dans la région parisienne, que le calcul de ses déplacements repose sur une donnée géologique et géographique indiscutable : le centre de gravité de la France est Paris.

2S’agit-il là de « conventions » sans conséquence ? Pas sûr. Pour revenir au langage, je pense au contraire que l’usage réservé de ce mot à l’espèce humaine révèle des biais de pensée problématiques, peu ou pas reconnus explicitement. Le premier biais concerne la position d’Homo sapiens au sein du vivant : bien au centre et sous le soleil exactement, peut-être parce que l’observateur est l’observé, et vice versa. Le deuxième biais découle du premier : le règne animal est scindé en deux catégories de poids équivalents, l’espèce humaine d’une part et les millions d’autres espèces d’autres part. Le troisième biais est lié à l’affirmation de la séparation entre langage et communication : cette frontière annoncée entérine, sans l’avoir véritablement testée, la supériorité du langage sur la communication. Cette notion de supériorité fait étrangement écho à l’échelle des Êtres (Aristote, 343 av J.C.) qui n’a pourtant aucun sens du point de vue de la biologie de l’Evolution (Lecointre & Huneman, 2020). Les comparaisons entre primates humains et primates non-humains gagneraient à se désanthropocentrer véritablement, en commençant par le vocabulaire (Figure 1).

3Ce dossier de la Revue de Primatologie est consacré, vous l’aurez compris, aux comparaisons incluant le primate humain. La plupart des études portant sur les origines ou l’évolution du langage (humain) intègrent en effet l’espèce humaine moderne ou fossile dans une perspective comparative inter-espèces. Il s’agit de passer en revue les caractéristiques anatomiques et/ou fonctionnelles de la communication humaine, de manière ensuite à rechercher les caractéristiques homologues, quand elles existent, chez les primates non-humains. Si quelques scientifiques adoptent cette approche dans le but de démontrer que l’espèce humaine est supérieure aux autres primates, voire l’élue (« Why only us », Berwick & Chomsky, 2016), la grande majorité cependant n’est pas à ce point subjuguée par sa propre identité phylogénétique.

4Ce dossier spécial regroupe une sélection de contributions qui illustrent quelques-unes de ces approches comparatives, soit sur le plan anatomique, soit sur le plan fonctionnel. Elles se situent pour certaines au niveau du squelette et de l’anatomie du tractus vocal, pour d’autres au niveau des processus cognitifs impliqués dans la compression de l’information, pour d’autres encore au niveau de la complexité des séquences de communication.

5Voici ce qui vous attend dans la suite de ce numéro :

6Anne Reboul introduit ce dossier spécial avec une synthèse des principaux axes sur lesquels les études comparées entre diverses espèces de primates se situent en contribuant à éclaircir la question de l’origine évolutive du langage humain. Dans son article, Anne Reboul aborde trois aspects fondamentaux. Le premier est le rôle de ces études comparées dans la réfutation d’hypothèses explicatives de l’unicité humaine : retrouver une caractéristique du langage humain chez d’autres primates signifie que cette caractéristique n’est pas human-unique. Le deuxième est leur contribution à fixer la chronologie de l’apparition des caractères constitutifs du langage, comme la combinatoire (i.e., capacité de combiner des signaux élémentaires pour en constituer d’autres, porteurs de signification). L’observation d’un partage de caractères par plusieurs primates, en plus de l’espèce humaine, permet en effet de dater l’apparition de ces caractères à l’ancêtre commun dont ils sont hérités. Le troisième se rapporte aux « lois » statistiques de la linguistique, observées dans toutes les langues humaines, qui permettent de compresser l’information tout en évitant de l’appauvrir. Ces lois semblent universelles au point de se retrouver également dans des systèmes biologiques de transfert d’information comme les systèmes génétiques (Semple et al., 2023). Elles pourraient donc être à la base de tout système de communication animale, à différents niveaux, de la cellule à l’individu, en ceci qu’elles assurent l’efficacité de la transmission d’information et la juste répartition de l’effort de communication entre émetteur et récepteur.

7Marion Laporte et Amélie Vialet proposent une revue de la littérature depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours sur la fin d’un dogme : celui de la descente du larynx comme hypothèse explicative de l’apparition du langage dans la lignée humaine. L’anatomie particulière du tractus vocal humain a en effet longtemps été mise en avant, notamment par Lieberman et collaborateurs (Lieberman et al., 1969) pour expliquer que les autres grands singes ne produisent pas les voyelles du triangle vocalique observé dans toutes les langues humaines. Ce dogme mécaniste bien pratique a été réfuté très récemment : ce n’est pas la capacité volumique du pharynx qui permet l’articulation des phonèmes mais la localisation des constrictions dans la cavité buccale et leur contrôle nerveux (Boe et al., 2019). La fin de ce dogme a relancé des hypothèses paléontologiques alternatives permettant d’expliquer l’apparition du langage, que les autrices parcourent également : l’anatomie de l’encéphale et ses asymétries, les gènes du langage comme FoXP2…

8Dans la traduction de leur article, Christine Sievers et Thibaud Gruber empruntent une approche comparative humain/non-humain pour se pencher sur les conventions de communication se rapportant à la signification des signaux, et notamment sur l’apprentissage de la relation arbitraire qui lie le signal à l’objet/situation qu’il désigne. L’« arbitrarité » du signe est l’une des caractéristiques du langage souvent avancées par les linguistes pour démontrer la supériorité du système de communication humain sur celui des autres primates : la forme sonore du mot « lunette » par exemple ne dit rien des propriétés physiques de l’objet, le choix de ce mot pour nommer cet objet est arbitraire et fixé par convention, la preuve en est qu’en changeant de langue, le même objet change de nom. Au travers d’une revue de la littérature axée sur la comparaison des capacités des primates humain et non-humains en matière d’imitation et apprentissage, l’autrice et l’auteur montrent précisément que les affects ne sont pas étrangers à l’apprentissage des conventions, que ce soit chez le chimpanzé ou l’humain. Leur proposition permet de reconsidérer les rôles respectifs de la pédagogie active (supposée dénuée d’affects) et du contexte social/émotionnel dans la transmission de la signification des signaux. Ce faisant, iels déconstruisent la classique opposition entre capacité humaine symbolique détachée du réel et capacité non-humaine embourbée dans ses affects incontrôlés.

9Dans un autre style, Laure Tosatto et ses collaborateurs nous offrent une plongée expérimentale dans les subtilités d’une capacité cognitive essentielle au langage : celle de compresser l’information afin de soulager la mémoire de travail et traiter les séquences ou phrases de manière fluide, avec un moindre effort. Le Chunking correspond littéralement à la capacité de grouper ou coller plusieurs unités de petites tailles en une seule grande unité, comme les chiffres d’un numéro de téléphone que l’on a tendance à associer par paquets de 2 ou 3 pour s’en souvenir. Cette capacité a beaucoup été étudiée chez l’espèce humaine et plusieurs modèles psycholinguistiques computationnels la mettent en avant pour expliquer l’apprentissage et le décodage des divers éléments d’une phrase (e.g., French et al., 2011). Dans l’article de ce dossier spécial, Tosatto expose les résultats de son expérience réalisée sur une population de babouins de Guinée. Ceux-ci ont été soumis à une tâche de pointage sur écran tactile dont le but était d’étudier la dynamique de formation des chunks au fur et à mesure de l’apprentissage de séquences. Les résultats de cette expérience contribuent à montrer d’une part que le chunking n’est pas propre à l’espèce humaine, et d’autre part qu’il confère plasticité et robustesse au traitement de séquences, qu’elles soient motrices ou langagières.

10Les deux derniers articles de ce dossier, celui de Maël Leroux d’une part et celui de Lise Habib-Dassetto et collaboratrices/teurs d’autre part, s’interrogent sur les niveaux de comparaison pertinents entre systèmes de communication humains et non-humains, quand la syntaxe est au cœur de la comparaison. En effet, la syntaxe reste le critère distinctif de l’espèce humaine pour nombre d’auteurs (Chomsky, 2007 ; Dehaene et al., 2022 ; Fitch, 2018) du fait qu’elle porte l’essentiel de la complexité langagière : la compositionnalité et la combinatoire (aussi appelées « double articulation » ; Hockett, 1960) alliées à l’arbitrarité du signe, permettent à ce système de produire, en théorie, un nombre d’énoncés infini.

11Leroux propose une revue de la littérature des preuves empiriques de combinatoire et de compositionnalité dans les vocalisations des chimpanzés. Ce faisant, il soulève nombre de questions délicates et salvatrices relatives à la manière, pour les scientifiques, d’analyser des séquences vocales non-humaines : rôle du contexte social, rôle et estimation de la durée des silences entre les séquences vocales, délicate distinction entre combinaison et composition, rôle de la multimodalité dans les modulations de signification, dynamique d’apprentissage des règles d’organisation des cris par les juvéniles.

12Habib-Dassetto et ses collaboratrices/teurs décortiquent deux scénarios antagonistes de l’évolution du langage pour ensuite proposer une approche comparative centrée sur la recherche de caractères partagés entre primates, plutôt que sur ce qui distingue les humains des autres espèces. Les deux scénarios en question prônent pour l’un la rupture évolutive entre les humains et les autres primates, pour l’autre la continuité mais avec l’espèce humaine au sommet de l’échelle des êtres. Cet article fait le tour des limites et apports de ces deux scénarios pour ensuite déconstruire l’idée qu’il « manquerait » quelque chose aux chimpanzés ou aux macaques pour « parler ». Une solution plus raisonnable du point de vue de la biologie de l’évolution serait de focaliser les recherches comparatives sur des mécanismes de traitement des signaux de communication décentrés du langage humain et de sa fameuse syntaxe. La complexité interactionnelle et l’aspect multimodal des signaux de communication semblent constituer une piste prometteuse.

13La comparaison du langage aux autres systèmes de communication animaux soulève les passions depuis l’Antiquité, comme si le véritable enjeu, pour certain.e.s, était celui de la position de l’espèce humaine dans l’échelle des êtres. De nombreux philosophes, linguistes, psycholinguistes et informaticiens semblent parfois se battre contre l’idée que le langage est un système de communication parmi d’autres et peut, à ce titre, être inséré dans des comparaisons inter-spécifiques qui ne tournent pas nécessairement à l’avantage de l’espèce humaine. Ce dossier spécial donne à lire plusieurs pistes d’études axées sur ces comparaisons.

Figure 1

Figure 1

« Tel le baron von Münchhausen qui, pour se sortir du fossé dans lequel il est tombé, s’agrippe à sa propre chevelure, l’être humain se fonde sur sa propre subjectivité pour s’extraire de l’ordre du vivant. » (Schaeffer, 2005)
« Like Baron von Münchhausen who clings to his own hair to extricate himself from the ditch into which he has fallen, humans rely on their own subjectivity to emerge from the order of the living. » (Schaeffer, 2005)

2 English version

14Human communication is often presented as one of the cognitive functions that distinguishes our species from other animals. As such, it possesses a name of its own: the word "language". In scientific usage, the term language is effectively reserved for our species; there is no need to add the adjective “human”: it goes without saying that language is human, and only human. On a different note, it goes without saying that the expression “in the return direction” - used by the media to provide information on the state of road traffic in France - means “back towards Paris”. There is no need to inform the French population, 97% of whom do not live near Paris, that the calculation of their movements is based on an indisputable geological and geographical fact: France's center of gravity is Paris.

15Are these “conventions” of no consequence? I am not sure. Concerning language, I believe, on the contrary, that the use of this word exclusively for the human species reveals some biases that are not always explicitly recognized. The first bias concerns the position of Homo sapiens within the living: right in the center, perhaps because the observer is the observed, and vice versa. The second bias stems from the first: the animal kingdom is divided into two “equal” categories, the human species on the one hand, and the millions of other species on the other. The third bias is linked to the separation between language and communication: this frontier states the superiority of language over communication without having tested it. This notion of superiority echoes the Scale of Beings (Aristotle, 343 BC), which makes no sense from the point of view of evolutionary biology (Lecointre & Huneman, 2020). I am convinced that comparisons between human and non-human primates would benefit from genuine deanthropocentricity, starting with vocabulary (Figure 1).

16As you may have gathered, this issue of Revue de Primatologie is devoted to primate comparisons that include the human species. Most studies on the origins or evolution of (human) language include the modern or fossil human species in an interspecies comparative perspective. Their aim is either to review the anatomical and/or functional characteristics of human communication and then look for homologous features in non-human primates. While some scientists adopt this approach to demonstrate that the human species is more than superior to other primates, it is the chosen one (“Why only us”; Berwick & Chomsky, 2016), the vast majority is not so subjugated by its own phylogenetic identity.

17This special issue brings together a selection of contributions illustrating some of these comparative approaches. Some focus on the skeleton and anatomy of the vocal tract, others on the cognitive processes involved in information compression, and still others on the complexity of communication sequences.

18Here is what you can expect in this issue:

19Anne Reboul introduces this special issue with a summary of the main lines of research that exist in comparative studies on the evolutionary origins of human language. In her article, Anne Reboul addresses three fundamental contributions of these studies. The first is their role in refuting explanatory hypotheses of human uniqueness: finding a characteristic of human language in other primates proves that this characteristic is not exclusive to humans. The second is their contribution to fixing the phylogenetic chronology of the traits that make up language, such as combinatorics (i.e., the ability to combine elementary pieces of information to form signals that carry meaning). The observation that several primates, in addition to the human species, share the same traits enables us to date the appearance of these traits to the common ancestor from which they are inherited. The third relates to the statistical “laws” of linguistics, observed in all human languages, which enable information to be compressed but not or minimally impoverished. These universal laws are also found in biological systems such as genetics (Semple et al., 2023). Given that they ensure efficient information transmission and equally distribute the communication effort between sender and receiver, these laws could form the basis of many animal communication systems at different levels, from the cell to the individual.

20Marion Laporte and Amélie Vialet review the literature from antiquity to the present day about a dogma that ended recently: the descent of the larynx as an explanatory hypothesis for the appearance of language in the human lineage. The particular anatomy of the human vocal tract has long been put forward, notably by Lieberman and colleagues (Lieberman et al., 1969), to explain why great apes do not produce the vowels found in all human languages. This mechanistic dogma has very recently been refuted by Louis-Jean Boë and colleagues: phoneme articulation in non-human primates is not impeded by the length or volume capacity of the pharynx but by the nervous control of constrictions in the oral cavity (e.g., Boe et al., 2019). The end of this dogma has revived alternative paleontological hypotheses to explain the emergence of language, which the authors also explore: the anatomy of the brain and its asymmetries, the mutations in transcription genes such as FoXP2...

21In the translation of their article, Christine Sievers and Thibaud Gruber adopt a comparative human/non-human approach to explore learning communication conventions related to the meaning of signals, specifically focusing on the arbitrary relationship between the signal and the object/situation it designates. This “arbitrariness” is one of the language features often emphasized by linguists to demonstrate the superiority of the human communication system over that of other primates. For instance, the sound-form of the word “towel” says nothing about the physical properties of the object; the choice of this word to name the object is arbitrary and fixed by cultural convention, as evidenced by the fact that the same object has different names in different languages (e.g. serviette in French, Handtuch in German). Through a literature review focusing on the comparison of human and non-human primate capacities for imitation and learning, the authors show that emotions are involved in the learning of conventions in both chimpanzees and humans. Their proposal encourages us to reconsider the respective roles of active pedagogy (supposedly devoid of affect) and social/emotional context in the transmission of meanings. In doing so, they deconstruct the classic opposition between symbolic human capacity and non-human capacity grounded in uncontrolled affects.

22In a different vein, Laure Tosatto and her collaborators provide an experimental dive into the subtleties of chunking mechanisms, a cognitive ability essential to language. Chunking literally corresponds to the ability to group or glue together several small units into a single large unit, such as the digits of a telephone number, which we tend to associate in packs of 2 or 3 for easier recall. This ability enables the compression of information, relieves working memory, and facilitates the fluid processing of sequences or sentences with less effort. Chunking has been extensively studied in the human species, and several computational psycholinguistic models propose it as an explanation for human efficiency in learning and decoding the various elements of a sentence (e.g., French et al., 2011). In her article, Tosatto presents the results of an experiment carried out on a population of Guinea baboons. These were trained in a touch-screen pointing task, the aim of which was to study the dynamics of chunk formation as pointing sequences were learned. The results of this experiment show that chunking is not unique to the human species, and that it confers plasticity and robustness to the processing of sequences.

23The last two articles in this special issue, one by Maël Leroux and the other by Lise Habib-Dassetto and colleagues, dig into the various levels of comparison between human and non-human communication systems, particularly for syntax. Indeed, syntax remains the distinguishing criterion of the human species according to many authors (Chomsky, 2007; Dehaene et al., 2022; Fitch, 2018) because it carries the bulk of language complexity: compositionality and combinatorics (also called “double articulation”; Hockett, 1960) coupled with arbitrariness enable us to produce, in theory, an infinite number of utterances.

24Leroux provides a literature review on empirical evidence of combinatoriality and compositionality in chimpanzee vocalizations. In doing so, he raises a series of delicate and salutary questions regarding how scientists analyze non-human vocal sequences: the role of social context, the estimation of silence duration to distinguish different vocal sequences, the distinction between combination and composition, the role of multimodality in meaning, and the dynamics of juveniles’ learning of call organization rules.

25Habib-Dassetto and her collaborators propose a comparative approach focusing on the search for shared characteristics among primates, rather than emphasizing what sets humans appart from other species. The article begins by critiquing two dominant and antagonistic scenarios for the evolution of language. The first scenario advocates for an evolutionary break between humans and other primates, while the second suggests continuity, with the human species positioned at the top of the ladder. After reviewing the limits and contributions of these two scenarios, the authors deconstruct the idea that chimpanzees or macaques lack something in their evolutionary history, which would explain why they do not “speak”. A more reasonable solution from the perspective of evolutionary biology, proposed by the authors, is to conduct comparative studies on processing mechanisms that are not derived from human language and syntax. The interactional complexity and multimodality of communication signals seem to be a promising avenue.

26Comparing language to other animal communication systems has been a passionate subject since antiquity, as if the real issue for many scientists was the position of the human species in the scale of beings. Many philosophers, linguists, psycholinguists and computer scientists sometimes seem to struggle with the idea that language is just another communication system and, as such, can be included in inter-species comparisons that do not necessarily favor the human species. In this special issue, we present several of these comparisons from different perspectives.

Haut de page

Bibliographie

Aristote. 343 av JC. Histoire des Animaux. In P Pellegrin (Trad.), Œuvres complètes (pp. 1127-1416). Paris, Editions Flammarion (2014).

Berwick RC, Chomsky N. 2016. Why Only Us: Language and Evolution. Cambridge, MIT Press.

Boë L-J, Sawallis TR, Fagot J, et al. 2019. Which way to the dawn of speech? Reanalyzing half a century of debates and data in light of speech science. Science Advances 5: eaaw3916.

Chomsky N. 2007. Of Minds and Language. Biolinguistics 1: 009–027.

Dehaene S, Al Roumi F, Lakretz Y, Planton S, Sablé-Meyer M. 2022. Symbols and mental programs: A hypothesis about human singularity. Trends in Cognitive Sciences 26: 751–766.

Fitch T. 2018. Dendrophilia and the evolution of syntax. In LJ Boë, J Fagot, P Perrier & JL Schwartz (Eds.), Origins of Human Language: Continuities and Discontinuities with Nonhuman Primates (pp. 305-328). Berlin, Peter Lang Editions.

French RM, Addyman C, Mareschal D. 2011. TRACX: A recognition-based connectionist framework for sequence segmentation and chunk extraction. Psychological Review 118: 614–636.

Hockett CF. 1960. The Origin of Speech. Scientific Amerian 203: 88–111.

Lieberman P, Klatt DH, William W. 1969. Vocal Tract Limitations on the Vowel Repertoires of Rhesus Monkeys and other Nonhuman Primates. Science 164: 1185–1187.

Lecointre G, Huneman P. 2020. Que signifie « se ressembler » en biologie ? Philosophia Scientiæ 24: 75-98.

Schaeffer J-M. 2005. La thèse de l’exception humaine. Communications 78: 189-209.

Semple S, Ferrer-i-Cancho R, Gustison ML. 2022. Linguistic laws in biology. Trends in Ecology & Evolution 37: 53–66.

Sievers C, Gruber T. 2020. Can nonhuman primate signals be arbitrarily meaningful like human words? An affective approach. Animal Behavior and Cognition 7: 140-150.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende « Tel le baron von Münchhausen qui, pour se sortir du fossé dans lequel il est tombé, s’agrippe à sa propre chevelure, l’être humain se fonde sur sa propre subjectivité pour s’extraire de l’ordre du vivant. » (Schaeffer, 2005)« Like Baron von Münchhausen who clings to his own hair to extricate himself from the ditch into which he has fallen, humans rely on their own subjectivity to emerge from the order of the living. » (Schaeffer, 2005)
URL http://journals.openedition.org/primatologie/docannexe/image/16716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Montant, « Communication et langage : apports et limites de la comparaison espèce humaine / autres primates »Revue de primatologie [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/16716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.16716

Haut de page

Auteur

Marie Montant

Laboratoire de Psychologie Cognitive (LPC)
Institute of Language Communication and the Brain (ILCB)
Aix-Marseille Université (AMU), France
marie.montant@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search