Navigation – Plan du site

AccueilVolumes14RecensionsLucie Gerber. Le laboratoire des ...

Recensions

Lucie Gerber. Le laboratoire des esprits animaux. Modéliser le trouble mental à l’ère de la psychopharmacologie. Editions BHMS

Lausanne (2022), 322 pages, ISBN 978-2-940527-22-9
Catherine Rémy
Référence(s) :

Lucie Gerber. Le laboratoire des esprits animaux. Modéliser le trouble mental à l’ère de la psychopharmacologie. Editions BHMS, Lausanne (2022), 322 pages, ISBN 978-2-940527-22-9

Notes de la rédaction

Ce texte est une recension du livre de Lucie Gerber.

Texte intégral

1L’histoire relatée dans cet ouvrage est celle de l’usage d’animaux de laboratoire dans la recherche à l’ère de la psychopharmacologie. Dès les pages introductives, une définition du « modèle animal » est proposée : il désigne « un animal inséré dans un dispositif expérimental, ayant au besoin subi des modifications pathologiques déterminées, dont les chercheur.e.s se servent pour étudier une maladie humaine, ses causes, sa pathogenèse, son issue fatale ou sa guérison » (p. 16). L’enquête historique vise également à décrire la mise en place progressive d’un « complexe biomédical » et les liens tissés entre médecine et industrie. La standardisation des animaux de laboratoire, notamment sous la figure de milliers de rats et de souris génétiquement uniformisés, apparait comme l’un des éléments clés d’un « industriel invisible » : « la consommation en masse » de ces cobayes a permis une standardisation des résultats expérimentaux, mais a aussi accentué la critique de l’artificialité de ces corps non-humains, dont les pathologies expérimentales apparaissent différentes des pathologies humaines.

2La rencontre entre sciences du psychisme et expérimentation animale s’opère dans la seconde moitié du 20e siècle lorsqu’« apparaissent des modèles animaux de la schizophrénie, de la dépression, de l’anxiété et de la démence, développés et utilisés comme des outils de recherche » (p. 23). Cette rencontre fait alors « miroiter la prouesse d’une refonte des modalités d’études des troubles psychiatriques » (p. 23). L’enquête historique doit permettre de mieux comprendre ces pratiques de modélisation animale qui ont jusqu’ici peu intéressé les historien.es de la psychiatrie ou de la psychopharmacologie. La modélisation est présentée dans l’ouvrage comme un processus caractérisé par trois opérations principales : la substitution – les animaux sont des ersatz des humains -, la construction d’équivalences et la transposition des résultats obtenus. L’histoire de l’expérimentation animale proposée se veut ainsi celle des « conditions historiques » sous lesquelles la modélisation animale s’est développée au milieu du 20e siècle et « des moyens avec lesquels des groupes scientifiques hétérogènes se sont mobilisés pour tendre vers cet horizon ». Deux champs d’observation sont privilégiés afin d’explorer l’histoire des pratiques de modélisation animale et leurs dynamiques : la dépression et la maladie d’Alzheimer.

3Le chapitre 1 est consacré à la « pharmacologie comportementale » dont la particularité était d’étudier les effets des médicaments psychotropes sur le comportement d’un organisme entier. On y découvre notamment le « Pigeon Lab » du béhavioriste Skinner où « une maîtrise sans précédent du comportement des organismes de laboratoire » (p. 70) a vu le jour. Le dispositif expérimental de Skinner devait permettre par la mise en œuvre de « techniques opérantes » de proposer des « tests pharmacologiques très sensibles, capables de détecter les effets les plus subtils des substances (comme des barbituriques) sur le comportement » (p. 77).

4Dans le chapitre 2, une autre manière d’utiliser l’animal expérimental est explorée : les chercheur.e.s ont alors principalement recours à des procédés pharmacologiques pour modéliser l’action de médicaments psychotropes. L’invention du Tofranil – l’un des premiers traitements médicamenteux des états dépressifs – est relatée. L’entreprise pharmaceutique suisse Geigy est l’acteur industriel qui va jouer le rôle de concepteur et producteur. Au début des années 1960, cette entreprise accordait dans son dispositif d’innovation thérapeutique une place importante à la clinique. Des psychiatres reconnus bénéficiaient d’une marge de manœuvre pour organiser des essais cliniques « selon leur sensibilité théorique et méthodologique » (p. 107). Par ailleurs, à la fin des années 1950, l’entreprise se dote d’un nouveau laboratoire au sein duquel l’expérimentation animale va se développer. Les chercheur.e.s se heurtent alors à une difficulté de taille : « quelle sorte d’expérimentation peut-on développer en l’absence de connaissances sur les bases physiopathologiques des dépressions, et donc de critères biologiques pour mettre en équivalence le modèle animal et le syndrome humain ? » (p. 114). Les pharmacologues de Geigy vont construire un système d’équivalences entre le laboratoire et la clinique qui va prendre comme point de départ des molécule-médicaments plutôt que les états dépressifs. Ils vont mettre au point des tests animaux permettant de rendre observable l’action « dynamisante » de certaines molécules. Le rat pris dans ces expérimentations va néanmoins être ultérieurement réinterprété comme « un modèle animal pharmacogène de la dépression » (p. 127).

5Au cours des années 1960, les psychopharmacologues de Geigy ont incorporé les nouveaux tests animaux dans des batteries de criblage et développé « un schème d’investigation préclinique standardisé fondé sur une succession d’étapes prédéterminées » (p. 129). Le chapitre 3 vise à expliciter le caractère industriel de ces pratiques expérimentales et leur lien avec les stratégies changeantes de l’entreprise en matière de construction de marché. En relation avec des évolutions internes au champ psychiatrique et notamment la montée en puissance d’une approche plus phénoménologique que nosologique des troubles mentaux, les pratiques expérimentales menées par les industriels vont s’accompagner d’une méthode de tri remettant en cause la frontière entre antidépresseurs, neuroleptiques et tranquillisants. Par ailleurs, chez Geigy, l’influence croissante du marketing scientifique sur la recherche, et notamment la volonté de se positionner sur le marché de la médecine générale, va accentuer cette dilution des frontières entre classes de médicaments psychotropes, ce qui va avoir en retour des effets sur la chimiothérapie psychiatrique. Ainsi, on assiste à la mise en place d’une « nouvelle façon d’appréhender le marché des psychotropes, caractérisée par la notion d’un continuum commercial entre les antidépresseurs, les tranquillisants et les neuroleptiques » (p.131).

6Le chapitre 4 s’intéresse à la démence liée à l’âge. Au cours des années 1970 et 1980, la psychopharmacologie et la neurochimie cérébrale vont contribuer « aux transformations de l’imaginaire et des pratiques de la recherche biomédicale sur la maladie d’Alzheimer » : les chercheur.e.s vont partir d’une hypothèse physiopathologique pour chercher des médicaments. Concrètement, l’animal de laboratoire a été utilisé pour décrire et comprendre le système de neurotransmission cholinergique central. A travers l’histoire de la tacrine, qui va difficilement s’imposer comme le premier traitement médicamenteux de la maladie d’Alzheimer, la difficulté des chercheur.e.s à  mettre au point une substance de référence est illustrée et permet de mieux comprendre la faible implication de l’industrie pharmaceutique pour la recherche de nouveaux médicaments anti-démentiels.

7Le chapitre 5 se penche sur la psychopathologie expérimentale d’Harry Harlow et ses expérimentations sur les primates, notamment les macaques rhésus. Le choix des macaques comme cobayes a été motivé par divers facteurs. Tout d’abord, en raison de locaux situés en extérieur, il fallait trouver des primates capables de survivre aux rigoureux hivers du Wisconsin. Ensuite, Harlow considérait le macaque rhésus comme un être facile à apprivoiser, et pouvant devenir « un sujet stable et fiable », ce qui devait permettre de fournir des résultats se prêtant à la quantification et l’analyse statistique (p. 244). Harlow et ses collaborateurs ont notamment été les inventeurs du « puits de désespoir », un dispositif expérimental conçu à la fin des années 1960 qui consistait à enfermer durant une longue période (jusqu’à un mois), de jeunes singes dans une chambre verticale en acier. Ce dispositif était une technique devant servir « à l’induction chez le primate d’une dépression expérimentale » (p.234). Ce « modèle animal » visait à étudier le trouble mental lui-même, ses facteurs étiologiques et ses mécanismes sous-jacents. La modélisation s’opère ici sur les phénomènes psychopathologiques, et non plus sur les effets des traitements ou les mécanismes d’action des médicaments. Le chapitre relate donc une tentative d’élargissement du champ de la modélisation animale. Le chapitre permet également de découvrir les manières dont les expérimentateurs.rices décrivent les primates soumis aux expériences : les macaques rhésus sont présentés comme « des machines qui pensent », possédant une capacité d’abstraction relative (p. 245). Par ailleurs, les expérimentations sur la séparation maternelle sont décrites par les chercheur.e.s eux-mêmes comme particulièrement traumatisantes pour les sujets séparés et les expérimentateurs : « la mère qui sert fort son petit, est capturée dans un filet et, tandis que deux manipulateurs ou plus la maîtrisent, un troisième lutte pour arracher le jeune de son étreinte » (p. 257). Ce « traumatisme » n’empêchera cependant pas la poursuite des expérimentations pendant plusieurs années et leur reprise par d’autres. L’existence de « cobayes récalcitrants » est également soulignée : certains primates ne vont pas répondre à la séparation maternelle par le « désespoir », et une large palette de réactions va être observée. « Considérés par Harlow comme des outils expérimentaux, les singes n’en demeuraient pas moins des organismes vivants, infiniment complexes, divers et changeants au cours du temps » (p. 263). Il faudra attendre les années 1980, pour que cette lignée de travaux soit critiquée, reflétant les interrogations croissantes concernant le traitement des animaux de laboratoire.

8L’ouvrage décrit de manière minutieuse la manière dont les chercheur.e.s engagé.e.s dans la modélisation animale ont dû tenter de surmonter une aporie : « peut-on se servir des animaux pour étudier en laboratoire des maladies ou troubles qui atteignent le psychisme humain et évaluer d’éventuels traitements ? » (p. 281). L’analyse proposée est convaincante et solidement documentée par les études de cas : « l’activité de modélisation animale s’est poursuivie (…) malgré les innombrables difficultés qui se dressaient sur sa route ». Si les difficultés en question sont largement abordées dans l’ouvrage, l’une d’entre elles – la résistance animale à l’expérimentation - mériterait cependant une enquête plus approfondie. Si les macaques rhésus d’Harlow, dont nombre d’entre eux ont été « brisés » par les expérimentations, ont pu déstabiliser le processus de recherche, qu’en est-il des autres animaux soumis à la modélisation ? Comme l’historienne le souligne, l’expérimentateur n’est pas en mesure d’« établir une maîtrise absolue sur ces outils doués de vie ». Ce constat interroge. La modélisation animale dans le domaine de la psychopharmacologie s’est-elle traduite par une « objectivation » massive des animaux cobayes ? L’« invisible industriel », pour reprendre une expression mobilisée dans l’ouvrage, pourrait-il avoir intensifié cette objectivation, qui bien que parfois décrite comme « traumatisante », n’a pas freiné le « processus d’invention incessante » (p. 281) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rémy, « Lucie Gerber. Le laboratoire des esprits animaux. Modéliser le trouble mental à l’ère de la psychopharmacologie. Editions BHMS »Revue de primatologie [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 18 janvier 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/16891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.16891

Haut de page

Auteur

Catherine Rémy

CEMS-EHESS, 54 bd Raspail, 75006 Paris, France
Courriel : catherine.remy@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search