Navigation – Plan du site

AccueilVolumes14RecensionsEmmanuelle Pouydebat, Gilles Maca...

Recensions

Emmanuelle Pouydebat, Gilles Macagno. Coppens, Lucy, moi et les autres. HumenSciences

Paris (2022), 129 pages, ISBN : 978-2-3793-1447-6 
Brigitte Senut
Référence(s) :

Emmanuelle Pouydebat, Gilles Macagno. Coppens, Lucy, moi et les autres. HumenSciences, Paris (2022), 129 pages, ISBN : 978-2-3793-1447-6 

Notes de la rédaction

Ce texte est une recension du livre d’Emmanuelle Pouydebat et Gilles Macagno.

Texte intégral

1C’est l’histoire d’une fille qui était passionnée par Lucy… mise en images par Gilles Macagno.

2Ce livre est un ouvrage de vulgarisation à mettre entre les mains de tous nos ados ! Il s’agit d’une biographie en BD sur la vocation scientifique d’Emmanuelle Pouydebat et son parcours scientifique, pas toujours facile et ce, spécialement pour une femme dans les années 1990. C’est un témoignage qui montre que quand on croit à ses passions, elles peuvent se réaliser. Il faut se donner les moyens et ce livre est un bel exemple de la ténacité, de la pugnacité de l’autrice pour assouvir sa passion.

3Tout commence avec un ouvrage de préhistoire « Le singe, l’Afrique et l’homme » d’Yves Coppens, puis une rencontre par petit écran interposé avec l’auteur qui évoquait la découverte de Lucy : un déclic pour Emmanuelle qui sera paléoanthropologue ! Ce qui m’amène à rappeler l’impact d’Yves Coppens (qui nous a malheureusement quittés en 2022) sur plusieurs générations d’étudiants : sa facilité à transmettre la science, à la rendre attractive et compréhensible par tous a suscité de nombreuses vocations dans des domaines variés. On suit Emmanuelle sur les chemins du doute, des dédales de l’administration universitaire, des formations, du parcours du combattant (ou de la combattante) pour atteindre un graal ! Pour financer ses études, elle donne des cours de tennis. Parallèlement, elle accumule des stages pour se familiariser avec le monde des primates. Elle envoie un CV spontané au Zoo de Thoiry où elle sera chargée d’observer le comportement des macaques de Tonkéan, puis s’y familiarisera avec de nombreuses espèces animales (elle deviendra la première soigneuse féminine du parc). Elle part ensuite étudier les comportements des chimpanzés sur le terrain en Côte d’Ivoire et notamment les techniques de pêche aux termites, ou du cassage de noix. Quel est l’impact du milieu arboricole sur ces comportements ? Lucy utilisait-elle des techniques similaires ? Aurait-t-elle été la première à fabriquer des outils ? Pour répondre à ces questions, il lui faut poursuivre ses recherches sur les primates actuels et s’oriente alors vers la Vallée des Singes où elle étudiera les capucins, très bons casseurs de noix sur des supports variés auxquels ils adaptent leurs techniques. Existe-t-il une relation entre complexité du milieu de vie et évolution des comportements chez les primates ? DEA en poche, sa thématique de thèse se dessine peu à peu : préhension et utilisation des outils chez les primates et c’est logiquement qu’elle se tourne vers Yves Coppens pour la diriger. Elle nous relate sa première entrevue avec son directeur de thèse et son « trac » lors de l’entretien avec ce grand monsieur. Mais il faut financer la thèse ; elle y parviendra grâce à l’obtention, en 2001, d’une bourse de la Fondation pour la Vocation. Les heures et jours passés dans les bibliothèques lui permettent de poser des questions précises et définir des protocoles d’étude clairs qu’elle met en pratique au zoo de Beauval où elle rencontre les gorilles. Souvent considérés comme peu aptes à la fabrication d’outils, Emmanuelle a montré que cela était faux et malgré un pouce réduit par rapport à celui de l’Homme, le gorille est capable d’utiliser des outils avec précision (comme c’est aussi le cas des orangs-outangs). Après sa soutenance en 2004, elle poursuit ses travaux sur les capacités à manipuler des outils chez des animaux très variés (primates, suricates, binturongs, pandas roux et même des oiseaux…) et montre que les espèces arboricoles sont plus efficaces que les autres. A la suite de ces travaux, elle obtient un poste d’enseignant-chercheur en biomécanique à l’Université de Toulon où elle s’initie aux méthodes les plus performantes de modélisation et fera ses premières armes dans l’enseignement supérieur. Puis elle rejoint le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) et l’équipe MECADEV (Mécanismes adaptatifs & Evolution) après avoir réussi le concours CNRS. Lucy revient au cœur de ses recherches. Encore arboricole, pouvait-elle avoir utilisé des outils, voire en « inventer »? Il faut trouver le lien entre vie arboricole et capacité de préhension. La quantification de ces capacités de préhension sera réalisée avec sa première étudiante Elodie Reghem au Zoo de la Palmyre en Charente. On touche du doigt la réalité de la recherche avec des animaux vivants : réussites, échecs, tâtonnements, modifications de protocole souvent nécessaires lorsque ceux-ci apportent des solutions inattendues au problème posé. Le quotidien du chercheur ! Le premier modèle biomécanique 3D de la préhension chez des primates est réalisé. En outre, elle note que plus les mouvements de pronation et de rotation (nécessaires pour la manipulation) sont utilisés, plus l’espèce est arboricole. Le lien est fait… Emmanuelle va rebondir sur les fossiles après la rencontre avec une anthropologue britannique, Tracy Kivell, spécialiste de la main qui a étudié la main complète d’Australopithecus sediba. Cette thématique va l’entraîner vers d’autres aventures avec Ameline Bardo : l’évaluation du niveau de performance manuelle chez des espèces variées de primates aux morphologies manuelles différentes, projet réalisé à la Vallée des Singes avec un labyrinthe dans lequel sont placés des fruits que les primates doivent récupérer pour manger. Bien évidemment, des stratagèmes différents ont été employés et il a fallu améliorer le dispositif initial. Mais les résultats ont été fort intéressants car des modèles biomécaniques des mains ont été réalisés et permettent d’interpréter le matériel fossile. Une autre rencontre décisive, avec la primatologue Sabrina Krief va mener Emmanuelle vers d’autres horizons. En effet, dans la région de Sebitoli où Sabrina effectue des recherches, beaucoup de chimpanzés sont mutilés (mains coupées après avoir marché dans des pièges), mais comment les animaux font-ils pour se nourrir, grimper aux arbres avec un seul membre supérieur valide ? Réponse relativement simple : ils s’adaptent (position des mains et des pieds en fonction du handicap, entraide entre individus, accessibilité des fruits, repérage des lieux d’abondance, rythme d’alimentation adapté). Les chimpanzés construisent leurs nids à plus de 20 mètres au-dessus du sol dans des arbres à capacités répulsives où il y a donc moins de moustiques ; important pour créer des répulsifs dans le combat contre le paludisme. Un dernier aspect évoqué par Emmanuelle est le portage des bébés et son impact sur les capacités de préhension et de manipulation. Elle a observé que les petits qui s’accrochent au pelage des mères ont une meilleure capacité de préhension : ainsi un petit de 3 mois a une force de saisie comparable à celle d’un adulte avec des proportions de membres optimales pour sa taille. Il fallait vérifier ce qu’il en était chez des espèces terrestres, les babouins. Dans ce cas, avec l’aide de Grégoire Boulinguez-Ambroise, une latéralisation du port du bébé a été mise en évidence, le plus souvent du côté gauche. Mais dans certains groupes c’est l’inverse. Pourquoi ? Il s’avère que chez les femmes, celles qui sont stressées ont tendance à porter à droite et les plus épanouies à gauche (66 à 72%). Chez les babouins, celles qui portent à droite vivent dans des troupes plus importantes où le niveau de stress est plus élevé que dans les groupes moins nombreux. Il y a donc un aspect émotionnel dans la latéralisation du port du bébé.

4La préhension n’est pas le seul fait de la main et des primates, Emmanuelle s’est orientée vers la saisie avec la trompe chez les éléphants. Une rencontre particulière au Zoo de la Palmyre avec les pachydermes et une collaboration avec un roboticien de Yale (Aaron Dollar) : ils ont montré que seuls deux doigts sont nécessaires à la préhension chez les primates ; mais c’est exactement la même chose avec la morphologie de l’extrémité de la trompe d’un éléphant !

5Ce livre est très didactique ; on suit pas à pas la logique du raisonnement scientifique. Une question résolue en suggère une autre. C’est un bouillonnement d’idées : le questionnement est au rendez-vous à chaque page de l’ouvrage. Il n’y a pas de carrière bien établie, mais des questionnements permanents et des opportunités qu’il faut savoir saisir, qui orientent notre démarche scientifique. Les rencontres avec d’autres chercheurs soulignent l’aspect d’échanges et de discussions nécessaires au débat scientifique. Du chercheur unique, on décrit bien le passage à l’équipe et à la multidisciplinarité, essentielle dans les thématiques de recherche qui sont le plus souvent plurifactorielles. Tout cela, sans oublier la formation des plus jeunes dont les travaux sont mis en avant ici.

6On pénètre ainsi le milieu de la recherche avec le quotidien du chercheur : la formation, l’encadrement, la publication, la diffusion des savoirs, la recherche de crédits, de mécènes, avec le montage de dossiers qui est si chronophage !!!

7On suit Emmanuelle Pouydebat de la candeur de la débutante jusqu’à la chercheuse affirmée (aujourd’hui Directrice de Recherches au CNRS) et reconnue avec une très belle médaille d’argent CNRS et une légion d’honneur en 2021, et de nombreux autres prix. Au-delà du parcours académique, c’est l’histoire d’une passion, le plaisir à faire de la recherche, à l’échanger. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à lire cette BD, très bien illustrée et à bon escient. Gilles Macagno a su trouver les images justes et percutantes pour nous faire passer la passion d’Emmanuelle, mais aussi les messages scientifiques. C’est un ouvrage rafraichissant, un bel exemple de ténacité (dont les femmes doivent toujours faire preuve face à des discours décourageants ou trop convenus) qui montre la réalité de la recherche ; mais c’est aussi une source d’espoir pour les jeunes et spécialement les jeunes filles qui ont tendance à « oublier » les carrières scientifiques. Merci à Emmanuelle de ce témoignage et merci à Lucy et son « papa » de l’avoir guidée. Un ouvrage à mettre entre les mains de tous nos lycéens !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Senut, « Emmanuelle Pouydebat, Gilles Macagno. Coppens, Lucy, moi et les autres. HumenSciences »Revue de primatologie [En ligne], 14 | 2023, mis en ligne le 18 janvier 2024, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/16933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/primatologie.16933

Haut de page

Auteur

Brigitte Senut

CR2P - MNHN, CNRS, Sorbonne Université, Muséum National d’Histoire Naturelle, Département « Origines et évolution » CP 38, 8, rue Buffon 75231 Paris Cedex 05
Courriel : brigitte.senut@mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search