Navigation – Plan du site
Dossier Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage
58

Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage – Conclusions

Special section on Communication of humans and nonhuman primates: in search of the origins of language – Conclusions
Jacques Vauclair

Résumés

En s’appuyant sur les travaux présentés dans ce numéro spécial, ces propos conclusifs soutiennent l’idée que les primates non humains font preuve d’une grande flexibilité cognitive via des comportements intentionnels et référentiels pour gérer leurs échanges communicatifs, que ces derniers soient gestuels ou vocaux. Par ailleurs, les hypothèses concernant l’origine du langage pourront s’appuyer à la fois sur l’étude des modes de communications des primates non humains (aspect phylogénétique) et sur celle du développement du langage chez l’enfant (aspect ontogénétique.

Haut de page

Historique

Soumis 2 mai 2013. Accepté 30 septembre 2013

Texte intégral

Conclusions

1Un assez large consensus apparait au sein de la communauté des primatologues et des psychologues comparatistes pour considérer que les primates non humains, pongidés comme non pongidés font preuve de flexibilité cognitive pour gérer leurs échanges communicatifs avec leurs congénères, voire avec les individus appartenant à d’autres espèces comme c’est le cas pour la communication entre humains et autres primates. De plus, comme l’ont montré les contributions de ce numéro, les primates non humains (et pas seulement les grands singes, voir par exemple Meunier et al., 2013; Bourjade et al., 2014) manifestent des comportements communicatifs qui sont à la fois intentionnels et référentiels. Ces caractéristiques sont indépendantes de la nature des signaux communicatifs utilisés (visuels, auditifs et gestuels). Autrement dit, il est maintenant indispensable d'envisager la communication comme un système intégré comprenant les gestes, les vocalisations, ainsi que les expressions faciales, voir comme le suggèrent Hobaiter et Byrne (http://primatologie.revues.org/​1713), les postures du corps qui sont associées à tout acte communicatif.

2Dès lors, s'agissant de rechercher dans les comportements communicatifs des précurseurs du langage, la posture théorique consiste à postuler une origine multimodale, intégrant à la fois une origine gestuelle et une origine vocale (Vauclair, 2004, Meguerditchian et al., 2011 ; Vauclair et Cochet, 2013). Il est de plus nécessaire, dans cette perspective, d'accorder autant d'intérêt à l'investigation des grands singes qu'à celle des autres espèces de primates. Ainsi, Liebal et al. (2013) ont recensé les recherches en relation avec la communication gestuelle chez les pongidés au cours de 50 dernières années en les comparant aux travaux en relation avec les expressions faciales chez les non-pongidés. Les auteurs observent que la communication gestuelle a été étudiée essentiellement chez les pongidés, tandis que les autres thématiques ont porté sur les non-pongidés. De plus, les recherches sur le geste concernent des individus captifs étudiés essentiellement avec des techniques d'observation, alors que la majorité des études sur les vocalisations sont entreprises dans des environnements naturels et à l'aide de l'approche expérimentale. La situation a toutefois changé depuis quelques années, dans la mesure où des travaux de plus en plus nombreux se rapportant à la communication gestuelle concernent aujourd'hui plusieurs espèces de singes non pongidés tels que les macaques, les babouins et les mangabeys. Quelques-unes des contributions de ce numéro spécial attestent d'ailleurs de ce nouvel intérêt. Il reste à espérer que les efforts de recherche porteront sur l'étude systématique du répertoire vocal communicatif et de son contrôle cérébral chez les pongidés et les non-pongidés, aussi bien à l'aide de techniques comportementales qu'à l'aide de l'imagerie cérébrale. Les premiers efforts dans cette direction sont prometteurs. Ainsi, Taglialatela et al. (2008) ont montré que la production de signaux communicatifs vocaux et gestuels appris dirigés vers des humains activait le gyrus frontal inférieur gauche (homologue de l'aire de Broca) chez le chimpanzé.

3Pour en revenir à la question de l'origine du langage, une entrée fructueuse consiste, en plus de la recherche des caractéristiques critiques de la parole (organisation séquentielle, flexibilité, etc.) à tenter d'identifier le substrat cérébral impliqué respectivement dans la communication gestuelle et dans la communication vocale avec l'objectif de pointer les éléments susceptibles de servir de précurseurs au langage (parole). S'il est vrai que les études comportementales et neurobiologiques des primates non humains ont mis en évidence une implication de l'hémisphère cérébral gauche (et plus spécifiquement les zones temporales) dans la perception des signaux vocaux, le panorama est notablement différent s'agissant du versant de la production (voir pour une revue de question et des références l'article de Meguerditchian et al., http://primatologie.revues.org/​1717). Or, c'est la production et son contrôle cérébral qui constitue le facteur déterminant pour établir ou non une continuité entre la communication des primates et celle de l'homme.

4Pour ce qui est de la production de signaux vocaux chez les non-pongidés, celle-ci est sous la dépendance de structures sous-corticales dans l'hémisphère cérébral droit impliquant le système limbique (Jürgens, 2002, mais voir Hage et Nieder, 2013 pour un exemple de contrôle de vocalisations apprises par l'homologue de l'aire de Broca chez deux macaques rhésus). Si le déclenchement en quelque sorte automatique de ces vocalisations est sous le contrôle des systèmes qui sont comparables à ceux gérant les émotions chez l'homme, cela ne signifie bien entendu pas que sous l'effet des contraintes sociales et de l'apprentissage, certains de ces signaux vocaux ne puissent pas être inhibés ou au contraire exacerbés (cf. les effets d'audience bien connus dans la littérature éthologique et Crockford et al., 2012, pour un exemple récent de contrôle sélectif de la production vocale chez le chimpanzé ).

5Pour ce qui est de la communication intentionnelle gestuelle, les données comportementales (biais de préférences manuelles) chez les pongidés et chez les non-pongidés (babouins et macaques) laissent penser que ces manifestations impliquent des structures cérébrales localisées dans l'hémisphère gauche. De plus, l'étude des macaques a révélé que l'aire cérébrale 44 (homologue de l'aire de Broca) contrôle la musculature orofaciale et donc les actes communicatifs, incluant les mouvements de la main (Petrides et al., 2005). Il faut toutefois noter que ce contrôle moteur n'implique pas ipso facto celui des vocalisations. Mais il existe bien chez notre lointain cousin des structures cérébrales (cf. la mise en évidence des neurones miroirs dans l'aire F5 du cortex préfrontal) qui offrent des substrats possibles pour l'émergence de la parole. Il faut enfin noter que les données liées à la spécialisation hémisphérique de la production de signaux oro-faciaux, de gestes et de vocalisations sont encore peu nombreuses ; de plus, ces données concernent majoritairement le chimpanzé. Les travaux mentionnés plus haut (cf. Taglialatela et al., 2008) ont montré que des vocalisations nouvelles et des sons nouveaux dits atypiques appris par le chimpanzé, destinés à attirer l’attention d’un expérimentateur inattentif pour que celui-ci leur donne de la nourriture hors de leur portée, étaient contrôlés par l'homologue de l'aire de Broca. Par ailleurs, Wallez et al. (2012) ont montré que la production de vocalisations appartenant au répertoire typique des chimpanzés est bien sous le contrôle de l'hémisphère droit, confirmant ainsi la nature émotionnelle de ces signaux. En revanche, c'est l'hémisphère gauche qui rend compte des asymétries oro-faciales associées à ces vocalisations atypiques. Ces derniers résultats mettent bien en évidence une implication hémisphérique différenciée et spécialisée selon la nature et la fonction du signal communicatif produit. En schématisant, on peut conclure que les arguments en faveur de l'origine gestuelle semblent l'emporter sur ceux postulant une origine exclusivement vocale, mais il apparait aujourd'hui nécessaire de conduire ce type de recherche en testant différentes espèces de primates et notamment les non-pongidés pour lesquelles les données empiriques manquent cruellement.

6On peut noter que les données ontogénétiques humaines confortent ce scénario d'une prédominance du gestuel sur le vocal. Faute de place pour développer ce point important, on se contentera de citer ici les travaux de Iverson et Goldin-Meadow (2005) montrant que les gestes manuels jouent un rôle critique dans le développement de la parole chez l'enfant (voir aussi Cochet et Vauclair, 2010 et Vauclair et Cochet, 2013). Sur le plan de l'évolution de l'espèce humaine, on ne peut évidemment que proposer des scénarios plausibles pour rendre compte de cette intégration multimodale (Corballis, 2010). Il est ainsi probable que, au cours de l'évolution ayant conduit à Homo sapiens, les mains ont été requises pour différentes activités comme l'usage d'outils et le transport d'objets avec la conséquence que le visage s'est trouvé de plus en plus fortement impliqué dans les activités de communication. La libération des mains a sans doute eu comme conséquence la possibilité pour les humains de pouvoir expliquer alors qu'ils démontraient leurs habiletés manuelles et de permettre ce que Mellars et Stringers (1989) ont appelé la "révolution humaine", à savoir l'apparition d'outils sophistiqués, les pratiques consistant à décorer le corps, les productions artistiques et la musique. La transformation finale vers une parole autonome s'est peut-être réalisée sous l'effet d'une invention soudaine ou celui d'une mutation génétique (cf. le rôle du gène FOXP2 évoqué dans l'introduction de ce numéro).

7D'autres formes de pression vers la vocalisation, d'ordre pratique, se sont aussi manifestées : ainsi la parole est moins exigeante sur le plan attentionnel que le geste (on peut parler les yeux fermés ou encore en regardant une autre personne que son interlocuteur). La parole permet la communication sur de longues distances, ou encore de pouvoir communiquer la nuit au quand le destinataire du message n'est pas visible.

8Pour conclure, on peut dire que les données disponibles dans le champ de la psychologie comparée et de la primatologie peuvent ainsi servir de supports pour développer un modèle possible du passé de notre espèce. Cependant, en aucun cas, elles ne pourront témoigner de ce passé. Ceci pour deux raisons : la première est que les espèces actuelles de primates ne sont pas semblables à ce qu'ont sans doute été nos ancêtres. La seconde raison tient au fait que les primates contemporains sont le résultat de leur propre évolution. Gardant à l'esprit cette importante réserve, il reste néanmoins incontestable que la compréhension de la communication des primates devrait appuyer toute tentative visant à mieux évaluer le langage et son origine (Vauclair, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Bourjade M, Meguerditchian A, Maille A, Gaunet F, Vauclair J (2014). Olive baboons, Papio anubis, adjust their visual and auditory intentional gestures to the visual attention of others. Anim Behav 87, 121-128.

Cochet H, Vauclair J (2010). Pointing gestures produced by toddlers from 15 to 30 months: Different functions, hand shapes and laterality patterns. Infant Behav Dev 33, 432-442.

Corballis M (2010). Did language evolve before speech? In Larson RK, Déprez V Yamakido H (Eds), The Evolution of Human Language:Biolinguistic Perspectives (pp. 115-123). New-York: Cambridge University Press.

Crockford C, Wittig RM, Mundry R, Zuberbuehler K (2012). Wild chimpanzees inform ignorant group members of danger. Curr Biol 22, 142-146.

Hage SR, Nieder A (2013). Single neurons in monkey prefrontal cortex encode volitional initiation of vocalizations. Nature Communication. doi:10.1038/ncomms3409

Iverson JM, Goldin-Meadow S (2005). Gesture paves the way for language development. Psychol Sci 16, 367-371.

Jürgens U (2002). Neural pathways underlying vocal control. Neurosci Biobehav R 26, 235–258.

Liebal K, Waller B, Slocombe K (2013). What gestures of nonhuman primates can (and cannot) tell us about language evolution. Proceedings of the 5th Congress of the European Federation for Primatology. Folia Primatol 84, 297.

Meguerditchian A, Cochet H, Vauclair J (2011). From gesture to language: ontogenetic and phylogenetic perspectives on gestural communication and its cerebral lateralization. In A. Vilain, JL Schwartz, C Abry, J Vauclair (Eds.), Primate Communication and Human Language: Vocalisation, gestures, imitation and deixis in humans and non-humans (pp. 91-119). Amsterdam: John Benjamins.

Mellars P A, Stringer C (Eds.). (1989). The human revolution. Behavioural and biological perspectives in the origins of modern humans. Edinburgh: Edinburgh University Press.

Meunier H, Prieur J, Vauclair J (2013). Olive baboons communicate intentionally by pointing. Anim Cogn 16, 155-163.

Petrides M, Cadoret G, Mackey S (2005). Orofacial somatomotor responses in the macaque monkey homologue of Broca’s area. Nature 345, 1235-1238.

Slocombe K, Waller B, Liebal K (2011). The language void: the need for multimodality in primate communication research. Anim Behav 81, 919-924.

Taglialatela JP, Russell JL, Schaeffer JA, Hopkins WD (2008). Communicative signaling activates "Broca"s' homolog in chimpanzees. Current Biology 18, 343-348.

Vauclair J (2004). Contribution d'un modèle primate à l'hypothèse de l'origine gestuelle de la parole. Primatologie 6, 287-303.

Vauclair J (2011). Du geste à la parole. De la communication des primates au langage humain. Faits de Langue 37, 85-96.

Vauclair J, Cochet H (2013). Ontogeny and phylogeny of communicative gestures, speech-gestures relationships and left hemisphere specialization for language. In R. Botha and M Everaert (Eds.) Oxford Studies in the Evolution of Language: The Evolutionary Emergence of Human Language (pp. 160-180). Oxford: Oxford University Press.

Wallez C, Schaeffer J, Meguerditchian A, VauclairJ., Schapiro S, Hopkins WD (2012). Contrast of hemispheric lateralization for oro-facial movements between learned attention getting sounds and species-typical vocalizations in chimpanzees: Extension in a second colony. Brain Lang 123, 75-79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Vauclair, « Communication des primates humains et non humains : à la recherche des origines du langage – Conclusions », Revue de primatologie [En ligne], 5 | 2013, document 58, mis en ligne le 31 mars 2014, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/1740 ; DOI : 10.4000/primatologie.1740

Haut de page

Auteur

Jacques Vauclair

Aix-Marseille Université, Centre PsyCLÉ - Maison de la Recherche, 29, av. R. Schuman, 13621 Aix-en-Provence Cedex 1, France
Auteur pour la correspondance :
jacques.vauclair@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals