Navigation – Plan du site
Articles
Dossier 30e anniversaire de la SFDP

Organes de primates et frontières d’humanité. Les xénogreffes controversées du docteur Voronoff (1910 – 1930)

Primates’ organs and frontiers of humanity. Dr Voronoff’s controversial xenotransplantations (1910-1930
Catherine Rémy

Résumés

Le chirurgien français Serge Voronoff (1866-1951) a défrayé la chronique dans le Paris des années 1920 pour ses tentatives de greffes de testicules de primates chez des hommes « fatigués ». Les essais du chirurgien furent également largement commentés en Grande-Bretagne. En France, les xénogreffes suscitèrent l’enthousiasme et le rire et donnèrent lieu à une forme de « célébration » du mélange entre les espèces ; cet enthousiasme s’accompagna également d’un discours raciste visant à associer primates et hommes africains. En Grande-Bretagne, la xénotransplantation fut rejetée au nom des droits des animaux et de la défense de la pureté de la race humaine.

Haut de page

Notes de la rédaction

Soumis le 18/10/2017, accepté après révisions mineures le 28/02/2018.

Texte intégral

1 Introduction

  • 1 Les sources primaires mobilisées dans cet article sont issues des archives du collège de France, de (...)

1Dans le Paris des années 1910-1920, Serge Voronoff, directeur de la station de physiologie du collège de France, est un personnage public qui défraie la chronique pour ses tentatives de greffes de testicules de primates chez des hommes en manque d’énergie. Ces essais font l’objet d’une intense couverture médiatique et inspirent de nombreux écrivains français. Des sources sont aujourd’hui disponibles pour enquêter sur la pratique de ce chirurgien singulier et les interrogations qu’ont suscitées ses tentatives de xénogreffes1.

2L’objectif de cet article est de mieux comprendre en quoi l’utilisation de corps de primates non-humains dans le cadre d’une pratique médicale encore incertaine – la transplantation d’organes – fait débat dans la France du début du XXe siècle. Si Voronoff est connu en France, il l’est aussi en Angleterre où ses essais sont souvent commentés. Il s’agira également dans les lignes suivantes de comparer les débats qui ont lieu dans les deux pays afin de tenter de repérer l’existence de contextes particuliers de réception de ce type d’innovation médicale.

2 La transplantation d’organes et le modèle animal

3D’où vient l’idée de transplantation d’organes ? Et comment peut-on situer Voronoff dans l’histoire de l’une des grandes révolutions médicales du XXe siècle ? L’historien de la médecine Thomas Schlich (1997) a souligné le lien entre l’apparition du concept de transplantation d’organes et l’émergence de la médecine expérimentale qui met au cœur de son dispositif la physiologie et le « modèle animal ».

4Rappelons que l’un des premiers théoriciens de cette médecine expérimentale est le français C. Bernard qui au milieu du XIXe siècle affirme que la pratique médicale doit être fondée sur la connaissance élaborée dans l’environnement contrôlé du laboratoire de physiologie. Pour Claude Bernard, la médecine ne pouvait exister que par l’expérimentation active sur les corps. Cette dernière, dont le mot d’ordre est la substitution de l’homme par l’animal, met au jour des analogies biologiques et anatomiques entre les espèces. Il y a donc une ressemblance biologique qui interroge l’existence d’une spécificité humaine. En effet, si le corps humain est si proche de celui de l’animal au point qu’ils soient interchangeables, que reste-t-il à l’homme ? L’esprit ou plutôt l’intériorité devient signe de distinction. Philippe Descola a qualifié de "naturaliste" cette vision des non-humains : l’animal possède un corps identique à l’humain mais pas d’intériorité (Descola, 2005, p. 241).

5La reconnaissance inédite d’une proximité biologique s’accompagne paradoxalement d’un refus de toute analogie sur le plan moral et d’une absence de prise en compte de ce que l’on pourrait appeler une "commune sensibilité". C’est précisément ce qui garantit la légitimité du geste de substitution. Que l’animal ressente de la douleur, de nombreux physiologistes n’en doutent pas. Cette sensibilité n’est cependant rien au regard des bénéfices escomptés pour le genre humain et demeure un détail mineur. Ce que résume parfaitement Claude Bernard : "A-t-on le droit de faire des expériences et des vivisections sur les animaux ? Quant à moi je pense qu’on a ce droit d’une manière entière et absolue (…). Il est essentiellement moral de faire sur un animal des expériences, quoique douloureuses et dangereuses pour lui, dès qu’elles peuvent être utiles pour l’homme" (Bernard, 1952). Ainsi se met en place une pensée dualiste au sein de l’expérimentation animale : en dépit d’une ressemblance voire d’une quasi-identité biologique et anatomique, une frontière morale sépare les humains de l’ensemble des autres êtres sensibles, ces derniers étant définis uniquement par la négative en tant que non humains et à ce titre exclus de la sphère éthique (Remy, 2011).

6L’utilisation des animaux et notamment des primates comme donneurs d’organe s’inscrit dans la droite ligne de la médecine expérimentale et de son utilisation du « modèle animal ». L’analogie affirmée entre la physiologie humaine et animale assoit scientifiquement la substitution qui est ici poussée à son paroxysme puisque organes animaux et organes humains sont posés comme identiques. Voilà ce qu’écrit Voronoff au sujet de cette identité en 1928 : « La sécrétion interne d’une glande de mouton ou de chien est identique à celle de l’homme, et si on pouvait transplanter cette glande animale dans le corps de ce dernier elle exercerait la même influence que sa glande originelle sur la fonction des organes qu’elle commande. L’inverse est également vrai. Si on pouvait greffer la glande de l’homme à un animal quelconque, cette glande se comporterait comme celle de l’animal. C’est que toutes ces glandes agissent uniquement par la substance chimique qu’elles élaborent ; et cette substance est partout la même » (Voronoff, 1928, p. 32). Voronoff illustre par ailleurs clairement la pensée dualiste alors dominante. Il peut ainsi écrire qu’il est "heureux de révéler la ressource que peuvent offrir les singes, apparentés à nous par leurs organes et par leur sang, ce qui n’est le cas d’aucun autre animal", et que leurs corps constituent "un dépôt de pièces de rechange" (Voronoff 1946, p. 202).

3 Serge Voronoff et les xénogreffes

7D’origine russe, Serge Voronoff suit des études de médecine à Paris et décide de se spécialiser en gynécologie. De 1890 à 1893, il est externe des hôpitaux de Paris et devient l’assistant de Jules Émile Péan, célèbre chirurgien de l’hôpital Saint-Louis réputé pour ses opérations qui font l’objet de rendez-vous mondains. En 1896, par l’intermédiaire de Péan, Voronoff part en Egypte pour se mettre au service du khédive (Real, 2001, p. 64). Il y restera jusqu’en 1910. Il publie la même année un ouvrage intitulé Les Feuillets de chirurgie et de gynécologie dans lequel il livre ses nouvelles techniques opératoires. Il commence à jouir d’une reconnaissance scientifique dans l’Europe entière (Real, 2001, p. 73). A cette époque se développe en France, notamment sous l’influence de Charles Edouard Brown-Séquard, l’opothérapie qui consiste à administrer des réductions de tissus d’origine animale afin de pallier les dysfonctionnements endocriniens (thyroïdes de mouton etc.). À son retour en France, le chirurgien rencontre Alexis Carrel qui travaille sur les greffes de tissu, et suit son enseignement durant plusieurs mois à New York. Voronoff fait dans les années 1910 de nombreuses expérimentations de greffes entre animaux. Ses essais se situent à la croisée des avancées de Brown-Séquard sur l’influence hormonale et d’Alexis Carrel sur la physiologie des organes et de la greffe (Augier, Salf et Nottet, 1996).

  • 2 Le Petit Parisien, le mercredi 8 octobre 1919, « Jouvence ».

8Le 14 décembre 1913, il opère un jeune garçon atteint de crétinisme et lui transplante des morceaux de thyroïde issus d’un chimpanzé (Real, 2001 : 89-90). Voronoff décrit cette opération comme un succès. En 1915, il prend en charge la station physiologique du Collège de France qui se situe au bois de Boulogne. La question des greffes testiculaires et du rajeunissement de l’organisme retiennent désormais son attention. Le 7 octobre 1919, S. Voronoff se rend au XXVIIIe Congrès français de chirurgie pour présenter ses travaux sur la greffe testiculaire. Voilà de quelle manière est relatée cette intervention dans Le Petit Parisien du 8 Octobre 1919 : « Le docteur Serge Voronoff, directeur du laboratoire de physiologie au collège de France, a fait, hier, au congrès de chirurgie, une communication retentissante. Il affirme avoir rendu la jeunesse et la vigueur à des boucs et à des béliers âgés en leur greffant une glande interstitielle, empruntée à l’un de leurs congénères. (…) La race humaine toute entière trouverait son compte à la réussite des projets de Mr Voronoff, puisqu’il se fait fort d’obtenir des résultats aussi brillants en opérant sur des hommes âgés en leur greffant une glande interstitielle de singe. Que ces glandes interstitielles soient ceci ou cela, cela n’a pas d’importance. Si leur introduction dans notre économie, sous le scalpel du docteur Voronoff, doit rendre à nos organismes fatigués jeunesse et vigueur, vive les glandes interstitielles »2.

  • 3 Le Matin, samedi 7 octobre 1922, « La guerre au camp d’Esculape ».

9À partir de cette période, la presse et plus généralement le grand public vont se passionner pour les propositions de Voronoff. La situation est un peu plus complexe au sein du monde médical : le chirurgien obtient dans un premier temps une certaine reconnaissance – par exemple, le Grand Larousse médical, dans son édition de 1920, consacre aux travaux de Voronoff une page et demie de texte (Real, 2001, p. 199) puis va faire l’objet d’un scepticisme assez marqué. Plusieurs médecins ou chirurgiens critiquent son manque de déontologie et le caractère douteux des résultats de ses xénogreffes (Fischer, 2010, p. 88). Ainsi, le 5 octobre 1922, sous prétexte qu’il n’a pas respecté la procédure de non-divulgation des résultats de sa recherche, les organisateurs du XXXIe congrès français de chirurgie lui interdisent de prendre la parole. Un compte-rendu de cet incident notable paraît dans la presse le 7 octobre 1922, l’article retranscrit les propos du président du congrès, le professeur Hartmann, qui tente d’expliquer pourquoi le chirurgien n’a pas pu prendre la parole « “J’ai conseillé amicalement au docteur Voronoff avant l’ouverture du congrès d’éviter toute communication prématurée de son rapport au public (…) Il me le promit. Malgré cela, jeudi matin, je reçus la visite d’un reporter d’un journal du soir qui me demanda ce que je pensais de la communication qu’allait faire l’après-midi le docteur Voronoff. Comme je m’étonnais, il me montra un article paru le matin même dans un journal américain de Paris, contenant une foule de détails sur cette communication (…) J’ai été obligé d’appliquer le règlement du congrès, qui exige que le contenu des communications soit inédit, et je ne crus pas pouvoir donner la parole au docteur Voronoff l’après-midi. L’attitude très nette des membres du congrès, en présence de la protestation que crut devoir élever aussitôt M. Voronoff, a montré que j’avais en la circonstance l’assentiment de la quasi-unanimité des chirurgiens présents (…) Le docteur Voronoff s’est plaint, paraît-il, à certains journalistes que la science soit frustrée de ses découvertes (…) je ne doute pas que la communication que le règlement nous faisait un devoir d’écarter ne soit bientôt abondamment commentée. Le docteur Voronoff nous a d’ailleurs adressé sa démission, ce qui clôt définitivement l’incident“ »3. Dans cet extrait, les critiques adressées à Voronoff par ses confrères transparaissent clairement : les médias s’intéressent au chirurgien qui tente d’user de ceux-ci pour obtenir de la reconnaissance. Car Voronoff c’est avant tout cela : un homme qui a su mobiliser l’attention populaire sur ses tentatives peu orthodoxes et en même temps inscrites dans l’air du temps médical de l’époque, de greffes glandulaires de chimpanzés et de cynocéphales pour le rajeunissement humain.

  • 4 « Puis Zizi Bamboula entra en scène. Un forain et un médecin, le docteur Voronoff, spécialiste des (...)

10Après l’incident du congrès de 1922, ce sont les soutiens de Voronoff qui vont prendre le relai pour présenter ses travaux à la communauté scientifique. Ainsi, le chirurgien-gynécologue Louis Dartigues, l’un de ses plus fidèles partisans, expose les recherches de Voronoff le 11 octobre 1923 au XXXIIe congrès de chirurgie (Augier, Salf et Notte, 1996, p. 168). Un des problèmes que va devoir affronter Voronoff est l’approvisionnement en organes, et donc en primates. Pour cela, il va mobiliser des membres de la congrégation du Saint-Esprit, un ordre missionnaire très présent en Afrique. Le père Henri Maurice ramènera en 1922 cinq chimpanzés ainsi qu’un rapport sur les populations de singes – notamment des babouins - pour les acquérir et les transporter jusqu’à Paris (Real, 2001, p. 145). En parcourant la presse des années 1920, on découvre que Voronoff essaie de se procurer des chimpanzés dès qu’une opportunité se présente. Ainsi, en septembre 1922, il bataille contre un forain pour acheter aux enchères Zizi Bamboula, une chimpanzé femelle dont le maître, suite à des difficultés financières, fait l’objet d’une saisie4. En 1925, il ouvre une ferme d’élevage sur la côte d’azur près de Menton où l’on recensera plus d’une centaine de primates (Real, 2001, p. 194).

11De juin 1920 à juin 1922, Serge Voronoff réalise douze greffes de testicules. Il consigne dans ses documents trois rejets (Real, 2001, p. 155). Le chirurgien relate dans un de ses ouvrages l’opération d’un homme anglais de 74 ans, retraité de l’armée des Indes. On greffe au « patient », Arthur Liardet, le testicule d’un babouin dans une Maison de santé parisienne. C’est un succès : huit mois après, « cet homme a réellement rajeuni de quinze à vingt ans. Etat physique, intellectuel, virilité génitale, tout a été radicalement changé sous l’action de la greffe testiculaire qui a transformé un vieillard sénile, impuissant, pitoyable, en homme vigoureux, jouissant de toutes ses facultés » (Voronoff, 1924, p. 90). Si Voronoff a cherché à gagner la reconnaissance du monde scientifique, il va peu à peu être discrédité, et il reconnaîtra lui-même que les glandes greffées ne rendent pas possible un prolongement de la vie car elles se résorbent progressivement. Mais il continuera à affirmer que leur durée de vie fonctionnelle peut être suffisante pour stimuler les glandes humaines affaiblies (Real, 2001, p. 189).

4 Fascination et dérision autour des greffes de glandes : le contexte français

12Les greffes de glandes de primates de Voronoff font l’objet de nombreux commentaires et d’une couverture médiatique abondante. En France, cet intérêt se traduit par une forme de fascination devant une pratique qui semble dépasser l’entendement, mais aussi par du rire et de la dérision. Je vais tenter de montrer que cette atmosphère bien particulière de réception de l’innovation témoigne de l’existence d’un contexte français au sein duquel la perspective des xénogreffes est alors perçue largement comme un acte créatif et prometteur et que dans cette optique on assiste à une sorte de célébration du mélange homme-primate. Le travail sur les « frontières d’humanité » qu’opère Voronoff est ici perçu comme fécond et rend possible des rapprochements inédits. Evidemment, ce jeu autour des frontières est complexe et il entraîne également des formes de dégradation de l’humain, mais également une critique larvée du traitement réservé aux animaux.

  • 5 Le Matin, mardi 20 juin 1922, « Le docteur Voronoff transplante des glandes de chimpanzé ».
  • 6 Le Petit Parisien, 3 décembre 1924.

13Dans les années 1920, la presse française accorde à Voronoff de l’intérêt. Voilà ce qu’écrit un journaliste du quotidien Le Matin : « Dans une interview au Chicago Tribune, le docteur Voronoff déclare qu’il est en mesure de transplanter des glandes de chimpanzés sur des corps humains et qu’il emploie des glandes thyroïdes pour les enfants faibles d’esprit et les glandes interstitielles pour rajeunir les personnes âgées. Les chimpanzés sont la seule espèce de la famille des singes qui ait été employée pour ces opérations, parce que leur corps est étonnamment semblable à celui de la race humaine. Mr Harold Mc Cormick s’est fait opérer à New-York le 19 juin. Le millionnaire bien connu, âgé de 51 ans, a subi l’opération de la greffe animale à l’hôpital de Chicago. Le bulletin de santé en date d’hier disait que Mr Mac Cormick était dans d’excellentes dispositions et son état, à la suite de l’opération, est parfait »5. Les éloges sont nombreux et l’optimisme prévaut. Les journalistes insistent également sur la diffusion de la technique Voronoff. En 1924, il est souligné qu’« invité en Italie par les professeurs Lanza et Vico, le docteur Voronoff vient d’appliquer sa méthode de greffe dans les hospices de vieillards de Turin et d’Alba. L’administration de ces hospices encouragée par le succès obtenu ainsi sur 27 vieillards de la maison de retraite de San Francisco, compte qu’un certain nombre de ses pensionnaires retrouvent également assez de force et d’énergie pour reprendre une place utile dans leur famille et qu’ils cesseront d’être une charge pour la société »6.

14Cet enthousiasme autour des essais de Voronoff s’inscrit dans deux espaces de pratiques et de discours. Le premier est celui de l’engouement au début du XXe siècle pour les techniques de rajeunissement (Guirimand, 2005). Le second est celui d’un contexte où de nombreux acteurs valorisent le « sauvage », qu’il soit animal ou humain – et sera ici marqué par un racisme évident – l’homme africain étant alors rapproché des primates. Une analyse de la presse française des années 1890 aux années 1940 et d’ouvrages parus au début du XXe siècle fait clairement apparaître ces deux registres.

  • 7 Le Matin, jeudi 17 mai 1934, « Chirurgie ou médecine ? La jeunesse des deux sexes ». Sur le même th (...)

15Les articles ou commentaires sur Voronoff prennent fréquemment place au sein de discussion plus large sur les moyens de lutter contre le vieillissement. Pour l’illustrer, voilà ce que l’on peut lire en mai 1934 dans la presse : « nos savants ne cessèrent depuis quelques années de rechercher les moyens (…) de faire renaître la vitalité de l’homme et de la femme. Le professeur Voronoff, on le sait, réussit le premier, dans cette voie, par la greffe de glandes animales, de merveilleux rajeunissements dans des cas d’impuissance constatée »7. L’opération est ici perçue comme une des voies, certes un peu originale et coûteuse, permettant d’offrir de nouvelles perspectives dans le domaine de la lutte contre la perte d’énergie.

  • 8 S. Fainzang (1986 : 103) décrit chez les Bisa du Burkina des pratiques médicales analogiques qui co (...)
  • 9 C’est par exemple le cas dans le roman de Félicien Champsaur, Nora. La guenon devenue femme.

16Les commentaires sur Voronoff prennent aussi la forme d’une célébration des animaux sauvages qui ont, contrairement aux humains, conservé une forme d’innocence. Cette célébration est souvent humoristique. Mais au-delà de la dérision, apparaît en filigrane une reconnaissance de la proximité troublante entre les deux espèces. Un écrivain et journaliste, Fernand Divoire, écrit sur le sujet en 1923 : « Redevenir singes ? (…) Que les singes et nous soyons frères, c’est bien certain, mais on peut être parents, sans être père et fils (…) Un honorable savant déclare que si les pratiques du docteur Voronoff se généralisaient, l’homme redeviendrait rapidement singe, comme son arrière-grand-père (…) Redevenir singe ? Serait-ce un bien ou un mal ? À la réflexion, plutôt un mal, car il y a bien de mauvais singes, féroces, trop francs avec les dames (…) À côté de ces tristes individus, il y a aussi de petits singes qui sont doux, polis, caressants et doués de fantaisie. Redevenir un ouistiti, cela serait, pour quelques personnes humaines, un progrès. » Sous la plume de l’écrivain, c’est toute l’ambivalence à l’égard des essais de xénogreffes qui s’exprime. Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Difficile de trancher. Mais il est clair que ce rapprochement inédit produit par la greffe pourrait transformer l’homme, que cela soit dans le sens d’un possible ensauvagement ou, au contraire, d’une innocence retrouvée. Au-delà, un mode de pensée analogique en vertu duquel il y a transmission au corps humain d’une qualité attribuée à l’organe d’un non-humain8 apparaît dans le contexte français. Dans les écrits littéraires évoquant la xénogreffe, les primates sont décrits comme des êtres particulièrement vigoureux sexuellement9. L’objectif de régénérescence de l’organisme humain par la greffe s’appuie notamment sur la représentation d’une vigueur sexuelle des primates. Cette manipulation des organes génitaux est néanmoins perçue comme troublante et déclenche des réactions, dont l’une des formes les plus évidente est le rire.

  • 10 Le Matin, 31 octobre 1933, « Médecine nouvelle ».
  • 11 Comœdia, 31 décembre 1919.
  • 12 Le Petit Parisien, le vendredi 8 septembre 1922, « Zizi Bamboula a un nouveau maître ».
  • 13 Le Rire, 2 juin 1923, « Si les animaux s’habillaient », cité in (BERLINER, 2004).
  • 14 Le Petit Parisien, le samedi 3 novembre 1923, « Pour et contre ».

17L’humour va en effet accompagner les essais de Voronoff. En 1933, Jean Vignaud écrit que l’ « on a cru – ses adversaires l’ont répandu pour lui nuire – que le docteur Voronoff n’avait en vue que la résurrection de la vitalité sexuelle, ce qui, dans un pays comme le nôtre, a déclenché sur lui la verve des chansonniers »10. Les xénogreffes inspirent en effet de nombreux écrivains (Berliner, 2004). Par exemple, l’auteur et humoriste français Cami (1966) écrit et fait jouer à Paris dans les années 1920 une comédie, Le désanglandé de la forêt vierge, qui raconte l’histoire d’un explorateur capturé dans la jungle par une tribu de singes qui cherchent à récupérer les glandes que Voronoff leur a volées. Dans la pièce de théâtre de Cami, les animaux ont l’esprit vengeur, car une offense leur a été faite. Ils sont dépeints comme intelligents possédant « l’instinct d’imitation » (p. 69) – « pour rendre la jeunesse à son souverain, raconte l’explorateur, le singe évadé du laboratoire m’enleva mes glandes interstitielles et les greffa habilement au gorille-roi »- mais aussi comme plus « humains », puisqu’après l’opération, les singes remettent en liberté leur victime (p.69). Un sketch satirique, « Glandes interstitielles », est joué au Bataclan du mois de décembre 1919 au mois de mars 1920. Il raconte l’histoire d’un homme xénogreffé des testicules, engagé dans les actes les plus excentriques11. Dans la presse, les journalistes proposent des portraits de singes « humanisés », telle cette fameuse Zizi Bamboula que Voronoff a cherché en vain à récupérer pour ses expériences. Cette dernière, lors de la vente aux enchères, « blottie dans les bras de son barnum, croqua avec philosophie des amandes, impassible sous le feu des enchères, suivant d’un œil pétillant de malice les gestes du commissaire-priseur, M. Bricout, qu’elle parodiait par instants avec une drôlerie du plus haut comique »12. Mais alors comment légitimer le sort réservé à ces êtres si proches de l’humain ? Le naturalisme n’est-il pas remis en cause par cette affirmation des ressemblances qui dépasse la simple analogie biologique ? C’est une dimension remarquable du contexte français de réception de l’innovation : le mélange et le rapprochement sont célébrés, au nom d’une proximité, ce qui bloque d’une certaine façon une critique articulée de l’utilisation du corps des primates. Il y a ici un paradoxe : la reconnaissance de la proximité physiologique et affective, et donc l’atténuation de la frontière entre l’homme et les animaux, ne s’accompagne pas d’une attention accrue au sort des primates soumis aux manipulations. Certes, en sourdine, on voit émerger ici et là des expressions de compassion pour les cobayes de Voronoff. Ce qui témoigne d’une difficulté à maintenir une stricte séparation sur le plan moral. Par exemple, dans le journal Le Rire, le dessinateur Miarko représente un singe appartenant à Voronoff au regard triste à côté de l’inscription « Accessoires et pièces détachées »13. Voici ce que l’écrivain Maurice Prax, connu à l’époque pour la verve de ses chroniques, écrit en 1923 : « On ne va plus pouvoir rire des singes… La science et la mode conjuguées ont déclaré une guerre sans merci à la dolente et troublante race des Bandar-log (…) Il faut supplicier des singes – des singes et encore des singes – pour que les vieux messieurs, chercheurs de printemps, puissent retrouver quelque éphémère jeunesse »14.

18Voronoff n’a pas seulement pratiqué la greffe de l’animal à l’humain, il a également procédé, au moins une fois, à une greffe de l’homme à l’animal. Plus exactement, il a greffé sur une guenon baptisée Nora, les ovaires d’une femme (Real, 2001, p. 216). L’écrivain Félicien Champsaur (1929) s’en est inspiré pour son roman Nora, la guenon devenue femme, qui livre une lecture raciste et empreinte d’angoisse des expériences du chirurgien. Dans ce roman, Nora, une femme-singe à la couleur de peau foncée, issue de l’union d’un homme et d’une guenon et à qui l’on a greffé les ovaires d’une princesse et la glande pinéale d’un contremaître, est décrite comme une créature à l’apparence humaine habitée par une animalité qui la pousse à pratiquer une sexualité débordante et à quitter le monde des humains pour l’un des singes greffés de Voronoff. Nora est décrite dans le roman comme dansant nue aux Folies-Bergère avec un régime de bananes à la ceinture, le corps svelte dont « il émane une animalité indéfinissable mais indéniable qui déroute un peu » (Champsaur, 1929, p. 20). Et l’on pense ici bien sûr à Joséphine Baker. Dans ce roman, l’hybridation par la greffe fait craindre une bestialisation de l’Européen qui le rapprocherait dangereusement du primate, mais surtout de l’homme noir. Dans le même ordre d’idées, l’un des plus proches collaborateurs de Voronoff, Louis Dartigues, exprime clairement des idées racistes dans l’un de ses livres sur les greffes de revitalisation. Il présente le cliché photographique d’un homme Noir portant sur ses genoux un petit chimpanzé et un petit orang-outang commenté de la manière suivante : « je ne veux pas diminuer la valeur de suprématie du jeune Nègre, mais je ne peux m’empêcher de remarquer la vivacité d’expression des yeux des singes, à côté du regard morne du Nègre ! » (Real, 2001, p. 241). Le travail sur les frontières d’humanité est ici saisissant : les primates, utilisés lors de la greffe en raison de leur proximité avec l’homme, sont ici présentés comme supérieurs à certains humains. Il y a donc chez certains partisans des xénogreffes de Voronoff un rehaussement des animaux cobayes, une dégradation d’humains présentés comme proches de ces animaux, et au fond l’affirmation d’une suprématie, celle de l’homme européen, qui, grâce aux greffes, incorporent les qualités du sauvage tout en conservant son degré de civilisation. Les xénogreffes de Voronoff ne sont donc pas dans le contexte français un simple prétexte à rire, mais bien une pratique qui donne lieu à un travail de redéfinition de l’échelle des êtres.

5 De l’autre côté de la Manche

  • 15 Le Petit Parisien, le vendredi 15 juin 1928, « Le docteur Voronoff n’a pas le droit de rajeunir les (...)

19En 1928, alors que le chirurgien est à l’apogée de sa carrière, on peut lire dans Le Petit Parisien que « le docteur Voronoff n’a pas le droit de rajeunir les britanniques ». Après une série de conférences données à l’université de Cambridge, le secrétaire du Home Office a déclaré que « si aucune limite de temps n’a été fixée à la visite du docteur Voronoff, celui-ci n’a pas reçu l’autorisation de pratiquer des opérations en Grande-Bretagne »15. Voronoff n’a donc jamais pu réaliser de greffes de testicules de primates de l’autre côté de la Manche. Comment ses expériences, qui ont fait l’objet de nombreux débats et commentaires, ont-elles été reçues ?

  • 16 The Times, 24 mai 1928, « Rejuvenation. Dr Voronoff’s lecture at Cambridge ».
  • 17 The Times, 15 juin 1928, « Dr. Voronoff. Home secretary on his experiments ».

20Il faut tout d’abord noter que la plupart des étrangers qui furent greffés par Voronoff étaient des hommes anglais (Hamilton, 1986, p. 93). Le chirurgien, à la fin des années 1920, est connu dans l’Europe entière et sa technique s’est diffusée dans plusieurs pays. Reste que l’Angleterre apparaît comme un lieu toujours à conquérir (Hamilton, 1986, p. 112). Par ailleurs, à cette époque, la Grande-Bretagne est le seul pays au monde qui impose que toute expérience sur l’animal soit validée par le gouvernement (Ibid : 113), c’est le Home Office qui est en charge de délivrer les autorisations. Voilà comment est décrite la conférence que donne Voronoff à Cambridge dans The Times du 24 mai 1928 : « l’amphithéâtre de l’école de médecine était rempli d’étudiants, des hommes et des femmes, et un certain nombre de médecins étaient également présents. Le docteur Voronoff a fait son intervention en français (…) Des photographies de patients ont été dévoilées. L’une d’elles présentait un architecte français, âgé de 73 ans, qui ne pouvait plus travailler et était physiquement et intellectuellement déficient. Trois ans après avoir reçu une greffe de glande de singes il reprit le travail et affirma qu’il se sentait 15 ans plus jeune (…) Cela a prouvé les résultats positifs de la greffe, d’un point de vue physique et intellectuel »16. La presse reproduit les propos du responsable du Home Office sur cette question : « Mr. Briant (journaliste) demanda si Voronoff pourrait opérer sans une licence. Le public britannique est très anxieux de savoir s’il aura la possibilité de mener à bien ces opérations dangereuses et dégoûtantes (…) Sir W. Joynson-Hicks (Home Secretary) – ‘il est impossible qu’il conduise de telles expériences nécessitant la vivisection sur un animal sans une licence, et cette licence je ne l’ai pas donnée et je n’ai pas l’intention de le faire’ »17. Les débats qui font suite à la venue de Voronoff ne concernent pas la validité des expériences de celui-ci, mais se concentrent plutôt sur l’utilisation des primates. Deux types de critique émergent. La première est portée par les mouvements antivivisectionnistes et attaque Voronoff pour la souffrance infligée aux animaux. La seconde est de type eugéniste, des médecins et hommes d’affaire se mobilisent car ils craignent que les expériences de Voronoff n’empoisonnent le sang humain avec des caractéristiques simiesques.

  • 18 The Times, 8 juin 1928, « Dr. Voronoff’s operations. A meeting of protest ».

21En ce qui concerne les arguments des antivivisectionnistes, le journal the Abolitionnist, par l’entremise de son rédacteur en chef, va durant de nombreuses années critiquer l’utilisation des primates par Voronoff (Hamilton, 1986, p. 25). Mais au-delà des prises de position écrites, les xénogreffes donnent lieu à de véritables mobilisations collectives. Le 8 juin 1928, la presse anglaise évoque un rassemblement au Caxton Hall contre la pratique du docteur Voronoff. Au cours de cette manifestation, la directrice de l’Animal Defence and Anti-Vivisection Society, Miss Lind-af-Hageby, « a affirmé que les pratiques du Dr Voronoff font toucher le fond à la médecine. Il a été rappelé que le docteur ne peut pas opérer en Angleterre, cependant de nombreux britanniques se rendent en France pour l’opération (…) Le Dr Beddow Bayly a rappelé que les opérations de Voronoff consistait à transplanter des glandes reproductrices de chaque sexe d’un animal à l’autre, du singe à l’homme, et d’hommes à hommes. La duchesse d’Hamilton (…) a dénoncé une pratique qui est une offense à la moralité, à l’hygiène et à la décence »18. Comme le souligne D. Hamilton, en Angleterre, l’opposition à Voronoff a pris la forme d’une « étrange coalition » (Hamilton, 1986, p. 112) mêlant antivivisectionnistes et eugénistes.

  • 19 The Referee, 3 juin 1928, cite in Hamilton (1986 : 116-117).

22La critique de l’hybridation est donc en Grande-Bretagne claire et articulée : le danger identifié est l’empoisonnement de la race humaine due au fait que des caractéristiques simiesques seraient transmises par les hommes greffés à leur descendance. Un des plus farouches opposants à Voronoff est le Dr M. Beddow Bayly, qui apparaît lors de la mobilisation décrite plus haut, un médecin londonien connu pour ses pamphlets contre la vaccination. Selon Bayly, la thèse de Voronoff est contradictoire dans le sens où Voronoff lui-même affirme que les hommes greffés vont avoir une descendance plus virile mais aussi dans le même temps que toute transmission génétique est impossible. La possibilité que des gènes de singe soient transmis est donc indéniable (Hamilton, 1986, p. 116). Un autre opposant est un homme d’affaires écossais, Sir Kenneth MacKenzie. Selon lui, les expériences de Voronoff sont des « opérations bestiales » dangereuses en l’absence d’information sur les effets à long terme. Comme Bayly, MacKenzie évoque la possibilité d’engendrement d’enfants à l’apparence simiesque nés de parents greffés (Ibid : 117). MacKenzie craint aussi que les glandes de singes aient des conséquences sur la condition morale et psychique des hommes greffés : « est-ce fantastique (…) de supposer qu’un animal inférieur et amoral puisse affecter l’être humain avec qui il se mélange ? »19. L’hybridation est donc dangereuse car elle signifierait une corruption, une bestialisation de l’être humain. Cette association entre antivivisectionniste et eugéniste est spécifique au contexte anglais de réception de l’innovation : un discours pour l’animal, le décrivant comme un être sensible ne pouvant être livré au bon vouloir de l’homme, est donc associé à un discours de défense de la race humaine qui a lui pour caractéristique de tracer une ligne de démarcation robuste entre humains et primates, ces derniers étant définis comme inférieurs et dangereux. On peut donc affirmer que dans le contexte anglais les expériences de Voronoff ont entrainé des réactions contradictoires concernant l’échelle des êtres mais qui ont conduit à une interdiction d’expérimenter. Le souci pour les animaux se combine ici paradoxalement à la réaffirmation d’une frontière infranchissable – ou ne devant à aucun prix être franchie – entre l’humain et certains animaux. Encore une fois, les xénogreffes de Voronoff créent un trouble ontologique, mais à la différence du contexte français, les britanniques y réagissent en élaborant des critiques claires et articulées qui vont dans le sens d’une réaffirmation des frontières « traditionnelles ».

Haut de page

Bibliographie

Augier F., Salf E., Nottet J.B. 1996. « Le Docteur Samuel Serge Voronoff (1866-1951) ou “la quête de l’éternelle jeunesse“ ». Histoire des Sciences Médicales XXX(2):163- 171.

Berliner B.A. 2004. « Mephistopheles and monkeys : rejuvenation, race, and sexuality in popular culture in interwar France ». Journal of the History of Sexuality 13(3):306-325. https://doi.org/10.1353/sex.2005.0003

Cami P.H. 1966. Les Nuits de la Tour de Nesle et autres contes. Paris: Union générale d’éditions, coll. « Le monde en 10/18 ».

Champsaur F. 1929. Nora, la guenon devenue femme, Paris: J. Ferenczi et fils.

Descola P. 2005. Par-delà nature et culture. Paris: Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines ».

Fainzang S. 1986. L’intérieur des choses. Maladie, divination et reproduction sociale chez les Bisa du Burkina. Paris: L’Harmattan.

Fischer J.L. 2010. Serge Voronoff (1866-1951) : l’ambiance parisienne biomédicale entre xénogreffes, querelle de l’interstitiel et néo-malthusianisme. Bulletin d’histoire et d’épistémologie des sciences de la vie 17(1): 77-90.

Guirimand N. 2005. De la réparation des “gueules cassées“ à la “sculpture du visage“. La naissance de la chirurgie esthétique en France pendant l’entre-deux-guerres », Actes de la recherche en sciences sociales 156-157:72-87. https://doi.org/10.3917/arss.156.0072.

Hamilton D. 1986. The Monkey Gland Affair. Londres: Chatto & Windus.

Real J. 2001. Voronoff. Paris: Stock.

Remy C. 2011. La nouvelle directive européenne en matière d’expérimentation animale et l’échelle des êtres sensibles. Du dualisme au gradualisme. Revue de primatologie [En ligne], 3 | 2011, document 19, mis en ligne le 15 octobre 2011. http://journals.openedition.org/primatologie/865.

Schlich T. 1997. Die Erfindung der Organtransplantation. Erfolg und Sheitern des chirurgischen Organersatzes (1880 – 1930). Frankfort-sur-le-Main: Campus Verlag.

Voronoff SS. 1924. Quarante-trois greffes du singe à l’homme. Paris: Doin.

Voronoff SS. 1928. La conquête de la vie. Paris: Bibliothèque Charpentier et Fasquelle.

Voronoff SS. 1946. Du crétin au génie. Paris: Bibliothèque Charpentier et Fasquelle.

Haut de page

Notes

1 Les sources primaires mobilisées dans cet article sont issues des archives du collège de France, des livres écrits par Serge Voronoff et ses collaborateurs, d’une analyse de la presse française et britannique de 1900 à 1940, d’écrits d’écrivains et d’hommes de théâtre.

2 Le Petit Parisien, le mercredi 8 octobre 1919, « Jouvence ».

3 Le Matin, samedi 7 octobre 1922, « La guerre au camp d’Esculape ».

4 « Puis Zizi Bamboula entra en scène. Un forain et un médecin, le docteur Voronoff, spécialiste des greffes humaines, se la disputèrent. Mais le médecin dut s’incliner. » Le Matin, vendredi 8 septembre 1922, « Un chimpanzé aux enchères – Zizi Bamboula adjugée pour 4050 francs ».

5 Le Matin, mardi 20 juin 1922, « Le docteur Voronoff transplante des glandes de chimpanzé ».

6 Le Petit Parisien, 3 décembre 1924.

7 Le Matin, jeudi 17 mai 1934, « Chirurgie ou médecine ? La jeunesse des deux sexes ». Sur le même thème, Le Matin, le 4 juin 1930, « Un nouveau progrès de la science médicale pour le rajeunissement » ; Le Petit Parisien, mercredi 8 octobre 1919, « Jouvence » ; Le Petit Parisien, le lundi 14 avril 1924, « Le docteur Voronoff va se rajeunir selon sa méthode » ; Les Potins de Paris, 11 décembre 1919, « Éternelle jeunesse ! ».

8 S. Fainzang (1986 : 103) décrit chez les Bisa du Burkina des pratiques médicales analogiques qui consistent par exemple à faire consommer à des patients atteints d’impuissance du testicule de bouc, animal réputé pour sa vigueur sexuelle, afin de conférer à ceux-ci la force contenue dans cet organe.

9 C’est par exemple le cas dans le roman de Félicien Champsaur, Nora. La guenon devenue femme.

10 Le Matin, 31 octobre 1933, « Médecine nouvelle ».

11 Comœdia, 31 décembre 1919.

12 Le Petit Parisien, le vendredi 8 septembre 1922, « Zizi Bamboula a un nouveau maître ».

13 Le Rire, 2 juin 1923, « Si les animaux s’habillaient », cité in (BERLINER, 2004).

14 Le Petit Parisien, le samedi 3 novembre 1923, « Pour et contre ».

15 Le Petit Parisien, le vendredi 15 juin 1928, « Le docteur Voronoff n’a pas le droit de rajeunir les britanniques ».

16 The Times, 24 mai 1928, « Rejuvenation. Dr Voronoff’s lecture at Cambridge ».

17 The Times, 15 juin 1928, « Dr. Voronoff. Home secretary on his experiments ».

18 The Times, 8 juin 1928, « Dr. Voronoff’s operations. A meeting of protest ».

19 The Referee, 3 juin 1928, cite in Hamilton (1986 : 116-117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rémy, « Organes de primates et frontières d’humanité. Les xénogreffes controversées du docteur Voronoff (1910 – 1930) », Revue de primatologie [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/2833 ; DOI : 10.4000/primatologie.2833

Haut de page

Auteur

Catherine Rémy

Chargée de Recherche CNRS ; LIER – IMM, EHESS, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, France.
Auteure pour la correspondance : catherine.remy@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • OpenEdition Journals