Navigation – Plan du site
Articles
Dossier 30e anniversaire de la SFDP

Du macaque rhésus au macaque fascicularis : le refus de l’Inde de l’exportation de ses rhésus (1970-1990)

From rhesus monkey to crab-eating macaques, when India bans its rhesus export (1970-1990)
Laure Hoenen

Résumés

L’introduction dans les années 1920 des macaques rhésus comme animaux modèle de la recherche, notamment pour les tests de toxicité et la production de vaccins contre la poliomyélite, a instauré une dépendance des laboratoires à l’égard des pays exportant ces animaux. En 1978, lorsqu’il met un terme à l’envoi de ses rhésus vers l’Occident, le gouvernement indien prive la recherche mondiale d’un précieux « matériel ». Cette décision survient dans un contexte international de préoccupation grandissante pour la préservation des espèces sauvages, mais s’inscrit aussi localement dans un pays connu pour la place qu’occupe l’hindouisme. La communauté scientifique a donc dû faire face à une pénurie de primates modèle et s’est vue offerte plusieurs solutions. Les premières, non tenables à long terme, sont l’approvisionnement en rhésus dans d’autres pays d’Asie et l’élevage dans les pays utilisateurs. Ainsi le choix a été fait de se tourner vers une autre espèce : le macaque fascicularis. Celui-ci présente des avantages scientifique et financier. Cet article vise à démontrer qu’au-delà de la pertinence scientifique, le choix d’une espèce modèle résulte aussi d’impératifs économiques et culturels.

Haut de page

Notes de la rédaction

Soumis le 24/10/2017, accepté après révisions mineures le 15/03/2018.

Texte intégral

1 Introduction

1En 2016, le Ministère de l’environnement et des forêts indien envisagea plusieurs pistes afin de réduire la population de macaques rhésus en raison de leur nuisance à l’agriculture. Il leur fut conféré le statut d’animaux nuisibles dans certaines régions, de sorte que ceux-ci puissent être abattus et une politique de stérilisation fut lancée. Une autre solution évoquée, mais qui ne fut pas mise en pratique, consistait en la levée de l’interdiction, en place depuis 1978, d’exportation des macaques rhésus à destination des laboratoires de recherche. (Ashwani 2016).

2Le macaque rhésus était un pilier de la production du vaccin contre la poliomyélite. En 1978 ce pilier est menacé par la rupture de l’accord de 1955 entre l’Inde et les États-Unis. Cet accord réglementait les échanges de macaques rhésus entre ces deux pays. En réponse à la pénurie en macaques rhésus résultant de la fin de l’accord de 1955, la communauté scientifique se tourna vers le macaque fascicularis.

3L’article consiste en l’examen des événements qui ont mené à cette interdiction d’exportation. Cette étude du cas indien vise à interroger les motivations du choix d’une espèce animale comme modèle permettant l’étude de pathologies. Ce travail s’inscrit dans la continuité des travaux d’histoire des sciences ayant trait aux espèces élues substituts de l’humain telles que le rat albinos (Clause 1993), la drosophile (Kohler 1994), ou le macaque rhésus (Ahuja 2013). L’article a pour but de démontrer que le choix des macaques fascicularis comme substituts aux rhésus ne résulte pas uniquement de considérations scientifiques, mais également de contraintes économiques, écologiques et culturelles.

4La première partie de cet article sera consacrée à la mise en évidence de la dépendance des États-Unis vis-à-vis des pays exportateurs de macaques rhésus. En effet, depuis les années 1920 cet animal s’était imposé comme le primate modèle de la recherche biomédicale. Son utilisation dans le développement et la production du vaccin contre la poliomyélite entraîna une dépendance des États utilisateurs envers des États fournisseurs de macaques.

5Ensuite, nous verrons ce qui a conduit l’Inde, principal exportateur de rhésus, à se retirer d’un accord passé avec les États-Unis en 1955. L’élément déclencheur de cette décision fut le non-respect des conditions d’utilisation des animaux. En effet, en 1977, des tests de radiations de bombes atomiques menés sur des rhésus indiens furent portés dans l’arène publique indienne par l’association américaine de protection des primates International Primates Protection League (IPPL).

6Nous observerons également le contexte dans lequel cette interdiction est survenue et mettrons en lumière des préoccupations environnementales et de bien-être des animaux. Le retrait de l’accord de 1955 advient quelques années après l’entrée en vigueur de la Convention de Washington qui vise à réguler le commerce international d’espèces protégées dans le but de mettre en place une exploitation durable des espèces animales et végétales. Par ailleurs, l’Inde est un pays comptant plus de 80 % d’Hindous (Graff and Galonnier 2013), une religion dont l’un des principes est l’« Ahimsa » (non-violence) et dont le dieu simien Hanuman dote les primates d’un statut particulier. Ainsi l’article posera la question de l’importance de ces préoccupations dans la prise de décision d’une suspension définitive de l’exportation des macaques rhésus.

7Enfin, nous examinerons les solutions mises en place par la communauté scientifique pour faire face à la pénurie de macaques rhésus. Si l’approvisionnement dans d’autres pays dont le rhésus est endémique ou l’élevage par les pays utilisateurs étaient des solutions envisagées, il apparut que c’est le remplacement du rhésus par le macaque fascicularis qui l’emporta.

8Cet article repose sur l’analyse systématique sur la période allant de septembre 1976 à mars 1987 d’une soixantaine d’articles des newsletters de l’International Primate Protection League ayant trait à l’interdiction de l’exportation des macaques rhésus par le gouvernement indien et au changement de primate modèle de la recherche biomédicale.

9L’observation d’événements par un prisme unique et engagé engendre incontestablement des biais et des limites à notre travail. Cependant, ces sources permettent de contourner certaines difficultés heuristiques telles que l’accès à des données chiffrées par années de la population sauvage et du nombre d’animaux exportés à des fins scientifiques. L’analyse de ces sources, bien que limitées, est néanmoins pertinente puisque l’IPPL a été l’un des acteurs de la dénonciation du mauvais usage des rhésus indiens par l’armée américaine.

10Par l’étude du cas indien, nous souhaitons illustrer comment un changement d’animal modèle ne repose pas uniquement sur des considérations scientifiques, mais répond à des contraintes culturelles financières et environnementales. Nous établirons ainsi que le choix des macaques fascicularis pour remplacer les rhésus en tant que modèles principaux de la recherche biomédicale est le fruit de plusieurs facteurs. D’un point de vue scientifique, ce choix peut être défendu par le fait que les fascicularis provenant de l’île Maurice présentent une faible variabilité génétique. Des contraintes pratiques et économiques entrent aussi en jeu, puisque c’est une espèce disponible et peu coûteuse. Enfin des motivations culturelle et environnementale, en raison de la diversité de provenance des animaux limitant le risque de monopole de l’approvisionnement d’une nation, peuvent également expliquer le changement d’espèce.

2 Histoire d’un « produit » indien essentiel à la lutte contre la poliomyélite : le macaque rhésus

  • 1 Le premier primate cloné est un macaque rhésus nommé Tetra cloné en 1999. Les premiers macaques clo (...)

11Le macaque rhésus (Macaca mulatta), comme le rat albinos ou la drosophile, est aujourd’hui un modèle emblématique de la recherche biomédicale. En effet, bon nombre de découvertes telles que l’isolation du VIH, l’extraction de cellules souches ou le premier clonage d’un primate1 sont associées à des travaux sur cette espèce dont le nom évoque inévitablement les recherches sur les groupes sanguins. (Ahuja 2013, 71) Si les premières tentatives d’élevage de ces animaux originaires d’Asie du Sud pour le compte de la recherche datent des années 1920, c’est au moment de l’épidémie de poliomyélite dans les années 1950 que le recours au macaque rhésus bat son plein. En plus d’être utilisée en recherche fondamentale, cette espèce est essentielle à la production du vaccin développé aux États-Unis par Jonas Salk et testé à grande échelle à partir de 1954 (Seytre 2004).

12Aux États-Unis, on doit les premières tentatives d’élevage de rhésus à l’embryologie et plus particulièrement au Carnegie Institution of Washington (CIW) où les premières colonies furent établies dans les années 1920. L’objectif était alors d’étudier les étapes du développement embryonnaire d’un primate afin de mieux comprendre ce processus chez l’humain. Le temps de gestation et la taille de la structure ne permettant pas un approvisionnement massif des laboratoires américains, le recours à l’importation restait indispensable. (Hanson 2004).

13Le premier centre d’élevage américain d’envergure vit le jour dans les années 1940 sur l’île de Cayo Santiago à Porto Rico et était porté par Clarence Ray Carpenter. L’idée était de reproduire les conditions de vie présumées des animaux sur l’île afin que les animaux puissent y vivre en quasi-liberté comme ils le feraient dans leur milieu naturel. Cette tentative de reproduction de la liberté en captivité relevant de l’oxymore animait Carpenter qui y voyait un moyen d’associer dans un même lieu étude du comportement des primates et approvisionnement des laboratoires américains en modèles animaux (Montgomery 2005, 2015). Neel Ahuja montre qu’en raison d’un imaginaire colonial erroné de ce qu’était effectivement le milieu naturel de ces animaux, l’institution dut rapidement renoncer à l’idée d’une liberté totale des animaux, qui eurent vite fait de détruire les coûteux arbres fruitiers et de plonger dans l’eau destinée à délimiter leur lieu de vie. Avec l’accroissement des besoins en rhésus pour la recherche et la production du vaccin contre la poliomyélite, le centre de Cayo Santiago ne suffit pas à répondre à la demande en macaques rhésus dont l’importation fut par ailleurs facilitée par le développement du trafic aérien. (Ahuja 2013).

14En 1955, le gouvernement indien, inquiet du nombre de macaques mourant durant le transport vers les États-Unis, décida de mettre fin à l’exportation de ses rhésus. En effet, entre 1953 et 1960, le transport vers les laboratoires entraîna la mort de plus d’un million de primates (Rowan 1984, 117). Cette interdiction dictée par la mort d’animaux mit en péril la recherche sur la production du vaccin contre la poliomyélite. À la suite de pressions exercées sur le gouvernement indien, les deux pays parvinrent à un accord régissant les conditions dans lesquelles les animaux pourraient être utilisés. L’accord de 1955 stipulait que les animaux ne pourraient être utilisés que dans le cadre de la recherche en médecine ou de la production de vaccins ; que les animaux devraient être traités de manière éthique et que le service de santé publique américain devrait donner les preuves que les singes étaient uniquement utilisés pour ce type de recherches. L’accord interdisait le recours aux macaques rhésus indiens dans des expériences sur les explosions atomiques et la recherche spatiale. Enfin, l’accord prévoyait la création de l’« U.S. National Advisory Committee on Rhesus Monkey Requirements ». (International Primate Protection League 1978b).

15Ainsi le projet d’ouverture de sept centres d’élevage de primates aux États-Unis dont le premier a vu le jour en Oregon en 1960 est à observer à la lumière de ces tensions mettant en péril la lutte contre la poliomyélite (Rowan 1984, 125). On remarque dans les discussions menées en amont de ce projet que la question d’une prise d’indépendance quant à l’approvisionnement des laboratoires en macaques est essentielle. Les préoccupations reposaient d’une part sur le constat d’un appauvrissement des ressources naturelles et d’autre part sur la crainte que les considérations religieuses de la population indienne ne mènent à d’autres interdictions d’exportation comme en atteste la déclaration suivante du chercheur en cardiologie George E. Burch :

16“In some areas, such as in India, the decimation of the monkey population has led to an appalling reduction in the quality of the animal imported for research. Also, political and religious considerations now loom large, so that the exportation of rhesus monkeys will continue to be curtailed. Embargoes have been placed on rhesus monkey in the past and it is likely they will be again… Grave concern was expressed when by 1955 the Indian government had placed two embargoes on the shipment of monkeys. It is also known that the Indian government is assuming a role of responsibility in determining what sorts of research are acceptable for the use of rhesus monkeys before they can be exported to this country.” (Ahuja 2013, 81).

17Malgré un souhait fort d’autosuffisance en matière d’approvisionnement des laboratoires en primates modèles, ce projet était coûteux et la fermeture du centre de Cayo Santigo en 1971 résonna comme un échec de l’élevage de macaques rhésus américains. Ainsi les laboratoires ayant opté pour le macaque rhésus comme modèle de leurs recherches restèrent au moins partiellement dépendants du marché indien.

3 Le retrait de l’Inde de l’accord de 1955

18L’accord de 1955 semblait contenter les deux parties engagées jusqu’à la publication de deux articles de presse écrite le premier dans The Guardian le 18 mai (Tucker 1977) et le second le 22 juin 1977 dans le Washington Post (Pincus 1977). Ces articles mirent en lumière des expériences qui ne respectaient pas les termes de cet accord.

19Les expériences en question furent menées par l’Armed Forced Radiobiology Research Insitute (AFRRI) rattaché à la Defense Nuclear Agency. Ces expériences avaient pour objectif l’étude des effets des radiations sur les combattants. La question qui sous-tendait ces recherches était de savoir pendant combien de temps après une exposition à des radiations un officier allait encore pouvoir opérer. Concrètement, les macaques (pas uniquement des rhésus) en provenance d’Inde, mais également, du Bangladesh, de Malaisie, d’Indonésie (Haraway 1989, 260), durent dans un premier temps apprendre la réalisation d’une tâche particulière telle que courir sur un tapis de course. Suite à cela, ils furent exposés à différentes doses de radiations simulant la distance à une explosion nucléaire. La dernière partie du protocole consistait à un retour à la tâche acquise afin d’observer les effets des radiations sur l’accomplissement de cette dernière. Ces expériences permirent de montrer que, huit minutes après l’administration d’une dose létale de radiation, 80 % des animaux étaient dans l’incapacité d’effectuer la tâche apprise et que tous décédèrent dans les heures ou les jours suivants l’administration. (International Primate Protection League 1977b).

20Ces articles portèrent les agissements de l’AFRRI à la connaissance de l’International Primate Protection League (IPPL). L’IPPL est une association fondée en 1973 par Shirley McGreal qui a pour mission la protection des primates et de leur environnement et la dénonciation de mauvais traitements lors de la capture, du transport ou du maintien en captivité de ces animaux. Shirley McGreal a grandi en Angleterre et a obtenu sa thèse de doctorat intitulée A history of Mayo College, Ajmer, India, 1875–1971 (Ellinwood 2005, 293) en 1971. D’après le site de l’IPPL, son engagement dans la protection des primates remonte au début des années 1970 alors que, vivant en Thaïlande, elle est témoin d’un transport de petits macaques à face rouge « à destination de laboratoires étrangers » (International Primate Protection League, n.d.).

21L’IPPL décida de se tourner vers la population indienne afin de dénoncer les expériences de l’AFRRI. Des communiqués de presse rapportant les entorses de l’AFRRI et d’autres équipes de recherche à l’accord de 1955 furent envoyés à différents journaux indiens. Ainsi, l’éditorial du Times of India du 9 novembre 1977 fut consacré à ce problème et demandait que les faits soient portés à Washington ou, si nécessaire, que toute exportation de rhésus soit suspendue. La question entra sur la scène politique lorsque le Premier ministre de l’Inde, Morarji Desai prononça le discours suivant :

22“Only when Man begins to live a life of truth and non-violence can human society rise to great heights. Man must shun all forms of cruelty – there is no difference between cruelty to animals and cruelty to human beings. It is a shame and source of sorrow that the monkeys and other living creatures are being exported from India.” (International Primate Protection League 1978b, 3).

23Ce discours nous mène à nous interroger sur le contexte de préoccupation pour le bien-être animal et pour l’environnement dans lequel il s’inscrit. Cette question sera développée dans les deux parties suivantes de cet article. Ces propos sont issus du discours d’ouverture de la troisième conférence nationale sur le bien-être animal qui s’est tenue à New Delhi du 14 au 18 novembre 1977. En amont de cette conférence Rukmini Devi Arundale, membre de l’Animal Welfare Board, avait organisé une rencontre entre le Premier ministre Desai, Lady Dowding membre de Beauty without Cruelty et Jon Evans, président de l’International Association against Painfull Experiments on Animals. L’annonce officielle de la fin de l’exportation des macaques indiens survint le 3 décembre 1977 lors de l’inauguration du 24e congrès international sur le végétarisme à Madras. La décision prit effet le 31 mars 1978, date de clôture des contrats en cours (Embassy New Dehli 1977).

24Les conséquences d’une telle décision pour le pays exportateur étaient loin d’être négligeables. En effet, en 1977, le commerce de macaques entre l’Inde et les États-Unis représentait 17 millions de dollars pour le prélèvement annuel de 20 000 rhésus, sans compter que ces échanges permettaient l’introduction en Inde de devises étrangères (Haraway 1989, 413). De surcroît, les États-Unis, dépendants de ces animaux pour la production du vaccin contre la poliomyélite, proposèrent une résolution auprès de l’Organisation mondiale de la Santé demandant aux pays exportateurs de rhésus de maintenir les exportations. Cette résolution fut abandonnée après que certains États africains eurent menacé de dévoiler dans cette même arène internationale des expérimentations militaires impliquant des primates (Haraway 1989, 260). Constatant le manque à gagner considérable ainsi que la détermination des États-Unis à obtenir le matériel expérimental, il est intéressant de se pencher sur les raisons qui ont poussé l’Inde à prendre cette décision drastique et lourde de conséquences.

4 Un refus de la souffrance animale au nom de l’« Ahimsa »

25L’élément principalement mis en avant dans les prises de position publiques sur la question de l’utilisation abusive des macaques rhésus indiens dans les laboratoires de recherche occidentaux est la préoccupation pour la souffrance animale. Ceci peut s’expliquer par le fait que l’Inde soit un pays où la religion majoritaire est l’hindouisme avec 82 % de la population en 1971 (Graff and Galonnier 2013). On pourrait ainsi faire incomber ce refus de la souffrance animale à l’« Ahimsa », principe de non-violence. Ce principe s’applique aux animaux puisque la croyance en la réincarnation entraîne la compassion avec les vies passées et futures d’un individu (Key Chapple 2014, 155). C’est en lien avec ce principe que l’hindouisme, mais également le bouddhisme et le jaïnisme, recommandent plus ou moins strictement d’adopter un régime végétarien. L’« Ahimsa » a également une grande importance dans les enseignements du Mahatma Gandhi dont s’est réclamé le Premier ministre indien Morarji Desai.

26L’hindouisme accorde par ailleurs une place particulière au primate. Hanuman est un dieu hindou au visage de singe qui bénéficie « en Inde d’un culte particulier. » (Varenne, n.d.). On lui attribue des caractères tels que l’astuce, l’habileté manuelle ou encore l’agilité physique. Philip Lutgendorf (2007) montre qu’en raison du rôle qu’il joue dans l’épopée classique (le Ramayana), Hanuman symbolise à la fois le pouvoir et la dévotion. L’auteur s’est intéressé aux références à ce dieu aux traits simiens dans la promotion du nationalisme indien : l’« Hindutva ». Il présente l’invocation du caractère virile d’Hanuman pour contrer les accusations britanniques de féminité, et donc d’incapacité à gouverner, des hommes hindous :

27As Indians began to agitate for greater rights and autonomy, they had to address these persistent charges of their unfitness to rule. A glorification of Hindu manliness and militancy, manifested in mythological heroes such as Hanuman and Bhima and in historical figures such as Shivaji, Guru Govind Singh, and Rana Pratap emerged as one compensatory strategy […]” (Lutgendorf 2007, 362).

28Ainsi, en plus du principe de non-violence qui régit en théorie les actions des croyants, l’hindouisme dote le singe d’un statut particulier.

29Au regard de cette place de l’animal et plus particulièrement du primate dans la société indienne, il peut sembler surprenant qu’un accord d’exportation de macaques rhésus ait pu exister en premier lieu. Il ressort de la lecture des conditions de l’accord de 1955 qu’il était accepté que des rhésus indiens soient utilisés pour ce qui peut être caractérisé de bien commun supérieur : la connaissance médicale et la vaccination. Ce paradoxe, entre non-violence absolue et théorique et pratique basée sur l’exploitation animale, a été observé par Florence Burgat (2014) à propos des vaches sacrées en Inde, mais dont les mauvais traitements ne sont pas rares. De même, l’Inde a grandement profité de la présence de rhésus sur son territoire jusqu'en 1978 générant par exemple 17 millions de dollars en 1977 (Haraway 1989, 413). Pour expliquer ce paradoxe, Florence Burgat propose d’étudier la législation indienne. Elle montre ainsi que bien que l’Ahimsa soit un principe inscrit dans la constitution indienne (Burgat 2014, 138) le Prevention of Cruelty to Animals Act (Parliament of India 1960) modifié en 1960 n’interdit pas l’utilisation d’animaux dans différentes activités telles que l’alimentation, les activités récréatives ou l’expérimentation animale. Comme son nom l’indique, ce texte vise à encadrer le recours à l’animal dans ces activités et veille à ce que celles-ci n’impliquent pas d’actes entraînant des « souffrances inutiles ». La combinaison de ces deux notions « élastiques » (Burgat 2014, 141) laisse la porte grande ouverte à une interprétation favorable à des pratiques (ab)usant les animaux. Il semblerait cependant que des expérimentations à des fins militaires tombaient dans la catégorie de ce qui génère des souffrances inutiles et soit donc inacceptable.

30Ainsi, si la perception occidentale de l’hindouisme comme une religion protégeant sans concession la vie animale est erronée, il n’en est pas moins que le principe d’ « Ahimsa » comme mis en pratique dans le Prevention of Cruelty to Animals Act peut être considéré comme l’un des facteurs culturels de l’interdiction de l’exportation de rhésus vers l’occident. Par ailleurs, un lien peut être fait entre le recours à un dieu aux traits simiens comme symbole de l’autodétermination du peuple indien et l’exploitation des macaques rhésus dans les laboratoires occidentaux.

5 Des préoccupations environnementales

31Une autre raison à la survenue de cette interdiction à la fin des années 1970 souvent mise en avant est la préoccupation grandissante pour la préservation de la faune sauvage au début de cette décennie. Ceci s’observe tant à l’échelle internationale avec la signature de la convention de Washington (Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora 1973) en 1973 qu’en Inde, sous l’impulsion de la Première ministre Indira Gandhi, avec le Wild Life Protection Act de 1972 (Parliament of India 1972). La Convention de Washington, entrée en vigueur en 1975 et ratifiée par l’Inde en 1976 (CITES, n.d.), a pour objectif la protection de la faune et de la flore et vise à ce que l’utilisation des espèces se fasse de manière durable. Cette convention réglemente le commerce international de ces espèces. Le Wild Life Protection Act prévoit la création d’un « State Board for Wild Life » dont le but est de conseiller le gouvernement (Parliament of India 1972 art. 8). Bien que le rhésus ne figure pas à l’annexe de la Convention de Washington, cette espèce apparait sur la seconde liste de l’Wildlife Protection Act.

32La protection de cette espèce préoccupa les scientifiques du monde entier, et ce bien avant les années 1970. Il en allait en effet de l’approvisionnement des laboratoires en macaques. C’est ce qui ressort par exemple des notes de George E. Burch en 1957 :

33“It looks like we have passed the point of availability of the larger animals and we’re dipping into the young now who would be under normal circumstance the creators of the next generation. So it looks as if we are in a very, very precarious situation with respect to procurement of rhesus monkeys from the particular areas of India where they have been found in former years.” (Ahuja 2013, 80).

34En raison de cette inquiétude pour la diminution du nombre de primates, les National Institutes of Health (NIH) proposèrent à l’Inde une collaboration débutant à l’automne 1977 afin de procéder à un état des lieux de la population de macaques rhésus.L’IPPL y vit une tentative de mainmise sur les résultats d’une telle étude, argumentant que l’Inde n’avait pas besoin du soutien des États-Unis pour mener des études de ce type (International Primate Protection League 1977a). Si des données chiffrées plus précises n’ont pu être collectées dans le cadre de cet article, plusieurs sources (International Primate Protection League 1977a ; Behal s. d. ; Haraway 1989, 413 ; International Primate Protection League 1979), certes secondaires, mais concordantes, indiquent que dans les années 1970, le nombre de macaques rhésus exportés fut baissé à 70 000 par an contre 100 000 dans les années 1950, et ce par souci de préservation de la population (International Primate Protection League 1978b).

35La citation suivante extraite de Ecology and the Politics of Survival. Conflicts over natural resources in India illustre le lien entre intérêts scientifiques occidentaux et ponction d’une partie exploitable de l’environnement d’un territoire anciennement colonisé :

36“Scientific knowledge is not [as] universal, objective and neutral as it is posited to be. It is always a particular response to a particular interest. When the interest is the commercial utilization of resources for maximizing exchange value, the type of knowledge system that is created is reductionist. Internalization of profits and externalization of costs is a normal consequence when nature is treated as if its individual components are isolated and unrelated, and the only components with economic value are those that can be transformed into commodities. The basic terms, concepts and definitions have built into them the economic values of the interest to which the knowledge is a response.” (Shiva 1991, 90)

37Au-delà des considérations religieuses évoquées dans le discours du Premier ministre indien, c’est également sur fond de considérations environnementales que se joue la dénonciation des agissements de l’AFRRI par l’IPPL. Que les préoccupations soient religieuses ou environnementales, on observe dans les deux cas une mise en tension des intérêts occidentaux et indiens dans un contexte postcolonial. Du point de vue religieux, on s’aperçoit que le primate, par le biais d’Hanuman, devient un symbole dont l’invocation permet au nationalisme indien de défendre l’autodétermination du peuple indien. Quant aux préoccupations environnementales, elles révèlent la lutte contre le pillage des ressources indiennes par l’Occident considérant les rhésus, non pas comme faisant partie d’un environnement, mais comme denrées commercialisables.

6 Le fascicularis, élevé ou importé, pour remplacer le rhésus

38L’introduction d’un nouvel animal modèle, notamment pour les tests de toxicité et la production de vaccins contre la poliomyélite, instaura une dépendance des laboratoires à l’égard des pays exportateurs de macaques rhésus. L’importation américaine de rhésus indiens passa de 107 819 individus en 1960 à 30 933 en 1968 (Rowan 1984, 110) pour n’être plus que de 12 287 en 1976 (International Primate Protection League 1978c, 12). Malgré cette diminution constante, en mettant un terme à l’envoi de ses primates vers l’occident, l’Inde priva la recherche mondiale d’un précieux « matériel ». Si l’Inde n’était pas le seul pays à profiter de la présence de macaques rhésus sur son territoire, c’était de loin le premier fournisseur des laboratoires. En effet, en 1976, 87,1 % des macaques rhésus importés aux États-Unis provenaient d’Inde contre seulement 8,8 % du Bangladesh (International Primate Protection League 1978c, 13). Il apparaît ainsi que malgré une aire de répartition de rhésus s’étendant au-delà de ses frontières, l’Inde disposait d’un quasi-monopole sur les exportations de ces primates.

39Ainsi suite au retrait du principal fournisseur, les instituts de recherches eurent le choix entre plusieurs options pour poursuivre leurs travaux (International Primate Protection League 1977a). Une solution évidente aurait été de se fournir ailleurs, principalement au Bangladesh qui, au moment où l’Inde se retira de l’accord de 1955, proposa aux États-Unis des accords d’exportation à des prix inférieurs à ceux pratiqués par l’Inde (International Primate Protection League 1978a). Cette solution ne fut cependant pas pérenne, car la population de rhésus y était limitée comme en témoigne ce télégramme, datant de 1978, de l’ambassade américaine de New Delhi à destination du State Department américain :

40“America is making frantic efforts to get as many rhesus monkeys as it can from various sources. It had recently entered into an agreement with Bangladesh for suply of these animals. Bangladesh does not have enough of these monkeys to meet American requirements. But it is reported that large number of these monkeys are being smuggled out of Indi to Bangladesh (US Department of State 1978).” (Rowan 1984, 116)

41Une seconde option aurait été d’augmenter la « production » de rhésus en captivité. Cette solution coûteuse et donc peu favorisée par les équipes de recherches aurait permis une émancipation vis-à-vis des États dont le rhésus est endémique. En 1978, la vente de rhésus nés et élevés aux États-Unis ne représentait que 5 % des rhésus qui y étaient utilisés et les éleveurs avaient du mal à vendre leur production (International Primate Protection League 1977a). Suite à la mise en place de politiques d’élevages nationaux entre 1978 et 1980, plus de 7 000 primates par an furent « produits » aux États-Unis (Rowan 1984), mais cette filière fut trop longue à mettre en place et les chercheurs préférèrent un autre modèle :

42“In the meantime, the rhesus has lost favor as a research primate and the cynomolgus has taken over. The Primate Clearinghouse lists (an organization for advertising available research animals or animals for sale) carry many notices of available rhesus monkeys, as investigators either switch to other species or give up primate research altogether.” (Rowan 1984, 112).

43Enfin, comme l’illustre la citation ci-dessus, une alternative était d’utiliser prioritairement une autre espèce déjà présente dans les laboratoires : le macaque fascicularis (Macaca fascicularis) aussi appelé cynomolgus. Celui-ci présentait l’avantage de provenir de Malaisie, d’Indonésie et des Philippines. L’absence de monopole d’un pays sur l’exportation de ces animaux aurait permis d’éviter que le même type de situation rencontrée en Inde ne se reproduise. Par ailleurs, ces animaux étaient moins coûteux que les rhésus. Néanmoins, un changement d’espèce modèle n’est pas simple. Puisqu’il s’agit d’une autre espèce, l’étude de ses caractéristiques physiologiques fut nécessaire avant qu’il ne puisse être reconnu et accepté par la communauté scientifique comme nouvel animal modèle de la recherche biomédicale.

44Certains choix s’imposèrent rapidement aux utilisateurs de rhésus. Dans un courrier à l’IPPL, le directeur de l’AFRRI déclara le 3 février 1978 que les expériences sur les bombes aux neutrons seraient poursuivies soit sur une autre espèce – l’AFRRI ayant déjà eu recours au fascicularis pour certaines expériences – soit sur des rhésus ne provenant pas d’Inde (International Primate Protection League 1978b). Par ailleurs, dans le Wall Street Journal du 9 juin 1978 (Gumpert 1978), l’entreprise Charles River Laboratories, à qui appartenaient Primate Imports ainsi que l’élevage de rhésus Ley Lois, annonça une augmentation des ventes de fascicularis passant de 3 000 à 6 000 individus entre 1977 et 1978.

45On observe ainsi que, confrontée à une soudaine « pénurie » en macaque rhésus, la communauté scientifique s’orienta vers un nouveau primate modèle, moins favorisé pour des raisons scientifiques que pour sa disponibilité.

7 Conclusion

46La décision prise par l’Inde à la fin de l’année 1977 d’interdire l’exportation de ses primates a impacté les pratiques des chercheurs à l’échelle internationale. En effet, les macaques rhésus nécessaires au développement, au test et parfois à la production de traitements provenaient principalement d’Inde. Il en résultait une relation asymétrique entre les pays utilisateurs, notamment les États-Unis, et l’Inde prenant la forme d’une dépendance des premiers envers le second. On observe également « une internationalisation des profits » (Shiva 1991, 90) liés à la production de nouvelles connaissances scientifiques et « une externalisation des coûts » (Shiva 1991, 90) en termes d’exploitation de l’environnement.

47Le retrait de l’Inde de l’accord de 1955 est à considérer dans un contexte postcolonial où l’hindouisme est la religion majoritaire et où les préoccupations pour la protection de l’environnement contre le pillage des ressources sont chères à la Première ministre, Indira Gandhi (jusqu’en 1977). Nous avons montré que le principe d’ « Ahimsa » ne garantit pas la protection absolue des animaux, mais vise, dans le cadre des lois indiennes, à limiter la « souffrance inutile ». Cependant, l’invocation du dieu-singe Hanuman dans les revendications d’autodétermination du peuple indien peut éclairer la prise de position du gouvernement de ce pays face aux ponctions de rhésus à destination des laboratoires occidentaux. Le refus d’une mainmise occidentale sur l’environnement indien et l’implication de l’Inde dans la protection de la faune et de la flore fut également présentée dans cet article.

48À la suite d’une « pénurie » en macaques rhésus essentiels à leurs recherches, les laboratoires se sont tournés vers un autre primate modèle dont l’utilisation était alors mineure, le macaque fascicularis. Si les rhésus restent utilisés dans certaines disciplines telles que les neurosciences, le fascicularis est aujourd’hui le principal modèle de la recherche biomédicale. La sélection de cette espèce résulte initialement de considérations politiques et pratiques telles que sa répartition dans trois pays évitant ainsi un monopole et une présumée forte abondance et un prix bas (Gumpert 1978). Le maintien de cette espèce peut s’expliquer par le fait qu’elle présente d’autres avantages : les fascicularis actuellement utilisés dans les laboratoires sont principalement originaires de l’île Maurice, ce qui assure à l’espèce une faible variabilité génétique (Kondo et al. 1993). Cette faible variabilité génétique est le garant d’une reproductibilité des résultats, valeur essentielle de l’« evidence based medicine ».

49On constate ainsi que si d’un point de vue scientifique certains aspects de l’animal sont nécessaires à son établissement comme modèle de la recherche (similitudes anatomiques et métaboliques avec l’homme, développement de la pathologie à étudier, faible variabilité génétique au sein de l’espèce) le choix parmi les candidats potentiels peut être le fruit de contraintes politiques, culturelles et religieuses.

50Le passage du rhésus au fascicularis permet d’interroger la pertinence d’un modèle animal plutôt qu’un autre. Le recours à l’animal comme modèle de substitution à l’homme est au cœur des tensions entre expérimentateurs et défenseurs de la cause animale. Cette joute s’articule autour du paradoxal statut de cet animal modèle qui doit à la fois être le plus proche possible de l’humain afin que les conclusions de l’étude puissent être extrapolées à ce dernier, mais également suffisamment différent pour que le sacrifice de ces animaux apparaisse plus justifiable moralement. Les discours d’opposition à l’expérimentation animale jouent donc sur ces deux points en avançant que l’expérimentation animale n’a pas permis empêcher certains scandales sanitaires tels que celui de la Thalidomide prouvant ainsi ses limites. L’autre partie du discours concerne la justification morale du maintien en captivité, de l’expérimentation, et de la mise à mort d’êtres que l’on reconnaît comme semblables. Cet argument, puisqu’il est fortement empreint d’anthropocentrisme, est d’autant plus efficace lorsqu’il s’agit du « cousin de l’homme ». En effet, à la lecture du décret 2013-118 (Décret n°2013-118 Du 1er Février 2013 Relatif À La Protection Des Animaux Utilisés À Des Fins Scientifiques 2013) qui transcrit en droit français la directive européenne 2010/63/UE relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques (Directive 2010/63/UE Du Parlement Européen et Du Conseil Relative À La Protection Des Animaux Utilisés À Des Fins Scientifiques 2010), on constate que les animaux chers à l’humain, tels que les chiens et les chats, mais également les primates non-humains, font l’objet d’une protection particulière.

Remerciements

51Je tiens à remercier Marion Thomas pour ses critiques bienveillantes et constructives ainsi que Vincent Leblan et Victor Narat pour la coordination de ce dossier.

Haut de page

Bibliographie

Ahuja, Neel. 2013. Macaques and biomedicine: notes on decolonization, polio, and changing representations of Indian rhesus in the united states, 1930–1960. In: The Macaque Connection, edited by Sindhu Radhakrishna, Michael A. Huffman, and Anindya Sinha, 71–91. Developments in Primatology: Progress and Prospects 43. Springer New York. https://doi.org/10.1007/978-1-4614-3967-7_5.

Ashwani, Sharma. 2016. Man vs monkey: how farmers are grappling with losses that have hit Himachal’s economy. The Indian Express, April 4, 2016. http://indianexpress.com/article/india/india-news-india/man-vs-monkey-how-farmers-are-grappling-with-losses-that-have-hit-himachals-economy/.

Behal, Suchitra. s. d. Government bans export of monkeys, US forced to curtail experiments. India Today, s. d. https://www.indiatoday.in/magazine/indiascope/story/19780228-government-bans-export-of-monkeys-us-forced-to-curtail-experiments-822869-2014-04-29.

Burgat, Florence. 2014. Ahimsa : Violence et non-violence envers les animaux en Inde. Paris: Maison des Sciences de l’Homme.

CITES. n. d. Liste Des Parties. Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Accessed March 13, 2018. https://www.cites.org/fra/disc/parties/chronolo.php.

Clause, B. T. 1993. The Wistar Rat as a Right Choice: Establishing Mammalian Standards and the Ideal of a Standardized Mammal. Journal of the History of Biology 26 (2): 329–49.

Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora. 1973.

Décret n°2013-118 Du 1er Février 2013 relatif à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques. 2013. Code rural et de la pêche maritime.

Directive 2010/63/UE du parlement européen et du conseil relative à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques. 2010. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022990561&categorieLien=id.

Ellinwood, DeWitt C. 2005. Between two worlds: a Rajput officer in the Indian army, 1905-21 : based on the diary of Amar Singh of Jaipur. University Press of America.

Embassy New Dehli Telegraph. 1977. Ban on export of monkey, February 12, 1977. http://wikileaks.org/plusd/cables/1977NEWDE17137_c.html.

Graff, Violette, Juliette Galonnier. 2013. Hindu-Muslim communal riots in India (1947-1986). SiencePo - Mass Violence and Resistance, Research Network [Online], July. http://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/en/document/hindu-muslim-communal-riots-india-i-1947-1986.

Gumpert, David. 1978. Company may have winner in substitute for rhesus monkey. Wall Street Journal, June 9, 1978. http://pqasb.pqarchiver.com/wsj/doc/134323453.html?FMT=ABS&FMTS=ABS:AI&date=Jun+9%2C+1978&author=By+DAVID+GUMPERT+Staff+Reporter+of+THE+WALL+STREET+JOURNAL&pub=Wall+Street+Journal++%281923+-+Current+file%29&edition=&startpage=33&desc=Company+May+Have+Winner+in+Substitute+For+Rhesus+Monkey.

Hanson, Elisabeth. 2004. How rhesus monkeys became laboratory animals. In: Centennial History of the Carnegie Institution of Washington: Volume 5, The Department of Embryology, by Louis Brown, 63–81. Cambridge: Cambridge University Press.

Haraway, Donna J. 1989. Primate visions: gender, race, and nature in the world of modern science. New York: Routledge.

International Primate Protection League. 1977a. Indian monkey census. Newsletter 4 (2): 7.

International Primate Protection League. 1977b. Monkeys killed in neutron bomb testing. Newsletter 4 (2): 10.

International Primate Protection League. 1978a. Bangladesh to export monkeys. Newsletter 5 (1): 6.

International Primate Protection League. 1978b. India bans export of rhesus monkeys. Newsletter 5 (1): 2–4.

International Primate Protection League. 1978c. New York primate import declarations for 1976. Newsletter 5 (1): 12–13.

International Primate Protection League. 1979. State Department Papers show how US tried to overturn India's primate export ban. Newsletter 6 (3): 7–9.

International Primate Protection League. n.d. Dr. Shirley McGreal, Founder. IPPL (blog). Accessed October 16, 2017. https://www.ippl.org/gibbon/about-us/dr-shirley-mcgreal-founder/.

Key Chapple, Christopher. 2014. Nonhuman animals and the question of rights from an Asian perspective. In Asian Perspectives on Animal Ethics: Rethinking the Nonhuman, edited by Neil Dalal and Chloë Taylor, 1 edition, 147–67. London New York: Routledge.

Kohler, Robert E. 1994. Lords of the Fly: Drosophila Genetics and the Experimental Life. 1 edition. Chicago: University of Chicago Press.

Kondo, Mikiko, Yoshi Kawamoto, Kiyoaki Matsubayasi, Tsuyoshi Watanabe, Owen Griffiths, and Marys-Ann Stanley. 1993. Population genetics of crab-eating macaques (Macaca fascicularis) on the island of mauritius. American Journal of Primatology 29 (3): 167–82. https://doi.org/10.1002/ajp.1350290303.

Lutgendorf, Philip. 2007. Monkey in the middle: Hanuman and his kin in transcultural discourses. In: Hanuman’s Tale. The Messages of a Divine Monkey, 311–32. New York: Oxford University Press. http://dx.doi.org/10.1006/reli.1997.0095.

Montgomery, Georgina M. 1972. Wild Life Protection Act. https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Wildlife_Protection_Act,_1972&oldid=829422944.

Montgomery, Georgina M. 2005. Place, practice and primatology: Clarence Ray Carpenter, primate communication and the development of field methodology, 1931–1945. Journal of the History of Biology 38 (3): 495–533. https://doi.org/10.1007/s10739-005-0553-0.

Montgomery, Georgina M. 2015. Primate in the real world. Escaping primate folklore and creating primate science. Charlottesville: University of Virginia Press.

Parliament of India. 1960. Prevention of Cruelty to Animals Act.

Pincus, Walter. 1977. Monkeys get radiation in neutron bomb tests. Washington Post, June 22, 1977. https://www.washingtonpost.com/archive/politics/1977/06/22/monkeys-get-radiation-in-neutron-bomb-tests/e9afe579-bf48-43eb-957d-097b0cbe0061/.

Rowan, Andrew N. 1984. Of mice, models, and men: A critical evaluation of animal research. SUNY Press.

Seytre, Bernard. 2004. Poliomyélite. Dictionnaire de La Pensée Médicale. Grands Dictionnaires. Paris: Presses universitaires de France.

Shiva, Vandana. 1991. Ecology and the politics of survival. Conflicts over natural resources in India. 1 edition. Tokyo, Japan : New Delhi : Newbury Park: SAGE Publications.

Tucker, Anthony. 1977. Animal Army in Nuclear Test. The Guardian, May 17, 1977.

Varenne, Jean. n.d. Hanumant ou Hanuman. Encyclopædia Universalis. Accessed October 18, 2017. http://www.universalis-edu.com.acces-distant.bnu.fr/encyclopedie/hanumant-hanuman/.

Haut de page

Notes

1 Le premier primate cloné est un macaque rhésus nommé Tetra cloné en 1999. Les premiers macaques clonés en 2018 grâce à la technique employée pour la brebis Dolly sont des macaques fascicularis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Hoenen, « Du macaque rhésus au macaque fascicularis : le refus de l’Inde de l’exportation de ses rhésus (1970-1990) », Revue de primatologie [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/primatologie/2838 ; DOI : 10.4000/primatologie.2838

Haut de page

Auteur

Laure Hoenen

Laboratoire SAGE (UMR 7363), 4 rue Kierschleger, Université de Strasbourg, France.
Auteure pour la correspondance : hoenenlaure@gmail.com.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue de primatologie sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société francophone de primatologie (SFDP)
  • OpenEdition Journals